N°15    05  août 2005

Islam et islamisme

Les événements tragiques qui se multiplient depuis le trop fameux 11 septembre mettent en évidence des mouvements islamistes qui n'hésitent pas à tuer d'innocentes victimes civiles. Américaines, européennes, mais aussi arabes et musulmanes. On l'a dit souvent : il s'agit d'extrémistes fondamentalistes " d'une religion malade de ses interprétations ", dit l'anthropologue Malek Chebel, pour qui l'Islam est plongé dans la nuit. Et ce n'est pas nouveau : déjà en 1979, l'ayatollah Khomeiny faisait de l'Iran une république islamique, et on avait déjà connu le terrorisme arabe ou palestinien en Occident. Mais il s'agissait là surtout de revendications politiques : la libération des territoires palestiniens et leur reconnaissance officielle par le monde. Avec la séculaire opposition entre arabes et juifs pour la possession de ces terres, propriété ancestrale pour chacun.

Plus près de nous, l'immigration en Europe de milliers de musulmans nord-africains ou asiatiques et leur intégration comme leur précarité dans notre monde occidental ont créé des tensions qui se sont manifestées par des slogans racistes ou des incompréhensions, comme le port du voile par les jeunes filles et femmes musulmanes.

Sans vouloir culpabiliser, il faut reconnaître que les Anglais, puis les Américains, ont soutenu, en Proche-Orient, les mouvements islamistes anti-laïcs les plus primitifs, comme les Talibans qu'ils avaient mis en place en Afghanistan avant de devoir les combattre. Par ces actions politiques (sous-tendues par d'énormes intérêts économiques et surtout financiers), ils ont, selon un Iranien, empêché le renouveau de l'Islam.

Bien sûr, tout n'est pas rose en cette religion née de Mahomet : dès après la mort du prophète, ils n'ont pu se mettre d'accord sur son véritable successeur et se sont déchirés en sunnites et chiites. En Iran, un des berceaux de l'Islam, le chiisme est devenu religion d'Etat dès 1506 et c'était déjà un acte politique qui décidait du sort du pays pour des siècles. Ailleurs, le même scénario se renouvelait avec des sunnites. Et en Irak, les attentats quotidiens sont à la fois religieux (sunnites contre chiites) et politiques (empêcher le pouvoir de se mettre en place pour en revenir à un " état islamique ".

Et c'est là le danger : un état islamique est une dictature religieuse toute-puissante, inhumaine et violente. Ces despotes qui se disent investis d'une mission divine sont de dangereux chefs de nations entières : parce que leur pouvoir s'appuie sur Dieu (Allah), prétend que Dieu est avec eux, ils n'hésitent pas à torturer, emprisonner ceux qui ne pensent pas comme eux. Ceux qui pêchent par alcoolisme sont fouettés en publics ; les femmes ne peuvent pas accéder à des professions extérieures, elles sont confinées à la maison et, si elles sortent, doivent revêtir la burka pour qu'aucune partie de leur corps ne soit visible ; dans certains pays même (en Afrique) l'excision du clitoris reste une coutume justifiée malgré sa barbarie. Dans l'esprit de ces extrémistes, la femme reste un être impur.

Mais le danger va plus loin encore : fondamentalement, ce que veulent ces extrémistes, c'est l'anéantissement total de la civilisation occidentale et la soumission du monde entier à leur conception de l'Islam.

Bien sûr, on dit et redit d'éviter l'amalgame. Mais c'est le Coran qui dit (sourates 191 et 143) : " Tuez-les où que vous les rencontriez... Combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'association et que la religion soit entièrement à Allah seul ". Traduction : tuez les chrétiens, ces anciens Croisés, toutes les autres religions et tous les autres peuples occidentaux mécréants qui n'ont pas de religion.

Pourtant, on tente de minimiser le message, " il faut interpréter ces propos ", ne pas confondre cet islamisme intégriste avec l'Islam d'Avicenne, d'Averroès, d'Ibn Khaldoun, qui ont fait " ces mille et un raffinements qui nous fascinent dans la culture orientale " du Moyen Age (en oubliant bien sûr les violences de la conquête de l'Espagne et de la France, entre autres).

Bien des pays occidentaux (surtout l'Angleterre) ont adopté une politique de " tolérance de l'intolérance " au nom de la liberté d'expression (G. Papy). Les Anglais ont trop longtemps laissé les imams extrémistes prêcher en public la haine et la violence envers le pays qui les accueillait. On en voit le résultat. Nos pays occidentaux sont devenus le champ de bataille de ces extrémistes intolérants. La fermeté à leur égard ne suscitera que de nouveaux candidats martyrs. C'est de l'intérieur même de l'Islam que doit venir la solution. Si l'Islam est " malade de ses extrémismes ", ce sont les chefs religieux du plus haut niveau qui doivent prendre leur destin en main et déclarer fermement à leurs fidèles que ces extrémistes trahissent l'esprit de l'Islam. Dire que le terrorisme fondé sur la religion n'est pas une guerre sainte (Jihad) mais une offense faite au Prophète. Hélas, ce n'est pas pour demain que ce message sera dit et entendu...

J.R.

La Saint-Feuillen en 1907

Les éditeurs de cartes postales ont publié quelques cartes déjà lors de la Saint-Feuillen de 1900, mais une plus importante série a été mise en vente dans nos librairies après la septennale de 1907, dont cet exemplaire.

Pour sa prise de vue, le photographe a pu se placer sur le talus du début de la rue Saint-Roch, afin de photographier les compagnies les unes après les autres.

Ici, à la suite des 4 grenadiers, deux officiers qui précèdent trois rangées de « turcos », de Floreffe, souvent présents à nos septennales.

Remarquez l'étroitesse de la partie pavée de la route.

 

 

Fost-Plus

Les sacs bleus seront récoltés le mercredi 17 août, pour toutes les sections de l'entité.

Les papiers et cartons seront récoltés le mardi 16 août, pour les sections de Sart-Saint-Laurent, Fosses et Bambois et le jeudi 18 pour les autres sections.

Collège Saint-André

Nous vous rappelons que les permanences pour les inscriptions au Collège Saint-André de Fosses-la-Ville recommenceront à partir du mardi 16 août. Celles-ci auront lieu de 9 à 12 h et de 14 à 17 h en semaine et de 9 à 12 h le samedi.

Etienne DREZE

Avis d'un marcheur

Il est regrettable de ne plus pouvoir rendre un ultime hommage à notre patron Saint Feuillen comme le veulent la coutume et la tradition.

Bientôt les marcheurs se retrouveront dos au mur de la façade de M. Evrard pour tirer le feu de file.

Cette mesure nous paraît choquante, voire frustrante, à nous les marcheurs Fossois ; au point de vue sécurité, elle nous paraît plus que farfelue et incompréhensible.

Alors, Monsieur ou Messieurs, c'est selon, il n'est pas trop tard pour revenir purement et simplement à la tradition, pour la sauvegarde de notre folklore.

Eddy GEERAERTS

 

Il était le soleil, la fleur,

le coeur, la main tendue.

Nous garderons un souvenir ému et réconfortant de l'amitié

que vous nous avez témoignée lors du départ de

Benoît Buchet.

MERCI DE TOUT CŒUR

Son épouse Lucia,
Son petit Gauthier,
Nicolas et Blondine,
Sa maman et sa famille.

A la Philharmonique

Dès le mercredi 14 septembre, l'Ecole de Musique de la Royale Philharmonique reprendra ses activités.

Vous avez envie d'apprendre la musique, mais l'enseignement officiel de cette discipline vous rebute ?

Vous avez, dans votre jeunesse, appris la musique, mais les obligations de votre vie professionnelle vous en ont écarté. Maintenant, vous avez du temps libre et des loisirs à combler ? Venez donc nous retrouver.

On pense souvent que bien jouer d'un instrument est un don et que l'étude n'y est pour presque rien ?

Erreur, le don c'est surtout aimer assez l'instrument que l'on a choisi, pour se donner la peine nécessaire, afin d'obtenir de bons résultats par un travail régulier N'hésitez plus, venez nous retrouver à l'Ecole de Musique de la Royale Philharmonique.

Quand ? Les mercredis après-midi pour les cours de tambour ; en soirée pour les instruments à vent, dans la salle de L'Orbey à Fosses (leçons individuelles et d'ensemble) et les cours sont gratuits.

Pour renseignements :

- Jean Piéfort ' 071-71.26.97

- Pierre Lorand ' 071-71.30.89

- André Janssens ' 071-71.14.73

- Claude Barthélemy ' 071-71.31.54.

En marge de la Saint-Feuillen

La tradition du « voeu »

Selon la tradition et Dieu sait si Fosses est terre de tradition ! – l'organisation d'une procession et d'une Marche en l'honneur de saint Feuillen était autrefois l'objet d'un processus bien particulier. La demande émanait du peuple : les mentions des motifs, au cours des siècles, en font foi : c'était souvent pour avoir du temps favorable (pluie ou soleil selon les années), ou pour être préservé (ou l'avoir été) d'une épidémie ou d'une guerre. Elle était transmise par les deux bourgmestres aux chanoines, dépositaires de la châsse et des reliques qui se chargeaient de l'organisation, tandis que le Serment des Arquebusiers était sollicité pour apporter sa collaboration par une escorte d'honneur.

Car il est encore une idée trop souvent répandue par les médias selon laquelle les troupes d'escorte servaient à la protection des riches reliquaires contre les iconoclastes Huguenots ou des bandes de pillards. II est évident que lorsque de telles menaces existaient, on ne se risquait pas à sortir reliques, clergé ni fidèles en procession. D'ailleurs, les termes du " Serment des Arquebusiers " de Fosses sont clairs à cet égard :

' ... tout le Serment entièrement seront tenus et subjects à eux trouver en noble compagnie, l'enseigne au vent, phiffres et tambourins avec les armes et équipages, (...) le jour que l'on portera le glorieux corps de monsieur saint Pholien ". Escorter et faire honneur à la procession est donc bien le but de la participation du Serment de cette " milice communale " créée en 1568.

Autre erreur à rectifier : nos Marches d'Entre-Sambre-et-Meuse ne sont pas napoléoniennes ; s'il est vrai que beaucoup présentent des uniformes de l'époque impériale, ce n'est qu'un " accident " de l'histoire venu des anciens Grognards authentiques qui revêtaient leur ancien uniforme pour escorter la procession et qui ont été imités par la suite ; mais des compagnies militaires existaient, on l'a vu plus haut, dès après 1568 à Fosses qui reste une des plus anciennes sinon la plus ancienne de cette tradition d'escorte de procession.

La particularité de la Marche de Fosses est qu'elle est septennale et cette tradition remonte au moins à 1635 : le registre paroissial de cette année-là porte en effet la mention " propter septemnium ", pour le septennat. Ce qui implique que la décision – le voeu de processionner en l'honneur de saint Feuillen fut émise solennellement cette année-là, voire même qu'elle existait avant 1635 qui reste malgré tout la première mention de ce fait.

Par la suite, on trouve souvent la mention d'une procession " vouée " pour tel ou tel motif. On ne sait si le voeu fut renouvelé tous les 7 ans puisque, aux XVlle et XVIIIe siècles, le septennat n'était pas respecté

les nécessités amenaient nos ancêtres à faire davantage de processions et de requêtes à notre saint Patron. Mais le renouvellement du voeu est indiqué dans le registre paroissial sous la signature du doyen Florenville pour 1816. On peut supposer qu'il le fut par la suite, en tout cas à partir de 1837 qui marque le début du respect strict du septennat. Et on en a la preuve écrite par le doyen Crépin en 1914, 1928 et 1935, puis par chacun de ses successeurs. Il s'agissait d'une sorte de salut : cantiques et invocations avant la lecture du serment, devant les paroissiens. Et à partir de 1963 les marcheurs Fossois y ont participé avant leur 3e sortie préliminaire.

Un cérémonial plus solennel de la proclamation de ce Voeu ancestral a été donné en 1998. On a repris plus précisément la tradition : devant le clergé, la Confrérie Saint-Feuillen, les autorités communales, les compagnies (en civil) et les paroissiens, un ménestrel en habit moyenâgeux a lu un texte en vieux français exprimant le désir de la population Fossoise de faire procession des reliques de saint Feuillen le dernier dimanche de septembre.

Le bourgmestre a transmis cette demande au clergé, dépositaire des reliques. Le Doyen a accepté, renouvelé le voeu et sollicité l'aide de l'Etat-Major pour l'organisation du cortège ; le président y a accédé et promis de veiller au bon ordre de ses troupes.

Le même cérémonial sera repris ce dimanche 21 août, prévu pour la 3e sortie préliminaire des compagnies du centre. Les marcheurs pénétreront dans la collégiale à 14 heures ; après la cérémonie, ils formeront un carré sur la place du Chapitre pour la première salve générale avant de défiler, comme de coutume, dans nos rues. Nous en donnerons plus de détails dans le prochain numéro.

Autres préparatifs

Après une relative petite pause pour les vacances, les préparatifs continuent pour l'organisation de cet-te importante manifestation qu'est la Saint-Feuillen.

On se souvient des graves difficultés rencontrées voici sept ans pour traverser la pâture menant au bataillon carré dit " du Pautche ", mais ce lieu-dit se situe davantage du côté de l'arrière du Stock Américain ; le premier bataillon carré de la journée a lieu près du chemin du Ry des Chapelains, proche de la route de Bambois. Cette pâture en contrebas était, par suite d'écrasement du système de drainage, devenue aux trois-quarts un vaste marécage. Pour cette fois, la commune a réalisé le creusement d'un petit canal et la pâture est à présent asséchée. Mais il reste le problème du franchissement de ce fossé. Les spécialistes du Génie de Jambes, guidés par notre compatriote Bernard Bavay, vont y construire cette semaine un pont de bois pour le passage des troupes. Mais si les chevaux y seront admis, ce ne sera pas le cas, on s'en doute, pour les canons et chariots divers qui parfois accompagnent certaines compagnies et qui devront faire le détour par les Quatre-Bras.

Une commission spéciale, comprenant notamment l'adjudant-major général Hugues Drèze et le secrétaire de l'Etat-Major Benoît Collard, se penche avec précision sur l'organisation du cortège : il s'agit de répartir, avant 8 heures du matin, toutes les compagnies dans les rues du centre pour que leur entrée dans le cortège se fasse harmonieusement : un petit casse-tête à présent résolu en principe. II faudra aussi organiser les bataillons carrés : emplacement de chaque compagnie autour du chariot où seront déposés les reliquaires, appel à un " garde-vous " général, invocations puis salves successives. Il y aura encore l'organisation de la rentrée après les charges des Greffes de la Folie, pour intégrer le cortège religieux jusqu'à sa rentrée à la collégiale, puis le feu de file final.

D'autres commissions mettent au point la sécurité de la journée (Croix-Rouge, SAMU, police, gardes), la partie financière, les parkings (puisque la ville sera entièrement fermée à toute circulation automobile dès 7 heures du matin, des barrières aux entrées donneront droit, pour 5 € par voiture, à l'accès aux parkings organisés et gardés) et encore aux festivités qui agrémentent ces journées.

Une autre commission, paroissiale celle-ci, se penche sur la préparation de la cérémonie du renouvellement du Voeu, de la Veillée d'armes du samedi 17 septembre, de la messe des marcheurs et des pèlerins le samedi 24, puis du cortège religieux pour la rentrée solennelle des reliques.

Le Conseil d'Administration de l'Etat-Major recevra ensuite les propositions de ces commissions et les proposera en assemblée. Plus tard est prévue une large réunion des responsables de l'E.-M. avec présidents et adjudants de chacune des 27 compagnies participantes, pour information précise du déroulement de la journée.

Il y a 50 ans, déjà...

Succès de 3 Fossois à l'Académie de musique de Châtelineau : Claude Barthélemy (90%, piston), Victor Warnant (86%, piston) et Raymond Marique (75%, saxo).

Le Tour de France passe à Fosses le samedi 9 juillet : venant de Tamines, Névremont ils montent la rue de Vitrival, tournent à gauche et prennent la direction de Namur.

A Sart-Eustache, certaines habitations isolées bénéficient (seulement !) du raccordement électrique : les habitations du Vivier et le « Moulin » entre Sart-Eustache et Gougnies.

Décès de la doyenne d'âge de Vitrival : Mme Vve Grenier, de la ferme du Bois des Chanoines, avait 91 ans.

Le recensement agricole de Fosses révèle 2 tracteurs à essence, 17 tracteurs essence et pétrole et 10 tracteurs diesel ; il y a encore 125 chevaux agricoles ; 22 machines à traire et 1 moissonneuse-batteuse.

La fête d'En Leiche présente un beau programme avec 2 concerts, balle pelote, course cycliste et concours de couyon.

On apprend le décès d'Eugène Gillain, âgé de 73 ans. Il était né à Sart-St-Laurent, eut 8 enfants dont le célèbre dessinateur JG, il fut lui-même un grand écrivain wallon.

Il y a 100 ans... dans

 

N° 29 du 16 juillet 1905

- Un arrêté royal du 16 juillet nom-me définitivement à leurs fonctions à l'Ecole Moyenne de Fosses, MM. C. Buisseret, R. Votion et A. Adam.

- A vendre chez Félix Dirette : choux de Bruxelles, choux d'hiver et scaroles pour repiquer.

N° 30 du 23 juillet 1905

- Pendant la nuit de lundi à mardi, vers 2 heures, un incendie a complètement détruit la maison et un atelier de menuiserie appartenant à M. Louis Eymael. On ignore la cause exacte du sinistre, mais on présume qu'il est dû au mauvais état de la cheminée.

- Dimanche 30, après les vêpres, bénédiction solennelle du drapeau de la Mutualité de Retraite St-Feuillen. Après la bénédiction, conférence par M. Libbrecht, avocat à la Cour d'Appel.

- Le Roux. - Il y a quelques jours, un malveillant a incendié trente bottes de fourrages mises en diseaux, au préjudice de E. Charlier, cultivateur.

- A la librairie Maillien, suce. Duculot, vous trouverez « Le Mignon », attrape-mouches infaillible, 10 centimes.

N° 31 du 30 juillet 1905

- Le Roux. - Dans la nuit du 23 au 24, le fils et le beau-fils d’Emile G., n'ont rien trouvé de mieux que de s'emparer d'une génisse appartenant à ce dernier et de la conduire à la foire de Fleurus où ils l'offrirent en vente. La gendarmerie de Fleurus, prévenue par téléphone, fit des recherches sur le champ de foire et saisit la génisse au moment où elle allait être vendue.

N° 32 du 6 août 1905

- Les distributions de prix dans nos écoles : les 8 et 10 août au Pensionnat des Soeurs de Sainte-Marie ; le 6 août à l'Ecole Moyenne de l'Etat ; le 15 août, après les vêpres, distribution des prix aux élèves de l'Ecole Saint-Feuillen.

N° 33 du 13 août 1905

- Sart-Saint-Laurent. - Samedi soir, vers 8 heures, les gardes de M. le notaire Morimont, ont surpris le nommé Alphonse G., de Sart-St-Laurent, qui était posté à l'affût à la lisière du bois. Sommé par les gardes de leur remettre son fusil, le braconnier leur répondit par un refus.

N° 34 du 20 août 1905

Une chute. - Mardi soir, Jules Vigoureux, marchand de journaux, en voulant passer au-dessus d'un fossé creusé pour les travaux de la distribution d'eau de la ville, fit un faux pas et tomba dans le trou de plus d'un mètre de profondeur. Dans sa chute, il s'est luxé l'épaule et le poignet.

Au cours de la course vélocipédique de Keumiée, dimanche dernier, le ter prix de la course de vitesse a été remportée par F. Salmon, de Rouillon, champion de la province de Namur, sur une machine « Eclair » fabriquée par D. Depraute à Fosses

Pensons à nos aînés

Ils et elles fêteront leur anniversaire au cours de la prochaine quinzaine :

Le 5 : Marie-José Rossomme,

Ch. de Charleroi, Vitrival 81 ans

Le 5 : Ida De Keuninck,

Chapelle de la Paix 80 ans

Le 6 : Gastion Dewez,

Rue de Vitrival 80 ans

Le 6 : Georges Deschamps,

Rue du Marché 82 ans

Le 7 : Francine Duculot,

Rue D. Masson 81 ans

Le 8 : Robert Duchêne,

Les Ruelles, Sart-Eustache 82 ans

Le 8 : Yang Suicang,

Route de Mettet 1 83 ans

Le 9 : André Ghyssens,

Avenue Champ Stoné 82 ans

Le 10 : Gérard Risque,

Rue Saint-Roch 80 ans

Le 11 : Victor Wouters,

Avenue Albert 1 er 80 ans

Le 11 : Nelly Despineto,

Rue du Grand-Etang 82 ans

Le 18 : Madeleine Evrard,

Rue d'Une Personne 82 ans

Le 12 : Alberta Van Ryckeghem,

Home Dejaifve 91 ans

Le 13 : Yvonne Dewyse,

Rue Claminforge, Le Roux 84 ans

Le 13 : Gérard Van Ryssel,

Rue du Grand-Etang 83 ans

Le 13 : José Housseau,

Home Dejaifve 83 ans

Le 16 : Renée Mouton,

Ch. de Charleroi, Vitrival 90 ans

Le 16 : Irène Simon,

Home Dejaifve 90 ans

Le 18 : Denise Jacquemin,

Rue V. Roisin, Fosses 81 ans

Etat civil

Mois de juin 2005

Naissances :

Le 1er juin à Sambreville :

Victoria Camus, fille de Geoffrey et Mélanie Laurent, rue des Zolos 9A, Fosses.

Le 1er juin à Namur :

Nathan Loppe, fille de Roger et de Béatrice Lessire, rue Haut-Vent 60, Fosses.

Le 2 à Sambreville :

Manon Dufrasne, fille de Olivier et de Julie Sohy, rue Saint-Roch 55, Fosses.

Le 8 à Sambreville :

Laurent Dubois, fils de Raphaël et de Isabelle Haegeman, rue des Egalots 12, Fosses.

Le 8 à Bruxelles :

Jeanne Félix, fille de Luc et de Muriel Lescure, rue Leclercq 18, Vitrival.

Le 13 à Namur :

Nolan Renard, fille de Patrick et de Nathalie Hanssens, rue de Walcourt 36, Vitrival.

Le 15 à Namur :

Margaux Henin, fille de Jean-François et de Anne-Françoise Godenne, avenue du Champ Stoné 49, Fosses.

Le 18 à Namur :

Janelle Migeot, fille de Cédrick et de Wivine Mirgaux, rue Haute 5, Vitrival.

Le 18 à Sambreville :

Gaspard Mathy, fils de Bertrand et de Sophie Colon, rue de Rome 3, Fosses.

Le 20 à Sambreville :

Jérôme Hébert-Willem, fils de Jean-François et de Sylvie Legrain, route de Tamines 26 A, Fosses.

Le 21 à Charleroi :

Tom Padou, fils de Franck et de .............., chaussée de Charleroi 21, Fosses.

Le 25 à Charleroi :

Emma Hentschel, fille de Pietro et de Cathy Peres, rue Lotria 12, Le Roux.

Le 27 à Sambreville :

Elodie Pribik, fille de Mickaël et de Sabrina Collard, rue Jean-Tousseul 2, Vitrival.

Publications de mariages :

Jean-Pol Tellier, 37 ans, de Pontà-Celles et Isabelle Roulez, 29 ans, rue du Gay 15 à Aisemont (mariage le 12 août).

Thierry Bauters, 43 ans et Kalliopi Boulafenti, 40 ans, habitant tous deux rue de l'Ermitage 18 à Sart-Eustache (mariage le 17 septembre).

Jean-Baptiste Lamy, 72 ans et Co-lette Gravy, 56 ans, habitant tous deux rue Bois-des-Mazuis 50 à Vitrival (mariage le 7 juillet)

Gwennael Bertrand, 31 ans et Fabienne Lebrun, 35 ans, habitant tous deux route de Tamines 240A, à Aise-mont (mariage le 2 juillet).

Pierre Burton, 44 ans et Ariane Geryl, habitant tous deux rue du Baty 42) Bambois (mariage le 2 juillet).

Michel Debreyne, 24 ans et Sylvianne Dandoy, 35 ans, habitant tous deux rue Franceschini 3 (mariage le 23 juillet).

Mariages :

Michaël Sellier, 23 ans et Christel-le Keller, rue Laide-Basse 5 (le mariage a eu lieu le 4 juin).

Hervé Delvigne, 39 ans et Marie-Claude Hannot, 35 ans, rue de Névremont 24 (mariage le 4 juin).

Didier Schwind, 44 ans et Idrisia Lunetta, 34 ans, rue Joseph-Godefroid 60 à Sart-Saint-Laurent (le mariage a eu lieu le 11 juin).

Antonino Cavallaro, 28 ans et Valérie Wervée, 26 ans, avenue des Combattants 31 (mariage le 11 juin).

Istvan Bukros, 36 ans, domicilié rue de Névremont 123A et Chadiya Azoggarh, 21 ans, de nationalité marocaine (mariage le 20 juin).

Laurent Nicaise, 29 ans et Marie-Josée Warnant, 26 ans, rue du Bout 49, Vitrival (mariage le 25 juin).

Décès :

- Le 18 mai à la clinique d'Auvelais Yvonne Galand, veuve de André Laloux, née le 16 juillet 1923, domiciliée rue du Bout 29, à Vitrival.

- Le 27 mai à Middelkerke : Armand Gianadda-Chiochetti, veuf de Hu-guette Baudoux, né le 18 février 1928, domicilié rue du Fays 43B.

- Le 30 mai à son domicile rue Colonry 1 : Marie-Christine Lagache, divorcée de Fabrice Godfroid, née le 15 août 1968.

- Le 3 juin au Home Dejaifve : Louise Gérard, veuve de Jean Thirion, née le 21 février 1917, habitant le Home.

- Le 8 juin à son domicile, rue Delmotte-Lemaître : Marie-Louise Quertainmont, divorcée de Joseph Salin-gros, veuve de Gilbert Piret, née le 18 août 1920.

- Le 10 juin à la clinique Dejaifve Robert Hocq, veuf de Marie-Thérèse Bruyre, né le 13 août 1929, de Jemeppe-sur-Sambre.

- Le 15 juin à la clinique Dejaifve Edith Stamps, épouse de Raoul Robiolle, née le 9 mars 1930, domiciliée rue Delmotte-Lemaître 2.

- Le 16 juin à la clinique Dejaifve Marie-Rose Longrée, épouse de Jules Collige, née le 3 juin 1931, d'Auvelais.

- Le 20 juin à son domicile, rue de Claminforge 74 : Antoine De Pourcq, époux de Joséphine Rondelez, né le 10 septembre 1932.

- Le 19 juin à la clinique Dejaifve Jean Thiry, divorcé de Marie-Rose Denis, né le 8 avril 1938, domicilié au camping Val Tréko à Vitrival.

- Le 17 juin à Charleroi : Jacqueline Caes, épouse de Robert Devos, née le 21 juin 1944, domiciliée rue de Fontarcienne 18 à Le Roux.

- Le 20 juin à la clinique Dejaifve : Sylvain Renard, époux de Thérèse Fauconnier, né le 27 septembre 1939, rue de la Bouverie 10, Vitrival.

- Le 21 juin rue de l'Ecolâtre 4 : Guy Honnay, divorcé de Jacqueline Renson, né le 2 juin 1950, de Mouscron.

- Le 24 juin à la clinique Dejaifve : Paolo Bortolin, époux de Célestina Céciliot, né le 30 juin 1921, Floreffe.

- Le 26 juin à la clinique Dejaifve : Arthur Martin, époux de Charlotte Jaumotte, né le 27 mars 1920, de Mettet.

Spectacle St-Feuillen

Les vendredi 9, samedi 10 et sans doute dimanche 11 septembre, la Confrérie Saint-Feuillen, en collaboration avec l'Etat-Major et le Centre Culturel de l'entité, a prévu un grand spectacle itinérant sur le thème de la vie de St Feuillen et de son action dans l'histoire de la cité.

Ce ne sera donc pas un spectacle assis, mais les spectateurs seront invités à suivre tout un parcours semé de six tableaux à divers endroits, et ils seront souvent pris dans le jeu : spectateurs des scènes présentées par une centaine d'acteurs amateurs.

Les répétitions vont bon train, mais il manque encore un certain nombre de figurants : invitation à tous les amateurs.

S'adresser à

Marc Buchet ' 071 71.16.04

Isabelle Devillers ' 071 71.49.52

Cercle d'Histoire

La prochaine réunion du Cercle d'Histoire, prévue le jeudi 11 août, débutera par une visite guidée des anciens remparts de la ville. Cette visite est ouverte bien sûr à tous, membres ou non du Cercle. Une occasion de plonger dans notre histoire et de découvrir les vestiges dans notre patrimoine : le chenal creusé en 1249, la batte, les anciennes portes de la ville, les Tours Blanmont, de St-Martin, la Citadelle, bref un large panorama de notre histoire.

Pour tous les amateurs, rassemblement à 19 h place du Chapitre.

Après quoi les membres (et aussi ceux qui le souhaitent) se réuniront au local habituel, Espace Solidarité, aux Quatre-Bras, pour entendre l'ex-posé, par le président, du 9e chapitre de l'histoire de Fosses.

Façades fleuries

Le Cercle Horticole de Fosses nous communique les résultats des façades fleuries à Fosses en 2005.

1. Marc Thibaut, route de Tamines 19

2. Léona Chantraine, rue de Doye 8

3. André Gheyssens, Champ Stoné 20

4. Lucien Huys, rue de Névremont 31

5. Jean-Pol Georgery, rue de la Plage 19

6. François Mouthuy, route de Tamines 86

7. Marius Magnien, rue du grand-Gau 1

8. Léon Loiseau, Faubourg de France 1

9. André Lainé, route de Tamines 22

10. Claude Arcq, rue du Gonay 1

11. Lucia Mastrocinque, rue du Postil 12

12. Jean-Marie Bouchat, rue Elie Bertrand, Bois-de-Villers

13. Martine Nicolas, route de Tamines 30

14. Eric Kruchten, rue du baty 16

15. Marie Eloy, rue Wimbosteck 18, Sart-St-Laurent

16. Bernard Calande, ch. de Charleroi 202, Vitrival.

Fête nationale

Le 21 juillet n'a pas été oublié à Fosses : à la suite d'une proposition du regretté échevin Benoît Buchet, afin d'éviter un émiettement dans la participation officielle à ces commémorations, il a été convenu d'organiser une " tournante " qui ont donc lieu dans chacune des anciennes communes de l'entité Fossoise

C'est ainsi que, le dimanche 24 juillet, le Te Deum a été célébré cette année en l'église de Sart-Eustache. Le Bourgmestre, plusieurs échevins, conseillers communaux et du CPAS, le secrétaire communal, le Commissaire de la Zone de Police et les délégations de sociétés patriotiques avec drapeaux, ont assisté à cette cérémonie, simple et digne, organisée par l'abbé Saint-Hubert.

Avis

L'Administration communale appliquera l'horaire d'été jusqu'au 31 août inclus. Les bureaux sont ouverts : de 7 h 30 à 14 h 30 sans interruption.

LE ROUX Marche Sainte-Gertrude

Cette année, les Marcheurs de Le Roux fêteront le 25e anniversaire du « renouveau ,> de la Marche, avec un programme nettement plus étoffé. Les organisateurs ont invité 17 délégations et l'on prévoit la présence de 400 à 500 marcheurs.

Dimanche 14 août

13.30 Remise des décorations pour le 25e anniversaire de la Compagnie de Le Roux. Visite au cimetière et dépôt de fleurs.

La Marche se poursuivra par les visites aux autorités et sympathisants pour terminer son cycle par le feu de file vers 20 heures.

Lundi 15 août

5.30 Réveil des officiers

8.00 Déjeuner des officiers

9.30 Accueil des délégations de Vitrival, Névremont et Aisemont et de la Confrérie St-Feuillen

10.00 Messe

1030 Départ de la grande procession avec rentrée à l'église

vers 12 h 15 (décharge commandée par l'abbé Lambiotte).

13.30 Accueil des autorités communales et des délégations des Marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse.

14.30 Commémoration du 25e anniversaire du renouveau de la Marche.

16.00 Vin d'honneur offert en la salle de Le Rovelienne

17.30 Dépôt de fleurs au monument des marcheurs

18.30 Grand bataillon carré

20.00 Rentrée, décharges et dislocation de la Marche.

Mardi 16 août

8.30 Rassemblement et départ des marcheurs pour les visites aux autorités et sympathisants

22.30 Départ pour la retraite aux flambeaux

23.00 Dernière décharge, feu de file et dislocation.

AISEMONT Début d'incendie

Le dimanche 24 juillet, à Carmeuse, rue de Boudjèsse, un tuyau hydraulique a cédé et un incendie s'est déclaré. Les pompiers de Fosses, sous les ordres de P. Baufays, sont intervenus efficacement pour éviter un extension du feu.

SART-EUSTACHE La Marche Saint-Roch

Ce dimanche 7 août mettra en branle tout le village de Sart-Eustache pour le 25e anniversaire de sa Marche annuelle en l'honneur de saint Roch. Samedi dès 13 heures verra déjà un défilé des marcheurs dans les rues du village.

Dimanche matin : bénédiction de la Compagnie dans la cour d'honneur du château. Après-midi : escorte de la procession religieuse. A 20 heures : grand bataillon carré sur la place avec remises de décorations (certains pour 25 années de participation), et salves d'honneur.

Lundi 8 août : après-midi, défilé dans les rues du village, visite aux personnalités et, en soirée, feu de file au " Sans-Culotte ".

La Compagnie de Gougnies, la Fanfare d'Acoz et plusieurs délégations de compagnies amies accompagneront les marcheurs du Sart pour célébrer ce 25e anniversaire de la renaissance de la Marche St-Roch.

SART-ST-LAURENT

La Marche Saint-Laurent

C'est traditionnellement le 15 août que les marcheurs du Sart honorent leur patron. Voici le programme de cette journée.

6.30 Réveil

8.00 Rassemblement des marcheurs au hall Omnisports

8.25 Départ vers l'église

9.00 Entrée dans l'église

10.00 A la sortie de la messe : sortie des marcheurs : appel au drapeau, gerbes au monument et décharges

11.20 Retour vers le hall, dislocation

13.30 Rassemblement au Hall pour la procession dans le village avec arrêt à la ferme Michaux, chez Toussaint (marchand de bois) et chez les officiers.

21.30 Descente de la retraite aux flambeaux vers la Place

22.30 Décharge finale et feu de file au cimetière.

Les manifestations de la quinzaine

-Du 5 au 9 août : kermesse de Sart-St-Laurent (se fait-elle ? Nous n'avons pas d'information à ce sujet).

- Les 7 et 8 août : sorties de la Marche St-Roch de Sart-Eustache.

- Samedi 6 : à 14 h : sortie du corps d'office de la Marche d'Aisemont.

- Dimanche 7 : deuxième sortie pré-liminaire de la Marche de Haut-Vent.

- Dimanche 14 : Marche des Echos, organisée par le Footing Club de Fosses, de 7 h à 15 h (départ et arrivée à l'abbaye de Saint-Gérard)

- Les 14, 15 et 16 : sorties de la Marche Sainte-Gertrude de Le Roux.

- Lundi 15 : sortie de la Marche de Sart-Saint-Laurent

Football

Coupe de la Province

Le championnat de football reprendra le dimanche 28 août.

Avant cela, nos deux équipes de l'entité, Bambois et Fosses, participeront aux 4 journées de la Coupe de la Province, dans la même série, mais ne seront pas opposés.

1re journée (dim. 7 août)

18 h Fosses - Walcourt

18 h Bambois - Sclayn

2e journée (dim. 14 août)

18 h Walcourt - Bambois

18 h Sclayn - Fosses

3e journée (jeudi 18 août)

18 h Bambois - Dinant

18 h Fosses - Jallet

4e journée (dim. 21 août)

15 h Jallet - Bambois

18 h Dinant – Fosses

En championnat, Bambois évolue en 3e provinciale B avec notamment ses voisins St-Gérard et Mettet. Les « Plagistes », sont aussi représentés en Réserve et Minimes.

A Fosses (4e provinciale B), on verra évoluer la Réserve, mais aussi des Espoirs, Scolaires, Cadets, Minimes, Préminimes (1re année) et Diablotins (Ire et 2e années).

Précision

Dans le petit articulet paru en p. 6 du précédent numéro, signalant la fin mal-heureuse du chat Cartefig, appartenant à la famille Sohy-Taton du Benoît, un mot changeait le sens. En effet, elle avait cru que le chat avait été renversé par une voiture, alors qu'à l'autopsie, on a oonstaté qu'il avait été tué d'une balle de fusil.