N°04    17 février  2006

Les caricatures : trois « pourquoi?»

Les caricatures de Mahomet n'ont pas fini de faire couler encre et salive un peu partout : les journaux en ont rempli des pages, et des débats en ont fait des commentaires en tous sens. Tout cela suscite chez moi un triple " Pourquoi ? "

Pourquoi si tard ? Pourquoi ces violences

Pourquoi ces revendications a une totale liberté d'expression ?

Pourquoi si tard ? Les caricatures dans un journal danois datent de septembre dernier : si la réaction s'est tant fait attendre, c'est sans doute qu'au départ les imans musulmans du Danemark n'y avaient pas vu de réelle offense. Il aura fallu des réactions venues d'ailleurs et c'est surtout ailleurs en effet que ces réactions ont éclaté. Et pourquoi le Danemark? Qui avait intérêt à jeter cette huile sur le feu ? La réponse peut se trouver dans le vieil adage policier : " cherchez à qui profite le crime ". L'extrême droite danoise, qui avait progressé jusqu’a 13% lors des dernières élections, passe en ces quelques mois à 17 %o. Il suffisait d'attiser encore un peu la population contre " l'invasion " étrangère : cela marche à tous les coups...

Pourquoi ces violences ? Tous les pays musulmans ont réagi. Spontanément ? Ces énormes et violentes manifestations sentent trop la manipulation des masses. Il est bien vrai que les Occidentaux n'ont pas la même sensibilité que les Musulmans quant à la représentation de Mahomet. Nous sommes plus imprégnés de liberté, voire de " laisser faire sur les sujets religieux, d'abord parce que nos populations sont nettement moins religieuses ; ensuite parce que nous sommes habitués à des représentations de Dieu et des saints, même en caricatures, alors que pour les Musulmans imaginer simplement une image ou une statue d'Allah ou de Mahomet serait déjà une aberration, un sacrilège. Mais tout ceci fut une occasion, pour les intégristes, de relancer une fois de plus la " croisade " contre l'Occident et sa culture décadente. D'où cette formidable manipulation. Mais tous ont reconnu que ces violences étaient inacceptables.

Les Musulmans se font du tort par la violence de ces réactions " et l'indignation du monde civilisé est compréhensible et respectable, c'est la violence qui est inacceptable.

Le 3e pourquoi est plus grave car il nous concerne directement. Et dans le débat de dimanche sur RTL, on a pu en- tendre de tout ! Sur base, bien sûr, d'un sacro-saint droit à la liberté d'expression. Bien sûr, la liberté d'expression est inscrite dans notre Constitution et notre culture. Mais pour certains, ce droit ne peut avoir de limite : on a même parlé du " droit au blasphème ' ! Et de prendre un exemple historique : Luther a blasphémé contre l'Eglise et le pape. C'est confondre blasphème et contestation. Le blasphème, c'est " une parole qui outrage la divinité, la religion, le sacré ". Alors, il pourrait y avoir " outrage aux bonnes mœurs " et pas au sacré ? Car un outrage est une insulte. Il serait défendu (par la loi) d'insulter un étranger, un handicapé, mais cela serait permis envers une religion ? Il est vrai que nous n'avons rien de précis dans notre Constitution ni dans notre Droit pénal. Par contre, dans certains pays comme l'Irlande, l'Autriche et ... le Danemark la Loi prévoit que " celui qui raille la foi est passible de prise de corps " (d'arrestation !), mais le gouvernement danois est, comme on l'a vu, empêtré avec son extrême-droite. Par contre, la contestation peut être salutaire : la chute du communisme en Russie en est l'exemple.

On a remarqué aussi que la destruction des grandes statues de Bouddha par les Talibans n'avait pas suscité grande réaction dans le monde, sinon au nom de " patrimoine de l'Unesco ". Mais le Bouddhisme n'est pas intégriste... On pourrait ajouter qu'il y a une marge entre liberté d'expression et mauvais goût. On n'a pas le droit d'insulter, et présenter Mahomet avec une bombe dans son turban, c'était de la pure provocation ! Et sans utilité à quoi cela pouvait-il servir ? Sinon à susciter la haine contre les Musulmans encore un amalgame gratuit). Tout droit est relatif, aucune liberté n'est absolue, a rappelé Francis Delpérée lors du débat ; la loi est faite pour encadrer notre liberté et celle-ci s'arrête à la limite du droit d'autrui. Encore une fois, il serait interdit de " choquer " la voiture d'un autre, mais il serait permis de " choquer " les idées religieuses d'autrui ? Cela me semble relever de la conception ultra-matérialiste de notre culture actuelle.

Mais cela manque du plus élémentaire droit " au respect de la sensibilité des autres : mais, comme disait l'autre, même le respect fout le camp " !

Selon Francis Delpérée, le but d'une caricature est soit de faire sourire, soit de faire réfléchir. Dans nos mœurs actuelles d'Occidentaux, on veut pouvoir rire de tout. On veut tout désacraliser. Mais ces provocations ne servent finalement que l'extrême-droite et le fondamentalisme islamique.

Rire de tout, déblatérer les religions et le sacré, c'est peut-être une nouvelle forme, moins violente mais plus sournoise, de persécution et de sape de notre civilisation. " Interdit d'interdire " disaient les meneurs de Mai 68. Au nom de la " Liberté ". Mais en montant à l'échafaud, Madame Roland de la Platière s'écriait : " Liberté, que de crimes on commet en ton nom ! "...

J. R.

La grande procession

Voici une seconde carte postale de la Saint- Feuillen de 1100, qui nous montre des marcheurs faisant le tour de la place de la Briqueterie (appelée place du Centenaire depuis 19501. Un important public se trouve à l'embranchement de la rue des tanneries. On suppose donc que cette photo a été prise lors du redémarrage du cortège pour effectuer le tour de l'après-midi. Sur la droite, une roulotte de forain qui est venue se garer là. Sur la gauche, on distingués très bien la villa de Rome » appartenant à cette époque à la famille Chaltein, avec son imposant clocheton. En haut de la colline Sainte-Brigide, l'hospice ; 1a chapelle est cachée derrière un groupe d'arbres.

Cette place de la Briqueterie s'appela des 1904, place du jeu de Balle car des travaux d'agrandissement, vers le fond, permirent les luttes de balle (au tamis, la balle pelote n'était pas pratiquée chez nous è cette époque). Puis, à l'occasion du Centenaire de l'Indépendance de la Belgique, un arbre « du Centenaire » fut planté (où se trouve actuellement la buvette du jeu de balle) et la place prit le nom de place du Centenaire.

Au verso : M. Jean Teullet, Jumet. Pas de nom de rue (!) et la carte est parvenue a son destinataire, chose assez courante à l’époque

Pensons à nos aînés

Ils et elles fêteront leur anniversaire durant la prochaine quinzaine.

Le 18 : Ernest Debrulle. Rue Grande, Le Roux 94 ans (doyen de Le Roux)

Le 19 Claire Blondiaux, Rue de l'Eglise, Sart-Eust. 85 ans

Le 19 : Adelin Goffart, Rue de l'Abattoir 80 ans

Le 20 : Marie Stas, R. Claminforge. Le Roux 85 ans

Le 22 : Gabrielle Hayot, Rue Grande, Le Roux 83 ans

Le 23 : Rosa Gallucio, Place Chapelle-Saint-Roch 81 ans

Le 24 : Louise Galand. Ch. Charleroi, Vitrival 81 ans

Le 24 : Jean Romain, Avenue des Combattants 80 ans

Le 25 : Madeleine Georgery, Foyer Sainte-Anne, Namur 85 ans

Le 25 : Alphonsine Tasiaux, Avenue des Déportés 81 ans

Le 25 : Angèle Borbouse, Rue Jijé. Sart-Saint-Laurent 80 ans

Le 27 : Marie Montulet, Rue Al Val 85 ans

Le 27 : Nelly Godart, Rue Sinton, Fosses 80 ans

Le 27 : Rosina Santoro, Rue Giloterie, Vitrival 81 ans

Le 27 : Alice Dermine, Avenue des Déportés 88 ans

Le 28 : Madeleine Dubois, Rue d'Orbey 82 ans

Le 28 : Jules Bastin, Rue Leclercq, Vitrival 84 ans

Le 1 er mars : Anna Duculot, Rue Rivaustrée. Névremont 86 ans

Le 1er: Madeleine Duculot, Ch. Charleroi. Le Roux 80 ans

 

Fost-Plus

Le prochain ramassage des sacs bleus aura lieu le mercredi ter mars.

Pas de ramassage de papiers durant la prochaine quinzaine. Ils auront lieu les 13 et 16 mars.

Date à retenir

Ce n'est que pour le samedi 25 mars, veille de Laetare, mais notez déjà le concert que donneront deux jeunes solistes : Santa et Mathieu, à 20 heures sur le kiosque, ou en la collégiale en cas de mauvais temps.

Ce sont deux jeunes à la voix d'or absolument remarquable. Venez nombreux encourager ces jeunes talents. Entrée gratuite. Renseignements au 0495-34.18.54.

Hommage au roi Albert

Nous rappelons la traditionnelle manifestation d'hommage au Roi Albert, ce vendredi 17 février à 17 h. Au départ de la place du Marché, les autorités, les représentants des sociétés patriotiques et autres participants se rendront au Square Chabot pour les brèves allocutions et le dépôt de fleurs au monument du Roi.

Avis de I'A.L.E.

Depuis le 1 février, les utilisateurs A.L.E. pourront commander leurs chèques à l'unité (avec un minimum de 10) et non plus par tranche de 10 comme c'était imposé préalablement.

A.LENOIR

Tennis et multisports

Un stage de tennis et multisports est organisé la semaine du mardi gras au Hall de Sart-St-Laurent, du 27 février au 3 mars.

Un gardiennage fonctionne chaque jour de 8 h à 9 h 30 et de 15h30à 17 heures.

Renseignements et inscriptions

Xavier Lebrun

' 071-51.31.97 ouÈ 0497-48.57.65

M. Romain

'071 71.14.18 ou È 0495-40.67.57 ou encore '071-71.10.83

Population

La population de notre entité était de 9.312 habitants au 31/12!2005, soit un gain de 91 unités par rapport à la même date l'an dernier.

Nous donnerons les détails intéressants des mouvements de population pour l'année 2005 dans notre prochaine édition, ainsi que la pyramide des âges dans notre entité.

Prochaine quinzaine

Rappelons les manifestations prévues pour la prochaine quinzaine - Samedi 18 : banquet annuel et remise des prix de la société colombophile La Liberté, dés 11 h 30, en la salle l'Hautventoise.

- Dimanche 19 : dîner paroissial en la salle du Collège Saint-André. Prix du menu 20€ (tél. 071-71.43.95). - Mardi 21 : Goûter de l'Amicale des Pensionnés de Haut-Vent, en la salle L'Hautventoise.

- Samedi 25 : Grand Feu de Fosses, organisé par la Société royale Les Congolais : allumage du bûcher vers 20 h, rue de l'Abattoir.

- Mardi 28 : Mardi-Gras.

- Vendredi 3 et samedi 4 mars : festivités à Vitrival (nous donnerons de plus amples détails dans notre prochaine édition du 3 mars).

Un nouveau livre de J.-P. Cobut

Grand randonneur avec son épouse Nadine qui rapporte de chaque expédition des photos de toute beauté, Jean-Pierre Cobut est aussi connu comme écrivain-poète : dans un premier livre il évoquait avec tendresse son enfance et sa jeunesse à Fosses

dans un superbe album de textes poétiques et documentaires et de photos, il raconte ses randonnées dans divers pays du monde. Et voici qu'il se propose de publier un roman

Les demoiselles de Dave ", un livre qui " tourne " autour d'amis de la section namuroise du Club Alpin belge. Hommes et femmes libres, dynamiques, passionnés d'aventures. Dans ce cadre de camaraderie et d'intenses émotions il a imaginé une idylle " de pure fiction ' d'un ami trop tôt disparu, une histoire ponctuée d'événements heureux et de tragédies.

Ce nouvel ouvrage sera présenté le vendredi 24 mars à la salle L'Orbey à Fosses. On peut déjà souscrire au prix de 16€ au opte 250-7428083-05 de J.P. Cobut à Fosses-la-Ville (port 2,70 C pour ceux qui n'attendraient pas la présentation du 24 mars).

Ceux qui s'en vont

Mercredi dernier ont eu lieu en la collégiale les funérailles de M. Jules Molle, époux de Lucienne Lainé, né à Aisemont le 23 mars 1928 et décédé le dimanche, en son domicile de l'avenue des Déportés.

Jules avait travaillé en usine, puis comme cordonnier à domicile, en même temps que Lulu tenait un magasin de chaussures, rue du Marché. Avec son épouse, il avait fondé une belle famille : trois enfants, onze petits-enfants et deux arrière-petits-enfants tous très unis.

Sa santé s'altéra rapidement. Ce qui l'empêcha de sortir et de participer à une vie associative. Il fit pourtant plusieurs voyages avec les Chinels.

Son réconfort était l'entourage d'une famille, très unie, à qui nous présentons nos sincères condoléances.

Communiqué de l'A.L.E
aux demandeurs d'emploi

Dans le courant du mois de mars, l'A.L.E. de Fosses organisera une formation informatique destinée à tous les demandeurs d'emploi et tous les minimexés habitant notre entité. Cette formation est gratuite. Elle se déroulera dans un bus équipé de 12 ordinateurs et qui sera stationné sur le parking du service des Travaux, chaussée de Charleroi à Fosses.

Programme :

- Sensibilisation Internet 8 h de cours

- Utilisation des outils Internet + approf. 16h

- Pratique courante outils (Word+Excel) 24 h

Horaire :

- Les 15, 16, 18, 19, 22, 23 mai : à raison de 8 h de cours par jour.

Important : Le nombre maximum d'élèves sera de 12 personnes ; nous prendrons donc les 12 premiers inscrits. Ne tardez donc pas à vous inscrire.

Mode d'inscription : Via un formulaire spécial que vous pouvez retirer à l'A.L.E. de Fosses-la-Ville.

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez joindre

Mme Prigneaux Violetta

M. Lenoir Alain au' 071-71.34.36.

Année des Limotches

Dans le cadre d'une action " Villages et terroir-Au cœur de nos villages ", le Centre culturel de l'entité a prévu d'axer cette enflée sur un aspect assez peu connu de notre folklore : les Limotches.

Ce type folklorique est limité à une toute petite région de chez nous : de Fosses à Presles. Le foyer originel des Limotches semble être Haut-Vent, mais on en trouve encore à Névremont, Aisemont, Vitrival et Le Roux il y en eut une à Bambois jusqu'il y a une dizaine d'années. Par contre, il n'y en eut jamais aux deux " Sart " des extrémités de l'entité, ni à Fosses centre, encore que Charles Kairis, dans sa " Notice historique de Fosses " parue en 1858 raconte que celle de Haut-Vent descendait à Fosses pour la fête de septembre. Comme dans toute tradition populaire, des lé-vendes circulent : pour Mme Jacqueline Boigelot-Lambert, c'était un domestique indélicat, chassé de la ferme, qui, pour se venger de ses anciens patrons s'affublait d'un drap et d'une fourche en bois pour aller abattre les meules de foin, la nuit ; pris sur le fait, il fut condamné à être ainsi promené lors de la fête, tenu en laisse et battu tout au long du chemin. La Limotche de Haut-Vent est restée fidèle à sa tradition : un homme recouvert d'un drap, tenant une fourche de bois à deux dents dépassant du drap et un " ramon ", balai de brindilles en guise de " museau " ; il est tenu en laisse par un meneur muni d'une torche de paille dont il assène des coups sur " la bête " ; les accompagnent : un " saint Bultot " portant un as de pique fixé sur un bâton, et un sabot pour recueillir les offrandes, car la Limotche a souvent soif : cille court, saute, gambade, gesticule et rue en tous sens (vers le public évidemment). Il y a aussi un vétérinaire portant une trousse contenant des outils les plus saugrenus pour soigner " la bête " et l'assister dans son accouchement, car le soir, à la fin d'une série de pantomimes, elle accouche d'une petite Limotche qui est offerte à une personne de l'assemblée qui a été généreuse dans sa réception du groupe et des musiciens.

Mais dans d'autres villages, cette bête " cornue est carrément une vache et à Presles, où elle s'appelle " Lum'rotche ", sa gueule est même articulée et ornée dune " lumerote lumineuse.

Nous reviendrons plus en détail sur ce curieux folklore, mais disons déjà que, s'il est impossible de lui attribuer une date d'origine, son ancienneté remonte avec certitude au XIXe, voire au XVIIIe siècle au moins.

Le Centre culturel a donc voulu valoriser ce folklore et a réuni les comités des fêtes qui en sont responsables à Haut-Vent, Aisemont et Vitrival (on espère retrouver Le Roux). En prévision de chaque manifestation locale, une exposition de documents photographiques et audios se prépare et, en septembre, toutes ces précieuses documentations seront rassemblées à l'Hôtel de ville pour une présentation globale : une innovation !

Si vous possédez des photos, extraits de presse, souvenirs divers à raconter à ce sujet, ne manquez pas de le faire savoir à chacun des comités de fêtes précités afin que ces expositions soient aussi intéressantes que possible.

Remerciement

A l’occasion des funérailles de

Monsieur Claude Lainé

survenues le lundi 30 janvier 2006,

les familles LAINÉ, CORNIL, PIRET, DAMANET, VANDELOOK, PIETQUIN, COLIN, COLOT, BOITEUX, BOURGUIGNON et apparentées,

remercient particulièrement

M. Benoît Spineux, bourgmestre,

M. Bernard Meuter, échevin,

et les représentants communaux (Collège et Conseil),

les membres de l'Union Socialiste communale,

la société des Clowns en Folie,

la Compagnie des Tchôds-Tchôds,

la Compagnie de Haut-Vent,

la Compagnie St-Remy de Névremont,

la Compagnie St-Biètrumé de Bambois,

la Confrérie du Mardi-Gras,

la Compagnie des Mamelucks,

la Compagnie des Congolais,

la Philharmonique de Fosses,

la J.S. Fossoise,

la société des Comédvins Fosswès,

le Corps des sapeurs-pompiers,

les membres de la Police locale,

les nombreux amis et connaissances,

pour leurs marques de sympathie, de soutien prodiguées et l'aide apportée, sous quelque forme que ce soit, par tous les bénévoles.

Soyez-en toutes et tous remerciés.

MM. Edwin et Stéphane LAINÉ

Mlles Pascale et Jessica LAINÉ.

AVIS. - Je profite de cette opportunité pour faire appel à toutes les personnes qui seraient en possession de souvenirs de mon frère Claude, sous quelque formes cru supports que cela soit, de bien vouloir se mettre en rap- port moi, afin d'en obtenir copie (photos, videos ou autres).

Contacts : M. Stéphane Lainé, rue Halluent 5, 5060 Velaine-sur-Sambre, tél. 0498-085.168.

Les fricassées dans l'entité

Dans notre région, le mardi gras n'est pas seulement la tournée et les visites des petits mascarades, c'est aussi la tradition de la fricassée.

- A Le Roux, ramassage des œufs dans les rues, par le club des Jeunes, dès 9 h. et grande fricassée au réfectoire de I`Ecole à 19 h.

- A Fosses : cortège du Mardi Gras dans les rues, par la Confrérie de la Fricassée et grande fricassée à la salle L'Orbey vers 19 h. On en est à la 21e édition.

- A Sart-Saint-Laurent : Mardi Gras à la salle paroissiale avec goûter, crêpes et boissons, offerts aux enfants du village.

- A Aisemont, la fricassée est organisée sans jamais faillir, par « Les Gais Lurons » qui organisent aussi le Grand Feu. La fricassée géante est offerte à la salle Saint-Joseph, vers 19 heures.

- A Vitrival, elle a lieu les 3 et 4 mars (nous en donnerons les détails la fois prochaine).

- La tradition de la fricassée a -t-elle lieu aussi à Sart-Eustache, ou à Bambois ? Nous n'en avons reçu aucun écho, mais les petits masqués, eux, seront certainement au rendez-vous.

Les 4 X 20 des villages de l'entité

Après nos 194 « 4 x 20 » de Fosses et hameaux, voici à présent les aînés des villages de l'entité. On en trouve : 45 à Vitrival, 35 à Le Roux, 24 à Sart-Eustache, 22 à Aisemont et 16 à Sart-Saint-Laurent.

Nos villages ne sont pas mal représentés en nonagénaires. Il y en a 8 à Le Roux, 6 à Vitrival, 3 à Sart-Saint-Laurent. 2 à Sart-Eustache et 1 seul à Aisemont. Des chiffres qu'il serait intéressant de connaître, ce sont les pourcentages des + de 80 ans par rapport au nombre d'habitants, mais là, nous n'avons pas les chiffres totaux des habitants de chaque section.

Au niveau des sexes, les hommes se défendent de mieux en mieux ils sont parfois plus nombreux que leurs consœurs : c'est le cas à Sart-Eustache où ils sont 13 pour 11 femmes, ou à Sart-Saint-Laurent 9 pour 7 femmes. Mais si, au total (pour l'entité), on compte 118 hommes (= 35%) pour 218 femmes, les hommes sont surtout présents dans la tranche de 80 à 85 ans. Plus on avance, plus le pourcentage des hommes diminue. Chez les nonagénaires (pour l'entité), les hommes sont 11 (= 21,5%) pour 40 dames.

Fosses et hameaux : 56 hommes (28%) 138 femmes (71%)

Vitrival: 15 hommes (33%) 30 femmes (674%

Le Roux : 16 hommes (45%) 19 femmes (55%)

Sart-Eustache 13 hommes (54%) 11 femmes (464%

Aisemont : 9 hommes (434% 13 femmes (57%)

Sart-Saint-Laurent : 9 hommes (56°x) 7 femmes (44%)

(P.-S. - Les doyens et doyennes de chaque village, sont soulignés).

AISEMONT

91 ans DEHANT Joséphine Rue de la Station 28-09-1914

85 ans GILLAIN René Rue du Fays 18-06-1920

85 ans GAROT Maurice Rue de la Station 03-10-1920

85 ans DE BOOS Pierre Rue du Fays 13-10-1920

84 ans TSCHMIL Michaël Rue de la Station 11-06-1921

84 ans HENRY Théophile Rue de la Station 21-07-1921

84 ans VILLERS Palmyre Rue de la Station 29-09-1921

84 ans PASCOTTINI Maddalena Rue du Fays 30-10-1921

84 ans BASTIN Marie-Louise Rue du Fays 10-12-1921

83 ans LOUIS Henriette Rue de la Station 25-04-1922

83 ans JACQMAIN Yvonne Rue de la Station 10-05-1922

83 ans REMACLE Marie-Louise Rue du Potage 27-06-1922

83 ans POCHET Gilberte Rue de la Station 17-07-1922

83 ans MIGEOT Roger Route de lamines 10-09-1922

82 ans BORBOUSE Andrée Rue de la Station 18-03-1923

82ans LEGRAIN Simone Rue Haut-Baty 23-03-1923

82 ans PASCOTTINI Léonardo Rue de la Station 10-09-1923

81 ans HOC Jenny Route de lamines 05-02-1924

81 ans NANIOT Robert Rue de la Station 23-03-1924

80 ans GILLAIN Gisèle Rue de la Station 12-03-1925

80 ans COLLIN Jeanne Rue Rivaustrée 30-07-1925

80 ans BORBOUSE Victor Rue de la Station 27-01-1926

LE ROUX

94 ans DEBRULLE Ernest Rue Grande 18-02-1912

92 ans VAN LIERDE Julia Chaussée de Charleroi 18-05-1913

92 ans D'HAEGELEEH Florence Rue Grande 11-07-1913

92 ans MICHAUX Lucienne Rue de Falisolle 12-12-1913

92 ans MICHAUX René Chaussée de Charleroi 08-01-1914

91 ans DACOSSE Rose Rue du Long Try 21-04-1914

91 ans HAPIOT Léopoldine Rue de Cocriamont 17-01-1915

90 ans CARPENTIER Albert Rue de Cocriamont 26-11-1915

87 ans NUS Philomena Rue Grande 06-03-1918

87 ans BATARDY Gustave Chaussée de Charleroi 23-06-1918

86 ans TOUSSAINT Maurice Rue Grande 15-01-1920

85 ans LEGRAIN Jean-Baptiste Rue Grande 24-01-1920

85 ans MOUYARD Thérèse Rue Grande 11-04-1920

85 ans DAVE Germaine Rue de Cocriamont 14-12-1920

84 ans STAS Marie Rue de Claminforge 20-02-1921

84 ans DUCHATEAU Henri Chaussée de Charleroi 26-07-1921

84 ans DEWYSE Yvonne Rue de Claminforge 13-08-1921

83 ans GIGOT Louise Rue du Long Try 07-05-1922

83 ans COPPERS Albert Rue Grande 10-05-1922

83 ans DE GEEST Lucienne Rue Grande 26-05-1922

83 ans BEKAERT Lucien Chaussée de Charleroi 07-12-1922

82 ans DOHET Roger Rue Grande 31-01-1923

82 ans HAYOT Gabrielle Rue Grande 22-02-1923

82 ans PIRE André Rue de Claminforge 07-05-1923

82 ans DESMET Maria Rue du Long Try 21-10-1923

82 ans MAIONE Etra Chaussée de Charleroi 24-12-1923

81 ans BORIN Rina Rue du Long Try 27-04-1924

81 ans DELHAYE Edouard Rue Les Bouettes 10-07-1924

81 ans CHARLES Jacques Rue Grande 22-07-1924

81 ans GORNA Franciszka Rue Grande 01-10-1924

80 ans LEGRAIN Elise Rue Grande 23-07-1925

80 ans PALAMIN Alfeo Rue du Long Try 17-09-1925

80 ans CERFAUX Valère Rue Cocriamont 19-09-1925

80 ans SAELENS Henri Rue du Long Try 09-10-1925

80 ans MARCHAL Gilberte Rue Grande 17-10-1925

VITRIVAL

94 ans BOURGUIGNON Hélène Rue de la Brasserie 06-04-1911

93 ans BASTIN Germaine Rue Bois-des-Mazuys 16-03-1912

93 ans VERVOTTE Edith Rue Leclercq 05-07-1912

91 ans SIMON Ernest Rue de la Bruyère 29-01-1914

90 ans BRECHT Eléonore Camping Val Tréko 08-07-1915

90 ans MOUTON Renée Chaussée de Charleroi 16-08-1915

89 ans DANLOY René Rue de Walcourt 10-03-1916

88 ans WIAME Eva Rue Bois-des-Mazuys 24-03-1917

87 ans PARENT Joséphine Rue Jean Dor 27-06-1918

86 ans MICHEL Reine Rue du Bout 22-06-1919

86 ans HUBERT Denise Rue du Bout 10-10-1919

86 ans COLIN Georges Rue Rauhisse 29-12-1919

85 ans BERNARD Marie Rue Leclercq 21-03-1920

85 ans LEMPEREUR Jules Rue Leclercq 19-07-1920

85 ans MASSON Emilie Rue Rauhisse 13-09-1920

85 ans HAUTENNE Renée Rue Rauhisse 20-09-1920

85 ans RENAUX Odile Rue de Walcourt 15-10-1920

85 ans GILLAIN Eva Rue Rauhisse 27-10-1920

85 ans BERGER Arthur Rue Bois-des-Mazuys 23-12-1920

84 ans PATRIS Jules Rue des Tronces 22-06-1921

84 ans HENIN Marie Rue de la Bruyère 25-09-1921

84 ans PRETER Sidonie Chaussée de Charleroi 22-01-1922

83 ans BASTIN Jules Rue Leclercq 28-02-1922

83 ans JASSOGNE Marguerite Rue des Tronces 18-06-1922

83 ans EVRARD Fernand Rue du Bôlia 07-07-1922

83 ans DEMANET Marie Chaussée de Charleroi 16-10-1922

83 ans MICHAUX Paul Rue Bois-des-Mazuys 03-11-1922

83 ans DUPIRE Camille Rue Rauhisse 22-12-1922

83 ans WILLEMS Georges Chaussée de Charleroi 07-01-1923

82 ans LARDINOIS Rosa Chaussée de Charleroi 13-05-1923

82 ans GALAND Renée Rue Saint-Pierre 19-06-1923

81 ans TROUILLET Marie-Th. Rue Bois-des-Mazuys 29-03-1924

81 ans DI BONIFACIO Angela Rue Jean-Tousseul 13-04-1924

81 ans NIHOUL Adeline Rue de Walcourt 25-04-1924

81 ans LACOURT Marcel Rue de la Bruyère 08-07-1924

81 ans DOUCET Georgina Rue du Bout 15-07-1924

81 ans ROSSOMME M.-José Ch. de Charleroi 05-08-1924

80 ans GALAND Louise Chaussée de Charleroi 24-02-1925

80 ans SANTORO Rosina Rue de la Giloterie 27-02-1925

80 ans CHIF Marguerite Rue de la Bruyère 26-03-1925

80 ans CHAPELLE Léon Rue Bois-des-Mazuys 08-04-1925

80 ans BAUDRY Fernand Chaussée de Charleroi 30-04-1925

80 ans DE COSTER Renée Rue de la Cantine 04-06-1925

80 ans DEBENDE Marcel Rue do la Bruyère 01-08-1925

80 ans PIRE Bronislava Rue des Tronces 29-09-1925

80 ans BERNARD Emma Rue Bois-des-Mazuys 12-10-1925

SART-EUSTACHE

93 ans FAUCHET Germaine Rue de l'Ermitage 30-10-1912

91 ans FAUCONNIER Aline Rue Stralette 04-12-1914

87 ans THEVENIER Henri Rue du Sartia 22-01-1918

87 ans KINIF Joseph Rue de l'Eglise 12-07-1918

86 ans DUPUIS Julien Rue du Sartia 08-11-1919

86 ans HUYNEN André Rue du Sartia 11-12-1919

86 ans SERVAIS Georges Rue de l'Ermitage 20-12-1919

85 ans MOLITOR Robert Rue du Sartia 20-06-1920

84 ans BLONDIAUX Claire Rue de l'Eglise 19-02-1921

84 ans MASSART Robert Rue du Criptia 15-10-1921

84 ans CAPRARO Constantina Rue du Criptia 11-01-1922

83 ans COLLART Marcel Rue du Sartia 03-04-1922

83 ans SIMONART Simone Rue du Sartia 30-08-1922

83 ans LELEU Fernande Rue du Sartia 11-10-1922

83 ans VANDERMEULEN Raoul Rue Génicot 23-10-1922

82 ans CARPIAUX Hélène Rue du Bas-Sait 17-03-1923

81 ans LECOMTE Jean Rue du Sartia 03-01-1924

81 ans MICHAUX Maximilienne Rue du Sartia 07-01-1924

81 ans COLLART Robert Rue du Vivier 19-09-1924

80 ans GOBLET Eugène Rue Criptia 22-01-1925

80 ans BIHAIN Yvonne Rue du Sartia 28-07-1925

80 ans PHILIPS Paulette Rue Les Ruelles 22-11-1925

80 ans BALERIAUX Camille Rue du Sartia 04-02-1926

80 ans MALCOURANT Fernande Rue du Sartia 13-02-1926

SART-SAINT-LAURENT

98 ans GOFFAUX Maurice Ferme de Wimbosteck 10-06-1907

94 ans TOUSSAINT Georgina Rue Neuve-Maison 21-10-1911

92 ans GORET Léon Rue G. Boccart 08-03-1913

85 ans ERNOUX Léon Rue Joseph-Godfroid 13-02-1920

85 ans SWENNEN Paul Rue de Marlagne 03-12-1925

82 ans NIHOUL Elisa Rue Joseph-Godefroid 12-02-1923

82 ans BOUILLOT Maria Rue du Bijard 06-03-1923

82 ans DELVAUX Gilberte Rue Henri-Brosteaux 25-03-1923

82 ans DEWEZ Robert Rue Victor-Dewez 12-04-1923

82 ans DE COSTER Dominicus Rue Victor-Dewez 13-04-1923

82 ans NAMECHE Lambert Rue de Burnot 13-11-1923

82 ans PRIGNEAUX Joseph Rue Froidebise 05-01-1924

81 ans WERY Reine Rue H.-Brosteaux 08-01-1925

80 ans LEBOUTTE M.-Thérèse Rue Victor-Dewez 04-02-1925

80 ans BLAMPAIN Germaine Rue de Burnot 27-01-1926

80 ans BURSENS Marcel Rue H.-Brosteaux 18-01-1926

Les fortes inondations d'il y a 100 ans

On peut lire dans Le Messager de Fosses (1906) la relation de la plus spectaculaire inondation du siècle qui rappelle les mémorables inondations de 1850. En voici quelques passages.

Les pluies torrentielles tombées la soirée et la nuit de lundi dernier combinées avec la fonte des neiges ont provoqué de fortes crues partout dans le pays. (le journal parle alors des dégâts dans la région de Charleroi et de Namur).

A Fosses, les eaux de la Biesme déversaient sur la place des Quatre-Bras et l'écoulement se faisait par les grilles (?) de la rue du Postil. A 9 h 1 /2, il y avait un pied d'eau dans cette rue, la circulation était devenue lm-possible (z'. photos) et les caves s'emplissaient rapidement. Les canaux étaient insuffisants à charrier les eaux principalement à l'embouchure de la canalisation de la rue de Bruxelles, recevant les eaux de la rue de Vitrival. Toutes les caves de ces rues furent remplies en une heure de temps. Vers 11 heures, l'eau ne trouvant plus d'issue fit sauter le couvercle dune bouche dégoût formant ainsi un jet d'eau colossal. En moins d'une demi-heure, la rue et la place du Marché formaient une grande rivière et l'eau montait jusqu'à 60 cm dans plusieurs maisons. La rue du Postil a été obstruée jusque mercredi dans la soirée. Bon nombre de maisons et de magasins et plus de 200 caves ont été complètement inondées.

A Vitrival, les eaux s'élevaient à de grandes hauteurs. Vers I heure du matin, M. Jules Fauconnier, demeurant au bas de la colline qui conduit à l'église, en voulant sauver son chien qui s est nové, a failli être entraîné par le courant, ses appels au secours n'ayant pas été entendus par les membres de sa famille qui étalent occupés au sauvetage du bétail. Au bassin de Led'Siette, au-dessus du village, la digue quia plus de 6 m de hauteur et qui recueille les eaux venant du bois n'a pas résisté à l'afflux et l'eau entraîna tout sur son passage. Ln mur de plus de 10 m de longueur, appartenant au sieur Alex Louis, a été emporté d'un bloc sur un espace de plusieurs mètres. La demeure de Mme Catherine Parent a été envahie en un clin d'œil ; elle fut réveillée par l'eau qui immergeait son lit. Julien Debruxelles se dévoua pour aller retirer Mme Parent de sa position périlleuse. La servante, dans l'affolement, sauta par une fenêtre et faillit tomber dans le ruisseau où elle aurait certainement péri. Les dégâts sont importants dans cette partie du village. Quantité de planches et de bois ont été emportés par les eaux.

DERNIERES NOUVELLES. - Nous relatons les points les plus atteints

Dans le magasin Delhaize, au bas de la rue du Postil, il y a plus de 20 cm d'eau ; des marchandises ont été détériorées. A la Brasserie Genart, deux caves dans lesquelles se trouvaient plus de 40 tonnes de bière et la cave h vins et à provisions ont été inondées jusqu'aux voûtes. Chez M. A. Jacquet, négociant en gros, les caves contenant des paniers à champagne, de vins, de liqueurs, conserves furent complètement immergées. On pouvait voir, par le soupirai, les bouteilles de vin qui tournoyaient sur l'eau ; un tonneau d'huile grasse s'est épanché. M. Jacquet estime les dégâts à plus de 500 FR. Le magasin d'aunages de Mlle Destrée a connu une couche d'eau de 20 cm de hauteur.

Chez M. Gustave Doumont, plombier, les seaux et autres ferblanteries flottaient dans le magasin où il y a eu plus de 50 cm d'eau. M. E. Timsonnet, boucher, fut un des plus éprouvés par l'inondation. Les eaux entrant par la porte de ta rue de Vitrival sortaient par une autre porte donnant sur la rue du Marché. Outre les caves contenant des viandes salées, le rez-de-chaussée a également beaucoup souffert. Dans la cuisine, les eaux montèrent h plus de 60 cm ; un salon restauré récemment fut aussi envahi canapés, fauteuils, chaises bourrées... tout flottait, tournoyait et s'entrechoquait par la force du courant.

Toutes les habitations de la place du Marché et de la rue Al Val ont été particulièrement atteintes, principalement chez M. Edmond Dejeneffe, l'eau passait par la fenêtre, d'où submersion complète du rez-de-chaussée. Chez la veuve Philippot, une partie de la voûte des caves s'est effondrée.

A « Rome » chez M. Abeels, les vieux parents qui couchaient en bas, entendirent le bruit des seaux qui remuaient à la cuisine. Ayant appelé plusieurs fois sans réponse, M. Abeels sauta en bas de son lit, mais quelle ne fut pas sa surprise de se trouver dans l'eau jusqu'à la ceinture et le lit ainsi allégé commença à flotter avec Mme Abeels qui est un peu souffrante. La première émotion passée, M. Abeels monta vite pour éveiller son fils et sa femme qui dormaient à l'étage et aussitôt de commencer le sauvetage. Comme la pluie tombait dru, M. Abeels prit un parapluie sous le bras et alla conduire le bétail à une assez longue distance pour le mettre en sûreté ; et ce n'est que rentré chez lui qu'il remarqua que, dans son affolement, il avait tait le trajet aller et retour avec son parapluie sous le bras, sous la pluie battante. Le chien tenu en laisse a failli être noyé.

Au Pré-l'Evêque, la crue a atteint une très grande hauteur. Une haie en treillis du jardin de M. Ledain a été renversée. Le mur de la propriété de M. A. Dejaifve a été renverse sur une longueur d'environ 20 mètres.

Beaucoup de familles se sont trouvées sans charbon et sans pain, le tout étant resté dans les caves.

Pendant 5 jours, les inondés durent procéder h un nettoyage des plus difficiles. Ce qui restait dans les caves était couvert d'une couche épaisse de boue gluante et empestée.

Tout se borne à des dégâts matériels et des lapins noyés. Aux dires de certaines personnes âgées, on n'a pas vu à Fosses plus forte inondation qu'en 1841.

Dans le n° suivant, on ne parle plus de ces inondations mais Le Messager publie un long article sur les dangers de maladies en recommandant le nettoyage des puits avec de l'eau de chaux et de faire bouillir l'eau utilisée comme boisson ou pour la préparation des repas et la vaisselle.

Contre un arbre

Mardi dernier, vers 15 h 40, rue Génicot à Sart-Eustache, une voiture pilotée par Mme Marjorie Versonne, 24 ans, de la localité, a quitté la route et a heurté un arbre avant de se retourner. Les pompiers de Fosses se sont rendus aussitôt avec leur matériel de désincarcération. Blessée, la dame a été transférée à l'Hôpital de Châtelet. Le SMUR d'Auvelais s'est rendu également sur place.

Le feu

Un incendie s'est déclaré dimanche dernier vers 16 h 45, rue des Ruelles au n° 87. Les pompiers de Fosses se sont rendus sur les lieux et ont rapidement maîtrisé le sinistre.

Eau non potable

Dimanche dernier, en raison d'une panne au captage et de l'arrêt intempestif d'une pompe, le réseau de l'AIEM qui fournit l'eau notamment à Sart-Eustache, Cocriamont et le Roux a dû interrompre la distribution, car de la boue s'était mélangée à l'eau potable. Les pompiers de Fosses ont distribué des bouteilles dans les villages concernés. Le retour à la normale fut assuré mardi.

Un ras-le-bol

Chaque année, à l'approche du carnaval, les jeunes et les moins jeunes sillonnent les rues de leur village pour ramasser le bois afin d'étoffer leur bûcher. Rappelant ainsi que la tradition des grands feux continue de se transmettre d'année en année dans notre commune.

A Vitrival, depuis quelques années, des containers entiers sont déversés anonymement sur le terrain du Grand Feu. Nous y retrouvons une quantité importante de planches, de sciure de bois, de clous rouillés, de morceaux de verre et de métal et bien d'autres choses insolites...

Nous informons la population que ce terrain ne nous appartient pas, il nous est gentiment prêté par un agriculteur de la région et il est, bien entendu, que nous devons lui remettre propre chaque année. Cette tâche devient pénible et fastidieuse vu le nombre de débris croissant.

Rappelons aussi que ce lieu n'est pas une décharge, qu'un parc à containers est à votre disposition un peu plus loin. Nous sommes en effet présents pour perpétuer une tradition et non pour polluer l'environnement.

Il est donc demandé aux citoyens de Vitrival et des alentours, de ne plus rien déverser sur le terrain du Grand Feu sans accord préalable (D. Spineux, 0495-32.25.16) et que tout ce qui se trouve aux abords des maisons sera repris uniquement à l'appréciation des membres du comité. Nous avertissons également que les autorités communales ont été prévenues de ces désagréments.

Merci de votre compréhension et bon carnaval à tous ! Le comité du Grand Feu de Vitrival

Etat civil

MOIS DE JANVIER

Naissances :

une modification de logiciel au service population ne permet pas pour l'instant de transmettre les naissances.

Publications de mariages:

- Quentin Hermand, 25 ans et Caroline Puts, 23 ans, habitant tous deux rue de la Station 22 E, à Aisemont (mariage le 8 avril).

-Nicolas Piéfonck, 25 ans et Nancy Bourgeois, 32 ans, habitant tous deux rue du Moulinl6, à Fosses (mariage le 25 février).

-Philippe Delcroix, 37 ans, habitant rue Laide-Basse 26/B et Najoua Taoufik, 24 ans, de Casablanca (mariage le 16 mars).

Mariages :

-Le 24 janvier : Marc Monnaers, 39 ans et Yulia Ryabova, 34 ans, habitant rue de la Bruyère 32, à Vitrival.

Décès:

Le 29/12/05 à Auvelais : Domenico Pavone, 76 ans, résidant au Home.

Le 30/12/05 à Namur : Elise De Vlieghere, célibataire, née le 28-12-1905, rue Donat Masson 20, à Fosses.

Le 3 janvier à Montignies-s.-S. : : Armand Iven, divorcé d'Antoinette Coenen, née le 5-6-1939, rue du Baty 50.

Le 5 à la clinique Dejaifve : Marie Deschutter, 88 ans, de Jemeppe

Le 2 à Ixelles : Pascal Riethmuller, époux de Corinne Caufriez, 33 ans. chaussée de Charleroi 364, Le Roux.

Le 18 à la clinique Dejaifve : Roger Laurent, époux de Jocelyne Bovy, 62 ans, rue du Try-al-Hutte 19.

Le 19 à Montignies-s.-S. : Annette Boesmans, ep. de Ryszard Glebocki, 60 ans, rue de Vivier, Sart-Eustache.

Le 21 à la clinique Dejaifve : Simon Colot, 73 ans, d'Anhée.

Le 21 à la clinique Dejaifve : Luise Otto, 90 ans, de lamines.

Le 23 à Namur : Lucien Hatert, époux de Eveline Avaloze, 80 ans, rue Lotria 9. à Le Roux.

Le 25 à la clinique Dejaifve : Claude Lainé, célibataire, 45 ans, rue Al Val.

Le 25 à la clinique Dejaifve : Marcel Delepeleere, 59 ans, Les Viviers 2.

Le 26 à la clinique Dejaifve : Paul Jacques, 93 ans, résidant au Home.

Le 27 à son domicile, avenue Albert 1er : Philippe Moreau, époux de Brigitte Scieur, 58 ans.

Le 28 clinique Dejaifve : Geneviève Vens, 52 ans, d'Aiseau-Presles.

A propos d'une photo rétro

Un lecteur nous apporte les noms de plusieurs Chinels figurant sur la photo rétro parue dans notre n` 2 avec, avions-nous cru, deux petites « Chinelles «. Voici les personnages reconnus : sur la droite, Victor Devos et ses deux fils André et Jules ; à côté, Jules Gailly ; entre les enfants, Joseph Noël à sa gauche, figure d'Armand Hainaut à l'extrême gauche : Donat Masson.

Voilà un lecteur très perspicace qui se souvient de ces vieux Fossois aujourd'hui disparus. Et nous dit-il, c'est une photo de 1925.