N°09    06 mai 2005

Da Vinci Code, censure et religion

Depuis deux mois, avec la longue et pénible fin de Jean-Paul II et l'élection du nouveau pape, on a tant parlé de l'Eglise catholique que ça en devenait irritant pour certains.

" Les églises sont peut-être vides, écrivait Jacques Franck (Libre B. 24.04) mais jamais l'Eglise n'a vu converger vers elle autant de regards et d'attention ". Jamais en effet elle n'a été autant au centre des commentaires, des débats, médias, infos et écrivains.

Alors, trop, c'est trop ! Allons-y donc gaiement à nous vautrer dans les critiques faciles en rappelant les erreurs du passé : Inquisition, Cathares, Galilée et autres...

" Insupportable Eglise qui proclame des dogmes immatériels (J. Franck), qui commet tant d'erreurs et qui, pourtant, se maintient depuis deux mille ans " contre vents et marées, tempêtes et tsunamis. Exemple unique au monde !

C'est que l'Eglise catholique, à côté de ces erreurs humaines et terriblement regrettables, que personne ne songe à nier, a été le moteur de la plus grande révolution humaine, de la plus haute culture, parce que basée sur l'amour, l'humanisme et la spiritualité.

On peut vivre sans spiritualité. C'est un choix. Mais c'est le matérialisme qui est à la base des plus grandes hontes de l'humanité : la Shoah est l'oeuvre du National Socialisme et les génocides staliniens, du communisme athée. Entre autres exemples...

Toute la civilisation occidentale repose sur le christianisme, c'est indéniable. J'ai lu le " Da Vinci " (eh oui, tout indécrottable calotin que je suis). Je n'y ai trouvé qu'un passionnant roman policier, superbement construit, basé sur une fiction : que Jésus aurait été marié à Marie-Madeleine et aurait eu une descendance. Et quand bien même ? Rien n'est prouvé : il n'est que de lire le livre de M.-Fr. Etchegoin et Frédéric Lenoir " Da Vinci Code - L'Enquête " qui étudie le livre de Dan Brown au niveau historique (et le critique vertement à ce sujet), en toute indépendance et de façon scientifique.

Libre à quiconque de prendre le " Da Vinci " à la lettre. Libre au premier venu de croire que le pape est homosexuel, parce qu'il refusait le mariage des prêtres, ou que Guy Verhofstadt est cocu parce qu'il a la chance de toujours retomber sur ses pattes !...

La descendance de Jésus à travers les rois mérovingiens, selon le " Da Vinci ", me semble une fantastique aberration car ces rois furent les pires bandits de l'Histoire du Moyen Age : turpitudes, débauches, assassinats formaient le quotidien de leur vie ! Il fallut des missionnaires comme saint Eloi pour les freiner.

" La mort de Dieu annoncée par Nietzsche n'a pas eu lieu. Ce sont les idéologies athées qui sont moribondes : le marxisme qui annonçait le paradis sur terre, ou le matérialisme outrancier qui déçoit et incite à une recherche de spiritualités diverses -" (Ricardo Guttierez, Le Soir 15.02.04). Au IIe siècle, on aurait donné le culte de Mithra largement vainqueur sur un christianisme naissant et divisé ; le tout-puissant Islam conquérant fut stoppé à Poitiers ; la Réforme n'a pas étranglé l'Eglise (même fautive) et l'athéisme forcené du marxisme n'a pas éteint la pratique religieuse en Russie !

Jésus était un amoureux de l'Homme et un pacifiste. Même son Eglise actuelle produit encore - après des centaines d'autres - des abbé Pierre, Mère Térésa ou Soeur Emmanuelle. Voilà ce qu'il faut voir, et non le négatif, les erreurs du passé.

En outre, " Au-delà du bruit des mots et des disputes d'un jour, il y a le réalisme fidèle, depuis vingt siècles, la vie concrète et généreuse d'hommes et de femmes pour qui la foi et la charité sont les bases de leur vie... Ceux-là écrivent dans leur chair les Actes des Apôtres de notre temps ; ils écrivent dans l'Histoire des reflets de cet Evangile dont ils se veulent les héritiers. On en parle trop peu dans les média qui s'entêtent à réduire l'Eglise au pape et à la Curie " (J.C. Petit, " Dieu a-t-il un avenir ? ").

Ce sont ceux-là pourtant le Peuple de Dieu. Et je suis fier d'en être !

J. R.

NOTES :

Anne Morelli n'est pas professeur de religion mais d'histoire des religions à l'ULB : nuance ! Ses prises de position lors des débats télévisés ne laissent aucun doute sur son anticléricalisme.

A côté du " Da Vinci Code " ou des livres de J. Duquesnes, vous pouvez lire aussi, entre autres : " Dieu n'est pas mort, il a changé d'adresse ", de Odon Vallet ; " Dieu a-t-il un avenir ? " de J.C. Petit ; " L'Eglise en procès " de P. Valladier ; " Ma liberté dans l'Église " de J. Gaillot, ou encore un merveilleux petit livre d'un curé de chez nous : " Pour que ma Joie soit en vous ", de Ronald Maton. Là vraiment vous verrez ce qu'est la religion catholique si méprisée par un laïcisme militant.

Première sortie des marcheurs

A ne sortir que tous les 7 ans, la Marche St-Feuillen doit recommencer chaque fois l'apprentissage des nouveaux et la remise en route des anciens. C'est le but des trois " préliminaires " en civil, mais en armes, des huit compagnies du centre dépendant de l'Etat-Major. Après celle du premier dimanche de mai, il y aura encore celles du 10 juillet et du 21 août (avec la cérémonie du renouvellement du Voeu séculaire).

Cette première sortie a rassemblé quelque 385 marcheurs ! Chasseurs, Grenadiers, Mamelucks, Congolais, Musique des Volontaires, Tirailleurs Algériens, Zouaves, Tromblons : des groupes de 30, 40, voire plus de 90même pour Grenadiers et Congolais. C'est bien parti pour la St-Feuillen

Ce long cortège a parcouru les rues du Centre, jusqu'au quartier de la Gare, de Saint-Roch, puis au Home Dejaifve, avant de redescendre vers la collégiale pour le traditionnel feu de file, spécificité Fossoise, devant plusieurs centaines de spectateurs impressionnés par la puissance de ces tirs et la fumée qui les couvrait à chaque fois. L'essentiel est que cette première sortie s'est déroulée sans accident ni anicroche, dans une formidable ambiance " marcheurs ". Et vive saint Feuillen

Photos : en haut, les sapeurs de la Cie des grenadiers. - En bas : les Congolais

Cercle horticole

La saison de jardinage bat son plein. Il est aussi temps de penser à la garniture de ses façades, balcons, pots et jardinières. En cette année de Saint-Feuillen, aucune façade ne peut rester sans fleurs. Il y aura des festivités toute la période d'été et il faut qu'il y ait des fleurs toute la saison. La Saint-Feuillen, c'est quelques jours, mais les fleurs et façades fleuries, c'est toute l'année.

A cet effet, le Cercle horticole organise une conférence horticole donnée par M. J. Vassart et aura pour thème :

Comment garnir ses bacs et jardinières » + dias.

Invitation à tous (il ne faut pas être membre) ce lundi 9 mai, à 19 h 30, à la salle Espace Solidarité et Citoyenneté, 2, avenue Albert 1er à Fosses. Et c'est gratuit.

Avis

Rappelons que les permanences (bourgmestre, état civil, population et urbanisme) du samedi seront supprimées le samedi 7 mai.

Des bouchons

Au cours de l'après-midi de dimanche, le passage des marcheurs sur la grand-route traversant la ville a provoqué de longues tales d'attente dans les deux sens, provoquant le mécontentement de nombreux automobilistes retenus trois quarts d'heure dans ces bouchons.

Il faudrait peut-être revoir un itinéraire utilisant moins cette chaussée au passage toujours intense.

Fost-Plus

Les sacs bleus seront récoltés le mercredi 11, pour toute l'entité.

Les papiers et cartons le jeudi 19 mai pour les sections de Névremont, Aisemont, Vitrival, Le Roux et Sart-Eustache.

La semaine roumaine à Fosses

Comme vous le savez certainement, Fosses accueillera des danseurs et musiciens roumains du 16 au 23 mai prochain. Leur arrivée est prévue le lundi 16 mai sur le parking de la rue des Tanneries. Le programme est le suivant:

- mardi 17 : visite guidée de Fosses

- mercredi : à 10 h, démonstration de danses aux écoles communales d'Aisemont et de Le Roux ; à 15 h, démonstration au Home Dejaifve

- jeudi : à 10 h, voyage à Bruxelles et visite de la ville et de la grand-place - vendredi 20 : à 10 h, démonstration pour l'Ecole Saint-Feuillen à la salle communale ; à 14 h, démonstration à l'Ecole du Bosquet.

À 20 h, le clou de la semaine : salle L'Orbey, Grand Bal Folk roumain avec entrée gratuite ; soirée animée par 10 musiciens roumains. Un spectacle à ne pas manquer !

- samedi 21 mai : dans la matinée, visite au marché de Namur ; à 14 h, visite du site du Lac de Bambois

- dimanche 22 : 12 h, spectacle de danses, place du Marché (on annonce la présence du maire de Dorna Arini et de l'ambassadeur de Roumanie ; (à confirmer)

13 h : dîner typique roumain à la salle L'Orbey (12 euros et 8 pour les moins de 14 ans).

- lundi 23 mai : départ des Roumains.

' Pour organiser cette semaine, plusieurs associations et organismes Fossois ont collaboré. Citons : l'échevinat de la Culture (Bernard Meuter), le Centre culturel (Brigitte Romain et Bernard Michel), Présence et Action culturelles (PAC, Daniel Piet), le Syndicat d'Initiative et le groupe VITRIFOLK de Pierre Parent.

Les organisateurs remercient vivement les personnes qui ont accepté d'accueillir nos hôtes roumains pour toute cette semaine. A charge de revanche : l'an prochain, en Roumanie.

A la Croix-Rouge

La direction générale de la Croix-Rouge a modifié le règlement d'ordre intérieur, notamment, en ce qui concerne la composition des comités locaux. II sera donc procédé prochainement à la désignation, par vote secret, des mandats suivants :

- Président

- Trésorier-Econome

- Secrétaire

- Délégué de l'action sociale

- Délégué à la promotion du don de sang.

Les candidatures, avec curriculum vitae, sont à adresser au secrétariat : 12, rue Franceschini, 5070 Fosses-la-Ville. La date limite est fixée au 15 mai (cachet de la Poste faisant foi).

II est évident que ceci ne concerne nullement les gens déjà en activité dans les secteurs susdits, mais vise uniquement les nouveaux candidats. Le comité actuel examinera les candidatures et statuera sur celles-ci. Tout candidat recevra un courrier.

Nous vous remercions de votre collaboration.

Les communions

Généralement, Fosses termine le cycle des communions solennelles dans notre entité.

Répartis en trois groupes, les 21 communiants et communiantes de cette année feront donc leur profession de foi en la collégiale, ce dimanche 8 mai, au cours de la messe de 11 heures.

Groupe de Renelde :

Guillaume Berlemont, Andréa Briot, Nicolas Burton, Jason Gosset, Justine Renier et Sophie Aubry.

Groupe de Chantal:

Anaïs Carmanne, Lucas Chausseur, Simon Demptinne, Caroline Dumont, Julie Hennin, Gaétan Nelles, Jordan Thirifays.

Groupe de Katrien :

Cloé Bourlée, Amélie Boxus, Angèle Cordonnier, Morgan Defoing, Boris Depaemelaere, Nathalie Deschamps, Charlotte Gillet et Florence Léglise.

Dans le cadre des festivités de la Marche septennale Saint-Feuillen

RÉTROSPECTIVE des oeuvres de

Marcel NULENS

50 ans d'art de dessins, aquarelles et sculptures métal au Château du Chêne

Rue du Chêne FOSSES-LA-VILLE 1

Du 20 mai au 5 juin 2005

avec l'aide de l'Echevinat de la Culture et du Centre culturel de Fosses-la-Ville

Renseignements :
Marcel NULENS
' 071-71.17.06

La Sainte-Brigide

C'est sous un splendide et chaud soleil que s'est déroulé cette année le séculaire pèlerinage aux baguettes à Sainte Brigide, patronne de Fosses et protectrice du bétail. Les membres de la Confrérie Saint-Feuillen s'affairaient sous le chapiteau, les acolytes vendaient les baguettes, la Philharmonique donnait son traditionnel concert et les pèlerins affluaient. De Fosses et d'ailleurs, même d'Ayeneux, venus en car avec leur bannière de Confrérie Sainte-Bri9ide et une délégation de la Confrérie Saint-Feuillen du Roeulx. Et aussi le mayeur de Saint-Pholien de Liège, avec deux cinéastes.

Dans la chapelle super bondée, la messe célébrée par les abbés Forthomme et Lejeune (M. le doyen était retenu par des Communions solennelles à Graux), animée par la chorale dirigée par Marc Buchet, vit la bénédiction d'une bannière toute neuve (achevée le matin même par M. et Mme Collet, " Boutique Thérèse " et présentée par son concepteur, notre artiste Marcel Nulens). Et, à la fin de l'office, la bénédiction des baguettes, le cantique à sainte Brigide et le triple tour de la chapelle par les Confrères en bure (malheureusement pas suivis par les pèlerins, une autre tradition à reprendre) et touchant de leur baguette, après la statue de la sainte, l'antique pierre à croix celtique, au chevet.

Un joyeux apéritif sous le chapiteau, suivi du dîner barbecue, réunit encore une centaine de convives. Mais le clou de l'animation d'après-midi fut la venue des compagnies Fossoises dans leur première sortie préliminaire, avec salves tonitruantes et rafraîchissements bienvenus.

Il y eut même un groupe d'irréductibles (spirous) qui tint le coup jusqu'après 20 heures !...

Une belle réussite donc, complétée juste à côté par la traditionnelle " Fête des Fleurs " de l'Amicale du Home.

Si on peut faire remonter ce pèlerinage à sainte Brigide à l'apport de son culte et de sa relique par S. Feuillen et ses frères, c'est donc depuis 1350 ans qu'il subsiste et se perpétue. Quand on vous disait que les Fossois sont férus de traditions !

Une « Piste vie »

Le Conseil communal des Enfants a des idées et les met peu à peu en pratique : après les casse-vitesse à proximité des écoles, des panneaux " Ralentir – Ecole " issus d'un concours de dessins dans les classes, des spots publicitaires sur Canal C attirant l'attention sur la protection de l'environnement (en cours de réalisation) et un parcours Ravel en projet, voici qu'on inaugure, à leur suggestion, une " Piste Vie " : un parcours, dans le Bois de Sainte-Brigide, parsemé d'épreuves sportives variées : marcher sur un tronc d'arbre, sauter par-dessus une barre, se suspendre aux anneaux ou au trapèze, etc., exigeant équilibre, force, agilité ; un panneau simple et suggestif précise l'exercice à réaliser. Ce type de parcours sportif est destiné aux jeunes et moins jeunes pour favoriser l'exercice physique trop délaissé.

L'inauguration en a eu lieu samedi dernier. Devant plusieurs dizaines d'enfants et de parents, l'échevin B. Meuter a souligné l'heureuse coopération, dans ce projet, de l'Administration communale, de l'IDEF (qui a défriché et aménagé tout le site), de la Croix-Rouge, de l'AISBS et du CPAS (propriétaire du bois), et les a vivement remerciés.

Trois jeunes, du premier Conseil des Enfants, ont dévoilé la plaque inaugurale ornée d'un superbe plan joliment dessiné, puis tout le monde, autorités, enfants, parents, ont parcouru la moitié du site, pleins d'admiration pour ce beau bois, ce cadre exceptionnel, incitant à la promenade sportive. Précisons que le départ de ce parcours se situe au début de la drève de marronniers menant au Home Dejaifve et que le parcours vallonné est à la fois exigeant (en course) et bien agréable. Comme le vin d'honneur qui fut servi, en clôture de cette inauguration, en la salle communale.

Reste à présent, pour jeunes et adultes, à bien utiliser ce précieux outil et à le garder en bon état. Et c'est une autre affaire !

Soirée wallonne

Samedi 23 et dimanche 24, la Philharmonique de Fosses présentait à la salle de l'Ecole du Bosquet, une soirée wallonne, (suivie d'un concert), qui devait rappeler aux aînés cette pièce de l'abbé Lotin, jouée en 1949, glorifiant l'esprit Fossois dans une fidélité inébranlable à sa marche septennale.

Et tous les acteurs, très bien dans leur rôle, se sont acquittés de leur tâche avec succès : tant l'épouse Julie (Paule Piéfort), quasi toujours sur scène, que son époux rebelle (Pierre Lorand) et tous les autres...

Le public, disposant d'un programme-me qui reproduisait la chanson finale, reprit en choeur ces couplets adaptés à notre célèbre Marche (nous espérons avoir l'occasion de la reproduire prochainement). Cette photo datant donc de 1949, présente les acteurs d'alors, dont 4 sont toujours en vie, mais un seul (Pierre Lorand) était sur scène pour cette réédition, mais plus dans son rôle initial. On reconnaît (de g. à dr.) : Lucien Piéfort, Marcel Hancisse (dans le rôle de femme), l'abbé Lotin (auteur de la pièce), Roger Jacqmain, Juliette Nulens (cantinière), Jean Piéfort et Fernand Jacqmain ; les deux enfants : Georges Brosteaux et Pierre Lorand).

 

Il y a 50 ans

Mois d'avril 1955

- Le p'tit Dof (Gosset), sonneur depuis près de 25 ans, est remplacé par M. Joseph Boulanger-Ducat, à qui on a confié le poste de sonneur et de chaisier à la collégiale.

- L'abbé Lotin, ancien vicaire de Fosses, parti pour Ciergnon, revient quatre ans plus tard pour être nommé curé à Aisemont.

- Sart-Saint-Laurent va connaître l'envahissement habituel du public venu nombreux pour assister aux courses motocyclistes du Grand Prix de Floreffe.

- Tradition perdue : le soir du jeudi saint, le public Fossois se promène dans les rues du centre pour admirer les efforts des commerçants Fossois pour garnir leurs étalages.

- A l'état civil d'avril (Fosses) on trouve les naissances de Myriam Tahir, Brigitte Chabot, Marcel Lamy, Jacqueline Gillard, Pierre Gillard, Baudouin Burton et Cécile Boccart. Aucune naissance à Sart-St-Laurent, ni à Vitrival, ni à Le Roux en avril.

Mois de mai 1955

- Programme copieux pour la Ste-Brigide : gymkhana et concert le samedi 30 ; concert traditionnel et messe à la chapelle, concert de carillon, lutte de balle au tamis et concert sur le kiosque, pour le dimanche ; lundi : grande course cycliste et le soir gala chorégraphique.

- Après avoir tenu la 1re place une bonne partie du championnat, Bambois (foot) rate la montée en 1re Provinciale à 3 journées de la fin : une défaite de justesse à Walcourt

- Les communions solennelles ont lieu dans les paroisses. On compte 5 enfants à Le Roux, 11 à Vitrival, 5 à Aisemont et à Sart-St-Laurent. A Fosses, c'était le 5 juin, pour 47 enfants.

Il y a 100 ans

N° 16 du 16 avril 1905

Dimanche 16 et lundi 17 courant, sortie des Chinels Fossois et des groupes étrangers. A 1 heure, formation du cortège rue de Vitrival.

Vendredi matin, vers 3 heures, des ouvriers qui se rendaient à la Gare pour le premier train, ont remarqué que le feu était dans la toiture de la maison Charles Puissant en Lège. L'éveil fut donné aussitôt et on parvint à enrayer l'élément destructeur. La toiture et le contenu du grenier ont été brûlés. Les dégâts sont évalués à mille francs.

On a voulu s'introduire dans le poulailler de F. Duculot et de son locataire aux Bergeries, mais les voleurs furent dérangés par le chien de garde. Ils se rendirent alors au poulailler appartenant à Louise Mottet, qui est un peu à l'écart des habitations et parvinrent à faire sauter une double serrure et s'emparèrent de 5 belles poules.

Vitrival. - Un arrêté royal du 22 mars accorde le bénéfice de la reconnaissance légale à la société « Saint-Antoine », société mutualiste d'assurance contre la mortalité du bétail, établie à Vitrival.

N° 21 du 21 mai 1905

Le dimanche 11 juin, jour de la Pentecôte, de brillantes fêtes seront organisées par l'Union des Anciens Elèves de l'Ecole Moyenne. Au programme : cortège et réception des anciens élèves à l'Hôtel de Ville, concerts par les sociétés locales, banquet par souscription, grande lutte de jeu de balle, brillant concert par l'Harmonie de Farciennes, illumination et feu d'artifice.

M. Leroy, directeur de l'Ecole à sa fondation, nous écrit qu'il se fera un plaisir de se joindre à ses anciens élèves et qu'il présidera les festivités.

Les habitants de notre bonne ville de Fosses sont instamment priés de pavoiser leurs demeures.

Bambois

A l'invitation de l'échevin Benoît Buchet, a eu lieu à l'école de Bambois une réunion des sociétés qui l'occupent périodiquement. En effet, la société colombophile La Liberté, de Bambois, qui ne l'occupait pas, l'occupera désormais.

J'ai fait remarquer à l'échevin, qui avait déjà donné son accord préalablement aux colèbeûs, qu'il bridait si tch'vau pau cu. En démocratie, on consulte et on tient compte des avis des intéressés avant de prendre une décision. Tout s'est arrangé à l'amiable ètur Banbwètîs pour la répartition des jours et heures d'occupation.

J'ai alors fait remarquer qu'une solution serait une salle à Bambois, la salle paroissiale, gérée jusqu'il y a quelques années, par M. Marcel Lessire, qui s'occupait du chauffage, de la location à des prix raisonnables et de la propreté, est devenue un taudis. Les prix pour une location, ne fût-ce que pour un(e) après-midi étant hors proportion avec le service fourni.

Oui, j'ai été bourgmestre de 1988 à 1991, mais j'ai eu à régler le manque d'eau consécutif à un vidage non annoncé du Grand Etang. J'ai dû faire amener par l'INASEP des camions citernes de 22.000 litres d'eau potable puisée à Flavion, pour remplir le réservoir de l'hospice afin de pouvoir laver les hospiciens malades et handicapés. J'ai ensuite remis le réseau de distribution d'eau à l'INASEP, à condition que le personnel affecté à la distribution de la commune soit repris par l'INASEP à des conditions au moins égales à celles dont il jouissait dans la commune. Il y eut aussi, à l'époque, de grandes tempêtes avec des dégâts aux toits et aux arbres. J'ai même passé deux nuits avec les pompiers, dont j'ai pu apprécier le dévouement et la compétence.

Quand je suis parti pour raisons de santé, j'ai laissé un plan triennal de travaux, dont la pose d'égouts à la rue du Baty, chose plus nécessaire encore qu'une salle. Je constate, quinze ans après mon départ, que le Baty n'a toujours pas d'égouts. J'invite quiconque à se promener à pieds le long des fossés de la rue du Baty et à respirer profondément par le nez pour qu'il/elle se rende compte de la nécessité de ces travaux. J'avais, à l'époque, visité des caves, ce qui confirmait ma conviction de l'importance de leur réalisation.

Pour en revenir à la salle, que nous n'avons pas, alors que tous les villages de l'entité et même les hameaux de Haut-Vent et de Névremont en ont une et Vitrival deux !, il n'y a qu'une solution : que la commune rachète la salle paroissiale existante au doyenné, ne fût-ce que pour un euro symbolique et rebâtisse une salle digne de ce nom, quitte à revendre pour le même montant au doyenné le jour où on construira une cathédrale à Bambois !!!

On pout bin rire one miète

R.A.A. VIROUX.

Ecole des devoirs

Pour le rattrapage scolaire, l'ALE a créé l'Ecole des Devoirs qui fonctionne de 16 h à 18 h le mardi et le jeudi, en deux groupes.

Renseignements chez Mme Anne Cuvelier au 0497-69.68.34 ou à l'ALE, rue Victor Roisin 9D (1er étage), tél. 071-71.34.36.

Li guêre di 40, vikéye pa on gamin (xLI)

pa Roger Viroux

Lès-Amèrikins avancenut co, mins malaujîyemint. Lès-Alemands sont co fwârts, maugré lès sabotadjes èt l'satakes dè l' Rèsistance Francèse qu'èst, lèye min.me frin.néye pa l' mi-lice da Pétain. Insi, su on plin dins lès montagnes dès-Alpes; lès-Aliyés d'vin.n' parachuter dès-ârmes, do ravitayemint èt dès-ornes, mins l's-Alemands ont stî prévenus èt il ont ataké, avou l' milice, li Plin do Vercors, c'è-st-insi qu'on l' lomeûve. Lès Rèsistants qu'ont chapé ont d'vu couru èvôye !

I faut sawè qu' d'après I' Convincion d' Genêve, po-z-ataker on sôdârt qu'ocupe vosse payis, i faut ièsse en-uniforme. Si v's-èstoz boté à civil, vos-èstoz considèré corne franc tireû, èt si vos touwez on sôdârt, vosèstoz considèré corne on-assasin. Après l' guêre, on-z-a conu lès-Alsaçyins qu'avin.n' massacré èt brûlé à Oradour, mins l' Gouvêrnèmint Francès n' leû-z-a pont faît d' procès, pace qu'il avin.n' peû qu' l'Alsace si solèviche.

On-z-èst pus qu'todis pindu à s'posse. On choûte lès-èmissions è Francès po nos-ôtes èt min.me lès cènes en Néèrlandès, qu'on pârvint one miète à comprinde èt qu'finichenut chake côp pa : « En toch,zullen we ze krijgen, de Moffen » (Et portant, nos l's-aurans, lès Boches !). On choûte èto : Les Français parlent aux Français », maugré qu'is n' rovîyenut nin di s'vanter

Mins lès Boches brouyenut l' s-émissions : Routoutoutou, routoutoutou... On-z-arive maugré tot à cornprinde. Ci qu'onk n'a nin compris, on-ôte l'a atrapé Tènawète on côp, l' brouyadje lache po saquants sègondes. On dit I candje di brès ». Quand l'awaîteû rintère, on lî raconte

ci qu'on-z-a apris, ou à pau près, en l'rabiasichant tofêr one miète, télemint qu'on vôreûve bin

On continûwe à raprotchî lès punaises èt l's-atatches su lès cârtes. Etur timps, on-z-a dès pus grandès cârtes avou dès viles. On-z-î vèt pus clér On-z-aprind, sins dètays lèsévênemints d'Tulle èt d'Oradour èt on-z-a l' klope. Est-ce li vrai ? N'èstce nin dè l' propagande ? Est-ce qu'on n' si va nin bate vêci ?

Su lès dêrènès samwin.nes, gn-a bran.mint qu'ont atrapé l' virus dè I'Rèsistance C'èst zèls qui crîyenut l' pus fwârt èt qu'sont lès pus imprudents. On raconte qu'on `nn a vèyu onk à Fosses avou s' fisik à s' dos à plin djoû ! Pourvu qu'is n' faîyenuche nin l' fou, pinse-t-on, èt tot fé distrûre èt touwer pa dès sôdârts qui sont strindus èt qui séyenut fé l'guêre

En ratindant lès-Alemands do Banbwès s'aprèstéyenut à `nnaler. Avou leû kapot' radâr, is n' sièvenut pus à rin. Lès Flaminds qui sont co là lès compudenut èt is vègnenut raconter. D'alieûrs, lès sôdârts è causenut auzès djins èwoù-ce qu'is lodjenut : is vont `nnaler au Saut-Sint-Lorint, èwoù-ce qu'i gn-a on pus gros groupe, mins d'vant, is vont fé zoubler leû toû. On sét bin l' djoû èt l'eûre. Ci sèrè à iût' eûres au nût. Tot l' Banbwès èst rèchu foû dès maujos èt à iût' eûres pètant, on-z-ôt one èsplôsion, li toû è-st-èturéye di blames, èle si solève, pwîs èle clince èt èle si staure II aurin.n' tot l' min.me plu lèyi l' toû astampéye C'èsteûve one miète nosse toû ! On l' vèyeûve d'au Ion. C'aureûve ieû stî one sovenance, corne noste Atomiom' èt l' Tour Eiffel ! Enfin, à l' guêre, on n' faît waîre di sintimints

(à chûre)

Les 125 ans de l'Ecole Saint-Feuillen

Dans le climat de guerre scolaire provoqué par la loi Van Humbeek de 1879, le doyen Banneux décida de créer à Fosses une école catholique ; M. Lallemand, chrétien convaincu, abandonna sa place d'instituteur à l'Ecole Moyenne pour assumer l'enseignement dans cette école paroissiale construite en trois mois. Ce pionnier enseigna durant 38 ans à l'école Saint-Feuillen, aidé dès 1893 de M. Brosteaux. Après des hauts et des bas, l'école se modernisa en 1972 par la mixité, dans la réunion avec l'école des Soeurs de Ste-Marie. La population scolaire n'a cessé de croître et le directeur actuel, M. J.-P. Defreyne, organise un enseignement de qualité avec une équipe éducative de 25 personnes, 6 classes maternelles et 12 primaires.

" Un anniversaire, a dit le directeur dans son discours de circonstance, c'est le moment des souvenirs, où l'on regarde l'album photos qui rappelle le chemin parcouru... " Et de faire une belle comparaison : " N'est-ce pas cette même force, cette même foi inébranlable qui a conduit St Feuillen à construire en trois années à peine un monastère en notre cité ? Sa venue a transformé les gens de l'époque et, en cette année de Marche septennale, il est toujours là, présent dans le coeur de tous les Fossois ". Sa statue orne l'entrée de l'école de la rue des Zolos. Et le directeur de poursuivre : " C'est cette foi en l'homme et en l'humanité qui doit nous animer tous, parents et enseignants, dans notre mission d'éducation. Parce qu'on y croit, parce qu'on y met toute sa volonté pour que nos gestes, nos paroles, nos activités marquent à jamais leur coeur et leur esprit ". Mais cet anniversaire est aussi moment de projets : " C'est en s'appuyant sur son passé mais en se tournant résolument vers le futur que notre équipe éducative, dans le respect des différences et des individualités, veut construire son action de formation des citoyens, acteurs de la société de demain ".

Discours très applaudi, ainsi que celui de M. Jacquerie pour le Pouvoir Organisateur, et celui d'une enseignante et de deux enfants, dans une comparaison entre l'école d'autrefois et d'aujourd'hui, et comparant l'école à un arbre dont les branches poussent dans tous les sens mais qui porte des fruits. Avec ensuite un vin d'honneur dans le brouhaha des conversations et la cohue bien sympathique des retrouvailles de dizaines d'anciens.

A la Collégiale, le Groupe Totem, à deux reprises, présenta un spectacle de toute beauté, d'une grande profondeur, avec sur écran géant des vues et bouts de films sur la vie de l'école. Mais aussi des chants simples mais justes, repris par l'assemblée animée par un rang d'enfants pour la gestuelle : " Famille, chemin d'amour " ou encore " Une cathédrale ", évocation de la construction de la société humaine : " Que chaque enfant porte sa pierre – Au chantier de la Maison du Père – Une cathédrale s'élève vers le ciel " Ou " Chante la vie, chante mon frère... " Et quelle ambiance 1...

Dans deux classes, une très intéressante exposition présentait des photos et souvenirs d'autrefois, objets et ouvrages de l'école d'il y a des lustres, de métiers d'antan, de la vie quotidienne.

Le soir, plus de 300 convives ont participé au souper anniversaire, occasion encore de cordiales retrouvailles.

125 ans d'activités : cela méritait bien cette superbe fête " de famille ".

Conseil communal

Dossier collégiale : enfin un premier pas !

Encore une rapide séance, malgré des points importants. Elle débuta par un moment de recueillement à la mémoire de Francis Michaux, époux de la conseillère Anny Batardy, de Le Roux.

Au service Finances : des bons de commande (ordinateur, frigo...) ; les comptes 2004 des Fabriques d'églises de Vitrival (excédent 717 €) et de Sart-Eustache (excédent 6.742 € car toujours pas d'organiste).

Des travaux d'asphaltage : rue d'Une Personne et ruelle du Ministre à Fosses (39.000 €) ; rue du Poiriau à Aisemont (12.673), rue Leclercq à Vitrival (27.696). Fr. Rochet rappelle l'état de la rue de Fontarcienne.

Convention est passée avec la société distributrice d'électricité pour le déboisement d'un couloir de sécurité sous une ligne à HT dans le bois du Potage (indemnité : 2.792 euros).

Pour la collégiale

Travaux de démontage et entreposage des 8 grands tableaux du choeur, relatant la vie de S. Feuillen. Avec moulage des macarons et ornements des encadrements, et aussi du grand tableau de l'autel (Assomption de la Vierge) avec étude de leur état sanitaire et pictural. Le devis est de 22.600 € et le Bourgmestre précise que ces travaux ne seront évidemment pas entrepris avant la Saint-Feuillen. Fr. Rochet parle d'un jeune artiste, N. Lalière d'une école d'art pour la restauration éventuelle.

Et (enfin), avant d'entrevoir le début des travaux de réfection de ce monument historique et patrimonial qu'est notre Collégiale, désignation d'un ingénieur chargé des études de stabilité du bâtiment : maçonneries de la tour (fissurée), escaliers, planchers, charpentes. Devis de cette étude : 50.000 €.

Vente et achat

La commune va vendre diverses parcelles de terrain peu productifs : à Fosses, 1 ha 60, 1 ha 51 et 1 ha 05 au Tri du Bambois et 9 ares 30 et 13 ares 21 rue de la Plage ; à Aisemont : 8 ha 30 au " Pairoit " ; à Vitrival : l'ancien terrain de football rue de la Spinette (81 ares 06) avec bâtiment de buvette. Et on achète un véhicule (12.500 €) dans le cadre du Plan de Prévention de Proximité.

Découpage en quartiers

Le Gouvernement wallon (Développement territorial) propose un plan de découpage des différentes sections de l'entité en vue d'études statistiques plus précises envisagées en divers domaines. Déjà 202 communes ont accepté ce découpage et ces études. Aisemont comporte ainsi 4 quartiers, de même que Le Roux, Sart-Eustache et Vitrival, contre deux pour Sart-St-Laurent. L'ancienne commune de Fosses est divisée en 7 quartiers : Gare (3 sous-quartiers), Bambois (3), Haut-Vent, Nèvremont (2), centre (du Faubourg de France à rue d'Orbey et des 4-Bras au Tri-du-Bois), Centre est (St-Roch, rue Franceschini), centre ouest (Av. Albert 1er à la route de Tamines).

Divers

Le Conseil ratifie des arrêtés de police pris par le Bourgmestre (travaux, événements divers) ; une modification aux statuts de l'Agence Immobilière Sociale des cantons de Gembloux et Fosses et y désigne ses représentants ; une modification du Règlement organique des Pompiers et la stabilisation de la nacelle du camion échelle des Pompiers.

Il approuve aussi les conditions d'organisation de la Plaine de vacances (4-15 juillet et 1-12 août, de 9 à 16 heures, à l'école de Vitrival ; pour 4 € par jour et par enfant, avec collation matin et après-midi et potage à midi.

A huis clos

Il ratifie aussi une série de remplacements temporaires dans les écoles, le transport à la piscine d'Auvelais, la nomination de deux institutrices (primaire et maternelle).

Pour le Service Incendie : il ratifie le renouvellement d'engagement des sapeurs volontaires André Pire et Franck Geuens.

AISEMONT Activités à la salle

Nous l'avions annoncé, la J.S. Aisemontoise vous invite, le samedi 7 mai, à 20 h, à la salle Saint-Joseph, au Concert, qui sera donné par la Fanfare royale Cecilia, de Courrière, sous la direction de Benoît Denis. Entrée gratuite.

BAMBOIS Fêtes du Point d'Arrêt

La traditionnelle fête du Point d'Arrêt se déroule à Bambois du jeudi 5 mai (Ascension) au dimanche 8, suivant un programme que nous regrettons de ne pas être en mesure de vous présenter. Mais la fête a bien lieu.

VITRIVAL Dégâts matériels

Vendredi dernier, vers 8 heures du matin, un automobiliste de Châtelet roulait en direction de Namur, chaussée de Charleroi à Vitrival, au volant de sa Polo. Voulant éviter un chat qui traversait la chaussée, l'automobiliste perdit le contrôle de sa voiture et alla percuter deux potelets.

Sur le fil !

Alors que, dans beaucoup de divisions, les champions sont connus et la fin du championnat n'a plus guère d'attrait, en div. 4 B, les jeux restent ouverts avant la dernière journée et les 3 candidats sont toujours en lice.

Le 24 avril, Fosses a largement battu le Caps qui perd sa place de leader au profit de Soye-Floreffe. Le 1er mai, les trois leaders ont tous trois gagné : 6-2 pour le Caps à Jambes, 5-2 pour Fosses contre l'Etoile Tamines et 0-4 pour Soye-Floreffe à Coutisse.

Namur conserve ses chances, à condition que Fosses réalise un nouvel exploit en battant le nouveau leader, chez lui. A ce moment, les Namurois n'ont plus qu'à gagner contre Moustier et rafler le titre. Soye, par contre, doit battre Fosses et un nul lui serait sans doute fatal. Fosses, par contre, espère secrètement que Moustier barre la route au Caps, ce qui est peu probable.

A l'heure où nous écrivons ces lignes, tous les espoirs sont permis, mais lorsque nos abonnés liront ce tex-te vendredi matin, les jeux seront faits, mais nous ne pouvons pas leur apporter les nouvelles car notre édition est à la Poste depuis mercredi fin de journée.

Prochaine quinzaine

- Samedi 7 : goûter de la fête des Mères, à 14 h, au réfectoire de l'école de Le Roux, par le club des jeunes retraités de Le Roux.

- Dimanche 8 : communions solennelles à Fosses, à 11 heures.

- Dimanche 8 : premières communions à Bambois, à 10 heures.

- Dimanche 8 : marche Adeps sur 5, 10 ou 15 km, à Le Roux.

- Lundi 9 : conférence au Cercle horticole (voir p. 2).

- Samedi 14 : Fancy-fair à l'Ecole fondamentale, rue de l'Ecole Moyenne. - Du lundi 16 au 23 mai : semaine roumaine (voir p. 2)

- Samedi 21 et dimanche 22 : fête des Jardins, au lac de Bambois.

- Samedi 21 : barbecue de la Marche d'Aisemont, 18 h 30, salle St-Joseph.

- Samedi 21 : Fancy-fair à l'école communale de Le Roux.

- Dimanche 22 : Premières communions à Sart-St-Laurent, à 10 h 30.

- Samedi 28 : Fancy-fair des écoles libres + karaoké.