N°10    20 mai 2005

Conseil communal

18 points vite expédiés

Une réunion sans histoire et rapidement expédiée : 32 minutes !

La nouvelle salle, qui est aménagée dans l'ancienne école gardienne d'Aisemont, pourra être louée par les organismes associatifs à raison de 5 € l'heure, ou 40 € par journée, 75 par W.E. et 150 pour une semaine.

Le statut pécuniaire du personnel non enseignant verra une (2e) augmentation barémique de 1 % et le pécule de vacances sera fixé sur base de 71 % du salaire en 2005 et 92 % l'an prochain. La dépense est prévue au budget et le principe a reçu l'aval de la concertation syndicale.

Les banques baissent leurs taux d'intérêts : Dexia (ex-Crédit Communal) propose une révision des taux de 10 emprunts à 3,68 % au lieu de 4,13, soit une économie de 1.119 € en trois ans. D'autres emprunts passent à taux fixe à 4,40 % au lieu de 4,66 %, ce qui donnera une économie de 972 euros. Le Conseil marque aussi son accord pour se porter caution solidaire pour un emprunt global de 6.224.234 euros, par l'Association intercommunale de Santé de la Basse-Sambre, pour la part de la ville de Fosses. II s'agit d'achat de matériel médical.

Le statut de trois rues va changer : la rue des Egalots et la rue du Postil, tronçon de la RN 988 Ligny-Denée dans la traversée de Fosses, repassent en régime communal et en échange le MET reprendra la rue de Vitrival. Cet échange sans soulte (" sans mastokes ", dit le mayeur), donnera une meilleure continuité de cette nationale.

Le Conseil admet le cahier des charges pour le chauffage central de la salle " La Baillerie " à Nèvremont avec un devis de 13.000 €, ainsi que les cahiers des charges pour achat de trois véhicules en remplacement d'autres qui " deviennent nazes ", dit l'échevin : une camionnette et une voiture pour le Service Travaux et une camionnette pour le Service de l'Environnement.

CONTRAT D'AGGLOMERATION.

L'Intercommunale de Services Publics INASEP est chargée des travaux d'égouttage indispensables dans le Plan wallon. Dans une première tranche : rue du Chapitre, place du Marché, rue Al Val : la réfection de la voirie est estimée à 7.224 € et l'égouttage à 93.570 € mais totalement subsidiés par le SPGE (Service provincial de gestion de l'eau). Le Plan triennal prévoit en effet pour 2005 la réfection des rues Al Val, du Chapitre, du Marché et de la place du Marché, pour 550.571 € (subsidiés à 50 %). La 2e phase concerne la fin de la réfection de la rue de la Plage (274.670 €), la rue J. Boccart à Sart-Saint-Laurent (170.610) et la rue Haut-Vent (367.840). Pour 2006: rues G. Pieters et de la Marlagne à Sart-Saint-Laurent, pour 197.230 euros), soit un total de 1.260.921 euros — et 954.600 de subsides.

Le nouveau lotissement Guillaume, entre le Champ Stoné et les Forges, portera le nom de " Rue des Longs-Champs ". Le Conseil a désigné Mme Sarto pour le représenter au Centre d'Aide Urgente 1 (CIAMU). Enfin, des ordonnances de Police pour la Laetare, des Grands feux, des travaux, des enterrements et déménagements ont été entérinées.

En urgence, le Conseil a admis un projet de réfection, avec égouttage, de la rue Long Try à Le Roux pour 233.530 €. Ils avaient été portés deux fois au Plan Triennal mais non retenus par la tutelle : vu l'état, il est décidé de faire cette réfection sur fonds propres. – Et une réfection urgente aussi de la toiture de la salle omnisports de Le Roux coûtera 12.402 € On supprimera la coupole, cause des infiltrations d'eau.

Le metteur en scène Bruno Mathelart, qui a déjà à son palmarès des spectacles de ce genre à l'abbaye de Leffe et à Dinant, a dévoilé quelque peu le scénario : arrivée de S. Feuillen parmi une population hostile et des druides méfiants ; transfert des reliques de Nivelles à Fosses ; activité bénéfique de Notger ; cérémonie de l'élévation des reliques en 1086 ; attaque de Fosses ; menace de la peste ; métiers du Moyen Age ; Serment des Archers et Arquebusiers de 1566 ; Révolution de 1789, puis rondeau final.

Les textes de ce scénario seront présentés le 8 avril ; on pourra alors procéder à une distribution des rôles et des tâches diverses.

Tous les participants ont été sur-

BAMBOIS Le Grand-Etang

Voici comme se présentait l'endroit de l'ancienne plage de Bambois vers 1910 (date du cachet de la Poste au verso de la carte).

La nature y est pure et les quelques bambins qui, à la bonne saison, avaient envie de se mettre à l'eau, se déshabillaient derrière les buissons, ce qui ne manquait pas. On distingue d'ailleurs la tête et le buste d'un enfant près du petit arbre, à droite.

Les anciens se souviennent aussi qu'avant l'exploitation du Las, quand il faisait beau, les jeunes gens des environs ne manquaient pas de profiter de cet endroit et l'exploit à réaliser était d'arriver à nager jusqu'à l'îlot.

On sait que, tous les trois ans, l'étang était vidé pour en vendre les poissons.

C'est depuis 1907 que la Commune de Fosses bénéficie des sources du Grand-Etang pour alimenter la population en eau potable. Anciennement, les eaux des sources du Grand-Etang étaient aussi dirigées vers d'autres localités voisines, dont Aisemont et Tamines.

 

 

Zante ni vout nin mârcher

Lundi 5 octobre 1998, le calme est revenu, la ville s'éveille, apaisée des roulements des tambours et les mélodies des fifres se sont toutes estompées, les salves des tromblons se sont tues et les organismes malmenés trois semaines durant récupèrent lentement. Sept ans, c'est long... mais nous y sommes. Et 2005 a sonné la fin de la léthargie des marcheurs.

D'abord timidement, on en reparle, on évoque le souvenir de la dernière, mais très vite tout s'amplifie. Premiers contacts, premières réunions, les pelotons se reforment, les compagnies s'organisent et c'est reparti, la fièvre du marcheur est bien là.

En préparation, la Philharmonique a choisi de rejouer une pièce de théâtre en wallon avec: « Zante ni vout nin mârcher », une comédie en 2 actes qui a pour cadre la Saint-Feuillen. Ecrite par l'abbé Lotin, alors qu'il était vicaire à Fosses, Zante, un fermier cossu, ne veut plus marcher... Cette comédie a été interprétée pour la première et seule fois, je crois, le 4 décembre 1949 par la dramatique Sainte-Julienne. Des acteurs de cette époque, il reste : J. Nulens, J. Piéfort, G. Brosteaux et P. Lorand. Nous avons sorti le livret des limbes où il se trouvait depuis cinquante ans et nous tentons de faire revivre cet esprit Fossois de l'après-guerre.

Pierre Lorand, du petit gamin de naguère, a pris le rôle de Zante ; il sera accompagné de Paule Piéfort, Laurence Vausort, Benoît Buchet, André Notte, Armand Ducoffre, Maxime Gilson et Sébastien Ecart... La suite au lever de rideau.

Cette pièce sera interprétée à deux reprises : les samedi 23 et dimanche 24 avril dans la salle de gymnastique de l'Ecole du Bosquet à Fosses.

Et les deux jours, après la soirée théâtrale, la Philharmonique vous proposera un concert. Nous en reparlerons.

C.B.

 

Le 2e Petit Feu du Point d'Arrêt

Le Deuxième « Petit Feu » du Point d'Arrêt aura lieu le samedi 2 avril, au 61 de la rue du Grand-Etang.

Les quelques masqués (souvent un peu fous) déambuleront dans les rues de Bambois, à partir de 13 heures. Comme l'an passé, les musiciens (les « tapeus d'bidons ») nous feront l'honneur d'être présents. Vous pourrez leur offrir une collation à leur passage.

Petit rondeau à 17 h (histoire de prendre une collation).

Allumage du Petit Feu vers 21 h.

Cette année, un bar est prévu où vous pourrez vous rafraîchir à un prix démocratique. Il y aura également un tourne-disque pour l'ambiance.

Attention, c'est une soirée privée ; donc, nous nous réservons le droit d'entrée. Nous passerons (quand nous serons en forme) dans le village une ou deux semaines avant, pour le ramassage du bois.

Attention, une branche de 25 cm par maison et de 385 gr.

Avis; - Cette année, le souper « Al' Djote », organisé par les Débridés à la salle L'Hautventoise, est reporté à une date ultérieure.

Cl. Van Ryssel

Accrochage

Le lundi 12 mars, vers 18 h 30, route de Bambois, deux voitures se sont télescopées et cet accrochage a fait 4 blessés : Joël Devert, de Viroinval, étant accompagné de Quentin Lindekens (12 ans), sa soeur Coralie (15 ans) et Mme Jacques Lange, 39 ans, tous trois de Mettet; ont dû être hospitalisés au CHR, Centre Val de Sambre à Auvelais.

Les pompiers de Fosses se sont rendus sur place pour le nettoyage de la chaussée.

Ecole des devoirs

Pour le rattrapage scolaire, l'ALE a créé l'Ecole des Devoirs qui fonctionne de 16 h à 18 h le mardi et le jeudi, en deux groupes.

Renseignements chez

Mme Anne Cuvelier au È 0497-69.68.34

Ou à

L’ALE, rue Victor Roisin 9D

(1er étage), '071-71.34.36.

Pour la St-Feuillen

L'Etat-Major de la Marche prépare activement notre prochaine septennale : les réunions se succèdent, aussi bien pour le Conseil d'Administration que pour les diverses Commissions : Finances, Festivités, Sécurité, Logistique, Cortège.

Ainsi, la Commission Fêtes a prévu diverses manifestations prometteuses : outre les sorties préliminaires " répétition " le 1er mai, le 10 juillet et le 17 août (avec renouvellement du Voeu), un grand spectacle sur la vie de S. Feuillen et son influence sur notre histoire, les 9 et 10 septembre ; Journée médiévale le 11 ; soirée irlandaise le 17, bénédiction des armes le 18 ; inauguration des chapiteaux le 23 ; spectacle pour enfants et soirée accordéon le 24 ; la grande Marche le 25, avec animation louisianaise au chapiteau VIP ; sorties des compagnies lundi et mardi, puis celle des Tchôs-Tchôs mercredi ; concert rock lundi 26 ; remise des médailles le 2 octobre et goûter des aînés le lundi 3 octobre.

La Commission Logistique a fait une reconnaissance du Tour avec les autorités communales, la Police et les Pompiers, notant les endroits difficiles nécessitant des travaux ; le placement de la tribune d'honneur, etc.

La Commission Sécurité, avec la Police, le SMUR le Croix-Rouge ont étudié diverses mesures. Il est notamment prévu (et ce fut testé lors de la journée de Laetare) l'interdiction formelle de vendre et de consommer de l'alcool sur la voie publique ; lors de la Saint-Feuillen, seules les cantinières seront habilitées à vendre la " petite goutte ".

Et le Conseil d'Administration, plus spécialement chargé de l'organisation du cortège, a été informé de l'état des chemins du Tour, prévu les Bataillons carrés et entamé une étude sur des possibilités d'améliorer la rentrée, pour lui donner plus d'éclat et assurer un meilleur défilé des compagnies jusqu'au feu de file.

Nous reviendrons prochainement sur les détails de ces réunions et décisions organisationnelles.

Cassage du verre

Dans le cadre des préparatifs à la Marche septennale en l'honneur de saint Feuillen, la Compagnie royale Saint-Feuillen de Haut-Vent organise le samedi 2 avril, la cérémonie du cassage du verre, assurant le renouvellement du Corps des officiers.

Tous ceux qui sont intéressés par l'»événement et qui veulent témoigner leur sympathie à la Compagnie de Haut-Vent sont les bienvenus.

A la salle L'Hauventoise, à partir de 15 h. Cassage du verre vers 18 h.

Les ramassages

Les prochains ramassages des sacs bleus auront lieu :

les mercredis 30 mars et 13 avril, pour toutes les sections.

Plus de ramassage de papiers et cartons avant ceux du mois d'avril, les 14 et 19 avril.

Nous le rappellerons dans notre prochaine édition.

Bourse de miniatures

Le dimanche 10 avril, de 9 h à 12 h 30, se déroulera à l'Ecole du Bosquet, route de Bambois, à Fosses, la Quatorzième BOURSE de trains, vieux jouets et autos miniatures.

Nouvelles du Collège Saint-André

Celles et ceux qui me connaissent savent que je suis un Fossois dans l'âme et dans le coeur.

D'autres diront que je suis un Chinel et c'est vrai. Mais avant tout, je suis quelqu'un qui essaie de perpétuer les traditions, la culture et le folklore de notre cité, au travers des différents groupements dont je fais partie et dans lesquels je m'investis. En septembre prochain, je serai amené à remplir une nouvelle fonction qui, pour moi, s'inscrit dans la même optique : directeur du Collège Saint-André sur le site de Fosses-la-Ville (en remplacement de M. Daniel Coppin).

Le profite du Messager pour signaler que le Collège reste la seule école d'enseignement secondaire dans l'entité, depuis la reprise du Lysée par l'Athénée de Jemeppe. Certains parents hésitent à inscrire leurs enfants au Collège pour différents motifs (justifiés ou non). Je tiens à rappeler que la qualité de notre enseignement peut être observée en constatant que beaucoup de nos anciens élèves ont réalisé des études supérieures et travaillent.

Le fait que notre établissement organise également de l'enseignement professionnel, doit ère considéré comme une richesse et non comme un obstacle. Notre société n'est-elle pas construite sur base d'un mélange de classes sociales. Ne sommes-nous pas amenés, dans la vie de tous les jours, à nous côtoyer quelle que soit notre origine ? Il est révolu le temps où l'on parlait des manuels et des intellectuels. Nous sommes simplement tous des citoyens. De plus, les élèves que nous accueillons dans l'enseignement professionnel ne sont pas des individus dangereux, ce sont des adolescents au même titre que les autres; ni plus ni moins. Nous devons apprendre, ou réapprendre à vivre avec la différence et non pas vouloir la supprimer ou tout simplement l'ignorer.

Pour terminer, il me semble que les parents devraient profiter du fait que le Collège est une « petite » école de proximité, où les élèves ne sont pas des numéros et où l'on sait encore s'occuper personnellement de ceux qui connaissent des difficultés, des problèmes scolaires ou autres.

Etienne DREZE

Souper du Mini-Foot

Le Mini Foot de Nèvremont, fondé par le regretté Olivier Piret, organise son 2e souper dansant le samedi 9 avril à partir de 19 heures, en la salle de la Baillerie. Le menu à 15 euros (10 pour les enfants de 6 à 12 ans) comprend : Apéritif ; Potage ; Tranchettes braisées, légumes et purée ; Dessert et café. Ambiance assurée.

Les réservations se font pour le 30 mars au plus tard chez les membres du comité notamment

chez Willy Piret È 0479-971.664.

Tambours de la Paix

En ce 21 mars, premier jour d'un printemps prometteur, les enfants des écoles fondamentales de Fosses se sont réunis sur la place du Chapitre pour marquer à leur façon leur volonté de paix. Depuis cinq ans, cette initiative mondiale soutenue par l'UNICEF et l'UNESCO vise à sensibiliser tout le monde à ces efforts indispensables de chacun pour la paix.

Ils étaient donc plusieurs centaines d'enfants de 3 à 12 ans, formant un grand cercle d'amitié et de bruit, car chacun était muni d'un tambour, d'une boîte en fer ou d'un autre engin bruyant. L'animatrice du Centre Culturel Brigitte Romain, micro en main, dirigeait la manoeuvre en appelant périodiquement à battre tambours, tandis que des délégués des diverses classes intervenaient pour dire un poème, une chanson, un mot appelant à la paix dans le monde. Mais avec humilité et conscience, ils reconnaissaient que cette paix doit d'abord s'installer chez eux, entre eux, en refusant toute violence. " Des enfants battent aussi tambours dans le monde entier, précisa l'animatrice. Comme vous ils veulent faire entendre leur volonté d'un monde plus juste et plus fraternel. »

Soirée réussie

La dynamique troupe dirigée par Françoise Honnay a réussi une fois de plus à attirer la foule et la faire rire de bon coeur, le week-end dernier.

En entrée, " Li p'tite Soce " a présenté une saynète de F. Honnay : " Qué cirque ! ". C'était en effet une sorte de parodie de cirque que ces tout jeunes comédiens ont présenté avec un réel talent dans les différents numéros. On peut donc féliciter largement Rémy Collard, Vannie Dricot, Joris, Manon et Maxime Gilson, Eve Lambert et Stéphanie Pire.

La comédie " Si dj'aveûs seû ", de Ch. Derycke, adaptée par Jules Goffaux, a été chaleureusement applaudie. Dans cette chambre d'hôpital, on ne s'ennuie guère, malgré l'impitoyable autorité de soeur Josiane (Véronique Henrard). Les malades : Patrick Lambert et Raymond Tahir, bientôt rejoints par Bérangère Bouffioulx (qui réussit là de bons débuts !), et l'impayable Mèrence (Françoise Honnay) décident de kidnapper le ministre de la Santé (Yvan Tahir) pour lui faire voir l'effet néfaste de ses réformes. D'où des situations cocasses et des retournements de situations hilarantes. La jeune infirmière (Marie Collard) les aide gentiment, tandis que l'infirmier gaffeur (Clément Lambert) sème la panique ; mais la palme du rire revient à Marie-Christine Reumont dans son rôle de Paulette, la femme de Gaston : une création magistralement réussie de femme " sur le doux " et maladroite à souhait.

Une pièce bien enlevée, amusante de bout en bout et une belle réussite.

Décès de Jules Migeot

Il portait allègrement ses 92 ans mais, depuis le décès de son épouse Olga Bernard, il avait marqué le coup et, malgré les soins attentifs de sa petite-fille et de sa belle-fille, la maladie l'avait contraint à abandonner son domicile de la rue Delmotte pour le Home Dejaifve. II s'y plaisait bien et, jusqu'au dernier jour, il se disait heureux de son choix de vie. Mais le 13 mars au matin, après sa toilette et son déjeuner, il s'est brusquement éteint.

Jules, c'était tout une institution ! Après un travail en usine, il dirigea la ferme du Home Dejaifve avec son épouse, puis fut occupé au service entretien du Lycée de Tamines.

Mais c'est surtout sa participation à la vie locale qui l'a fait connaître : il fut musicien puis porte-drapeau de la Philharmonique et aussi de celui des Chinels. Durant près de cinquante ans, il assura ce poste ingrat, bénéficiant de dizaines (de centaines ?) de déplacements avec nos danseurs, jusque dans maints pays étrangers.

Il faisait aussi partie de la chorale Saint-Martin de Senior Amitié, avec une assiduité remarquable.

C'était un homme simple et amical, toujours affable et de bonne composition. Sa brusque disparition en a consterné plusieurs. Il aurait sans doute voulu secrètement atteindre les 100 ans ?

Ses funérailles ont eu lieu en la collégiale le 16 mars

A sa petite-fille Christelle et à sa famille, nous présentons nos bien vives condoléances.

Il y a 100 ans

N° 7 du dimanche 13 février 1905

Terrible accident. - Hier, vers 5 h du soir, le nommé Edmond Timsonnet, de Névremont, âgé de 31 ans, occupé à une carrière de ses parents, a été atteint par l'explosion d'une mine. Le malheureux a eu une partie de la tête enlevée. Le Dr Loquifer a apporté immédiatement ses soins au blessé affreusement mutilé. A 10 heures, un prêtre fut appelé et vers 1 heure du matin, la victime rendait le dernier soupir. L'enterrement a lieu mardi.

N° 12 du dimanche 19 mars 1905

Vol - Pendant la nuit de mardi, 3 lapins ont été volés au préjudice de M. Binon. Ces lapins étaient renfermés dans un hangar et pour s'y introduire, le voleur a dû briser une chaîné fermée par un cadenas. La même nuit, on a volé 3 poules au préjudice de M. Julien Jadoul.

Haut-Vent. - Cette nuit, le feu s'est déclaré dans la maison de la veuve Constant Gillain. L'habitation et le mobilier ont été réduits en cendres. Les causes sont inconnues.

Sart-Saint-Laurent. - La semaine dernière, on s'est introduit dans un enclos de M. Gustave Dumont, garde particulier, où on a volé une brouette presque neuve.

Chez les Congolais

En vue de la Saint-Feuillen 2005 et pour une durée de sept ans, l'adjudication de la cantinière a eu lieu le 18 mars au Relais du Sapeur, sous les auspices de Maître Massinon, lors d'une assemblée extraordinaire.

II y avait 2 candidates : Mme Myriam Leclercq et la cantinière sortante Karine Debris. La place a été adjugée à cette dernière pour la somme de 6.000 €. Félicitations à Mme Debris.

Petit remaniement également dans le Bureau lors de cette assemblée, puisque le secrétaire Olivier Leclercq était démissionnaire, pour raisons professionnelles. C'est Jonathan Vilain qui reprend les fonctions et David Antoine qui devient 2e vice-président. Félicitations à eux deux.

Lors de cette assemblée, il y a eu pas moins de 17 nouvelles adhésions pour entrer dans la Compagnie.

Dans les prochains jours, il y aura une nouvelle réunion du comité, afin de préparer les préliminaires et nos deux sorties : à Solre-sur-Sambre le 12 juin et à Liège le 26 juin.

Bonne Saint-Feuillen à tous.

Le président, Ph. Leclercq

Les activités de la prochaine quinzaine

- Samedi 26 : tournois de football à la J.S. Fossoise (voir plus de détails page 6).

- Samedi 26 : fête de Pâques à l'école de Le Roux.

- Dimanche 27 : Profession de Foi à Fosses, à 20 heures.

- Samedi 2 avril : dîner de Pâques des jeunes retraités de Le Roux.

- Samedi 2 : cassage du verre de la compagnie de Haut-Vent, à 14 h.

- Vendredi 8 : communions solennelles à Fosses, à 11 heures.

Stages multisports

Des stages et tennis et multisports sont organisés pendant les vacances de Pâques au hall omnisports de Sart-Saint-Laurent. Ils ont lieu du 4 au 8 avril, de 9 h 30 à 15 h 30 (avec possibilité de garderie de 8 h à 9 h 30 et de 15 h 30 à 17 h). Prix : 60 euros.

Renseignements et inscriptions :

Xavier Lebrun : È 0497-48.57.65, ' 071-51.31.97.

Des stages seront encore organisés du 4 au 8 juillet et de 22 au 26 août.

 

Les cosmonautes du futur

Suite au succès de l'atelier théâtre des années précédentes, le Centre Culturel de l'entité Fossoise a décidé de renouveler et de doubler l'expérience, toujours en collaboration avec le Théâtre des Zygomars, et l'auteur, metteur en scène, Matthieu Collard.

Ces nouveaux ateliers, débutés en octobre 2004, étaient proposés pour deux groupes d'enfants: le premier pour les enfants de 7 à 9 ans, le second pour ceux de 10 à 12 ans.

Cette année, les enfants vont jouer un spectacle original : " Les Cosmonautes du Futur ", texte écrit et mis en scène par Matthieu Collard, assisté par l'animatrice du Centre culturel, Brigitte Romain. Un récit et une mise en scène dynamiques qui ne manqueront pas de vous surprendre !

Dessins et décors de Thierry Van de Eynde, nouvel animateur du Centre culturel, travail de Dominique Ferin du service des travaux de la ville.

L'histoire en quelques lignes ?

Et si le monde était envahi par les extra-terrestres? Que ceux-ci auraient remplacé tous les humains, un par un, dans leur sommeil et qu'ils recevaient leurs ordres par GSM ? Et si nous étions entourés de robots ? Que tout ce qui nous entoure est virtuel et que tout ce décor ne serait là que pour nous faire grandir ? Telles sont les questions que se posent 4 enfants, les " Cosmonautes du futur "... et ils vont essayer de découvrir la vérité...Qui sait ?... peut-être qu'ils sont là depuis 1000 ans et qu'ils ont grandi comme tous les enfants.

Rendez-vous donc les mercredi 23 mars à 19 h 30 et le vendredi 25 mars à 20 h à la salle de gym de l'Ecole du Bosquet (anciennement Athénée Royal), à Fosses-la-Ville.

Entrée : 5 € - Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans. Réservations au Centre Culturel 071/71 46 24

Tous nos remerciements à l'école du Bosquet.

Les encombrants

C'est ce vendredi 25 mars que les encombrants seront enlevés à Sart-Saint-Laurent, Fosses et Bambois. Il est peut-être encore temps de les sortir dans certains coins de ces sections, mais il faudra se montrer rapide !

Pour les autres sections, ce sera le lundi 11 avril.

Chez les Chinels

Après le Laetare, les Chinels se sont rendus dans-la région parisienne les samedi 12 et dimanche 13 mars. Ensuite, nous étions à Genappe le dimanche 20 en compagnie des Echasseurs pendant que les Clowns en Folie se trouvaient à Châtelet.

Ce dimanche de Pâques, les 4 groupes de chez nous seront à Fleurus pour la 125e Cavalcade. Pour les Chinels qui veulent venir grossir les rangs de la Société, rendez-vous au Lido (rue de la Station) pour 14 h. Le Lido est le lieu de rencontre des 4 groupes Fossois.

L'enregistrement des 4 airs des Chinels devraient être terminé à Héverlee, par la Musique de la Force aérienne. Nous donnerons plus de renseignements à ce sujet dans un prochain numéro.

Enfin, vous n'êtes pas sans savoir que notre ami Jules Migeot vient de nous quitter ; il a été pendant des années notre porte-drapeau à travers toute l'Europe. Nous présentons nos sincères condoléances à sa famille.

Le 31 mars aura lieu une réunion du Conseil d'Administration de la Société, pour discuter des problèmes survenus lors du dernier Laetare. Je pense affirmer qu'il y aura des sanctions à l'encontre des Chinels « fauteurs de trouble «.

Je vous remercie de m'accorder ces quelques minutes et rendez-vous à Fleurus, ce dimanche !

Le président, Ph. Leclercq

Li guêre di 40, vikéye pa on gamin

pa Roger Viroux

Li mayeûr va discuter o bûrau è l'ôte place èt on nos-èvôye au Bûrau d'ègadjemint è l' reuwe di fiêr. Nos 'nnalans pal' reuwe di Brussèl au pas su deûs rangs (dès gamins !) jusqu'Aus Quate Cwins èt là, nos pur-dans à gauche. Nos r'montans l' reuwe di Fiêr. Li bûrau èst sui' gauche. Li mayeûr mousse avou lès-ornes èt nos ratindans su l' trotwêr. Ça dure longtimps, mins quand is rèchenut, is n's-èmwin.nenut dins on p'tit pârcs, èwoù-ce qui c'è-st-açteûre C&A. Vëlà, l' mayeûr nos dit qui nn'èralans, mins qu'on-ôte côp...

Nos-èralans à l' tram jusqu'à Malon.ne èt, di d'là, en-auto jusqu"à Fosses. Dji m' dimande si ç' n'èst nin l'auto da Eugène Piéfort, li mârtchand d' pourcias qui d'mère aus Bièdjerîyes

Li sorlèdmwin, m' mononke Françwès mi dimande d'aler avou li qwê on bègnon d' tèroule au Mécanike di Fârjole, on tchèrbonadje qu'a disparètu, qu'èsteûve èwoù-ce qui c'è-staçteûre li Delhaize. Dji sèrè là po sèrer l' frin, quand i d'chindrè, pace qui mononke dwèt mwinrner. Nos riv'nans pa d'dins Fârjole, Claminfwadje èt Viètrîvau, po n'nin d'vu griper l' tiène del' Pompe di Keûve, pace qui mononke n'a qu'on tch'vau.

Quand nos passans pa-d'vant l' Jendârmeurîye di Fosses, gn-a Gaston Gaillard, li fi d'on jendârme, qu'acoûrt mi dire qu'i vint d'awè one convocâcion po-z-aler au camp d' travay.

Dji continûwe avou mononke jusqu'aus Quate Brès po sèrer l' frin. après, gn-a pus dandjî d' mi èt dj'èva aus rensègnemints èmon Gailly. Vêlà, gn-a l' vîye moman, qui m' dit : « Oyi, il ont ieû tortos leû convocâcion èt d'ssus l' cène da Viroux, do Banbwès - èle ni m' conèt nin ! - il èst mârké Camp d'Alemagne ! »

Binastcheû qu'ça tchaît su m' dos èt duvint ? Pace qui dji m' tome Viroux èt qu' tos lès Viroux sont-st-è l' Rèsistance ?

Dji sondje à tos ça en r'montant l' Tiène do Banbwès, mins là qui dj'rèsçontère moman qui d'chind à Fosses. Elle a stî hukéye dé l' Dîrècteûr dè li Scole Mwèyène, avou l's-ôtes parints. Elle a m' convocâcion è s' mwin èt i n'èst nin quèstion d' Camp d'Ale-magne, mins d' camp d'travay, corne po l's-ôtes. Lès parints sont mwaîs qui Laude, li Dîrècteûr, a d'né lès noms dès-èlèves qui rèchin.n', èt is l' vont ataker !

Dj'èrva è l' maujo. Moman continûwe su Fosses. Quand èle rivint, l' Dîrècteûr è-st-à pau près r'bèni : i n'a nin rensègné tos lès gamins. Il a mostré dè l' boune volonté, mins i n'a nin mètu su l' lisse lès noms da Marcel Scieur èt da Marcel Piret, di M'tèt, qui sont-st-one miète pus vîys èt qui riskéyenut d' pus.

(à chûre)

Un peu d'histoire de la guerre 40-45

En complément de l'article de R. V. racontant la convocation du jeune sortant de l'Ecole Moyenne à la Komandantur de Namur, Lucien Boigelot nous rappelle ses souvenirs à ce propos :

Fin juin 1944, je terminais mes études à l'Ecole Moyenne de Fosses. En juillet, les directeurs des établissements scolaires ont reçu des Allemands une demande de la liste des élèves qui terminaient les études.

Le dicteur de l'époque, M. Laude, envoya une liste, mais incomplète (on n'a jamais su pourquoi ?). C'est ainsi que le lundi 6 août 1944, les élèves dont je me souviens ont été priés, de se présenter, munis de la convocation et carte d'identité à la Deutsche Arbeitsunsatzdienstelle de Namur, rue de l'Ouvrage. Objet : Camp de travail !

Ce sont : Emile Lainé (âgé de 16 ans à l'époque), Jacques Gailly (16 ans), Lucien Boigelot ((15 ans). je ne me souviens plus des autres (on devait être 6 ou 8 ?). Après avoir reçu la convocation, Eugène Lainé, commissaire de police et père d'Emile, Jules Gailly, greffier et père de Jacques ont organisé le déplacement en vélo à Namur pour prendre notre défense en vue de ne pas être déportés en Allemagne. Valentine Croisier était aussi avec nous (mon père était prisonnier et ma mère seule avec 3 enfants).

Après une entrevue individuelle en présence des chefs allemands, ceux-ci nous ont envoyés dans un autre bureau, rue de Fer à Namur. Pourquoi ? Le commissaire Emile Lainé a alors décidé que nous n'irions pas et nous sommes rentrés à Fosses.

Ce même jour, nous recevions par exprès une nouvelle convocation pour le mercredi 9 avril à 10 h, à la Chambre n° 3. Nous n'avons pas accepté et à partir de ce moment tout le monde s'est caché, peur de représailles ; E. Lainé et Jules Gailly dans la petite maison en face des Ets Clause où on vient d'ouvrir un lavoir. Moi, je me cachais au Try-al-Hutte. Le directeur Laude alla chez ma mère récupérer les documents des Allemands et ma mère lui donna, ce qui fait que, comme pièces justificatives, je ne possède que la carte de la 2e convocation et Emile Lainé garda très longtemps cette carte dans son portefeuille.

Le directeur Laude est allé nous inscrire à l'Athénée de Tamines en 3e Scientifique. C'est comme ça qu'Emile Lainé est allé à l'école à Tamines. Moi, je suis parti à Charleroi.

Nous avons eu la chance que la Libération était broche. Autrement, que serions-nous devenus ? Pendant la période que je n'habitais plus chez moi, j'ai rejoint la Résistance aux réunions chez le notaire Franceschini avec Armand Hoppe et le doyen Piérard ; j'étais également en rapport avec le Dr Lespagne. Avec A. Hoppe, à deux reprises, nous sommes allés à Le Roux par le chemin de Walcourt, avec une remorque-plateau tirée par un cheval, chercher des armes qui avaient été parachutées par les Américains. Lorsque les Américains sont arrivés à Saint-Gérard, nous sommes allés les accueillir et nous sommes revenus à Fosses pour punir certains collaborateurs Fossois. Plusieurs habitations du Centre ont été pillées et saccagées par nos soins.

Après cela, le directeur Laude a été appelé à la Commune car Eugène Lainé et Jules Gailly voulaient déposer plaine contre lui. Un compromis a été trouvé, car M. Laude disait qu'il avait mal interprété la circulaire allemande qui, paraît-il, ne concernait que les élèves ayant terminé les humanités (18 ans) et pas les élèves d'études moyennes (15-16 ans). Mais en raison de ces doutes, M. Laude a dû quitter Fosses pour aller vers Châtelet.

Si l'un ou l'autre élève faisait partie de ce groupe, il peut me contacter ; peut-être a-t-il d'autres souvenirs, car certains faits sont disparus de notre mémoire... après soixante ans !

Au Comité du Souvenir

C'est au Musée du Souvenir des batailles de la Meuse de mai 1940 à Anhée que le Comité du Souvenir de Le Roux a tenu son assemblée générale 2005. Après un accueil très chaleureux de la part de Dominique Halloin, président du Musée, le colonel e.r. Christian Chabot déclara ouverte la séance académique de l'A.G. et remercia les membres du comité pour la confiance qu'ils ont mise en lui en le nommant, il y a un mois, président de l'Association. Il se dit prêt à se défoncer pour défendre la cause de la mémoire et rappela les valeurs d'un comité : une équipe soudée où chacun a son rôle à jouer.

Il salua la présence de Benoît Suchet, échevin en charge des associations patriotiques représentant l'autorité communale Fossoise et Michel Oudinet, président du Souvenir français de Givet. Il remercia les épouses et les sympathisants, Michèle et Bernard Marlier, Lucette et Jean-Pierre Van Bel qui épaulent le comité dans chaque manifestation.

Le colonel Chabot fit rapport des activités du comité en 2004, qui, dans le jargon rovelien, était une année quinquennale marquée avec plus de fastes pour le 90e anniversaire de la Bataille de la Sambre. Ce sera le cas dans une certaine mesure avec l'inauguration du Carrefour du 25e R.I. au hameau du Lotria, la participation de la Musique royale de la Force aérienne et des Etendards des unités militaires belges et françaises à la Nécropole de la Belle-Motte, tandis qu'une représentation des délégations françaises de Normandie et de Bretagne était relativement importante. On devait malheureusement déplorer un manque de participation de la population et des associations patriotiques de l'entité, ainsi que du canton de Givet, suite à une mauvaise communication dans la diffusion du programme.

Autre grand fait marquant 2004 : la remise sur pied du banquet du 11 novembre qui sera apprécié par un grand nombre de convives.

La parole sera ensuite donnée au secrétaire Pascal Guilin, qui développera les différents événements tout au long de cette année 2004: 10 sorties pour le drapeau, représentation du Comité du Souvenir à Rouen à la Fête des Drapeaux et à la Libération de la ville, participation au 90e anniversaire de la Première Bataille de la Marne à Mondement, déplacement à Saint-Pol-sur-Mer à la Fête des Zouaves, aux fêtes nationales à Givet, Namur et Fosses, à la fête du Roi au Palais provincial de Namur. Le comité du Souvenir sera également l'invité d'honneur de la ville de Guingamp (Bretagne). Luc Charles et Michaël Chapelle donnèrent ensuite lecture de la situation financière.

Pour terminer, le colonel Chabot adressa les paroles de remerciements envers Pierre Godenne pour le féliciter en sa qualité de porte-drapeau et sa fidélité sans faille depuis dix ans. Un diplôme homologué par l'assemblée et cadeaux lui seront offerts tandis que son épouse Marie-Claire était fleurie.

Atelier de céramique

Les 19 et 20 mars eut lieu deux journées Portes ouvertes au 18, rue Saint-Pierre à Vitrival, atelier de céramique des époux Ingels-Malnoury, avec démonstration de tournage.

Comme les années précédentes, le public pourra visiter cet atelier chaque week-end.

SART-EUSTACHE Détente familiale

Dimanche 10 avril à partir de 9 heures, le groupement " Droits et Respect a la Nature " organise son annuelle journée de détente familiale : une marche de 3,5, 8,5 et 12 km, suivie d'un repas campagnard de produits du terroir avec dessert (10 pour les adultes, 5 pour les enfants). Départ : place communale de Sart-Eustache.

Pour plus de facilité il est demandé de s'inscrire par téléphone au

'071-38.45.37.

AISEMONT Feu de lignite

Mercredi dernier, vers 8 h 50, un incendie s'est déclaré aux carrières Carmeuse, rue Boudjèsse à Aisemont. Le feu sévissait dans de la lignite. Les pompiers de Fosses se sont rendus sur les lieux, sous les ordres de leur commandant Philippe Scieur et ont pu rapidement éteindre le foyer à l'aide de projection de mousse.

Le Grand Feu 2005

Les cendres du Grand Feu 2005 sont encore fumantes que l'on pense déjà au Grand Feu 2006.

Ceci dit, ce fut cette année encore une belle réussite. Malgré la pluie des dernières semaines et puis le froid sibérien des jours suivants, les jeunes de Le Roux ont bravé les éléments et se sont à nouveau mobilisés pour dresser et habiller la gatte avec le bois de ramassage et les flammes ont pu s'élever au plus haut dans la nuit étoilée du 26 février. Ce sont les derniers mariés du village, Didier Charrue et sa charmante épouse Edwige Meuter qui ont bouté le feu à 20 h dans le plus pur respect de la tradition Rovelienne.

Malheureusement, comme c'est déjà le cas dans de nombreux villages, l'urbanisation galopante de Le Roux a pour conséquence que de moins en moins de terrains sont disponibles pour accueillir ce genre de tradition. Et puis, comme le disent les Anglais à propos des éoliennes, des incinérateurs, des élevages de porcs et des centrales nucléaires : Not in my backyard », ce qui, en gros, veut dire : « Faites ça où vous voulez, mais pas au fond de ma cour ! »... Hé oui, la crainte des brandons sur leur toiture, la fumée qui se dégage du foyer et l'odeur du bois brûlé qui se propage aux alentours, ne plaisent pas à tout le monde, loin de là. Plusieurs plaintes avaient d'ailleurs été déposées ces dernières années, auprès de l'Administration communale de Fosses, pour que le Grand Feu n'ait plus lieu à proximité des habitations des plaignants.

Nous avons été obligés de déménager plusieurs fois et c'est en dernière minute cette année que les organisateurs du Grand feu de Le Roux ont obtenu l'autorisation d'un agriculteur rovelien d'installer le Grand feu dans une de ses prairies située à l'arrière du cimetière. Bien sûr, l'endroit n'était peut-être pas l'idéal, mais il avait le mérite de se situer dans un espace éloigné de toute habitation.

Malgré les précautions prises par le Comité organisateur pour en barrer l'accès, de nombreux badauds ont franchi les barrières Nadar et sont venus admirer le Grand feu depuis le fond du nouveau cimetière. Aucune violation de sépulture n'est bien entendu à déplorer, mais on peut néanmoins regretter que la fête se soit déplacée dans un endroit où le respect et le recueillement sont plutôt de mise. Nous espérons seulement que personne ne s'est senti offensé par ce débordement plutôt inoffensif et débonnaire, mais si cela a pu être le cas pour qui que ce soit, les organisateurs du Grand Feu lui présentent leurs sincères excuses.

La fête a battu son plein dans la détente et la bonne humeur au cours du bal masqué qui a suivi l'embrasement du bûcher : pas moins de 330 fêtards dont 75 masqués sont venus s'éclater sur des rythmes effrénés, jusque 4 heures du matin.

Le Grand feu 2005 s'est éteint, vive le Grand feu 2006 !

ALE

Vous cherchez une

AIDE POUR LE JARDIN ? (nettoyage, pelouses, haies, etc.)

Vous cherchez une

AIDE POUR LE BRICOLAGE ? (peinture, menuiserie, plomberie, etc.)

Vous cherchez une

AIDE ADMINISTRATIVE ?

Vous cherchez une AIDE dans le domaine de l'horticulture ou de l'agriculture ?

Alors, faites appel à

L’agence LOCALE POUR L'EMPLOI (asbl)

Rue V. Roisin 9d, 1er étage FOSSES-LA-VILLE

'071-71.34.36

7071-71.47.95

È 0475-89.26.19

Pascottini Philippe, président Lenoir Alain, agent technique

Il vous en coûtera 4,95 euros/heure avec possibilité légale de déductibilité fiscale (jusqu'à 793,26 euros net/an.

Possibilité légale de mettre des chômeurs de longue durée au travail. Rapidité de service.

Quels sont les chômeurs pouvant s'inscrire en A.L.E. ?

1. Les chômeurs complets indemnisés depuis plus de 2 ans (- de 45 ans)

2. Les minimexés

3. Les chômeurs complets indemnisés depuis plus de six mois (+ de 45 ans)

Les prochaines rencontres

La série de journées remises a donné lieu à un chambardement dans le calendrier.

Voici l'ordre des remises :

- Les matches du 30/1 se jouent ce dimanche 27 mars :

Bambois - Flavion

Fosses : bye

- Les matches du 13/2 se jouent le dimanche 3 avril :

Surice - Bambois

Fosses - Falisolle

  • Les matches du 20/2 se jouent le 10 avril ;
  • ceux du 27/2 le 17 avril ;
  • ceux du 6/3 le 24 avril ;
  • ceux du 13/3 (pas encore déterminé) ;
  • et les deux dernières journées du calendrier sont reculées aux 1er et 5 mai.