N°13    23 juin  2006

Aménagement du centre-ville

Dans un début de réflexion sur l'aménagement et la redynamisation du centre de Fosses, une première réunion avait eu lieu le 23 mai pour la présentation de deux premiers bureaux d'études ; la seconde s'est déroulée comme prévu le 12 juin, mais avec beaucoup moins d'auditeurs pour les trois autres bureaux.

Le directeur du Bureau d'urbanisation et d'architecture AGWA, dans une présentation très théorique, donnait en référence des études sur Fontaine-l'Evèque, Louvain-la-Neuve, Durbuy, Mons, le centre de Ciney... Avec comme enjeux la perception des lieux et la difficulté de prévoir des situations nouvelles.

En 3 phases :

1. constat avec les acteurs locaux : administration communale, le social, l'enseignement, le sport, la valorisation du patrimoine historique, le tourisme ;

2. le diagnostic : que faut-il changer ? Proposition d'un projet fédérateur allant jusqu'au bout : éclairage, revétements de sol, aménagement de l'espace, dans un dialogue avec la population ;

3. la recherche des moyens et subsides. Une étude prévue sur 4 mois dans un dialogue permanent.

Le Bureau Daussogne, de Charleroi, associe architectes, ingénieurs, urbanistes, géographes et sociologues. Il a aussi de bonnes références, dont l'élaboration de l'Agenda des Communes wallonnes. Lui aussi prévoit trois phases mais les trois présentateurs avaient eu l'habileté de présenter déjà une belle série de photos de Fosses démontrant à la fois leur connaissance des lieux et des choses à améliorer. Leur première démarche est un préambule historique : se baser sur le passé pour élaborer le futur. Puis une analyse de la situation existante : les bâtiments classés, les vétustes insalubres, les impératifs sociaux, ceux du tourisme et du folklore. Enfin, une concertation large et sans à-priori avec l'administration, la police, le CPAS, l'IDEF, les acteurs locaux S.I., commerçants, conseil communal des enfants, etc. Présentant en parallèle le plan cadastral de 1843 et l'actuel, ils montrent l'évolution de l'habitat dans un cadre maintenu par les anciens remparts : rues étroites, ruelles pittoresques, une trame urbaine médiévale relativement évoluée avec une chance : pas de gabarits élevés. Il faut tenir compte aussi des cours d'eau recouverts, des problèmes de sécurité, de la mixité commerce-habitat, éviter les trop fortes concentrations de logements sociaux, veiller à une architecture de qualité par des règlements communaux d'urbanisation, réaménager le parking, la verdure avec comme exemple la place du Chapitre et le rappel du vieux tilleul " Mononke Tiyou " tout cela dénotait une étude déjà approfondie de notre ville. Prévoir aussi des synergies touristiques avec Bambois, Brogne, Floreffe, Maredsous ; envisager les problèmes de mobilité, la répartition harmonieuse des fonctions, la garantie de la qualité architecturale ; la signalisation... Mais ce sont là déjà presque des propositions alors qu'on ne demandait qu'une méthodologie, ce qui valut des critiques dans la discussion finale, de la part de certains. Pourtant, c'est la présentation qui a rencontré la plus grande adhésion de participants parce que plus précisément adaptée à la situation locale.

Le 5e bureau à se présenter était SURVIE W, spécialisée dans les plans de mobilité de petites communes, la sécurisation des espaces publics et l'apport de la photographie. Avec au programme : un diagnostic : Fosses dans son contexte des options directrices d'aménagement et de développement

et la mise en œuvre. Le tout dans la concertation, l'information quelle évolution depuis 10 ans ? Dans 10 ans 2), la mise en valeur des éléments structurisants ou déstructurés, un schéma d'orientations et d'aménagements, un cahier de revendications, une programmation souple et réaliste des investissements. Des plans et photos d'études sur Jauche et Couvin explicitaient cette étude.

Ces exposés furent suivis d'un échange de vues entre les deux dizaines d'auditeurs de ce soir. Les photos de coins de Fosses présentées par le Bureau Daussogne ont marqué davantage, mais certains trouvaient cela une anticipation et on en est revenu à l'appréciation des cotations prévues par le BEP : 100 points pour le coût, 50 pour la méthodologie et 25 pour les délais.

Au vu des présentations, il aurait peut-être été utile d'apporter une modération du total par une valeur de la présentation des bureaux, car certaines études étaient par contre trop théoriques. On a réévoqué les difficultés du petit commerce avoir à ce .sujet, en p. 3, le judicieux constat de M. Vermaut), le parking, la spéculation foncière, les nuisances diverses. Tout cela devra entrer en compte dans les études.

Il restera au Collège, après sans doute consultation du Comité d'accompagnement B. Meuter, Nicole Laliére, Etienne Dréze, L. Titeux, J. Lallemand, B. Michel, Alain Drèze, désignés par le Conseil communal) à choisir le bureau qui réalisera les études de cet aménagement de notre centre-ville si nécessaire pour sa redynamisation.

J.R.

Faubourg de Lège

« Faubourg de Lège » est une appellation que l'on n'entend plus aujourd'hui. Autrefois, ce carrefour traversé par la route Namur-Châtelet et menant à droite vers la rue des Zolos et où aboutit la rue du Chapitre, était un endroit bien dégagé. Et la petite place où siégea le monument au roi Albert se prolonge, plus loin, vers quelques habitations. Le tout formait ce « Faubourg de Lège », qui avait, autrefois, sa kermesse annuelle.

Entre les deux guerres, alors que l'on ne connaissait pas encore le passage intense des voitures, un jeu de balle y fut tracé et d'autres activités festives s'y déroulaient.

La photo que nous publions ici date sans doute d'avant 1912 car on ne distingue aucune trace de raccordement électrique. A gauche, la maison où habita la famille de Camille Lainé ; en face, une grosse bâtisse très ancienne qui appartint au juge Mélan, puis au juge Jacqueminot et aujourd'hui propriété de la famille Mainil. A droite, la tour Blanmont, appelée aussi Château Destrée (le notaire Destrée en fut propriétaire) et la tourelle avec clocheton de l'ancienne maison du Doyen du Chapitre.

Pensons à nos aînés

Ils et elles auront leur anniversaire au cours de la prochaine quinzaine.

Le 23 : Rachel Dhuygelaere, R. Froidebise, Sart-St-L. 80 ans

Le 23 : Gustave Batardy, Chaussée de Charleroi 88 ans

Le 24: Raymond Fauche, R. du Gd-Etang, Bambois 80 ans

Le 25 : Marie Dumont, R. du Gd-Etang, Bambois 81 ans

Le 27 : Eléonore Vigneron, Home Dejaifve 90 ans

Le 27 : Louise Wilmet, Rue de Névremont 85 ans

Le 27 : M.-Louise Remacle, Rue du Potage, Aisemont 84 ans

Le 21: Joséphine Parent, Rue J. Dor, Vitrival 88 ans

Le 29 : Jeanne Drèze, Home Dejaifve 85 ans

Le 2/7 : Georges Arnould, Place du Chapitre 92 ans

Le 4/7 : Berthe Vilain, Rue de Walcourt, Vitrival 80 ans

Le 4/7 : Rubens Kaisin, Rue Grande, Le Roux 80 ans

Le 5/7: Edith Vervotte, Rue Leclercq, Vitrival 94 ans

Le 6/7: Maria Van Ryssel, Avenue des Déportés 85 ans

Le 7/7: Fernand Evrard, Rue du Bôlia, Vitrival 84 ans

 

Motocycliste blessé

Samedi dernier, vers 21 h, au carrefour des rue du Chapitre et rue D. Masson, une collision s'est produite entre une camionnette Fiat, conduite par un habitant de Walhain et un cyclomotoriste de Fosses. Ce dernier s'est retrouvé sur le capot de la camionnette, fut légèrement blessé mais conduit en milieu hospitalier.

Le constat a été effectué par les inspecteurs de la zone de police Sambre-et-Meuse.

Le même jour à 15 h, rue Saint-Roch, un autre accrochage a eu lieu entre un motard et une voiture. On n'en sait pas plus.

Permanence

Au cours de juillet et août, la permanence du bourgmestre est supprimée le jeudi. La permanence du samedi matin se tiendra de 11 h à 12 h.

Fost-Plus

Les sacs bleus seront récoltés le mercredi 5 juillet.

Les papiers et cartons le seront le lundi 3 juillet pour Fosses, Bambois et Sart-St-Laurent et le jeudi 6 pour les autres sections.

Sortie de la Marche de Haut-Vent

La Compagnie de Haut-Vent organise une sortie le dimanche 16 juillet, à partir de 14 heures, à l'occasion des 50 ans de sa chapelle Notre-Dame de Beauraing.

A l'Ecole de Musique

Barbecue du 10e anniversaire

L'Ecole de Musique de la Royale Philharmonique de Fosses a 10 ans Elle fit mise sur pied en 1996, après les festivités liées au 150e anniversaire de la Philharmonique.

Ces festivités avaient rapporté quelques bénéfices et les dirigeants de l'époque, Claude Barthélemy, le chef de musique et Daniel Piet, le président, les avaient utilisés afin d'acheter quelques instruments d'occasion (2 trompettes et 1 clarinette). L'Ecole de Musique était lancée.

Des musiciens bénévoles : le Chef, Pierre Lorand, André Janssens, Jean Jaumotte et Jean Piéfort consacrèrent deux après-midi par semaine à inculquer le solfège à 5, puis 10, puis 15, puis 20 élèves ! Aujourd'hui, plusieurs d'entre eux sont « entrés » à la Philharmonique, d'autres sont partis à l'Académie.

Dix ans, cela se fête. Et cela se fera dans le préau de l'Ecole du Bosquet (entrée route de Bambois), le samedi 1erjuillet.

Le programme prévoit

- à 18 h : concert par la Royale Philharmonique sous la direction de Cl. Barthélemy;

-à 19 h : spectacle de danses folkloriques par le groupe Vitrifolk, dirigé par Pierre Parent ;

- à partir de 20 h : Barbecue du 10e anniversaire, qui sera offert aux élèves de l'Ecole de Musique.

L'entrée au Concert (à 18 h) est fixée à 2 euros. Les inscriptions au Barbecue se font auprès des membres du comité (CI. Barthélemy, 07171.31.54 Ed. Binamé, 071-71.29.25 ou D. Piet, 0479-58.71.00 ; avant le 26 juin).

Le comité de la Philharmonique remercie le Centre culturel de Fosses pour son soutien et sa collaboration (affiches et logistique), Madame la Directrice de l'Ecole du Bosquet et les pompiers pour le prêt du matériel de barbecue.

Conseil communal

Le prochain Conseil communal a lieu ce jeudi 22 juin. L'ordre du jour comporte 25 points dont 6 à huis clos. Voici les principaux :

-Comptes exercice 2005 des Fabriques d'églises de Fosses, Vitrival, Sart-Eustache, Sart-St-Laurent. - Demande d'emprunt pour divers travaux d'asphaltage et achat d'une auto-pompe et équipements pour le service incendie.

- A huis clos : renouvellement d'engagement pour 5 pompiers en qualité de sapeurs-pompiers volontaires. - Désignation d'institutrices pour des emplois vacants ou de remplacement pour congés de maladie.

Provélo

Athénée Roi Baudouin 1er:

une école dynamique

avec des projets plein la tête:

Dans le cadre d'un des projets de l'Athénée Baudouin 1er à Fosses, les enseignants, soutenus par leur directrice, ont pu organiser une journée Provélo. Celle-ci s'est déroulée le mercredi 7 juin où les élèves de 5e et 6e année ont pu tester leurs aptitudes à circuler dans les rues de Fosses. Grâce à ce concept, ceux-ci pourront partir en toute quiétude avec leurs enseignants le 27 juin prochain lors de leur journée sportive.

Ce projet n'aurait pu être réalisé sans le soutien de notre chef d'établissement, nos institutrices, mais également grâce à la coopération de la police fédérale et du formateur Provélo. Un grand merci à tous et je vous donne rendez-vous d'ores et déjà l'année prochaine, pour élargir ce concept à toutes les classes du primaire.

Frédéric MARCHAL, professeur d'éducation physique

Sentier Nature au Lac

Le Lac de Bambois a ouvert ses portes début mai, à l'occasion de la fête des Jardins. Ce fut une bouffée d'air frais pour les visiteurs en ce début de printemps.

Les samedi 1er et dimanche 2 juillet, des promenades autour du Lac sous forme de visites guidées permettront aux visiteurs de se rendre compte des nouveaux aménagements apportés au site, et retrouver aussi les beautés de cet endroit merveilleux à deux pas de chez nous.

Des améliorations, il n'y en a pas mal, notamment la création d'une piscine pour enfants, de 60 cm d'eau pompée dans le lac, mais filtrée et purifiée. Le contour de la piscine est bordé d'une terrasse en planches sur laquelle les parents peuvent s'asseoir tout en surveillant leurs bambins. Et la plage initiale est toujours opérationnelle pour les plus grands.

Rappelons que les visites guidées ont lieu le samedi 1 er à 9h et 14 h et le dimanche 2, à 15 h. Le déplacement en vaut la peine

La prochaine quinzaine

-Samedi 24 : souper annuel des Clowns en Folie.

- Samedi 24 : cassage du verre, par la Marche Sainte-Gertrude de Le Roux à la Rovelienne, à 13 h 30, et visites aux officiers.

- Dim. 25 : bénédiction des armes et sortie dans les hameaux de Bôlia et Giloterie de la Marche Saint-Pierre de Vitrival.

- Samedi 1er juillet : visites guidées du sentier Nature autour du lac de Bambois à 9 h et à 14 h, visites guidées des jardins du Lac.

- Sam. 1 et dim. 2 : tournoi du Volley-Club de Le Roux à la Rovelienne.

- Dim. 2 : visites guidées du sentier Nature au lac de Bambois à 15 h. - Dim. 2 et lundi 3 : sorties de la Marche Saint-Pierre de Vitrival (voir détails page 5).

- Lundi 3 : goûter et jeux de cartes, organisés par Espace Senior, en la salle de l'ancien Nopri.

Reprise de commerce

On nous annonce la cessation d'activité commerciale de la Boulangerie Janssens, rue de Vitrival, dès le 30 juin ; la boulangerie sera reprise par Julien Dardenne. Le n° de téléphone (071-71.10.58) est inchangé.

A propos de la rénovation du centre

Comme nous le relatons en première page, une seconde assemblée a permis la présentation d'une méthodologie de rénovation du centre de Fosses par 3 bureaux d'études. Lors du débat qui suivit, M. Gabriel Vermaut donna lecture d'une analyse particulièrement réaliste de la situation, même si elle est personnelle. En voici l'essentiel.

Ce sont les commerçants et les artisans qui, jadis, ont fait la gloire de Fosses ; mais notre ville est a la croisée de chemins vers Namur ou Charleroi et d'autres centres de la Basse-Sambre, qui sont plus attractifs. On ne vient plus à Fosses que pour les administrations, écoles, banques, la Poste, le tourisme. Mais on n'y dépense plus son argent dans les commerces qui, peu à peu disparaissent.

Pourquoi ce déclin économique du centre ? M. Vermaut y voit de multiples raisons.

Le statut du régime des indépendants est peu attractif les enfants de commerçants vont travailler ailleurs. Le commerçant doit travailler 12 h par jour pour arriver à nouer les deux bouts : guère encourageant pour qui veut se lancer dans l'aventure ! Et la disponibilité des femmes, pour tenir-commerce à 20 cent/euro de l'heure, les amène à aller travailler ailleurs.

Les rues de pénétration dans le centre sont toutes à sens unique : de véritables boyaux d'expulsion, pas de place de parking, énervement.

Nos ministres des Classes Moyennes ne voient que par les hypermarchés et se fichent du statut des petits commerçants. Sans les clients de transit ou de passage, Fosses-la-Ville ne peut vivre. Et il y a les voitures-ventouses qui handicapent la vie économique de la ville. Comme les commerces se ferment l'un après l'autre, il n'y a plus de succession de génération ; alors, la spéculation foncière s'est emparée de ces immeubles et, grâce aux taux d'intérêt bas, les transforme en « appartements cages-à-poules ».

Même si ce ne sont que des exceptions, les troubles lors des festivités dans certaines rues du centre n'ont fait qu'aggraver un sentiment d'insécurité. On peut y ajouter des quads ou des mobylettes qui pétaradent et foncent à travers nos rues à toute vitesse. Ou encore des groupes qui festoient bruyamment dans la nuit.

Alors, que faire?

Restaurer un climat de sécurité, de tranquillité et de bien-être dans la ville : " Venez vivre chez nous et nous garantissons sécurité et confort ".

Faire la chasse aux incivilités, refuser toutes ces impunités. Faire la chasse aux voitures-ventouses qui bloquent le parking dans les rues. Aménager la circulation pour résorber les « boyaux d'expulsion ».

S'imaginer qu'un client potentiel va marcher 20 m pour laisser sa voiture est une illusion (si on pouvait aller aux toilettes en voiture on le ferait !).

Le vieux centre de Fosses a besoin d'une rénovation, mais que ce ne soit pas une folie, une " place-mania " très coûteuse, cela ne résoudra pas les problèmes.

Voilà sans doute un constat un peu amer mais il contient un fond de vérités. Le projet qui va suivre les premières études devra en tenir compte. L'espoir fait vivre

Communiqué de l’A.L.E.

Afin de mettre fin a certaines rumeurs; nous informons la population Fossoise que l'A.L.E. continue ses activités et ne ferme donc pas le 31-12-2006. Nous conseillons également vivement aux personnes ayant signé un contrat titres-services de faire analyser leur contrat par le service juridique de leur syndicat.

AL. - VP.

Etat civil

MOIS DE MAI 2006

Naissances:

Le 2 : Romain Goffaux, fils de Philippe et de Sandrine Baumal, rue de Walcourt 25, à Vitrival.

Le 4 : Kaylan Clause, fils de Patrick et de Guenaélle Baudry, rue de Claminforge 20, Le Roux.

Le 9 : Thomas Evrard, fils de Cédric et de Nathalie Dogot, rue Bois-des-Mazuis 29, Vitrival.

Le 11 Laure Debrulle, fille de Daniel et de Nathalie Bodart, rue de la Giloterie 20, Vitrival.

Le 16 : Loïsa Want, fille de Frédéric et de Nancy Aguilera, rue de Névremont 89. Fosses.

Le 18 : Amélie Van Hauwe, fille d’Alain et de Sabine Forton, rue d'Orbey 10, à Fosses.

Le 18 : Aureline Magnien, fille de Frédérick et de Sylvie Cogniaux, rue du Grand-Etang 78, Bambois-Fosses.

Le 23 : Camille Legrain, fille de Christophe et d’Ingrid Falque, rue Bois-des-Mazuis 43A, Vitrival.

Le 23 : Ozan Hody, (fils, ou fille ?) de Kevin et de Valérie Papart, avenue des Déponés 26C, Fosses.

Le 31 : Noa Martin, fils (ou fille ?) de Catherine Martin, avenue Champ Stoné 57, Fosses.

Le 31 : Morgane Moins, tille de Laurent et de Claudine Rosseel, chaussée de Namur 50A, Fosses.

Le 31 : Tristan Brosteaux, fils de Thierry et de Stéphanie Lambot, rue des Bergeries 13, Fosses.

Publications de mariages

Rudy Piette, 37 ans et Valerie Suain, 28 ans, habitant tous deux rue Haut-Vent 76 (mariage le 6 juin).

Yves Delbar, 39 ans et Florence Migeot, 35 ans, habitant tous deux rue de la Maladrie 7, Le Roux (le mariage a eu lieu le 16 juin).

Joris Dupuis, 27 ans et Christel Werbrouck, 21 ans, habitant tous deux chaussée de Namur 79, Sart-SaintLaurent (mariage le 2 septembre).

Damien Scolz, 26 ans et Delphine Rouffiange, 25 ans, habitant tous deux rue de Claminforge 27, Le Roux. (Mariage prévue le 29 juillet).

Fabian Pezzotta, 34 ans et Stéphanie Brosteaux, 31 ans, habitant tous deux rue du Fays 17A, à Aisemont (mariage le 15 juillet).

Mariages

Le 6 mai : Francis Massart, 42 ans et Catherine Colot. 44 ans, habitant rue de la Ramée, 72, Sart-Eustache.

Le 20 mai : Marc Di Giacomantonio. 27 ans et Sandra Boubet, 30 ans, habitant rue des Bergeries 38.

Décès

Le 7 mai, à Mont-Godinne : Ginette Dubois, veuve de José Gosset, née le 31-7-1953, domiciliée rue Baty-de l'Espagnole 12, à Bambois.

Le 8 mai à Auvelais : André Rifflart, né à Fosses le 20-7-1949, domicilié rue du Chapitre 22.

Le 10 à la clinique Dejaifve : Eléonore Vigneron, veuve de Louis Fontaine, née à Gilly le 27-6-1916.

Le 20 à Fosses : Hélène Michel, veuve de Georges Brosteau, née à Fosses le 15 juin 1913, domiciliée rue Saint-Roch 67, à Fosses.

Le 20 à Fosses : Florence D'Haegeleer, veuve de Léon Gérard, née à Marchienne-au-Pont le 11-7-1913, domiciliée rue Grande à Le Roux.

Le 20 à la clinique Dejaifve : Anaïse Mottieaux, née à Namur le 25 mars 923.

Le 27 à Fosses : Francis Piron, époux de Danielle Debrulle, né à Saint-Aubin le 7-1-1958, domicilié rue d'une-Personne 3, à Fosses.

Le 31 à la clinique Dejaifve : Philippe Bawin, époux de Raymonde Devillez, né à Namur le 25-3-1923.

Laetare d'autrefois

(Suite)

1928. - On sait que c'est en 1928 que fut constitué le premier comité des Chinels. Avant cette date, c'est le comité des fêtes qui organisait les Laetare. Le bénéfice que réalisait le comité des fêtes lors des sorties extérieures du groupe des Chinels revenait donc dans la caisse du comité des fêtes. Les Chinels ont donc trouvé que s'ils, formaient un comité propre, ils pourraient réunir une somme appréciable pour organiser eux-mêmes la Laetare et les sorties et aussi sans doute aider à la confection des costumes ou autres frais.

Le Messager de Fosses ne parle pas de la formation de ce comité qui eut comme premier président un appelé Collin, qui céda rapidement sa place à Jules Gosset. On sait ausssi que Léon Jacqmain (li grand Coyène) en fit partie, ainsi que Louis Bonzi et plus tard, Herman Papart.

On ne trouve non plus pas d'article annonçant la Laetare en 1928. N'a-t-elle pas eu lieu du fait qu'il était de tradition (pas souvent respectée) que la Laetare n'avait pas eu les années de Saint-Feuillen ? Mais on sait aussi que le directeur du Messager, Firmin Duculot, avait la réputation d'esprit intolérant vis-à-vis de certaines personnes qui n'étaient pas de son bord et qu'if est possible qu'il n'insère pas les articles dont les dirigeants ne lui plaisaient guère. Ceci expliquerait cela. (?) Nous trouvons un article dans le n° 23 de 1928 au sujet des Chinels : « Il existe un comité pour les Chinels. Conséquemment, tous sont sensément membres du groupe et invités lors des sorties. Y a-t-il des grades dans le groupe ? Nous n'en connaissons pas. Des favorisés ? On serait tenté de le croire ! La société a-t-elle des statuts ? Nous l'ignorons, mais dans la négative, elle a tort. Car ce qui fait là beauté du groupe, c'est d'abord le costume, une belle musique bien rythmée, des danses entrainantes, mais aussi le nombre important du groupe. Que dirait-on si on voyait dans un cortège deux musiciens et 4 Chinels. Ce serait maigre et peu intéressant /.../

Un des premiers points des statuts serait de ne pas compromettre l'unité du groupe en permettant à certains membres de se rendre isolément à des sorties qui ne peuvent que nuire et déprécier la renommée du groupe entier. L'an dernier, quelque 20 membres sont allés à Anvers, d'où des froissements. Cette année, une cinquantaine, dit-on, vont à Ostende pour deux jours. Qui a reçu l'invitation, qui a qualité pour choisir tels ou tels membres pour participer ou les éliminer ?

Pourquoi ne pas inviter tous les membres ? On répondra que la somme offerte est insuffisante. Et pourquoi désigne-t-on Pierre pour y aller alors que Paul a été de toutes les corvées ? Faites plutôt une caisse entre tous les membres pour les sorties coûteuses, répartissez l'offre entre les participants et personne ne pourra croire qu'il y a des favorisés (article signé: Henribotte).

1929. - Dans le n°2, on annonce une réunion au cours de laquelle bon nombre se sont inscrits ( ?). On

peut demander son inscription chez MM. Adelin Eugène, Fernand Jacqmain, Herman Papart, Firmin Moucheron et Lucien Crame. Une nouvelle réunion se tiendra le 20 courant chez M. Adelin Eugène à Saint-Roch où l'on décidera sur la participation du groupe au cortège du mardi gras à Charleroi.

Dans le n° du 10 mars, un courte annonce: « Ce dimanche de Laetare, à 1h, il y aura sortie des Chinels ».

Y avait-il des groupes étrangers et combien ? On ne le saura pas car on ne trouve aucun compte rendu de cette fête de Laetare 1929, ni de l'éventuelle sortie à Charleroi.

Petit article dans le n° du 19 mai Une partie des Chinels se rend cet après-midi à Spa. Il est regrettable que les dirigeants n'aient pas su comprendre qu'ils enlevaient une bonne partie du prestige de l'ensemble du groupe en faisant des sorties avec la moitié du contingent. »

1930. - Une annonce : « Laetare, dimanche 30 mars : sortie des célèbres Chinels. Le soir, place du Marché, rondeau traditionnel ». Pas d'autres précisions, ni sur le cortège.

Un article la semaine suivante sous-entend des discordes dans le comité et précise que « les affiches de la Laetare annonçaient une sortie exceptionnelle à l'occasion du Centenaire de l'Indépendance. Et pourtant, ce fut une assez piètre sortie et bien des déçus parmi les spectateurs étrangers » L'article se termine en signalant la réussite du feu d'artifice qui éclaira le rondeau final.

1931. - Mutisme complet (?)

A suivre

Photo. - Nous avons pu nous procurer cette photo qui date sans doute de l’époque 1900, mais parmi les anciens Chinels à qui nous l'avons montrée, il n'est personne qui a pu nous éclairer sur une date précise ou un lieu où cette photo fut prise. Aucun Chinel n'a pu être identifié. Peut-être un lecteur pourra-t-il nous apporter une précision?

Remarquez la façon dont étaient habillés certains enfants, ce qui prouve l'ancienneté de cette photo.

LE ROUX

Parrainage des tombes françaises à la Nécropole militaire 14-18 de la Belle-Motte

Le mois d'août nous rappelle les combats livrés sur la Sambre par les 3e et 10e Corps d'Armée français et le sacrifice volontairement accepté pour défendre nos libertés. Du 20 au 22 août 1914, la Basse-Sambre et ses prolongements vont souffrir dans leurs affections les plus chères. La France y perdra plus de 6.000 jeunes soldats. Ils sont 4.070 inhumés à la Nécropole de la Belle-Motte située aux contins des communes de Le Roux et d'Aiseau et depuis 1919, sans interruption, Le Roux commémore les sanglants combats.

A l'initiative du Colonel (e.r.) Christian Chabot, président du comité du Souvenir de Le Roux et soutenu par l'ensemble du Conseil d'administration, cette cérémonie du Souvenir sera doublée dès cette année d'une action d'adoption de tombes des « culottes rouges » qui reposent à la Nécropole de la Belle-Motte.

Ce parrainage est réservé à tous les enfants, sans exception.

Dès à présent, le comité du Souvenir lance un appel aux jeunes candidats Marraines et Parrains pour participer au 92e anniversaire des Combats de la Sambre qui aura lieu le dimanche 20 août à 11 h.

Tombés en terre étrangère, ces « Poilus reposent à jamais dans le sol de notre pays; loin de leur Bretagne ou de leur Normandie. D'autres étaient venus de la Gironde ou bien encore étaient originaires des régiments d'Afrique du Nord. Il n'est que juste que nous honorions la mémoire de ces soldats tombés pour nous et la libération du pays.

Il est important de rappeler que le parrainage d'une tombe est entièrement gratuit et qu'il peut se faire à titre individuel ou collectif. Un diplôme de Parrainage leur sera remis le jour de la commémoration par le comité du Souvenir de Le Roux.

L'unique obligation qui sera demandée aux jeunes Marraines et Parrains est d'être présents le jour de la commémoration avec un bouton de rose et de le déposer à un moment bien précis de la cérémonie, au pied de la tombe adoptée.

A l'heure actuelle, deux tombes sont déjà adoptées : le S-Lt Georges Cotelle, héros rovelien, sera parrainé par le tout jeune Martin Capelle dont les grands-parents entretiennent aujourd'hui encore de larges relations d'amitié avec les neveux et petits-neveux de l'officier et la tombe du capitaine Charles Peslin par Adrien Mergalet, d'Oret, qui fut en 2004 l'acteur principal et le fil conducteur d'un film réalisé sur la bataille d'Oret où l'officier fut mortellement blessé.

Que chacun autour de lui fasse connaître le parrainage, surtout auprès des familles, des écoles et de leurs professeurs, des associations de jeunes, des administrations communales, des associations patriotiques et encourage nos jeunes enfants à poser leur candidature d'adoption d'une ou plusieurs tombes.

Le but est d'un jour réaliser l'adoption de chacune d'elles

La demande de parrainage d'une tombe doit être rentrée avant le 15 août prochain auprès du secrétaire du comité du Souvenir, M. Pascal Guilin, 18, rue de la Station à Aisemont, où tout complément d'information peut être obtenu également au

0474-20.86.13, ou par e-mail : guilinpascal@hotmail.com

Le comité du Souvenir se charge de vous attribuer votre soldat « filleul ». Tous les détails seront communiqués à chacun(e) dans un courrier d'invitation, ainsi que le nom et l'emplacement de la tombe de votre parrainage.

Stages multisports

Découverte nature et jeux aquatiques

Deux stages pour les enfants de 6 à 12 ans se dérouleront pendant les grandes vacances, au Collège Saint-André, place du Chapitre 4, à Fosses

1) du 10 au 14 juillet

2) du 14 au 18 août.

Horaires : de 9 à 16 heures (avec une garderie de 8 à 9 heures et de 16h à16h30.

Conditions : 50 euros, comprenant collations, entrées au lac de Bambois et assurance.

A payer au compte : 083-423944664 et comme communication : nom de l'enfant et date du stage.

Encadrement : régent en éducation physique diplômé en secourisme et possédant le brevet supérieur de sauvetage aquatique.

Pour tous renseignements, contacter :

Bernard Bourguignon au 049683.89.54.

Attention : pour un encadrement optimal les inscriptions sont limitées à 20 enfants.

Stage à la ferme

Pour les enfants de 3 à 6 ans, il est possible de devenir « petit fermier le temps d'une semaine, afin de: -comprendre la nature qui nous entoure et la respecter,

- connaître les animaux de la ferme, les nourrir et les soigner,

- découvrir l'agriculture et son utilité... faire du pain

Mais aussi

- réaliser des bricolages

- participer à des jeux psychomoteurs et coopératifs.

Quand, où et combien ?

Ces stages ont lieu à la ferme de la Folie, rue Sinton à Fosses, du 3 au 7 juillet, ou du 10 au 14 juillet, ou encore du 7 au 11 août (de 8h30 à 16 h). Le prix de 60 euros comprend : l'assurance de l'enfant, boissons et collations toute la journée et un repas complet chaud à midi. L'encadrement est assuré par une institutrice maternelle et une animatrice.

Contacts et inscriptions

- Cécile Henry : 0496-21.97.83

- Christèle Henry : 0499-18.49.38.

Accrochage

Jeudi 15 juin vers 13 heures, rue de Boudjesse à Aisemont, un accrochage a eu lieu entre une Citroen C15 conduite par un habitant de Fosses et une Audi A4, appartenant à un habitant de Sambreville. Les seuls dégâts matériels ont été constatés par les inspecteurs de la zone de police Sambre-et-Meuse.

Blessé dans une collision

Vendredi dernier, vers 19 h 30, rue du Longtry à Le Roux, une collision s'est produite entre une voiture et un cyclomoteur. Blessé à la jambe, ce dernier a été transporté au Centre hospitalier d'Auvelais.

Collision

Lundi 19 juin, vers 15 h 30, sur la chaussée de Namur à Sart-Saint-Laurent, deux voitures se sont tamponnées. L’un des véhicules était conduit par M. Quentin Pierart, 18 ans, de Flavion et l'autre par Mme Carminne, 40 ans, et son fils, habitant l'endroit. Tous trois ont été blessés et conduits au CHR d'Auvelais.

Les pompiers de Fosses, sous les ordres du caporal Jean-Louis Van Hal, se sont rendus sur les lieux.

La liste provinciale MR

Le comité provincial MR a présenté mardi dernier, à Sart-St-Laurent, ses candidats du canton pour les élections provinciales du 8 octobre. Successivement le président provincial Willy Borsus, le chef de groupe Jean-Marc Van Espen et la députée Anne Barzin ont évoqué le bilan de l'action du MR au Conseil provincial et le programme et les lignes de force de la campagne électorale, puis la présentation des candidats

- Luc Delire, 49 ans, professeur d'éducation physique, conseiller provincial depuis 12 ans, de Profondeville. - Muriel Simon-Charon, de Floreffe, 39 ans, déléguée médicale.

- Arnaud Maquille, de Saint-Gérard, 32 ans, ingénieur industriel.

- David Antoine, de Fosses, 30 ans. Chef d'entreprise dans l'événementiel.

- Françoise Baily-Berger, de Profondeville, 55 ans, médecin généraliste, conseillère provinciale.

Soit 3 hommes et 2 femmes, une moyenne d'âge de 41 ans et une parfaite répartition géographique. Le MR cantonal a obtenu 2 sièges en 2000 et espère bien les conserver et conforter ses résultats.

Luc Delire a alors rappelé ce défi les candidats sont bien introduits dans la vie associative ; puis il a souligné les spécificités locales dans le programme général du MR, les actions à mener à la province dans la visibilité et la collaboration avec les communes. Trente ans après les fusions, l'esprit local est encore vivace mais la réalité des communes fusionnées s'impose peu à peu les candidats locaux sont des relais pour la politique provinciale.

Cette présentation s'est clôturée par un lunch très sympathique.

Et les candidats U.D.

Ce vendredi 23 juin, l'Union Démocratique présentera officiellement ses candidats aux élections communales du 8 octobre au cours d'une soirée festive et d'un barbecue géant organisée à partir de 18 h. 30 aux anciens établissements Sarto à Sart-Saint-Laurent. On sait que cette liste est clôturée depuis deux mois déjà et qu'elle réunit, en une liste d'ouverture, des représentants de CDH, du MR et des indépendants (non affiliés à un parti politique). Il semble d'autre part qu'il n'y aura pas de liste PS spécifique mais une autre liste " d'ouverture " sur base des candidats socialistes, et une liste Ecolo, mais rien n'est encore officiel à ce sujet.

Retour à un féerique moyen âge

La place du Chapitre était empreinte, le week-end dernier, d'une atmosphère moyenâgeuse à la fois mystérieuse, féerique et bon enfant.

D'abord, un petit marché artisanal une douzaine d'échoppes de bijoux, de vêtements, de miniatures de sorcières de tous genres, de couteaux ou de crème glacée artisanale et d'un grand choix de cuperdons aux multiples saveurs, et même une cartomancienne qui eut son succès. Des chalets de boissons " traditionnelles " mais aussi d'élixir de lutin ou d'hydromel aux fruits ou aux fleurs. Et par dessus tout cela, une ambiance musicale d'un autre âge qui nous reportait à cette fascinante époque du mystère, des sorcières, farfadets, fées, elfes et lutins, des châteaux et des chevaliers... Un bond dans le temps, dans le passé vivant et coloré, dans l'imaginaire aussi...

Deux jours de fête médiévale préparés avec soin et minutie par une équipe dynamique et pleine d'imagination, Centre culturel et B.I. réunis, renforcés de bénévoles dévoués et passionnés. Malheureusement, le public n'a pas suffisamment répondu a tous ces efforts et à des spectacles et animations pourtant de haute qualité. On sait qu'il est difficile de " faire sortir les Fossois de chez eux "

Ceux qui disent qu'il ne se passe jamais rien chez nous ne participent pas aux pourtant nombreuses animations proposées. Mais est-ce le Mundial, trop de soleil, la période d'examens, ou peut-être un manque de publicité ? Dommage, de toutes façons ; seul le spectacle du samedi soir a connu une belle assistance. Mais tous ceux qui ont vécu cette expérience ont largement exprimé leur admiration et leur satisfaction. Avis aux amateurs pour l'an prochain !

Il y eut d'abord, vendredi soir, le quadruple vernissage des expositions : dans les locaux du S.I., " Dea Arduinna " présentait les sorcières au nez crochu couvert de verrues, leurs balais volants : makrales jeteuses de sorts, herboristes rebouteuses, elles ont marqué les siècles. Cette belle exposition didactique sur ces personnages de légende, leur origine, leur influence sur les populations, reste accessible jusqu'au 23 juin. Dans la salle de l'hôtel de ville, la Compagnie des Herbes-fols présentait une maquette de maison de sorcière avec ses fioles, ses chaudrons et son mobilier rustique ; et d'autre part, des moules et petits personnages en plasticine destinés à des films d'animation : l'artiste vous expliquait comment il faut modifier le personnage pour chaque geste, chaque mimique dont les photographies successives donnent l'animation : quel travail ! En la salle du Collège : le monde de la BD fantastique et médiévale, et aussi la présentation d'un livre de Jean-Gérard Dermine sur base de la légende du Chinel, réalisé à partir de photos prises dans les rues de Fosses et la collégiale mais retravaillées en informatique (ce livre splendide est en vente 12 € au S.I.). Enfin, au Musée du Petit Chapitre, l'exposition ouverte cette saison sur ce thème des mythes (les Niebelungen), légendes (Bayard et les quatre fils Aymon) et contes (Barbe Bleue), avec nombre d'explications du plus haut intérêt des symboles venus du fond des âges et qui ont marqué notre culture (à voir jusqu'en octobre).

Le président du S.I., Et. Drèze, a ouvert ces " médiévales " en présentant ce livre édité par le S.I. dans une " maison d'édition " toute nouvelle. Puis Br. Romain a rappelé le concours de contes lancé l'an dernier dans les écoles, ouvert cette fois au public ; et distribué les récompenses des chèques-livres au lauréates : Aurélie Pelemans, Florence Giambruni, Anne Lefèvre, Véronique Henrard et Françoise Honnay. Ensuite, Evelyne Olivier a dit avec talent un conte écrit et soutenu musicalement par Thierry. Van den Eynde, tous deux du S.I. et du Centre Culturel, ouvrant ainsi ces journées" Racont-Arts de légende ".

La journée de dimanche fut plus animée encore avec la Compagnie de la Lune d'Ambre : une dizaine d'artistes aux talents divers : géant sur échasses, cornemusier, flûtiste, danseurs, bateleurs, troubadours... mais aussi trois sorcières, dont une, bossue au nez crochu particulierement effrayante, dans une ambiance purement médiévale. Il y eut les contes de Rumelin au parfum de mystère et d'aventures. Les chevaliers (en armures) de la Compagnie de la Malemort, de Namur, les sorcières du groupe fossois de Clarabistouille, et des bénévoles. A la fin de toutes ces animations, un procès des sorcières dans la cour du Collège, auquel un public de plus en plus large prit une part active : pour ou contre le bûcher ou la décapitation

débat très animé ! Sur la place du Chapitre. On s'apprêtait à l'exécution lorsque surgirent les sorcières fossoises qui delivrèrent leurs consoeurs et chassèrent le méchant inquisiteur.

Enfin, le soir, devant le porche de la collégiale, se massa un nombreux public pour le dernier acte qui fut littéralement splendide : ces artistes de la Lune d'Ambre, en magiciens du conte et du feu, procurèrent une heure d'un spectacle retentissant, notamment une éblouissante danse du feu.

Ainsi se terminaient ces deux journées centrées sur la féerie, le mystère, l'imaginaire et la beauté.

Que les initiateurs du Centre culturel (B. Michel, Br. Romain, Th. Van den Eynde), et du S.I. (Laurence, Evelyne, Alexandra, Cédric, les anciennes : Isabelle et Florence, et tous les bénévoles, en soient chaleureusement félicités et remerciés

Vitrival Sorties de la Marche

Les participants à la Marche Saint-Pierre de Vitrival, créée en 1963, effectueront leur 44e sortie, comme d'habitude, en trois épisodes. Voici les détails du programme de ces trois journées

Dimanche 25juin :

12h45 Rassemblement au local

13h30 Bénédiction des armes et défilé dans les hameaux

16h30 Réception par le président Robert Delobe

21h45 Rentrée de la Marche au local

Dimanche 2 Juillet

6h00 Réveil par la batterie (uniquement pour le corps d'office)

8h45 Rassemblement et accueil des délégations salle Patria

9h15 Prise au drapeau

10h00 Messe militaire, suivie de la procession

14h15 Remise des médailles, place J. Tousseul

14h45 Départ pour le défilé dans le village

17h45 Bivouac à la chapelle Bastin

18h30 Bataillon carré, à la Pâture Bernard

19h15 Rentrée de la statue St-Pierre à l'église, défilé d'honneur et feu de file à l'église

20h30 Rentrée des marcheurs à la salle Patria.

Lundi 3 Juillet

7h00 Réveil et rappel par la batterie

9h00 Rassemblement salle Patria

10h00 Messe en mémoire des marcheurs décédés - Salve d'honneur au monument aux morts et visites aux cimetières

13h30 Rassemblement salle Patria

13h45 Sortie dans le village et visites aux officiers et sympathisants

21h00 Défilé d'honneur et leu de file à la chapelle Saint-Pierre

22h30 Retraite aux flambeaux avec illumination de la chapelle St-Pierre

23h30 Extinction des feux sur la place Jean Tousseul.

RAPPEL

- La distribution des costumes aura lieu au local, ce vendredi 23, de 16 h à 18 h.

- Rentrée des costumes, salle Patria le mardi 4 juillet, de 16 à 18 heures.

Vous cherchez une

AIDE POUR LE JARDIN ? (nettoyage, pelouses, haies, etc.)

Vous cherchez une

AIDE POUR LE BRICOLAGE ? (peinture, menuiserie, plomberie, etc.)

Vous cherchez une

AIDE ADMINISTRATIVE ?

Une AIDE dans le domaine de l'HORTICULTURE ou de l'AGRICULTURE?

Alors, faites appel à

L’AGENCE LOCALE POUR L'EMPLOI (asbl)

Rue V. Roisin 9d, 1 er étage FOSSES-LA-VILLE

Tél. 071-71.34.36 (Fax 071-71.47.95) GSM 0475-89.26.19

Pascottini Philippe, président

Lenoir Alain, agent technique

Il vous en coûtera 4,95 euros/heure avec possibilité légale de déductibilité fiscale (jusqu'à 892,42 euros net/an. Possibilité légale de mettre des chômeurs de longue durée au travail. Rapidité de service.

Quels sont les chômeurs pouvant s'inscrire en A.L.E. ?

1. Les chômeurs complets indemnisés depuis plus de 2 ans (-de 45 ans)

2. Les minimexés

3. Les chômeurs complets indemnisés depuis plus de six mois (+ de 45 ans)

Football

Les équipes

Les clubs ont inscrit leurs équipes pour la prochaine saison.

FOSSES :

Alignera, en plus de l'équipe première, une équipe réserve, des cadets, des minimes, des préminimes 1re année et des diablotins 1re et 2e années.

BAMBOIS :

Présentera des réserves, des minimes, des préminimes 1re année et deux équipes de diablotins 1re année

FALISOLLE-AISEMONT :

alignera réserves, minimes s.-prov., minimes, préminimes 1re et 2e années et diablotins 1re et 2e années.

SAINT-GERARD :

Présente aussi plusieurs équipes de jeunes : réserves, scolaires, cadets, minimes, préminimes ire année et diablotins lre et 2e années.

Jogging

Les 20 km de Bruxelles

Nous apprenons que plusieurs Fossois ont participé aux 20 km de Bruxelles (course pédestre).

Cette épreuve somptueuse a regroupé plus de 25.000 participantes et participants à travers les rues de la capitale. Voici le classement des nôtres. Bravo pour leur exploit et, comme on dit : « l'essentiel est de participer »

André Lindekens, de Fosses, se classe 416e et premier parmi les concurrents de notre entité, un peu devant Fabrice Michaux, de Vitrival, qui termine à la 488e place.

Viennent ensuite : François Vandeput, de Vitrival, 1297e ; Sophie Spineux, de Vitrival, 5059e Arnaud Peters, de Fosses, 9173e Axel Vantwembeke, de Fosses, 9762e David Ketelbuters, de Le Roux, 10.302e

Philippe Jadoul, de Fosses, 16.040e; Albert Buchaert, de Fosses, 16.729e; Françoise Chauvier, de Fosses, termine à la 16.741e place et enfin Fabian Labiaux, de Sart-Saint-Laurent, n'a pas pu terminer.

Signalons qu'André Lindekens (organisateur de notre traditionnel Jogging du Chinel), a parcouru la distance en 1 heure 19 min et 12 s, tandis que Fabrice Michaux, 72 places plus loin, n'arrive que 45 secondes après.

Stages tennis et multisports pour les grandes vacances

Le Tennis Club de Fosses organise différents stages de tennis (+ multisports) au cours des grandes vacances:

Tennis

1. Du 3 au 7 juillet (5x1h30, horaire à définir en fonction des niveaux)

2. Du 10 au 14 juillet (prix 55 euros pour non-affiliés ou 45 pour affiliés)

3. Du 21 au 25 août.

Multisports + tennis

4. Du 21 au 25 août (60€, de 9h30 à 15h30, avec garderie gratuite de 8 h à 9h30 et de 15h30 à 17 h)

5. Du 28 au 31 août (50 €)

Renseign. et inscriptions

- M. Romain 071-71.14.18 ou 049540.67.57

- Xavier Lebrun 071-51.31.97 ou 0497-48.57.65.

Notons que les jeunes pourront parfaire leur tennis par des cours hebdomadaires en saison hiver au hall des sports de Sart-Saint-Laurent.

Article sur les fossois paru à Orbey le 22/06/2006 dans la gazette DNA

Rencontre avec les Fossois

 

 

Mardi le comité de jumelage Orbey - Fosses-la-Ville a accueilli 33 Fossois ou habitants des paroisses proches, venus en voyage en Alsace avec le curé-doyen de la paroisse Saint-Feuillen, Michel Vannoorenberghe.

Le voyage en Alsace a débuté dimanche, avec plusieurs visites au programme durant deux journées: Neuf-Brisach, la visite de l'Eco musée et d'une cave, et un repas alsacien. Mardi, ils sont allés à la Graine au lait où toutes les finesses de la préparation de ce munster ont été présentées et goûtées. jean-Louis Crosset, le précédent président du jumelage, avait organisé cette partie orbelaise, et à ses côtés, il y avait son successeur Raphaël Hippert ainsi que d'autres membres du comité pour les rejoindre.

Tous se sont ensuite rendus en l'église Saint-Urbain où ils ont bénéficié des explications historiques de «Mimi» avant de faire la prière de l'Angélus, au cours de laquelle Jean-François Favresse, un habitant de Vitrival (partie de l'entité de Fosses) a joué de l'orgue.

C'est ensuite à la Ferme Auberge du Pré-Bracot que Fossois et Orbelais se sont retrouvés autour d'un copieux menu marc aire, avec le curé André Michalowski, auquel le curé doyen de Fosses a remis un cadeau.

Le président du comité de jumelage fossois, Lucien Boigelot, ancien bourgmestre, a redit tout son attachement à la perpétuation du jumelage et en a rappelé maints souvenirs.

Des projets communs ont été élaborés et des deux côtés les comités les affineront.

C'est ensuite par une visite digestive des lacs puis du Musée des Eaux-de-Vie à Lapoutroie que s'est achevée cette journée de chaleureuse rencontre. Les uns et les autres ont eu quelque peine à se quitter. Les amis belges sont partis vers la Forêt Noire, où ils séjourneront jusqu'à samedi.

Photo

Orbelais et Fossois ont visité une fabrique de munster. (Photo DNA)