N°06    06 février 2004

Liberté et morale

- Le port du voile par certaines femmes musulmanes du pays a déjà fait beaucoup parler de lui. Il est évidemment très facile de dire : " S'ils veulent s'installer chez nous, qu'ils se plient à nos coutumes ". Et il est vrai que si vous allez dans un pays musulman, pas question de violer certaines règles précises dans la tenue vestimentaire notamment. Mais faut-il pour autant forcer les gens à abandonner leur culture ancestrale ?

Personnellement, j'applaudis à la prise de position de la ministre de la Justice Laurette Onkelinx : " La liberté de conscience et la liberté de culte qui en découle nous imposent le principe de non immixtion " : pas question donc de lancer au Parlement un débat sur le port du voile comme en France, avec les remous qu'on attend... Notre Constitution prévoit textuellement que ces libertés n'admettent pas que l'on juge, qu'on les défende ou qu'on les interprète. Le cardinal Danneels dit la même chose " J'estime que le port d'un insigne religieux appartient à la liberte de la personne ". Evidemment, on peut dire qu'il est concerné avec la croix que portent habituellement les prêtres. Mais ils ont déjà abandonné la soutane et la tonsure !

Par contre, le problème soulevé par certains directeurs d'écoles reste entier : quid du voile pour les cours de gym ou le bassin de natation ?

A mon avis, il faut surtout tenter de dépassionner le problème. Comme dans toute question morale, on est vite tenté de se figer, de se raidir sur ses positions. On a bien accepté le port de casquettes américaines (penne en arrière) par tous nos jeunes...

Autre problème moral : celui du retournement de veste de Richard Fourneaux. C'était bien sûr son droit le plus strict de quitter un parti s'il ne s'y sentait plus à l'aise. On lui souhaite seulement de ne pas se faire bouffer comme Gérard Deprez, qui a tenu longtemps un rôle de premier plan national et a tout simplement disparu (sauf ces jours derniers pour accueillir si possible l'autre noeud papillon). Ce qui est par contre inadmissible, c'est qu'il prétende garder les mandats qu'il a obtenus par le parti et pas seulement par son score personnel. Question d'honnêteté, de morale.

Mais peut-on encore parler de morale en politique ? Bien sûr, depuis des années on nous serine la " nouvelle culture politique ", mais en pratique, c'est pareil ou pire. Voyez ces promesses, ces renoncements, ces nominations de plus en plus partisanes.

- Morale encore avec ce gentleman anglais qui, par pari, a traversé l'Angleterre à pied, tout nu... Pour prouver quoi ? Les yens perdent la boussole et le plus élémentaire bon sens. Comme pour la vente aux enchères, en Espagne, d'un cheveu de John Lenon (avec certificats d'authenticité, comme autrefois pour les reliques de saints, trafic qu'on a tant critiqué !) Vous mettriez 1000 euros pour cela, vous ?

A l'heure où tant de gens auraient bien besoin de quelques euros pour simplement éviter de mourir de faim...

J. R.

Fosses - Rue Delmotte

Nous rompons sans doute la traditionnelle parution des anciennes cartes postales avec cette photo de la rue Delmotte-Lemaître, prise il y a une bonne dizaine d'années.

Cette rue du centre de la villepossède une longue histoire, reprise en détail dans le livre « 77 rues de Fosses-la-Ville », dont nous extrayons quelques notes.

C'était autrefois la rue Al Chenal car elle menait vers le chenal », le canal de la Biesme détournée en 1149 pour longer les remparts.

Cette rue s'appela par la suite rue du Curé, après que le curé Roverolles qui habitait une maison en haut de la rue, fut assassiné en 1778 par un vannier de passage, pour lui voler son argent.

En 1935, cette rue prit le nom de rue Delmotte-Lemaitre, à la demande de sa veuve, qui offrit à Fosses différents monuments : le kiosque de la place du Marché, le monument au Roi Albert, le carillon de la

collégiale, des bancs dans les différents coins de la ville, pour le repos des personnes âgées ; Mme Delmotte habitait la grosse maison de droite, avec perron garni de marches. C'est aujourd'hui les bureaux de la Justice de Paix et de l'Enregistrement.

A gauche, l'ancienne maison d'Ignace Maillien qui, il y a 125 ans, créait Le Messager de Fosses, dont nous parlions il y a deux semaines. En même temps que l'imprimerie (sans doute à l'arrière ?), il tenait un magasin de librairie.

Plus loin, la maison où habitait le Chet Dupont (François), menuisier. Plus loin encore, l'ancienne agence du Crédit Communal, devenu Dexia. Ce fut auparavant la demeure du brasseur Devillers, beau-père d'Augustin Loiseau, qui abandonna cette profession pour devenir directeur du « Crédit du canton de Fosses ». Les maisons suivantes ont été bâties en remplacement des installations de l'ancienne brasserie.

Un pavé dan la mare

 

Où allons-nous ?

De plus en plus, seule compte la rentabilité. Du fric, toujours du fric et de plus en plus de fric ! C'en est presque une nouvelle ruée vers l'or

Je veux bien comprendre le privé, qui a engagé des fonds propres, avec des risques, qu'il veuille s'assurer d'une certaine rentabilité... D'accord jusqu'à un certain point, mais pour ce qui est du service public ? Mon sujet n'est pas de défendre les cheminots ou les postiers bien que, au nom de la rentabilité, on les presse eux aussi, de plus en plus. Il faut assurer les émoluments mirobolants et primes de départ à leurs PDG, si la gestion n'est pas efficace !

Maintenant, l'école aussi doit être rentable. Au XIXe siècle, et une bonne partie du XXe des politiques ont bataillé pour assurer un bon niveau d'enseignement à la population. Nous avions, naguère, ici à Fosses-la-Ville, trois niveaux d'enseignement qui tournaient bien. Une saine émulation entretenait entre eux dynamisme et esprit de créativité, avec des profs qui, s'ils n'étaient pas Fossois d'origine, s'y étaient établis.

Qui ne se souvient des célèbres soeurs Anastasia et Marie-Lucienne,

de messieurs Verbaert, Delvigne, Colon, Chapelle, Remy, Cobut, Duriaux, Croes et combien d'autres. Et de la génération qui les a succédé. Profs à l'école, mais aussi profs à la ville.

Ils avaient tous, en commun, une réputation à défendre et ils la défendaient bien.

Que reste-t-il de tout cela ? Les nominations politiques ont brouillé tout, des compétences bien établies en ont pris plein la figure. Au nom de la sacro-sainte rentabilité, il a fallu restructurer. Les petites écoles ont disparu : Bambois, Haut-Vent... D'autres sont passées sous une tutelle étrangère qui se moquent éperdûment de notre localité et de ses habitants.

Rentabilité et mercantisme sont maîtres-mots ; le culturel, le social sont jetés à la poubelle. L'Ecole Moyenne de Fosses, peut-être la plus ancienne de la province, située dans un cadre de verdure remarquable, avec une excellente infrastructure, facilement accessible, éloignée de la pollution industrielle, a été sacrifiée.

Elle est tombée sous la coupe de l'école de Jemeppe, à côté de laquelle il existe pourtant un risque Seveso, une importante industrie chimique qui exerce ses activités à quelques centaines de mètres.

 

 

 

Au Cercle horticole

Le prochaine conférence horticole aura lieu ce lundi 9 février, à 19 h 30, à l'Espace Solidarité et Citoyenneté (Ancien Nopri), aux Quatre-Bras.

La Conférence aura pour thème « Les plantes d'orangerie » et sera présentée par M. J.-M. Pessleux.

Rappelons que l'entrée est gratuite et accessible au grand public.

Chez les Clowns

Le Laetare approche à grands pas (les 21 et 22 mars) et il est grand temps de vous annoncer les dates et heures de répétitions des danses des Clowns en Folie.

En raison du très grand nombre de membres au sein de notre groupe, nous avons dû diviser le groupe en 3

parties

- les enfants jusqu'à 12 ans répéteront de 18 h 30 à 19 h 30

- Les nouveaux inscvrits (au-delà de 12 ans) répéteront de 19 heures 30 à 20 heures 30

- Les anciens clowns, de 20 heures 30 à 21 heures 30.

Les répétitions ont toutes lieu le vendredi

- les 13, 20 et 20 février, à la salle l'Orbey

- le 5 mars à l'Arsenal des Pompiers - les 12 et 19 mars, salle L'Orbey.

Nous insitons sur vos présence et ponctualité car de nouvelles danses ont été créées.

Le Comité, au nom de tous les membres du groupe, remercie d'ores et déjà les responsables des locaux pour le prêt de ceux-ci.

Avis de sorties

en dehors du Laetare

Nous pouvons déjà vous annoncer trois futures sorties. Nous n'avons pas encore les horaires définitifs, mais sachez que nous serons en représentation le dimanche 14 mars à Arlon, le dimanche 11 avril à Quare

non et le lundi 12 avrom à Auvelais

les informations supplémentaires seront transmises aux clowns lors des répétitions).

Pour le Comité

Anne Collignon, secrétaire

 

Gym

Un nouveau module « Corps en mouvement » sera organisé du 1 er mars au 10 mai, tous les lundis, de 14 à 15 h, au local de l'Ancien Nopri, avenue Albert 1er 2 à Fosses.

Soyez la bienvenue !

Pour tout renseignement, veuillez contacter

Mme Lallemand ' 071-71.19.49.

Organisation de Vie Féminine.

Concert Pascal Gillard

Notre chanteur-compositeur Pascal Gillard chantera ce samedi à 20 h 30 au Wex de Marche-en-Famenne, là où se sont produits de très réputés artistes. Rappelons qu'un déplacement en car est prévu avec départ à 18 h de la place du Centenaire.

Quelques places (avec déplacement en car) sont en encore disponibles au Bureau du Syndicat d'Initiative, place du Marché 12, où l'on doit s'adresser avant 17 h (entrée 18 €, + 5 € pour le car).

 

Un président s'en va

Il vient un moment où il faut laisser la place aux plus jeunes. C'est ce qu'a décidé Jean Piéfort qui a choisi de laisser le rôle de président de la Compagnie de la Musique des Volontaires, à un successeur, mais tout en se gardant disponible pour l'organisation de la Saint-Feuillen l'an prochain. Il est d'ailleurs loin de quitter la société, car ce Fossois de souche possède un parcours exceptionnel au sein des sociétés fossoises.

Ce sera d'ailleurs sa 11 e participation à la Septennale puisqu'il marcha pour la première fois en 1935 à l'âge de 5 ans (son grand-père en a effectué 12 et son arrière-grand-père 7). On se souvient aussi que son père était admiré pour sa prestance comme tambour-major.

Le tambour l'a toujours fasciné et il fit souvent partie de la batterie en tête du cortège et devint officier dès 1963. Il retourne aux Volontaires en 1984 et prend la présidence dix ans plus tard. C'est donc durant une dizaine d'années qu'il put apporter toute sa compétence au sein du comité.

Ajoutons aussi que Jean fit partie de la société des Chinels durant 32 ans et qu'il y fut aussi président, lançant à son époque, l'idée d'une fête de Laetare animée uniquement par des groupes fossois de l'entité, ce qui apporta une réelle animation avec la formation de nouveaux groupes.

C'est au cours du souper-raclette, du 24 janvier dernier, qui rassembla plus de 180 convives, que son collègue Jean-Luc Boulanger, au nom du corps d'office et des membres de la société, lui remit un petit cadeau et ses remerciements, pour ses dix années de dévouement.

Théâtre

La prochaine représentation au Théâtre des Beaux-Arts de Charleroi aura lieu le samedi 21 février avec, à l'affiche : « Paris, belle Epoque » de Jack Lebru. Un déplacement de groupe est prévu ;

s'adresser à Mme Christiane François, rue de l'Ecole Moyenne,

' 071-71.10.65.

Le budget

L'abondance des matières ne nous permet pas de publier cette semaine les détails du budget, présenté lors du dernier Conseil communal, comme nous l'avions annoncé.

Nous en donnerons le contenu dans notre prochaine édition.

Caravane ou maison ? Que préférez-vous ?

Dans notre premier numéro de cette année, nous faisions écho à la présentation au Conseil communal d'un Plan triennal du Logement prévoyant la création de 14 nouveaux logements d'ici trois ans : 4 dans les deux premières maisons de la rue Al Val, jouxtant l'Hôtel de Ville ; 8 à la rue Victor Roisin, dans l'ancienne boulangerie Cuvelier ; 2 à Vitrival, dans une maison abandonnée.

Ce problème du logement est revenu au cours d'une présentation, par l'échevin Benoît Buchet, et du bourgmestre Benoît Spineux, d'une campagne d'information pour reloger autant que possible les habitants des campings dans des habitations décentes mais à loyer social.

En effet, 238 ménages, représentant 334 personnes, sont actuellement logées dans des campings : une situation provisoire devenue permanente que ne tolère plus la Région Wallonne. Bien sûr, certaines caravanes ou chalets sont tout à fait convenables et il n'est pas question de vider les campings comme celui d'Andenne, ce qui avait causé tant de remous. Certaines personnes recourent à ce type d'habitat parce que les loyers deviennent trop onéreux pour leur ménage ; mais d'autres s'y sont installés parce qu'ils ont choisi cet environnement et souvent ils ont aménagé et agrandi leur installation.

N'empêche, dit le bourgmestre, il y a dans certains campings des situations épouvantables de misère et d'inconfort qui font penser à Germinal, le roman de Zola qui décrit justement cette misère. Il faut donc entreprendre une campagne et la Région wallonne a attribué pour cela des aides aux communes, sous forme notamment d'une assistante sociale au logement : Mlle Sophie Canard est l'une d'elles et assistait à la présentation du projet. Pas question donc de déménager d'offfice les gens qui se plaisent là où ils sont ; mais il faut leur proposer une alternative (d'où ce Plan du Logement) qui s'assortit d'aides substantielles : une allocation de déménagement et d'installation de 400 €, plus 80 par enfant à charge ; et d'autre part une allocation dans le Plan " Habitat Permanent " de 1240 € plus 250 € par enfant à charge : un incitant valable donc.

Il devrait permettre à ceux qui le souhaitent de quitter un environnement peut-être bucolique, sous des arbres, mais le plus souvent insalubre, insuffisamment équipé (sanitaires, bouches d'incendie) et aux chemins boueux peu propices à la promenade et aux jeux...

L'assistante sociale est consciente qu'il s'agit là d'un problème de longue haleine, pour convaincre et aider dans la constitution du dossier. Encore une fois, il ne faut pas généraliser mais on est parfois loin de conditions de vie dignes de la personne humaine. Et la spéculation foncière, à Fosses, on connaît, malheureusement. Le plan triennal de, Logement fossois devrait arriver à 34 logement sociaux, avec les projets d'un terrain du CPAS à lotir au Grand-Gaux, du rachat de la Gendarmerie et du presbytère de Bambois..Les travaux d'aménagement de la rue Al Val, confiés au Foyer Namurois, devraient débuter d'ici peu et être terminés pour 2006."Ce sera un chancre de moins ! " dit le mayeur à propos de cette rue qui présente hélas un aspect peu esthétique par des habitations abandonnées et en piteux état, en face d'autres dont les propriétaires ont fait de sérieux efforts de présentation. Les autres projets devraient suivre et on espère que d'ici trois ou quatre ans, plusieurs ménages pourront laisser leur caravane (parfois pourrie et insalubre) contre un appartement décent et confortable.

Fosses ne peut qu'y gagner.

Ici, au camping du Val Tréko à Vitrival, l'environnement est attirant, au milieu des arbres, mais y vivre en permanence, à l'étroit, est sans doute peu confortable. Un choix qui sera laissé aux résidents.

Vols en série

- Dans la nuit de lundi à mardi, un individu s'est introduit chez M. et Mme Paul Bastin, rue Saint-Pierre à Vitrival. Le voleur a été dérangé et a pris la fuite sans avoir pu poursuivre son méfait.

- Le même nuit, probablement par les mêmes malfrats, il y a eu tentative de vol chez M. et Mme.Arnould, chaussée de Charleroi à Vitrival.

Appels des pompiers

- Dans la nuit de lundi à mardi, vers minuit, un incendie s'est déclaré à la toiture, chez M. et Mme Finfe, rue Pont-du-Coq 3, à Vitrival. La rapide intervention des pompiers de Fosses, sous les ordres du Commandant Philippe Scieur, a pu limiter les dégâts, grâce au déploiement de leur grande échelle. Les dégâts sont néanmoins importants.

Il semble que l'origine de cet incendie soit dû à un feu de cheminée. Les inspecteurs de la zone de police Sambre-et-Meuse, ont dressé le constat des faits.

- Mardi, vers 15 heures, les pompiers sont intervenus dans les eaux du ruisseau Le Trecko à Vitrival, pollué par des traînées importantes de mazout, à hauteur de la chaussée de Charleroi.

Les pompiers de Fosses ont effectué un premier barrage et ont fait ensuite appel à la protection civile qui est venue sur place.

Dans le décor

Vendredi dernier, vers 21 h 40, un habitant d'Arsimont se dirigeait du carrefour des Six-Bras vers SartSaint-Laurent. Dans le tournant situé non loin du lieu-dit Au Chevauchoir, le conducteur, gêné sans doute par des bans de neige formés par le vent violent, perdit le contrôle de son véhicule, une VW Caddy et alla percuté un poteau d'éclairage pour terminer sa course dans le fossé.

Blessé, le conducteur fut conduit à l'Hôpital d'Auvelais par l'ambulance de Fosses et une équipe de la zone de police Sambre-et-Meuse a dressé le constat.

L'Ecole de Sart-Saint-Laurent,

Une petite Ecole, Grande comme ça !

Bonjour !

Dans notre école, il y a de l'humour, du merveilleux,

Des instants où l'on rigole, et d'autres où l'on est sérieux. Mais, l'autre jour, ça valait le détour Potentille la Sorcière est arrivée Et, avec elle, une tonne d'activités . De la magie, des chants, des potions, Des bricolages (balais, chapeaux,...), Des chapelets de cacahuètes pour les oiseaux... Et tout en s'amusant, on a appris vraiment, Plein de choses pour devenir grands !

• Des sciences avec les expériences

• De la musique rythmique avec les chants

• De la lecture, de l'écriture pour les potions

• Des mathématiques tout en faisant des bricolages fantastiques

Mais surtout, moi j'ai appris avec mes amis

A me transformer,

Le temps de trois journées, en petits sorciers !

Julien, Ecole de Sart-St-Laurent

Les enfants de l'école communale de Sart-Saint-Laurent, ont bénéficié durant trois jours du mois de janvier, des animations de l'ASBL " Classe-Action-Nature ". Il s'agissait de classe verte " in " (c'est à dire dans l'école même), pour que tous les enfants puissent en profiter, sans les désagréments d'un départ. Cette année, le thème étant " Potentille la sorcière "

Le rapport de l'Administration communale

Comme à chaque début d'année, l'Administration communale publie son rapport dont nous publions quelques extraits qui peuvent intéresser nos lecteurs.

Nous débuterons par la composition du Conseil communal actuel ( car bien des lecteurs ne le connaissent pas avec précision, les élections étant déjà lointaines).

Le Conseil se compose de 11 sièges Union Démocratique, 6 pour le PS et 2 pour le MR.

Benoît Spineux, bourgmestre (qui a aussi dans ses attributions : la police, le service incendie, le personnel communal et le service Travaux)

- Les échevins

- Bernard Meuter (culture, sports, tourisme, jeunesse, bibliothèque, folklore et relations internationales) - Michel Charles (patrimoine, urbanisme, environnement, agriculture) - Benoît Buchet (affaires sociales, logement, famille, ass. patriotiques, festivités, noces d'or et 3e âge)

- Laurence Titeux (finances, fabriques d'église, culte, enseignement communal, commerce et informatique).

- Les conseillers

René Brachotte (PS), Vitrival

Willy Piret (PS), Névremont Philippe Moreau (MR), Fosses Bemadette Defoin (UD), Haut-Vent Philippe Mullier (UD), Sart-Eust. Nicole Lalière (PS), Haut-Vent Françoyse Rochet (MR), Sart-Eust. Alex Borbouse (UD), Aisemont Etienne Drèze (UD), Fosses Jules Lallemand (UD), Fosses Françoise Sarto (UD), Sart-St-Laur. Paulette Jacqmain (PS), Vitrival Jean-Marie Denis (PS), Aisemont Jean-Louis Pacorus (PS), Bambois

 

CPAS - Composition du Conseil - Président : Guy Henin, Fosses - Membres

Daniel Populaire, Sart-St-Laurent Dany Fremy, Haut-Vent Alain Lenoir, Vitrival

Gérard Sarto, Sart-St-Laurent Françoise Bertrand, Bambois Chantal Demil, Sart-Eustache M.-Jeanne Burton, Bambois Laurence Parent, Le Roux

- Secr. : Claudine Dussenne, Floreffe

-Personnel : certain(e)s à temps plein et d'autres à temps partiel : - Service administratif : Claudine Dussenne (secr.), Joël Lemmens (receveur), Sylviane Barthélemy, Thierry Becquevort, Erika Poncelet, Elian Debacker, Stéphanie Lambot - Service social : Kathy Brasseur, Manuella Caruso, Carmen Leal Iglesias, Mélanie Maricq, Danielle Martin, Martine Ville (assistantes sociales), Martine Albert (médiatrice de dettes)

- Article 60 : Jean-Noël Igot, Lucia Mastrocinque, Zohra Merbah, J.Claude Deblock, Sanuel Taviet

Les taxes

Pour le fonctionnement des différents services communaux, service des travaux, d'incendie, l'enseignement communal, etc., la Commune emploie plus d'une centaine de personnes. Les rémunérations sont assurées grâce aux taxes que chaque commune adapte à ses besoins. Voici les taxes 2003 dans notre ville - 2600 centimes additionnels au précompte immobilier

-7,5% de taxe à l'impôt des personnes physiques

- redevance sur délivrance de permis de bâtir, de lotir, d'environnement 30 euros pour permis de bâtir 120 euros par parcelle pour lotir pour permis d'environnement : 300 (classe 1), 20 classe 2, néant cl. 3)

- divers taux pour délivrance de documents administratifs

- sur prestations des ouvriers communaux aux particuliers : 16e/h par homme, 25 e par véhicule, frais déplacement 2e/km. - Location container : 250 e/jour, 300 e le week-end (véhicule et main-d'oeuvre inclus) + caution de 125 euros.

- taxe sur enlèvement immondices 48 e (1 personne), 72 pour 2 perosnnes et + ; 72 par commerce et indépendant si l'exploitant n'habite pas le même immeuble ; 72 e pour seconde résidence.

- redevance pour enlèvement des versages sauvages : 19 e frais d'ouverture dossier, 16 e/h par homme, 62 ou 124 suivant véhicule (camion,

frue...) + forfait frais de stockage et rais mise en décharge...)

-taxe sur inhumation, dispersion restes mortels incinérés, ou en columbarium : 150 euros (250 pour personnes étrangères). Enfant taxe réduite de moitié.

- redevance sur exhumation : 150 ou 250 suros, suivant caveau ou sépulture pleine terre.

- sur force motrice : 22,31 euros/kW)

- sur mines et carrières : 37.200 euros

- sur agence paris : 62 euros par agence et par mois

- sur panneaux publicitaires fixes 0,60 e par dm2)

- pour imprimés publicitaires toutes boîtes : 0,05 e (une feuille) et 0,0744 (pour 2 feuilles et plus, ou échantillons)

- taxe de séjour : 0,90 e par nuit

- taxe sur emplacement en terrain de camping : de 15 à 60 euros suivant type (12,5 à 15 euros pour touristes de passage).

- taxe sur dépôts de mitraille et véhicules usagés : 0,20/m2

- sur véhicule abandonné : 500 euros par véhicule

- sur établissements bancaires : 200 euros par guichet

- taxe sur les décharges contrôlées 1,20 e/tonne

- taxe sur spectacles et diverstissements : 20% du prix du ticket

- taxe sur les pylônes : 2.500 euros

- taxe sur seconde résidence : 150 e par caravane, 300 pour chalet ou maison ou caravane isolée.

- taxe sur le colportage : 13 euros par jour, 56 par semaine, 188 par mois, 375 par an

- redevance pour enlèvement des objets encombrants, déchets verts par les services communaux : 10 e/m2

- redevance pour caveau d'attente 15 euros par corps, par mois

- pour concession de sépulture : 100 euros par m2 si la personne habite la commune ; 200 euros si non

- pour concession en columbarium 250 euros si la personne habite la commune, 500 si non

- pour ouverture de caveau : 13 euros + forfait de 60 euros

- pour recherche et délivrance de documents administratifs : 5 euros par renseignement ou 15 euros/heure

- pour affichage : par l'afficheur communal : 4 euros par affiche

- pour sacs-poubelles : 1 e grand sac ou 0,5 pour petit sac

- pour sacs Fost-Plus : 0,13 le sac

- gratuité des sacs dans certains cas

- portions d'affouage section de Vitrival : 5 euros par portion

- redevance pour intervention du service incendie (divers taux)

- transport urgent par ambulance (taux divers)

- prêt de livres à la bibliothèque : 0,13 par livre et par quinzaine

- utilisation du site Intemet à la bibliothèque : 1,25/heure par enfant-et 2,50 par adulte

- placement de loges foraines : 125 e

- enlèvement et entreposage de dépôts suite aux expulsions mobilières (taux divers).

Chez nos marcheurs

Comme chaque année, le comité de la Marche St-Roch organisait son souper qui consistait cette année en un repas suisse à base de fromage.

Le président André Poulain remercia les convives, se montrant heureux de pouvoir organiser ce banquet en la salle du village. Il rappela la participation aux festivités du 900e anniversaire de la reconnaissance de la sainteté de Rolende de Gerpinnes et la sortie d'Alle-sur-Semois et enfin signala la préparation pour la SaintFeuillen 2005. Il remercia Jean Maron et Eric Piéfort pour la bonne organisation du souper.

La soirée se déroula, comme on le devine, dans une excellente ambiance.

Braquage

Lundi dernier, vers 18 h 30, deux individus cagoulés et armés ont pénétré dans la Superette, rue du Sartia, ont braqué le gérant et se sont fait remettre la recette de la journée.

La police de la zone Sambre-etMeuse mène l'enquête.

Tentatives de vols

Dans la nuit de lundi à mardi, comme signalées à Vitrival également, plusieurs tentatives de vol ont été constatées dans des habitations de la rue du Sartia et de la rue de l'Eglise à Sart-Eustache.

BAMBOIS - BOSSIÈRE 4 - 4

Marchal dévia de la tête un centre de Glendza pour mettre les visités sur orbite, à la 7e. Mais peu après, Jacques rétablit l'égalité. Bambois appuya sur l'accélérateur et Daxhelet rendit l'avance aux Fossois. A quatre minutes du repos, le gardien visiteur repoussa l'envoi de Dumont, mais Hérin, à l'affût, creusa l'écart (3-1). A l'heure, Hérin corsa l'addition. Trois minutes plus tard, un penalty converti par Piette relança les promus. A la minute suivante, le capitaine des « Verts » remit le couvert, avant de signer le but égalisateur à la 67e. Peu avant la fin, Hérin, seul devant le but vide, manqua l'immanquable.

TAMINES - FOSSES 3 - 2

Menée 0-2 sur un terrain boueux, l'Etoile taminoise ne semblait pas en mesure de rattraper le retard causé par l'inusable buteur de Fosses, Janssens. Mais Ventura parvint à faire 1-2 juste avant la mi-temps et permit ainsi à son équipe d'y croire à nouveau. L'égalisation tomba en seconde période via Traîna. Ensuite, c'est un échange de contres qui faillit bien tourner à l'avantage des visiteurs mais leurs tirs furent stoppés à deux reprises par la boue. Réduite à dix, suite à l'exclusion de Liroux, l'Etoile espérait décrocher le nul. Mais à deux minutes de la fin, Tsattis parvint à se présenter seul face au but et donna la victoire aux visités.

GRAND-LEEZ - FALISOLLE 4- 0

Rien ne va plus pour Falisolle qui ne parvient pas à se dégager de sa spirale négative. Par contre, tout va pour le mieux pour Grand-Leez qui dispose désormais de quatre points d'avance sur Mazy qui a cependant un match en retard (contre Tamines). Les leaders se sont facilement imposés face à Falisole. Ludovic Charles ouvrit le score à la 381 sur penalty tandis que Michaël Charles et Johan Pinpurgneau (deux fois) accentuèrent l'avantage des visités en seconde période.