N°02    28 janvier 2005

L'hospice Dejaifve

Aujourd'hui, le terme « hospice » s'est plutôt transformé en « home » ou « maison de repos », ou encore plus pompeusement « seigneurie ».

L'endroit est totalement modifié. Sur la photo, trois jeunes Fossois : René Noulard (fils de Rosine, qui tenait le Café du Centre, act. Espace Vision), Marie-José et Jean Romain ; dans la cour de la ferme attenante à l'Hospice, des personnages inconnus dont 2 hospiciens. Sur le panneau, à gauche, on peut lire (à l'aide d'une loupe) : « Avis. Défense de circuler dans le parc sans abonnement ». Tous les enfants de Fosses allaient régulièrement (et sans doute sans abonnement ?) jouer dans le parc, considéré un peu comme parc public, car les promeneurs du dimanche s'y rendaient aussi en période estivale.

Achetée comme « bien noir » par la famille Dejaifve, après la Révolution française, cette propriété fut léguée en 1872 au Comite de Bienfaisance de Fosses pour en faire un hospice pour vieillards. Les bâtiments de la ferme furent abattus en 1961 et le bâtiment central un peu plus tard.

Deux pôles de tous les dangers

Deux événements importants sont à relever cette semaine : chez nous, en Belgique, la discussion sur la scission de l'arrondissement Bruxelles-Hal-Vilvorde, qui risque de déboucher sur une crise gouvernementale, voire une menace de scission de la Belgique même ; et en Irak, des élections contestées d'avance par la minorité sunnite et les terroristes de Al Zarkaoui, qui menacent le pays d'une guerre civile.

Depuis des mois, on avait fixé au 30 janvier 2005 les élections qui doivent donner à l'Irak un " vrai " gouvernement. Mais ces derniers mois aussi s'est manifestée une farouche opposition de la minorité sunnite, qui avait été au pouvoir sous Saddam Hussein, opprimant les Chiites, traités d'apostats ! Et on en est venu à un scénario catastrophe : attentats à la bombe ou aux voitures piégées, actions terroristes contre policiers, représentants politiques et bâtiments publics, même les écoles. Cette menace terroriste est imparable et Al Zarquaoui y révèle son vrai visage d'agent de Ben Laden. On craint le pire pour le jour même des élections.

En fait, l'Irak est la proie de nombreux groupes terroristes indépendants les uns des autres, ne cherchant que le chaos. De plus, lors de la prise de Bagdad, les Américains ont ouvert les prisons mais à côté des prisonniers politiques de S. Hussein, on a lâché dans la nature des centaines de criminels de droit commun. Ceux-ci capturent des otages qu'ils " revendent " aux groupes politiques.

Ce qui est encore à craindre, c'est que le gouvernement qui sortira de ces élections n'ait pas la légitimité réelle, ni surtout la capacité d'exercer le pouvoir sur l'ensemble du territoire, notamment dans les régions à majorité sunnite. Le pire : une réelle guerre civile, est peut-être encore à venir !...

***

Les remous, chez nous en Belgique, proviennent de ce fameux dossier Bruxelles-Hal-Vilvorde que des politiciens flamands avaient exigé déjà avant les élections de juin 1 dernier : " Scission tout de suite ! " avaient-ils crié haut et fort. Les Wallons, eux, n'en voulaient à aucun prix. En fait, c'est une histoire qui ne concerne que peu de gens dans cet arrondissement électoral, il n'y aurait que des listes flamandes les francophones de ces communes " à facilités " n'y auraient donc plus de réels représentants. Or, plusieurs communes sont à majorité francophones, avec des bourgmestres non flamands. A part cela, pas un Flamand n'y gagnera quoi que ce soit le problème est avant tout politique.

En effet, le CD&V (ancien CVP), qui vient d'entrer au gouvernement flamand mais est dans l'opposition au Fédéral, sent dans sa nuque le souffle du Vlaams Belang et pousse comme lui vers une indépendance totale de la Flandre. C'est pour lui une question de crédibilité. Or, les partis flamands ont perdu en moyenne 7 0/0 de leurs membres, et le CD&V, 21 % ! Il estime qu'il doit donc surenchérir.

Mais les deux autres : libéraux et socialistes, sont, eux, dans le gouvernement fédéral, avec des Wallons. Alors, ils freinent des quatre fers : on a reporté la discussion " BHV " à après les élections ; puis, après des mois et des coups de semonce du CD&V, on a créé une commission interministérielle, qui a constitué un groupe de travail. Et donc, inutile de pousser : on ne discutera pas de cela en commission de la Chambre. Sauf si certains flamands y présentent leur proposition, auquel cas les Wallons quitteraient la séance...

Alors, chacun soupèse les enjeux. Certains sont acculés à poursuivre leurs revendications. Mais jusqu'où ? Un blocage pourrait amener une crise d'État et de nouvelles élections. Or, les partis flamands sentent le souffle et le souffre du Vlaams Belang, qui serait le premier à profiter de la situation et devenir le premier parti flamand. Alors, on tente de négocier. Je te donne ça, mais contre quoi ?... Marchandages. Voilà qu'à ces propos incendiaires, les communes " à facilité " en lancent un autre : leur rattachement à la Région (bilingue) bruxelloise. " Anschluss ! " s'écrie Eric Van Rompuy... avant de s'excuser de cette outrance mal à propos.

Le Roi, lui, appelle au calme, à l'entente, à la compréhension mutuelle : la diversité culturelle doit être un atout, pas une cause de division. Le Premier ministre, lui, évoque maladroitement le problème, tout en voulant rassurer tout le monde : il n'y aura pas de décision d'une communauté au détriment de l'autre.

" Dis'ti "...

Le prêtre Guy Gilbert, interrogé sur RTL dimanche, eut une belle remarque : la Belgique est un beau pays, où il fait bon vivre. Elle est le coeur et le symbole de l'Europe qui se fait. Elle ne peut donc pas se diviser mais rester le symbole de la cohabitation de communautés différentes et complémentaires.

A méditer et surtout à appliquer

J. R.

Remarques

A la suite de l'article « Souvenirs d'un Fossois » du Messager du 14/1, je dois faire certaines remarques.

Halle était et est une ville à 95% flamande. Il y eut une époque, où de gros bonnets fransquillons ont voulu établir un enseignement en français. Quand la démocratie a joué et que les 95% de la population ont pris la direction de la ville, l'enseignement en français a été progressivement remplacé par un enseignement en néerlandais, qu'on pouvait suivre sans se déplacer. Celui qui ne connaissait pas le néerlandais et doublait (« redoublait » comme disent bêtement les Français), il y avait un effort à faire. Celui qui ne s'adaptait pas : incapable = trop bête, ou qui ne voulait pas s'adapter = également bête et incivique, devait aller à l'école ailleurs. Les fransquillons de la région de Bruxelles, qui ne veulent pas apprendre le néerlandais n'ont, comme raison, que leur complexe (un complexe est une maladie) de supériorité. Il devrait être tombé en poussière depuis les Enquêtes Pisa.

En 2000, ça a été la douche froide quand, sur 32 pays et régions participant au concours à tendance littéraire proposé à des jeunes de 15 ans environ, les Flamands se sont classés 2eme derrière la Finlande et les Wallons francophonisés 26eme. Les Français étaient 22eme.

En 2003, ç'a été la douche glacée, quand sur 42 pays et régions comme, par exemple la Corée, le Japon, la Russie, Hong-Kong, l'Australie, les USA, le Brésil, le Canada, le Mexique et tous les pays de l'Union européenne participant à un concours à tendance scientifique, les Flamands se sont classés fers et les Wallons franconisés 26eme. Voici les 4 épreuves et les résultats :

Flamands Wallons francophonisés

1re épreuve l ers 23eme

2e épreuve 5eme 31eme

3e épreuve 4eme 23eme

4e épreuve 3eme 30eme

Alors, que les fransquillons se taisent !

R.A.A. VIROUX

Voeux mayoraux

Comme de coutume, deux réceptions ont marqué le Nouvel An pour la commune. D'abord, le vendredi 14 janvier, c'était la réception du personnel communal en la salle L'Orbey. Le mayeur, Benoît Spineux, y a défini les grandes lignes de la politique communale : il se réjouit d'avoir pu, malgré la douloureuse ponction financière provoquée par le déficit de l'Hôpital d'Auvelais, conserver intact le volume de l'emploi, avec en prime une augmentation du pécule de vacances. Le budget 2005, présenté au Conseil le lundi 31 janvier, sera en boni, comme l'impose le CRAC (Centre Régional d'Aide aux Communes, organe de surveillance des finances), avec donc des dépenses limitées au strict minimum, mais tout de même un million d'euros de travaux de voirie (qui en a grand besoin un peu partout, mais il faut bien se limiter) et le Plan triennal a été approuvé avec 900.000 € de subsides. Cela concerne, pour 2005, l'aménagement de la Place du Marché et la seconde phase de la rue de la Plage ; pour 2006 : des réfections de voirie à Haut-Vent et Sart-St-Laurent (rue G. Pieters), à Le Roux (rue Long Tri) et des petites voiries à Vitrival. Le budget du CPAS est en légère hausse, due à une augmentation des demandes d'aide sociales, notamment à cause du coût du chauffage. Le plus gros point noir vient de la Zone de Police, pour laquelle la participation communale est en hausse considérable : 100.000 € pour la dernière modification budgétaire en 2004. Reste l'énorme dossier de réfection de la Collégiale : il semble une fois encore au point mort ; tout ce qu'on a appris, c'est qu'on a renoncé à faire des fouilles dans et autour de l'édifice du XIe siècle. On n'a toujours aucune idée du début des travaux.

Mais le grand événement de cette année 2005 sera bien sûr la Saint-Feuillen : le personnel communal sera fort sollicité, les finances communales prévoient une participation substantielle (7.500 €) et les organisateurs, déjà sur la brèche, ont prévu une mobilisation générale de toutes les forces vives de la commune.

Lors de la seconde réception, lundi dernier, qui concernait les personnalités représentatives des divers secteurs : administrations, écoles, clergé, Police, Incendie, Croix-Rouge et associations diverses, le bourgmestre les remercia toutes et tous de leur présence mais surtout de leur participation à la vie de la commune, et leur souhaita plein succès pour cette année spéciale, " année Saint-Feuillen ". Le tout bien sûr avec un verre de la bière qui porte le nom de notre Patron.

 

Chez les Clowns

A peine sortis des fêtes de fin d'année, nous voici déjà au temps du Carnaval. Les répétitions reprendront le samedi 29 janvier à l'Arsenal des pompiers :

- à 18 h pour les enfants

- à 19 h pour les nouveaux clowns

- à 20 h pour les anciens clowns les vendredis 4, 11 et 18 février, à la salle L'Orbey

- 18 h 30 pour les enfants

- 19 h 30 pour les nouveaux

- 20 h 30 pour les anciens

Le vendredi 25 février, a l’Arsenal, aux mêmes heures.

Répétition générale le 4 mars à la salle L'Orbey.

Après une sortie pleine de succès, agréablement ensoleillée le 4 décembre 2004 à Namur, 2005 s'annonce déjà riche en déplacements :

- le 6 février à Schifflange, au G.-D. de Luxembourg

- les 6 et 7 mars, notre Laetare

- le 20 mars : Cavalcade de Châtelet - le 27 mars : Cavalcade de Fleurus - le 3 juillet à Orbey, en France

- le 19 novembre à Namur, pour la Saint-Nicolas.

Nous espérons vous y voir nombreux et en pleine forme, pour que notre public entende encore notre fameux « Alléééée... ».

A bientôt : votre Comité.

 

Chez C.B. et A.Z.

Reprise des répétitions chez Clara Bistouille et Abel Zébuth : tous les samedis à l'Ecole du Bosquet (préau couvert) et tous les mardis à la salle L'Orbey, à 18 h 30 précises.

Tentés, désireux d'intégrer notre groupe ? Renseignements :

- Michèle Goffaux : 0479-21.51.44

- Sylvie Goffaux ' 071-72.96.76

ou se présenter aux répétitions.

Souper raclette

La Société royale Musique des Volontaires de la Marche Saint-Feuillen organise son traditionnel Souper Raclette ce samedi 29 janvier, à partir de 19 h 30, à la salle L'Orbey.

Grand feu et Fricassée

Le Grand Feu de Fosses centre aura lieu le samedi 5 février, à 20 h; le bûcher est monté " pâture Lebichot ", rue de l'Abattoir. On y annonce la participation du groupe " Abel Zébuth et Clara Bistouille " et on espère que beaucoup d'enfants y viendront masqués pour participer à la farandole. Après quoi on pourra se retrouver en la Salle L'Orbey pour le bal masqué.

Et rappelons que le jour du Mardi Gras, 8 février, se déroulera la traditionnelle -collecte d'oeufs en vue de la fricassée monstre qui est offerte le soir à la salle L'Orbey.

Bricolage

Deux séances de bricolage (pâte Fimo et autres) sont organisées par la section fossoise de Vie Féminine les mardis 1er et 8 février au local du Syndicat d'Initiative, place du Marché. Renseignements chez Marylise Lallemand, tél. 071-71.19.49.

Stages pour jeunes

Le T.C. Fosses propose du lundi 7 au vendredi 11 février (Carnaval) au Hall omnisports de Sart-St-Laurent, un stage de tennis et multisports avec moniteurs tennis, pour enfants de 4 à 14 ans, du lundi au vendredi, de 9 h 30 à 15 h 30 : 60 € la semaine.

Pour renseignements et inscription :

Xavier Lebrun ' 071-51.31.97 È 0497-48.57.65,

M. Romain ' 071-71.10.83 È 0495-40.67.57.

Après Pâques : cours hebdomadaires.

MARCHE SAINT-FEUILLEN

Attribution de postes de vivandières à la

XIVe Brigade des Grenadiers à Fosses-la-Ville

Les fonctions de vivandières seront attribuées devant Maître Hamoir, huissier de Justice à Fosses-la-Ville, LE JEUDI 3 MARS 2005, à 19 h 30, au local « La Posterie », place du Marché à Fosses-la-Ville.

La présence des candidates est souhaitée. Conditions d'admission

Les candidates devront être âgées d'au moins 21 ans et ne pas dépasser 45 ans au moment de la candidature. Leur rôle consistera à encadrer les petits marcheurs, à veiller à leur sécurité. Le nombre de vivandières est limité à 4. Prioritairement, les candidatures des mamans des enfants en bas âge (à partir de 4 ans) marchant dans la compagnie, seront retenues.

Chaque vivandière s'engage à participer à la totalité des sorties de l'année de la Saint-Feuillen. Elles seront soumises au paiement d'une cotisation annuelle et devront porter, à leurs frais, la tenue exigée par la Compagnie. A la demande, le règlement complet peut-être obtenu auprès de la Compagnie.

Les personnes intéressées par les postes de vivandières feront parvenir leur candidature par écrit au président des Grenadiers : M. Jacques Glinne, rue de la Levée 3, à 5170 Lesve, '081-43.37.55, pour le 1er mars au plus tard, le cachet de la Poste faisant foi. Durée du mandat :

La charge de vivandière s'étend sur la période du 4 mars 2005 au 31 janvier 2012. Le Comité.

Adjudication du poste de cantinière
à la XIVe Brigade des Grenadiers à Fosses-la-Ville

La fonction de cantinière sera attribuée par adjudication publique devant Maître Hamoir, huissier de Justice à Fosses-la-Ville, le JEUDI 3 MARS 2005, à 19 h 30, au local « La Posterie », place du Marché à Fosses-la-Ville. La présence des candidates est souhaitée.

Conditions d'admission

Les candidates devront être âgées d'au moins 21 ans et ne pas dépasser 45 ans (sauf dérogation décidée par le Comité).

Les personnes intéressées par le poste de cantinière feront parvenir leur candidature par écrit au président des Grenadiers : M. Jacques Glinne, rue de la Levée 3, à 5170 Lesve, '081-43.37.55, pour le 28 février au plus tard, le cachet de la Poste faisant foi. Outre la candidature, une enveloppe fermée contiendra le montant de la soumission.

Enchères :

Le montant minimum de l'enchère est fixé à 2.500 (deux mille cinq cents) euros.

- En première phase : à l'issue des enchères verbales, le poste sera adjugé provisoirement à l'offre la plus élevée.

- En seconde phase : les enveloppes contenant les soumissions seront ouvertes et l'offre la plus élevée désignera l'adjudicataire définitive.

Durée du mandat :

La charge de cantinière s'étend sur la période du 4 mars 2005 au 31 janvier 2012.

Le Comité.

Dîner paroissial

Le dîner paroissial est l'occasion annuelle de marquer son soutien financier aux oeuvres de la paroisse. Il aura lieu le dimanche 13 février à 12 h. 30 en la salle du Collège St-André, et en cette année de la Saint-Feuillen, le menu est traduit en termes de " Marche " : Préliminaires ; Pâté de la Drève ; Greffes de la Folie, Bataillon carré à la Saint-Feuillen et sa garniture ; Feu de file glacé. Il est à 20 €, ou 10 pour les enfants. On peut s'inscrire soit en prévenant M. Brun ' 071-71.43.95 soit en versant le montant au compte 068-2128892-60 des Œuvres paroissiales place du Chapitre à Fosses.

In memoriam Guy Drèze

L'incroyable nouvelle a surpris douloureusement bien des Fossois : Guy Drèze, largement connu chez nous, est décédé subitement dans la nuit du 13 janvier.

Guy était né à Fosses le 4 juillet 1943 : il était le fils de Joseph Drèze, boulanger, et de Mariette Jacqmain, de vieilles familles Fossoises. Epoux d'une Française, Colette Rogez, il eut un fils et une fille.

Lors des funérailles, le mardi 18, en présence d'une foule considérable, son ami Bernard Meuter a fait, dès l'entrée à l'église, un rappel de cette vie active et bien remplie : d'abord boulanger-pâtissier avec son père, puis à son compte propre, il fut aussi durant des années professeur de pâtisserie dans une école professionnelle de Dinant. Puis, il arrêta cette activité pour se lancer dans un nouveau défi : une entreprise de produits surgelés " Regalgel ", entamée par son épouse. Cette activité le conduisit en Louisiane, pour contacter les producteurs d'écrevisses, et il y noua de solides amitiés à tel point qu'il suggéra un jumelage avec une petite ville de cet état en grande partie francophone ; le drapeau louisianais, marqué du pélican, recouvrait d'ailleurs le cercueil ; il était devenu président de ce comité qui permit deux déplacements des Chinels en Louisiane et des séjours de jeunes Fossois. Très attaché à ses racines, Guy fut aussi Chinel, tambour-major de la batterie qui autrefois précédait un groupe de sapeurs avant le cortège de Laetare, et officier à la XIVe Brigade des Grenadiers. Egalement, durant une dizaine d'années, président du Tennis Club Fossois.

A l'homélie, M. le doyen eut aussi des paroles touchantes pour ce rassembleur, ce père aimant, apprécié de tous pour sa franchise, sa générosité, son esprit d'ouverture, son attention aux autres. Et c'est vrai qu'il mordait la vie à pleines dents, multipliant les activités. Il était encore plein de projets, animé d'une forte joie de vivre et de la chaleur de l'amitié. Il tenait une grande place dans sa famille et avait des amis partout : à Fosses, en France, jusqu'en Louisiane. Et le prêtre conclut par une réflexion profonde sur le sens de la mort et de notre existence ici-bas.

Il est certain que cette brutale et inattendue disparition laisse un grand vide dans la commune.

Nous réitérons à Colette et à ses enfants, ainsi qu'à toute la famille, nos bien sincères condoléances.

Quatre grenadiers en balade à Paris

La Saint-Feuillen approchant à grands pas et voulant respecter l'uniforme du Grognard dans ses plus petits détails, nos quatre compères ont visité le Musée des Armes (1er Empire) et sont également allés se recueillir sur le tombeau de Napoléon, aux Invalides.

Sur le chemin du retour, une petite surprise attendait nos 4 Fossois.

En attendant l'heure de départ du Thalys, ils sont entrés dans un établissement situé juste en face de la Gare de Nord de Paris « Au rendez-vous des Belges ». Et quelle ne fut pas leur surprise en découvrant une grande photographie accrochée au mur de l'estaminet, photo représentant un Chinel, en l'occurrence le portrait de Joseph Hanique, dit « Neuje » et son célèbre costume rouge et vert, cliché datant de 1935.

Une journée à Paris qui se terminait par un agréable et inattendu souvenir...

Prochaine quinzaine

Rappelons en bref les événements festifs de la prochaine quinzaine : - Samedi 29 : Souper de la Compa-

gnie Musique des Volontaires de la Marche, salle l'Orbey.

- Samedi 5 février : grand feu de Fosses, à 20 h, rue de l'Abattoir et bal maqué à 21 h, salle l'Orbey.

- Samedi 5 : Souper du club de Volley de Le Roux, réfectoire des écoles.

- Samedi 5 : grand feu de Sart-Saint-Laurent, à 20 h, organisé par le comité des fêtes.

- Mardi 8 : fricassée du Mardi Gras à Fosses, à 19 h, salle L'Orbey.

- Mardi 8 : ramassage des oeufs dès 9 h 30 et fricassée au réfectoire des écoles, à 18 h 30, organisée par le club des Jeunes de Le Roux.

- Mardi 8 : grande fricassée gratuite à la salle St-Joseph à Aisemont, organisée par les Gais Lurons.

- Vendredi 11 : fricassée à Vitrival, à 18 h à la salle de gym de l'école ; ramassage des oeufs dès 13 h 30 et bal masqué à 20 h.

- Samedi 12 : Grand feu à Vitrival, et soirée carnavalesque.

Interventions des pompiers

Le 3 : appel des pompiers pour un feu de cheminée, route de Fosses 22 à Pontaury.

Le 6 : feu de cheminée au château de Sart-Eustache.

Le 6 : feu de cheminée rue du Tisserand à Haut-Vent).

Le 8 : appel des pompiers pour une partie de toiture envolée, rue des Zolos à Fosses.

Le 10 : appel de l'ambulance et des pompiers à Floriffoux, route de Suarlée, pour un accident dont fut victime le locataire de la friterie située place du Centenaire à Fosses (décédé).

Le 11 : appel des pompiers pour un nettoyage de la route, rue de la Station à Aisemont.

Le 12 : détection CO dans un poêle, au camping Val Tréko à Vitrival.

Le 13 : incendie au karting, zoning industriel de Franière.

Le 16 : feu de cuisine, rue Saint-Jean à Mettet.

Le 17 : appel des pompiers à la suite de la détection d'une alarme au GB Partner à Fosses (fausse alerte intentionnelle).

Le 20 : pompiers pour un arbre tombé sur la chaussée, route de Biesmerée à Ermeton.

Le 21 : arbre tombé sur la route sur la RN 90 à Floreffe.

Le 21 : appel des pompiers pour feu dans une voiture, rue Massaux-Dufaux à Floreffe.

Le 21 : intervention des pompiers pour un nettoyage de la route près des carrières d'Aisemont.

Le 21 : ambulance et pompiers suite à un accident à Floreffe, au carrefour de la RN 958 : 4 blessés.

Le 23 : feu de cheminée, rue Tienne-St-Roch à Floreffe.

Le 25 : appel de l'ambulance et pompiers suite à un accident, route de Tamines à Aisemont.

Le 26 : pompiers pour un nettoyage de route, suite à un accident, chaussée de Charleroi à Le Roux.

Jumelage Orbey - Fosses-la-Ville

Après la visite à Fosses de nos amis Orbelais Marcel et Raymond Maire et suite au voyage à Orbey de Lucien Boigelot, vice-président du comité de Jumelage et Véronique Henrard, secrétaire, une réunion a eu lieu à Orbey en juin 2004, à l'initiative de M. Raymond Maire et en présence de Lucien Boigelot, en vue de la formation d'un comité. Le maire Jean Schuster était représenté par deux adjoints. Il a été convenu que les personnes présentes se rencontreraient à partir d'octobre, tous les premiers mardis du mois.

Dans le Bulletin d'Informations édité par la mairie d'Orbey en janvier 2005, intitulé « La Gazette d'Orbey » et distribué à toute la population, figure l'article suivant :

Jumelage Orbey - Fosses-la-Ville

Depuis le mois d'octobre, 8 personnes travaillent pour redonner vie au jumelage entre Orbey et Fosses-la-Ville en Belgique. Pour mettre à bien ce projet, nous faisons appel aux jeunes et moins jeunes et vous invitons à la prochaine séance du 1er février à 20 h, à la Mairie.

Pour plus amples renseignements, vous pouvez contacter Mme Marchand Martine, M. Crosset Jean-Louis et M. Yves Tisserand.

Il y a 50 ans...

dans

Le Messager de Fosses

Mois de janvier 1955

- Départ de l'agence de la Société Générale de Belgique (aujourd'hui Fortis) de M. Binon (un petit monsieur bien sympathique), remplacé par M. Oger. Des noms assez familiers pour les anciens Fossois.

- Les soirées dramatiques sont à l'honneur : l'Amicale Hautventoise, la dramatique N.-D. de Beauraing à Névremont, la dramatique de Bambois-Sports, les Comédiens Fossois, le Cercle L'Aurore à Aisemont, le Cercle Saint-Laurent au Sart

- Une tempête peu courante s'abat sur la région : de nombreux arbres arrachés dans les vergers, toitures emportées à Vitrival (chez Jh Henquinbrant, G. Bernard, Jh Godenne, murs renversés à Sart-Saint-Laurent (chez G. Gustin et Vital Desuenne).

- Après cela c'est le verglas qui fit son apparition et se renouvela durant trois jours, causant de sérieuses perturbations de circulation. Les routes principales sont recouvertes de cendrées (!) mais les routes secondaires et les trottoirs ne sont pas protégés : chutes nombreuses.

- Les communes signalent chaque mois le nombre de chômeurs : 1 complet et 2 partiels à Sart-St-Laurent ; 1 complet à Sart-Eustache, 2 complets et 2 partiels à Aisemont, 4 complets et 5 partiels à Vitrival.3 chômeurs complets et 2 partiels au Roux. Heureuse période !

- La section Croix-Rouge de Fosses reçoit 183 donneurs lors de sa dernière séance ; un succès si l'on ajoute la trentaine de donneurs réguliers qui se rendent à Namur.

- Les mouvements démographiques apportent de nouveaux chiffres de population dans nos villages : 19 habitants de plus à Sart-St-Laurent (443) ; 19 de moins à Aisemont (664). Vitrival termine l'année avec 861 habitants (perte de 12 unités). Le Roux compte 10 personnes de plus : 706 habitants.

- Les chiffres baissent à l'abattoir de Fosses. Le total de poids en viande en 1954 est de 127.207 Kg pour près de 146.000 l'année précédente ; 1.300 bêtes abattues (1.458 en 1953).

- Au football, Bambois vient gagner 1-3 à Fosses et tient la tête du classement de div. 2 provinciale avec 1 point d'avance sur Walcourt.

- Décès du bourgmestre du Roux, Jules Guyaux, qui débuta son mandat en 1947.était âgé de 77 ans et succédait à Théodule Demeure, qui, lui, succédait à Joseph Tahir.

Pensons à nos aînés

Ils et elles fêteront leur anniversaire en février :

Le 4 : Leboutte, Marie-Thérèse, Rue Dewez, Sart-St-L. 80 ans

Le 4 : Pâquet Marie-Rose, Rue du Benoît 88 ans

Le 5 : Maria Lambert, Campagne du Chêne 89 ans

Le 5 : Hoc Jenny, Route Tamines, Aisemont 81 ans

Le 6 : Vanden Eynde Marguerite, Home Dejaifve 82 ans

Le 9 : Veronesi Alma, Home Dejaifve 82 ans

Le 10 : Maria Azzaro, Rue Sainte-Brigide 84 ans

Le 12 : Nihoul Elisa, Ferme Wimbosteck, SSL 82 ans

Le 13 : Ernoux Léon, R. Godefroid, Sart-St-L. 85 ans

Le 14 : Gillain Emilie, Rue Neuve, Haut-Vent 86 ans

Le 17 : Lucien Hatert, Rue Long Try, Le Roux 80 ans

Le 18 : Biot Alfreda, Place de Haut-Vent 83 ans

Le 18 : Simone Delvaux, Home Dejaifve 88 ans

Le 18 : Debrulle Ernest, Rue Grande, Le Roux 92 ans

Le 19 : Blondiaux Claire, R. de l'Eglise, Sart-Eust. 84 ans

Le 22 : Hayot Gabrielle, Rue Grande, Le Roux 82 ans

Le 23 : Rosa Gallucio, Pl. Chapelle St-Roch 80 ans

Le 24 : Louise Galand, Ch. Charleroi, Vitrival 80 ans

Le 25 : Madeleine Georgery, Foyer Ste-Anne, Namur 84 ans

Le 25 :Tasiaux Alphonsine, Av. des Déportés 80 ans

Le 27 : Rosina Santoro, Rue Giloterie, Vitrival 80 ans

Le 27 : Montulet Marie, Rue Al Val 84 ans

Le 27 : Dermine Alice, Avenue des Déportés 87 ans

Le 28 : Bastin Jules, Rue Leclercq, Vitrival 83 ans

Le 28 : Madeleine Dubois, Rue d'Orbey 81 ans

Li guêre di 40, vikéye pa on gamin (XXXVI)

pa Roger Viroux

Lès Flaminds ont faît dès tèrassemints dins one pature dé l' tèrin d' football do Banbwès po-z-ètèrer one miète dès barakemints qu'il ont mon-té. On vèt co açteûre dès traces dès tèrassemints. Il ont rèturé l' camp avou dès fils à pikots ; i gn-aveûve bin quate rindjîyes. Li vôye di Stièrlinsaut, qui trèvautcheûve li camp èsteûve vbâréye pa one auje à l'intréye èt à l' sôrtîye, dèviè 40 mètes pus Ion. Mins Félis' Houba, qui d' mèreûve à l'cinselote dilé I' Château d'Eau î passeûve acou sès vatches, sès-ostèyes èt sès dinréyes. A momints, lès-aujes n'èstin.n' nin d'djà sèréyes

Lès Boches, zèls, montin.n' one toû avou dès poûtrèles di fiêr. Ele p'leûve awè 20 mètes di wôt. Elle èsteûve câréye èt, à mitan dè l' wôteû, gnaveûve one cabine d'à pau près 2 mètes di wôt. On d'djeûve dins l' Banbwès, qu' c'èsteûve on radâr

O fond, pa-d'zos l' toû, dins one èspèce di cauve, gn-aveûve on moteûr po fé toûrner l' toû.

Po l' fé aler, i faleûve di l' élèktrike èt lès Flaminds ont fait one tranchéye au d' truviès dès cortis èt dès patures èt mète on câbe o fond po-z-aler jus-qu'à I' cabine dilé li scole.

Dji di co bin qu'on fieûve dès-imprudences èt qu'on causeûve di trop, pace qu'on n'èsteûve nin adwîts d'ièsse ocupés

Convint èspliker qu'on-orne corne Jan, qu'aveûve l'air intèlijent èt sûti,m' raconteûve, à mi, on djon.nia d' 16 ans, on gamin, qwè, dès-afêres qui dj' n'aveûve nin dandjî d' sawè, qu'è s' place dji n'aureûve mauy ieû raconté ? C'è-st-insi qu'i m'a raconté, qu' po fé l' cloture à fils à pikots autoû do camp, is clawin.n' po c'mincî on gros U o pikèt, pwîs quis l' rauyin.n' èt clawer on pus p'tit U è l' place à pau près o min.me trau. Ça faît qu' gn-aveûve rin qui t'neûve !

C'èsteûve do sabotadje èt adon dji froveûve ça formidâbe ! Quand dj'î sondje açteûre, dji m' dimande quéne importance qui ça p'leûve awè C'èsteûve fé dè l' mwaîje besogne po 1' plaîji di s' foute dès cias qu'on vèyeûve èvi

On djoû, qui l' câbe èsteûve rascouvièt èt l' tranchéye rimplîye, li Jan mi dit : « Kom eens kijken ! (Vinoz vôy !) èt qwè-ce qui dj' vè ? Li câbe qui passeûve è l' pature èwoù-ce qu'onz-a bâti après l' Restaurant « Le Fin Bec » èsteûve à vûwe o fond dè l' tranchéye

« Straks, zuur ! », di-st-i. « Straks », dji conè, ça vout dîre « tot-à l'eûre », mins « zuur » ? Rarivé è l' maujo, dji n'a rin d' pus tchôd qui d' cachî au disionaîre ; ça vout dîre « acide ».

Quand dji paute po-z-aler è scole li lèdmwin au matin, dji va vôy padrî l'haye. On n' vèt pupont d' câbe. Li tranchéye èst rimplîye ! Li courant n' passerè nin

(à chûre)

Les 4 x 20 ans des villages de l'entité

Après nos 180 « 4 x 20 » de Fosses et hameaux, voici à présent les aînés des villages de l'entité. On en trouve : 23 à Aisemont ; 31 à Le Roux ; 41 à Vitrival ; 21 à Sart-Eustache et 14 à Sart-Saint-Laurent.

Nos villages ne sont pas mal représentés en nonagénaires. II y en a 7 à Le Roux, 6 à Vitrival, 4 à Sart-Saint-Laurent, 2 à Sart-Eustache (qui a perdu sa centenaire) et 1 seul à Aisemont. Pour son nombre d'habitants, il semble que Sart-Saint-Laurent soit la section la mieux représentée, avec son doyen d'âge masculin bientôt centenaire !

Moyenne d'âge. - Si l'on calcule la moyenne d'âge de nos représentants dans les 5 sections, on obtient des résultats assez similaires. Ce serait à Fosses que l'on a le plus de chance de vivre vieux, mais de peu : 85,75 ans (sans doute dû à l'influence du Home) ; 85,07 ans à Sart-St-Laurent ; 84,87 ans à Le Roux ; 84,36 ans à Vitrival et 83,62 ans à Sart-Eustache et 83,21 ans à Aisemont. Mais attention, il s'agit d'une moyenne parmi les + de 80 ans.

Au niveau des sexes, les hommes se défendent de mieux en mieux ; ils sont parfois plus nombreux que leurs consoeurs : c'est le cas à Sart-Eustache où ils sont 13 pour 8 femmes, ou à Sart-Saint-Laurent où il y a égalité : 7 pour 7. Mais si, au total, on compte 107 hommes pour 203 femmes chez nos plus de 80 ans, (soit un peu plus de la moitié), lorsque l'on passe aux plus de 90 ans, les hommes ne sont plus que 13 pour 38 femmes (1/3). Voici la répartition, par section :

Fosses et hameaux : 52 hommes 129 femmes

Vitrival : 13 hommes 28 femmes

Le Roux : 13 hommes 18 femmes

Aisemont : 9 hommes 13 femmes

Sart-Eustache : 13 hommes 8 femmes

Sart-Saint-Laurent : 7 hommes 7 femmes

En pourcentage de nonagénaires : Sart-Saint-Laurent est en tête avec 28%, Le Roux est second avec 25%, Fosses est à 15%, puis on a Vitrival et Sart-Eustache avec 14% et enfin Aisemont (avec 2 nonagénaires) est à 8%.

La semaine nous rappellerons les doyennes et doyens d'âge de chaque section, ainsi que les couples les plus âgés de l'entité.

AISEMONT

90 ans DEHANT Joséphine Rue de la Station 28-09-1914

90 ans MAUFRONT Maria Rue du Fays 14-01-1915

89 ans DOUXFILS Emilia Rue du Fays 25-09-1915

84 ans GILLAIN René Rue du Fays 18-06-1920

84 ans GAROT Maurice Rue de la Station 03-10-1920

84 ans DE BOOS Pierre Rue du Fays 13-10-1920

83 ans TSCHMIL Michaël Rue de la Station 11-06-1921

83 ans HENRY Théophile Rue de la Station 21-07-1921

83 ans VILLERS Palmyre Rue de la Station 29-09-1921

83 ans PASCOTTINI Maddalena Rue du Fays 30-10-1921

83 ans BASTIN Marie-Louise Rue du Fays 10-12-1921

83 ans LEGRAIN Rosa Rue du Fays 22-12-1921

82 ans LOUIS Henriette Rue de la Station 25-04-1922

82 ans JACQMAIN Yvonne Rue de la Station 10-05-1922

82 ans REMACLE Marie-Louise Rue du Potage 27-06-1922

82 ans POCHET Gilberte Rue de la Station 17-07-1922

82 ans MIGEOT Roger Route de Tamines 10-09-1922

82 ans BENOIT Jean Rue du Fays 11-01-1923

81 ans BORBOUSE Andrée Rue de la Station 18-03-1923

81ans LEGRAIN Simone Rue Haut-Baty 23-03-1923

81 ans PASCOTTINI Léonardo Rue de la Station 10-09-1923

80 ans HOC Jenny Route de Tamines 05-02-1924

80 ans NANIOT Robert Rue de la Station 23-03-1924

VITRIVAL

93 ans BOURGUIGNON Hélène Rue de la Brasserie 06-04-1911

92 ans BASTIN Germaine Rue Bois-des-Mazuys 16-03-1912

92 ans VERVOTTE Edith Rue Leclercq 05-07-1912

92 ans DOUMONT Gabrielle Rue Bois-des-Mazuys 29-09-1912

91 ans MIGEOT Rosalie Rue de Walcourt 12-03-1913

91 ans SIMON Ernest Rue de la Bruyère 29-01-1914

89 ans BRECHT Eléonore Camping Val Tréko 08-07-1915

89 ans MOUTON Renée Chaussée de Charleroi 16-08-1915

88 ans DANLOY René Rue de Walcourt 10-03-1916

87 ans WIAME Eva Rue Bois-des-Mazuys 24-03-1917

86 ans PARENT Joséphine Rue Jean Dor 27-06-1918

85 ans MICHEL Reine Rue du Bout 22-06-1919

85 ans HUBERT Denise Rue du Bout 10-10-1919

85 ans COLIN Georges Rue Rauhisse 29-12-1919

84 ans BERNARD Marie Rue Leclercq 21-03-1920

84 ans LEMPEREUR Jules Rue Leclercq 19-07-1920

84 ans MASSON Emilie Rue Rauhisse 13-09-1920

84 ans HAUTENNE Renée Rue Rauhisse 20-09-1920

84 ans RENAUX Odile Rue de Walcourt 15-10-1920

84 ans GILLAIN Eva Rue Rauhisse 27-10-1920

84 ans BERGER Arthur Rue Bois-des-Mazuys 23-12-1920

83 ans PATRIS Jules Rue des Tronces 22-06-1921

83 ans HENIN Marie Rue de la Bruyère 25-09-1921

83 ans PRETER Sidonie Chaussée de Charleroi 22-01-1922

82 ans BASTIN Jules Rue Leclercq 28-02-1922

82 ans JASSOGNE Marguerite Rue des Tronces 18-06-1922

82 ans EVRARD Fernand Rue du Bôlia 07-07-1922

82 ans DEMANET Marie Chaussée de Charleroi 16-10-1922

82 ans MICHAUX Paul Rue Bois-des-Mazuys 03-11-1922

82 ans DUPIRE Camille Rue Rauhisse 22-12-1922

82 ans WILLEMS Georges Chaussée de Charleroi 07-01-1923

81 ans LARDINOIS Rosa Chaussée de Charleroi 13-05-1923

81 ans GALAND Renée Rue Saint-Pierre 19-06-1923

81 ans GALAND Yvonne Rue du Bout 14-07-1923

80 ans TROUILLET Marie-Th. Rue Bois-des-Mazuys 29-03-1924

80 ans DI BONIFACIO Angela Rue Jean-Tousseul 13-04-1924

80 ans NIHOUL Adeline Rue de Walcourt 25-04-1924

80 ans LACOURT Marcel Rue de la Bruyère 08-07-1924

80 ans DOUCET Georgina Rue du Bout 15-07-1924

80 ans ROSSOMME M.-José Ch. de Charleroi 05-08-1924

80 ans BAUDOUX Maurice Rue du Bout 28-11-1924

LE ROUX

93 ans FREDERIC Zoé Rue Grande 22-10-1911

92 ans DEBRULLE Ernest Rue Grande 18-02-1912

91 ans VAN LIERDE Julia Chaussée de Charleroi 18-05-1913

91 ans D'HAEGELEER Florence Rue Grande 11-07-1913

91 ans MICHAUX Lucienne Rue de Falisolle 12-12-1913

91 ans MICHAUX René Chaussée de Charleroi 08-01-1914

90 ans DACOSSE Rose Rue du Long Try 21-04-1914

90 ans HAPIOT Léopoldine Rue de Cocriamont 17-01-1915

89 ans CARPENTIER Albert Rue de Cocriamont 26-11-1915

86 ans NIDS Philomena Rue Grande 06-03-1918

86 ans BATARDY Gustave Chaussée de Charleroi 23-06-1918

86 ans TOUSSAINT Maurice Rue Grande 15-01-1920

85 ans LEGRAIN Jean-Baptiste Rue Grande 24-01-1920

84 ans MOUYARD Thérèse Rue Grande 11-04-1920

84 ans DAVE Germaine Rue de Cocriamont 14-12-1920

83 ans STAS Marie Rue de Claminforge 20-02-1921

83 ans DUCHATEAU Henri Chaussée de Charleroi 26-07-1921

83 ans DEWYSE Yvonne Rue de Claminforge 13-08-1921

82 ans GIGOT Louise Rue du Long Try 07-05-1922

82 ans COPPERS Albert Rue Grande 10-05-1922

82 ans DE GEEST Lucienne Rue Grande 26-05-1922

82 ans BEKAERT Lucien Chaussée de Charleroi 07-12-1922

81 ans DOHET Roger Rue Grande 31-01-1923

81 ans HAYOT Gabrielle Rue Grande 22-02-1923

81 ans PIRE André Rue de Claminforge 07-05-1923

81 ans DESMET Maria Rue du Long Try 21-10-1923

81 ans MAIONE Etra Chaussée de Charleroi 24-12-1923

80 ans BORIN Rina Rue du Long Try 27-04-1924

80 ans DELHAYE Edouard Rue Les Bouettes 10-07-1924

80 ans CHARLES Jacques Rue Grande 22-07-1924

80 ans GORNA Franciszka Rue Grande 01-10-1924

SART-EUSTACHE

92 ans FAUCHET Germaine Rue de l'Ermitage 30-10-1912

90 ans FAUCONNIER Aline Rue Stralette 04-12-1914

87 ans THEVENIER Henri Rue du Sartia 22-01-1918

86 ans KINIF Joseph Rue de l'Eglise 12-07-1918

85 ans DUPUIS Julien Rue du Sartia 08-11-1919

85 ans HUYNEN André Rue du Sartia 11-12-1919

85 ans SERVAIS Georges Rue de l'Ermitage 20-12-1919

84 ans MOLITOR Robert Rue du Sartia 20-06-1920

83 ans BLONDIAUX Claire Rue de l'Eglise 19-02-1921

83 ans MASSART Robert Rue du Criptia 15-10-1921

83 ans CAPRARO Constantina Rue du Criptia 11-01-1922

82 ans COLLART Marcel Rue du Sartia 03-04-1922

82 ans SIMONART Simone Rue du Sartia 30-08-1922

82 ans LELEU Fernande Rue du Sartia 11-10-1922

82 ans VANDERMEULEN Raoul Rue Génicot 23-10-1922

81 ans CARPIAUX Hélène Rue du Bas-Sart 17-03-1923

81 ans LUST Gérard Rue de la Ramée 04-05-1923

81 ans DUCHENNE Robert Rue Les Ruelles 08-08-1923

81 ans LECOMTE Jean Rue du Sartia 03-01-1924

81 ans MICHAUX Maximilienne Rue du Sartia 07-01-1924

80 ans GOBLET Eugène Rue Criptia 22-01-1925

SART-SAINT-LAURENT

97 ans GOFFAUX Maurice Ferme de Wimbosteck 10-06-1907

95 ans MAENHOUT Marie Rue du Bijard 03-07-1909

93 ans TOUSSAINT Georgina Rue Neuve-Maison 21-10-1911

90 ans GORET Léon Rue G. Boccart 08-03-1913

85 ans CORIA Berthe Chaussée de Namur 28-01-1920

84 ans ERNOUX Léon Rue Joseph Godfroid 13-02-1920

81 ans NIHOUL Elisa Rue Joseph-Godefroid 12-02-1923

81 ans BOUILLOT Maria Rue du Bijard 06-03-1923

81 ans DELVAUX Gilberte Rue Henri-Brosteaux 25-03-1923

81 ans DEWEZ Robert Rue Victor-Dewez 12-04-1923

81 ans DE COSTER Dominicus Rue Victor-Dewez 13-04-1923

81 ans NAMECHE Lambert Rue de Burnot 13-11-1923

81 ans PRIGNEAUX Joseph Rue Froidebise 05-01-1924

80 ans WERY Reine Rue H. Brosteaux 08-01-1925