N°11    03 juin 2005

Carte-souvenir

Cette carte-souvenir a été éditée lors de la Saint-Feuillen de 1935.

Elle reproduit, en haut, deux cartes postales anciennes : la collégiale et l'hôtel de ville et, en bas, des représentants des compagnies Fossoises de cette année-là :

- à gauche, Joseph Mingeot, officier à cheval (une personnalité Fossoise qui marqua son époque car il fit partie de nombreuses sociétés locales et fut aussi bourgmestre)

- autre représentant des grenadiers : Jules Gailly, un nom de famille très Fossois également, employé au greffe et dont l'épouse tenait un commerce de quincaillerie

- le tambour-major Arthur Motteaux, qui habitait Bruxelles, mais de famille originaire de Fosses ; il participa à plusieurs septennales, toujours au poste de tambour-major, avec une prestance très remarquée

- le Congolais Victor Piette (dit Tôtôr), qui tenait un commerce de chaussures, place du Marché

- enfin, le Zouave Emile Drèze (surnommé Li Crapèt).

1935 : des souvenirs lointains pour les aînés qui perpétuent cet événement unique de nos marches.

On sait que d'autres compagnies sont venues s'ajouter depuis, comme les Tromblons, les Mamelucks, les Tirailleurs Algériens...

EUROPE ? …

La France a donc dit NON à la Constitution proposée pour l'Europe de demain ; les Pays-Bas aussi. L'Angleterre se tâte, le Danemark aussi et parmi les 9 qui l'ont déjà approuvée par leur parlement, combien l'auraient refusée dans un référendum ? Alors, l'Europe ?...

L'Union Européenne est la plus grande réussite de l'histoire des relations internationales en matière de paix. Mais elle n'a toujours pas d'armée spécifique, sinon l'OTAN. Elle devrait peser d'un poids réel dans les affaires internationales, mais reste divisée en ce domaine.

Comment la France, premier pays fondateur de l'Europe, a-t-il donc pu aujourd'hui la refuser ?

Il y a eu une énorme confusion : les chroniqueurs l'ont dit, plus qu'un non à l'Europe, les Français ont voulu dire non à leur gouvernement. Pour des motifs fort divers et parfois opposés : du nationalisme à outrance d'un Le Pen à l'extrême gauche trotskyste, en passant par les alter mondialistes et les syndicalistes. Contre une classe politique qui parle beaucoup de progrès mais n'en apporte guère. Par peur de cette Europe économique où l'on ne voit que délocalisations et privatisations. Et pas de social.

Or, qu'attendent les gens ? Du travail, du mieux-être, de la sécurité. Les effets de l'Europe en ces domaines ne sont toujours pas visibles. Et beaucoup d'opposants l'ont dit : on veut que l'Europe continue, mais pas comme ça ! Nicolas Sarkozy lui-même l'a dit : " La France veut une Europe plus proche des attentes des peuples ". Or, que présente cette Constitution ? Une politique néo-libérale qui consacre, au sein des 25, quatre grandes libertés de circulation : des personnes, des capitaux, des biens et des services.

Liberté de circulation veut dire ouverture à une concurrence totale. Face aux pays de l'Est qui viennent d'entrer dans l'Union, les occidentaux ont peur car les moyens sont faussés : ces pays de l'Est, avec leurs bas salaires, vont susciter des délocalisations, donc du chômage. La concurrence est partout présentée comme LA solution aux problèmes économiques mondiaux, une garantie de croissance ; mais elle est basée sur la sélection des meilleurs, des plus forts, laissant les autres sur le tapis ; elle devrait être favorable à l'emploi, mais il baisse ; elle devrait profiter au consommateur, mais il le paie en précarité car les financiers veulent la rentabilité à tout prix.

Beaucoup veulent donc UNE AUTRE Europe. Plus sociale, effectivement, qui tienne davantage compte de l'avis des gens, pas une assemblée de technocrates et de financiers dénués de sentiments.

Ce fut donc un très large débat, relayé des heures durant par les TV françaises.

Et au fait, chez nous, en Belgique, qu'en est-il ?

Il paraît que le Sénat a approuvé la Constitution européenne en avril, et la Chambre le 19 mai. Vous le saviez, vous ? On n'attend plus que l'approbation des parlements régionaux, et l'affaire sera dans le sac ! Avez-vous donné votre avis ? Au fait, sur quoi au juste ? Vous l'avez lue, vous, cette Constitution ? Il s'agit pourtant de notre avenir à tous : nos enfants auront-ils du travail, nos pensionnés des revenus suffisants ? Ce texte de 448 articles (lecture indigeste !) engage notre destin. Ah oui, c'est beau la paix entre pays européens et c'est vrai qu'il n'y a plus eu de guerre depuis 60 ans, sinon internes et civiles dans les Balkans ; mais l'avis d'une population (d'un des 6 pays fondateurs de l'Europe !), nos dirigeants s'en sont allègrement passés. Parce qu'on était en train de nous abreuver, depuis des mois, de cette stupide

querelle BHV, on a escamoté totalement toute information et tout débat sur cette affaire pourtant fondamentale pour notre futur. C'est sidérant ! Faut-il encore s'étonner du rejet par la base des dirigeants politiques ? Et pas que chez nous.

Pourtant, l'Europe se fera. Car elle est nécessaire. L'essentiel est qu'elle se fasse dans la concorde, en tenant compte des réelles aspirations des peuples, et pas (seulement) des financiers. Que jamais, comme le craignait Karl Marx, l'homme – qu'il soit de l'Est ou de l'Ouest - ne devienne une marchandise.

J. R.

 

Deux documents filmés

Ce vendredi 3 juin à 20 heures, en la salle du Collège Saint-André, seront présentés deux documents exceptionnels : le film de présentation de Fosses lors du " Rallye-Contact Wallonie " de 1973 et un film de Canal C sur la Saint-Feuillen 1998.

Le premier document est déjà une archive : à partir d'une " résurrection " d'un vieux Fossois sortant du cimetière et rencontrant un Chinel, c'est une présentation de la vie Fossoise : l'administration, l'urbanisation, les activités économiques (commerce, industrie de la chaux) et culturelles : Maison des Jeunes, S.l., Musée de Lilette, et aussi évocation des problèmes de transports et de communications. On y voit bien des personnages aujourd'hui disparus : c'est donc un véritable document historique d'un intérêt exceptionnel à ne pas manquer.

Encore du nouveau à Bambois

L'admirable site du Lac de Bambois ne cesse de se développer et de se diversifier. II n'y a pas que la plage les jardins d'eau, de plantes médicinales et aromatiques, le jardin de la poésie, l'an dernier le jardin du savoir et un " jardin de curé " : le site attire jusqu'à 50.000 visiteurs sur la saison (mai à octobre). Et cette année, autre nouveauté : la " Ry-Bamb'ailes " qui veut sensibiliser enfants et parents à la biodiversité via la connaissance des animaux ailés des zones humides oiseaux et insectes dans leur milieu et leur rôle propre. Tout ce programme vise à attirer l'attention d'un large public sur la valeur de la nature et la nécessité de sa protection.

Ainsi, en dix ans de recherches et d'activités, l'IDEF est arrivée à son but initial : didactique et sentimental par l'amour partagé de la nature.

Un programme spécial pour cette année : du lundi 20 au dimanche 26 juin (de 13 à 17 h.) : semaine des plantes vivaces et aquatiques ; le samedi 27 août : nuit européenne de la chauve-souris (à partir de 20 heures) ; les 1er et 2octobre : Fête d'automne, balades " champignons ". Et toute la saison, les premiers samedis de mai, juin, juillet, août et septembre : visites guidées des jardins, ou les dimanches de juillet et août : visite guidée autour du Lac.

Rappelons que le site est accessible tous les jours du 1er mai au 11 septembre de 11 à 18 h. 30 et les week-ends du 12 septembre à fin octobre. Renseignements au 071-71.43.89.

Des merveilles de précision

Le club Fossois de figurines " Le Sapeur belge " que dirige Jean-Luc George, organisait ce week-end son exposition-concours annuelle

" Championnat de Wallonie " en la salle L’Orbey. Une fois de plus on y a vu de petites merveilles de finesse et de précision : soldats ou autres personnages de 6 à 8 cm, façonnés et coloriés à la main, d'une incroyable précision et dans des décors pleins d'imagination. II réunissait des spécialistes de cet art de la figurine venus de Belgique et de France, de Pologne ou de Tchéquie. Avec sa traditionnelle bourse au matériel nécessaire à ces réalisations.

Une fois de plus aussi on pourrait déplorer que les Fossois ne se déplacent pas pour voir ces merveilles que faut-il donc leur proposer ? Il est vrai que ce week-end ne manquait pas d'activités diverses (et familiales comme la Fancy-fair des écoles libres qui concerne des centaines de familles). II y avait là pourtant des oeuvres extraordinaires et variées soldats bien sûr, puisque leur origine ce sont les petits soldats de plomb d'autrefois, mais de tous genres : Indiens ou Tuniques Bleues, Gaulois ou Romains, armées napoléoniennes ou des dernières guerres ; mais aussi une recherche dans l'histoire et les légendes mythiques. Vraiment, une exposition annuelle dont il faudra bien annoncer la prochaine manifestation afin que davantage de Fossois puissent en profiter.

Importante assemblée générale de l'Etat-Major

Après plusieurs réunions du Conseil d'Administration et des diverses commissions, l'Etat-Major a tenu, le 22 mai, une importante assemblée générale au local des Zouaves (buvette du Football).

En introduction, M. le doyen M. Vannoorenberghe a rappelé le sens profond de la Marche : S. Feuillen est plus qu'une légende, il faut en revenir à l'histoire. Une équipe paroissiale a étudié diverses propositions pour redonner à notre Marche son sens religieux : un feuillet sera distribué aux parkings (" Que peut nous dire Feuillen aujourd'hui ? «) ; une messe des marcheurs sera organisée le samedi soir la procession religieuse sera grandiose pour la rentrée. Il faut rappeler qu'on ne vient pas à la Saint-Feuillen pour boire ; appel est lancé à la bonne tenue et à la dignité. Le doyen fait aussi rapport d'une visite à Saint-Tropez avec M. Damanet : là se tient chaque année, depuis 1547, une " bravade " fort semblable à notre Marche, avec 400 soldats (Grenadiers, Mousquetaires et Marins), qui assistent à la messe avec bénédiction des armes, escortent la procession avec un ordre et une dignité exemplaires, malgré la pluie, avec force décharges (uniquement l'après-midi et le soir car la rentrée du saint à l'église ne se fait qu'à minuit !).

Il est possible qu'un petit groupe de ces " bravadeurs " vienne à Fosses le 25 septembre.

La lecture du P.V. a encore donné lieu à une longue mise au point au sujet des assurances des Compagnies. Puis on est passé au cassage du verre pour l'introduction de nouveaux officiers. A la suggestion de Fr. Jaumotte, un petit cérémonial a été ajouté : chaque candidat prononce une formule d'engagement à marcher avec respect et dignité avant de casser un verre (et de payer une tournée générale !). Il y eut ainsi : Philippe Charbon comme major aux Grenadiers ; Pascal Vandoren, commandant chez les Mamelucks ; Marcel Desmet chez les Tirailleurs et à la Musique : Michel Malevez comme major, Bruno son fils et Gaétan Benedetti, son beau-fils, comme lieutenants.

La sortie du ter mai s'est déroulée dans l'ordre et les responsables en ont profité pour noter les temps de passage et de défilé en vue d'une bonne organisation du futur cortège de la St-Feuillen. Le président Em. Damanet a d'ailleurs rappelé diverses décisions du Conseil d'Administration à ce sujet : la ville sera totalement fermée à la circulation, avec des parkings prévus route de Mettet, au Benoît, route de Bambois, Nèvremont et Sart-St-Laurent. Le paiement (7 € par voiture) se fera aux barrières d'entrée. Un médecin et un pharmacien de garde seront prévus à l'intérieur de la ville où toute circulation automobile sera impossible. Le bataillon carré du Chêne ne sera effectué que par les compagnies de Fosses ; les autres descendront pour le dîner par l'avenue des Combattants. Le ravitaillement des marcheurs à la Folie se fera par une seule voiture par compagnie. Pour la rentrée, une haie d'honneur au cortège religieux sera faite par les compagnies du centre et Haut-Vent ainsi que les drapeaux et délégations de l'Association. Le feu de file se fera par rangs de quatre tireurs, uniquement pour les compagnies de l'entité.

On a longuement discuté aussi des critères pour l'engagement des compagnies extérieures, la limitation en nombre (pas de groupe de plus de 150 hommes ?) et l'éviction des pelotons de femmes.

Il fut ensuite question de la publicité : contrat avec la presse, TV, affiches, dépliants, etc., du repas d'Etat-Major pour les sponsors et personnalités, des prévisions de recettes suite aux diverses démarches aux instances politiques et financières effectuées par le Président et l'échevin Meuter.

Avec un rappel des dates essentielles : le 21 août, la 3e sortie préliminaire en civil sera précédée de la cérémonie du renouvellement du voeu à la collégiale. Le samedi 17 septembre : veillée d'armes par les délégations des compagnies. Vendredi 23 ; inauguration des chapiteaux et concert par une musique de Louisiane. Le samedi 24 : ouverture des chapiteaux, de la fête foraine, danses et concerts. Dimanche 25 : la grande journée (départ du cortège à 8 heures, rentrée vers 19 heures, feu de file jusque 21 heures) ; concerts aux chapiteaux. Lundi et mardi, visites aux personnalités et officiers. Mercredi : les Tchôs-Tchôs. Samedi 1er octobre : le Tour des pèlerins. Dimanche 2 octobre : cérémonie de remise des médailles et défilés en ville. Lundi 3 : Goûter du 3e Age.

La préparation de la Saint-Feuillen est donc bien partie et cela promet de fastueuses journées.

Cercle d'histoire

La réunion bimestrielle du Cercle d'Histoire de Fosses se tiendra le jeudi 9 juin à 19 heures, en la salle Solidarité, aux Quatre-Bras.

Les membres et amateurs de notre histoire y entendront une présentation de la vie de sainte Gertrude de Nivelles, le 8e chapitre de l'histoire de Fosses du président (" D'une révolution à une autre ") et divers sujets improvisés entre participants, ainsi que des projets de visites extérieures.

Les communions

La photo du haut présente les enfants de la paroisse de Bambois le jour de leur première communion, plus communément appelée la « petite » communion.

En bas : les communiants de la paroisse Saint-Feuillen sur la place du Chapitre, le 8 mai dernier. Rappelons les noms de ces enfants (par ordre alphabétique) : Cyril Antonis, Simon Bavay, Mathis Belot, Robin Botton, Cloé Bourlée, Steven Brosteau, Aurore Defleur, Caroline Doens, Simon Drèze, Julie Durant, Alexandre Fabris, Sophie Gustin, Louis Janssens, Maximilien Lindekens, Justin Lorent, Robin Michel, Alix Montigny, Carolane Olivier, André Piraux, Manon Piron, Romain Servais, Marie Viaene, Alexandre Wiame, Steve Lambert.

UNE EXTRAORDINAIRE EXPOSITION :

50 ANS D'ART " DE MARCEL NULENS

Si vous ne l'avez pas encore vue, foncez vers le château du Chêne : jusqu'à ce dimanche se tient, dans cette salle prestigieuse, l'exposition rétrospective de 50 années de production de notre artiste local Marcel Nulens.

Il est aquarelliste, dessinateur et aussi dinandier et orfèvre, ce qui donne une belle panoplie d'oeuvres toutes en finesse et en beauté. Membre de l'Association des artistes de l'entité, il expose chaque année des aquarelles, le plus souvent ; parfois aussi des cuivres défoncés et martelés donnant en relief de saisissants tableaux. Mais ici, on trouve tout son cheminement : depuis ses premiers tâtonnements à l'Ecole d'Art de Maredsous (un prestigieux établissement hélas disparu), sa formation à l'Académie de Mons, ses recherches de diverses techniques : dessins et portraits au fusain, crayon ou encre de Chine, aquarelles soulignées de noir ou au contraire, quelques années plus tard, toutes en teintes presque pastel, avec une prédilection pour les paysages et les monuments historiques ; parfois une simple barrière devient oeuvre d'art. Avec cela, des cuivres fort variés eux aussi : vases, plats ou sculptures (dont deux monumentales exposées dehors, près de l'entrée). La présentation des cimaises, vitrines et tables dans la salle était aussi marquée de sa touche d'artiste.

Un artiste resté très humble pourtant : dans ce vaste panorama où chaque pièce est une oeuvre d'art, il ne veut voir qu'une modeste contribution à la beauté. Mais avec une " main " extraordinaire de talent et de finesse. En complément intéressant de l'exposition, deux DVD présentaient un catalogue d'oeuvres, de croquis, d'études qu'il n'était pas possible de réunir ici, ainsi qu'un petit montage sur la vie et la formation de l'artiste

C'est ce qu'a souligné Brigitte Romain pour le Centre Culturel qui l'a aidé à monter cette exposition : elle se dit toute petite face à tant de beauté, mais a souligné la vision du Fossois dans l'âme : " En fait, tu n'as pas une famille mais deux : tes proches et Fosses " (et je suis heureuse et fière d'en faire partie, ajoutait-elle puisqu'elle est sa nièce). Que ce soit avec les Chinels, les Marcheurs ou dans les églises de notre région, Marcel Nulens a marqué son empreinte par des oeuvres de haute qualité. L'échevin de la Culture Bernard Meuter a lui aussi, avec humour, remercié Marcel pour tant de beauté à partir de notre patrimoine : il s'est fait l'ambassadeur de tout ce qui fait le cachet et la réputation de Fosses en Belgique et ailleurs.

Marcel a remercié avec émotion, surtout dans le souvenir de son père qui par son exigence lui a inculqué le goût du beau et le souci du travail bien fait. Notre artiste fut chargé d'ouvrir l'exposition d'un coup de gong (une de ses réalisations) et le mot de la fin : " Cantinière, remplissez les verres ! " emplit de joie le très nombreux public d'amis, tous empreints d'une profonde admiration.

Une exposition qui marquera dans les annales !

Conseil communal

Le Conseil a tenu ce mardi une courte réunion : 12 points seulement à l'ordre du jour, motivée par l'audition d'un membre du personnel communal en procédure disciplinaire ; la réunion a donc débuté par ce huis clos.

En séance publique, les conseillers ont approuvé, au P.V. du 25 avril, une précision : les AIS ne relèvent pas de la Province mais du Fonds du Logement seul.

Le compte de la Fabrique d'église de Sart-St-Laurent a été approuvé avec un excédent de 6.422 €. Des bons de commande, pour le service extraordinaire, concernaient des achats de matériel et matériaux divers (carrelages, matériel électrique) pour travaux aux bâtiments communaux (5.988 €) et un appareil lave tuyaux pour le Service Incendie (5.475 €).

Toutes les communes wallonnes doivent se mettre en ordre au niveau d'un égouttage général ; ces importants travaux (prévus au plan triennal) sont confiés à INASEP (Intercommunale des Services Publics) mais la commune gardera la maîtrise des travaux de voiries annexes.

Une série d'intercommunales ont envoyé leurs convocations aux assemblées générales : INASEP, INATEL (télédistribution), IDEG (électricité), IDEFIN (travaux), AITI (immondices), AIEM (Eaux de la Molignée), AISBS (Santé Basse-Sambre), IGRETEC (études de travaux), BEP (Bureau Economique provincial).

Un règlement communal règle la salubrité des caravanes (sauf forains et séjours temporaires en campings autorisés). II s'agit donc des caravanes de type résidentiel présentant un caractère d'insalubrité : humidité, installations électrique et de chauffage, sanitaires. Des vérifications seront effectuées par des membres du personnel communal dans une Cellule de Sûreté et Salubrité publiques qui fera rapport au bourgmestre ; celui-ci pourra, selon les cas, décréter une inhabitabilité provisoire ou définitive de la caravane.

Des ordonnances de police concernent des travaux, déménagement, jogging et la première sortie de la Marche Saint-Feuillen.

Une semaine d'échanges culturels

avec la Roumanie.

Cette semaine du 16 au 23 mai 2005 fut riche en émotions, en échanges culturels et en amitié !

Une quarantaine de Roumains, danseurs et musiciens du groupe " Braduletul " de la ville de Dorna Arini, en Roumanie, étaient les invités de notre ville, afin de faire connaître leur folklore et leur musique traditionnelle, sur une initiative de Pierre Parent du groupe Vitrifolk, aidé par Daniel Piet du PAC, du Centre culturel de l'entité et de l'Echevinat de la Culture.

Après un très long voyage en car, ils furent accueillis à l'hôtel de ville le lundi soir puis chaque participant rejoignait sa famille d'accueil. Durant la semaine, ils ont pu faire des démonstrations de leurs talents dans les écoles locales, mais aussi au Home Dejaifve, pour les pensionnaires ravis de ce spectacle haut en couleurs.

Ils purent aussi découvrir notre ville et le Lac de Bambois, mais aussi Bruxelles et notre province, puisque des visites guidées avaient été préparées par le Syndicat d'Initiative.

Ils ont mis le feu le vendredi soir lors du bal folk roumain, avec la participation des Chinels, des Clowns,sorcières, et l'ambiance fut à son comble lors du dîner d'amitié du dimanche où chacun s'essaya aux pas rythmés et endiablés de leur folklore, mais aussi aux chants partagés entre le roumain, le wallon et le français !

Devenu citoyen d'Honneur de notre ville lors de la réception officielle, c'est de façon très sincère et chaleureuse que le maire de Dorna Arini, M. Yoan Moraru a proposé un nouvel échange l'année prochaine, mais cet-te fois dans leur beau pays.

Soirée roumaine

La salle communale L'Orbey était bondée (il a fallu remettre des chaises !) pour cette soirée « Bal Folk Roumain » organisée en l'honneur de la visite d'une quarantaine de Roumains (10 musiciens et 30 danseurs) qui étaient venus passer une semaine dans notre cité. La preuve que l'on peut encore organiser de belles choses dans notre commune quand plusieurs organismes se groupent : le Centre culturel, Présence et Action culturelles, le S.l. et Vitrifolk.

Les Roumains n'en revenaient pas de la richesse de notre folklore : les Clowns, les Sorcières et surtout les Chinels (on a regretté l'absence des Echasseurs).

Il fallait voir les Roumains s'essayer à la musique de Canivet, avec drapeau et yatagan en tête ! On ne voit pas cela à la Laetare. Il fallait voir aussi tous les Fossois s'aventurer dans des pas de danse de Roumanie et Moldavie. Les absents ont eu tort, vraiment.

Bravo aux organisateurs : Laurence, Brigitte, Eliane, Lucia, Bernard, Daniel, Pierre, Guillaume... Merci aux familles de Fosses, Vitrival, Le Roux, de... Châtelet (!) qui ont bien voulu héberger nos amis roumains pendant une semaine.

Signalons aussi le soutien du Service de la Culture de la province de Namur et de la Députation permanente. A l'an prochain, pour le match retour... en Roumanie !

Souvenirs de la Libération

A l'initiative du groupe bruxellois " 377th Field Artillery " de collectionneurs de matériel militaire américain, avec l'appui de M. Yves de Ryckel, de Taravisée, et du comité de l'Amicale de la 101e Airborne, une reconstitution d'un camp militaire américain a été organisée ce week-end dans un verger près de la ferme de Taravisée. C'était précisément en souvenir d'un camp, bien réel celui-là, qui y fut installé le 5 septembre 1944 et le château fut réquisitionné comme Q.G. du VIIe Corps U.S. Army.

Une dizaine de groupes de ces collectionneurs passionnés se sont donc retrouvés à Taravisée dès vendredi : ils venaient d'Anvers, de Bruxelles ou de Liège, de France aussi. Dans une certaine émulation puisqu'une sorte de concours était organisé pour le plus beau camp. Certains avaient creusé une tranchée d'observation pour deux hommes, avec mitrailleuse camouflée de branchages ; plus loin, même chose avec un petit canon et un lance-rockettes ; ailleurs, c'était une dizaine de petites tentes individuelles avec cuisine volante ; ou au contraire une vaste tente-abri entourée d'autres tentes de groupes.

Avec cela, environ 90 véhicules militaires : les fameuses petites jeeps tout-terrain, des camions de transmission ou de Croix-Rouge, et même deux chenillettes. Le tout complété d'abris-bar et réfectoire.

Les " soldats " y ont vécu à l'ancienne, prenant même une douche en plein air, cuisinant, dormant dans les sacs de couchage (originaux ou reconstitués au plus près de la réalité), ou certains à la belle étoile (et réveillés par des sangliers sortis du bois!).

Dans le programme figurait un rallye-défilé militaire dans la vallée de la Molignée samedi matin, et un bal le soir !

Dimanche matin, dépôts de gerbes et lever des couleurs belges et américaines au cimetière Saint-Roch et au monument américain du Chêne, sous la direction de l'échevin Benoît Suchet, chargé des affaires patriotiques. Puis apéritif dans le camp, dîner à la cantine et remise des prix du concours.

Il y eut malheureusement peu de visiteurs : manque de publicité ? Pourtant, c'était vraiment unique et extrêmement intéressant. Et un souvenir de plus en ce 60e anniversaire de notre libération : on ne peut pas oublier ces vaillants G.I's venus de loin pour combattre et mourir pour notre liberté !

Un grand bravo aux organisateurs et merci à M. de Ryckel qui a aimablement mis à disposition une vaste prairie, ainsi qu'aux services communaux qui ont assuré les raccordements en eau et électricité pour ce camp.

Van Cau au Musée de la police

Le Ministre Président du gouvernement wallon Van Cauwenberg a visité la semaine dernière le Musée Inter-police de la zone Entre-Sambre-et-Meuse. Ce musée initialement installé dans les locaux de la Gendarmerie de Fosses a dû, faute de place, déménager dans les locaux de la brigade de Floreffe. Ce sont les policiers Fossois qui sont les chevilles ouvrières de ce Musée : les inspecteurs Eugène Kubjak et Alain Roman, secondés par un adjudant e.r. de la BSR de Namur Serge Klingels. Le Ministre fut accueilli par Daniel Piet, président de Présence et Action culturelles, qui organisait la visite et fut ensuite conduit par les responsables du Musée dans le dédale des uniformes de la Maréchaussée, des vélos du siècle dernier, des documents oubliés des différentes gendarmeries (pour Fosses, on a pu découvrir les photos de nos anciens gardes champêtres MM. G. Philippot et Manu Drèze, ainsi qu'une photo du gendarme François Goedert au garde-à-vous et du commissaire de police Eugène Lainé (qui fut commissaire de police dans les années 50 et 60 et aussi du Cdt du Corps des sapeurs-pompiers).

Le clou de la visite, outre la dégustation d'une brune et d'une blonde (inutile de fantasmer, il s'agit d'une bière locale), fut la découverte du dernier cachot « intact » de Wallonie. Un cachot tel qu'il existait au début du siècle dernier, quasi plongé dans l'obscurité, avec un lit de paille et des cafards. Le Ministre ne s'y est pas attardé : il préfère les fauteuils cossus de son Cabinet.

On peut visiter le Musée (les écoles aussi) sur demande à l'adjudant Klingels

È 0475-86.61.51

Signalons par ailleurs que le comité inter police Sambre-et-Meuse organise un souper-dansant à la salle communale de Le Roux ce samedi 4 juin. Prix du repas : 20 euros.

Réservations au

' 081-74.01.75

È 0475-86.61.51.

Brussel - Halle - Vilvoorde (NL)

Bruxelles - Hal - Vilvorde (F)

Brussel - Hau - Vilvôrde (W)

Oui, quel gâchis ! Un sujet que 90% des Belges ne comprennent pas et dont un plus gros pourcentage encore se fout éperdument, alors que les premières préoccupations des Belges sont la santé, l'emploi et la sécurité !

Il y a dans la presse et les autres médias des prises de position dangereuses : je lis continuellement : les Wallons, les Flamands, les Bruxellois, les francophones, ce qui voudrait dire tous les Wallons, tous les... etc.

Généraliser est un raisonnement de primaire, incapable de voir plus profondément dans les problèmes ; ne les imitons pas ! Il faudrait dire : des Wallons, ou certains Wallons, etc. Si, aux approches d'une gare, un Noir, pressé, vous bouscule au passage, il ne représente tout de même pas tous les Noirs de l'humanité !

On peut, par contre, à propos du sujet en cause, dire « les fransquillons », parce que c'est leur comportement qui leur vaut cette appellation !

Il y a de plus en plus de Wallons dans les écoles flamandes sans que cela pose de problème. Je suis bien placé pour le savoir : j'ai deux petites-filles dans le cas dont l'aînée, après les années de maternelle, termine sa 6e primaire !

Qui sème donc le choléra et la peste dans le pays ? Ce ne sont pas les Wallons : toutes nos connaissances approuvent mon beau-fils ! Ce ne sont pas les Flamands : en connaissez-vous qui ont demandé des « facilités » ou qui aient déposé des listes « néerlandophones » aux élections ?

Qui sont-ils donc ? Ce sont ceux qui, habitant au milieu d'autres compatriotes, qui ne parlent pas la même langue que celle qu'eux parlent, refusent d'apprendre la langue de leur voisin et, mieux que cela, s'efforcent de lui imposer la leur, imitant en cela leurs maîtres à penser français, impérialistes linguistiques s'il y en a ! Ils ont pourtant eu des « facilités » pour s'adapter, ce qu'on accorde à des primitifs ou des arriérés mentaux ! Ils n'ont pas voulu, ils ne veulent pas. C'est une attitude de mépris pour les autres : ce sont des inciviques !

Pourquoi, si j'ai un voisin Flamand, et à plus forte raison si je suis en région flamande, ne parlerai-je pas néerlandais avec lui et voudrais-je l'obliger à s'adapter ? Au nom d'une prétendue supériorité du français. J'ai plusieurs fois demandé qu'on me la prouve ! En vain ! Personne ne s'est jamais proposé ! Je propose même qu'on le compare au wallon et j'accepte, comme langue de discussion, celle de mon adversaire du moment choisirait "

R.R.R. VIROUX

Fost-Plus

Les sacs bleus seront récoltés le mercredi 8 juin, pour toute l'entité.

Les papiers et cartons le seront les 16 et 21 juin ; nous le rappellerons dans notre prochaine édition.

Manifestations de la prochaine quinzaine

- Samedi 4 : Fancy-fair de l'Ecole communale de Sart-Eustache

- Samedi 4 : goûter de la fête des Pères, à 14 h, au réfectoire de l'Ecole de Le Roux, par les jeunes retraités de Le Roux

- Mardi 7 : Marche du Lac, organisée par le Footing Club de Fosses de 10 à 18 h (départs et arrivées salle L'Hautventoise)

- Vendredi 24 : 150e anniversaire de la création de l'Ecole Moyenne de Fosses.

Avis aux marcheurs

La Saint-Feuillen approche : grenadiers, le peloton de Saint-Roch organise son Premier Bivouac le samedi 18 juin, à partir de 18 h 30, place Chapelle Saint-Roch.

Réservations souhaitées :

È 0479-96.00.31

È 0497-77.66.39

'071-71.11.28

Ecole du Bosquet

Pour la troisième année consécutive, les classes de Mademoiselle Bolline, de Madame Bernier et de Madame Populaire, nous ont concocté un spectacle théâtral, mis en scène par Madame Anna Tomé.

Le thème choisi cette année étant les animaux, les enfants vous présenteront le vendredi 24 juin, à 18 h 30, leur spectacle intitulé : " Ceci n'est pas une fable ", basé sur quelques textes de Jean de la Fontaine. Rendez-vous donc à l'Ecole du Bosquet, route de Bambois à Fosses-la-Ville, pour cette soirée pleine de poésie, de créativité et de fraîcheur !

Pour la Saint-Feuillen

Dans le cadre de la Saint-Feuillen, on peut se procurer des polos et des coupe-vents (16 € chacun), à la Maison du Tourisme et de la Culture, 12, place du Marché à Fosses.

Ouverture en semaine de 9 h à 16 h sans interruption et le week-end de 10hà17h.

SART-ST-IAURENT Fête enfantine

Les enfants de l'école maternelle du Sart sont heureux de vous inviter à leur annuelle Fête enfantine, le samedi 11 juin à partir de 17 h (et non 11 h comme indiqué dans le numéro précédent), en la salle Omnisports.

Au programme : chants, danses et... surprise des enfants ! Avec aussi : bar, stands pâtisserie et bonbons, jeux et animations, tombola.

Et en exclusivité : animation musicale d'accordéon et cornemuse par M. J.-P. Wilmotte et démonstration en soirée de danse " Sevillana ".

Pour le souper on a prévu : Apéritif, poulet sauce Archiduc ou Sambreet-Meuse (à préciser) avec frites – Dessert ou café. Le tout pour 10 € (5 pour les enfants avec poulet, compote et frites). Une journée à retenir !

Expo-concert rock

Dans le cadre de la Fête de la Musique, les 17, 18 et 19 juin : Expo-Concert Rock dans la grange de la ferme de la Marlagne, à Sart-Saint-Laurent. Retenez ces dates, nous en reparlerons plus longuement dans notre prochain numéro.

Rénovation de l'église

Depuis pas mal de temps, des travaux de peinture devaient apporter aux murs intérieurs de l'église de Sart-Eustache - qui en avaient grandement besoin un nouvel aspect. Avec les années et les fumées des anciens poêles au mazout, les murs paraissaient délabrés et craquelés et c'est en assistant à un enterrement dans cette église que le bourgmestre se rendit compte de l'urgence d'une remise à neuf. Avec l'aide du service des travaux, cette rénovation a pu se réaliser et les murs couleur saumon apportent à présent plus de clarté et de chaleur. Dimanche dernier, la communauté paroissiale a vécu l'inauguration au cours d'une messe particulière célébrée par l'abbé Saint-Hubert et le doyen Vannoorenberghe. On remarquait bien sûr la présence du bourgmestre, de l'échevine Laurence Titeux et la conseillère locale Françoyse Rochet. Une délégation de la marche Saint-Roch était également sur place. Tour à tour, l'abbé Saint-Hubert, le bourgmestre Spineux et Michel Demoitié prirent la parole pour la présentation de ce nouvel écrin, les mots de remerciement et l'historique de l'église qui fête cette année son 145e anniversaire.

L'église fut en effet construite en 1860 avec des pierres provenant de Fontarciennes et remplaçait l'ancienne, plus petite, construite au début du 17e siècle. Signalons aussi que les travaux ont coûté 10.000 euros, ce qui correspond aux seuls prix des matériaux, puisque ce sont les ouvriers communaux qui se sont chargés de cette rénovation.

Quelques autres modifications ont été effectuées, comme le déplacement du patron Saint-Roch dans l'ancienne chaire de vérité, placée à l'arrière de l'église ; un nouveau chemin de croix en petites céramiques polychromes.

Après l'office, les tambours ont conduit les paroissiens jusqu'à la salle communale où l'apéritif fut servi avant un repas démocratique sous forme de buffet froid.

Citons enfin le comité organisateur de cette journée : l'abbé Saint-Hubert et le président du Conseil de Fabrique André Huynen, Michel Demoitié, Maurice Piéfort, Frédéric Houbey, Bernard Lust, Daniel Derijcke et leurs épouses respectives, M.-José Kinif, Alicia et Jean Huynen, qui furent tous l'objet de chaleureux remerciements.

Il y a 100 ans...

N° 23 du 4juin 1905

Dimanche 11 juin, jour de la Pentecôte, de brillantes fêtes seront organisée par l'Union des Anciens Elèves de l'Ecole Moyenne, pour le 50e anniversaire. Cortège et réception des anciens élèves, concerts par les sociétés locales, banquet par souscription, grande lutte de balle pelote, concert par l'Harmonie de Farciennes, illuminations et feu d'artifice.

On nous informe que le ministre des Finances et des travaux publics vient d'approuver l'adjudication des travaux de pavage à exécuter dans la rue des Egalots à Fosses, route provinciale de Tamines à Denée.

Mardi matin, le nommé Constant Faune, de Besinne-Arbre, occupé à charger des briques d'une fournée, et le propriétaire L. Puissant, ont failli être écrasés par l'éboulement de celle-ci. Faune, en sautant de la fournée, est tombé sur son chariot, une pièce en fer lui a labouré la joue et peu s'en fallu pour être éborgné. Perdant énormément de sang, il s'est rendu chez le Dr Rolin qui lui a donné ses soins.

Sart-Saint-Laurent. - Le garde Beguin a surpris deux individus postés à l'affût d'une longue pièce de seigle. Beguin put s'approcher à une quinzaine de mètres des braconniers et les reconnut pour les nommés Clément G. et Emile D., de Sovimont. Procès verbal a été dressé.

Pensons à nos aînés

Nous leur souhaiterons un très bon anniversaire :

Le 4 juin : Renée De Coster, Rue de la Cantine, Vitrival 80 ans

Le 5 : Joséphina Mingeot, Rue des Forges 81 ans

Le 6 : Charles Berwart, Place de la Gare 84 ans

Le 9 : Marie-Louise Bailly, Rue des Zolos 81 ans

Le 10 : Augusta Godefroid, Rue Sainte-Brigide 90 ans

Le 10 : Maurice Goffaux, Ferme Wimbosteck, Sart-St-L. 98 ans (doyen des hommes de l'entité)

Le 11 : Marie-Denise Mabilat, Rue des Egalots 81 ans

Le 11 : Michaël Tschmil, R. de la Station, Aisemont 84 ans

Le 12 : Emma Doucet, Home Dejaifve 90 ans

Le 12 : Rose Larivière, Home Dejaifve 83 ans

Le 14 : Marie-Louise Caudron, Home Dejaifve 91 ans

Le 15 : Hélène Michel, Rue Saint-Roch, Fosses 92 ans

Le 15 : Elisa Nulens Home Dejaifve 83 ans

Le 15 : Marie-Louise Parmentier, Route de Tamines 83 ans

 

Pas de montée pour Fosses

Les Fossois qui terminaient le championnat en 3e position avaient droit de jouer le tour final. Au premier tour, pour la qualification (montée) nos Chinels ont été sévèrement battus par Soye-Floreffe (0-5) ; il faut dire que Fosses était privé de 3 titulaires et handicapé par une exclusion. En match de consolation, ils ont subi une défaite (2-0) contre Thy-le-Château. Il fallait sans doute bien peu de chose pour fêter la montée mais ce peu de chose devait se produire en cours de championnat. Ce sera sans doute pour l'an prochain !