N°42   05 novembre 2004

 

FOSSE. - Le château

Un lecteur a trouvé, dans ses vieux papiers, cette carte postale d'un château se situant à Fosse.

S'agit-il vraiment d'un château de chez nous ? La tourelle au coin du bâtiment nous intrigue. Il ne s'agit pas du château Winson, qui ne possède pas de tourelle, ni du château de Taravisée dont l'architecture des fenêtres n'est pas semblable. ?

II ne s'agit pas non plus du château Biot, abattu lors du lotissement du Champ Stoné, ni du château de Sart-Eustache dont les tours sont carrées. Et puis, Sart-Eustache n'est pas Fosse ; on l'aurait précisé.

Ce qui étonne aussi, c'est que le verso ne possède pas de nom d'éditeur, mention qui figure généralement sur toutes les cartes. Et la carte n'a pas circulé (pas de correspondance, ce qui aurait donné une indication).

Alors, nous nous demandions s'il ne s'agissait pas de Fosse près de Trois-Ponts, qui s'écrit sans s. Car la très grande majorité des cartes postales anciennes de chez nous s'écrivent avec le s final. Nous avons contacté une personne de l'endroit qui dit ne pas connaître de château se situant dans ce petit village des environs de Stavelot.

Alors, nous nous sommes tournés vers la France. Il existe, en France, un « Fosses » près de Paris. Mais aussi un Fosse dans les Pyrénées orientales. Comment cette carte serait-elle atterrie chez nous ? Rien d'impossible à cela. Mais l'architecture du bâtiment, ses nombreuses cheminées, prouvent que l'on s'écarte beaucoup de chez nous.

Au verso après le titre : « Carte postale », il est indiqué, en petits caractères : « Tous les pays étrangers n'acceptent pas la correspondance au recto. Se renseigner à la poste », une mention qui figure parfois sur les cartes belges, mais aussi, parfois, sur les cartes françaises. Alors ???

Nous faisons appel à la perspicacité de nos lecteurs, qui pourraient nous éclairer sur cette étrange château de Fosse.

Ouverture solennelle de

l'« Année Saint-Feuillen »

" Il y a 1349 ans, le 31 octobre 655, saint Feuillen était assassiné dans la forêt Charbonnière, un lieu qui est devenu la ville du Roeulx ", dit Charles Wellin, président de la Confrérie pour cette année, dans son allocution de clôture d'une messe particulièrement solennelle car elle ouvrait en effet " l'Année Saint-Feuillen ".

Le jeune président rappela aussi la fondation de la Confrérie, voici 6 ans, juste avant la septennale. Un groupe de personnes, regrettant que la dévotion à notre patron soit trop occultée durant ces années intermédiaires, émit l'idée de fonder une Confrérie dont le but serait de " rechercher nos racines culturelles et spirituelles et promouvoir le culte de saint Feuillen ". Depuis lors, chaque année a lieu une messe spéciale en son honneur avec renouvellement du voeu par tous les confrères ; une " Croix celtique " a été offerte à la ville, deux vitraux représentant saint Feuillen et sainte Gertrude ornent la crypte, le pèlerinage à sainte Brigide, dont le culte et une relique furent apportés chez nous par Feuillen et ses compagnons, a retrouvé un faste oublié, une bannière sera bientôt confectionnée à l'effigie du saint, sans compter les nombreuses occasions de rencontres, comme la fête de saint Patrick, célébrée en toute amitié avec les confrères du Roeulx.

Car là aussi, au lieu de la mort de notre patron, s'est créée une Confrérie qui lui est dédiée depuis quatorze ans déjà. Ces confrères viennent chaque année à la Sainte-Brigide et à la Saint-Feuillen d'octobre, tandis qu'une délégation de Fossois participe au Grand Chapitre au Roeulx depuis six ans.

Mais ce n'est pas tout : en 1998, dans le cadre des festivités de la Saint-Feuillen, un grand concert avait réuni les chorales de Nivelles, Le Roeulx et Fosses : ce fut une soirée sensationnelle, animée et joyeuse. Mais ce contact avec les fidèles de sainte Gertrude n'a pas trouvé de prolongation. Par contre, à plusieurs reprises, des Fossois (dont des paroissiens avec le Buste de St Feuillen, ainsi que la Compagnie des Congolais) ont participé aux fêtes de la paroisse Saint-Pholien à Liège, en Outre-meuse. Et là, avec le chaleureux esprit liégeois, des liens d'amitié se sont créés, notamment avec Jean-Denys Boussart, " mayeur de la commune libre d'Outre-meuse " et président de la Confrérie de Marcatchou, un groupe de pêcheurs à la ligne des rives de Meuse. Enfin, à l'occasion des fêtes anniversaires de la châsse puis de la reconnaissance de sainteté de sainte Rolende, des Fossois se sont rendus à Gerpinnes et là aussi des liens se sont tissés. Ajoutons encore que deux membres de la Confrérie fossoise ont découvert une Confrérie Sainte-Brigide à Ayeneux (Soumagne, en Pays de Herve) avec là aussi des relations privilégiées. Sans oublier le sympathique curé de Retinne, Pol Karen, dans un pieux souvenir du lieu de naissance de sainte Julienne de Cornillon.

Tous ces liens, ces amitiés profondes parfois, se sont concrétisés en cette journée " Saint-Feuillen " : Le Roeulx avait délégué huit de ses Confrères, Gerpinnes était représenté

par Mme Aimée Philippe, mambour de la Confrérie Sainte-Rolende ; Ayeneux était là par le président de la Confrérie, Hubert Spronck, et Liège Saint-Pholien était venu en masse : une trentaine de membres de la Confrérie en habits divers (sarrau et mouchoir rouge pour les hommes, longue robe, tablier et chapeau de paille pour les dames, cape avec ruban bleu pour les membres de la Confrérie), emmenés par Jean-Denys Boussart, par ailleurs président de l'Association des Groupements folkloriques wallons.

Avec la Confrérie de Fosses, cela fit un imposant et prestigieux cortège qui, depuis la crypte amena le Buste de notre patron jusqu'au choeur, aux sons d'une musique celtique irlandaise. L'autel était ainsi entièrement entouré de ces fidèles de saint Feuillen. La messe, concélébrée par M. le Doyen et l'abbé Goret, connut une piété et une ferveur remarquables et se termina par le cantique à st Feuillen, dû à Jacques Godfroid et Jules Dewez.

Mais avant la fin de l'office, surprise : le Président Ch. Wellin dévoila une nouvelle statue de saint Feuillen, toute blanche : il semble tout jeune, debout, en bure, les mains élevées dans un geste d'adoration. Elle rappelle très précisément celle de son frère Fursy, dans le site de son ancien monastère à Killursa, en Irlande, non loin du Lac Corrib qui vit la naissance des trois frères, et l'image du vitrail de la crypte.

Pourquoi une nouvelle statue ? Celle qui orne le côté droit de la clôture du choeur est " de l'école de Jean Del court ", célèbre sculpteur liégeois et, comme celle du haut du porche, elle représente Feuillen en habit d'évêque du XVIIIe siècle : historiquement, ce n'était pas réel et les Confrères s'attachent à la vérité historique ; les moines irlandais étaient vêtus d'une simple bure avec capuchon et n'ont jamais connu ces riches vêtements épiscopaux. Cette statue sera placée dans la chapelle latérale des, fonts baptismaux. Ajoutons que des réductions, en plâtre, de cette statue peuvent être obtenues au prix de 12,50 € : le souhait de M. le doyen est que chaque maison fossoise se place ainsi sous la protection de St Feuillen. Après l'office, devant la Croix celtique et le cercle de leurs amis des autres Confréries et des fidèles, les confrères fossois ont renouvelé leur serment de fidélité aux buts et statuts de la société. Il n'y avait pas, cette année d'adoubement de nouveau confrère.

Une nombreuse assemblée se retrouva ensuite en la salle du Collège pour un apéritif généreusement accompagné. On y notait encore la présence de M. Emile Damanet, président de l'Etat-Major de la Marche, des présidents des Grenadiers et des Congolais et de nombreux autres Fossois qui participèrent aussi au dîner fraternel, préparé par Lucia et apprécié par tous les convives dans une ambiance de plus en plus joyeuse : placés sur la scène, les Liégeois donnèrent le ton avec le " Valeureux Liégeois " et autres refrains ; Jean-Denys, dans un speech de remerciements, lança même " Li Bia Bouquet ", c'est tout dire !

Marc Buchet a aussi annoncé le grand spectacle en plein air prévu en septembre prochain : 7 tableaux présentés par des comédiens amateurs en des endroits différents du centre. Et le Président de l'Etat-Major a évoqué le déroulement de la Saint-Feuillen 2005, dont les préparatifs ont débuté. Cette " Année Saint-Feuillen " a donc été inaugurée sur les chapeaux de roue et l'enthousiasme de cette journée est de bon augure pour le succès des nombreuses activités qui marqueront notre grande année septennale.

 

 

Un clown en Folie chez soi !

Nous avons le plaisir de vous annoncer l'arrivée de 3 modèles de statuettes représentant les clowns.

Elles sont en vente au prix de 8 euros l'unité. Dépêchez-vous car il s'agit d'un tirage limité. Vous les trouverez : - Au Syndicat d'Initiative, 12, place du Marché à Fosses

Au Relais du Sapeur, à Fosses

Chez Madeleine Bruyr, rue du Try-al-Hutte 45

'071-71.29.47

Chez Karine Debris, rue d'Orbey 44 à Fosses

'071-71.18.39 ou au È 0473-71.49.10

Chez Valérie Calice, rue des Forges 35, Fosses

'071-72.63.49.

Une sortie est aussi prévue le samedi 4 décembre à Jambes, où nous accompagnerons Saint Nicolas, pour nous rendre ensuite à Namur.

D'autres sorties sont aussi prévues dans le courant de l'année 2005 :

- le 6 février à Schifflange (G.-D. de Luxembourg) ;

- le dimanche de Pâques pour la cavalcade de Fleurus ;

- le 2 juillet à Orbey.

Des informations plus complètes seront données en temps utile.

A la Poste

On nous signale que les guichets du bureau de Poste de Fosses sont ouverts le JEUDI jusque 18 h 30.

Rectificatif

Dans l'article sur la reconnaissance du Centre culturel, paru la semaine dernière, nous avons passé un nom dans la liste des personnes s'étant dévouées pour le Centre, Madame Françoise Honnay. Son nom a sauté lors de la frappe. Nos excuses.

A nos correspondants

En raison de la fête du 11 novembre qui tombe un jeudi, nous devons avancer d'un jour la sortie de notre prochaine édition. Dès lors, nous demandons à nos correspondants de nous transmettre leurs copies pour le mardi avant midi.

A Vie Féminine

La section de Fosses de Vie Féminine organise les mardis 9, 16 et 30 novembre des cours de bricolage de fin d'année au local du Syndicat d'Initiative, place du Marché.

Renseignements chez

Marylise Lallemand '071-71.19.49.

Souper des Sorcières

Le groupe des Sorcières organise le 20 novembre, à partir de 19 h, à la salle L'Orbey, son deuxième souper.

Cette année, Diables et Sorcières vous emmènent aux « 4 coins du Monde » et vous feront déguster les gastronomies italienne, espagnole, allemande et américaine.

L'animation orchestrale sera assurée par le groupe « Remember ».

Voici le menu, dont le prix est de 18 euros pour les adultes et de 10 euros pour les enfants (- de 12 ans) :

- Apéro

- 4 passages au buffet (chaud) (Italie, Espagne, Allemagne, Amérique) - Café

Si vous souhaitez nous accompagner dans ce périple, nous vous demandons de bien vouloir procéder à la réservation et au paiement (pour le 10 novembre au plus tard), auprès de l'un des membres suivants (après 18 heures) :

Betty Chabot : ' 071-71.38.72

Cécile Lamy : È 0495-75.70.10

Sylvie Goffaux : ' 071-72.96.76

Michelle Goffaux : È 0479-21.51.44.

Diaboliquement vôtre. Le comité

Services communaux

Les différents services communaux seront fermés les 11 et 12 (Armistice) et 15 novembre (Fête du Roi).

Mais la permanence du service Etat-civil et Population est maintenue le samedi 13, de 9 à 12 heures.

Mérite sportif

Lors du conseil communal de décembre, à la salle L'Orbey, aura lieu notre traditionnelle remise des Médailles de la Reconnaissance de la Ville et du Trophée du Mérite sportif.

A cet effet, rappelons que les dossiers de présentation des candidatures et performances de nos sportifs ou de nos clubs doivent être rentrés le plus rapidement possible, ; la clôture de rentrée de ces dossiers est pour le 15 novembre.

Je vous invite à prendre contact avec mon secrétariat pour toute information complémentaire à ce sujet : Maison de la Culture et du Tourisme, 12 place du Marché.

'071-71.27.01 (A.M. Bernard).

Bernard  Meuter, échevin.

11 novembre

Les Anciens Combattants se font de plus en plus rares, de même que les personnes qui veulent garder la constance aux cérémonies patriotiques de l'Armistice de 1918. Les églises et les monuments, en ces jours particuliers, ne voient plus de foules imposantes, mais de petits groupes fidèles. C'est pourquoi nos responsables (l'échevin B. Buchet notamment, chargé des cérémonies patriotiques) et le Président des Anciens Combattants M. Dufrasne, ont décidé de réunir les participants des différentes sections en un même lieu qui variera d'année en année.

En ce jeudi 11 novembre 2004, ce sera à Sart-Saint-Laurent.

A 9 h 15 : accueil des différentes délégations de sociétés patriotiques et personnalités à l'église du Sart.

A 9 h 30 : messe pour les défunts des guerres et d'action de grâces pour la paix.

A 10 h 30 : dépôt de gerbes au monument devant I église.

A 11 h : dépôt de gerbes au cimetière, avec bénédiction des tombes des Anciens Combattants.

A 11 h 30, au hall : discours de circonstance et verre de l'amitié.

Il faut souhaiter que de nombreuses personnes tiendront à affirmer par leur présence leur attachement à cette vénérable tradition des marques de respect envers ceux qui ont donné leur vie pour la Patrie.

Rappelons d'autre part que le traditionnel " Banquet de l'Armistice " sera organisé par l'Echevinat des Associations patriotiques et le Comite du Souvenir de Le Roux, le jeudi 11 novembre à 12 h 30, salle L'Orbey à Fosses. La participation est de 15 € par personne et les inscriptions se clôturent ce samedi 6

chez B. Buchet ' 071 71.21.57

Cédric Tahir ' 071 74.46.04

D. Tilmant ' 071 76.09.56

Rappelons déjà aussi que le traditionnel Te Deum pour la Fête de la Dynastie sera chanté cette année, pour toutes les sections de l'entité fossoise, en l'église d'Aisemont le samedi 20 novembre à 18 h 30.

A la TV

Ce samedi 6, à 13 h 25, l'émission Télétourisme sera consacrée au Musée de la Gendarmerie à Floreffe

Toussaint

Pour les plus âgés d'entre les paroissiens, les Vêpres de Toussaint offrent une émotion toute particulière. La longue énumération des défunts est un rappel de tant et tant de personnes connues, estimées, côtoyées, aimées, qui s'estompent dans notre mémoire. Emouvante souvenance de tout un monde disparu, qui est aussi rappel de l'inéducable loi naturelle de notre fugacité ici-bas. Images de notre jeunesse et de tant de coins de notre cité où ont vécu, marché, travaillé toutes ces familles dispersées... Ils sont si vite oubliés ! En tout cas, on est souvent surpris du temps qui s'est écoulé depuis leur disparition. Les voici donc, pour notre paroisse Saint-Feuillen :

Joseph Duculot et Madeleine Puissant (novembre 2003) • Adeline Houba, Georgina Godfroid et Monique Dumont (décembre) ; Paul Decuyper, André Gillard, Daniel Delforge, Yvonne Leloup et Emile Bertinchamps (janvier 2004) ; Guy Blondiaux (février) ; Lucile Chaltein, Léa Henin, Daniel Crombez (mars) ; Claude Mignon, Henri Boulanger, Paul Georgery et Vito Urso Pemice (avril) ; Renée Vocroulle, Rose Leclercq, Anne Brosteaux et Germaine Delvaux mai) ; Roger Thiry, Lucien Dupuis et

René Lainé (juin) ; Olga Bernard et Willy Haubourdin (juillet) ; Gérard Moraux et Marie-Jeanne Séréssia (août) ; Paul Effinier et Maryline Prinsen (septembre) ; Stéphane Brosteau et Jean Vanderelst (octobre) ; Marie-Louise Cornil (novembre).

Pour eux et pour tous les défunts que nous avons connus, nous aurons, une pieuse pensée.

Fost-Plus

Un ramassage des papiers et cartons aura lieu le mardi 9 novembre, pour les sections de Fosses, Bambois et Sart-Saint-Laurent.

Le premier ramassage du mois des sacs bleus aura lieu le mercredi 10 novembre, pour toutes les sections de l'entité.

Le Pérou...

C'est donc ce mardi 9 novembre, à 19 h 45, à la salle L'Orbey, que Nadine et Jean-Pierre Cobut présenteront leur conférence audio-visuelle sur le Pérou, pays qu'ils viennent de visiter. La séance est mise sur pied par PAC, en collaboration avec le Centre culturel de Fosses.

Invitation à tous. Participation aux frais : 2 euros.

Aux commerçants

La Foire Saint-André, qui se déroulera cette année les 25, 26 et 27 novembre, sera annoncée par une feuille publicitaire distribuée dans la région. Les commerçants qui souhaitent faire paraître leur publicité doivent contacter au plus tôt l'imprimerie Romain' 071-71.10.83 afin de réserver leur emplacement

On nous écrit...

Réponse à la rubrique « Moqueries » parue dans Le Messager n ° 39

Sept sorties, ce n'est pas à comparer aux nombreuses sorties des Chinels (Laetare), sans compter les nombreux déplacements en Belgique et à l'étranger.

Je vous propose de faire aussi bien que le « Chinel » trônant sur la place du Marché, sur un piédestal : une chèvre avec ses cornes, sa barbichette. Vous avez les moyens d'ériger ce valeureux ruminant, grâce aux subsides de votre carrière et aux grosses quêtes que vous pourriez ramasser, les Gadîs ne sont pas radins.

Aisemont est un village paisible et tranquille et vous avez été surtout très heureux de l'entité de Fosses-la-Ville (fleuron de la Basse-Sambre).

Votre petit village compte de nombreuses anecdotes, par exemple un certain Arthur, qui en veut un peu à sa maman de l'avoir mis au monde à la limite du village et de la Ville. Il aurait tant voulu être Fossois, mais ce gentil garçon n'a pas de rancune.

Si les Gadîs sont rancuniers, ce qui est improbable, les Chinels ne le sont pas du tout.

Nous espérons que, comme par le passé, nos rapports resteront amicaux. Aux représailles, les hostilités sont ouvertes.

Un vrai Chinel : J.-M. M.

Paroisse de Fosses

Attention, il n'y aura pas de messe à Fosses le 11 novembre, mais à Sart-Saint-Laurent.

C'est l'histoire d'un pays

C'est l'histoire d'un pays qui se croit le plus spirituel du monde, mais, de l'avis unanime, possède la droite la plus bête du monde.

Dans ce pays, qui se veut civilisé, cela fait douze ans que la pauvreté progresse. Ce pays est dirigé par un Président immunisé jusqu'à la fin de son mandat de président ; il est donc intouchable jusqu'en 2007. Dès lors, il ne devra pas rembourser les 3 millions d'euros (120 millions de francs belges) détournés et accumulés en voyages et banquets depuis 20 ans, car en 2007 il y aura prescription !

Dans ce beau pays, fleuron de la démocratie - meilleurs footballers, meilleurs baiseurs, meilleurs conducteurs - le nombre d'allocataires du minimex ne cesse d'augmenter : actuellement, ce pays compte 1,6 millions d'allocataires. En matière de logement, 3 millions de personnes sont à la recherche d'un toit.

Deux millions de personnes sont surendettées. La fréquentation des centres médicaux gratuits, gérés par des Médecins du Monde (réservés aux sans-papiers et aux citoyens qui n'ont pas droit à l'aide sociale) est en progression de 15% depuis le début de l'année.

8% de la population de ce pays, c'est-à-dire 4 millions de personnes, vivent en dessous du seuil de pauvreté. Le Conseil européen de l'emploi et de la cohésion sociale estime à un million d'enfants pauvres et le taux d'analphabètes atteint 9% de la population.

L'an dernier, au mois d'août, 13.000 personnes (c'est plus que le nombre de victimes de la guerre d'Irak) sont décédées dans ce pays paradisiaque : à cause du soleil.

Il y a quelques jours, le président de ce pays est allé serrer la pince à un dictateur qui dirige une lointaine contrée d'Extrême-Orient et lui livrera toutes les armes dont il a besoin pour mater les Tibétains en révolte.

Plus besoin de chercher, vous aurez trouvé : non, il ne s'agit pas des USA de Bush (le grand satan), mais de nos voisins du sud, patrie de la liberté, des droits de l'homme, pays de la collaboration avec l'ennemi, champion de la torture en Algérie, permanents donneurs de leçons avec Drucker-la-brosse-à-reluire et Ardisson-le-suceur. Ah ! Oui, j'allais oublier son chanteur de gauche, sorti de la toxico et qui demande 600.000 francs belges pour venir chanter deux heures à Charleroi ; en mai dernier.

Douce France, cher pays de mon enfance... (Musique et paroles de Charles Trenet).

Daniel PIET

P.-S. - Je cite mes sources : Jean-Louis Borloo, ministre des Affaires sociales, ATD Quart-Monde et la Fondation de l'Abbé Pierre.

Dates anniversaires fossoises

Le 14 octobre 1943 : les Allemands, qui ont besoin de matériaux de base, commence le démontage des rails du tram à vapeur, entre Fosses et Presles.

Le 16 octobre 1983 : Fosses remporte le jeu télévisé « A qui le gant et une somme de 200.000 F qui servira à l'achat d'un chapiteau.

Le 17 octobre 1937: inauguration du nouveau kiosque, offert par Mme Delmotte à la ville.

Le 21 octobre 1930 : terrible accident de chemin de fer à Pinson-haie : 2 trains se tamponnent, 8 wagons renversés et on déplore une victime.

Le 23 octobre 1938 : bénédiction d'une cloche offerte par Jules Boutefeu à la chapelle Saint-Roch.

Le 25 octobre 1885 : le bureau télégraphique quitte la Poste de Fosses pour s'installer à la Gare, ce qui provoque la colère de la population qui devra faire 2 x 1 quart d'heure à pied pour recevoir ou envoyer un message

Le 28 octobre 1983 : le Fossois Jean Piéfort gagne un voyage en Californie pour 2 personnes au jeu télévisé de RTL : Atoukado (diffusé le 13/11).

Le 29 octobre 1984: la Compagnie de Haut-Vent est reconnue officiellement Société Royale.

« L'avenir appartient

à ceux qui lèvent... le pied »

Les jeunes cdH vous invitent à participer à leur Congrès national qui se déroulera le samedi 13 novembre à la cité scolaire Le Bosquet, route de Bambois. Il a pour thème « La mobilité... dans tous ses états ». Au programme : 11 h : ouverture du bar, stands (voitures de rallye, sumos, associations diverses) 14 h : ouverture du congrès par B. Langendries, député wallon cdH, ateliers (présence de J. Milquet et des ministres cdH ; 18 h, concert apéritif avec le groupe Carpe Diem (festival de Cour), repas, spectacle de magie, sono...

Repas : apéro, assiette campagnarde, café, dessert) 7,5 e (paiement sur place).

Réservation :

J.-F. Favresse È 0498-468451

B. Spineux ' 071-71.27.66.

Invitation à tous.

 

Li guêre di 40, vikéye pa on gamin

pa Roger Viroux

Nos n'estin.n' jamaîs asto : nosalin.n' qwê dès tchènas plins d'aubissons, nos-alin.n' au crusson dins l' Ri d' Bèle Eûwe èt dins l' Ri do Banbwès, corne on lome, jusqu'à l' Bôcame, li ri qui rét do Grand Vèvî, divant qu'on l' lome li Ri d' Fosses ; nosalin.n' ramasser dès fayènes o Bwès l'Abé èt min.me o Bwès di M'tèt, au rabat d' canadas, quand on-z-aveûve dispouyi, èt, do trèvins dè l' dicauce di Fosses, qu'on n' fieûve pus, nos 'nn-alin.n' à binde cheûre lès nwèjîs o bwès po rimpli dès musètéyes qu'on pindeûve à l' baguète dè l' platebûse.

Di l'uviêr, à l' chîje, on-z-è purdeûve one pougniye foû èt crochî po passer s' timps en chîjelant ou en waîtant cûre èt machî l' pwèrèt. Au Grand Vèvî, gn-aveûve pônt d' plâje : c'èsteûve on bwès, li P'tit Bwès ! Lès cias qu'alin.n' nadjî o vèvî s' disbotin.n' o P'tit Bwès.

Tos lès gamins do Banbwès nadjin.n' corne dès pèchons, mins gn-a pont qui s' riskeûve di nadjî jusqu'à l' « Mote » , one pitite ronde île di bèton au mitan do vèvî. Po-z-î aler, lès gamins fyin.n' one flote : one brèssîye di djoncs loyîs come one djaube. Is s' coûtchin.n' dissus, mins po griper su l' « Mote c'èsteûve risker qu'èlle ènnaliche pus Ion... Et po riv'nu, adon ?

Aler en nadjant à l' « Mote » èt riv'nu, dji n'a jamaîs vèyu qu,' dès-Alemands po l' fé èt on côp on-Italyin qui d' mèreûve è I' maîsonète do Tch'min d' Fiêr o Bwès l'Abé. Quand il a riv'nu èt rariver au bwârd di l'eûwe, il amanké d' flauwi èt sès-ouys robolin.n' foû di s' tièsse.

L'astantche qui bâre li valéye do Ri dès Bons-Efants, qui vint do Batî do Banbwès, èt do Ri d' Bèle Eûwe, qui vint d'après Bossêre, èst lès causes qu'i gn-a on Grand Vèvi, qu'on lomeûve dins l' timps l' Vèvî l' Vèke. Sondjîz qu'i gn-a èto l' Bwès l'Abé, li Bwès do Prince èt l' Bwès dès Tchènon.nes nin Ion èri !

Ci-t-astantche-là lèyeûve passer one vôye, mins il èsteûve sitrwèt èt lès couches dès-aubes dès deûs costés dè l' vôye si r' djondin.n' pad'zeû. Lès-Alemands î v'nin.n' pârker leû camions. Lès-ificiers v'nin.n' tchèssi aus canârds èt aus pouyes d'eûwe. Corne on n' tchèsseûve pus, i gn-aveûve dès kèkéyes. II avin.n' avou zèls on sôdârt qu'aleûve riqwê l' jibier abatu à l' bârkète èt què l' ramwinrneûve dins lès camions.

II è touwin.n' co bin d' pus d' vint', mins quand is lès rècupèrin.n', il è mankeûve chake côp : lès gamins do Banbwès avin.n' boudé l'afêre èt il èstin.n' à l'awaîte. Quand l' sôdârt èsteûve èralé, il è scrotin.n' deûs trwès ! Mins on djoû, ça s'a gâté : is 'nn avin.n' nin touwé ostant èt on 'nn aveûve quand min.me sicroté !

A paurti d'adon, gn-a tofér ieû on sôdârt po-z-aler r'gwé I' jibier èt onk qui d' mèreûve dins on camion à lire « Signal », one rivûwe di l'ârméye Alemande. One broke !

Ci qui dj' vos raconte vêci, c'èst dès faîtinses di grands-èfants, mins ça mostère quand min.me qu'on lès vèyeûve èvi !

(à chûre)

Pensons à nos aînés

Une vingtaine parmi nos aînés fêteront leur anniversaire ce mois de novembre. Ce sont :

Le 1er : Georges Poncelet, Rue Maladrie, Le Roux 82 ans

Le 3 : Paul Michaux, Bois-des-Mazuys, Vitrival 82 ans

Le 5 : Nestor Achtergael, Chaussée de Namur 85 ans

Le 5 : Léontine Montigny, Home Dejaifve 84 ans

Le 8 : Julien Dupuis, R. du Sartia, Sart-Eust. 85 ans

Le 13 : Velia Tirelli, R. St-Joseph, Bambois 80 ans

Le 13 : Lambert Namêche, R. Burnot, Sart-St-Laurent 81 ans

Le 15 : Irène Barthélemy, Rue du Grand-Gau 83 ans

Le 15 : Joseph Dewolf, Rue Petite Couture 80 ans

Le 17 : Walter Mannerts, Avenue Albert 1er 91 ans

Le 17 : Simone Schmidt, Rue Neuve, Haut-Vent 88 ans

Le 19 : Georgine Géradon, Home Dejaifve 83 ans

Le 20 : Germaine Dache, Home Dejaifve 85 ans

Le 22 : Georgine Gravy, Rue du Baty, Bambois 82 ans

Le 24 : Simone Laurent, Camping Val Tréko 84 ans

Le 26 : Albert Carpentier, Cocriamont, Le Roux 89 ans

Le 28 : Maurice Baudoux, Rue du Bout, Vitrival 80 ans

Le 30 : Marie-Louise Thomas, Home Dejaifve 84 ans

Le 30 : Jeanne Blaimont, Ruelle de l'Ecolâtre 80 ans

Concours de belote

Le comité des fêtes de Vitrival organise un Concours de Belote à Vitrival, le samedi 6 novembre à 20 h, à la salle Patria, place Jean Tousseul. Les inscriptions se prendront dès 19 h.

Participation 15 euros (6 boissons comprises), concours en 6 tours, prix en espèces.

L'exposition des artistes fossois

Pour son 20e anniversaire, l'Association des Artistes Fossois présente une exposition particulièrement prestigieuse, par le nombre de participants (20) et la qualité des oeuvres ; avec, en invité d'honneur pour la circonstance, un sculpteur malonnois Guy Alexandre.

Cet artiste allie la simplicité et la pureté des lignes à une souplesse du mouvement : rien de figé, des personnages pris sur le vif dans toute leur beauté que souligne la couleur du bois et le poli de cette matière noble, que ce soit pommier, noyer, merisier, chêne ou mélèze. Grandeur nature ou statuettes, toutes ont cette finesse, cette pureté, cet élan dans la pose, cette simplicité dans la ligne. Sa " Maternité " est une splendeur, la jeune fille (1m25) ne pouvait s'intituler que " Fraîcheur " ; " Jean de la Lune ", assis sur son croissant est bien joli, et un coq splendide et fier se dresse pour lancer son cri. Trente-deux oeuvres de toute beauté.

Il est bien sûr très difficile de donner témoignage des oeuvres de tous ces artistes : on ne peut qu'apporter une impression toute subjective, personnel-le : " Des goûts et des couleurs, il ne faut pas discuter ", dit le proverbe. Voici donc, dans l'ordre alphabétique du catalogue, quelques idées qui me sont venues au cours d'une visite par ailleurs très appréciée.

Chez Guy Blin (Maison St-Gérard), ai aimé sa " Plaine herbeuse " et ses bouleaux, (aquarelles) mais ses chevaux au galop (acrylique) sont particulièrement bien rendus.

Yves Delaite (Sart-Eustache) présente un genre non-figuratif particulier et difficile : des tons bruns (au brou de noix !) expriment une réflexion profonde. Ainsi son " C.H.U. " suggère une " Transe circulatoire " parmi le dédale des couloirs de l'hôpital liégeois ; à côté, une spirale évoque la recherche philosophique celtique, tandis que deux sortes de galets proviennent de gravures rupestres chinoises. Symboles et introspection !

Georges Desuenne (Fosses) garde son style posé traditionnel et son amour de la représentation de la nature : ses huiles expriment la sérénité et la beauté ; j'ai surtout apprécié les jeux de lumière et ombres de son lac Ste-Croix sur les trois éléments : terre, eau et ciel. Belle recherche aussi dans ses " Nuages ".

Nouvelle venue au cercle : Josiane Dor (Haut-Vent) présente trois huiles, dont un clocher de notre collégiale et, tout en simplicité, 2 coins ardennais.

Bernard Douteur (Nèvremont) a aussi choisi l'huile sur toile avec des perroquets déjà vus l'an passé mais, en inédit, une tête de cheval vraiment remarquable d'expression dans l'effort du galop... et pourtant réalisée en une journée ! Sa rue de Venise, aux façades de couleurs vives, est pleine de la lumière italienne.

Les aquarelles de Manou Dumont (Vitrival) glorifient aussi la nature : un Coin de la Molignée " particulièrement bien choisi, trois arbres en automne et, distingué parmi les autres, une " Campagne " avec juste un saule et un ruisselet ont retenu mon attention.

Vanessa Dupuis (Fosses) s'essaie dans le non-figuratif, bien que ses "Tulipes " soient suggérées. Dans ses autres toiles, des fonds de couleurs vives et de lignes brisées interpellent dans leurs jeux de taches.

Retour aux paysages figuratifs avec Robert Frère (Aisemont) : parmi la dizaine de ses toiles, j'ai apprécié ses marines, notamment Pêche en mer " et autres barques, ainsi que son " Port à marée basse ".

Tourneur en bois, et donc artiste d'une discipline particulière, Pierre Godenne n'est plus à présenter : avec une sûreté de main et une belle maîtrise de l'outil, il nous offre une vingtaine d'objets divers aux belles lignes et au poli impeccable : plats et plateaux, bougeoirs, présentoirs, bol, vase, lampe de chevet : un beau choix !

Françoise Hollanders, qui signe cette année l'affiche d'une remarquable aquarelle d'un étang en forêt, a choisi cette année le " Mauve " pour plusieurs bien jolies fleurs ; son " Paysage " de brume sur la campagne est plein de poésie, comme toutes ses autres oeuvres.

M. et Mme In9els-Malnoury (Vitrival) ont aussi une discipline particulière et délicate : la céramique. Travail de la terre avec souvent des incrustations de reliefs et de couleurs dans des plaques décoratives harmonieuses, des coquillages, ou aussi une série de petits objets décoratifs ou utilitaires : pots, vases, statuettes. Jolie " Fontaine " vivante, et une vue de " Venise " aux canaux convergents qui m'a interpellé.

Style spécial, curieux et surprenant chez Jean-Pol Legrain (Vitrival) : deux huiles aux teintes bleu clair sont intitulées " Faits d'hiver " et sont en fait des... faits divers : interventions de secouristes dans un accident. Des gravures à pointe sèche, en noir et blanc, comme ses " Cris " sont suggestifs et interrogatifs.

Et voici une technique inédite en ces expositions : de la dentelle aux fuseaux avec Anne Mathieu (Vitrival) : travail d'une extrême finesse, d'une grande délicatesse, de bien jolies réussites ! Poissons, canards, chat ou Vierge : admirable vraiment.

II n'est plus nécessaire de présenter Marcel Nulens, notre artiste fossois. Polyvalent, il ne présente cette année pas de cuivres ni de ciselures, mais une remarquable série d'aquarelles de coins de Fosses et de Namur. Avec toujours cette finesse, cette précision du détail, cette alliance des tons pastels. Pont de Jambes, Citadelle ou abbaye de Floreffe, à côté d'un admirable clocher de Fosses vu de la Campagne du Chêne, on ne sait laquelle préférer.

Technique nouvelle encore avec Mariana Poncin (Bambois) qui présente une bien jolie collection de coffrets décorés et coloriés avec art. Elle s'essaie aussi dans l'aquarelle avec un " Monde des fées " et un dieu Pan, et une idée plus rude avec une " Nuit d'orage " et un " Cauchemar ".

Technique particulière encore avec Daniel Populaire, graveur sur verre : de belles séries de flacons décorés de marcheurs aux uniformes divers, tambourîs ou autres, des plaques de céramique aussi, décorées de ce sujet de cette Année Saint-Feuillen et un très majestueux Napoléon. Quelle sûreté, quelle finesse !

Nouvelle venue, Jacqueline Schlit (Fosses) présente timidement deux huiles sur toile de pigeonniers du Quercy : elle ne s'en tire pas mal dans cet essai de tours ronde et carrée, avec des toits compliqués. A revoir.

Traditionnelle aussi de ces expositions : Simone Scohier (Nèvremont) est une artiste spontanée et prolifique, spécialiste, entre autres, des fleurs. Elle offre cette année un choix de coquelicots de toutes tailles et de vives couleurs. Et aussi quelques beaux paysages imprégnés de la luminosité de la Provence. Sans compter une impressionnante série de petites aquarelles aux sujets divers.

Enfin, dernier par l'ordre alphabétique, Georges Tounquet ne présente cette année que deux huiles dont une dentellière (Anne Mathieu, sa concitoyenne ?) et de bien curieux chats masqués.

Il faut donc aller voir cette superbe exposition de nos artistes locaux en la salle L'Orbey. L'entrée est gratuite, cela ne coûte que l'effort du déplacement qui sera largement récompensé par cette diffusion de beauté. Elle est accessible en semaine de 15 à 18 heures 30 et, le week-end, de 10 à 12 heures 30 et de 14 à 18 heures 30.

Les rencontres du week-end

Samedi 6 novembre

Diablotins

Jemeppe - Fosses (11 h)

Flavion - Bambois (11 h)

Prémin

Malonne - Fosses (13 h)

Minimes

Fosses - Bambois (13 h)

Juniors

Fosses - Winenne

Réserve

Bambois : bye

Florennes - Fosses

Dimanche 7 novembre

Scolaires

Fosses - Ligny

Div. 3

St-Gérard - Bambois

Div. 4

Fosses - Sombreffe

Photo

 

Jean-Louis Rouard, le coach de Bambois, a su remettre ses boys sur la route du succès.

ST-GÉRARD - BAMBOIS

1 - 2


Durant les trente premières minutes, les Plagistes ont parfaitement tenu les frères Honoré et S.Thirifays. Ils se créent même une occasion par F.Libert dont la reprise échoue sur le poteau.

Avant la pause, les Brognois trouvent néanmoins l'ouverture par Bloc, bien servi par Honoré.

Dès la reprise, les visiteurs se lancent à l'assaut du goal local et à la 70e, Legrain remet les pendules à l'heure. Dix minutes plus tard, Glendza place les Plagistes au commandement. Ceux-ci sont ensuite réduits à dix suite à l'exclusion de Jamme et subissent le pressing local mais Marchai, vigilant, interviendra avec succès devant Honoré.

FOSSES - SOMBREFFE

6 - 3

Le ballon de ce match spectaculaire et à rebondissements est offert par Fabrice Voituron. Fosses commence le match tambour battant et ouvre le score à la 2e, par Janssens. Sombreffe éprouve des difficultés à entrer dans le match. Les « Chinels » héritent de plusieurs situations chaudes, mais sans en profiter. Juste avant la pause, les visités doublent les chiffres sur penalty, par Janssens. A la sortie des vestiaires, Sombreffe renverse la vapeur. Ficheroulle réduit l'écart. Une mésentente dans la défense fossoise permet aux Sombreffois d'égaliser par Adnet. Peu après, Petruzzi met son équipe au commandement. Les visités retournent la situation par Janssens. Puis, Janssens et Goethals clôturent le « set ».

FAL.AISEMONT - CAPS NAMUR

0 - 7

La supériorité du Caps fut écrasante. Les Namurois menaient déjà 0-4 à la mi-temps, grâce à Tombu (13e), Muselle (15e) et Gillard (22e et 28e). La deuxième période fut semblable, avec trois nouvelles réalisations de Gillard (2) et Antoine.