Info  doyénné

Mise  à  jour    :08/10/2017 10:49:20 

 

 

janvier

 

N° 42 octobre 2017

A 87 ans, le bon et rare Pasteur s'en va

A 87 ans, il célèbre encore

 

 

 

N° 42 octobre 2017

 

S’ENGAGER RESOLUMENT A LA VIE EN EGLISE

VIVRE EN CHRETIEN

Frères et sœurs dans le Christ, avant tout, merci au Seigneur pour tous ses bienfaits dans notre vie de chaque jour. Merci pour la vie, la joie, la santé et le travail qu’Il nous donne.

Notre merci va aussi à l’endroit de tous les agents pastoraux : prêtres, catéchistes, organistes, maître de chœurs, lecteurs, sacristains, fleuristes, volontaires.

Bien chers amis, notre année pastorale 2017-2018 vient à peine de commencer avec notre première réunion inter pastorale du 20 septembre dernier. Merci pour les différentes contributions et suggestions en vue de notre plan pastoral. Merci à l’équipe du chantier paroissial avec à sa tête le Vicaire Episcopal l’Abbé Pascal ROGER qui vont nous aider à passer de secteur pastoral de Fosses à unité pastorale. Chacun devra s’y mettre pour réaliser ce projet pastoral diocésain.

Je vous propose comme thème de cette année pastorale : « Servir toujours pour que tous aient la joie ». Ce sera un engagement que chacun devra prendre pour vivre et annoncer la Bonne Nouvelle du salut dans son milieu de vie, car la vie chrétienne est une imitation de la vie de Jésus-Christ l’unique boussole de chaque chrétien. Il s’agit concrètement de suivre le Christ à travers le témoignage vrai de notre vie ; une vie toute engagée au service de Dieu et de nos frères spécialement ceux qui ont le plus besoin de notre attention : les personnes à mobilité réduite, les personnes âgées, les malades, les sans emploi, les sans-logis, en somme toutes les personnes qui souffrent d’une manière ou d’une autre et qui ont besoin de notre présence.

Vivre en chrétien, va avec le vivre ensemble, avec les autres et pour les autres ; c’est accepter l’autre tel qu’il est et non tel que nous voulons qu’il soit ; c’est aussi rechercher de vraie valeurs qui prennent leur source dans la valeur suprême qu’est Jésus : Amour, Vérité, Joie et Charité. Et cela commence avec les membres de notre propre famille, ceux avec qui nous travaillons et ceux que nous côtoyons. Puissions-nous réduire un tant soit peu la misère en nous et autour de nous par des engagements à taille humaine, par de petits gestes à l’endroit de celui qui est en face de soi et différent peut-être de nous? Notre altérité ? Jésus nous y invite. Qu’à la place des discours si bien nécessaires, nous passions à des actes concrets de libération du frère ou de la sœur pour un monde meilleur en vue d’une civilisation de l’amour où l’homme est heureux et est au cœur de toutes nos structures et systèmes. Cette manière de faire et de vivre, nous permet de reconnaître l’autre dans son altérité, dans ce qu’il est différent de moi. Et pour se faire, donner à l’autre l’espace de liberté qui lui permettra de devenir pleinement lui-même. Cela conduit toujours avec patience et nécessité sur le chemin du pardon. Comme le dit le Saint Père François, évitons les différents postes de douanes et fixons notre regard vers le bien qui est à faire et le mal qui est à éviter. Certainement que nul n’est indispensable mais tout de même chacun à son rôle à jouer. Alors que par nos actes et paroles, chacun joue sa partition dans la charité et le respect de l’autre.

Bonne et fructueuse année pastorale 2017-2018 à toutes et à tous et que la Vierge Marie intercède pour nous et pour notre monde.

Votre autre frère et ami, le Père AHOUA Miessan Auguste Roger

Formation l’école de Jésus

« LA SPIRITUALITE LAICALE SELON LE CONCILE VATICAN II »

Bien chers amis, nous continuons notre formation avec l’enseignement de Lumen Gentium (La Lumière des Peuples).

L’ENSEIGNEMENT DU DECRET "APOSTOLICAM ACTUOSITATEM" (A.A.)

A ce niveau de notre réflexion, nous voulons apprécier l’importance de ce décret dans la vie laïcale à travers ces six chapitres :

 

        I.      LA VOCATION DES LAÏCS À L’APOSTOLAT    (2-4)

      II.      LES BUTS À ATTEINDRE                                      (5-8)

    III.      LES DIVERS CHAMPS DE L’APOSTOLAT         (9-14)

   IV.      LES DIVERS MODES D’APOSTOLAT                 (15-22)

     V.      LES DISPOSITIONS À OBSERVER                      (23-27)

   VI.      LA FORMATION À L’APOSTOLAT                      (28-32)

 

    I.      LA VOCATION DES LAÏCS À L’APOSTOLAT    (2-4)

Dans ce premier chapitre, le décret présente les fondements de l’apostolat des laïcs en faisant référence à la constitution Lumen Gentium que nous avons déjà étudiée.

"La vocation chrétienne est aussi vocation à l’apostolat" et du fait que le chrétien appartient à un corps qui est l’Église, dans ce corps tout membre doit être actif : "Tout le corps opère à sa croissance selon le rôle de chaque partie"(Eph 4,16).

"Il y a dans l’Église diversité de ministère, mais unité de mission". C’est une affirmation qui servira comme base pour tout le décret et que tous les prêtres et les laïcs doivent bien connaître et en tenir compte.

"Les laïcs tiennent de leur union même avec le Christ le devoir et le droit d’être apôtres".

Cela leur revient du Sacrement du Baptême et de la Confirmation. Leur apostolat n’est pas une décision ou un choix de l’Église (en tant que hiérarchie) mais "c’est le Seigneur lui-même qui les députe à s’y engager" Après, on précise les termes de l’apostolat des laïcs qui doit commencer par leur vie : "Faire des offrandes spirituelles, et pour rendre témoignage au Christ sur toute la terre". Ils sont aidés en cela par les Sacrements et spécialement par l’Eucharistie.

Le témoignage se base surtout sur une vie dans la foi, l’espérance et la charité que l’Esprit Saint répand dans les cœurs de tous les membres de l’Église. En particulier, c’est "le précepte de la charité qui… presse tous les chrétiens à travailler à la gloire de Dieu".

Il faut souligner l’insistance du décret sur le mot "tous", tous les chrétiens, tous les membres de l’Église. "A tous les chrétiens… incombe la très belle tâche…".

Aujourd’hui, cela ne surprend pas, du moins sur le plan théorique. Sur le plan pratique, nous sommes bien loin de la réalisation de cet enseignement.

Le décret veut dire aussi que dans l’Église pour l’apostolat il n’y a pas de discrimination et de privilège. Tous les chrétiens y sont tenus quelles que soient leurs conditions, leurs cultures, leur formation, leur âge, leur sexe.

Le fait que dans une paroisse il y ait des laïcs plus engagés que d’autres qui se dévouent beaucoup pour l’apostolat ne doit jamais faire perdre de vue l’objectif selon lequel tous les laïcs de la communauté y sont tenus. Il faut à tout prix éviter la formation de groupes qui deviennent des ghettos et qui font de l’apostolat une espèce de privilège, ce qui ne favorise pas la collaboration d’autres chrétiens.

L’apostolat est une œuvre de Dieu et pour Dieu et donc le Saint- Esprit intervient de manière spéciale pour aider les chrétiens à l’accomplir. En plus des sacrements à travers lesquels il sanctifie le peuple de Dieu, le Saint-Esprit accorde aussi aux fidèles les dons de charismes particuliers capables de les illuminer et de les soutenir dans leurs activités.

"De la réception de ces charismes, même les plus simples, résulte pour chacun des croyants le droit et le devoir d’exercer ces dons dans l’Eglise et dans le monde". Cet exercice doit se réaliser dans le cadre de l’apostolat ecclésial, donc selon les indications des pasteurs auxquels "il appartient de porter un jugement sur l’authenticité et le bon usage de ces dons, non pas pour éteindre l’Esprit, mais pour éprouver tout et retenir ce qui est bon" (n°3). (A suivre)

AHOUA Miessan Auguste Roger, votre Curé

 

L’Équipe de « L’écho de nos Paroisses »  forme une fois encore pour vous, cher lecteur, et pour ceux et celles qui vous sont chers, une Bonne Rentrée Pastorale, scolaire et universitaire. -

------------------------------------------------------------------------------------------------------

FOSSES-LA-VILLE

Chapelle Notre Dame de Beauraing à Nèvremont

Messe le Dimanche à 11h00

Les messes de semaine se font au presbytère.

Les messes du dimanche sont à 11h à la chapelle de Névremont.

Dimanche 1er /10/17 : 26ème Dimanche Ordinaire A pour les membres du collectif (fondée),  Famille Dumont Bassine.

Mercredi 4/10/17 : 18h30 : Messe pour Henri Guillaume et Fernande Rousseaux.

Samedi 7/10/17 : 13h30 : Messe à la Résidence Dejaifve

Dimanche 8/10/17 : 27ème Dimanche Ordinaire A, Pour les membres du collectif (fondée), Pour Annie Romain et Joseph Perger.

Mercredi 11/10/17 : 18h30 : Messe

Samedi 14/10/17 : 13h30 : Messe à la Résidence Dejaifve

Dimanche 15/10/17 : 28ème Dimanche Ordinaire A, pour les membres du collectif (fondée), Pour Lucien Jacquemin et Louis Jacquemin.

Mercredi 18/10/17 : 18h30 : Messe

Samedi 21/10/17 : 13h30 : Messe à la Résidence Dejaifve

Dimanche 22/10/17 : 29ème Dimanche Ordinaire A pour les membres du collectif (fondée)

Mercredi 25 /10/17  : 18h30 : Messe

Samedi 28/10/17 : 13h30 : Messe à la Résidence Dejaifve

Dimanche 29/10/17 : 30ème Dimanche Ordinaire A- Fête de Saint Feuillen pas de messe à Névremont mais à 10h30 à l’école Saint Feuillen près du ZOLO, suivie du repas. (Voir article page 11) Messe pour les membres du collectif (fondée)

BAMBOIS

Succursale Episcopale Saint Barthélémy

Messe le Samedi à 18h00

Samedi 7/10/17 : 27ème Dimanche Ordinaire A pour André et Léopold Hennin, Geneviève Kinet.

Samedi 14/10/17 : 28ème Dimanche Ordinaire A

Samedi 21/10/17 : 29ème Dimanche Ordinaire A pour Jeanine Samson et Jean Bovy.

Samedi 28/10/17 : 30ème Dimanche Ordinaire A

MARIAGE : LIVIN Thomas et LORENT Lucie s’uniront par les liens sacrés du mariage le samedi 7 octobre 2017 à 13h00 en notre paroisse. Nos félicitations et nos vœux de bonheur les accompagnent !

BAPTEME : Notre communauté va s’agrandir grâce au baptême de :

GLORIEUX Alessia le 15 octobre 2017 à 13h00 de notre paroisse

SART-SAINT-LAURENT

Paroisse Saint Laurent

Messe le Dimanche à 9h00

Dimanche 1er /10/17  : 26ème Dimanche Ordinaire A pour Jean Rossomme ; pour Solange De Bouvry ; Raymonde Lenain et Nicole Chapelle – Cassage du verre des marcheurs de Sart.

Jeudi 5/10/17 : Messe à 9h00

Dimanche 8/10/17 : 27ème Dimanche Ordinaire A pour Jean-Michel Soulier ; Joseph Detelle ;

Maria Monjoie ; Emile Detelle et Marie Detelle

Jeudi 12/10/17 : Messe à 9h00 pour Famille Roger Thibaut-Bourgeois

Dimanche 15/10/17 : 28ème Dimanche Ordinaire A pour Olivier Ancion ; Gilberte Bacq et Olivier Leur Petit-Fils

Jeudi 19/10/17 : Messe à 9h00 pour Jean Pessleu

Dimanche 22/10/17 : 29ème Dimanche Ordinaire A pour Alexandre-Maximilien ; Jean Tahir ; Stephane Bossrez ; les défunts des familles Tahir-Colin, Lamour-Lavigne, Devillez-Gilson

Jeudi 26/09/17 : Messe à 9h00

Dimanche 29/10/17 : 30ème Dimanche Ordinaire A

BAPTEME : Notre communauté va s’agrandir grâce au baptême de :

PALIX Emma le 14 octobre 2017 à 11h00 de notre paroisse

LE ROUX

Paroisse Sainte Gertrude

Messe le Dimanche à 10h00

Dimanche 1er/10/17 : 26ème Dimanche Ordinaire A pour Challe Isidorienne ; Guyaux Paula

Dimanche 8/10/17 : 27ème Dimanche Ordinaire A pour Abbé Ladry ; Quinet Léon et Wauthier Emile.

Dimanche 15/10/17 : 28ème Dimanche Ordinaire A pour Challe Isidorienne ; Guyaux Paula ; Boccart Josephine

Dimanche 22/10/17 : 29ème Dimanche Ordinaire A pour Abbé Ladry ; Quinet Léon et Wauthier Emile Dimanche 22/10/17 : à 16h00 Confirmation par Monseigneur Jean Marie Huet

Dimanche 29/10/17 : 30ème Dimanche Ordinaire A pour Nizet-Demeure-Boccart (fondée)

DECES : Il nous a quittés pour rejoindre la maison du Père.

4/9/2017 : D’ANZUL Aldo

AISEMONT

Paroisse Saint Joseph

Messe le Samedi à 17h00

Samedi 7/10/17 : 27ème Dimanche Ordinaire A pour Famille Thiry Mahudel

Samedi 14/10/17 : 28ème Dimanche Ordinaire A pour Christelle et Ernest Gillain

Samedi 21/10/17 : 29ème Dimanche Ordinaire A pour Lambot Antoine (fondée)

Samedi 28/10/17 : 30ème Dimanche Ordinaire A pour Lambot Antoine (fondée)

DECES : Il nous a quittés pour rejoindre la maison du Père.

16/9/2017 : NICOLAS Jean

 

VITRIVAL

Paroisse saint Pierre

Messe le samedi à 18h00

 

Samedi 7/10/17 : 27ème Dimanche Ordinaire A pour Dor Rosalie (fondée), messe pour José COLLIN.

Lundi 9/10/17 et mardi 10/10/17  : 8h30 : Messe au Presbytère de Vitrival

Samedi 14/10/17 : 28ème Dimanche Ordinaire A pour Dor Rosalie (fondée) messe pour les défunts GODART- FESTRAETS.

Lundi 16/10/17 et mardi 17/10/17 : 8h30 : Messe au Presbytère de Vitrival

Samedi 21/10/17 : 29ème Dimanche Ordinaire A)- DIMANCHE DE LA MISSION UNIVERSELLE.  18h00 : messe anniversaire pour Armand GALAND et pour Dor Rosalie (fondée)

Collecte pour les missions

Lundi 23/10/17 et mardi 24/10/17 : 8h30 : Messe au Presbytère de Vitrival

Samedi 28/10/17 : 30ème Dimanche Ordinaire A pour Dor Rosalie (fondée) et pour  les défunts BERNARD-PARENT.

Lundi 30/10/17  : 8h30 : Messe au Presbytère de Vitrival

MARDI 31 OCTOBRE : TOUS LES SAINTS :18h00 : messe pour tous les défunts de la paroisse. Collecte pour la location annuelle des chaises d’église (recettes de la fabrique d’église)

 

Un jour, j’ai retenu les services d’un menuisier pour m’aider à restaurer ma vieille grange. Après avoir terminé une dure journée au cours de laquelle une crevaison lui avait fait perdre une heure de travail, sa scie électrique avait rendu l’âme, et pour finir, au moment de rentrer chez lui, son vieux pick-up refusait de démarrer.

Je le reconduisis chez lui et il demeura froid et silencieux tout au long du trajet. Arrivé chez lui, il m’invita à rencontrer sa famille. Comme nous marchions le long de l’allée qui conduisait à la maison, il s’arrêta brièvement à un petit arbre, touchant le bout de ses branches de celui-ci de ses mains.

Lorsqu’il ouvrit la porte pour entrer chez lui,, une étonnante transformation se produisit. Son visage devint rayonnant, il caressa ses deux enfants et embrassa sa femme.

Lorsqu’il me raccompagna à ma voiture, en passant près de l’arbre, la curiosité s’empara de moi et je lui demandai pourquoi il avait touché le bout des branches de cet arbre un peu plus tôt.

« C’est mon arbre à soucis, » me répondit-il. « Je sais que je ne peux éviter les problèmes, les soucis et les embûches qui traversent mes journées mais il y a une chose dont je suis certain, ceux-ci n’ont aucune place dans la maison avec ma femme et mes enfants. Alors, je les accroche à mon arbre à soucis tous les soirs lorsque je rentre à la maison. Et puis, je les reprends le matin ».

« Ce qu’il y a de plus drôle », il sourit, « c’est que lorsque je sors de la maison le matin pour les reprendre, il y en a beaucoup moins que la veille lorsque je les avais accrochés. » Conte d’auteur inconnu

DEMANDES DE MESSES ET RECOMMANDATIONS DES DEFUNTS

A l’occasion de la prochaine fête de la Toussaint, si vous souhaitez demander des messes (7euros/messe) et/ou recommander vos défunts, veuillez le signaler au Père Roger AHOUA soit en versant le montant souhaité au compte bancaire n°BE29 3631 5011 9664 en indiquant clairement en communication le nom de la paroisse et l’intention pour laquelle la messe est demandée (défunts ou autres), soit en lui remettant une enveloppe lors des célébrations dominicales)

SART-EUSTACHE

Paroisse Sainte Croix

Messe le Dimanche à 09h30

Dimanche 1er/10/17 : 26ème Dimanche Ordinaire A MESSE DES NOCES D’OR ET JUBILAIRES.

pour les Familles Duculot-Beauwenne(fondée)

Dimanche 8/10/17 : 27ème Dimanche Ordinaire A - Grand messe paroissiale

pour les Familles Duculot-Beauwenne(fondée)

Dimanche 12/11/17 : 28ème Dimanche Ordinaire A pour les Familles Duculot-Beauwenne(fondée) et messe anniversaire pour Rolande GOFFAUX.

Dimanche 19/11/17 : 29ème Dimanche Ordinaire A- Grand messe paroissiale pour les Familles

Duculot-Beauwenne(fondée)

Dimanche 26/11/17 : 30ème Dimanche Ordinaire A – Grand messe paroissiale pour les Familles  Duculot-Beauwenne(fondée)

MERCREDI 1er NOVEMBRE : TOUS LES SAINTS : 9h30 : messe pour tous les défunts de la paroisse. Collecte pour la location annuelle des chaises d’église (recettes de la Fabrique d’église).

N.B : Attention changement de l’heure de la messe : En accord avec la Fabrique de l’Eglise l’heure de la messe passe désormais à 9h00 à partir du mois de décembre 2017.

DEMANDES DE MESSES ET RECOMMANDATION DES DEFUNTS VOIR CHRONIQUE DE VITRIVAL

_____________________________________________________

Demandes d’intentions de messes et recommandations pour le 1/11.

Merci de bien vouloir formuler vos recommandations et vos demandes d’intentions de messes pour l’année 2017/2018 pour le

25 octobre 2017, au plus tard.

Pour Fosses : remettre votre enveloppe à Bernadette NOËL ou à Anne Laure WASNAIRE au cours des eucharisties.

Merci d’écrire EN IMPRIME  les noms et prénoms, les dates désirées et de glisser dans une enveloppe ainsi que la somme de 7€ par messe            

D’autre part, il est aussi possible de faire un virement sur le Compte Messes Secteur de Fosses BE29 3631 5011 9664 en indiquant clairement en communication le nom de la paroisse et l’intention pour laquelle la messe est demandée. (Défunts ou autres)                                                       

Pour Bambois : Voir avec BOVY Jeanine, Rue Tri al Hutte, 17,  5070 à Bambois ou au cours des messes.             

Pour Sart St Laurent : voir auprès de Véronique Henrard.       

Pour Aisemont : Voir Jacqueline Guillaume au 071/71.15.50                              

Pour Le Roux : Voir Mr Danloy Robert au 071/71.24.90 

Pour Vitrival : Voir l’article sous la chronique de Vitrival

Pour Sart Eustache : Voir l’article sous la chronique de Vitrival    

En cas de dernière minute, et au cours de l’année, demander vos intentions avant le 15 du mois surtout si vous désirez que cela figure dans le bulletin paroissial.

Si au cours de l’année 2017/2018, une messe est supprimée dans une des paroisses, les intentions sont reportées dans la paroisse où s’effectue la célébration dominicale.

_____________________________________________________________________________________________

 

LA CATECHESE DANS LE DIOCESE DE NAMUR

Voici le texte du chanoine Joël Rochette, Vicaire épiscopal pour la catéchèse, lors de la journée diocésaine de la catéchèse le 17 juin 2017.

La place de l’enfant catéchisé est au milieu de la communauté chrétienne

Jésus, pendant de longs mois, a fait route avec ses disciples. Les évangiles rapportent les enseignements, les rencontres, les conversations de Jésus avec ces hommes et ces femmes qui le suivaient ou qui croisaient son chemin.

C’était une première catéchèse d’adultes, en quelque sorte. Une catéchèse dont l’objectif, comme l’exprimera plus tard le Directoire général pour la catéchèse, était de « développer toutes les dimensions de la foi de sorte qu'elle devienne une foi connue, célébrée, vécue, priée » (n°144). Voilà une phrase remarquable, qui dit de manière simple l’objectif si complet de la catéchèse : mener à une foi connue, célébrée, vécue et priée.

Jésus a voulu susciter une telle foi, chez ses disciples : il a ouvert leur intelligence à la Parole de Dieu pour qu’ils connaissent Dieu ; il a célébré, avec eux, la louange de Dieu, dans la liturgie à la synagogue et au Temple ; il a invité ses disciples à vivre au quotidien et concrètement le Royaume tout proche ; enfin, il les a emmenés dans sa prière.

Soudain, un geste fort

Mais, un jour, alors que le groupe des disciples montait vers Jérusalem avec Jésus, un événement se produisit. Les trois évangiles synoptiques le rapportent, chacun à sa manière.

Les disciples discutaient en chemin, ou, plutôt, ils murmuraient, ils complotaient, en parlant à voix basse… L’un d’eux osa s’approcher de Jésus pour demander : « Qui donc est le plus grand dans le Royaume des cieux ? » (Mt 18,1). Ils en discutaient entre eux depuis longtemps déjà…

Et voici que Jésus ne répond pas tout de suite. Un silence s’installe.

Jésus s’écarte un moment ; il quitte le cercle formé par les disciples, pour y revenir quelques instants plus tard… avec un jeune enfant. Matthieu et Marc écrivent : « il le plaça au milieu d’eux » (Mt 18,2 ; Mc 9,36) ; Luc, écrit, quant à lui : « il le plaça à côté de lui » (Lc 9,47).

Les trois évangélistes rapportent alors les paroles de Jésus qui commente son geste :

- « Si vous ne changez pas pour devenir comme les enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux » (Mt 18,3).

- « Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé » (Mc 9,37).

A la fin de l’épisode, aucun des trois évangélistes ne rapporte que, après avoir fini de parler, Jésus aurait renvoyé l’enfant, ou qu’il l’aurait remis à sa place d’origine, sur le côté, hors du groupe des adultes, ou bien qu’il l’aurait conduit à l’extérieur du cercle. Non, l’enfant demeure là. Au centre du cercle, au milieu de la communauté, à côté de Jésus.

Bien mieux encore, Jésus poursuit son propos de manière très ferme et solennelle : « Celui d’entre vous qui fera tomber un seul de ces petits qui croient en moi, il est préférable pour lui qu’on lui accroche au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’il soit englouti en pleine mer » (Mt 18,6).

Nos manières de faire

Quelle place donnons-nous à l’enfant dans notre communauté de disciples ? Quelle place nos communautés chrétiennes laissent-elles aux enfants, dans le cheminement de catéchèse que nous parcourons avec eux ? En plaçant l’enfant au centre de la communauté des disciples, Jésus interroge notre capacité d’accueil.

La manière dont nous accueillons les enfants, en paroisse, révèle quelque chose de notre manière d’accueillir Jésus lui-même et d’accueillir le Père.

La manière dont nous regardons ces enfants, la manière dont nous posons notre regard sur eux et sur les personnes qui les accompagnent et les entourent, notre manière de les considérer… exprime quelque chose de notre propre capacité à changer de regard, à nous convertir réellement, à réviser nos conceptions, nos idées préconçues sur les enfants, les parents, les jeunes ou le monde d’aujourd’hui… pour devenir nous aussi, avec ces enfants, des enfants de Dieu.

La manière dont nous laissons les enfants entrer dans nos cercles chrétiens, dans nos églises, dans nos communautés, dans nos célébrations, la manière dont nous les laissons rejoindre le cœur de celles-ci, dit quelque chose de notre propre désir d’entrer ensemble dans le Royaume de Dieu, d’y entrer avec eux, et pas sans eux !

Trop longtemps…

Trop longtemps en effet, la catéchèse a été « déléguée ». C’est-à-dire que la catéchèse a été confiée à certaines personnes (et pas à d’autres) compétentes et de bonne volonté, des « catéchistes » qualifiées comme « mamans-catéchistes ». Ces catéchistes étaient des quasi-professionnelles, engagées de longue durée, ou des amateurs embarqués pour un temps limité. La catéchèse se donnait alors « à côté », en marge, de la vie de la paroisse : au domicile de la catéchiste ou dans une salle paroissiale, en groupes d’enfants strictement délimités, à certains horaires hebdomadaires qui convenaient aux familles (après parfois d’âpres négociations)… tout cela sans que la communauté chrétienne soit réellement impliquée, ou alors si peu. Combien de paroissiens, dans nos communautés, sont vraiment informés du fonctionnement de la catéchèse ? Combien de paroissiens s’intéressent à ces enfants de la catéchèse ? Combien savent qui sont les enfants et les familles concernées ?

Trop longtemps aussi, la célébration dominicale n’a été qu’un supplément facultatif de la catéchèse des enfants. On a pris acte du fait que les enfants de la catéchèse ne viennent plus à la messe dominicale, sauf exception ; on s’est en quelque sorte résigné, après avoir tout essayé. « Ils auront au moins eu le caté », dit-on. Malgré notre insistance et nos rappels, il est vrai que les enfants catéchisés qui vivent une expérience réelle et positive de la messe sont peu nombreux. A leur décharge, il faut reconnaître que l’intégration des enfants et de leurs parents dans les communautés paroissiales ne va pas toujours de soi. L’accueil des enfants demande une attention particulière, une préparation, voire une adaptation, au moins minimale, de la célébration : tout le monde n’y est pas prêt. Pour favoriser une célébration belle et signifiante, on essaie souvent de regrouper les forces et les nombres en présence : changer les horaires de messe, au moins de temps en temps, proposer ou imposer le déplacement d’une église à l’autre, ne plaît pas au paroissien lambda dérangé dans le confort de sa messe… Il n’est pas rare de voir les pratiquants habituels déserter les messes ouvertes aux enfants et parents de la catéchèse ; certains paroissiens, et parfois les plus engagés, n’entrent guère dans ces efforts d’ouverture.

Trop longtemps enfin, la catéchèse a été pensée sans lien organique avec les autres dimensions de la vie chrétienne et paroissiale : diaconie, liturgie, groupes de prière, services divers… Comme si la catéchèse se suffisait à elle-même : la catéchèse était une formation, plus ou moins scolaire, aboutissant à une évaluation et à un rite de passage, si l’enfant était prêt ; on avait la satisfaction de conduire des enfants jusqu’à la célébration d’un sacrement, première communion, profession de foi ou confirmation, parfois vaille que vaille, mais en tout cas à bon port. On oubliait que ces sacrements sont des sacrements « de l’initiation chrétienne » et que leur signification, comme la grâce sacramentelle, ne se reçoivent que dans cette dynamique de l’initiation : être initié, être introduit progressivement, être conduit par le Seigneur, en Eglise, vers la richesse de la vie de foi. La catéchèse, initiation à la foi, est donc bancale quand elle n’ouvre pas à la liturgie qui se célèbre ; elle est boiteuse quand elle n’ouvre pas à la diaconie qui met en mouvement la charité fraternelle ; elle est amputée quand elle n’ouvre pas à la prière personnelle portée par la prière communautaire…

La catéchèse paroissiale est trop peu en lien vital avec les autres dimensions et services des paroisses. Les rencontres existent parfois, fortuites ou volontaires ; mais on craint souvent de piétiner des platebandes. Au moins, lors de la célébration des sacrements, est-il convenu de collaborer pour faire de la fête une réussite… Mais est-ce vraiment suffisant ?

Quelle meilleure place ?

Placer l’enfant au milieu, le mettre au centre de la communauté des disciples, c’est donc aussi lui faire une place dans la communauté chrétienne, au carrefour de toute sa richesse (et de ses pauvretés), à l’intersection de ses réalisations (et de ses manques), au cœur de ce qu’elle vit réellement, de façon visible et invisible… Quelle meilleure place, donc, que le cœur de l’eucharistie pour découvrir la communauté chrétienne ? Quelle meilleure place que l’eucharistie pour qu’un enfant soit placé par Jésus « au milieu d’eux » et « auprès de lui » ? La célébration de l’eucharistie rassemble les croyants pour célébrer ce qu’ils vivent ; l’eucharistie éclaire par la Parole de Dieu l’écriture de notre vie ; l’eucharistie nourrit du Pain vivant nos corps et nos âmes d’enfants de Dieu, affamés de vie.

La troisième étape du cheminement de catéchèse proposé dans notre diocèse de Namur est toute centrée sur la célébration de l’eucharistie. Non pas seulement parce qu’il faut bien que les enfants fassent leur première communion un jour (on a suffisamment attendu, diront certains). Non pas seulement parce qu’il faut bien, à un moment ou l’autre de la catéchèse, leur « parler » de la messe, leur faire « connaître » l’eucharistie ou leur « expliquer », à côté de tant d’autres choses qu’ils ont déjà vues ou qu’ils verront encore. Ces deux approches (la première communion et la connaissance de la messe) sont largement insuffisantes.

Si la troisième étape de la catéchèse diocésaine s’intitule « Nous recevons le Pain de Vie », c’est parce que, après avoir éveillé les enfants à la foi, après leur avoir montré, douze visages de Jésus vrai homme et vrai Dieu, « il est juste et bon » (comme dit la préface) de vivre avec ces enfants ce qui fait vivre la communauté chrétienne : l’eucharistie du Seigneur Jésus.

Une vision d’ensemble

Un document d’ensemble du parcours de la catéchèse a été réalisé et est diffusé largement dans tout le diocèse, par l’intermédiaire des doyens et des personnes-ressources en catéchèse. Il a comme titre une interpellation : « Ils ont besoin de repères… pourquoi pas l’évangile ? ». Ce dépliant, tiré à 20.000 exemplaires, peut être obtenu, gratuitement, en grand nombre, auprès de Catéveil. Il propose de voir d’un coup d’oeil le chemin proposé désormais dans notre diocèse. Des pas traversent la page, de haut en bas, et ils ne s’arrêtent pas : il est plus important pour un chrétien d’être en marche que d’être en règle ! Ces pas sont ceux des enfants, des parents, des catéchistes et de tous les paroissiens qui acceptent de faire un bout de chemin en catéchèse. Des étapes sont franchies, qui rejoignent, d’une certaine manière, les pas de Jésus et de ses disciples en Palestine. Un temps d’éveil à la foi, tout d’abord, avec la photo des grands arbres, gorgés de vie, tendus vers le ciel : ce sont nos chênes ou nos épicéas d’Ardenne semblables aux

cèdres du Liban, ce sont nos enfants qui s’éveillent à la vie, à la prière, à la Parole, à la communauté, au baptême. Puis il y a un temps de découverte de Jésus : Jésus, l’inconnu, devient un ami, un frère, et beaucoup plus : Dieu avec nous ; c’est la découverte que font nos enfants et leurs parents, sur les chemins caracolants de notre diocèse, comme l’ont faite les disciples accompagnant Jésus en Palestine. Puis vient le temps d’accueil du Pain de Vie. C’est ici que les pas nous conduisent aujourd’hui ; c’est ici que Jésus, prenant un enfant, le place vraiment au milieu des disciples, au coeur de l’eucharistie. Les pas continueront bien sûr, il y en aura d’autres dans les années à venir… Mais il ne faut pas aller trop vite : à chaque jour suffit sa peine. Le service Catéveil et les responsables diocésains travaillent, bien sûr, aux étapes suivantes, déjà ébauchées… avec les conseils et à l’écoute des catéchistes.

Un vocabulaire commun

Souvent, on discute entre nous, dans tous les coins du diocèse, sur nos expériences de catéchèse, sur les réussites, les difficultés de l’une ou l’autre année, d’un chemin, d’une activité. Catéveil a constaté que le vocabulaire des étapes de la catéchèse n’était pas unifié. Il est bon, pour faciliter la compréhension, de suggérer dorénavant, et par facilité, un même langage ; en utilisant une partie des titres des livrets d’animation, on donne du sens à l’étape ; ainsi, plutôt que de parler de l’année 1, 2 ou 3, ou d’éveil puis de Chemins, ou d’autres formules encore, il est conseillé d’appeler maintenant les trois étapes comme suit : l’Éveil à la foi, les Douze visages de Jésus, le Pain de Vie. De beaux mots qui disent ce que l’on vit vraiment en catéchèse.

Reconnaissance

Les acteurs de la catéchèse diocésaine sont nombreux. Mgr Vancottem et Mgr Warin, nos évêques, soutiennent et encouragent le travail de Catéveil, dont l’équipe étoffée effectue un travail remarquable : qu’ils en soient remerciés. Les personnes-ressources en catéchèse (Mme Dominique FEYERS) ont commencé leur mission au niveau de leur doyenné, pour être un relais du service Catéveil et aller dans le sens d’une meilleure coordination de la catéchèse. L’engagement résolu des prêtres à leurs côtés, dans le renouveau de la catéchèse, est une condition sine qua non pour la mise en place de celle-ci : sans un prêtre qui s’investit personnellement dans la catéchèse, que peuvent faire les catéchistes dans une paroisse ou une unité pastorale ? Les catéchistes, enfin, hommes et femmes, de tous âges, assument une mission belle et exigeante : ils sont des milliers dans notre diocèse. Qu’ils soient vivement remerciés pour leur travail infatigable et leur enthousiasme.

Chanoine Joël Rochette, vicaire épiscopal

 

ANNONCES

 

VISITE DU PRETRE : Ceux qui souhaitent recevoir la Communion ou la visite du prêtre sont invités à prendre contact avec Monsieur le Curé 

Père Auguste Roger AHOUA : ahouarogera@yahoo.fr   071729579 / 0492 605669

 

-         La catéchèse sur nos paroisses

     Chers paroissiens et paroissiennes, les inscriptions et le début de formation en catéchèse ont commencé.

     Il s’agit de préparation au mariage, au baptême, à la première communion, à la confirmation et à la profession de foi pour ceux qui finissent l’ancienne méthode.

     Pour ce qui concerne le mariage, prière s’inscrire 6 mois avant la célébration du mariage.

     Pour ce qui est du baptême des enfants, il faut s’inscrire 3 mois avant la célébration du baptême  auprès du Père Curé au 0492605669.

     Veillez prendre contact avec votre curé et vos catéchistes.

 

Prochaines dates à retenir

 

-         Les messes de semaine du mercredi se dérouleront au Presbytère de Fosses à 18h30.

-         Préparation au mariage : Les mercredis 4, 11 et 25 octobre à 19h00 : au presbytère de Fosses, 8 Place du Chapitre, 5070 Fosses.

-         Dimanche 1er octobre à 10h : Messe des jubilaires à Sart Eustache.

-         1er/10 : Messe à 9h et cassage du verre des marcheurs de Saint Laurent.

-         Marche Notre Dame : Aisemont du samedi 30 septembre au dimanche 1er octobre 2017.

-         Mardi 10/10 - Eneo : Goûter d’Automne à la salle Hautvent.

-         14/10 : 18h30 à le Roux. Concert de chorale « l’ENSEMBLE CANTALENTO » chorale de la Sarthe à Auvelais et la participation de la Royale Philharmonique de Fosses.

-         29/10 : Saint Hubert et Marche à Aisément 

-         29/10 : Fête annuelle St Feuillen : 29/10/2017 - Messe 10h30

                  

                   Comme chaque année, la Confrérie St Feuillen fêtera son St Patron le dimanche 29/10/2017.  Vu les  travaux à la Collégiale, l’organisation de cette journée a été légèrement modifiée.  En effet, la messe     aura lieu à l’école maternelle St Feuillen à la rue des Zolos à 10h30 ! 

                   Après la messe, les confrères introniseront  leurs deux nouveaux membres dans la cour de l’école.                

Après le renouvellement du vœu, le cortège se dirigera vers la cour du Collège St André au son des tambours pour y prendre l’apéritif   offert à tous les participants.

                   Cette année, la Confrérie organise un repas ouvert à tous.

                   Ce repas aura lieu dans la salle du     Collège St André, après l’apéritif.

                   Au menu : Scampis tomates – basilic du chef

                                Filets de canette sauce poivre vert, légumes confits et brochette de grenailles

                                Moelleux au chocolat, glace vanille

                                PAF : 25,00 € (enfant – de 12 ans : 15 €) Réservation dîner pour le 23/10 au plus tard                          

Richard Migeot – richard.migeot@hotmail.com ou 0478/88.85.11.

                                Ou tout autre membre de la Confrérie !

                                Paiement sur le compte : BE74 1030 3409 9107.

                                                                                                      Etienne Drèze – Président

Statuette St Feuillen

 

Cela fait plusieurs années que de nombreuses personnes réclament une statuette de St Feuillen pour garnir leurs fenêtres lors du passage de la procession septennale.  Après diverses réflexions, les membres de la Confrérie St Feuillen sont fiers de vous informer que c’est chose faite ! En effet, nous avons commandé des copies en résine de la statue en bois réalisée par Philippe Piefort (ébéniste-sculpteur) en octobre 2010. Cette statuette fait 28 cm de hauteur et est le fruit du travail d’une petite société liégeoise « Resitec Production », gérée de main de maître par Nathalie Landauer.

 

Cette statue sera mise en vente très prochainement à divers endroits (Syndicat d’Initiative, Regare ou commande auprès des Confrères).   

Le prix de vente a été fixé à 60 €, le paiement se fera à l’achat ou lors de la commande sur le compte de la Confrérie (BE74 1030 3409 9107, avec mention de votre nom et prénom + statuette).

 

La statuette pourra également être achetée avant la messe de la fête annuelle de la Confrérie le dimanche 29/10/2017.  Elle sera disponible à partir de 09h45, dans la salle de l’école maternelle St Feuillen à la rue des Zolos.  Ceux et celles qui le souhaitent, pourront la faire bénir lors de la messe de ce 29/10/2017 qui aura lieu au même endroit à 10h30.

 

La volonté de la Confrérie, est de satisfaire tout le monde ! Par conséquent, la production de la société n’est pas limitée en nombre, la seule contrainte sera de tenir un rythme satisfaisant de production.

De cette manière, nous espérons que lors de la prochaine septennale de septembre 2019, cette statuette de St Feuillen pourra être présente dans un maximum de maisons !

                 C’est également une statuette identique, mais en bois, qui sera offerte au Pape lors de notre pèlerinage de la  mi- novembre 2017 !                                       

                                                                                                      

Etienne Drèze – Président

-         Voici l'adresse E-mail des paroisses de Fosses : psecteurdefosses@yahoo.fr  pour ceux et celles qui souhaiteraient nous faire des suggestions ou propositions en vue d'améliorer ce qu'ils souhaitent.   

 

 

 

 

 

Monastère  Notre-Dame 

1,  rue  du  Monastère,  5644  Ermeton-sur-Biert 

Tél.  071/72.00.48  ;  Fax  071/72.73.92  ;

Courriel:  accueil@ermeton.be

site  :  www.ermeton.be

 

 

Horaire  des  offices Ouverture  du  magasin
  Semaine Dimanche Lundi Fermé
Laudes 7h00 7h30 Mardi,jeudi,  vendredi 10h00  à  12h00  et  de  14h00  à  17h30
Eucharistie 7h45 9h30 Mercredi 9h30  à  11h00  et  de  14h00  à  17h30
Messe  le  mercredi  à  11h45 Samedi 9h30  à  12h00  et  de  13h30  à  17h30
Milieu  du  jour 12h45 12h15 Dimanche 11h00  à  12h00  et  de  13h30  à  17h30
Vêpre 18h00 18h00  
Vigile 19h45 19h45

Agenda : 6 au 8/10/2017 – Hébreu biblique, Fr.Etienne Demoulin, Wavreumont

15/10 – Journée des Amis d’Ermeton « 100 ans »

CALENDRIER : (Saints de chez nous)

31 OCTOBRE : SAINT FEUILLEN.

Le patron de notre paroisse est saint Feuillen, un moine irlandais né à la fin du VIe siècle. Son père était Fintan, un « prince » d’une province du nord-ouest de l’Irlande ; il est le frère de Fursy et d’Ultain : tous trois sont nés dans l’île d’Inchiquin, dans le lac Corrib, proche du Connemara. Dans cette « Ile des Saints », tous trois se firent moines : à Rathmat d’abord, puis à Clonfert, dans un de ces nombreux monastères qui fleurirent en Irlande convertie par saint Patrick. Ils avaient chacun leur personnalité propre : Fursy était un mystique, un visionnaire ; Feuillen, un missionnaire dans l’âme ; Ultain, au contraire, de tendance érémitique. Ils suivirent cette dure formation selon la règle de saint Colomban : frugalité, discipline sévère, longues stations de prières à genoux, travail manuel et étude. Cela forgeait des hommes au caractère trempé, forts, exigeants pour eux-mêmes mais ouverts aux autres. Après des retraites dans des îles isolées, les trois frères, avec plusieurs compagnons, passent en Angleterre et installent un monastère à Cnoberesburg, au nord de Londres. A partir de là, on a une source sûre : une vie de saint Fursy écrite par un moine irlandais de Nivelles en 657, avec une « Ajoute nivelloise sur Feuillen » (Additamentum nivialense de Fuilano », une base sérieuse pour la vie de notre saint patron puisque écrite deux ans après sa mort par un de ses compagnons irlandais.

En 640, Fursy confie la communauté à Feuillen et part sur le continent, accueilli par le maire du palais de Neustrie qui lui permet d’établir un monastère à Lagny et à Péronne. Le monastère de Cnoberesburg est assailli par un roi païen qui le pille, mais les moines, d’abord prisonniers, sont délivrés par un roi chrétien. Alors ils décident d’aller aussi en Gaule. Ils débarquent à Quentovic, petit port à l’embouchure de la Canche (près du Touquet), et à Péronne trouvent la tombe de leur frère décédé peu auparavant. Le maire du palais les expédie en Austrasie et ils sont reçus à Nivelles par sainte Gertrude et sa mère, fille et veuve de Pépin de Landen, maire du palais et gros propriétaire terrien. Feuillen organise d’abord, à Nivelles, une petite communauté de ses moines irlandais pour assurer les offices pour les moniales de Gertrude, puis il reçoit le domaine de Bebrona où il installe un monastère Feuillen continue d’évangéliser la région et un jour, parti de Nivelles avec trois compagnons pour aller sans doute à Péronne, ils sont dévoyés par des bandits qui d’abord les hébergent mais les massacrent le lendemain matin. C’était le 31 octobre 655, dans un lieu actuellement commune de Le Roeulx. Les corps ne furent retrouvés que 77 jours plus tard et ramenés à Nivelles, celui de Feuillen ensuite à Fosses. Le peuple et des notables accoururent de partout pour lui rendre les honneurs « et on le mit en place dans un lieu très connu et appelé, d’un autre nom, Fosse », dit l’Additamentum.

Tout cela montre que Feuillen, déjà de son vivant, était fort connu et estimé. On ne cite pourtant pas de miracle accompli durant sa vie. Par contre, lors de « l’élévation des reliques » par l’évêque de Liège Henri de Verdun, en 1086, les chanoines de Fosses relatent trois guérisons immédiates et miraculeuses. D’autres sont encore signalées plus tard dans les vies écrites aux siècles suivants. Notre patron est invoqué pour les maux de tête et d’oreilles, et aussi, par les cultivateurs, pour avoir du temps favorable pour les moissons. Ce sont d’ailleurs des fermiers qui revendiquent de porter les deux reliquaires lors des grandes processions septennales en l’honneur de notre saint patron.

Plusieurs églises lui sont dédiées ailleurs qu’à Fosses : au Roeulx, lieu de sa mort ; à Liège, en Outremeuse (Saint-Pholien); à Aix-la-Chapelle ; et aussi dans des paroisses du diocèse de Namur : Tillier (Fernelmont) en garde une statue ; Longchamps (Leuze) : statue et relique ; Omezée, Castillon et Walcourt ; et dans le Brabant : à Enines (Jauche) : statue ; Offus (Ramillies) : beau rétable ; Hédenge (Ramillies) : splendide statue du XVIe, en moine irlandais, et aussi Neerliinter.

TEXTE : Jean ROMAIN

REFLEXIONS ET ACTIONS

LAUDATO SI

Biens chers sœurs et frères, après vous avoir présenté le contenu de l’Exhortation Apostolique du Pape François intitulée « Amoris Laetitia » « La joie de l’amour » sur la famille, je voudrais partager avec vous le contenu de son Encyclique intitulée « Laudato si » « Loué sois-tu » sur l’écologie à l’occasion du deuxième anniversaire de sa parution le 18 juin 2017.

Il importe avant toute chose de dire que l’encyclique constitue une étape nouvelle dans la pensée sociale de l’Eglise. Ce n’est pas une encyclique sur le changement climatique ou l’environnement ou l’écologie au sens étroit du terme.

Le chapitre II est la reprise de la richesse de la tradition judéo-chrétienne, en puisant dans les textes bibliques, puis dans l’élaboration théologique de la tradition chrétienne. L’analyse se dirige ensuite (chap. III), « aux racines de la situation actuelle, pour que nous ne considérions pas seulement les symptômes, mais aussi les causes les plus profondes » (15). Le but est d’élaborer un nouveau paradigme : celui d’une écologie intégrale (chap. IV).

Quelques points saillants

7. L’encyclique est un exercice pratique de collégialité pour l’Eglise catholique. 14 conférences épiscopales sont citées, mais pas la française. En plus du CELAM et du FABC.

8. L’encyclique est un exercice pratique d’œcuménisme. « Je voudrais recueillir… l’apport du cher Patriarche œcuménique Bartholomée… » (&7). C’est la première fois dans une encyclique qu’un chrétien non catholique est cité comme source de la pensée de l’Eglise. Le pape résume la pensée de Bartholomée comme source d’inspiration (& 8-9).

9. L’encyclique appelle au dialogue :

9.1. Dialogue entre chrétiens. Voir l’œcuménisme au point 8.

9.2. Dialogue avec les scientifiques et les politiques et au dialogue entre eux.

9.3. L’encyclique cite des auteurs profanes (ce qui est rare dans les encycliques) : le philosophe Ricœur et surtout le théologien allemand Guardini. Scannone, argentin a aussi droit à une citation ! La pensée sur la technique est fondée sur Guardini et non sur Ellul ! Un mystique musulman soufi est cité en note : Ali al-Khawwas (& 233).

9.4. Dialogue avec les « personnes concernées », c’est-à-dire surtout les plus démunis des habitants affectés par des projets de « développement ». Le pape est soucieux que toutes les parties prenantes aient droit au chapitre, surtout dans les pays où la mal gouvernance et la corruption entravent les processus démocratiques.

(À suivre) Père AHOUA Miessan Auguste Roger

Disparue, l’abbaye de Salzinnes (Namur) fait aujourd’hui parler d’elle de l’autre côté de l’Atlantique, au Canada. Une exposition s’y déroule à Halifax, avec un magnifique document de l’abbaye.

Fondée à la fin du 12e siècle, l’abbaye cistercienne l’abbaye du Val-Saint-Georges à Salzinnes (Namur) est détruite lors de la Révolution française. Les moniales trouvent alors refuge à Malonne. Des traces de cette abbaye subsistent encore dans les archives ecclésiastiques conservées aux Archives de l’État à Namur ainsi qu’aux Archives générales du Royaume à Bruxelles.

Une histoire rocambolesque

Dans les années 70, l’antiphonaire de Salzinnes, un recueil de chants liturgiques qui date des années 1554-1555, réalisé par les religieuses de l’abbaye cistercienne de Salzinnes et que l’on croyait perdu, refait surface en Nouvelle-Ecosse, au Canada.

Rédigé en latin, cet ouvrage de près de 500 pages avait été acquis en Europe au 19e siècle par Mgr William Walsh (Irlande, 1804- Halifax, 1858), évêque en partance pour le Canada. Plus d’un siècle après le décès de l’archevêque Walsh, le livre enluminé est retrouvé dans le grenier de la résidence épiscopale et donné à l’université catholique Saint Mary’s à Halifax.

L’ouvrage intègre alors la Bibliothèque Patrick Power de l’université Saint Mary’s.

Son existence reste confidentielle jusqu’à ce qu’en 1998 le livre enluminé attire l’attention d’une historienne d’une galerie d’art à Halifax. Judith E. Dietz commence à travailler sur le manuscrit, afin d’en déterminer la provenance pour ensuite le faire analyser scientifiquement (identification des pigments, etc.). Dans le cadre de ses recherches, celle-ci entretient de nombreux échanges avec la Belgique. En 2006, elle dépose une thèse de doctorat sur le sujet à l’université Saint Mary’s.

Et le document est enfin restauré par l’Institut canadien de conservation à Ottawa.

Pour la première fois depuis sa redécouverte en 1998, le livre enluminé est exposé au public, dans une galerie d’art à Halifax (Nouvelle-Ecosse, Canada).

Des documents d’archives relatifs à l’ancienne abbaye de Salzinnes, conservés aux Archives de l’État à Namur et aux Archives générales du Royaume, ont été prêtés pour l’occasion et restaurés au préalable par l’atelier de restauration des Archives générales du Royaume. Parmi ces documents figurent trois bulles papales ainsi qu’une charte du XIIIe siècle. L’exposition Centuries of Silence : The Discovery of the Salzinnes Antiphonal se déroule depuis le 5 mai jusqu’au 29 octobre 2017 au Art Gallery of Nova Scotia à Hallifax (Nouvelle-Ecosse, Canada).

Source Cathobel.

 

==================================================================

Qui contacter dans nos paroisses ?

Abbé Roger AHOUA(Vice doyen) Place du Chapitre, 8  5070 Fosses tél :  tél : 071/72.95.79  email  ahouarogera@yahoo.fr

Abbé Cyrille ZAGADO (vicaire)   rue de la Station, 39 5070 Aisemont  tél : 071/71.15.71  email  zbcyril@yahoo.fr

Abbé René FORTHOMME  Place de Brogne, 2 5640 Saint-Gérard  tél : 071/79.90.35  e-mail rene.forthomme@skynet.be

Abbé Noël SAINT HUBERT Place de Vitrival, 1  5070 Vitrival  tél : 071/71.17.67 e-mail noel.hubert@skynet.be

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Gardes médicales : Depuis le 1er décembre 2013, un nouveau numéro unique pour les urgences

071/204 911

Un poste médical de garde est ouvert sur rendez-vous à la rue de Stierlinsart, 39, 5070 à Bambois. Il est ouvert la nuit de 21h à 8h, les week-ends et les jours fériés de 8h à 21h. Pour les urgences, comme un accident il faut toujours composer le 112.

Gardes Pharmacies

Uniformisation des horaires de garde des pharmacies. A partir du 1er janvier 2015, les horaires et l'affichage des services de garde seront harmonisés à travers tout le pays. L'affichage des gardes se fera de manière uniforme et centralisée sur le site Web www.pharmacie.be. Entre 22 heures et 9 heures du matin, les patients devront obligatoirement s'adresser à un call center national (0903/99.000) pour connaître la pharmacie de garde la plus proche de leur domicile (le numéro sera affiché sur le site pharmacie.be, entre 22H00 et 9H00.

Pharmacie de garde (à partir du 01/01/2015) Voir www.pharmacie.be ou tel au 0903/99.000

 

VISITE DU PRETRE : Ceux qui souhaitent recevoir la Communion ou la visite du prêtre sont invités à prendre contact avec Monsieur le Curé : Père Auguste Roger AHOUA : ahouarogera@yahoo.fr 071729579 / 0492 605669

Voici l'adresse E-mail des paroisses de Fosses : psecteurdefosses@yahoo.fr  pour ceux et celles qui souhaiteraient nous faire des suggestions ou propositions en vue d'améliorer ce qu'ils souhaitent.

DEMANDE DE MESSES : Les personnes qui souhaitent demander des messes sont invitées à remettre le formulaire adéquat dûment complété à Monsieur le Curé/Vicaire ou aux personnes dévolues à cet effet au plus tard le 15 du mois pour que les intentions de messes puissent figurer dans notre bulletin paroissial

« Echos de nos paroisses »

D’autre part, il est aussi possible de faire un virement sur le Compte Messes Secteur de Fosses

BE29 3631 5011 9664 en indiquant clairement en communication le nom de la paroisse et l’intention pour laquelle la messe est demandée. (Défunts ou autres)

Cantique à Saint Feuillen ( J. Godfroid)

-En des temps très anciens, la haine et la puissance ravageaient les cités. Saint Feuillen préféra dénoncer la violence, prêchant la charité.

Refrain : MESSAGER DU SEIGNEUR, MONTRE-NOUS LE CHEMIN DE LA PAIX EN NOS CŒURS, O SAINT FEUILLEN.

-Pourchassé par les rois de sa terre d’Irlande, il vint nous apporter

La Parole de Dieu qui à chacun demande un effort de bonté.

-Victime de brigands, qui refusaient de croire ce qu’il venait leur dire, avec ses compagnons, il entra dans la gloire et subit le martyre.

- Hommes de maintenant, Saint Feuillen nous appelle à plus de charité, laissons nos divisions et nos vaines querelles pour nous réconcilier.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Editeur responsable : Père AHOUA Miessan Auguste Roger Place du Chapitre 8, 5070 Fosses. Tél. 071/729579 Abonnement : «  Echos de nos paroisses »  Soit par abonnement poste : une participation aux frais (papier, timbres, secrétariat) de 12€ par année, est à verser au compte BE20 0682 5209 6256

Soit par email : vous pouvez en faire la demande à l’adresse suivante : echodesparoisses@gmail.com

 

A 87 ans, le bon et rare Pasteur s'en va

Les paroissiens de Vitrival et de Sart­Eustache ont rendu un hommage chaleureux à leur curé, l'abbé Noël Saint-Hubert. À 87 ans, il part à la retraite.

L’abbé Noël Saint-Hubert serait bien encore resté quelque temps aux côtés de ses chers paroissiens mais, l'âge étant là, il s'est résigné. À 87 ans, il part à la retraite parce qu'il le faut bien, au terme d'une mission sacerdotale exceptionnelle, comme curé des localités de Vitrival et Sart­Eustache. Exceptionnelle car celle-ci a duré 60 ans, soit bien davantage que n'importe quelle carrière. Mais, quand on est pasteur au service des joies et des peines d'une communauté humaine, on ne compte pas vraiment.

Ce don de soi, si longtemps, méritait bien un hommage aussi chaleureux que reconnaissant. La communauté laïque l'a rendu samedi soir, en l'église Saint-Pierre de Vitrival, au cours d'une célébration émouvante présidée par le vicaire-doyen Roger Ahoua.

Au nom des deux Fabriques d'église, Michel Demoitié, fabricien et animateur laïque à Sart-Eustache, rappela à l'assemblée que l'inoxydable curé, originaire de Haut-le-Wastia, fut ordonné prêtre par Mgr Charue le 28 juillet 1957. Il mit en exergue ses qualités de bâtisseur-rénovateur hors pair, aux manches retroussées, qui lança de nombreux travaux de rénovation et d'aménagement du patrimoine paroissial. Il loua son esprit d'ouverture et de tolérance. L'abbé Saint-Hubert, bien que formé sous la férule du clergé des années 50, austère et intransigeante, s'adapta sereinement à l'évolution de l'Église. « Vous vous êtes adapté aux changements et vous nous avez encouragés à vous suivre» souligna Michel Demoitié.

Dans son homélie, le doyen Francis Lallemand exprima un profond respect à l'endroit de ce pasteur rare, « pour être resté aussi longtemps dans un même village. » L'hommage, par les mots, se doubla de celui rendu par les tambours et fifres, tonnant et assourdissant. À la fin de cette messe pas comme les autres, les délégations des marches de Vitrival et de Sart-Eustache ont invité le prêtre aux 60 ans de sacerdoce, et bienveillant au folklore, à se saisir d'un sabre pour commander une rituelle décharge.

Ainsi s'en est allé le bon et l'aimable pasteur, sous bonne escorte et aux tambours, suivi d'une foule d'amis. Avant le verre de l'amitié, l'humble partant eut les deux grands mots de la fin : « Merci de m'avoir reçu chez vous comme un enfant de la famille. Pardon aussi si un jour, je vous ai déçus ou blessés. »

L’essentiel était dit.

Vous étiez la modernité... »

Vous êtes arrivé à Vitrival en 1971, il y a 46 ans, vous aviez 42 ans. Vous avez succédé à l'abbé Burniaux. Il est alors devenu le vieux curé et vous, le nouveau curé Il était en soutane et vous en pantalon. Vous étiez la modernité» a souligné Paul Bastin. Et l'orateur, fabricien de Vitrival, de citer quelques faits d'armes de ce prêtre «organisateur, bâtisseur et rassembleur», sous l'impulsion et la ténacité duquel tout a été remis à neuf «A moins que vous ne figuriez parmi les exceptions, vous êtes le démenti le plus formel que les curés ont la vie facile, puisque leur seul boulot est de dire la messe de temps en temps. Vous avez été initiateur, réalisateur mais surtout transmetteur d'un esprit. Et ce travail entrepris continuera... »

Pour cela un immense merci.

 

P.W.

 

 

A 87 ans, il célèbre encore

Hommage ce samedi soir des paroisses de Vitrival et Sart­Eustache à leur curé, l'abbé Noël Saint-Hubert, pour ses 60 ans de prêtrise.

Des couples ayant réussi l'exploit de rester mariés pendant 60 ans, on dit qu'ils célèbrent leurs noces de diamant, en famille, en présence des enfants et petits-enfants. Mais que dire d'un prêtre, célibataire par obligation sacerdotale et sans enfants? Qui mettre autour de la table? Avec qui lever le verre de l'amitié ? Qui inviter au vin d'honneur ? Ce samedi 29 juillet, l'abbé Noël Saint-Hubert ne sera pas seul à l'occasion de ses 60 ans de sacerdoce : 46 au service de la paroisse de Vitrival et 34 à Sart­Eustache. Son jubilé de diamant se vivra même intensément mais simplement, au cœur de la grande famille des Vitrivalois, Sart-Eustachois et Fossois, au cours d'une messe solennelle d'action de grâce qui sera suivie d'un temps de convivialité à la salle Patria. Les fabriciens ont lancé une invitation générale à fêter leur curé. Des délégations« tambourinantes »de marcheurs sont attendues à l'hommage. L’abbé Noël Saint-Hubert, discret de nature, n'échappera pas au ramdam folklorique ni aux cadeaux ni aux applaudissements et félicitations fusantes. Bravo et surtout merci !

Tout au long de son sacerdoce, il s'est progressivement imposé comme un pasteur attachant, ouvert au laïcat, laissant vivre l'Eglise de toutes les bonnes volontés qui la composent. En 60 ans de sacerdoce, il aura célébré des milliers de messes, avec simplicité et même pédagogie. Sa voix claire et monocorde, appuyée sur des discours ciselés par des mots toujours justes, ne laisse pas son auditoire indifférent. Cette tempérance, cette douceur dans l'éloquence, ce bon sens, font qu'on l'écoute et rendent fluide sa bonne parole.

Originaire de Haut-le-Wastia, près de Falaën, l'abbé Saint-Hubert fut ordonné prêtre par l'évêque Charue, il y a 60 ans quasi-jour pour jour, le 28 juillet 1957. Il a été vicaire à Fosses au temps du chanoine Piérard.

L'abbé Saint-Hubert n'échappera pas non plus à l'hommage de circonstance : Michel Demoitié, laïque et fabricien de Sart­Eustache, rappellera notamment que le jubilaire a toujours trouvé à chaque circonstance de la vie les mots qui réconfortent et encouragent.

À travers l'orateur, la communauté lui adressera un immense merci, pour sa bonhomie, sa disponibilité, sa simplicité. Alors que l'âge moyen de la retraite tourne autour des 60-65 ans, l'abbé au long cours, qui fêtera bientôt son 88e anniversaire, n'a pas dit son dernier mot. Il prendra certes du recul mais il dira encore la messe, de temps en temps.

L’hommage à l’abbé Noël Saint-Hubert, ce samedi 29 juillet à 18 h, en l'église Saint-Pierre de Vitrival

P. W.

L'abbé Saint-Hubert, pasteur attachant et jongleur émérite du mot juste.