N°50   31 décembre 2004

Coup d'oeil clans le rétroviseur

Ecrire un éditorial est un exercice pas toujours facile : il faut être en phase avec l'actualité, choisir un sujet et sentir l'attente des lecteurs. Mais inutile de décrire l'actualité en détail : laissons cela aux quotidiens et à la TV. Choisir est délicat : les sujets ne manquent pas, mais il faut en trouver un qui soit un écho de la pensée générale des lecteurs tout en tirant une leçon personnelle, un message à faire passer.

L'épouvantable raz-de-marée qui a ravagé de nombreuses îles de l'Océan Indien a bien sûr fait la " une " des journaux écrits, parlés et télévisés. Inutile donc d'en rajouter si ce n'est peut-être pour une petite conclusion : il faut se sentir en compassion avec les dizaines de milliers de familles touchées par le deuil brutal ; il faudrait participer (mais comment ?) au soutien moral de tant de gens accablés ; il faut prévoir une participation rapide aux besoins de ces pays en logement, en eau, en nourriture et on nous dit qu'il faudra pour cela des milliards de dollars pour cette première aide. Mais il en faudra encore autant pour la reconstruction de ces ruines désolantes. Des dollars, il n'en manque pas de par le monde, si tout le monde veut bien y participer. Mais ce terrible séisme a mis encore une fois en évidence la fracture entre les pays riches du Nord de la Terre, et la misère criante de beaucoup de pays pauvres de l'hémisphère Sud. Il faut une prise de conscience plus nette de cette révoltante différence. Et si on arrêtait l'hémorragie de dollars consacrés à l'armement et à la guerre, en Irak et ailleurs ?...

Les sujets d'actualité, les objets de commentaires n'ont pas manqué en 2004. Petit coup d'oeil dans le rétroviseur pour rappeler de quoi nous avons parlé au cours de cette année qui se termine.

Dans la vie, il faut de la variété. J'ai donc tenté de toucher à un peu de tout : problèmes communaux ou régionaux ; grandes affaires judiciaires ; questions de société et de morale ; violences internationales avec le terrorisme ; tensions communautaires dans notre pays...

La vie de notre commune mérite qu'on s'y intéresse et qu'on s'informe. Dans le premier numéro de janvier 2004, j'ai évoqué le Plan triennal du Logement : maisons vides, loyers élevés, " habitat permanent " souvent précaire dans des campings. Le pèlerinage à sainte Brigide, la fête de saint Feuillen, de la Confrérie et l'ouverture de " l'année Saint-Feuillen ". Le 90e anniversaire de la Bataille de la Sambre ; le 125e anniversaire du drapeau de la Jeunesse de Sart-Saint-Laurent ; le 125e de la Compagnie des Congolais et le 125e anniversaire du Messager : 1879 fut donc une année exceptionnelle ! Et en passant, pour l'information des Fossois, une étude sur les stalles de notre collégiale pour leurs 480 ans et une présentation de la " Chapelle Bastin " à Vitrival.

Affaires régionales : le projet MESA d'implantation d'éoliennes, projet en régression constante : de 60 à 37 puis finalement à 10 ; avec des réactions de lecteurs. Que devient notre agriculture dans la construction d'une Europe qui s'élargit ? La ministre Sabine Laruelle est venue en parler d'abondance. La réforme des Polices a aussi fait couler encre et salive : une présentation de la Zone Sambre et Meuse était utile, avec son Plan de Prévention de Proximité.

Affaires judiciaires : 2004 voyait la fin du " Procès Cools " : des assassins condamnés, mais toujours pas le fin mot sur les commanditaires de ce cri-me politique. Et LE procès du siècle ! Dutroux et ses comparses. On en par-le bien avant l'ouverture, et déjà il faut lancer des appels à la décence journalistique ; une recherche de l'information à tout prix, un certain sensationnalisme ; un rappel des valeurs morales : sagesse, équité, justice, honnêteté, respect d'autrui. " Le cirque " du début du procès ; dégoût des détails sordides ; silences des inculpés. Et pour la fin du procès : soulagement devant les sentences, mais encore des questions d'honneur de gens sans honneur et de propos indécents de certains avocats. Avec, juste en parallèle, l'affaire d'Outreau en France. Et pour suivre, l'affaire Fourniret rondement menée et les découvertes incroyables de ce tueur pire encore que Dutroux. Soulagement aussi, émotion et commisération lors des funérailles de la petite Elisabeth Brichet.

Violences internationales : s'il n'est pas possible de suivre, relater et commenter toutes ces atteintes à l'intégrité des personnes et des peuples, nous avons tenté d'en tirer les leçons. Ce fut le 10e anniversaire du génocide rwandais ; la guerre en Irak avec ses dérives de certains soldats américains envers des prisonniers les attentats répétés de kamikazes palestiniens en Israël et les représailles de Sharon qui tue et détruit, créant un climat de vendetta perpétuel qui ne s'est arrêté (ralenti ?) qu'avec la mort du vieux chef révolutionnaire Arafat. Nouvelles violences en Bosnie, une autre terre de vengeances ; et le terrorisme islamique Ben Laden a intensifié et élargi ses " exportations " ! La réélection de G.W. Bush à la présidence des Etats-Unis. L'explosion contenue en Côte d'Ivoire, où on a craint un moment un autre génocide.

Parfois, les sujets se bousculent tellement qu'il faut en présenter plusieurs à la fois : le prix du pétrole et celui du téléphone en Belgique ; la dangerosité de Fourniret mise en doute ( !) par son avocat, bien sûr ; la responsabilité des dealers après décès par overdoses ; les outrances du groupe Sniper au festival de Dour...

Réflexions morales aussi : l'argent corrupteur (en sports notamment), l'indécence des gains et des dépenses de certains sportifs ou chanteurs. Le laxisme de notre civilisation dans l'affaire Fourniret dans l'éducation, dans la police, dans la justice (libérations conditionnelles irrationnelles). Et en général un laxisme moral de la population. Sévérité ou permissivité ? Pratique du " tout laisser faire ". Violences dans les écoles...

Et nos problèmes communautaires ! Provocations policières à Zaventem interdisant à un autocariste wallon d'encore amener des passagers en Flandre ; décret flamand sur le travail des artisans wallons ; intolérance. Aux élections : dangerosité des progrès du Vlaams Blok qui, condamné pour xénophobie, se clone en Vlaams Belang, qui veut toujours faire éclater la Belgique. Délire communautaire de certains politiciens et journalistes flamingants. Réactions diverses au Sud du pays : certains veulent la fermeté, d'autres envisagent déjà un troc avec la scission Bruxelles-Hal-Vilvorde. Appel au bon sens, au réalisme. Et finalement l'audace du prince Philippe qui dit clairement ce qu'il pense et son attachement à l'unité du pays.

Problèmes politiques : quel est encore le sens des partis ? Libéralisme social, socialisme libéral, tous partis du centre... Et cette " erreur d'appréciation " de Marie Arena, qui a fait les choux gras des extrémistes.

Problèmes de vie, enfin. Faut-il permettre le port du voile par les jeunes musulmanes ? Importance de voir et de connaître vraiment l'Islam et l'islamisme radical et intégriste. Mais surtout, dépassionner le problème et tenter d'organiser cohabitation et intégration. Mais j'ai posé aussi (c'est un peu une marotte personnelle) la question du sens de la vie en société : basée sur la sagesse, la justice, le respect des autres et de la nature, ou une culture marchande, basée sur l'argent, la productivité, la croissance sans fin, la compétitivité qui mène à l'égoïsme ?...

En cette fin d'année, après les généreux élans de Noël, il est peut-être utile de se reposer la question.

J. R

La ruelle Thée-Dinant

Cette ruelle, qui part du bas de la place du Chapitre et qui aboutit au bout de la rue Al Val s'appelait, d'après les archives, la « petite ruelle ». Ce nom de « Thée-Dinant » viendrait sans doute de Dorothée Dine, née le 17-6-1706, qui y habitait avec sa soeur Marie-Josèphe Dirèt ; toutes deux étaient filles de Dirèt Evrard, le messager Fossois qui se rendait à Liège porter le courrier et qui fut tué à Sart-St-Laurent au chemin de Buzet le 16 mai 1718.

 

 

Prochain numéro

Nous avons annoncé à nos lecteurs que Le Messager ne paraîtrait plus dorénavant qu'une semaine sur deux.

Le premier numéro de 2005 sortira le vendredi 14 janvier pour les abonnés et le jeudi 13, dès 17 h, en librairie.

Le numéro 2 paraîtra le 28 janvier et ainsi toutes les deux semaines.

Et, comme annoncé, les numéros d'avant et après la Saint-Feuillen (16 et 30 septembre) paraîtront en 8 pages, car l'actualité locale sera plus abondante à l'approche de cet-te grande fête.

Disposant ainsi de plus de temps pour préparer nos éditions, nous comptons les rendre plus complètes et plus attrayantes.

Les réabonnements

Nous remercions les nombreux abonnés qui se sont empressés de renouveler leur abonnement.

Nous insistons auprès de ceux qui ne l'auraient pas encore fait, de ne pas tarder, car les opérations, surtout en ces périodes de fêtes, tardent davantage avant de nous parvenir.

Merci de votre confiance.

Horaire de fin d'année

-Tous les bureaux de l'Administration communale seront fermés ce vendredi 31.

-La banque ING, applique habituellement un horaire prolongé le vendredi jusque 18 h 30 ; cet horaire prolongé se fera exceptionnellement le jeudi 30 au lieu du 31.

- La banque Fortis (anc. Générale) arrête ce vendredi 31 à 16 h au lieu de18h

- A la banque Dexia (anc. Cr. comm.), les guichets seront fermés ce vendredi à 12 h.

Toutes les banques ouvrent lundi (pas de jour de récupération donc).

Voeux de la J.S. Fossoise

Je me fais l'interprète de la Jeunesse Sportive Fossoise pour souhaiter une heureuse et agréable année 2005 à M. le Bourgmestre, Mme et MM. les Echevins, le service des travaux et à nos fidèles supporters.

Nous vous remercions aussi pour votre générosité. Bonne année 2005.

Le secrétaire : Hubert Sauvage

Amateurs de théâtre

Les amateurs d'opérettes, qui souhaitent se rendre aux Beaux-Arts de Charleroi pour assister à la représentation des « Trois Valses », le samedi 8 janvier, à 20 heures, sont priées de s'inscrire au plus tôt chez Christiane François-Radelet, rue de l'Ecole Moyenne,

' 071-71.10.65.

Prochaines séances : le samedi 15 janvier : « Le Chanteur de Mexico de Francis. Lopez ; puis : « Quatre jours à Paris » (Fr. Lopez) le samedi 19 février.

 

Concours de belote

Un concours de belote est organisé par le J.S. Fossoise le dimanche 9 janvier, dès 15 heures, à la buvette du football, rue de l'Abattoir 15, à Fosses. Avis aux amateurs.

A l'Etat-Major

Les membres du Conseil d'Administration de l'Etat-Major de la Marche Saint-Feuillen se réuniront le mercredi 12 janvier prochain, à 20 heures, en la salle de l'Hôtel de Ville, pour déjà commencer à préparer l'organisation du cortège et des bataillons carrés lors de la procession septennale du 25 septembre prochain.

Tombola

Voici les billets gagnants de la tombola 2004 du club de balle pelote de Fosses. Les lots sont à retirer chez Freddy Ladrille, 3, rue V. Roisin du lundi au vendredi, jusqu'au 30 janvier

È 0494-39.45.05

0051 0210 0276 0304 0357 0444 0470 0551 0677 0693 0704 0741 0818 0968 1075 1082 1 104 1 125 1133 1 143 1 244 1253 1277 1318 1362 1 426 1483 1 622 1648 1679 1 684 1 712 1725 1750 1 874 1907 1923 1963 1966 2087 2209 2274

Après les funérailles

Nous avions signalé, la semaine dernière, le décès de Marcel Dubois, de Bambois. Lors de la messe des funérailles, Roger Viroux comptait lire l'éloge funèbre de son ami de toujours, mais son état de santé lors de cette matinée hivernale, ne lui permit pas de le faire. Voici le texte qu'il comptait adresser ce jour-là.

Voici ç' qui dj'aureûve v'lu dîre à l' famile à messe, mins dji n' so nin bin odjoûrdu. Vos m' vôroz bin èscuser.

Mès djins, d' tote li famile qui dj' conèt bin, dj'a pièrdu on grand, on bon camarâde

Dj'a todi conu Mârcèl. Quand il èsteûve pitit, lès losses qui nn' èstin.n', saquants ans pus vîys qui li, nos l' fyin.n' arèdjï po!' plaîji dè l' vôy si toûrminter. Adon, niêrveûs corne one coloûte, i fieûve tron.ner s' minton. C'est ça qu' nos ratindin.n'.

Pus taurd, dj'a djouwé au football avou Mârcèl : nin longtimps, pace qui dj'a ieû dès boûsses po-z-aler studyî à l' ètranjer èt pwîs, pace qui dj' n'èsteûve nin là on si bon djouweû d' football ! Mârcèl, li c'èsteûve on-as' : corne keeper, c'èsteûve on vraî tchèt. Et il aveûve li grande quâlité d'on keeper : rin qu'à vôy li djouweû d' l'ôte èkipe s'aprèster à shooter, il advineûve èwoù-ce qui l' balon aleûve aler... èt il èsteûve là !

Avou, aus backs, René Colin èt Josèph Lampèreûr, is fyin.n' one dèfense qu'eureûve bin djouwer saquants scayons pus wdt qui l' Banbwès ! II aveûve on balon o cwârps : après awè pièrdu on rin dins on-aksidint d' football, i s'a r'mètu à djouwer ! Après, il a stî entrin.neû ; corne d'èsteûve sècrètaîre, nos nos vèyin.n' tos lès londis po fé l'èkipe po l' dîmègne d'après.

Mins Mârcèt a stî èto l' caurlî dè l' Mârche Sint-Biètrumé. Li djoû, qu' dj'a rintré è l' maujo d'on raploû d'Etat-Majôr èt qui dj' l'a dit à m' feume, èle m'a dit : << Cès-st-one tchance po l' mârche, pace qui Mârcèt è-st-onête jusqu'au d' bout d'sès-ongues ». Et ç'a stî l' vraî : todi dès comptes faîts au dêrin centime, rindus chake anéye li deûzyin.me maurdi après!' Mârche ! Po vos dîre l'estime qui dj'aveûve po Mârcèl, dji va vos raconter : on djoû, Mârcèl va à l' banke qwé 35.000 fr. po payï lès fraîs dè l' Mârche. On lî compte, on lî mèt dins on-envèlope, i sine èt i rovîye l'envèlope. On n' l'a pus r'trové. Adon, dj'a dit one bièstrîye : dj'à propôsé qu' chake mimbe di l'Etat-Majôr mètiche si paurt po r'trover lès 35.000 fr. Mârcèl n'a nin v'lu. Il a remboûrsé tot seû. Djè l' comprind : i n' v'leûve nin qu'on pinsiche qui c'èsteûve li qu'aveûve'pris lès 35.000 fr. ! Dj'aureûve faît corne li !

C'èsteûve on-orne qui d'ja vèyu voltî, qui dj'a estimé. C'èsteûve on-orne corne il è faureûve di pus ! Si feurne, què l'a todi sotenu èt milouté èt sèsèfants polenut ièsse fiérs di li !

Mi, dji so-st-è l' pwin.ne

Roger

Chez les pêcheurs

Nous apprenons que la Fédération des pêcheurs de la Basse-Sambre, regroupant notamment les sociétés de Le Roux et d'Aisemont, s'est réunie à Bambois pour congratuler un affilié du club de Jambes, Philippe Warzée, qui a remporté le championnat de Belgique au moulinet, qui s'était déroulé au canal Albert, près de Liège.

Vous cherchez une

AIDE POUR LE JARDIN ? (nettoyage, pelouses, haies, etc.)

Vous cherchez une

AIDE POUR LE BRICOLAGE ? (peinture, menuiserie, plomberie, etc.)

Vous cherchez une

AIDE ADMINISTRATIVE ?

Vous cherchez une AIDE dans le domaine de l'HORTICULTURE ou de l'AGRICULTURE ?

Alors, faites appel à

L'AGENCE LOCALE POUR L'EMPLOI (asbl)

Rue V. Roisin 9d, 1er étage

FOSSES-LA-VILLE

'071-71.34.36

7071-71.47.95

È 0475-89.26.19

Pascottini Philippe, président Lenoir Alain, agent technique Legrain Sylvie, agent techn.

Il vous en coûtera 4,95 euros/heure avec possibilité légale de déductibilité fiscale (jusqu'à 793,26 euros net/an.

Possibilité légale de mettre des chômeurs de longue durée au travail. Rapidité de service.

Quels sont les chômeurs pouvant s'inscrire en A.L.E. ?

1. Les chômeurs complets indemnisés depuis plus de 2 ans (— de 45 ans)

2. Les minimexés

3. Les chômeurs complets indemnisés depuis plus de six mois (+ de 45 ans)

Pensons à nos aînés

Fêteront leur anniversaire au cours de ce premier mois de l'année :

Le 3 : Jean Louis Lecomte Rue du Sartia, Sart-Eustache. 81 ans

Le 5 : Joseph Prigneaux, Rue Froidebise, Sart-Saint-Laurent. 81 ans

Le 7 : Georges Willems Ch. Charleroi, Vitrival 82 ans

Le 8 : René Michaux, Ch. Charleroi, Le Roux 91 ans

Le 8 : Josiane Gailliot, Rue Petite Couture 80 ans

Le 8 : Léon Moustier, Avenue des Déportés 80 ans

Le 8 : Reine Wéry, Rue Brosteaux, Sart-Saint-Laurent. 80 ans

Le 9 : Amandine Bernard, Rue du Grand-Etang, Bambois 80 ans

Le 11 : Capraro Constantina, Rue Criptia, Sart-Eustache 83 ans

Le 11 : Jean Benoît, Rue du Fays, Aisemont 82 ans

Le 11 : M.-Thérèse Jaumotte, Home Dejaifve 89 ans

Le 11 : Alphonse Colin, Place de la Gare 83 ans

Le 14 : Maria Maufront, Rue du Fays, Aisemont 90 ans

Le 14 : Fernande Sohy, Rue Neuve, Haut-Vent 87 ans

Le 14 : Marie-José Beckmans, Rue Petite Couture 83 ans

Le 15 : Maurice Toussaint, Rue Grande, Le Roux 85 ans

Le 15 : Germaine Goessens, Rue des Egalots, Fosses 84 ans

Le 17 : Léopoldine Hapiot, Rue Cocrimaont, Le Roux 90 ans

Le 17 : Suzanne Wilmotte, Rue du Grand-Etang 85 ans

Le 19 : Marie Ernoud, Rue de Névremont, Fosses 80 ans

Le 20 : Albert Frippiat, Place de la Gare 81 ans

Le 21 : Ruth Dassuy, Camping Les Viviers 85 ans

Le 22 : Sidonie Preter, Ch. Charleroi, Vitrival 83 ans

Le 22 : Henri Thévenier, Rue du Sartia, Sart-Eustache. 87 ans

Le 22 : Eugène Goblet, Rue Criptia, Sart-Eustache. 80 ans

Le 23 : Raymond Vervotte, Rue des Remparts, Fosses 83 ans

Le 24 : Jean-Baptiste Legrain, Rue Grande, Le Roux 85 ans

Le 26 : Lucien Tombelle, Rue des Tanneries 82 ans

Le 27 : Martha Destrée, Rue Cortil-Mozet, Névremont. 87 ans

Le 28 : Berthe Coria, Ch. de Namur, Sart-Saint-Laurent. 85 ans

Le 28 : Henri Guillaume, Champ Stoné, Fosses 90 ans

Le 29 : Ernest Simon, Rue de la Bruyère, Vitrival 91 ans (doyen de Vitrival)

Le 29 : Rosalie Noulard, Home Dejaifve 94 ans

Le 31 : Roger Dohet, Rue Grande, Le Roux 82 ans

Le 31 : Aril Romdenne, Avenue Albert 1er, Fosses 83 ans

Le 31 : Jules Defoing, Rue V. Roisin, Fosses 80 ans

Chez Oxfam

Le magasin Oxfam à Fosses, situé rue des Egalots, possède un très bel espace, où l'on peut trouver de nombreux produits alimentaires ainsi que de l'artisanat, commercialisés par les pays du tiers monde, afin de permettre un commerce plus équitable. Et parallèlement, Oxfam vend à prix intéressant, des vêtements et articles divers de seconde main.

Le magasin est tenu à tour de rôle par une bonne trentaine de bénévoles. L'équipe est dirigée par Mme Irène Arte, qui consacre la grosse partie de son temps à cette oeuvre, que l'on voit ici sur la photo avec la plus jeune des bénévoles, lors de la journée des petits déjeuners, journée destinée à faire connaître tous les produits que l'on peut se procurer dans ce magasin. Une petite visite permettra de vous rendre compte du choix offert et vos achats aideront les producteurs de ces pays pauvres, trop souvent exploités.

Bon gré, mal gré... bientôt 80 ans !

On le sait, les + de 80 ans se font de plus en plus nombreux et Fosses n'échappe pas à la règle. Au cours de l'année 2005, ils seront 52 à venir grossir les rangs. Un nombre toujours croissant : ils étaient 45 l'an dernier (et parmi eux, 3 seulement ne figurent plus sur les listes). Car il y a donc souvent moins de « sorties » (décès) que d'entrées. Et c'est tant mieux, pour autant que la santé reste acceptable.

Dans ce numéro, nous publions donc la liste des personnes qui, au cours des douze prochains mois, entreront dans le dernier cinquième de siècle... avec le secret espoir de suivre l'exemple de Madame Lamy (Emilienne Pou-leur), notre doyenne, qui poursuit sa route en tête de liste et en bonne santé !

Parmi les nouveaux élu(e)s 2005, on en compte 29 à Fosses (dont deux ont demandé de ne pas citer leur nom), 10 à Vitrival, 6 à Le Roux, 3 à Sart-Eustache, 2 à Aisemont et 2 à Sart-Saint-Laurent.

FOSSES :

1. Gailliot Josiane Rue de la Petite Couture 08-01-1925

2. Moustier Léon Avenue des Déportés 08-01-1925

3. Bernard Amandine Rue du Grand-Etang, Bambois 09-01-1925

4. Ernoud Marie Rue de Névremont 19-01-1925

5. Defoing Jules Rue V. Roisin 31-01-1925

6. Gallucio Rosa Rue Chapelle Saint-Roch 23-02-1925

7. Tasiaux Alphonsine Avenue des Déportés 25-02-1925

8. Noulard Nelly Rue Saint-Roch 06-03-1925

9. Zique Joséphine Rue du Cheslong 22-03-1925

10. Rue Champ Stoné 25-03-1925

11. Defleur René Rue de la Plage, Bambois 04-04-1925

12. Urbain Gabrielle Home Dejaifve 15-05-1625

13. Hance Elise Chaussée de Charleroi 19-05-1925

14. Briot Suzanne Rue du Grand-Etang, Bambois 30-05-1925

15. Dumont Marie Rue du Grand-Etang, Bambois 25-05-1925

16. Rue Franceschini 20-07-1925

17. Maudua Suzanne Rue des Tanneries 26-07-1925

18. De Keuninck Ida Rue Chapelle de la Paix 05-08-1925

19. Dewez Gaston Rue de Vitrival 06-08-1925

20. Frisque Gérard Rue Saint-Roch 10-08-1925

21. Wouters Victor Avenue Albert 1er 11-08-1925

22. Hiernaux Raymonde Place de la Gare 02-09-1925

23. Vael Georges Avenue Champ Stoné 26-09-1925

24. Thône Georgette Rue de la Plage, Bambois 29-09-1925

25. Lebeau Marie Rue de Haut-Vent 10-10-1925

26. Hermant Irène Rue de Névremont 03-11-1925

27. Majub Louise Route de Tamines 17-11-1925

28. Leclercq Gladys Rue des Forges 26-11-1925

29. Falque Alphonse Chaussée de Namur 14-12-1925

VITRIVAL

30. Galand Louise Chaussée de Charleroi 24-02-1925

31. Santoro Rosina Rue de la Giloterie 27-02-1925

32. Chif Marguerite Rue de la Bruyère 26-03-1925

33. Chapelle Léon Rue Bois-des-Mazuis 08-04-1925

34. Henri Josépha Chaussée de Charleroi 19-04-1925

35. Baudry Fernand Chaussée de Charleroi 30-04-1925

36. De Coster Renée Rue de la Cantine 04-06-1925

37. Debende Marcel Rue de la Bruyère 01-08-1925

38. Pire Bronislava Rue Saint-Pierre 29-09-1925

39. Bernard Emma Rue Bois-des-Mazuis 12-10-1925

LE ROUX

40. Hatert Lucien Rue Lotria 17-02-1925

41. Legrain Elise Rue Grande 23-07-1925

42. Palamin Alféo Rue du Long-Try 17-09-1925

43. Cerfaux Valère Rue de Claminforge 19-09-1925

44. Saelens Henri Rue du Long-Try 09-10-1925

45. Marcha) Gilberte Rue Grande 17-10-1925

SART-EUSTACHE

46. Goblet Eugène Rue Criptia 22-01-1925

47. Bihain Ivonne Rue du Sartia 28-07-1925

48. Philippe Paulette Rue Les-Ruelles 22-11-1925

SART-SAINT-LAURENT

49. Wéry Reine Rue Henri-Brosteaux 08-01-1925

50. Leboutte M.-Thérèse Rue Victor-Dewez 04-02-1925

AISEMONT

51. Gillain Gisèle Rue de la Station 12-03-1925

52. Collin Jeanne Rue Rivaustrée 30-07-0925

Dans notre prochain numéro, nous publierons la liste des personnes qui, au 1er janvier 2005, auront atteintes ou dépassées les quatre-vingts ans.

Li guêre di 40, vikéye pa on gamin

pa Roger Viroux

« On », qu'advêrticheûve, c'èst l' mayeûr Joseph Romain. I faut sawè qui l' mayeûr Joseph Mingeot aveûve sitî trop complaîjant avou l's-Alemands èt qu' sès scabins José Nihoul èt Joseph Romain n' pârticipin.n' pus à l' jèssion del' comune. Il èsteûve tot seû èt, après l' sèyance do 28 di julèt' 1942, il aveûve diné s' dèmission. Peû d'awè on mayeûr èt one administrâcion rèxisse, corne on saveûve qui l' bolèdjî Becquevoort, qui d' mèreûve è l' reuwe Victor Roisin, sayeûve di rachoner lès saquants rèxisses di Fosses po prinde li pouvwêr, li juge Loix a d'mandé à Joseph Romain d' fé lès foncsions d' mayeûr.

Joseph Romain, bon patriyote, a stî d'acôrd èt il a pris lès foncsions à on momint plin d' risses. II a insi chapé dès vîyes. On n' lî saureûve ièsse âssez r'conechant Il aveûve on-indic (qui ?), onk qui travayeûve po l' s-Alemands, on spiyon, què lî fieûve sawè ç' qui lès Boches avin.n' l'idéye d'ètèrprinde. Adon, Joseph préveneûve pa tèlèfone, quand c'èsteûve possibe. Ou il aleûve li min.me prévenu. Ci-t-orne-là, qu'èsteûve cârdiake, a monté mwints côps l' tiène do Banbwès ou l'cia d' Nèvrumont pâr nût po-z-advêrti lès manecîs do dandjî.

Corne i djaleûve à pire finde, li Grand Vèvî pwârteûve èt lès-ornes di d'ssus l' Trî l'ont trèvautchî sui' glace po-z-ècouru à Maujo ou à Pontauri èmon dès parints ou dès conechances. I gn-a min.me on-orne, Ernest Colin, li Grand Nèsse, qu'a passé au d' truviès dè l' glace dins lès djoncs, èwoù-ce qui l'eûwe prind mwins' bin. Eûreûsemint qu' vêlà i n' faît nin fond. Il a rèchu foû d' l'eûwe, i s'a disboté èt on-z-a faît do feu po l' rissètchi èt li r'chandi.

Et su ç' timps-là, qwè-ce qui l' Pèpin div'neûve ? I s' faît qu'à Salèt, dé Biou, gn-aveûve on groupe di Rèsistants èt au"l èsteûve didins. Volà au' trwès-Alemands passenut su l' vôye.lès Rèsistants atakenut l' patrouye. Is touwenut deûs Boches èt is faîyenut l' trwèzyin.me prîjenî

Mins i nè l' survèyenut nin bin èt i coûrt èvôye. II èva rgwê one binde di sôdârts qu'ècêrnéyenut Salèt. II atakenut lès Rèsistants. I lès touwenut, sauf li Pèpin, blèssî dins one cauve, qu'èst faît prîjenî èt èmwinrné. On-zarète dès-ornes di Salèt èto, qu'ènnîront en-Alemagne èt qui n' rivêront mauy.

Emile Gérard, li, on l'èmwin.ne au « Tir Nacionâl », corne on-z-ètind co bin dîre, ça vout dîre li tchamp d' tir di l'ârméye à Ronèt. Il î èst boûriaté èt fusilié. Si-t-èstraît d'ake di décès èst daté do 16 di jun 1944 à St-Sêrvaîs.

Si tot à l'air di s' rapaujî à Fosses, ci n'èst nin tot-à-faît l' vrai' : on djon.ne Lîdjeû qui s' catcheûve èmon Camille Biot, à l' Laide Basse, è l' place di n' si nin mostrer, va à on bal à Aursumont, èt là, i raconte qu'i s' catche èmon Camille Biot. Li lèdmwin, tot timpe, lès Boches vègnenut arèter Camille è l' rèfractaîre. Georges, li gamin da Camille, qu'èva è scole, lès rèscontère nin Ion èri di s' maujo.

Nos-èstans au mwès d' maîy en 1944. II èmwin.nenut Camille au Petit-Château, pwîs à Sint-Djîle. Li 6 di jun, on-z-a one lète da li, d' Sint-Djîle. Li preumî d' julèt, il è-st-èm-winrné à Bochum, en Westphalîye. Di d' là, i scrît qui n'èst nin trop mau, qu'i travaye, coins qui l' bèsogne n'èst nin trop deure. I d'mande on colis èt, à preume, one savonète. Il aleûve ièsse dèlîbèré paus-Amèrikins, coins I' 15 d' avri 1945, malade, i môrt à l' hopitâl, èwoù-ce qui l' mayeûr di Mârvèye l'aveûve mwinrné à bèrwète. Li rèfractaîre, li, on l' lache après on p'tit timps. (tos cès dètays-ci, djè lès dwè à Marie (Mimîye) Thibaut, li feume da Georges, qui m'a binaméyemint dit tot ç' qu'èlle aveûve apris, vèyantmint qu'à ç' momint-là èle ni fiêuve nin co nârtîve del' famile).

(à chûre)

Interventions des pompiers

Le 8 décembre : appel des pompiers, chaussée de Charleroi à Vitrival, pour un nettoyage de route, suite à l'éclatement d'un bidon de latex.

Le 8 : appel des pompiers et deux ambulances, pour un accident sur la RN 90 à Floreffe ; nettoyage de route et transport de deux blessés à Sainte-Elisabeth, Namur.

Le 10 : appel des pompiers pour un nettoyage de route, rue de la Station à Aisemont.

Le 10 : pompiers et ambulance, suite à un incendie à la boulangerie Gosset, rue de Vitrival.

Le 11 : appel des pompiers pour un nettoyage de route, rue Croix-de-Bourgogne à Mettet.

Le 12 : appel de l'ambulance, suite à un accident sur la RN 90 à Franière.

Le 13 : intervention de l'ambulance et des pompiers, suite à un accident sur la RN 98 à Fosses ; un blessé conduit à Auvelais.

Le 13 : appel des pompiers pour le feu dans une maison de la rue Sandrot à Buzet-Floreffe.

Le 13 : appel des pompiers pour un feu de cheminée, route de Saint-Gérard 51 à Bambois.

Le 14 : intervention des pompiers suite à un feu dans la toiture d'un entrepôt Régalgel, rue des Tanneries, à Fosses.

Le 15 : intervention des pompiers sui-te à incendie de maison, rue J. Brosteaux 6, à Soye.

Le 15 : appel des deux ambulances, suite à un accident, face à Alfa-Meubles, rue Saint-Roch à Fosses ; deux blessés conduits à la clinique Sainte-Elisabeth à Namur.

Le 15 : appel des pompiers pour un feu de cheminée, rue Tienne-Brulé à Devant-les-Bois.

Le 16 : ambulance et pompiers, suite à un accident route de Maredsous à Saint-Gérard ; un blessé conduit à Mont-Godinne.

Le 18 : ambulance et pompiers, suite à un accident à St-Gérard.

Le 18 : ambulance et pompiers, suite à un accident route Royale à Buzet.

Le 18 : appel des pompiers pour un arbre tombé sur la chaussée, à Sart-Eustache.

Le 21 : ambulance et pompiers, au 24, Grand-Rue à Saint-Gérard, pour le feu dans la cuisine.

Le 23 : ambulance suite à une chute de cheval, rue d'Arsimont à Aisemont. Blessée transportée à Auvelais

Le 24 : pompiers pour un noyé dans un ruisseau près du Val Tréko.

Le 25 : arbre sur la route, chemin de la Carrière à Vitrival.

Le 25 : feu dans une voiture, rue de la Sarthe (deux personnes âgées ont péri dans leur voiture).

Le 26 : incendie dans des déchets, rue des Bergeries à Fosses.

Le 29 : appel de l'ambulance et des pompiers pour un accident à Floriffoux, sur la RN 958, près de l'usine Materne : un blessé transporté à la clinique Ste-Elisabeth à Namur.

LE ROUX Funérailles de M. Dargent

Ce mercredi matin avaient lieu, en l'église de Le Roux, les funérailles de M. Joseph Dargent, père de Michel, qui fut directeur des écoles communales. Né à Falisolle le 5 décembre 1913, Joseph Dargent avait épousé Mme Lucie Volon, décédée voici quelques années ; il avait eu un fils, Michel, deux petits-enfants et quatre arrière-petits-enfants. Il s'est éteint doucement au lendemain de Noël, après avoir encore participé aux fêtes familiales.

Son petit-fils Benoît, à l'entrée à l'église, retraça le portrait de cet homme de bien : par son prénom, il aurait pu devenir menuisier, mais " il était tombé dans le chaudron de la mécanique ". Ce fut un grand travailleur, toujours en activité même après son travail à l'atelier mécanique des Carrières ; deux jours avant sa mort, il démontait encore une machine. Un curieux de tout, intéressé par tout, l'esprit toujours en éveil. Un coeur aimant et bon, attentif et serviable, pour sa famille mais aussi pour tout un chacun. Une autre de ses grandes qualités fut son sourire et son amour de la vie : toujours content, toujours heureux de vivre, toujours souriant.

Le service funèbre était célébré par M. le curé Lambiotte, assisté du chanoine J.P. Charles. A l'homélie aussi, M. le curé eut des paroles vraies, simples et justes pour dire la valeur de cette vie consacrée au travail et aux autres. Et la foule défila longuement, à l'offrande, manifestant l'estime générale en laquelle était tenu l'affable M. Dargent. L'inhumation eut lieu au cimetière de Falisolle, où repose son épouse.

Nous présentons à M. et Mme Michel Dargent, à leurs enfants et à toute la famille, nos bien vives condoléances.

Rétrospective 2004

JANVIER

- Le Messager fête le 125e anniversaire de sa fondation. En 1879, Ignace Maillien, imprimeur installé alors rue du Curé, crée un hebdomadaire qui sera repris par son fils Jules, puis par Célestin Duculot, par Firmin Duculot, puis par Joseph Romain, par ses deux fils qui participent toujours à la rédaction et par Michel Romain ; avec des interruptions aux deux guerres et de 1978 à 1982.

Dès cette année, il ne paraîtra plus qu'une semaine sur deux.

- Les 4x20 sont de plus en plus nombreux : 45 petits nouveaux viennent rejoindre leurs aînés qui passent le cap des 300 (306 exactement) au 1er janvier 2004.

- Polémiques autour des éoliennes du projet MESA. Rien n'est toujours concrétisé mais on en parle moins et on croirait presque ce projet passé aux oubliettes.

FEVRIER

- Pascal Gillard, jeune chanteur et compositeur Fossois, récolte un beau succès au Wex de Marche, devant 2.000 personnes et de nombreux supporters Fossois.

- Un mois de février relativement calme, avec toutefois ses activités habituelles : grands feux, soupers, réjouissances diverses, mais aussi ses décès, ses accidents, ses faits divers...

MARS

- C'est le mois de la sortie des Chinels au Laetare : c'était le 21 mars, par un temps mitigé. Mais cette année, les Chinels fêtaient les 135 ans de leur musique.

- Ce fut aussi Télévie, le week-end suivant, qui récolta très justement un beau succès chez nous.

- Mars, c'est aussi la tradition des grands feux... une tradition qui n'est pas prêt de « s'éteindre

AVRIL

- Visite à Fosses du ministre Van Cauwenberg à la librairie Linard (invitation de PAC).

- Beau succès pour le jeune Fabian Van Ryssel dans son spectacle de dressage de chevaux, présenté au camping Le Pachy. devant près de 1.500 personnes.

- La police Fossoise perd un des siens : Peter Pal est tué accidentellement par un chauffard, à Biesme.

MAI

- La Confrérie Saint-Feuillen tente de donner un nouvel élan à la fête Ste-Brigide et bénéficie d'un soleil radieux.

- De son côté, la Royale Philharmonique fête ses 160 ans d'existence avec un concert qui rassemble plusieurs fanfares dont une française.

- Une nonagénaire Fossoise, Germaine Delvaux, décédera à la suite de l'incendie de sa maison. Elle sera tirée des fumées par trois jeunes qui passaient par là, mais ne survivra pas à ses brûlures.

JUIN

- On vote, le 11 juin, mais ce devoir sera accompli un peu dans l'indifférence, car les « joutes électorales » d'antan n'existent plus. Chaque camp se respecte et c'est mieux comme ça.

- Les journées médiévales, mises sur pied par le Centre culturel de Fosses, deviennent traditionnelles et s'étoffent d'année en année. Cette 4e édition ne sera pas favorisée par le temps, hélas.

JUILLET

- Mois de la marche de Vitrival, qui ouvre le cycle des sorties dans les sections voisines f Isis vacances et des « congés payés ». Calme et reposant.

AOUT

-- Les festivités tradition, celles se poursuivent : ce sont les marches à Sart-Eustache, à Sart-St-Laurent, à Le Roux, à Bambois et à Névremont ; les fêtes à Sart-Saint-Laurent, Le Roux, Névremont le 90e anniversaire de la Bataille de la Sambre à Belle-Motte...

- A Sart-Saint-Laurent, d'autres festivités s'ajoutent avec le 125e anniversaire du drapeau de la Jeunesse.

- Refonte complète du comité de la Croix-Rouge de Fosses avec des rôles bien répartis.

SEPTEMBRE

- A l'occasion de l'Année de la Musique, l'IDEF se joint au Centre culturel pour l'organisation d'une Balade musicale sur le site du lac de Bambois.

- Ce sont les anniversaires qui se succèdent : le soixantième anniversaire de la libération et de l'ouverture d'un cimetière américain à Fosses 125e anniversaire de la Compagnie des Congolais ; 70e anniversaire de l'inauguration du carillon ; 20e anniversaire de la restauration de la chapelle Saint-Roch...

OCTOBRE

- Le premier dimanche est consacré à la cérémonie en l'honneur des couples jubilaires : ils sont 18 cette année, dont un couple qui fête ses noces de diamant.

- La saison se termine au Lac de Bambois par la journée des champignons.

- Les traditions se poursuivent encore avec la Marche N.-D. à Aisemont, qui clôture e cycle des marches ; la marche des Monastères de la Marlagne, organisée par le Footing Club (marches sportives celles-ci).

- Anniversaire encore avec les 20 ans du Collège Saint-André à Fosses.

NOVEMBRE

- Nous restons toujours dans les anniversaires avec la 20e édition des expositions des artistes de l'entité.

- Traditions respectées également avec les cérémonies du 11 novembre, mais aussi les soupers organisés par différents comités dont le plus ancien est sans doute celui de la Philharmonique en l'honneur de leur patronne.

DECEMBRE

- Réunion festive du Conseil communal, consacrée à la remise de médailles et de trophées pour les sportifs ou autres qui portent bien haut le renom de notre ville.

- L'année s'achève à Fosses sans faits divers retentissants, tout comme l'aura été cette année 2004, avec bien sûr, pour chacun des joies, mais hélas des peines dans le départ d'êtres chers. Et elle s'achève aussi avec les fêtes de Noël, les illuminations presque générales des maisons particulières.

- Et 2005 pointe déjà son nez avec la réputée marche septennale, ses préparatifs, ses sorties préliminaires et l'apothéose le 25 septembre. On prie déjà saint Feuillen de nous accorder du beau temps pour cette toute première septennale du XXIe siècle.

SART-EUSTACHE Animation à l'école

L'association des parents de l'école de Sart-Eustache et les enseignantes avaient préparé une petite fête pour la Noël, avec des contes, des chants et beaucoup de belles histoires, afin d'entraîner les enfants dans l'ambiance de Noël.

Vers 18 heures, le Père Noël fit son entrée et distribua aux enfants quelques friandises et cadeaux, qui furent très appréciés.

On sait que l'école primaire risque de disparaître l'an prochain, si le nombre d'enfants n'atteint pas le quota exigé. C'est la raison pour laquelle cette petite école va pratiquer dès l'an prochain l'immersion linguistique, un projet qui permettrait l'inscription de quelques élèves supplémentaires, et garder ainsi le fonctionnement des classes et les emplois.

Le dévouement ne manque pas à l'école de Sart-Eustache et les parents peuvent faire entièrement confiance à cet enseignement qui participe beaucoup à la vie et aux activités du village.

Il y a 100 ans,

N° 51 du 18 décembre 1904

Bagarre et attentat. - Dimanche dernier, vers minuit, une violente bagarre a éclaté au café tenu par M. Victor Croisier, place du Marché à Fosses. Une bande d’énergumènes a envahi le café et à propos d'incidents insignifiants, ont mis le café à sac et frappé des consommateurs. Deux hommes ont été blessés. Sur la place du Marché, la bande s'acharnait sur l'un d'eux et ce n'est qu'à l'intervention de M. J.A. qu'il put être retiré de sa fâcheuse position. Dans la lutte, un des agresseurs voulant frapper avec un couteau, reçut un coup sur le bras, qui fit dévier l'arme et se planta ainsi le couteau dans la jambe, se faisant une profonde blessure qui le forcera à plusieurs jours de repos.

Mercredi vers 6 h. 1/2 du soir, M. Achille Goffart, qui se trouvait parmi les consommateurs, mais qui avait jugé prudent de déguerpir, se rendait selon son habitude à l'Hospice Dejaifve, fut assailli près de l'ancien cimetière par un individu qui lui asséna un coup sur la tête. La violence du coup fut si forte que M. Goffart s'affaissa en appelant au secours. Ses appels furent entendus heureusement, par les ouvriers de la tannerie de M. Demanet qui mirent les agresseurs en fuite. Ils conduisirent alors la victime qui perdait du sang en abondance, dans une maison voisine.

Grâce à la vigilance de M. Paris, commissaire de police, les frères Birembaux étaient arrêtés presque aussitôt après l'attentat. Le Parquet de Namur s'est rendu jeudi à Fosses. Après avoir entendu un rand nombre de témoins, les faits relevés à charge de M. Feuillen Birembaux ont été suffisants pour le maintien de son arrestation. Il a été dirigé vendredi sur la prison de Namur.

Un vagabond, Clause Des cours, déserteur français, a été mis en état d'arrestation cette semaine par M. Paris, commissaire de police. Descours était porteur d'un poignard, arme prohibée par la loi. Il a été écroué à la prison de Namur.

M. Ancia, entrepreneur à St-Gérard, a obtenu l'entreprise des travaux à exécuter à notre église collégiale, pour la somme de 36.700 francs.

N° 52 du 25 décembre 1904

Le garde Pierre Thirot, au service de M. de Thomaz de Bossierre, a surpris jeudi vers 8 heures du matin, un nommé Alphonse B., de Bambois, bricolant dans le bois de la Bocame. Procès-verbal a été dressé.

Jules B, fossoyeur à Fosses, s'est fait pincé dimanche par le maréchal des logis Charlier et le gendarme Malapel au moment où il braconnait sur Sart-Saint-Laurent. Il était armé d'un fusil à démonter et faisait battre les buissons par son jeune fils qui l'accompagnait. Procès-verbal a été dressé ; fusil et cartouches ont été remis aux autorités.