Actualité Fossoise

Mise à jour : 15/01/2018 07:54:27

 

 

Décembre

 

Un nouveau dépôt clandestin au pied dune éolienne ( 15 - 01 )

Une microbrasserie verra-t-elle le jour à Névremont ( 10 - 01 )

  Octobre  Novembre  Décembre  Janvier

 

 

 

Voir les archives

 

Les articles parus

2005  2006  2007  2008  2009 2010  2011  2012  2013  2014  2015  2016

Les photos relatives aux articles sont toujours disponibles par mail

 

15 janvier

Un nouveau dépôt clandestin au pied dune éolienne

Le responsable du parc fossois a découvert un tas de déchets au pied d'une éolienne. Ils proviennent de la rénovation d'une maison.

Plutôt que d'amener leurs déchets au parc à container, certaines personnes préfèrent les déposer là où bon leur semble, de préférence à l'abri des regards. C'était, par exemple, tout récemment le cas à Dinant et à Onhaye. Cette fois, c'est du côté de Fosses-la-Ville, plus précisément au pied d'une éolienne située à une centaine de mètres de la rue du bois des chanoines. « C'est une zone très calme, à l'écart de la rue principale. C'est donc très tentant », commente Martin Renard, responsable du parc éolien pour Eneco.

Un WC, un frigo box, du bois

Le dépôt, environ 30m³, a été découvert durant le mois de décembre. « Nous sommes régulièrement victimes de dépôts clandestins dans nos différents parcs comme à Villers-la-Ville (Brabant Wallon) ou encore à Daussoulx. La plupart du temps, nous retrouvons le contenu d'une petite remorque : des cartons, un fauteuil. Des objets encombrants dont certains souhaitent se débarrasser. Mais cette fois, la taille du dépôt est exceptionnelle. » Il ne s'agit pas de n'importe quels détritus : un vieux frigo box, des cartons, un dérouleur de câble, du plastique ou encore... une planche de WC. « Pour moi, c'est clair, ce sont des déchets issus de la
rénovation d'une maison. L'objectif de Martin Renard est de dénoncer cette incivilité afin qu'elle ne reste pas impunie. « Il est impossible de clôturer le site ou d'engager un vigile pour surveiller le parking tous les jours. »

Martin Renard a prévenu la Commune qui mène actuellement une enquête (voir ci-dessous). Le même genre de déchets a été repéré dans différentes communes wallonnes. Ceux-ci seront évacués par les agents communaux dans le courant de la semaine.

Des faits similaires dans d'autres communes

La Commune enquête sur ce dépôt clandestin. Pour le bourgmestre de Fosses, il s'agit d'une arnaque aux containers.

Fosses-la-Ville n'est pas la seule commune à être victime de ce genre de dépôt. Agissant probablement de nuit, un camion a déversé son chargement au pied d'une éolienne dans la commune de Villers-la-Ville (Brabant Wallon). II existe donc des similitudes entre les deux faits. « C'est également le cas dans d'autres communes en Wallonie, commente Gaëtan De Bilderling. Je suppose qu'il s'agit d'une arnaque. Des gens facturent des containers à des privés et des entreprises qui viennent le jeter dans des endroits à l'abri des regards afin de ne pas payer le recyclage.

Leur but : réaliser de gros bénéfices. » Une enquête est donc menée pour tenter d'identifier le ou les auteurs. « Et la plupart du temps, nous parvenons à les identifier», assure le bourgmestre.

Des amendes plus salées

Gaëtan De Bilderling nous a fait part de son agacement pour ces dépôts clandestins. «Nous nous dirigeons vers la tolérance zéro. Nous serons de plus en plus agressifs au niveau des amendes et des poursuites. Nous ne pouvons tolérer ce genre de fait. »

Récemment, les agents communaux sont intervenus pour un tas de détritus sur la place de Vitrival à Fosses. « Nous avons demandé à un riverain d'évacuer ses déchets au plus vite. Nous lui avons laissé un certain délai mais celui-ci n'a pas voulu les enlever. Les agents sont donc descendus sur place pour réaliser le travail à sa place. Il devra payer une amende administrative et les heures prestées par les ouvriers de la commune. » C'est ce qu'encourt également l'auteur du dépôt clandestin de Fosses-la-Ville. Le parquet pourrait également reprendre l'affaire en infligeant une condamnation pénale en plus des amendes.

Jérôme NOËL

Le bourgmestre de Fosses, Gaëtan De Bilderling, assure que les amendes seront bien plus salées à l'avenir pour ce genre de fait.

 

10 janvier

Une microbrasserie verra-t-elle le jour à Névremont

Récemment retraité, Etienne Huysentruyt réfléchit depuis plusieurs années à aménager une partie de sa maison en microbrasserie.

« Nous sommes en plein essai » explique d'emblée Etienne Huysentruyt, retranché dans une pièce de sa cave avec un ami qui l'aide dans la préparation de futures potions magiques houblonnées à souhait. Son projet de microbrasserie, il mûrit depuis déjà plus de deux ans dans son esprit. « En septembre 2015, j'ai appris que je pourrais prendre ma pension à 60 ans. Je suis donc retraité officiellement depuis le 30 juin 2017. L'idée a finalement germé assez vite. J'avais déjà travaillé notamment le vin et le fromage.

Pourquoi pas la bière ? Avec mon épouse Nadine, nous avons donc suivi une semaine de cours dans une véritable brasserie et puis un an complet au Cefor. Mais il faut aussi travailler en dehors des formations. » Alors qu'Étienne nous explique les prémisses de son projet, Jean-Louis, un ami, surveille la mixture qui chauffe toute la pièce. Derrière, on peut apercevoir une dizaine de bidons avec d'autres brassins essais, précédemment réalisé. « Il y en a qui sont ratés, on teste » rigole Etienne.

La production comme leitmotiv

Bien que le projet n'en soit qu'à ses balbutiements, Etienne et Jean-Louis travaillent déjà le goût. « Nous n'en sommes qu'au tout début. D'ailleurs l'enquête publique pour pouvoir transformer une partie de ma maison pour le projet ne se termine que ce mercredi » explique Étienne. Dans son esprit pourtant, tout semble déjà bien en place. Pas question de se lancer dans un projet pharaonique, le terme microbrasserie est objectivement choisi. « Nous voulons faire totalement l'inverse de certaines microbrasseries qui font faire des bières à façon par quelqu'un d'autre et qui ne font que les vendre. Nous, c'est avant tout la production qui nous intéresse. Nous avons de nombreux contacts notamment avec un agriculteur de Floreffe qui va planter une houblonnière qui nous approvisionnera. Nous voulons aussi rester dans le local, le circuit court via des organes comme Paysans-artisans, Agricovert et la Ruche qui dit Oui mais aussi proposer la bière aux particuliers. La prochaine étape est la commande du matériel adéquat qui devrait intervenir au moment du carnaval. Les premiers brassins d'une recette unique sont attendus pour le mois de septembre. Quant à la quantité, Étienne Huysentruyt entend rester raisonnable. « Nous comptons produire au maximum 14 hectolitres par mois en restant dans le circuit court » Ce projet lui tient clairement à cœur. Si la microbrasserie voit le jour, elle comprendra une salle de brassage, une chambre chaude pour la refermentation en bouteille, un local de préparation et de mise en bouteille, un local d'accueil et une chambre froide. « Pour le stockage, il faudra voir s'il reste de la place mais j'ai déjà un arrangement avec l'agriculteur qui me fournira le houblon ».

Les mois passent vite, il ne reste plus qu'à continuer les brassins d'essais ! Santé !

Une ambrée avec un nom wallon

Si le projet voit le jour, le nom de la brasserie et celui de la bière qui y sera confectionnée seront dévoilés aux environs du mois d'avril. « Nous avons déjà arrêté notre choix sur le nom de la brasserie et de la bière mais on ne peut rien dévoiler pour l'instant si ce n'est que la bière aura une appellation wallonne » explique Étienne Huysentruyt. Seule certitude : la première bière qui devrait être brassée sera une ambrée. «Il y a trop de brasseries qui ont une blonde comme bière de référence. On préfère partir sur une ambrée. Dans un second temps, on envisage la préparation de bières en fonction des saisons. Autre idée, c'est aussi de faire des bières pour un événement comme un mariage ou une grosse festivité, mais ça se sera pour plus tard, chaque chose en son temps » conclut Étienne.

 

Christophe DE BOOSE

La future microbrasserie prendrait place à l'arrière de la maison.

 

 

 

 

 

 

Voir les archives

 

Les articles parus

2005  2006  2007  2008  2009 2010  2011  2012  2013  2014  2015  2016  2017

Les photos relatives aux articles sont toujours disponibles par mail