N°40   22 octobre 2004

Il y avait bien

des armes de destruction massive

Ainsi donc, Georges W. Bush avait raison : l'Irak de Saddam possédait bien des armes de destruction massive. Involontairement, le directeur général de l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA), Mohammed El Baradei, donne raison au président des USA lorsqu'il déclare à l'agence Reuters le 12 octobre dernier : Je reste préoccupé par ces images satellitaires indiquant que de vestes opérations de démantèlement systématiques ont eu lieu dans les sites du programme nucléaire iraquien. Le cliché montre que des bâtiments entiers abritant du matériel et que des équipements, tels que l'aluminium à résistance élevée, ont été retirés de zones de stockage en plein air.

En conséquence, si ces « armes » ont disparu, c'est qu'elles existaient préalablement ! De quoi s'agit-il ?

II semble que 1,8 tonnes d'uranium enrichi à 2,6% en uranium 235 et 3 kgs d'uranium ont été enlevés d'Irak et transférés dans des pays voisins. Au nez et à la barbe des fameux inspecteurs de l'ONU. Bravo, Mister Blicks !

Concernant les inspections sur le terrain, l'AIEA souligne que lors des inspections des 3 et 4 août 2004, elle a pu faire l'inventaire physique de 550 tonnes de matières nucléaires entreposées au site C, à proximité de la centrale nucléaire de Tuwaitha, au sud de Bagdad.

La crainte, c'est que si ce matériel nucléaire tombe entre les mains d'Al Quaida, cette organisation est capable de fabriquer une « bombinette » atomique. Et la faire exploser n'importe où.

La C.I.A. est déjà certaine que les chimistes d'Al Quaida sont à l'ouvrage.

Dans une interview au journal Le Monde, Bernard Kouchner a déclaré que l'Europe aurait grand tort de se croire à l'abri.

Georges W. Bush avait vu clair. Mais il n'a pas été suivi.

La « vieille Europe » a autre chose à faire : l'entrée de la Turquie dans la grande famille européenne occupe tous les esprits.


D. PIET

Le château de Taravisée

Quand on se rend de Fosses vers Franière, on passe devant la fer-me de Taravisée, que tous les Fossois connaissent, mais de suite après, on n'aperçoit que difficilement le château, domaine qui, il y a un peu plus de cent ans, s'étendait sur environ 200 hectares (bois, dépendances et ferme), caché par des arbres et des haies.

De simple pavillon de chasse vers 1842, il s'est transformé en cet-te vaste construction, rachetée en 1887 par Ernest de Kerchove d'Exaerde, ensuite par Thierry de Pierpont.

 

Le goûter de Senior Amitié

Cette amicale du 3e (et 4e) âge a organisé mercredi dernier son habituel Goûter d'automne. Le président Pol Deblaton a d'abord accueilli la bonne centaine de présents et rappelé que ce goûter du Grand Age est l'occasion de mettre à l'honneur les jubilaires : M. et Mme Max Drèze-Pochet, célébrant leurs Noces d'or, ainsi que les membres qui ont 80 ans cette année : Mme Jeanne Roisin-Blaimont, Denise Wiame-Jacqmain, Juliette Romain-Nulens, en excusant les absents : Mme Suzanne Boccart-Verbaert et M. Léon Loiseau. Avec une mention spéciale pour M. Ernest Simon, de Vitrival, pour ses 90 ans. L'Amicale compte ainsi 45 membres de plus de 80 ans et 2005 verra le 50e anniversaire de la fédération de Senior Amitié.

Ensuite, M. Belin, directeur de " Télé Vigilance " a présenté un rapport détaillé de ce " gadget " qui peut s'avérer bien utile : porté au poignet ou au cou, il peut, sur une simple pression, mettre une personne en difficulté avec la centrale qui, 24 heures sur 24, assure cette vigilance : que ce soit pour un accident à domicile ou tout autre besoin. La centrale reçoit 500 appels par jour de ses quelque 6.000 affiliés actuels. Ce petit émetteur est relié au poste de téléphone qui, sans devoir être décroché, lance l'appel ; même si la personne ne peut pas parler (trop faible ou trop loin), l'appel est localisé et transmis à un membre de la famille ou un médecin. C'est donc un moyen bien sécurisant pour les personnes seules. Son coût est relativement minime : 49,50 euros pour l'installation et la maintenance ; 14 à 21 euros par mois d'abonnement (selon les cas et les Mutuelles). Il n'y a pas de critère d'âge ni de santé pour en faire la demande (081-41.29.29).

La chorale Saint-Martin, sous la direction de Jean Boccart, interpréta quatre beaux chants (dont un " Prendre un ancien par la main ", et une composition du président : " Wallonie ". Le goûter, apprécié de tous bien sûr, fut agrémenté de deux sketches par des actrices de la chorale Senior Amitié d'Auvelais : des gags amusants (des commères qui se plaignent de la vie, et une plainte au Commissariat) chaleureusement applaudis. Et la soirée se clôtura par la traditionnelle tombola.

La prochaine manifestation de Senior Amitié sera la Sainte-Cécile des chorales à Auvelais, le 23 novembre, puis le dîner de Noël le 15 décembre, avec célébration eucharistique. Retenez déjà la date !

Banques alimentaires

Comme les années précédentes, l'organisme neutre " Banques alimentaires ", qui regroupe diverses oeuvres caritatives, organise une semaine de collecte de vivres non périssables au profit de tous les nécessiteux du pays.

Elle se fait en collaboration avec les magasins Delhaize (à Fosses : près du Stock Américain) depuis ce jeudi 21 octobre et jusqu'à mercredi prochain 27 octobre, matin et après-midi.

Soyez généreux : un petit geste, un petit achat que vous placerez dans le sac qui vous sera remis à l'entrée, et qui permettra à bien des malheureux de bénéficier d'un petit supplément alimentaire.

Fost-Plus

Le prochain ramassage des sacs bleus se fera ce mercredi 27 octobre, pour toutes les sections de l'entité.

Le jeudi 28 : ramassage des papiers et cartons pour les sections de : Aisemont, Névremont, Vitrival, Le Roux et Sart-Eustache.

Fleurs de Toussaint

Les élèves de 6e générale et de travaux de bureau du Collège Saint-André de Fosses proposent des pomponnettes à l'occasion de la Toussaint : pomponnettes jeunes, blanches ou mauves au prix de 5 €.

Les bénéfices leur permettront de financer une partie de leur voyage de fin d'études.

Détails pratiques : votre commande doit parvenir pour le 27 octobre au plus tard et les fleurs seront à votre disposition le samedi 30 octobre, de 9 à 12 h et le dimanche 31 octobre, de 9 à 12 h au Collège.

Contact : collège Saint-André, tél. 071-71.13.22.

Exposition des artistes

L'Association des Artistes fossois, en collaboration avec l'Administration communale et le Centre culturel, annonce son exposition annuelle des oeuvres de ses membres. Les exposants de cette année sont : G. Blin, Y. Delaite, G. Desuenne, J. Dor, M. Dumont, B. Douteur, V. Dupuis, R. Frère, P. Godenne, Mauve, M. et Mme lngels-Malnoury, J.P. Le9rain, A. Mathieu, M. Nulens, M. Poncin, D. Populaire, J. Schlit, S. Scohier, G. Tounquet, J. Wittebroodt.

A l'occasion de son 20e anniversaire, un invité d'honneur : le sculpteur sur bois Guy Alexandre, de Malonne.

Le vernissage de cette exposition, en la salle communale, aura lieu le vendredi 29 octobre à 19 h.

L'exposition sera ensuite ouverte au public, jusqu'au 7 novembre : les samedis et dimanches de 10 à 12 h 30 et de 14 à 18 h 30 ; du lundi au vendredi: de 15 à 18h30.

C'est chaque fois une présentation d'oeuvres exceptionnelles : ne manquez donc pas de visiter cette exposition de nos artistes.

Stage de tennis

Un stage de tennis est organisé du mardi 2 au vendredi 5 novembre au Hall de Sart-St-Laurent. Il s'agit d'un stage de tennis et multisports avec matériel fourni par l'organisation, avec moniteur de tennis pour enfants de 4 à 14 ans. Le stage a lieu de 9 h 30 à 15 h 30 (garderie gratuite de8à9h30etde 15h30à 17 h). Participation : 50 euros.

Inscription et renseignements : -

Xavier Lebrun : ' 071-51.31.97, È 0497-48.57.65

Asbl TC Fosses : ' 071-71.14.18, È 0495-40.67.57

 

Friterie braquée

Vendredi dernier, vers 21 h 45, deux individus cagoulés se sont présentés dans une friterie située route de Tamines, sur le territoire d'Aisemont. Ils ont braqué, avec des couteaux à huîtres, les deux gérants de l'établissement et leur ont réclamé le contenu de la caisse.

Décidé à ne pas se laisser faire, le gérant a tendu quelques billets et les malfrats ont aussitôt pris la fuite.

La police a été prévenue, de même que le Parquet de Namur. Une enquête est en cours. Espérons que celle-ci trouvera un aboutissement favorable et que ces dangereux personnages seront sévèrement punis.

Bilan et grand feu

Réunion du comité des Congolais le 12 octobre pour un bilan plus que positif du 125e anniversaire. Seul petit couac pour certains, de ne pas avoir emprunté l'artère principale de la ville et pour d'autres, heureux d'avoir pu effectuer quelques tirs sauvages dans les campagnes du Pré-Standard. A part cela : un horaire respecté à la lettre, pas mal de drapeaux présents dont celui de l'AMESM et des éloges venant de toutes parts. Que demander de plus ? Encore un grand merci à tous.

Le 125e terminé, le comité pense déjà à son grand feu 2005 et à la Septennale. En effet, le 12 novembre prochain, le Bureau et le comité de la Compagnie seront démis de leurs fonctions et rééligibles.

Le lendemain, le 13, dès 8 h 30, le nouveau comité sera sur la brèche pour un premier ramassage de bois. Les dates suivantes seront : le 27-11, le 11-12-2004 et les 8, 15, 22 et 29 janvier 2005 puisque le grand feu est prévu le samedi 5 février.

En mars 2005, nous aurons la soumission de notre cantinière lors d'une assemblée générale extraordinaire. Et un peu plus d'un mois plus tard, il y aura la première sortie préliminaire pour la Saint-Feuillen 2005.

Ph. LECLERCQ, président

Début d'incendie

Samedi dernier, en début de soirée, le feu s'est déclaré dans la salle de bain de M. Pascal Jacqmart, demeurant rue du Postil 18 à Fosses.

Justement pompier lui-même, il prévint ses collègues qui ont rapidement éteint les flammes. Les dégâts sont limités.

Place aux enfants

Depuis quelques années déjà, le Centre culturel organise à cette époque une journée intitulée " Place aux enfants " qui permet à plusieurs dizaines d'entre eux de rencontrer des professions les plus diverses, des ateliers, des bureaux officiels.

Ils étaient plus de 80 enfants, de 8 à 12 ans, répartis en une vingtaine de petits groupes de 4, conduits par des adultes servant de " passe muraille ", pour rencontrer chacun trois métiers différents. Notamment : un fleuriste Ç Comme une fleur ") où ils ont réalisé un joli montage sur coloquinte ; un boulanger (Janssens) où ils ont vu pétrir et cuire ; l'esthéticienne Mlle Favresse les a initiés aux soins du visage ; un restaurateur (" Gallipoli " à Sart-St-Laurent) où ils se sont initiés au service et ont emporté une petite lasagne ; un pharmacien (Boxus), où ils ont fait des gélules ; un fermier (B. Janssens), et ont emporté un petit sac de pommes de terre et une betterave ; un électricien (A. Leclercq à Nèvremont), avec vision des ondes électriques et soudure ; un peintre (Servotte à Vitrival) pour la technique picturale. Mais aussi le magasin Oxfam où ils ont découvert les produits du monde " made in dignity " ; le Syndicat d'Initiative où ils ont joué les touristes en quête de renseignements et visité le Musée ; et même la Justice de Paix, où V. Damanet leur a expliqué de quoi on y traite ; la Notaire V. Massinon a fait de même : des matières plus rébarbatives mais qui ont suscité l'intérêt ; la Police, pour visiter son remarquable Musée de Floreffe, ou les locaux de Fosses (y compris les cachots), les armes et les véhicules ; et l'Administration communale, où l'échevin B. Buchet a simulé un mariage : Brandon et Amandine ont bien joué le jeu mais ont répondu fermement... non ! Partout les enfants ont été bien reçus, parfois avec boissons et bonbons.

Sur le coup de 17 h, toutes les équipes se sont retrouvées au hall des Pompiers ; dans la cour de l'école St-Feuillen, une vieille voiture a été " désincarcérée " à l'aide de puissantes pinces électriques, coupant les portières, ou découpée avec une tronçonneuse spéciale et, le toit enlevé, arrosée d'essence : on y a mis le feu et, tandis que s'élevaient de hautes flammes et une fumée noire, un camion-citerne muni de deux canons à eau, de la Police de Bruxelles et servant pour les manifestations a, de deux jets puissants, éteint le feu en moins de deux. Spectaculaire !

Retour dans le hall pour une distribution de gadgets de la Police fédérale (silhouettes magnétiques, plaques réfléchissantes, crayons, posters, porte-clés...), ainsi que des gaufres et des boissons offertes par la Commune. Les adultes n'étaient pas oubliés : un verre leur fut servi bien cordialement.

L'échevin B. Meuter a remercié tous les intervenants : les dévoués du Centre culturel pour leur organisation, les adultes conducteurs, les artisans, commerçants, gens de lois et employés pour leur accueil dévoué, et il a félicité les enfants pour leur gentillesse, leur bonne conduite et la chance qui leur a été ainsi offerte de rencontrer des professions les plus diverses.

Etat civil

Mois de septembre 2004

Naissances :

Le 2 à Namur :

Alric Uittebroek, fils de Fabrice et de Mélanie Cornet, rue Al Val 14, Fosses.

Le 4 à Charleroi :

Maya Poncin, fille de Jean-Christophe et de Julie Hanne, Rue de Walcourt 206, Le Roux.

Le 7 à Charleroi :

Tom Henin, fils de Dominique et de Christelle Collin, rue de l'Eglise 25, Sart-Eustache.

Le 10 à Namur :

Ayco Struyf, fille de Marc et de Krunanski Florence, rue de l'Ecole Moyenne 17A.

Le 10 à Namur :

Damien Ancion, fils de Bruno et de Marie Rosoux, rue de Burnot 22, Sart-St-Laurent.

Le 16 à Namur :

Kala Quitin, fille de Philippe et de Nadia Bogaert, rue du Postil 14, Fosses.

Le 17 à Sambreville :

Sacha Lemmens, fils de Fabien et de Cindy Crasset, rue Haut-Vent 72, Fosses.

Le 25 à Sambreville :

Nathan Philippart, fils de Eric et de Sophie Willems, rue Sainte-Brigide 30.

Le 25 à Montignies-sur-Sambre :

Clarisse Godefroid, fille de Stéphane et de Géraldine Degryse, rue de la Maladrie 12, Le Roux.

Le 29 à Sambreville :

Hadrien Berger, fils de Pascal et de Christelle Gilson, rue de Névremont 13.

Publications de mariages :

Ludovic Charue, 25 ans et Edwin-ne Meuter, 23 ans, habitant tous deux rue du Chaurnia 2A à Le Roux (mariage célébré le 25 septembre).

Laurent-Paul Clause, 43 ans et Jacqueline Willems, 45 ans, habitant tous deux rue de l'Abattoir 11 (le mariage a eu lieu le 2 octobre).

Mariages :

Le 4 septembre :

Etienne Burton, 40 ans et Sabine Hennaux, 36 ans, habitant rue des Zolos 16.

Le 11 septembre :

Mohamed Haffari, 27 ans (Marocain) et Sylvie Doucet, 31 ans, domiciliée rue du Long Try à Le Roux.

Le 18 septembre :

Jean-Pierre Collard, 52 ans et Nicole Graulus, 51 ans, habitant La Plante-Namur.

Le 25 septembre :

Ludovic Charue, 25 ans et Edwinne Meuter, 23 ans, habitant tous deux rue du Chaurnia 2A, Le Roux.

Le 25 septembre :

Alain Taxhet, 44 ans, et Véronique Baufayt, 35 ans, habitant tous deux rue Lieutenant-Cotelle 27 à Le Roux.

Décès :

Le 3 août à Anderlecht :

Marie-France Gautot, épouse de Georges Vilain, née le 11-10-1944, domiciliée rue de la Station 20, à Aisemont.

Le 25 août à Gerpinnes :

Léa Defosse, veuve de Robert Thiry, née le 30 mai 1914, domiciliée route de Ta-mines 260, à Aisemont.

Le 3 septembre à la clinique Dejaifve :

Robert Mazuy, veuf de Jeanne Flostroy, né le 14-8-1921, de Florennes.

Le 4 septembre à son domicile, rue Sinton 7 :

Paul Effinier, époux de Lucy Michaux, né le 24 mai 1935.

Le 5 septembre à Mont-Godinne :

Gérard Henrard, époux de Brigitte Van Hoverberghe, né le 6 -10-1923, rue Rivaustrée 20, à Fosses.

Le 6 septembre à la clinique Dejaifve :

René Massart, époux de Lucienne Dumont, né le 6-10-1923, d'Auvelais.

Le 16 septembre à son domicile, rue Pré-Standard 19 :

Marilyne Peisen, divorcée de Guiseppe Scarcella, née le 10 août 1954.

Le 19 septembre à la clinique Dejaifve :

Nelly Denis, divorcée d'André Rulkin, nee le 13 mai 1952, Fleurus.

Le 22 septembre au Home :

Nelly Dewez, veuve d'Armand Sorée, née le 24 avril 1912, résidant au Home.

L'égalité des sexes

Les politiciens de tous bords se tâtent. Faut-il accéder à la demande de l'Etat turc et accepter un pays de confession islamique dans l'U.E. ?

Sans doute... Peut-être... Mais à condition... : la torture, les Droits de l'Homme et, bien sûr, l'égalité des sexes : en un mot, les Droits de la Femme. Très bien, mais qu'en est-il, chez nous, qui nous vantons de pouvoir dialoguer en français, la plus bel-le langue au monde, la plus riche, une merveille quoi. Jugez plutôt :

Un gars : c'est un jeune homme Une garce : c'est une pute !

Un courtisan : c'est un proche du Roi Une courtisane : c'est une pute !

Un masseur : c'est un kiné

Une masseuse : c'est une pute ! Un coureur : c'est un joggeur

Une coureuse : c'est une pute ! Un rouleur : c'est un cycliste

Une rouleuse : c'est une pute !

Un professionnel : c'est un sportif de haut niveau

Une professionnelle : c'est une pute ! Un homme sans moralité : c'est un politicien

Une femme sans moralité : c'est une pute !

Un entraîneur : c'est un homme qui

entraîne une équipe sportive Une entraîneuse : c'est une pute !

Un homme à femmes : c'est un séducteur

Une femme à hommes : c'est une pute ! Un homme facile : c'est un homme agréable à vivre

Une femme facile : c'est une pute ! Un homme qui fait le trottoir : c'est un paveur

Une femme qui fait le trottoir : c'est une pute !

A votre avis, chez nous, y a-t-il discrimination ?

Allei... Allah prochaine.

Fougnant

Li guêre di 40, vikéye pa on gamin

pa Roger Viroux

I gn-aveûve, di cès trèvins-là, au Banbwès, one grosse binde di p'tits djon.nias, r'muwants, batayeûrs, afrontés, grossiers, tindeûs aus mouchons, pècheûs su fraude..., mins qui fyin.n' blok corne deûs mwins su 1' min.me vinte. Corne on n' djouweûve nin co au football au Banbwès èt qu' l'aureûve siti mau vèyu d'aler djouwer avou Fosses, is d'chindin.n' à binde vôy djouwer Fosses au football aus Trwès Brès po s' fé r'mârker.

On dîmègne, il ècoradjin.n' Fosses èt on-ôte dîmègne, is criyin.n' conte. Dji m' sovin d'on match Fosses - Li Louviére. I gn-aveûve on gros groupe di feumes dè I' Louviére qui criyin.n' : « Alêz, lès Loups ! ». Nos-ôtes, nosèstin.n' padrî zèls èt criyî « Alêz Fosses ! ». Ci djoû-là, nos-avans manké d'awè do parapwî !

On-ôte dîmègne, nos criyin.n' po lès visiteûs : Maurice Piette, li Prèsidint d' Fosses, qui proveneûve d'alieûrs do Banbwès, diveneûve bladje di mwaîjeté èt l' Gorlî d' Fosses, on-incondicionél suportêr, rodje corne do feu d' râje. Inutile di dire qui c'est padrî li qu'on s' mèteûve !

On d'chindeûve à binde au cinéma èto èt dji m' sovin qu'on djoû, qu' lès-ôtes èstin.n' èvôye sins mi, dj'aveûve arivé qu' lès-actuwâlités èstin.n' comincîyes. E l' nwârcheu, asbleuwi pa I' twale, dji sin one place libe asto do coulwêr èt dji m'î cloupe.

Corne lès-ôtes, dji hûle dès « T'as minti ! » d' tos mès pus fwârts èt quand I' lampe si ralume, dji vè qu'asto d' mi, gn-a on Boche avou on kèpi qui m' riwaîte ! Vos m'aurîz mètu on gros r'ssôrt pa-d'zos m' Prussyin, qui dj' n' aureûve nin stî pus rade astampé èt baguer dé l's-ôtes, qu'ont ri à disfaufiler leû boutroule, quand djè Izeû a raconté ! Glué saisine !

I faut sawè qu'è I'aléye d'intréye do cinéma, gn-aveûve, su l' drwète, on guichèt, qu' Madame Mathieû i vindeûve lès tickets po-z-intrer. Pad'vant l' guichèt, à plus-ou-mwins sèptaate centimètes, gn-aveûve one bâriére d'à pau près deûs mètes di long, èt on passeûve insi à s' toû sins s'cabourer.

On brokeûve pa-dri li p'tite bâriére d'on costé, on-z-acheteûve si ticket, èt on rècheûve pa l'ôte costé.

On djoû, gn-aveûve trwès Alemands qu'èstin.n' là po prinde leûs tickets. Nos-ôtes, nos-avans d'mèré sins boudjî èt sins prinde nos tickets pa-d'vant l' guichèt, en lèyant passer lès djins qui v'nin.n' di l'ôte costé. Lès-Alemands ratindin.n' todi pa-drî nos!

A on momint, is 'nn ont ieû leû sô èt is s'ont v'nu mète di l'ôte costé. Todi sins boudji; nos-avans adon lèyî passer lès djins qu'èstin.n' pa-drî nos, qui soriyin.n' èt nos clougnî d' I'ouy èt taper su nosse sipale. Lès Boches ont div'nu niêrveûs èt gn-a onk qu'a criyî p-d'zeû nos tièsses : « Matame, trwas à zink ». Là-d'ssus, Madame Mathieu nos-a-dit : « Laissez passer ces messieurs ! ».

II èsteûve timps, ça s'aleûve gâter !

(à chûre)

CENTRE CULTUREL :

UNE INAUGURATION DISJONCTEE !

La reconnaissance, par la Communauté Française, du Centre communautaire de Fosses en Centre culturel local méritait d'être fêtée de façon spectaculaire. Mais comment ? Le secret fut bien gardé, la surprise fort agréable et le spectacle vraiment inédit et extraordinaire avec des acteurs (quel talent 1) du Magic Land Théâtre, dirigé par celui qui est la voix de Malvira dans les émissions de la RTBF.

La salle communale était refaçonnée de rideaux et tentures, avec un éclairage spécifique, des tables rondes " manger debout " mais, à l'entrée, un très digne et majestueux majordome criant les noms de tous les invités, tous anoblis pour la circonstance : baron, comtesse, ou marquis... Surprenant dès le départ.

J.M. Bovet, président du Conseil d'administration du Centre culturel, ouvrit la partie académique en rappelant la volonté de se doter des moyens nécessaires pour réaliser les projets, et il remercia en bloc tous ceux qui ont participé à cette reconnaissance. Il rappela les débuts, voici 23 ans, du Centre communautaire de Sart-Eustache, élargi à l'entité en 1988 en " Centre d'éducation permanente " puis en Foyer culturel en 90-91, avec engagement d une animatrice grâce aux subsides de la Communauté française. Depuis 1998, l'animateur est Bernard Michel, assisté depuis deux ans par Brigitte Romain : ils ont mis sur pied une série d'activités comme le Conseil communal des enfants, le Théâtre à l'école, et bien d'autres. Il dit son merci à tous.

B. Michel souligna l'événement que représente cette reconnaissance officiel-le, l'importance de la culture dans son aspect communication et découverte ; il rappela les partenariats qui permirent les Médiévales, le Cinébus, le théâtre, les festivités, les animations. Fosses possède un riche passé, une histoire et un patrimoine qui méritent d'être reconnus et mis en valeur. Enfin, il remercia tous les intervenants : d'abord Brigitte, qui se dévoue sans compter ; le Conseil d'administration, et son président, le Collège et son échevin de la culture, le S.I., les directions d'écoles, le personnel enseignant, M. le Doyen, les associations locales, M. et Mme Swennen, et bien sûr la Communauté française représentée par M. Denis Dargent et M. Cabareaux, inspecteur.

L'échevin B. Meuter conclut en évoquant la pluralité de l'entreprise et ce nouveau départ grâce à " un couple de randonneurs " qui veut rester anonyme, ceux qui ont monté le dossier et ceux qui l'ont soutenu dans les arcanes ministérielles. Le Centre Culturel, dit-il en conclusion, sera ce que nous en ferons, tous ensemble.

On eut alors droit à un discours imprévu mais disjoncté, d'un humour incroyable, du chef du Magic Land Théâtre : il qualifia B. Michel de " gladiateur de la culture " et lui conseilla d'élargir son action à d'autres communes, comme " Vandefossessestraat " en Limbourg, et de Ronquière à l'Eau d'Heure, voire même à Gent ou Oostende, sans tenir compte des querelles communautaires. Avec d'infinis jeux de mots, il dit qu'il pourra désormais " ronfler en flamand " : ce sera un début de bilinguisme ; se tourner dans son lit : en flamand " Doornik " ; il compara les communes à facilités à des femmes faciles, en politique : " Fourons...-nous le doigt dans l'oeil " ; évoqua la Belgique comme un " stoump " ou un waterzooi où " l'oignon fait la force "... Enfin, si la Grèce a inventé la démocratie et la France la culture, nous avons inventé la " frite du Nord ". Un feu d'artifice de blagues, un fou rire continuel, et de chaleureux applaudissements.

Ce n'était pourtant qu'un début : vint alors une chanteuse pas spécialement sexy mais " se* sans bol, elle aussi drôle à souhait et pleine d'humour dans ses créations bourrées de jeux de mots. Elle débuta par la lecture de citations de Jean-Claude Vandamme, vedette belge au cinéma américain, citations assez surprenantes comme " Je suis fasciné par l'air. Car l'air est important : sans air, les oiseaux et les avions tomberaient par terre "... Avec un léger accent brusseleer... Elle présenta deux chansons délirantes : " Je ne sais pas qui je suis ", assistée de choristes comiques : les autres du Magic Land, et " Entre Namur et Gand ", sur les rapports entre Flamands et Wallons : " Mais wallons-nous ?... ". Elle eut tant de succès qu'elle fut rappelée pour une troisième : du rap dansé et tournicoté sur un thème indescriptible qui lui valut une réelle ovation du public.

Durant toute la soirée, d'autres acteurs, qui n'en avaient pas l'air, intervenaient dans le public : un balayeur avec brosse et ramassette dans les pieds des gens, ou venant frotter les tables où les convives étaient accoudés. Une sorte d'hurluberlu se présentant comme le nouvel animateur du Centre culturel, chargé d'y promouvoir le wallon ; le digne majordome vérifiant si chacun se tenait bien et taillant une bavette avec l'un ou l'autre ; une jeune serveuse en tablier blanc cherchant un producteur car elle voulait être tragédienne, ou présentant un beau plateau sur lequel trônait un... dentier soi-disant trouvé dans les toilettes et dont elle cherchait le propriétaire !... Tout cela était occasion de dialogues loufoques : il suffisait d'entrer dans le jeu. Ils mirent donc une note bien amusante durant la collation offerte aux participants.

De sorte que la soirée se termina... aux premières heures de samedi !

Ce fut vraiment une soirée disjonctée, imprévue, amusante, réellement très intéressante pour laquelle il faut féliciter et remercier les acteurs : artistes du Magic Land Théâtre et animateurs du Centre culturel, auquel nous souhaitons aussi plein succès dans les années à venir.

Conférence

Nous rappelons cette soirée conférence, organisée à l'initiative de l'ACRF de Sart-Saint-Laurent, le mercredi 22 octobre à 20 h, en la salle Massinon à Pontaury : Ph. Béaque, psychologue et psychanalyste, présentera une conférence-débat intitulée " Vos ados et vous : comment dialoguer ? ". P.A.F. : 3 euros.

Banquet de l'Armistice

Le comité du Souvenir de Le Roux, en collaboration avec l'Echevinat des associations patriotiques, vous invitent au 86e Banquet de l'Armistice le jeudi 11 novembre, dès 12 h 30, salle Communale L'Orbey, à Fosses.

Au menu :

- Feuilleté de fruits de mer

- Velouté au potiron

- Rôti Grand Veneur aux pêches, et pommes noisettes

- Tiramisu

Participation : 15 euros (10 pour les enfants).

L'animation musicale sera assurée par Léopold et ses orgues.

Réservations (obligatoires) avant le 6 novembre auprès de :

- Benoît Buchet : ' 071-71.21.57

- Cédric Tahir : ' 071-74.46.04

- Luc Charles : ' 071-71.29.71

- Christian Chabot : ' 081-43.40.57

- Pierre Godenne : ' 071-71.12.70

Les personnes empêchées de participer au banquet mais qui souhaitent apporter leur soutien au Comité du Souvenir, peuvent verser leur don au compte : 068-2025275-39.


Souper de la balle pelote

Le comité de la Jeunesse Pelote Vitrivaloise vous invite au souper qu'il organise les vendredi 29 et samedi 30 octobre, à partir de 19 h 30 dans les installations longeant le ballodrome, situé dans la cour de l'école de Vitrival (accès par la rue des Quartiers et parking sur le ballodrome).

Menu :

- Quiche aux tagliatelles de légumes ou

- Toasts aux champignons

- Rôti de porc à la gueuze et à la moutarde + croquettes

ou

- Bouchées à la Reine + croquettes - Glace brésilienne.

Participation : 15 euros (moins de 12 ans : 6 euros). Le souper est gratuit pour les joueurs d'équipes d'âge. Réservations pour le 24 chez :

- Gérard Colin : ' 071-71.13.28

- Gérard Crasset : ' 071-71.30.10

- Hervé Spineux : ' 071-71.19.74

Les rencontres du week-end

Samedi 23 octobre

Diablotins

Soye-Flor.- Fosses. (11h)

Anseremme Bambois (11h)

Prémin.

Gembloux - Fosses (13h)

Minimes :

Fosses - Moustier (13h)

Bambois - St-Gérard (13h)

Juniors :

Fosses - Biesme

Réserve :

Bambois - Tarcienne

Saint-Gérard - Fosses

Dimanche 24 octobre

Scolaires :

Fosses - Et. Tamines

Div. 3 :

Mazy - Bambois

Div. 4 :

Fosses - Caps Namur

MAZY - BAMBOIS

0 - 2

Après un début équilibré, Bambois met la pression et un coup franc de Legrain est détourné par Booms dans ses propres buts. Peu après Waha est exclu et les Mzyciens doivent poursuivre à dix. Au second acte, les Plagistes restent menaçants et à l'heure, Ch. Charlot trompe lui aussi son gardien pour offrir les trois points aux Fossois.

FOSSES - CAPS NAMUR

4 - 3

Fosses crée la toute grosse surprise de la journée. Les leaders démarrent la rencontre sur les chapeaux de roue, Billa ouvre la marque dès la 1re minute et remet ça peu après. Les visités réagissent mais manquent de finition devant le goal. Après les citrons, Fosses pousse et réduit l'écart par Janssens. Celui-ci égalise à la 68e. Le CAPS touché dans .son orgueil repasse aux commandes par Gillard 2-3. Sur la remise en jeu, les Chinels héritent d'un penalty transformé par Janssens. Les Namurois sont poussés dans leur rectangle et le jeune Francotte offre méritoirement aux siens les trois points à dix minutes du terme. Très bon arbitrage de M. Fiévet.

FAL.AISEMONT - JAMBES

1 - 4

Falisolle s'aligne terriblement déforcé, alors que Jambes est au grand complet. Les visités ouvrent pourtant la marque dès l'entame du match. Les hommes de Christian Tollet réagissent et égalisent par Portillo. Plus rapides sur la balle et supérieurs dans les duels, les Jambois prennent l'avantage par ce même Portillo (1-2). N. Yildiz et D. Brasselet, le gardien réserviste monté en tant qu'avant de pointe assoient le succès visiteur.