N°03    03 février  2006

 

Conseil communal

Budget : un juste équilibre

Achat de l'ancienne pare de Fosses

Cette première réunion de l'année a débuté bien sûr par une minute de recueillement à la mémoire du conseiller Philippe Moreau, dont les funérailles avaient eu lieu le matin même. Le bourgmestre a rappelé son souvenir : celui d'un conseiller efficace et pondéré, soulignant qu'il semblait encore être là, sur son siège. Dans ce moment émouvant il a associé la mémoire de Raymond Horion, ancien chef des travaux de la ville, et de la maman d'Yvette Bodart, chef du service Population, décédés récemment.

Dans un autre registre, il a annoncé la naissance d'une petite fille au foyer du conseiller Etienne Drèze, qui offrira un verre à toute l'assemblée en fin de séance.

Enfin, l'urgence a été admise pour deux points non inscrits à l'ordre du jour. Mme Robaye était excusée.

LE BUDGET COMMUNAL 2006

L'échevine des Finances Laurence Titeux présente le budget ordinaire pour cette année, tableaux sur écran à l'appui. Avec 8.512.148 € de recettes et 8.511.342 de dépenses prévues, il ne présente donc qu'un tout petit boni de 806 € mais respecte donc les impératifs du CRAC (Centre Régional d'Aide aux Communes). Toutefois, à ce petit boni de l'exercice propre il faut ajouter le boni des exercices antérieurs, ce qui donne un boni global de 1.252.043 €.

Nous donnons d'autre part l'analyse détaillée de ce budget qui, après une remarque de Mme Lalière au sujet d'une erreur d'inscription de 14.000 € dans le prélèvement du budget ordinaire à l'extraordinaire, a suscité l'abstention du groupe socialiste, en dépit des explications partielles de l'échevine (double inscription).

Par contre, le budget extraordinaire a été approuvé à l'unanimité avec 2.562.582 €

en recettes et dépenses. De part et d'autre on a admis qu'il ne s'agit que de dépenses indispensables, que même en cette année d'élections on ne peut se permettre de fantaisies.

Mais après cet examen du budget, M. Brachotte a tenu à remercier l'échevin des Travaux Jules Lallemand pour son assiduité à vérifier les travaux d'entreprises, son suivi et ses initiatives heureuses.

DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

La taxe sur la fourniture de documents administratifs est en légère hausse pour certains. Les cartes d'identité seront à 7 € (+ 3) et les nouvelles cartes électroniques, qui doivent arriver prochainement, à 13 €. Les cartes pour enfants sont gratuites mais en cas de perte, le 2e se paie 1 €. - Pour attestations d'identité : 2 €.

Passeports : 91,50 (41 pour les moins de 18 ans) mais 260 et 210 en urgence.

Certificats divers et changements de domicile : 3 €.

Légalisation de signature : 2 €.

Carnets de mariage : 15 €.

Port d'arme : 25 €.

VOIRIE ET CIRCULATION

Au chemin de la Chapelle de la Paix, la confection d'un mur de soutènement a été jugée indispensable et pour cela il faut réaliser une emprise de 1 are 60 que le propriétaire a acceptée.

En raison d'un litige de voisinage, il faut repréciser les limites du sentier n° 32 à Vitrival : il en coûtera 763 €.

Pour respecter les délais fixés par le Gouvernement au sujet des Zones 30 aux abords des écoles, le Conseil avait pris rapidement des arrêtés de police. Il faut les préciser. A Le Roux, rue de Claminforge, cette zone de vitesse limitée se situe entre les n° 3 et 18 et rue Grande, de 12 à 16.

A Sart-Eustache, sur la place et rue des Ruelles jusqu'au n° 75.

A Aisemont : rue du Fays depuis le n° 62 ; rue de la Station jusqu'au n° 14 et rue Cortil Curé jusqu'au n° 6.

A Nèvremont, rue Rivaustrée jusqu'au 66 et rue de Nèvremont depuis le n° 52.

A Fosses : le stationnement est interdit rue des Zolos en face des n 2 et 3 ; un emplacement de bus est prévu devant le n° 6. – Rue Sinton : stationnement interdit sur 15 mètres devant l'école Saint-Feuillen. – Rue Sainte-Brigide : arrêt et stationnement interdits devant l'Arsenal des Pompiers et entre celui-ci et le n° 20. – Rue de l'Ecolâtre, la circulation est interdite dans le sens de la rue Sainte-Brigide vers rue des Zolos et dans l'autre sens, elle est réservée à !a circulation locale.

La Zone 30 est fixée rue Sainte-Brigide entre les n° 1 et 17, rue des Zolos de 23 à 2 et rue Sinton au carrefour et en face de l'école.

ECOLE DES DEVOIRS

L'échevine Anny Batardy précise les modalités d'application de cette initiative du Plan Prévention et Proximité : elle est accessible à tous les enfants de l'enseignement primaire de Fosses, tous réseaux confondus, les lundis, mardis et jeudis de 16 à 18 heures. Le lundi pour les élèves de 1re, 2e et 3e primaires ; le mardi : 4e et 5e ; le jeudi : 6e. Elle offre un soutien pédagogique et des activités socioculturelles, dans les locaux de la maison des œuvres, à côté de l'Ecole Saint-Feuillen, rue des Zolos. La participation des parents est de 4 euros par mois, 2 euros par enfant supplémentaire, ou 30 euros pour l'année scolaire (20 par enfant en plus). Ce service, assuré par Mlle Caroline Jacqmain, institutrice, et Sandrine Jacqmain pour les trajets et les animations, est suivi actuellement par une douzaine d'enfants.

EN URGENCE :

D'abord, des travaux à réaliser ruelle d'Une Personne, dans le centre de Fosses : suite à un effondrement de la voûte du ruisseau qui passe là dessous. Il faudra réfectionner cette voûte sur environ 25 mètres, d'où une dépense estimée à 45.590 C.

D'autre part, un projet d'acquisition de l'ancienne Gare de Fosses est présenté par l'échevin de la Culture Bernard Meuter : le Conseil communal des enfants avait émis le vœu de voir réaliser un Ravel sur la ligne de chemin de fer désaffectée Tamines-Dinant. Dans un plan plus large d'organisation culturelle et touristique, la commune a pris contact avec ses voisines et confié des études au BEP et à IDEF. Il semble que l'instauration d'un chemin de promenade dit Ravel, qui coûte habituellement 5 millions d'anciens francs au kilomètre, pourrait se faire ici pour dix fois moins et avec 80 % de subsides pour le tronçon de Fosses qui le mettrait en liaison avec le lac de Bambois, peut-être même dès cette année. Dans cette thématique sport et tourisme, on pourrait prévoir un « point de chute » ou d'arrêt à cette ancienne gare de Fosses, avec possibilité de pique-nique ; l'étage serait aménagé en logement qui assurerait à la fois rentabilité et sécurité. Ce projet rencontre la synergie des forces vives de la région en vue d'un tourisme résidentiel ou d'un jour, qui amène des activités latérales et des retombées économiques indiscutables : rappelons, conclut l'échevin, que le Lac de Bambois attire 44.000 visiteurs par saison ! Le projet reçoit l'accord du Conseil.

A HUIS CLOS

Divers intérims dans les écoles pour congés de maladie, organisés par le Collège, sont entérinés.

Et les conseillers, comme le public rentré dans la salle félicitent le jeune papa en dégustant le verre qu'il offre à tous, ce qui renforce encore l’atmosphère sympathique et conviviale de ce Conseil communal.

LE BUDGET COMMUNAL POUR 2006

Voici donc quelques détails sur ce budget. Et d'abord pour

LE BUDGET ORDINAIRE :

Les 8.512.148 € de recettes se répartissent comme suit :

Fds des Communes 1.640.178 € (19,27%)

Taxes et impôts 1.146.470 € (13,47%)

Précompte immobilier: 1.342.651 € (15,77 %)

Impôt pers. phys. : 1.884.627 € (22,14 %)

Taxe automobile : 98.580 € ( 1,16 %)

Prestations et subs. 2.399.641 € (28,19 °%)
Et les 8.511.342 € de dépenses :

Personnel communal 3.569.927 € (41,94 %)

Fonctionnement : 2.136.030 € (25,10 °o)

Transferts : 1.864.069 € (21,90 %)

Charge de la dette : 941.315 € 11,06 %)

Notons que le Fonds des Communes représente 177 € par habitant alors que d'autres communes du même type que Fosses reçoivent jusqu'à 200 € par habitant. Les recettes d'impôts sont en légère augmentation du fait de l'accroissement de la population : on en est maintenant à 9.332 habitants (+ 110 par rapport à 2004).

Les dépenses de personnel sont majorées du fait du pécule de vacances qui atteint cette fois les 92 % du traitement et que ceux-ci ont été augmentés de 2 %. Il faut noter aussi un renforcement du cadre du Service Incendie (3 adjudants volontaires et un professionnel).

Les dépenses de fonctionnement sont en hausse en raison des frais d'investissements pour les nouvelles cartes d'identité et les frais d'élections communales et provinciales en 2006. En outre, on a prévu un système de surveillance électronique sur deux coins chauds du centre : place du Marché et le parking des Tanneries, où se tiennent notamment des commerces illicites (drogue). Avec garantie du respect de la vie privée : il est impossible de voir les façades des immeubles et un service de contrôle est prévu à l'Hôtel de ville et à la Police. A Gembloux, on a constaté que cette mesure a fait diminuer sensiblement la petite délinquance. De plus deux animateurs de rues seront engagés. Mais, précise le mayeur, il existe parfois un sentiment d'insécurité sans danger réel.

Les dépenses de transferts concernent le financement de la Zone de Police (on annonçait une opération blanche mais elle coûte de plus en plus aux communes) et la dotation du CPAS (en hausse de 26.800 € du fait des circonstances actuelles). Par contre, on note avec plaisir une baisse de la charge de la dette, grâce aux taux favorables ; elle représente 102 € par habitant alors que la moyenne des communes de la Province est de 145 €.

ET LE BUDGET EXTRAORDINAIRE

Les 2.562.582 € de recettes proviennent du boni des exercices antérieurs pour 41.635 € (1,6 %), d'aliénations (vente de terrains) pour 92.500 € (3,6 °ù) : d'un transfert du budget ordinaire pour 408.282 € (15.9 %) ; des emprunts : 766.864 € (15.9 %) et de subsides pour 1.253.300 € (48,9%). Tous les services communaux se sont mis à la chasse aux subsides » partout où c'était possible et cela porte ses fruits : ces subsides couvrent la moitié des dépenses !

Alors qu'a-t-on prévu comme travaux cette année ?

Citons les plus importants :

Réfection rue de la Plage (3e tronçon) 320.000 €.

Rue Gustave Boccart à Sart-St-Laurent 150.000 et rue Joseph Boccart 200.000

À Fosses : place et rue du Marché, rues Al Val et du Chapitre 640.000.

Asphaltage de diverses voiries 100.000.

Voirie interne du cimetière de Fosses 25.000 ;

Pose de ralentisseurs 16.000 :

Aménagement du ballodrome de Fosses 55.000.

- Bâtiments :

Châssis Hôtel de ville 100.000 ; achat (180.000) et aménagement (250.000) de l'ancienne gare de Fosses

Aménagement de l'étage de l'ancienne école d'Aisemont 8.000 ; salle St-Barthélemy à Bambois 12.500 ; hall de Sart-St-Laurent 12.500 : honoraires pour l'étude de l'aménagement du centre de Fosses 25.000 ; châssis école de Vitrival 13.000 : étude pour un bâtiment pour infrastructure culturelle 37.500

honoraires pour restauration de la collégiale 25.000. – Achats : autopompe et véhicule utilitaire 109.000 ; abris bus 19.000 ; camionnette et voiture de service 28.000 : minibus pour Espace Temps Libre 52.500 ; camionnette et plateau élévateur 44.982 ; signalisation routière 20.000 ; mobilier et matériel informatique 10.000 ; matériel électrique et outillage 28.000 ; matériel de gymnastique et divers équipements pour les écoles 11.000. – Restauration des tableaux de la collégiale 50.000.

La plupart de ces travaux et achats se feront avec l'aide de subsides divers pour plus d' l.250.000 €, soit la moitié des dépenses. Tout le monde en est satisfait.

Saint-Feuillen 1900

Les septennales de 1900 et 1907 ont donné lieu à deux séries de cartes postales, éditées par la firme Nels, de Bruxelles. En 1900, il n'y en eut que quelques-unes, dont celle-ci qui représente l'Etat-Major à cheval. Elle est prise très probablement au Chêne, lors du bataillon carré de midi.

Cette carte porte un cachet d'affranchissement au verso : le 29-9-1907 ; ces cartes étaient donc toujours en vente et utilisées pour la correspondance lors de la septennale suivante. Elles étaient même davantage d'actualité.

En 1900, quelques vues ont été prises également lors du passage du cortège près du château Winson ; on les confond facilement avec celles prises lors de la Saint-Feuillen de 1907 qui, elles, sont beaucoup plus nombreuses à cet endroit, ainsi que dans les prairies du Pautche. En 1907, il y en eut une vingtaine différente ; en 1900, on n'en connaît que 4 ou 5 ?

Prochainement, nous reproduirons une autre carte de la St-Feuillen 1900, montrant la procession sur la place du Centenaire.

Rappelons qu'en 1900, il y eut 26 compagnies participantes.

 

 

Fost-Plus

Les prochaines collectes de papiers et cartons auront lieu :

- le lundi 13 février pour les sections de Fosses, Bambois et Sart-St-Laurent - le jeudi 16, pour toutes les autres sections.

Le prochain ramassage des sacs bleus aura lieu le mercredi 15.

Conférence horticole

La prochaine conférence horticole aura lieu le lundi 13 février, à 19 h 30 au local Espace et Solidarité citoyenne (4-Bras). Le sujet du jour sera présenté par M. Hanotier : « Son jardin : le connaître, le corriger, l'amender ».

Rappelons que l'entrée est gratuite et la conférence ouverte à tous.

Hommage au roi Albert

L'administration communale et les comités de mouvements patriotiques, ainsi que les autorités et la population qui le souhaite, participeront à la traditionnelle manifestation d'hommage au Roi Albert, le vendredi 17 février à 17 heures. Au départ de la place du Marché, on se rendra au Square Chabot pour les brèves allocutions et le dépôt de fleurs au monument du Roi Chevalier.

Début d'incendie

Vendredi dernier, un début d'incendie s'est déclaré chez un pompier fossois, Patrick Briot, route de Ta-mines à Fosses. Ses collègues se sont rendus sur place et ont rapidement circonscrit le sinistre.

 

Confrérie St-Feuillen

Les membres de la Confrérie se réunissent ce vendredi 3 février au local Saint-Martin, pour la reformation annuelle du comité : après le mot du président sortant et la présentation des comptes, nomination des président, secrétaire et trésorier (mais ces deux derniers peuvent être maintenus). On évoquera aussi la participation de confrères à la fête de sainte Brigide à Ayeneux et la Saint-Patrick, le 17 mars à Fosses, avec les Confrères du Roeulx. Il sera aussi question de la prochaine festivité Sainte-Brigide le 7 mai.

En effet, sainte Brigide de Kildare est fêtée au jour présumé de sa mort, le 1 er février. C'est à cette date que la paroisse d'Ayeneux (Soumagne, en Pays de Herve), qui possède une Confrérie Sainte-Brigide. La célèbre par une messe en latin, français et wallon, suivie d'un très cordial dîner de confrérie auquel les Fossois participent depuis six ans. A Fosses, avant la guerre, le 1 er février était toujours marqué d'une messe à la collégiale, avec bénédiction de baguettes ; mais on lui a préféré la date du 1 er dimanche de mai, avec un temps d'ordinaire plus clément pour le pèlerinage à la chapelle ; le 1 er mai était la fête celtique de Beltaine, 40 jours après l'équinoxe de printemps : elle marque l'éternel retour de la nature en fleurs. Le culte de sainte Brigide, invoquée pour la protection du bétail et des gens de la terre, est donc une antique survivance.

Avis de l'A.L.E.

A partir du 1 er février, les utilisateurs A.L.E. pourront commander leurs chèques à l'unité (avec un maximum de 10) et non plus par tranche de 10 comme c'était imposé préalablement.

A. LENOIR.

Les vols ont-ils disparus ?

Du fait que nos colonnes ne signalent plus jamais aucun vol ne signifie pas qu'il n'y en a plus. Ce serait trop beau. Mais ils sont en diminution.

La raison est que, par respect de la vie privée (!) notre police, par qui nous étions renseignés, ne signale plus les vols ; de même, on l'aura constaté, quand on relate un accident, on ne cite plus les noms ; on donne parfois le nom de la localité où résident les accidentés... et la marque des voitures!

Cela est bien dommage pour le lecteur, car cela enlève une bonne partie de l'intérêt de la relation écrite. Il n'y a pourtant pas de secret à cela, mais voilà, on ne sait rien y faire.

II fut une époque où, lorsqu'un piéton se cassait une jambe, une dame subissait une opération, un enfant tombait gravement dans la cour de l'école, le fait était signalé. On signalait les succès scolaires, les nominations, les actes de probité, citant donc des noms... Aujourd'hui, on n'est plus guère au courant. Votre voisin vivant seul pourrait rendre l'âme que vous ne le sauriez que deux mois plus tard. L'esprit communautaire a disparu.

A quoi attribuer cet état de fait ? On vit plus en vase clos : la voiture qui ne permet plus des rencontres entre piétons, ni même entre voisins ; la TV ou le Net mobilisent les gens chez eux ; il y a aussi les nombreux mouvements de population qui font qu'une famille d'origine locale se disperse dans d'autres régions et disparaît de son endroit d'origine. En somme, on ne se connaît plus et l'indifférence s'installe...

Mais nous en étions aux vols dans notre région. La zone de police signale qu'ils sont en nette régression. En 2001, on recensait 371 vols qualifiés dans les habitations. En 2005, ils sont tombés à 170, grâce surtout à la mise en place d'un service spécial de surveillance. Mais les particuliers n'ont pas encore le réflexe de faire appel aux services policiers (071-72.02.35). Pensez-y si vous constatez des manœuvres suspectes.

Répétitions

Le Laetare 2006 s'annonçant prochainement les répétitions chez Clara Bistouille et Abel Zébuth reprendront à partir de ce mardi 7 février. Elles auront lieu tous les mardis (sauf le 28 février) de 19 à 21 h, salle L'Orbey.

Les personnes souhaitant intégrer le groupe peuvent se présenter aux répétitions : tous renseignements utiles leur seront communiqués à cette occasion.

Le Comité.

Précision

Dans l'article annonçant le décès de Mme Clara Boulanger, une erreur s'est glissée. Elle était l'épouse de Georges Bodart et non d'Arthur.

Nos excuses.

Vie paroissiale

Cette semaine, M. le doyen Vannoorenberghe est parti en France pour subir une délicate opération d'une artère carotide. Il sera absent tout ce mois de février. Nous lui souhaitons courage et bon rétablissement.

Les acolytes de Fosses, Bambois et Sart-Saint-Laurent organisent un goûter aux crêpes ce samedi 4 février de 16 à 20 h, en la salle L'Or-bey. Il sera agrémenté de l'animation du magicien Jean Champenois.

Le dîner paroissial, en cette " Année Mozart " est centré sur la musique : le menu annonce en effet la Valse des bouchons, le Prince du Danube ; une Symphonie d'hiver accompagnée de ses petites notes, et les Délices enchantés. Ce menu est à 20 € (10 pour les enfants) et on peut s'inscrire en versant le montant adéquat au cpte n° 068-2128892-60 des Œuvres paroissiales de Fosses, ou chez M. Brun, tél. 071-71.43.95.

Rendez-vous donc le dimanche 19 février dès 12 h. 30 en la salle du Collège Saint-André.

Et si vous ne pouvez pas participer à cette belle occasion de rencontres amicales, vous pouvez soutenir les œuvres paroissiales en versant votre don au numéro précité.

Le Bureau économique paroissial, et les bénévoles de la paroisse vous invitent bien cordialement et vous attendent très nombreux.

Condoléances

Un Clown s'en est allé, pareil à lui-même, avec honneur et dignité, dans la fête, la joie de vivre, suivant ses dernières volontés.

La musique des Clowns, ses amis en habits et maquillés lui ont rendu un dernier hommage.

A toute sa famille et à tous ceux qui l'aiment, nous présentons nos plus sincères condoléances et les assurons de lui garder toujours une place dans nos cours.

A bientôt, cher Claude, au paradis des Clowns.

Le comité des Clowns.

Concours d'écriture

Les ministres Laanan, Courard et Picqué ont créé un fond de 145.000 € sous la forme de 14 500 Chèques-Lire pour soutenir le projet " Je lis dans ma Commune ». Ces chèques seront offerts aux communes qui s'engagent à organiser des activités dirigées vers le grand public et destinées à favoriser la lecture et l'accès au livre.

Le Centre culturel de Fosses s'est engagé comme organisateur du projet et a choisi comme sujet " Je lis, j'écris, je vis " proposé l'an dernier à tous les élèves des écoles de l'entité. Cette année, ce concours d'écriture est destiné à toute la population Fossoise, tous âges confondus !

Un concours d'écriture de conte et/ou légende est proposé ayant pour thème " Sorcières et Makrales de chez nous ".vous avez la passion d'écrire? De l'imagination à revendre? Un certain don pour raconter contes, légendes, nouvelles ? Alors écrivez votre histoire envoyez-la.

Les lauréats recevront les Chèques-Lire et de plus, les meilleurs textes seront racontés au grand public de façon vivante par une conteuse, lors d'animations féériques dans le centre de notre ville, dans le cadre des journées " Racont'Arts " des16 et 17 juin 2006. Toutes les personnes participantes au concours y seront invitées.

Les inscriptions sont ouvertes à partir du 1er février, et à renvoyer à Brigitte Romain, Centre culturel de l'entité Fossoise asbl, place du Marché 12, à 5070 Fosses-la-Ville ou à l'adresse : culture@fosses-la-ville.be Textes à remettre au plus tard le 15 avril, même adresse ou mail.

Deux personnages Fossois nous ont quittés

Cette semaine a été doublement endeuillée par le décès de deux Fossois, tous deux dans la cinquantaine, mais des personnages d'un style fort différent : Philippe Moreau incarnait le travail, le dévouement, le sérieux tout en étant très jovial ; Claude Lainé, lui, était tout sourire, bon vivant, voire guindailleur réputé. Mais deux personnalités très attachantes et sympathiques.

Philippe était né à Namur le 15 mars 1947 ; fils de Georges Moreau, petit-fils d'un maître-carrier, sa destinée était dans la pierre ; à la reprise des Carrières Moreau par le groupe Carmeuse, il fut en charge du site d'exploitation de Haut-le-Wastia. Comme le dit à ses funérailles le directeur du site d'Aisemont M. Spineux, c'était un conducteur d'hommes, courageux et entreprenant; compétent et homme de terrain, avec un grand sens des responsabilités, il était heureux au milieu des carrières : il y allait même chasser C'était aussi un homme de bonne humeur et il avait participé avec joie, en septembre dernier, au centenaire des Carrières.

Fossois dans l'âme, Philippe était aussi entré au service de sa commune aux élections communales d'octobre 1988, sa liste de tendance libérale n'obtint qu'un élu : Roger Viroux, qui fut bourgmestre pour trois ans puis se retira ; Philippe était son suppléant, il fut d'office échevin des Travaux de 1992 à 1994, sous le mayorat de Lucien Boigelot, et sa compétence le faisait respecter et apprécier du personnel. En 1955, il fut réélu comme conseiller, mais dans l'opposition ; en janvier 2005, il annonça qu'il rejoignait le groupe U D et il figurait encore sur la liste des candidats de cette liste pour les élections de 2006. C'était un conseiller de bon sens, pragmatique, toujours posé et correct avec tous. Le bourgmestre a rappelé son sourire, sa gentillesse, sa disponibilité, sa convivialité, son attachement indéfectible à sa commune. Pour l'échevin B. Meuter : " C'était un homme de paix, qui n'aimait pas les conflits et les histoires, un homme de consensus qui savait accepter le point de vue des autres et œuvrait à rapprocher, à réconcilier ". Dans sa fonction de conseiller communal, il était aussi administrateur au comité de la Zone de Police et à l'Hôpital d'Auvelais.

Philippe manifestait aussi son attachement à sa ville comme administrateur du Syndicat d'Initiative et surtout comme marcheur dans la XIVe Brigade des Grenadiers : en dépit de la maladie qui le minait périodiquement depuis deux ans, il avait manifesté une grande joie d'avoir pu accomplir sa 6e Saint-Feuillen. Là aussi il était apprécié pour son amabilité et son allant. A l'Etat-Major, il était toujours de bon conseil.

La nouvelle de sa mort a bouleversé bien des Fossois et la foule était considérable à ses funérailles la collégiale absolument comble, avec encore bien du monde dehors. On y notait la présence du Collège échevinal au complet et de plusieurs conseillers d'une délégation de la Zone de Police ; du drapeau et d'une délégation de Grenadiers ; du Corps des Pompiers, de plusieurs confrères des Carrières d'Aisemont, de personnalités du MR et bien d'autres. Outre les messages émus du bourgmestre et du directeur de Carmeuse, le P. Michel lut un message du doyen M. Vannoorenberghe, absent pour maladie, disant lui aussi toute son admiration pour Philippe, sa générosité, son amabilité, sa tolérance, son courage aussi face à la maladie et sa confiance en saint Feuillen.

L'office, sobre et digne, était présidé par l'abbé Thibaut, parent de !a famille du défunt, assisté du P. Michel et du chanoine J.-P. Charles. Le long défilé de l'offrande permit un dernier hommage à cet homme de bien.

A Madame Moreau, née Brigitte Scieur, à ses enfants et à toute la famille, nous présentons nos bien sincères condoléances.

Claude Lainé, né le 11 février 1960, était le fils d'Elie Lainé, commissaire adjoint et petit-fils d'Eugène Lainé, commissaire de Police de Fosses. Mais il était, sans doute par réaction, fantaisiste et bon vivant et il avait trouvé l'incarnation de son personnage lors de la fondation du groupe folklorique " Les Clowns en folie " Il en était un peu la mascotte, poussant son caddy de confettis et de ballons, portant parfois
l'un ou l'autre enfant. Avec son physique tout en rondeurs (il avait " fait " le sergent Garcia de Zorro lors de plusieurs cortèges de la fricassée du Mardi Gras), il ne pouvait pas passer inaperçu. C'était aussi un humoriste, pince-sans-rire et à l'occasion, frondeur, « chinailleur », toujours gentiment car il était la bonté même. Il avait travaillé un peu en usine, puis au CPAS, mais il avait décidé de profiter de la vie en rendant service à droite et à gauche (au comptoir du Clos St-Feuillen notamment, mais aussi lors de barbecues à Haut-Vent, à Fosses et ailleurs). Tout le monde le connaissait, il connaissait tout le monde, il était sympa avec tous. Ancien marcheur dans la Compagnie de Haut-vent, c'était un véritable monument du folklore Fossois, et il savait en rajouter car avec lui, c'eut été la fête tous les jours !

Depuis un peu plus d'un an, atteint d'un cancer de la gorge, il avait perdu l'usage de la parole mais savait se faire comprendre ; il fut accueilli au Home Dejaifve où il répandait aussi sa jovialité infatigable, sans souci pour lui-même, et encore dans sa voiturette, voici une quinzaine, il nous avait salué avec son sourire légendaire. Il est parti brusquement, sans bruit, sans déranger, gentil comme toujours.

Son enterrement fut à la mesure de sa fantaisie : il avait voulu, dans son cercueil, être habillé et grimé en clown. Après l'incinération au crématorium de Gilly, ses cendres furent accompagnées jusqu'au cimetière, à sa demande, par une délégation des Clowns en costume, accompagnés de leur célèbre musique. " Mais on n'a pas le cœur à danser ", se lamentait un des leurs, même s'il l'avait demandé. Au dernier hommage de ses amis clowns, la musique joua son air préféré " Les chiffons rouges ", de M. Fugain, et l'Internationale car il avait aussi ses convictions.

Claude, l'homme au grand cœur, l'ami de tous, s'en est allé lui aussi.

A ses frères et sœurs, à Marie-Hélène et à toute la famille, nous présentons nos sincères condoléances.

Nos aînés : toujours plus nombreux

Dans notre précédent numéro, nous avons publié la liste des personnes de Fosses (et hameaux) qui ont atteint ou dépassé les 85 ans. Une liste de 75 personnes. Nous poursuivons cette fois la liste des octogénaires, de 80 à 84 ans accomplis. A cette liste, on doit ajouter 7 personnes (des dames) qui ont préféré ne pas y figurer, pour diverses raisons : nous dirons qu'elles sont âgées d'au moins septante-dix ans..., parfois quelques années de plus Mais toujours dans les septante ! Qué chance ! Au total, pour Fosses, Home Dejaifve et hameaux, on arrive à 191 personnes.

La semaine prochaine, ce sera au tour des aînés des villages de l'entité (139 personnes): 14 à Sart-Saint-Laurent, 21 à Aisemont, 22 à Sart-Eustache, 36 à Le Roux, 46 à Vitrival.

84 ans AllARO Maria Rue des Zolos 10-02-1921

84 ans GEORGERY Madeleine Avenue Albert 1er 25-02-1921

84 ans MONTULET Marie Rue Al Val 27-02-1921

84 ans TIMMERMANS Irène Rue Sainte-Brigide 31-03-1921

84 ans DEFOING Marcelle Home St-Jean, Mettet 17-04-1921

84 ans JACQMAIN Roger Rue de Stierlinsart, Bambois 17-05-1921

84 ans BERWART Charles Place de la gare 1 D 06-06-1921

84 ans WILMET Louise Rue de Névremont 27-06-1921

84 ans DREZE Jeanne Home Dejaifve 29-06-1921

84 ans VAN RYSSEL Maria Avenue des Déportés 06-07-1921

84 ans MARCIPONT M.-Th. Rue Donat Masson 23-10-1921

84 ans ARENDS Remy Rue Sinton 24-10-1921

84 ans BARTHELEMY Irène Rue du Grand-Gau 15-11-1921

84 ans GERADON Georgine Home Dejaifve 19-11-1921

84 ans DUCAT Fernand Rue de Névremont 14-12-1921

84 ans HENNEAU Pol Home Dejaifve 19-12-1921

84 ans COLIN Alphonse Place de la Gare 11-01-1922

84 ans BEECKMANS M.-José Rue Petite Couture 14-01-1922

83 ans VERVOTTE Raymond Rue des Remparts 23-01-1922

83 ans ROMDENNE Aril Avenue Albert 1er 31-01-1922

83 ans HERNETTE Emilie Home Dejaifve 02-04-1922

83 ans BUFFET Marthe Rue tri-du-Bois 10-05-1922

83 ans ROBIOLLE Raoul Rue Delmotte-Lemaître 19-05-1922

83 ans LARIVIERE Rose Home Dejaifve 12-06-1922

83 ans NULENS Elisa Home Dejaifve 15-06-1922

83 ans PARMENTIER M.-Louise Route de Tamines 15-06-1922

83 ans YANG Suicang Route de Mettet 08-08-1922

83 ans VAN RYSSEL Gérard Rue du grand-Etang 13-08-1922

83 ans ROUSSEAUX José Home Dejaifve 13-08-1922

83 ans BOCCART Jean Rue d'Orbey 14-09-1922

83 ans WIAME Désirée Rue du Grand-Etang 29-09-1922

83 ans MASSINON Fernande Rue Saint-Roch 11-10-1922

83 ans GRAVY Georgine Rue du Baty, Bambois 22-11-1922

83 ans MAERTEN Armande Rue du Grand-Etang 15-12-1922

82 ans TOMBELLE Lucien Rue des Tanneries 26-01-1923

82 ans RICHELLE Andrée Rue du Baty, Bambois 30-01-1923

82 ans VANDEN EYNDE Marg. Home Dejaifve 06-02-1923

82 ans VERONESI Alma Home Dejaifve 09-02-1923

82 ans ROMAIN Marie-José Avenue des Combattants 13-03-1923

82 ans MOTTIAUX Anaïse Home Dejaifve 25-03-1923

82 ans MATHOT Lucien Avenue des Combattants 07-04-1923

82 ans DUCHATEAU Marguerite Rue du Grand-Etang 29-04-1923

82 ans LUYCKX Jeanne Home Dejaifve 20-07-1923

82 ans DOUMONT Lucienne Rue Sainte-Brigide 24-07-1923

82 ans LAMBERT Louis Rue Haut-Vent 26-07-1923

82 ans DESCHAMPS Georges Rue du Marché 06-08-1923

82 ans DESPINETO Nelly Rue du Grand-Etang 11-08-1923

82 ans EVRARD Madeleine Rue d'Une-Personne 18-08-1923

82 ans KRAGE Ida Route de Saint-Gérard 29-08-1923

82 ans RIFFLART Paul Rue Sainte-Brigide 01-09-1923

82 ans HERICKX Flore Rue de Névremont 08-09-1923

82 ans TOISOUL Edmond Avenue des Déportés 14-09-1923

82 ans DEPROOT Jules Rue de Dôye, Bambois 29-09-1923

82 ans ORLIK Janina Rue Laide-Basse 08-10-1923

82 ans CRAME René Route de Tamines 27-10-1923

82 ans LEJEUNE Léon Home Dejaifve 29-10-1923

82 ans GEERAERTS Emile Rue de Vitrival 19-12-1923

82 ans FRIPPIAT Albert Place de la Gare 20-01-1924

81 ans DUBOIS Madeleine Rue d'Orbey, Fosses 28-02-1924

81 ans CORNIL Jeanne Rue Try-al-Hutte 05-03-1924

81 ans COCU Lucienne Place de Leiche 17-03-1924

81 ans FAUCHE Gaston Home Dejaifve 30-03-1924

81 ans HERMANT Georgette Rue de Névremont 05-04-1924

81 ans DEPREZ Fernand Route de Bambois 07-04-1924

81 ans DEFREYNE André Rue de Névremont 19-04-1924

81 ans de KERCHOVE Christiane Château de Taravisée 27-05-1924

81 ans PIRAUX Berthe Home Dejaifve 28-05-1924

81 ans VERMEULEN Maria Avenue Champ-Stoné 01-06-1924

81 ans MINGEOT Joséphine Rue des Forges 05-06-1924

81 ans BAILLY Marie-Louise Rue des Zolos 09-06-1924

81 ans MABILAT Denise Rue des Egalots 11-06-1924

81 ans NULENS Juliette Avenue des Combattants 16-07-1924

81 ans VERBAERT Suzanne Rue d'Orbey, Fosses 17-07-1924

81 ans CHARLIER Joseph Home Dejaifve 26-07-1924

81 ans DUCULOT Francine Rue Donat-Masson 07-08-1924

81 ans JACQUEMIN Denise Rue Victor-Roisin 18-08-1924

81 ans LOISEAU Léon Faubourg-de-France 18-09-1924

81 ans COLON José Rue du Try-al-Hutte 01-10-1924

81 ans VERMEYLEN Marguerite Rue des Zolos 10-10-1924

81 ans FEVRY Edmée Home Dejaifve 11-10-1924

81 ans DE WOLF Joseph Rue de la Petite-Couture 15-11-1924

81 ans BLAIMONT Jeanne Rue de l'Ecolâtre 30-11-1924

81 ans GAILLOT Josiane Home Dejaifve 08-01-1925

81 ans BERNARD Amandine Rue du Grand-Etang 09-01-1925

81 ans ERNOUD Marie-Madeleine Rue de Névremont 19-01-1925

81 ans DEFOING Jules Rue V. Roisin 31-01-1925

80ans GALLUCCIO Rosa Place Chapelle-St-Roch 23-02-1925

80 ans TASIAUX Alphonsine Avenue des Déportés 25-02-1925

80 ans NOULARD Nelly Rue Saint-Roch 06-03-1925

80 ans ZIQUE Joséphine Rue Cheslon 22-03-1925

80 ans JOUX Rose Avenue Champ Stoné 25-03-1925

80 ans DEFLEUR René Rue de la Plage, Bambois 04-04-1925

80 ans URBAIN Gabrielle Home Dejaifve 15-01925

80 ans HANCE Elise Avenue des Déportés 19-05-1925

80 ans DUMONT Marie Rue du Grand-Etang, Bambois 25-06-1925

80 ans MAUDUA Suzanne Rue des Tanneries 26-07-1925

80 ans DE KEUNINCK Ida Rue Chapelle de la Paix 05-08-1925

80 ans DEWEZ Gaston Rue de Vitrival 06-08-1925

80 ans FRISQUE Gérard Rue Saint-Roch 10-08-1925

80 ans WOUTERS Victor Avenue Albert 1er 11-08-1925

80 ans HIERNAUX Raymonde Place de la Gare 02-09-1925

80 ans VAEL Georges Avenue Champ Stoné 26-09-1925

80 ans THONE Georgette Rue de la Plage, Bambois 29-09-1925

80 ans LEBEAU Marie Rue Haut-Vent 10-10-1925

80 ans HERMANT Irène Rue de Névremont 03-11-1925

80 ans MAJUB Louise Route de Tamines 17-11-1925

80 ans LECLERCQ Gladys Rue des Forges 26-11-1925

80 ans FALQUE Alphonse Chaussée de Namur 14-12-1925

80 ans DEPRAUTE Flora Rue du Gd-Etang, Bambois 01-01-1926

80 ans DEPRAUTE Flora Rue du Grand-Etang 01-01-1926

80 ans BURSSENS Marcel Rue Brosteaux, Sart-St-Laur. 18-01-1926

80 ans MOTTE René Avenue des Déportés 22-01-1926

80 ans BLAMPAIN Germaine Rue de Burnot, Sart-St-Laur. 27-01-1926

80 ans BORBOUSE Victor Rue de la Station, Aisemont 27-01-1926

80 ans BALERIAUX Camille Rue du Sartia, Sart-Eustache 04-02-1926

80 ans STRIMELLE Jeanne Rue du Baty, Bambois 06-02-1926

80 ans MALCOURANT Fernande Rue du Sartia, Sart-Eustache 13-02-1926

Le billet du Fougnant

Crottes de chiens

Bonjour le chien-chien... bonjour mon chéri... II a fait un gros dodo mon Loulou... Oui ? Et maintenant, le chien-chien il est content de voir sa maman... Hein qu'il est content le chien-chien, il a fait des lé-lèches à sa maman. Oui mon chéri, il a fait des lèlèches... il est gentil mon chien-chien, il aime bien sa maman. Oui oui, on va aller promener, mais avant, sa maman va boire un petit café. Voilà mon chéri, on y va... Allez, mets ton manteau, voilà, on y va...

Non, ne dite pas comme ça, il faut que je ferme la porte, papa est encore couché. Allez, cette fois, on y va.

Tu t'arrête déjà, mon loulou ? C’était urgent, hein. Oh oui, qu'est-ce qu'il sent là le chien-chien de sa maman, il va lever la papatte, oui, c'est bien mon chéri, il a levé la papatte ! Je sais, Monsieur, c'est le seuil d'une maison. Oui, mais y avait pas qu'à enlever les réverbères.

Allez, viens mon loulou, il vaut mieux ne pas traîner. Quoi, tu t'arrête encore, et tu vas encore lever la papatte. Ah non, il va faire un gros caca le chien-chien. Oui, vas-y mon chéri. Allez. Ça y est... Non, encore un petit. C'est bien mon loulou, c'est bien... Et maintenant, on va dire à papa qu'on a fait un gros caca.

Oui, Monsieur, mais c'est un tout petit caca de petit chien, c'est pas comme ces gros chiens qui laissent sur les trottoirs des monuments, qu' dis-je, des cathédrales. Si vous n'y prenez garde !

Marcher dans la m..., ça porte bonheur, paraît-il. On devrait alors être tous plusieurs fois millionnaires ! Mais à bien y penser, la petite crotte a, elle aussi, toutes les chances de venir s'incruster dans les dessins de la semelle d'un écolier un peu distrait et de terminer son périple sur la moquette du salon, où le petit frère a déposé ses jouets ou laissé tomber sa tétine. Oui, MOnsieur, mais ce n'est pas pire que les produits chimiques et puis, le gamin, il n'a qu'à mettre ses jouets sur la table et ne pas perdre sa tétine...

Plus tard dans la matinée, maman qui va faire une petite course emmène le chien-chien. Sur la place, elle croise deux employés communaux qui ramassent papiers et souillures abandonnées la veille. « Tu vois, mon chéri, ici, près de l'hôtel de ville, on nettoie et à côté de chez nous, il y a une ruelle, pleine de cacas !

Fougnant

Des crêpes

La tradition de la Chandeleur sera respectée : les crêpes sauteront de nouveau, ce samedi 4, à partir de 18 h et dimanche 5, à partir de 15 h, au local paroissial, place de l'Eglise à Sart-Eustache ; c'est une organisation du comité paroissial.

A propos d'une photo rétro

Un lecteur nous signale que sur la photo rétro parue récemment et intitulée « Les Chinelles » le Chinel à l'extrême droite portant un brassard est Jules Gailly, qui fit un moment partie du comité. La date, il ne peut la préciser (sans doute avant la seconde guerre).

Merci pour ces précisions.

Prochaine quinzaine

Rappelons les manifestations prévues pour la prochaine quinzaine :

- Samedi 4 : souper de la Marche Sainte-Gertrude de Le Roux, à 19 h 30.

- Dimanche 5 dîner de la Chandeleur, par le Cercle L'Eveil, salle Patria à Vitrival.

- Lundi 6 : goûter, jeu de cartes, Espace Senior. - Réunion du Cercle d'Histoire à la Maison de la Solidarité citoyenne.

- Samedi 11 : réunion de l'Union royale des Ruchers wallons, salle Espace Solidarité.

- Goûter-dansant de l'Epiphanie, organisé par le club des Jeunes retraités de Le Roux, à 14 h, au réfectoire de l'Ecole de Le Roux.

- Lundi 13 : conférence du Cercle Horticole salle Espace Solidarité citoyenne, à 19 h 30

- Jeudi 16 : collecte de dons de sang, salle L'Orbey, de 15 h à 18 h 30.

- Samedi 18 Journée Télevie avec soirée dansante.

- Samedi 18 : banquet annuel et remise des prix de la société colombophile La Liberté, dès 11 h 30, en la salle l'Hautventoise.

- Samedi 18 déplacement aux Beaux-Arts de Charleroi pour assister à La Traviata (de Verdi). Renseign. et inscr.: Mme Christiane François-Radelet, tél. 071-71.10.65.

- Dimanche 19 : dîner paroissial en la salle du Collège Saint-André.

Il y a 50 ans

Mois de janvier 1956

- Situation abusive au bureau de la Poste : c'est l'employé du guichet qui doit quitter son poste et laisser ses clients quand une personne veut utiliser la cabine téléphonique, appeler la centrale, percevoir le prix de la communication, ou parfois dicter le contenu d'un télégramme qui peut être d'ordre privé, avec une porte qui ferme mal. Pendant ce temps, devant le guichet, on écoute, on s'impatiente ! L'auteur de l'article suggère de placer cette cabine, accessible uniquement pendant les heures d'ouverture, au bâtiment de la rue des Remparts.

- Rouspétance aussi au sujet du courant électrique : en raison de la surcharge d'appareils dans les ménages, les coupures sont fréquentes et le soir, la lumière baisse, vacille, revient. Pas très bon pour les appareils !

- Les rapports démographiques sont publiés : Sart-Saint-Laurent (445 habitants) perd au total 6 habitants ; Aisemont (662 habitants) en perd 2 ; Le Roux (687 hab.) en perd 19 ; Fosses avec 3.619 habitants en perd 13.

Il y a 100 ans...

N° 1 du 7 janvier 1906

FOSSES.

- Dans la nuit du 31 décembre au ter janvier, les époux Ba-clin, de Bambois, voulant sans doute s'adresser de bons souhaits dès la première heure, se mirent à faire une partie de cartes. Vers 11 heures, au moment d'un atout, on entendit la chute d'un objet sur le plancher. Sans v faire attention, on attribua cela au chat qui devait se trouver en haut. Quelques instants après, un choc plus violent effraya les habitants de la maison et au plus vite ils s'élancèrent dehors niais quelle ne fut pas leur surprise en vouant que toute la toiture était en flammes. Après les appels au feu, on organisa des secours. Le bétail tut d'abord sauvé et ensuite une partie du mobilier. Il ne reste que les murs. On attribue cet incendie à un feu de cheminée.

FOSSES.

- Mercredi, vers 5 heures du soir, Mme H. Cillain, veuve Marchai, retournant chez elle à St-Roch suivait un grand chariot. Au moment où elle voulut devancer celui-ci, elle n'entendit pas la charrette de F.P., de Fosses, qui arrivait en sens inverse. Elle fut atteinte par un brancard au côté gauche et a deux côtes cassées.

N° 3 du 21 janvier 1906

UN VOL

- La nuit dernière, on s'est introduit, probablement à l'aide d'une fausse clé, dans la remise de M. Gustave Jacqmain, rue de la Station. On v a enlevé 3 lapins. M. Paris, commissaire de police, a ouvert une enquête.

N° 4 du 28 janvier 1906

Cercle Concordia. - Dimanche 28 janvier, à 7 heures 1/2, conférence avec projections lumineuses par M. Votion. Sujet : les Volcans.

- Pendant la nuit du 21 au 22 courant, on a tenté de voler les mains de M. Luc, rue de la Station. Mme Luc, ayant entendu marcher dans la cour se leva et en ouvrant la fenêtre de sa chambre mit les voleurs en fuite. Ils avaient déjà enlevé une partie des tuiles du toit abritant les lapins.

- Jeudi, jour de foire, vers 1 heure de l'après-midi, alors que la circulation était encore très intense, un accident (fui aurait pu produire des suites plus fâcheuses est arrivé en notre ville. Un jeune cheval, attelé à la charrette du sieur Gilot, marchand de porcs, dévalait la rue des Egalots à allure vertigineuse, accrochant par ci par là d'autres charrettes. L'est alors que notre courageux concitoyen Achille Gérard, attendant de pied ferme, se jeta résolument z la tête du cheval et parvint non sans peine à la maîtriser. Espérons qu'un tel acte de courage ne restera pas sans récompense.

Bravo, Coriant

Pensons à nos aînés

Ils et elles fêteront leur anniversaire durant la prochaine quinzaine.

Le 4 : Marie Paquet, Rue du Benoît 89 ans

Le 4 : Marie Leboutte, Rue V. Dewez, Sart-St-Laur.81 ans

Le 4 : Camille Balériaux, Rue du Sartia, Sart-Eust. 80 ans

Le 5 : Maria Lambert, Campagne du Chêne 90 ans

Le 5 : Jenny Hoc, Route Tamines, Aisemont 82 ans

Le 6 : Jeanne Strimelle, Rue du Baty, Bambois 80 ans

Le 6 : Marguerite Vanden Eynde, Home Dejaifve 83 ans

Le 9 : Alma Veronesi, Home Dejaifve 83 ans

Le 10 : Maria Azzaro, Rue des Zolos 85 ans

Le 12 : Elisa Nihoul, Wimbosteck, Sart-St-Laur. 83 ans,

Le 13 : Fernande Malcourant, Rue du Sartia, Sart-Eust. 80 ans

Le 14 : Emilie Gillain, Rue Neuve, Haut-Vent 87 ans

Décès

Nous avons appris le décès de M. Lucien Hatert, époux de Mme Eveline Avaloze. Il est décédé à Namur à l'âge de 80 ans.

Lucien Hatert est né à Beaussaint, petit village près de Laroche, où il s'est marié en 1952. Il vint chez nous dès 1955, pour y trouver du travail, s'installa rue Lotria et fit sa carrière à la Glacerie Saint-Roch, tandis que son épouse tenait une petite culture. Ils eurent 3 enfants, deux fils et une fille qui leur apportèrent 6 petits-enfants. Lucien et son épouse se sont parfaitement intégré à Le Roux, où ils eurent le bonheur de fêter leurs noces d'or en 2002.

C'est un brave homme qui disparaît, avec le sentiment d'une vie accomplie simplement, dans la plus entière droiture. Nous présentons à sa famille nos plus vives condoléances.

A la galerie du S.I.

En ce mois de février, la galerie d'art du S. I. sera occupée par deux nouvelles artistes de l'aquarelle: Micheline Bardiau, qui peint depuis une dizaine d'années et Maria Gonzales, toutes deux élèves de grands spécialistes de l'aquarelle ; elles ont une prédilection pour les paysages, avec teintes chaudes du Midi, mais ne négligent pas les autres tons de la côte belge, ni le portrait.

Venez donc admirer leurs œuvres, toutes en délicatesse, du 4 au 23 février, durant les heures de bureau soit de 9 à 16 heures en semaine, de 10 à 17 heures le week-end.

Le vernissage aura lieu ce vendredi 3 février, à 19 h. 30.

Avis de la J.S. Fossoise à tous les jeunes

Tu aimes le football ? Tu es sportif et dynamique ? Tu veux rencontrer des copains ? Tu adores une ambiance sympa ?...

- Tu as entre 6 et 8 ans?

Viens vite chez les Diablotins. Les entraînements ont lieu le mercredi de 15 h à 16 h 30.

- Tuas entre 8 et 10 ans ?

Les Préminimes t'attendent. Les entraînements ont lieu le mercredi de 16 h 30 à 18 h.

- Tu as entre 10 et 12 ans ?

Les Minimes t'accueilleront. Les entraînements se font le mercredi, de 17 h 30 à 19 h.

- Tu as entre 12 et 14 ans ?

Les Cadets t'attendent aussi.

- Tu as plus de 16 ans ?

Viens en Seniors ou en Spéciale. Les entraînements ont lieu les mardis et jeudis de 19 h à21 h 30.

Viens nous rejoindre à la Jeunesse Sportive Fossoise, des équipes adaptées à ton âge t'attendent impatiemment. Tu peux t'inscrire et obtenir des renseignements :

- soit lors des entraînements

- soit auprès du secrétaire Hubert Sauvage, avenue des Muguets 35, à 5190 Ham-sur-Sambre,

'071-78.49.12 È 0472-70.01.68

Fosses sous la neige

En parcourant les Messager d'il y a 50 ans, nous tombons sur une très longue relation des abondantes et exceptionnelles chutes de neige qui ont inondé notre pays en janvier 1956 et à Fosses notamment. Certains s'en souviennent. Voici quelques passages édifiant de ce rude hiver '56.

Mardi 10 janvier, une tempête de neige paralysa peu à peu la région et le vent aidant, des bancs se formèrent, bloquant toute circulation.

A Fosses, malgré une quarantaine de cm, les rues étaient praticables mais à Névremont, à Haut-Vent, à Bambois, la neige atteignait à certains endroits une hauteur d'homme, les voitures restaient bloquées et devaient être dégagées par les tracteurs des dévoués fermiers. Ni le camion communal, ni l'autopompe des pompiers ne furent utiles et restèrent bloqués eux aussi. Au Cheslong, les habitants creusèrent un chemin à travers la prairie car la route était inaccessible. A Bambois, la rue du Grand-Etang fut coupée de bancs de plus d'un mètre en plusieurs endroits. Au Try-al-Hutte, plusieurs habitants étaient isoles et furent privés de lumière et de téléphone, des fils avant cédé ! Fosses fut d'ailleurs privé de courant durant plusieurs heures. Entre Fosses et Salit, un lourd camion allemand dérapa et se mit en travers de la route, bloquant toute circulation. Des automobilistes s'apprêtaient à passer la nuit chez des habitants du Sart ! Tard dans la soirée un bulldozer vint ouvrir le passage.

Les passagers des bus venant de Namur furent bloqués à Floreffe et des Fossois revinrent à pied sous la tempête de neige Il était impossible de se rendre à Saint-Gérard, Lesve ou Bois-de-Villers. Les élèves des écoles de Fosses furent dans l'embarras : certains retournèrent à pied, d'autres prirent le train, qui accusaient beaucoup de retard ; certains enfants logèrent chez des amis. Un facteur d'Arsimont, qui effectuait sa tournée à Aisemont, arriva à bout de forces chez le garde champêtre Leclercq et s'écroula d'épuisement. Le docteur ne put atteindre la maison et ce sont 3 habitants d'Aisemont qui le reconduiront chez lui, en jeep, après avoir dû, à l'aide de pelles, déblayer la neige pour se frayer un passage.

Le lendemain et les jours suivants le dégel était général et peu à peu la neige disparut, cette offensive hivernale de courte durée ne fut plus qu'un maux ais souvenir !