N°15    04 août  2006

Bambois-Plage

En raison de son exploitation, le Grand-Etang de Bambois avait pris le nom de Bambois-Plage car, effectivement, les gérants de cet endroit privilégié l'avaient transformé en plage artificielle, avec l'apport de milliers de tonnes de sable transportées depuis la côte belge.

Il existe ainsi une bonne vingtaine de cartes postales sur cet endroit car, à l'époque, les " touristes « qui venaient passer quelques heures en profitaient pour envoyer une carte aux parents ou aux amis, comme nous le faisions quand nous panions à l'étranger. Cette habitude se perd aujourd'hui, les déplacements dans les endroits de délassement et de vacances étant devenus chose banale.

Le site, avantageusement transformé aujourd'hui, permet toujours les baignades, sous un aspect moins sauvage. Nous en parlons dans un article qui relate l'affluence du public, en ces derniers jours caniculaires ; nous apprenons en effet que l'on a comptabilisé plus de 26.000 entrées pour le seul mois de juillet

Ayant pris une tout autre vocation, Bambois-Plage est devenu aujourd'hui le nouveau site du Lac de Bambois.

Conseil communal

Sécurité et tranquillité publiques

Le Conseil communal de ce 20 juillet qui était une réunion d'été, a vu nos responsables approuver deux mesures qui permettront à la police d'agir plus réellement face aux « troubles de voisinage ».

Le phénomène ne se produit pas qu'à Fosses, mais les habitants du centre en ont vraiment assez de ces tapages nocturnes qui ne cessent pas malgré leurs plaintes et certaines interventions de la police qu'ils jugent trop discrètes. Détournés de la place du Marché par les caméras de surveillance qui y ont été installées, les jeunes let de moins jeunes) se rassemblent notamment rue des Egalots, devant un " Night and day " où ils trouvent des boissons alcoolisées consommées bruyamment dans la rue (et aussi dit-on d'autres produits moins licites qu'ils se procurent entre eux. Cris, chahuts, bagarres fréquentes empêchent les braves gens de dormir, sans compter les dégradation de biens (façades, trottoirs, voitures) et ils sont si nombreux que deux policiers de garde nocturne n'oseraient pas intervenir ! Des jeunes de Fosses ? En partie, mais aussi d'un peu partout: dans ce domaine, le tam-tam fonctionne bien ! Dans une autre rue, des jeunes sans travail dorment le jour mais, à la nuit tombante, sortent des casiers de bière et festoient tout aussi bruyamment, laissant souvent leurs canettes et bouteilles sur les trottoirs, ou parfois sur les voitures

Tout cela fait désordre et le bourgmestre, accablé de plaintes, a même convoqué le tenancier du night-shop en le menaçant de fermeture, au moins le soir et la nuit ; celui-ci se dit de bonne foi et aurait même proposé d'organiser une « maison de jeunes »on devine ce que ce serait rapidement devenu !

Une des causes est la partition de gros immeubles en de trop nombreux kot ou « cages à lapins » qui attirent une population désœuvrée, « des jeunes sans repères, sans notion des valeurs », soupire l'échevin Meuter. Ce ne sont pourtant pas les occasions de s'occuper qui manquent ! Fosses possède des clubs de foot, de basket, de ping-pong, de balle pelote et bien d'autres, et un superbe hall de sports. Même : un « animateur de rues » a été ou va être engagé. Le mayeur a fait diminuer de 8 à 5 le nombre de logements d'une habitation, par souci de salubrité et de sécurité.

Alors, le Conseil communal a donc approuvé deux mesures très strictes que le Chef de la Zone de Police, le commissaire en chef Galetta, appelait de tous ses vœux pour que ses policiers soient « armés » d'une solide base légale afin que la population jouisse « de la tranquillité, de la sécurité et de la propreté des rues ».

Première mesure interdiction de consommer bières, vin, alcool sur la voie publique. Interdiction de jeter ou abandonner sur la voie publique canettes, bouteilles ou autres déchets.

Deuxième mesure : excepté lors des manifestations autorisées par l'Administration communale, est interdit tout rassemblement de 3 personnes ou plus sur la voie publique, de nature à troubler l'ordre, la tranquillité et la sécurité publiques.

Et cela en ce qui concerne la zone agglomérée de la commune, de 22 h à 8 heures du matin, du 20 juillet au 31 août.

La Police pourra procéder à des contrôles d'identité, arrestations administratives et amendes de police. Les mineurs de moins de 16 ans qui seraient concernés seront amenés au Commissariat où les parents seront invités à venir les « reprendre ».

 

Et le mayeur est clair : « Que ceux qui s'étonneraient de pareilles mesures viennent dans le centre, vers minuit ou plus tard, et ils comprendront! »

La conseillère Mme Mottard s'inquiète : « le phénomène ne s'arrêtera pas le 31 août, il dure toute l'année, même l'hiver ». On verra d'ici la fin des vacances. Mais il fallait d'urgence protéger une grosse majorité de la population contre les agissements de quelques groupes.

Il ne s'agit pas d'un couvre-feu : si dix personnes cheminent ensemble sans faire de bruit, elles ne seront évidemment pas interpellées par la police, rassure-t-il.

Espérons donc que ces décisions ramèneront le calme dans notre belle cité.

Il y avait d'autres points à l'ordre du jour.

 

Le budget 2006, réformé par la tutelle, vient de rentrer : avec 10 millions 043.269 € de recettes et 8.919 625 de dépenses, il se clôture avec un boni de 1.118.043 C. Les modifications apportées concernent des emprunts et le traitement du personnel.

Le compte 2005 du CPAS donne 1.908.584 € de droits constatés et 1.885.754 d'engagements de dépenses, soit un résultat comptable de 22.829€.

Des bons de commande pour un total de 11.237 € concernent du mobilier, des matériaux pour les travaux et du matériel électrique pour les bâtiments.

Suite à un incendie, des travaux d'étanchéité se sont avérés nécessaires au hall sportif de Le Roux (12.836 €.

Le devis pour la transformation des sanitaires de l'école de Sart-Eustache se monte à 8.124€.

Outre les deux ordonnances de police dont il est question ci-dessus, le Conseil a aussi approuvé des mesures pour les élections du 8 octobre, concernant l'affichage, les papillons sur la voie publique, le contenu des publicités, les caravanes publicitaires avec radio. etc.

Un règlement complémentaire relatif à la mise en place d'une zone résidentielle rue Fosse-aux-Chênes à Aisemont limite la vitesse à 50 km/h. entre la rue du Palton et la grand-route.

A huis-clos : le Conseil a approuvé l'engagement de deux sapeurs-pompiers volontaires Jean Honnay et Thomas Scieur, et la résiliation du contrat du sous-lieutenant Emmanuel Belaire, parti de Fosses.

Coordination sociale

Afin de clarifier et de rationaliser les services partenaires d'une action sociale dans notre entité, le Collège a décidé la création d’un « Service de Coordination sociale » pour tout ce qui concerne le Plan Habitat Permanent (reloger les habitant des campings). Plan Prévention de Proximité (permanences sociales dans les campings. grenier de meubles, école des devoirs, taxi social), les projets « Quartier de vie » et « Lutte contre un sentiment d'insécurité » en préparation

Dorénavant donc, toutes les personnes concernées par ces divers services sociaux pourront s'adresser à la coordinatrice :

Sophie Canard, chaussée de Charleroi. 14, à Fosses-la-Villa.

Les permanences ont lieu du lundi au vendredi de 9 à 12 heures ou sur rendez-vous par téléphone au

07171.02.16 ou 0498-16.70.10.

 

Fost-Plus

Le prochain ramassage des sacs bleus aura lieu le mercredi 16 août. Il n'y a pas d'autres ramassage (sauf les poubelles du mardi, bien sûr) jusqu'à notre prochaine parution.

Elections communales

Une nouvelle liste

Une nouvelle liste intitulée Ensemble autrement » sera déposée à Fosses pour les élections communales du 8 octobre prochain.

La tète de liste sera Mme Nicole Lalière-Mottard, conseillère communale PS. Il s'agit d'une liste d'ouverture où l'on retrouve des personnes de divers horizons politiques et même des indépendants.

Notamment Mme Françoyse Rochet (ex-MR), de Sart-Eustache ; des mandataires socialistes Mme Paulette Jacqmain (Vitrival), Jean-Marie Denis et Romuald Denis (Aisemont), Willy Piret (Névremont).

On y trouve aussi Marisabelle Lomba, championne olympique à Atlanta en 1996, ainsi que Anne-Sophie Le-pinne (Névremont) et Michaël Daffe (Vitrival).

Notons que René Brachotte, actuel chef du groupe PS au Conseil communal et Daniel Piet ont décliné l'offre qui leur était faite de participer à cette liste.

Congé

La librairie Press-Shop, rue du Postil 19, est fermée jusqu'au mardi 15 août inclus.

Façades fleuries

Voici les résultats du concours annuel des façades fleuries, organisé par le Cercle horticole de Fosses.

1. Marc Thibaut, route de Tamines 19

2. Léona Chantraine, rue de Doye 8, à Bambois

3. Marcel Mazuin-Rosart, avenue Albert 1er 63

4. Jean-Pol Georgery, rue de la Plage 19, à Haut-Vent

5. André Gheysens, Champ Stoné 20

6. François Mouthuy, route de Tamines 86, Névremont

7. Lucia Mastrocinque, r. du Postil 12

8. Claude Arcq, rue du Gonoy 1

9. Bernard Legait-Gravy, rue du Grand-Etang 20, Bambois

10. André Lainé, route de Tamines 22

70 ans de prêtrise

On a déjà vu des " noces de platine " pour 65 ans de mariage, jamais, à notre connaissance, pour 70 ans. C'est pourtant ce " record " qu'a atteint l'abbé Goret, mais en prêtrise

voici 70 ans en effet qu'il fut ordonné.

L'échevine en charge des Affaires sociales et du 3e Age, Anny Batardy, a dressé un éloquent panorama de sa carrière :

« Né à Ecaussines d'Enghien le 8 mars 1913, dans une famille de 10 enfants, l'abbé Goret fut ordonné prêtre à La Louvière le 26 août 1937. Il fut d'abord professeur de français et histoire au collège d'Enghien pendant trois ans, il fut ensuite nommé vicaire à Wanfercée-Baulet, où il fonda notamment une troupe scoute (lui-même fut totémisé " Elan "). Durant la guerre, il participa à la résistance dans les rangs de l'A.S., et en 1949 fut nommé curé de Boussu lez Walcourt et en 1953 curé de Rose-lies, où il devait rester 44 ans. Ne craignant pas de revêtir la salopette, il entreprit plusieurs travaux à l'école, et une piscine. Très ouvert, il s'intéressa à la culture musulmane dans cette paroisse multiconfessionnelle. En 1997 il se décida à prendre sa retraite et habite maintenant Sart-Saint-Laurent. Il participe souvent aux offices du Sart, de Le Roux ou de Fosses car il a toujours " bon pied .bon œil " comme ion dit, Partout sa simplicité très cordiale, Son sourire et sa gentillesse, sa générosité et son écoute lui ont valu la sympathie des paroissiens. Aussi, c'est devant une église comble qu'if a célébré cet anniversaire, avec de nombreux prêtres de la région et le doyen principal de Charleroi, le doyen de Fosses et un représentant de l'évêque de Namur »

Après l'office, un très sympathique dîner réunit plusieurs dizaines de paroissiens et d'amis de l'abbé Goret, à qui nous adressons nos chaleureuses félicitations et tous nos vœux de bonne santé.

La limotche à Haut-Vent

Le programme de la kermesse hautventoise s'est déroulé sans accroc, sous un chaud soleil, mais avec une participation populaire limitée : plusieurs font cette remarque : de plus en plus, et surtout les nouveaux arrivants, on reste chez soi, indifférent aux activités que quelques dévoués s'obstinent à organiser pour maintenir nos antiques traditions : " Mais où sont les kermesses d'antan ? "...

C'est pourtant avec fidélité à une tradition deux fois centenaire que la Limotche a fait sa sortie, le lundi. C'est une bien curieuse coutume, typique de notre région de Fosses à Presles, nulle part ailleurs, et celle de Haut-Vent est restée la plus proche de la légende, la plus fidèle aussi. Kairis, dans sa " Notice historique sur la ville de Fosses ", parue en 1858, en fait déjà une description détaillée et en parle comme d'une coutume bien établie, du moins à Haut-Vent. Dans les autres villages où elle-existe (ou a existé) : Bambois, Névremont, Vitrival, Le Roux et Presles, elle a pris l'apparenté d'une vache et se rattache alors aux antiques bestiaires légendaires.

Le Centre Culturel de Fosses a justement pris l'initiative, en cette année qui verra Fosses participer aux " Week-ends bienvenue Wallonie ", en septembre, de rappeler cette spécificité folklorique. Les comités dés diverses Limotches locales ont réuni quelques documents, photos et objets de cette tradition qui offrent, en une exposition itinérante, des souvenirs précieux ils seront réunis et complétés lors des têtes de septembre.

Donc, la Limotche de Haut-Vent a fait sa sortie : l'acteur principal, porteur de la fourche de bois et du drap qui le cache, était Willy Gosset : un passionné qui le fait depuis 1982 ! Le conducteur-dresseur : Frédéric Tahir, le vétérinaire-accoucheur Bernard Cousin et le porte Valet de pique Mango Napierala. Avec bien sûr quelques infatigables musiciens conduits par Claude Barthélemy qui a mis par écrit, pour la première fois, la notation de la danse du ramon. Le groupe a parcouru les rues du hameau (et extensions) pour rentrer, le soir, pour la dernière danse et la mort de la " bête'' devant la tête foraine.

'Encore une fois, grâce 'à quelques dévoués fidèles au message des anciens, cette curieuse tradition se perpétue, une richesse de notre folklore.

 

Friterie en feu

Mercredi 26 juillet, vers 19 h 20, la friterie implantée sur la place de l'église à Bambois a été la proie des flammes.

Les pompiers de Fosses, sous les ordres du commandant Philippe Scieur et de l'adjudant Pascal Baufays sont intervenus. Ils ont pu maîtriser assez rapidement le sinistre. Les dégâts sont très importants.

Permanence

Jusqu'au 31 août inclus, la permanence du bourgmestre est supprimée le jeudi. La permanence du samedi matin se tiendra de 11 h à 12 h.

Te Deum

Cinq drapeaux et des délégations de sociétés patriotiques, le bourgmestre, des échevins et représentants de l'Administration communale et une bonne assistance locale ont participé, le dimanche 23 juillet, au traditionnel Te Deum pour l'anniversaire de la Belgique, chanté cette année en l'église de Sart-Saint-Laurent par la chorale paroissiale et le doyen Michel Vannoorenberghe.

Le président de la section locale, Robert Dewez, et l'échevine en charge des sociétés patriotiques, Anny Batardy, ont offert le verre de l'amitié au Hall des Sports, dans un bel esprit de sympathie et de cordialité

Pensons à nos ainés

Fêtent leur anniversaire au cours de la prochaine quinzaine:

Le 5 : Marie-José Rossomme. Vitrival 82 ans

Le 6 : Georges Deschamps, r. Marché 83 ans

Le 6 : Gaston Dewez, r. Vitrival 81 ans

Le 7 : Francine Duculot, r. D. Masson 82 ans

Le 8 : Suicang Yang, route de Mettet 84 ans

Le 10 : Gérard Frisque, rue St-Roch 81 ans

Le 11: Victor Wouters, av. Albert 1er 81 ans

Le 11 : Nelly Despineto, Home 83 ans

Le 12 :Alberta Van Ryckegem, Home 92 ans

Le 13 : Gérard Van Ryssel, Bambois 84 ans

Le 13: José Roussaux, Hom 84 ans

Le 13: Yvonne Dewyse, Le Roux 85 ans

Le 16: Suzanne Dupont, Sart-Eust. 80 ans

Le 16: Renée Mouton. Vitrival 91 ans

Le 18: Madeleine Evrard, Fosses 83 ans

Ont passé récemment le cap des 80 ans:

Le 17-7: Alfred Dufrasne, Fosses 80 ans

Le 26-7 : Gilbert Auquière, Fosses 80 ans

Le 30-7 : Marcel Scieur, Fosses 80 ans

Les anniversaires de la 1re quinzaine d'août

-3 août 1906 : début des travaux d'installation à Fosses des bornes-fontaines (pompes) avant l'installation de la distribution d'eau chez les particuliers, en 1908.

-5 août 1914: l'armée allemande envahit la Belgique avec une armée d'un million d'hommes.

- 6 et 7 août 1943 : une entreprise flamande est chargée par les Allemands d'enlever nos cloches, comme dans la plupart des autres paroisses, pour en faire des canons !

- 7 août 1982 : le Fossois Marc Polet devient champion du monde de tir aux clays.

- 8 août 1566 création à Fosses d'une compagnie d'arquebusiers qui escorte la procession en l'honneur de saint Feuillen.

- 9 août 1933 : décès à Uccle du commandant Victor Leclercq, originaire de Vitrival, pionnier du Congo.

-11 et 12 août 1943 les Allemands font enlever les cloches de l'église de Le Roux.

-du 11 au 15 août 1945 : grandes fêtes de la Victoire à Fosses.

- 12 août 1945: reprise de notre journal, après cinq années d'interruption, sous le titre « Le Courrier de Fosses. »

- 14 août 1912 : avec l'installation de l'éclairage électrique, le Conseil communal dénonce le contrat pour l'éclairage public au pétrole ; dès lors, disparition définitive de l'alumeû d'lampes, un certain Boutefeu !

Offre d'emploi

Le Centre culturel de l'entité Fossoise (asbl) recherche :

Un(e) animateur (trice) (échelon 3) à temps plein pour un contrat à durée indéterminée.

Description de la fonction:

Vous vous occuperez d'assister l'animateur-directeur et les instances dirigeantes dans l'élaboration de projets à destination des jeunes.

Vous serez chargé de la préparation, de l'organisation pratique et de la prestation des animations. Vos prestations pourront avoir lieu en soirée et ou le week-end en fonction des activités du Centre culturel.

Profil:

Pour occuper ce poste, nous demandons:

-au moins un diplôme de l'enseignement secondaire supérieur.

- une grande sensibilité artistique.

-la capacité d'utiliser l'informatique, word, excell.

- des qualités pédagogiques pour l'animation des projets.

- le permis B et un véhicule.

-d'habiter dans un rayon de 30 kilomètres maximum de Fosses-la-Ville.

- la capacité de mettre en relation les différents services et acteurs du terrain social et culturel sur des projets jeunes afin de répondre aux préoccupations et attentes des jeunes de 12 à 21 ans.

- être détenteur d'un certificat de bonne vie et mœurs de type 2.

-être dans les conditions APE (aide pour l'emploi).

- une expérience orientée vers la jeunesse peut constituer un atout.

Nous offrons :

Un travail varié au sein d'une équipe très dynamique et d'une asbl en pleine expansion.

Vous êtes intéressé(e) ?

Envoyez rapidement une lettre de motivation et votre curriculum vitae à l'animateur-directeur Bernard MICHEL, Centre culturel de l'entité Fossoise asbl, 12 place du Marché à 5070 Fosses-la-Ville avant le 04 août 2006. Tel. 071 /71.46.24. - Fax 071/71.47.74.

Email : culture@fosses-la-ville.be

Vous serez contacté pour les épreuves de recrutement.

Record d'affluence au Lac de Bambois

La splendeur du site de Bambois ne fait plus de doute. Les aînés se souviennent sans doute des magnifiques installations de la plage de Bambois dans les années 50-70, à l'époque où, les dimanches d'été, le train venant de Tamines déversait des flots d'estivants qui envahissaient la minuscule plage devenue subitement trop peuplée. On raconte que, parfois on totalisait près de 5.000 entrées certains dimanches.

Eh bien, aujourd'hui, malgré les facilités pour se rendre à la côte belge ou à l'étranger, Bambois conserve la faveur du public. Car il y a la plage, bien sûr et les plans d'eau qui se distinguent par leur propreté, mais il y a aussi les jardins reposants où l'on rencontre la fraîcheur de l'ombre et les promenades « Sentier Nature » autour du lac, sous la conduite de guides expérimentés.

Record battu, titre le quotidien Vers l'Avenir : plus de 26.000 entrées en juillet. Ce qui est mieux encore qu'à la « belle époque » d'après-guerre où le tourisme d'un jour se limitait aux endroits les plus proches.

En ce qui concerne les baignades, très appréciées en ces temps de canicule, 3 maîtres-nageurs sont prévus les jours d'affluence, car, en raison d'une profondeur parfois de 2 m 50, il est nécessaire d'apporter une surveillance de tous les instants. Ou personnel veille aussi à la propreté des lieux : deux jardiniers assurent l'entretien des plantations (on y compte près de 400 espèces différentes qui mélangent harmonieusement leurs couleurs). Il y a aussi le personnel accueillant du service de la cafetaria et du bar ; en ces jours de grande chaleur, les boissons rafraîchissantes sont appréciées.

Après être resté plus de vingt ans à l'abandon, le site de Bambois a repris du service en 1996, voici dix ans déjà et on peut assurer que, d'année en année, l'endroit acquiert de plus en plus de charme. Ce n'est donc pas étonnant que l'endroit connaisse, les jours de beau temps, l'afflux d'un public venu de toutes les régions du pays. Et celui qui est passé une fois sait qu'un jour il y reviendra, car on ne se lasse pas de flâner au milieu de ce site enchanteur.

Il faut le dire bien haut : il est inexcusable, pour un Fossois, de ne pas avoir visité une fois cet endroit envoûtant, si près de chez soi.

Il y a50ans

Mois de juillet 1956

-Un nouvel établissement ouvre ses portes le dimanche ter juillet : il s'agit du Vieux Moulin, place du Marché, complètement rénové, mettant en valeur cette ancienne construction du centre de la ville.

-Une tombola organisée par l'union des Anciens de l'Ecole Moyenne a été tirée. Les 5 premiers lots : poste de radio, cuisinière à gaz, tableau de maître Auquière, mix-soup et appareil photographique + 164 autres lots.

-Les Chinels sont enregistrés au théâtre de Namur pour une émission télévisée « Trente-six chandelles » .

-Un champignon comestible est trouvé par J.-CI. Mahy dans une prairie de l'Hospice : il pèse 365 gr et a une circonférence de 43 cm.

-La société des Zouaves de Fosses est autorisée à porter le titre de « société royale ». C'est le président de la société. Aimé Massinon., qui lad part qu'il a reçu la lettre officielle du Palais.

-Bambois-Plage prend de l'extension : une nouvelle salle pour les spectacles et les soirées dansantes est inaugurée le dimanche 15 juillet par la présentation d'un grand spectacle de variétés.

-C'est aussi le 15 juillet que fut inauguré la nouvelle chapelle de Haut-Vent avec la présence des compagnies de Haut-Vent, Fosses, Bambois et Aisemont.

-l'abattoir de Fosses poursuit ses activités, mais qui sont en régression d'année en année. Le 1er semestre 1956 accuse un recul d'un tiers par rapport à l'année précédente, soit un total de 37.150 kg.

-Les Chinels participent aux fêtes folkloriques marquant le centenaire du Bia Bouquet à Namur.

-L'équipe de balle pelote de Fosses remporte le championnat de provinciale 1A avec : Jean Jaumotte, Marcel Bourivin, Adrien Ducat, Jean Prion et Richard Foulon.

-A la petite balle au tamis aussi, Fosses se distingue et remportent le G.P. du Gouverneur à Namur.

-Et Fosses se prépare aux festivités de la Saint-Feuillen : des sorties préliminaires ont eu lieu le 8 juillet à Saint-Roch et le 15 à Haut-Vent. Et d'autres sorties sont prévues à Sart-St-Laurent, à Le Roux, à Névremont, à Bambois et à Aisemont.

Un seul divorce !

Dans une statistique sur le mouvement de la population à Fosses, on signale qu'en 1936, il y a eu à Fosses 37 mariages et 1 divorce !

Le 50e anniversaire

de la chapelle de Haut-Vent

C'est à l'initiative de labbe Huynen, alors vicaire à Fosses et chargé spécialement du hameau de Haut-Vent, que l'on doit la construction de cette jolie chapelle dans ce hameau. Elle fut érigée en 1956 sur un terrain familial offert par Mme Valentine Robe-Biot, par un comité de quelques dévoués dont François Godfroid, Eugène Frérard, Emile Mignon et d'autres et construite, sur des plans de l'architecte Jean Li-bouton, par un maçon talentueux Léopold Nossaint, grâce à une collecte de tonds parmi la population hautventoise, les commerçants et des mécènes de Fosses. Elle fut inaugurée le 15 juillet 1956 et bénite par l'abbé Huynen qui, en raison des temps troublés de l'époque, l'avait dédiée à Notre-Dame de Beauraing pour la protection du hameau. Par la suite, des habitants du quartier comme Mme Lamy-Pouleur ou Claude Mignon, entre autres, eurent à cœur de l'entretenir. Et si elle a subi "des ans l'inévitable outrage " (et parfois aussi de quelques vandales) elle mériterait quelques soins aujourd'hui.

Le Messager du 22 juillet 56 donnait les détails de cette fête inaugurale : d'abord, en la collégiale, la bénédiction de la statue de N.D. de Beauraing par l'abbé Cambier, ancien curé de Bambois et aumônier du Home Dejaifve : puis un long cortège processionnel où l'on remarquait l'Etat-Major de la Compagnie de Haut-Vent, les Patros, la Ligue des Femmes, les fidèles, le clergé, les enfants de l'école de Haut-Vent, les jeunes filles du hameau, puis un char joliment garni portant la statue entourée de petits anges blancs. A l'Ecole Moyenne, le cortège s'augmenta de pelotons de marcheurs de Haut-Vent tandis qu'à l'arrivée à la chapelle des délégations des compagnies de Fosses, Aisemont et Bambois faisaient la haie d'honneur (on était une année de Saint-Feuillen). Après la bénédiction de la chapelle par l'abbé Huynen et une allocution de circonstance, les marcheurs exécutèrent un impeccable feu de file. Le lendemain, lundi de la kermesse, une messe solennelle fut chantée à la chapelle par le doyen Piérard à la demande du comité des fêtes, une tradition respectée depuis lors.

Et en ce dimanche 16 juillet, pour le 50e anniversaire, la grand-messe paroissiale était aussi célébrée devant cette chapelle par le doyen Michel Vannoorenberghe, en présence de la chorale, d'un peloton de marcheurs de Haut-Vent et d'une belle assistance Hautventoise. Après avoir rappelé le souvenir de tous ceux et celles qui ont œuvré pour cette chapelle, ainsi que celui de l'abbé Huynen qui, souffrant, n'a pas pu revenir en ce jour, et aussi de Georges Gosset, général de la Compagnie St-Feuillen de Haut-Vent récemment décédé, et à partir d'une lecture du prophète Amos, le célébrant souligna l'importance de ces témoignages de fraternité de tous ceux qui se dévouent dans des comités divers. Et il conclut : " En ces temps difficiles où tant de problèmes gangrènent notre société, laissons parler notre cœur avec ceux qui ont encore la foi populaire, en disant tout simplement : N.-D., protégez notre hameau de Haut-Vent ".

L'office, célébré sous un soleil de plomb, fut suivi d'un agréable apéritif à l'ancienne école. Et les marcheurs, courageusement même s'ils étaient en T-shirts, ont défilé l'après-midi jusqu'au feu de file final devant leur monument sur la place.

Laetare d'autrefois

(Suite)

Nous sommes toujours en 1937, une année très active pour la société. Dans le n° du 28 mars, nous apprenons que « S.M. le Roi a daigné autoriser la société des Chinels de Fosses à prendre le titre de société royale. »

Dans le même numéro. C’est un joli nombre de 130 +40 supporters que les Chinels sont partis à la cavalcade de Châtelet où ils ont remporté un vif succès.

- Ce dimanche 28/3, départ pour Fleurus. Réunion à la Gare ; nombre d'inscrits : 160. Et le 29, départ pour Maubeuge par autocars ; départ pl. du Marché à 8 h 15. Nombre d'inscrits: 168.

Dans le numéro suivait, on relate le déplacement de Maubeuge : « Parmi les 28 groupes à Maubeuge lundi, les Chinels ont reçu une bannière d'honneur et la médaille de 1er prix »

Dans le n° du 18juillet: «Comme annoncé, une centaine de Chinels et une cinquantaine de supporters se rendront à l'Exposition universelle de Paris. Réunion place du Marché, pour se rendre en musique à la Gare à 7 h 07 avec arrivée à Paris à 13 h; visite de l'exposition. Le dimanche, déjeuner et diner à l'hôtel et matinée libre. Les Chinels de Fosses font partie des 7 groupes belges invités à l'Exposition.

- Dans le n° suivant, un très long compte rendu relate ces journées inoubliables et le gros succès des Chinels. Un quotidien belge fait l'éloge de notre groupe folklorique:

Laissez-moi vous dire que les délicieux Chinels de Fosses n'ont eu qu'à paraître, précédés des hommesfeuilles aux blancs tabliers de sapeurs, suivis des Pierrots musiciens et qu'ils n'ont eu qu'à brandir leurs sabres de buis pour être assurés d'un véritable triomphe.

1938. - Une année un peu plus calme. « Le groupe des Chinels se rend à Charleroi à l'occasion du mardi gras. Le soir, rondeau final au milieu d’un, grand feu d’artifice.

Dans le n°13 du 27 mars : «Ce dimanche, sortie des célèbres Chinels en un beau cortège, avec : les Infatigables d'Ath, les Chats bottés de Nismes, les Gais Lurons de Maison, les Amis Réunis de Le Roux. Rondeau final à 18 h, réception à l'hôtel de Ville et remise des médailles aux groupes étrangers. Lundi, sortie traditionnelle et remise des médailles aux Chinels. »

Le compte rendu nous apprend que le temps fut maussade mais il y eut du monde quand même. Et certains Chinels furent encore là le mardi, mais la mine fatiguée. Et ce sera repos jusqu'au lundi de Pâques à la cavalcade d'Auvelais.

Plus rien d'annoncé par la suite.

1939. - Le 15 janvier, la Société donne une soirée de gala au local de l'Harmonie, place du Marché. Au programme : ballet espagnol, scottisch par un groupe d'enfants de 6 à 7 ans, les Moulins (danse hollandaise), Marcel Ducoffre dans son répertoire, Guillaume Collin (chanteur comique), et la soirée se termine par une sauterie. La répétition générale publique aura lieu le samedi 14, à 7h (du soir).

Dans le n° du 26 février : le groupe des Chinels, malgré quelques défections par suite de la grippe, s'est rendu au cortège d'Alost ; ils étaient une centaine et furent très applaudis. Nos Chinels ont obtenu le 1er prix.

Dans le n° 12, Le Messager annonce la traditionnelle sortie du Laetare Ce dimanche 19 mars, sortie des célèbres Chinels fossois avec le concours de groupes et de chars étrangers parmi lesquels les Gilles de Châtelet, les Conscrits de Lodelinsart, les Mauvaises Langues de Haut-Vent, les Dévoués de Le Roux et un char de la Jeunesse d'Aisemont. Parcours habituel et départ du cortège dès 1 h rue de Vitrival. On espère le soleil.

Le n° 13 manque dans la collection, ce qui nous empêche de connaître la relation de ce Laetare 1939.

Dans le n°22 : « Dimanche dernier, les Chinels participèrent au défilé folklorique de l'Exposition de Liège. Comme chaque fois, le groupe a remporté un brillant succès ».

N° 31 du 30 juillet: Les Chinels sont allés dimanche aux festivités d'Ougrée. Pluie battante au départ mais le cortège a pu se dérouler. Le groupe fossois a obtenu son vif succès habituel. Pourtant, en raison du temps, le groupe n'était pas nombreux. Dommage car s'il veut en imposer, le groupe doit compter sur une centaine de participants. ».

N°35 du 27 août : « A l’ occasion de la cavalcade d'été à Liège dimanche prochain, les Chinels organisent un train spécial ». Pas de compte rendu de ce déplacement

1940. - La collection du Messager, qui s'arrête au n° du 5 mai, ne fait pas mention de Laetare, ni donc de sortie de nos Chinels. Les bruits de guerre, la mobilisation de nos soldats ont annulé les réjouissances.

Il n'y a donc plus eu de Laetare pendant l'occupation. La reprise se fera en 1946, sans groupes étrangers, mais avec la venue d'une foule inhabituelle, venue admirer nos Chinels.

(à suivre)

Stage à la ferme

Pour les enfants de 3 à 6 ans, il est possible de devenir « petit fermier « le temps d'une semaine, afin de

- comprendre la nature, connaitre les animaux de la ferme,

- découvrir l'agriculture et son utilité...

- participer à des jeux psychomoteurs

Ce stage a lieu à la ferme de la Folie, rue Sinton à Fosses du 7 au 11 août (de 8h30 16h).

Le prix de 60€ comprend : l'assurance de l'enfant, boissons et collations toute la journée et un repas complet chaud. Contacts el inscriptions

Cécile Henry : 0496-21.97.83

Christèle Henry: 0499-18.49.38.

Stages multisports

Découverte nature et jeux aquatiques

Du 14 au 18 août.

Horaires : de 9 à 16 h (avec garderie de8 à 9heures et de 16h à 16h 30).

Conditions : 50 €, comprenant collations, entrée au lac de Bambois et assurance.

A payer au compte 083-4239446-64 et comme communication nom de l'enfant et date du stage.

Encadrement : régent en éducation physique diplômé en secourisme et possédant le brevet supérieur de sauvetage aquatique.

Renseignements : Bernard Bourguignon au 0496-83.89.54.

 

Stages tennis et multisports

Rappelons que des stages, organisés par le T.C. Fosses, ont lieu

- Du 21 au 25 août : tennis 5x1h 30, horaire à définir suivant les niveaux) 55€ non-affiliés, 45€ affiliés

- Du 21 au 25 août : multisports + tennis, 60€, de 9h30 à 15h30 avec garderie prévue.

- Du 28 au 31 août : multisports + tennis, 50e, de 9h30 à 1 h30 avec garderie prévue

Renseignements et inscriptions:

Xavier Lebrun : 071-51.31.97 ou 0497-48.57.65.

Michel Romain : 071-71.14.18 ou 049540.67.57.

Cérémonies du Souvenir

Avec une remarquable fidélité, depuis 1921, le Comité du Souvenir organise des cérémonies commémoratives en l'honneur des victimes des combats de la Belle-Motte.

Le dimanche 20, au Centre sportif accueil des délégations.

A 10 h15 défilé, puis cérémonie d'hommage.

A 11 h à la nécropole de Belle Motte cérémonies officielles.

A 12 h vin d'honneur à La Rovelienne et à 13 h. banquet du Souvenir à Aiseau.

Etat civil

MOIS DE JUIN

Naissances :

La rubrique « naissances » ne nous est pas encore parvenue, elle paraitra dans le prochain numéro.

Déclarations de mariages:

-Frédéric Malorgio, 30 ans et Laetitia De Backer, 27 ans, habitant tous deux rue du Chaurnia 13, à Le Roux (mariage le 12 août à 11 h 30).

-Geoffrey Natus, 27 ans et Nancy Patuzzo, 25 ans, habitant tous deux rue de la Giloterie 9 à Vitrival (mariage le 9 septembre à 13 h 30).

-Jean-Jacques Rousseaux, 25 ans et Séverine Lempereur, 23 ans, habitant tous deux rue du Grand-Etang 44A (mariage le 19 août à 10h30).

-Philippe Colette, 42 ans et Muriel Jaspart, 28 ans, habitant tous deux rue Neuve 30, à Haut-Vent (mariage le 12 août à 11 h).

-Ronald Godfroid, 39 ans et Claudine Férir, 41 ans, habitant tous deux rue Haut-Vent 78 (le mariage a eu lieu le 29 juillet).

-Willy Piron, 75 ans et Gisèle Defleur, 60 ans, habitant tous deux rue Sainte-Brigide 54 (le mariage a eu lieu le 26 juin).

-Michel Bodart, 42 ans, d'Oret et Sabine Otte, 32 ans, chaussée de Charleroi 394C à Le Roux (le mariage a eu lieu le 22 juillet).

-Mickaël Buffet, 34 ans et Ingrid Namur, 32 ans, habitant tous deux rue du Bout 10, Vitrival (le mariage a eu lieu le 8 juillet).

-Michel Henry 47 ans et Agnès Houze, 51 ans, habitant tous deux rue du Bout 39 à Vitrival (mariage le 19 août à 11 h 30).

-Georges Scieur, 29 ans et Ornella Neubourg, 28 ans, habitant tous deux rue Rivaustrée 17 (le mariage a eu lieu le 15 juillet).

Mariages:

-Le 6 juin : Rudy Piette, 37 ans et Valérie Suain, 28 ans, habitant rue Haut-Vent 76.

-Le 10 juin : Vincent Kaisin, 31 ans et Eve Gerlage, 25 ans, habitant ch. de Charleroi 118 B, à Vitrival.

-Le 16 juin : Yves Delbar, 39 ans et Florence Migeot, 35 ans, habitant rue de la Maladrie 7, Le Roux.

-Le 26 juin : Willy Piron, 75 ans et Gisèle Defleur, 60 ans, habitant rue Sainte-Brigide 54.

Décès:

- Le 5 juin à Sambreville : Joséphina Mingeot, veuve Alfred Bourguignon, née le 5 juin 1924, rue des Forges 43.

- Le 6 au Home Dejaifve : Julia Préat, veuve d’Arthur Grolet, née le 31 janvier 1910, résidante au Home.

- Le 7 au Home Dejaifve : Irène De Biaso, veuve de Gino Giacomellomai, née le 5-5-1931, de Malonne.

- Le 11 à son domicile, avenue des Déportés 23 : René Motte, veuf de Renée Borbouse, né le 22/1/1926.

- Le 13 à son domicile, rue M. Warnier 6, Sart-Saint-Laurent : Irène Denis, épouse de Maurice Malvaux, née le 1er janvier 1944.

- Le 14 à son domicile, rue de la Station 94 à Aisemont : Guy Ducarme, ép.de Victoria Denis, né le 29/10/36.

- Le 15 à son domicile, rue du Sartia 65 : Marcel Collart, époux de Maximilienne Michaux, né le .3 avril 1922.

- Le 16 au Home Dejaifve : Ghislain Donnet, célibataire, né le 26 février 1935, de Walcourt.

- Décédée au Home Dejaifve : Hélène Boigelot, veuve de Henry Rousselle, née le 21 avril 1913.

- Le 21 au Home Dejaifve : Pauline Barreaux, née le 9 octobre 1911, veuve de Marcel Lorette, Sambreville.

- Le 24 au Home Dejaifve : Rose La-rivière, veuve de Joseph Stépan, née le 12 juin 1922, résidante au Home.

Marche Sainte-Gertrude

Une Marche existe au Roux depuis au moins 1841, année où on sait qu'elle escorta la procession de la fête de l'Assomption. Son drapeau de 1865 est sans doute le plus ancien de la région. La Marche a reçu le titre de société royale en 1956.

Elle se compose de deux parties dans une première compagnie : des Sapeurs, la Batterie, l'Etat-Major à cheval, les Grenadiers, des Vivandières et des Zouaves. Dans la 2e les Sapeurs du Génie, la Batterie, les Gendarmes et les Artilleurs.

Le mardi 15 donc, rassemblement sur la place dès 8 h. 30, entrée à l'église à 9 h. 45 pour à la messe, puis la procession traditionnelle. Après-midi : visites dans les quartiers avec les délégations invitées et bataillon carré final sur la place le soir. Le 16 : nouvelle sortie pour les visites chez les sympathisants et clôture par la retraite aux flambeaux vers 23 h.

Racontons la scène

Le Centre Culturel de l'entité Fossoise avait lancé un ambitieux projet dans le cadre de ses activités de promotion de la culture : six jours de théâtre de qualité. Il a donné des sueurs froides aux organisateurs mais finalement ils ont fait salle comble presque chaque jour. En période de finales du Mondial et de vacances d'été, c'est déjà en soi un fameux succès. La haute qualité des spectacles en fut un autre, avec l'enthousiasme du public.

Ce Festival des arts de la scène débutait, le mercredi 5 juillet, par un spectacle curieux, déroutant, original, plein d'humour et d'émotion suscitée par deux acteurs muets mais acrobates et jongleurs autour d'une porte ; une sorte de ballet évoquant la rencontre, l'amour, les discussions, les disputes, la réconciliation, dans une série de tours de passe-passe spectaculaires. Ces deux talentueux acteurs de la Compagnie Les Balad'eux furent longuement applaudis.

Le lendemain, ce sont les jeunes d'une nouvelle troupe d'ados, prolongement du Théâtre des enfants, qui se produisaient dans une pièce grinçante et dérangeante de Carlos Liscano: " Ma famille ". Neuf jeunes dans une scénographie originale et une pièce caricaturale d'une situation épouvantable d'Amérique latine où les parents en sont "réduits " à vendre leurs enfants ! Ce qui n'exclut pas l'humour de leurs déclarations et leur recherche de reconstituer leur famille... Un véritable défi admirablement relevé par ces neuf jeunes Fossois remarquablement dirigés par Matthieu Collard et Brigitte Romain. Salle comble évidemment avec les familles de ces jeunes acteurs qui reçurent une formidable ovation.

Vendredi, Li Soce dès Comédyiens fosswès représentait son succès du mois de mars : " Rosse di Tchèt ", de Françoise Honnay : un scénario plein de surprises et de rebondissements, de rires et d'action, admirablement interprétée par ces acteurs chevronnés et des jeunes très prometteurs. Une soirée hilarante qui, elle aussi, fit salle comble et suscita l'enthousiasme du public qui manifesta plusieurs rappels.

Samedi, du grand art avec les artistes de " Miouzz.com " : trois comédiens et trois musiciens spécialistes de l'improvisation : sur une série d'idées proposées par les spectateurs, en 45 secondes ils lançaient un sketch plein d'humour et interprété sur des airs tendres ou ringards. Incroyable de talent ! Eux aussi reçurent de chaleureux applaudissements.

Dimanche, un " one-woman-show de l'incroyable Zidani : " Va-t'en savoir": une directrice de collège prépare son discours d'adieu, puis imite plusieurs de ses professeurs : du tout grand art dans ces changements de style : durant près de deux heures, une galerie de portraits caricaturés, féroces parfois, surtout dans la scène finale : une réunion syndicale pour désigner la nouvelle direction. La talentueuse actrice, pleine de dynamisme (une " madame 100.000 volts " !) Fut aussi rappelée plusieurs fois par les applaudissements chaleureux.

Enfin, le lundi était davantage destine aux jeunes avec un groupe de ska-rock déjanté, plein de fantaisie, qui manipule et triture les tubes du moment et qui lui aussi suscita le délire d'un public un peu trop clairsemé.

Ouf ! Voilà terminée cette expérience audacieuse qui enchanta un public fidèle (souvent les même à plusieurs spectacles). Mais qu'il est donc dur de sortir les Fossois de chez eux ! On leur offre des spectacles de toute grande qualité et il faut faire du tapage pour réunir 200 personnes ! En tout cas, qu'on ne vienne plus dire qu'il n'y a jamais rien à Fosses ! Et grâces en soient rendues aux dévoués animateurs du Centre Culturel.

Sart-Eustache

La Marche Saint-Roch

C'est ce dimanche 6 août que se déroulera la sortie de la Marche Saint-Roch. Interrompue au début du XXe siècle, cette Marche ancienne lut reconstituée en 1981 grâce notamment au Tambour-major André Poulain ; elle doit sa réputation à sa stricte discipline, son sérieux et son ordre impeccable pour les différents pelotons : Sapeurs, Sans-culottes (rappelant un épisode de la Révolution française dans le village), Vivandières, Batterie, Grenadiers, Tromblons, Artilleurs, Chasseurs, Zouaves et Hussards. Son drapeau est plus que centenaire

Dès le matin, la Marche défilera après la prise du drapeau, escortera la procession religieuse après-midi et fera la rentrée solennelle sur la place à 20 h, avec bataillon carré, salves d'honneur et remise des médailles.

Perte de contrôle

Le mardi 25 juillet, vers 18 h 30, rue Tienne-Drion à Sart-Eustache, une voiture conduite par M. Jacques Yperman, 65 ans, a fait un écart et s'est retrouvée dans le décor. Il était accompagné de Mme Josette Du-buisson, 63 ans, tous deux domiciliés à Châtelet. Blessés les deux occupants de la voiture ont été admis au centre hospitalier de Châtelet.

Vitrival

Odeur de gaz

Le jeudi 27 juillet, vers 16 h 45, une forte odeur de gaz régnait rue des Tronces à Vitrival. Les pompiers de Fosses se sont rendus sur les lieux, sous les ordres du commandant Philippe Scieur. Les odeurs suspectes n'ont pas révélé de danger.

Amateurs de rock

Le célèbre groupe Status Quo, vu par plusieurs Fossois au Schwung Rock Festival de Roulers le 27 mai dernier et dont l'année 2006 marque le 40e anniversaire du groupe, sera en concert le samedi 21 octobre aux Halles du Brabant à Louvain, à partir de 20 h. - Prix 4€ + déplacement éventuel en car

(Si suffisamment de participants).

Rens. 0479-86.00.31.

Un événement Radio 21..., ou « Quand le Rock devient Classic.

Les Amis du Rock

Prochaines manifestations

- Sam. 5 : visites guidées du sentier Nature au lac de Bambois, à 9 h. - Visites guidées des Jardins du Lac, à 14 h.

- Sam; 5 : sortie du corps d'office du comité de la Marche Notre-Dame, d'Aisemont, à 14 h.

- Dim. 6 Sortie annuelle de la Marche St-Roch à Sart-Eustache.

- Dim. 6 : visites guidées du Sentier Nature autour du lac, à 15 h.

- Lundi 7 : sortie de la Marche St-Roch de Sart-Eustache.

- Lundi 7 : goûter et jeux de cartes par Espace Seniors.

- Jeudi 6 : Réunion du Cercle d'Histoire à la salle Solidarité citoyenne.

- Sam. 12 : réunion-conférence de l'union royale des Ruchers wallons à 14 h en la salle Espace Solidarité citoyenne.

- Dim. 13 : visites guidées du Sentier Nature autour du lac, à 15h.

- Mardi 15 : Sortie de la Marche Saint-Laurent à Sart-St-Laurent.

- Mardi 15 : sortie de la Marche Sainte-Gertrude de Le Roux.

- Mercredi 16 : sortie de la Marche Sainte-Gertrude de Le Roux et visites aux sympathisants.

- Jeudi 17 : collecte des dons de sang en la salle L'Orbey, de 15 h à 18h30.