N°38   08 octobre 2004

Nos jubilaires à l'honneur

La cérémonie de réception officielle des jubilaires de l'année est toujours, en clôture du programme des fêtes annuelles, une bien sympathique manifestation. Ils étaient 18 cette année, dont un couple fêtant 60 ans de mariage. Mais pour diverses raisons, neuf couples seulement ont pu y participer.

Pour la messe de 1 l heures, le cadre était particulièrement festif : ils étaient groupés autour d'une longue table (comme le Jeudi Saint), ce qui apportait une note bien conviviale. Elle avait été préparée par les enfants de la Catéfête de la veille (les enfants du catéchisme préparatoire à la Profession de Foi). M. le Doyen prononça une remarquable homélie, débutant par une histoire en wallon, puis une étude minutieuse du sens de cette fête : " 50 ans de vie ensemble, de joies et de peines partagées, de travail, d'amour et de fidélité... Vous avez tracé pour vos enfants et petits-enfants le chemin des vraies valeurs, dans une société d'après-guerre et de folles années où l'on rêvait que richesses et abondance seraient pour tous... Dans une société de rationalité, d'efficacité, de rentabilité, vous maintenez la valeur de la gratuité, de la disponibilité sans calcul ; vous êtes les gardiens du souvenir, des racines, car sans mémoire l'homme est comme une étoile filante. Dans notre société marquée par la science et la technique, vous apportez votre expérience et votre sagesse, un conseil, un coup demain, une expérience ; vous posez les vraies questions au sens de la vie, vous montrez qu'avec la foi et l'espérance, on peut contrer l'indifférence, vous nous donnez des leçons de patience. Aidez-nous à cultiver les couleurs de l'amitié, de l'humilité, de la simplicité, de clémence en nos jugements, de prudence et d'intériorité ".

Il y eut aussi, à la fin de l'office, lecture d'un joli poème dont voici un extrait :

... Et comme chaque jour

je t'aime d'avantage,

Aujourd'hui plus qu'hier

et bien moins que demain,

Qu'importeront alors

les rides du visage...

Mes souvenirs à moi

seront aussi les tiens !

LA FETE OFFICIELLE

Emmenés par la Royale Philharmonique, les jubilaires et leurs familles se groupèrent en la salle communale où le bourgmestre Benoît Spineux eut pour tous de chaleureux mots d'accueil.

Puis, c'est l'échevin chargé des festivités Benoît Buchet qui, après un rappel historique de la situation en 1954, entreprit sa présentation habituelle des couples jubilaires, avec son humour et ses petits détails inédits et parfois surprenants, dévoilant le caractère de chacun, sa carrière professionnelle, ses petits travers, ses hobbies...

Grâce à une minutieuse enquête dans l'entourage, il dévoile ainsi que telle épouse est une fervente du Lotto et de " La petite maison dans la prairie " ; une autre, ancienne pianiste, est fidèle de la chorale ; tel couple se passionne pour les voyages ; un tel est Doudou, Tchôd-Tchôd, passionné de pêche ; tel autre, distrait, cherchait ses pantoufles dans... le frigo ! Certains aiment le jardinage, le foot, l'accordéon, l'élevage de moutons, ou bien le tricot, la cuisine, les gâteaux au moka, les jeux de cartes ; telle sera maniaque de l'ordre et de la propreté... Un déballage parfois étonnant mais bien sympathique. Cela nous a valu aussi la révélation d'un tout jeune accordéoniste déjà virtuose, jouant pour son grand-père. Et chaque remise de fleurs et diplôme était ponctuée d'un air bien adapté par les fidèles musiciens de la Philharmonique.

Enfin, à l'invitation du mayeur : photo souvenir du groupe des jubilaires présents, avec flashes en tous sens, vin d'honneur, embrassades et congratulations générales et mutuelles...

Ont ainsi pu participer à la fête :M. et Mme Roger Jacqmain-Molle, de Bambois, pour 60 ans de mariage ; et en Noces d'or, dans l'ordre chronologique des mariages : MM. et MMmes Lucien Beckaert-De Clerck (Le Roux), Léon Viaene-Drèze (Fosses), Brosteaux-Michel (Fosses ; mais Arlette était seule, Lucien étant hospitalisé) ; Hugues Romain-Noël (Fosses) ; Vital Collard-Ruelle (Claminforge Le Roux ;) Jean Piéfort-Ducoffre (Fosses) ; Franz Pirson-Collin (Fosses) ; Max Drèze-Pochet (Cheslong).

Le présentateur eut bien sûr une pensée pour les autres couples qui, pour raison de maladie le plus souvent, n'ont pu participer à la cérémonie. A eux tous nous présentons encore toutes nos félicitations et nos voeux les meilleurs de les retrouver dans dix ans.

Provocations... pourquoi ?

(ou pour quoi ?)

Les provocations des politiciens flamands se multiplient, au nom de la langue et du " droit du sol " et ça commence même à bien faire. Veulent-ils la guerre communautaire ?

On avait déjà douloureusement ressenti le " Walen buiten " de Louvain en 1968. Voici qu'ils remettent ça avec l'aéroport de Bruxelles " national " : un arrêté ( ?) Du gouvernement flamand interdit aux transporteurs wallons d'amener des voyageurs à Zaventem. Un policier flamand a interpellé un autocariste wallon en ces termes : " Vous ne savez pas que vous êtes en Flandre, ici ? " en montrant le tarmac. " Que je ne vous revoie plus jamais ici ! " Et un autre renchérit : " Mon collègue est encore bien bon, vous devriez lui dire merci ! ". On croit rêver (un cauchemar !).

Nous avons rappelé, l'autre jour, le refus d'un policier de la côte de recevoir une plainte pour vol de vélo parce que le plaignant était wallon. Ce policier voulait bien parler français avec un Français, pas avec un Wallon !

Autre décision du gouvernement flamand : interdiction aux entrepreneurs wallons qui ne parlent pas le flamand de travailler en région flamande. Même s'il occupe des ouvriers flamands. Un chauffagiste devra passer un examen (avec termes techniques) pour justifier sa connaissance suffisante du néerlandais !

A Zaventem encore, les offres d'emploi sont rédigés uniquement en flamand (les demandes doivent l'être aussi). Cet acharnement à chasser les Wallons rappelle l'époque de l'expulsion des francophones de l'université de Louvain.

Pourtant, tout cela est absolument ILLEGAL. Les textes de loi sont toujours à l'étude, pas (encore) d'application.

Pourquoi cette intolérance ? Pourquoi ces provocations ?

Bien sûr, il faut distinguer la population flamande, qui est bien plus accueillante et conciliante, de ces politiciens intégristes. Mais les médias flamands comme la plupart des politiciens entretiennent dans la population une vue étriquée des Wallons et de la Wallonie : des fainéants, des profiteurs, des suceurs de la richesse flamande. Comme toute calomnie, à force d'être martelés, ces arguments fallacieux arrivent à leur fin : une tension maximale entre les communautés.

Car depuis des années le but est clair : arriver à la scission complète et la création d'un " état flamand " totalement indépendant. " Crève la Belgique " ! N’a pas hésité à écrire un journal flamand.

Alors, je me suis pris à imaginer...

Imaginons cet Etat flamand. Basé sur ce " droit du sol " intégral : toute personne vivant sur le territoire flamand ne peut parler QUE flamand. Un gouvernement flamand qui a les pleins pouvoirs (et bien sûr est dominé par le Vlaams Blok largement majoritaire) organise sa police, renforcée, pouvant arrêter quiconque est pris à parler français en rue ou dans un lieu public ; des brigades dotées de meutes de rottveilers qui n'obéissent qu'en flamand. Une administration qui n'admet que le flamand : finies les " communes à facilités " de la région bruxelloise. D'ailleurs, celui qui n'est pas né en Flandre sera invité à aller s'installer ailleurs. Interdiction aux Wallons de venir travailler en Flandre sans agréation obtenue après un examen poussé de la connaissance parfaite du néerlandais.

Dans les écoles, plus de cours de français. Pour la jeunesse, on développe ces groupements en uniformes marqués du lion (qu'on voit déjà aux manifestations de l'Yser), défilant au pas (de l'oie ?) derrière leurs immenses drapeaux jaune et noir. A partir de 16 ans, ils pourront même porter des armes et pour les plus âgés on poursuit des entraînements commando de " groupes d'intervention ". Les policiers et même ces jeunes " patriotes " pourront dénoncer un voisin pris à écouter une radio francophone. D'ailleurs, ces émissions de postes wallons sont brouillés par des parasites étudiés. Sur les stades, les clubs wallons sont exclus : le championnat est uniquement flamand. Dans les églises, les sermons sont surveillés, de crainte qu'à la Côte par exemple un prêtre ose encore adresser un mot d'accueil en français. Même le cardinal ne pourra présenter ses lettres pastorales qu'en flamand. Dans les banques, on refusera l'argent wallon. Pour aller à Oostende ou à Coksijde, les Wallons devront présenter à la frontière un " ausweis " - pardon : een doorgangsbewijs obtenu à une Kommandantur militaire ou une Kanselarij (consulat) à Antwerpen, nouvelle capitale de la Vaderland, où des militants (miliciens) en uniforme noir surveillent tout et tout le monde.

Est-ce vraiment inimaginable ?

Comme ils sont partis, poussés dans leur fuite en avant par un " Blok " tenace et ultra-volontaire dans cet esprit d'indépendance " nationale " flamande, ils sont capables de toutes les bêtises, les provocations, les injustices, les illégalités possibles.

Même si on n'en parle plus, il n'y a pas si longtemps que la presse dénonçait ces groupes néo-nazis flamands qui se réunissait presque au grand jour et venaient même dans nos forêts wallonnes s'entraîner à Laguerre, au close-combat et au maniement des armes. En vue de quoi, pensez-vous ? Si ce n'est arriver un jour à imposer (par la force si nécessaire, si cela traîne trop) leur état flamand séparatiste.

On s'inquiète de la montée du Vlaams Blok et du Front National, mais cela sert les intérêts de certains. Des politiciens, d'accord, mais élus par une population désinformée, intoxiquée, trompée, déçue, démobilisée.

Est-ce que mon cauchemar imaginé est vraiment si loin de la réalité ? Hélas !

Fost-Plus

Le prochain ramassage des papiers et cartons pour les secteurs de Sart-St-Laurent, Fosses et Bambois aura lieu le mardi 12 octobre.

Le ramassage des sacs bleus a lieu le lendemain, mercredi 13 octobre, pour toute l'entité.

Conférence horticole

Une conférence horticole sera donnée ce lundi 11 octobre, à 19 h 30, en la salle Espace Solidarité (ancien Nopri), Quatre-Bras, Fosses.

Après les cadeaux de présence aux membres et la remise des prix aux lauréats, aura lieu la conférence sur le thème : « Jardiner, un plaisir » avec dias, par M. Jean Eloy.

L'entrée est gratuite et ouverte à toutes les personnes intéressées.

Brocante de Bambois

C'est ce samedi 9 octobre que se déroulera la Brocante de Bambois, sur la place de l'Eglise, de 8 h à 18 h.

Le mètre : 1,5 €.

Réservations : '071-71.13.35.

Pour les brocanteurs, les emplacements seront disponibles dès 6 heures du matin.

Stage de tennis

Un stage de tennis est organisé durant le congé de Toussaint, du mardi 2 au vendredi 5 novembre au Hall Omnisports de Sart-Saint-Laurent. Il s'agit d'un stage de tennis et multisports avec matériel fourni par l'organisation, avec moniteur de tennis pour enfants de 4 à 14 ans. Le stage a lieu de 9 h 30 à 15 h 30 (garderie gratuite de8à9h30etde 15h 30 à 17 h). Participation : 50 euros.

Inscription et renseignements :

Xavier Lebrun : '071-51.31.97, ouÈ 0497-48.57.65

Asbl TC Fosses : '071-71.14.18, ouÈ 0495-40.67.57

Voiture en feu

Dans la nuit de dimanche à lundi, vers 2 heures du matin, les pompiers de Fosses se sont rendus à Névremont, où une Suzuki Swift était la proie des flammes, rue Chapelle de la Paix. Le sinistre fut assez rapidement maîtrisé, grâce à l'intervention des pompiers de Fosses. Le sinistre est d'origine inconnue. Le constat a été dressé par les inspecteurs de la zone de police locale.

Concours de belote

La J.S. Fossoise organise ce vendredi 8 octobre, en sa buvette, rue de l'Abattoir, un concours de belote par équipes formées, en 4 tours.

Les inscriptions sont prises à partir de 19 h et le concours débute à 20 heures. Participation : 15 euros avec les boissons habituelles gratuites. Prix suivant les inscriptions.

Journées champignons

C'est la sixième année consécutive que le Lac de Bambois organise ses journées des champignons, journées qui clôturent la saison d'ouverture du lac. Et comme 2004 est une année propice au développement de ces espèces, les visiteurs ont pu apprendre beaucoup dans ce domaine assez peu connu.

Cinq guides (MM. Thibaut, Gérard, Roland Brosteau, Maurice Moray et André Smoos) se sont dévoués pour permettre au public la découverte de différentes espèces, en cette saison favorable à la croissance de ces végétaux. II en existe une variété infinie et chaque année, on en découvre de nouvelles espèces.

Ils portent souvent des noms latins très rébarbatifs : un amateur a apporter un spécimen très rare : l'anthurus d'Archer, qui a la forme d'un pieuvre. Un champignon qui dégage une odeur très forte qui pousse généralement en région méridionale.

Certaines espèces se montrent très dangereuses, comme l'Amanita phalloïdes qui est d'une dangerosité foudroyante. Si la personne n'est pas soignée dans les 48 heures, elle meurt dans de fortes douleurs.

Ce fut en tout cas, pour ceux qui ont participé à ces balades, une journée très instructive, au grand air, par une température presque printanière.

Conseil communal

Prochaine réunion du Conseil ce lundi 11 octobre, à 19 h 30, à la salle du Conseil. L'ordre du jour est assez copieux : 41 points + le huis clos. En voici les principaux :

- Fourniture et installation d'un chauffage à air pulsé au service travaux.

- Réfection de la rue Sinton à Fosses. - Service incendie : acquisition d'une ambulance;

- Service des finances : divers emprunts pour réfection de route, de travaux d'asphaltage, achat d'une ambulance, de matériel électrique, d'aménagement du hall de Sart-St-Laurent, des Fabriques d'églises.

- Vente de bois 2005.

- Gestion d'un Grenier à meubles

- Conditions de location du chapiteau.

- Formation à l'informatique, pour les habitants et spécialement aux pensionnés de l'entité.

- A huis clos : service enseignement : remplacements et désignations dans l'enseignement pour emplois vacants.

Le testament d'Albert F

Ce samedi 9 octobre, à 20 h, le Centre culturel d'Aiseau-Presles, place Communale, présente, en collaboration avec le Centre culturel fossois

« Le Testament d'Albert F », tragicomédie mêlant le rire au drame, le quotidien aux questions angoissantes,

Entrée : 8 euros - de 18 ans : 6

Réservations :

Centre culturel, pl. du Marché, Fosses,' 071/71 46 24

Rectificatif

Dans l'article paru la semaine dernière, on mentionne : que ' par manque de comité des fêtes... ».

Il existe bien un comité des fêtes à Fosses qui s'est associé au programme des pompiers et des Congolais. Vu l'affiche chargée de cette année, il nous a cru bon de ne pas en rajouter, d'autant plus que la participation de la population, les années précédentes, reste très timide. Cela ne nous encourage pas.

L'an prochain, l'organisation des festivités sera dirigée par l'état-major de la Saint-Feuillen. Donc, ce sera une année sabbatique pour notre comité, mais les personnes désireuses de nous aider sont toujours les bienvenues. Il suffit de m'appeler au 071-71.21.57. B. Buchet

Pour les seniors

A l'initiative de l'échevin du 3e Age, un cours d'informatique, adressé prioritairement aux pensionnés et prés pensionnés commencera ce 13 octobre 2004. Cette formation est de 6 x 2 heures et se donne au Collège Saint-André. Le prix variera entre 40 et 80 euros, selon le nombre d'inscrits. Les réservations et renseignements se prennent au Service des Travaux de la commune :

Mme Tonneau '071-71.31.31

B. Buchet È 0499-17.93.87

Il y aura deux sessions: l'une pour les débutants et l'autre pour un perfectionnement en Word, Excel, Internet et photos numériques.

B. Buchet

Syndicat d'Initiative

Une assemblée générale extraordinaire du S.I. aura lieu le jeudi 21 octobre à 19 h. 30 au local de la place du Marché. Elle a pour but l'approbation des nouveaux statuts de l’asbl, revue et adaptés à la nouvelle législation en la matière.

Il est important qu'un maximum de membres y soient présents. Ceux qui ne pourraient pas y assister peuvent donner procuration à un autre membre (mais chaque membre ne peut présenter qu'au maximum 2 procurations).

Exposition

La galerie du Syndicat d'Initiative accueille ce mois-ci Marie-Paule Mabille, pour qui tout est occasion de créativité artistique. Elle a débuté par des tapisseries décoratives, puis de la broderie, de la peinture sur soie et finalement s'est lancée dans l'aquarelle et la peinture acrylique sur divers supports : papier, carton, toile ; une technique qu'elle apprécie pour son pouvoir de superposition.

Pour elle, la création doit être un coup de coeur : non-figurative ou quelque peu surréaliste, toute oeuvre doit toucher chacun car elle se situe hors de toute spécialité mais veut seulement créer de la beauté, interpeller, intéresser.

Le vernissage aura lieu ce vendredi 8 octobre à 19 h. 30 au local du S.I., place du Marché. L'exposition sera ouverte au public du 9 au 28 octobre, en semaine de 9 à 16 heures et le week-end de 10 à 17 h. Entrée libre.

Confrérie St-Feuillen

Une délégation de la Confrérie se rendra ce samedi 9 octobre au XIVe Grand Chapitre de la Confrérie Saint-Feuillen du Roeulx. Après l'accueil à l'Hospice St-Jacques et les discours du Grand Maître et du Grand Bailli, les participants se rendront en cortège a " La Renardise " pour une visite culturelle. Ensuite aura lieu, à l'église, l'hommage traditionnel à la relique de saint Feuillien et enfin la réception habituelle à la Brasserie. Faut-il le rappeler, ces réunions sont toujours à la fois très fraternelles, conviviales, culturelles et bien sympathiques.

Quant à la Confrérie de Fosses, elle prépare pour le dimanche 31 octobre la traditionnelle fête de saint Feuillen qui, cette année, tombe juste le jour anniversaire de sa mort et ouvrira " l'Année Saint-Feuillen ". La messe de 11 heures sera marquée par le cortège des deux Confréries amenant le Buste dans le choeur pour la messe à 11 heures ; elle sera suivie de la cérémonie habituelle du renouvellement du voeu (il n'y a pas d'intronisation de nouveau membre cette année) et d'un apéritif en la salle du Collège St-André. A 13 h. 30, le repas de Confrérie sera cette année ouvert à toutes les personnes qui participeront d'une manière ou d'une autre aux manifestations de cette année de Marche septennale. Le menu est à 20 euros (10 pour les enfants) et les inscriptions sont attendues au plus tôt chez

Le président Charles Wellin È 0494-83.75.39

Le secrétaire Bernard Cousin '071-71.35.96

Marc Buchet '071-71.16.04

Il y a 100 ans

N° 38 du 18 septembre 1904

Lundi, vers 4 heures et demi du matin, le feu s'est déclaré à l'étage de la maison Remy Henri, au Cul-de-Poule. On n'a pu sauver qu'une partie des meubles qui se trouvaient au rez-de-chaussée. On croit que le feu aura été occasionné par une lampe. C'est grâce à la promptitude des voisins que les habitations contiguës ont pu être préservées. Les dégâts s'élèvent de 800 à 1.000 francs.

N° 39 du 25 septembre 1904

LE FEU. - Une meule d'avoine de 3.000 gerbes, appartenant à M. Victor Gillot, de Haut-Vent, a été incendiée durant la nuit du 17 u 18 de ce mois. La malveillance paraît évidente, cette meule se trouvait à plus de 100 mètres du chemin et à 150 mètres des habitations. La meule était assurée à la Cie Helvetia. Une enquête est ouverte par M. Paris, commissaire de police.

Jeudi vers 5 heures du matin, le feu a réduit en cendres deux maisons à Pinsonhaie. L'une appartenant et occupée par M. Désiré Mathot, était remplie de récoltes. Dans l'autre, appartenant à Mme Vve joseph Goffart et occupée par M. J-B. Gosset, on a pu également sauver une partie du mobilier et le cheval. Une chèvre est restée dans les flammes.

De l'enquête ouverte par M. Paris, commissaire de police, on présume que le feu aurait été communiqué par la cheminée construite dans le mur séparant les deux fenils et autour de laquelle était entassé du foin. C'est grâce aux efforts de deux courageux sauveteurs, J.-B. Alberte et Georges Crame, que les habitations voisines ont pu être préservées. Il y a assurance.

P.-S. - Des deux sauveteurs, nous signalons particulièrement le « Maïeur de Chout'si-plout » arrivé le premier sur les lieux du sinistre (l'amour lui donna des ailes et du courage) et qui, grimpé sur le faîte du toit, a fait la part des flammes en coupant le passage à l'élément destructeur. Aïe, qué feu, maïeur, vos avos co sti pu serré

F'à Nameur. Si Grosse Tièsse è ampète avin sti là, vos aurî co ieu des ruses di vos ètinde. Cabolet

FETES COMMUNALES.

Dimanche 25 septembre, à 2 heures, faubourg de Lège : grande fête acrobatique. A 5 heures, place du Marché, grand concert par l'Harmonie Les Amis Réunis de Menonry (Aiseau). - Lundi 26 : attraction nouvelle ; à 10 h. ouverture de la grande Fête de rue, organisée par M. Bredford, de Bruxelles. A 4 heures, place des Quatre-Bras, grande fête acrobatique et pantomimique. - Mardi 27 : à 1 heure, place de la Briqueterie : lutte de revanche entre les parties de Aiseau (Fayt) et Baulet (Vandy).

Dans sa dernière assemblée, le comité de jeu de balle a décidé de porter le coût des places au prix unique de vingt centimes.

A Senior Amitié

Ce groupement du 3e (et 4e) âge organise son habituel Goûter d'Automne ce mercredi 13 octobre à 14 h. 30, en la salle du Collège St-André.

Comme de coutume, il mettra à l'honneur les jubilaires de cette année et les octogénaires. Après le mot du Président, un délégué de la Mutuelle parlera du système " Télé-assistance " (ces bracelets qui permettent très facilement d'appeler au secours en cas de besoin), puis un hommage aux jubilaires et octogénaires ; la partie festive verra une intervention de la chorale Saint-Martin puis deux sketches créés et mis en scène par des membres de Senior Amitié d'Auvelais, ainsi que deux chansons. Le goûter et une tombola compléteront cet intéressant programme.

Cercle d'Histoire

La prochaine réunion du Cercle d'Histoire est prévue ce jeudi 14 octobre à 19 heures, en la salle de l'Espace communautaire et citoyen, aux Quatre-Bras.

Ce sera l'assemblée statutaire et elle débutera donc par les rapports du président (activités de l'année), de la secrétaire (état des membres), de la trésorière (situation des finances) et la désignation de deux vérificateurs.

Ensuite, le président présentera le 4e chapitre de son Histoire de Fosses (Xlle-XIVe siècles), puis une étude sur les cloches civiles, ce qu'on appelait autrefois " bancloke " : sa fonction (juridique, militaire, alarme), ses propriétaires et utilisateurs, son symbole, son fonctionnement. Puis les questions et interventions des membres.

Rappelons que ces réunions du Cercle sont ouvertes à toute personne que notre histoire intéresse, sans obligation d'assiduité.

Au Centre culturel

Le Conseil d'Administration du Centre culturel de l'entité fossoise se réunira au local de la place du Marché ce mardi 12 octobre à 20 heures. On y verra la situation des comptes et les modalités du passage officiel du Centre Communautaire en Centre culturel local reconnu par la Communauté française et la création d'une Agence de Développement pour l'action culturelle régionale.

Une soirée festive pour les membres et invités marquera ce passage et cette reconnaissance officielle, ce vendredi 15 octobre, salle L'Orbey.

Li guêre di 40, vikéye pa on gamin

Èt pwîs, volà l' Camile qui rét èt criyî après m' man : « Valentine, tènoz, volà m' clé ! » Mi man avanceûve, mins Camile lanceûve po l' rèscontrer l' pus Ion èri possibe dès Boches èt dès jendârmes. Qwè-ce qu'i lî a rademint dit, dji nè l' sé pus !

Adon, m' man vèt qu' Gusse Dèproot (li p'tit Gusse) èt d'djà o camion, achîd su on banc. Si fi, Jules, èsteûve réfractaîre èto. I frékenteûve au Planwès avou Lucie Ransquin èt il avin.n' l'idéye di s' mârier. II aveûve dîj-noûv-ans èt d' méye èt lèye dîssèt'. I gn-a rin qui presseûve, mins corne on d'djeûve qui lès mâriés n'èstin.n' nin hukés po-z-aler en-Alemagne, is pudenut leûs dispôsicions po s' mârier à dadaye.

Quand Jules a ieû s' convocâcion, vo-le-là èvôye à Nameur anoncî qu'i s' mârieûve li samwin.ne d'après. On lî a d'né one rawète di timps, mins l'convocâcion n'a nin stî sopriméye. Is s'ont mârié èt il a, bin sûr « rovyî » di s' présinter. I s'a catchî èmon s' grand-mére, qui d' mèreûve tote seûle à l' route di Sint-Djurau èt s' feume a d'mèré avou sès bias-parints.

Corne, en timps d' guère, tot èst râcioné, po n' si nin fé r'mârker, Lucie aleûve dire bondjoû à s't-ome deûs côps pâr samwin.ne !

Is vikenut co tos lès deûs au Banbwès, à l'reuwe di Dôye.

Gusse èt Camile ont st' emwinrnés o prîjon à Mons', mins is n'î ont nin d'mèré longtimps. I faut sawè qu' Ca-mile èsteûve cabinier au dispatching à l'gâre di Tamènes èt qu'on-z-aveûve dandjî d' li po l' trafic dès trins.

Gusse, qu'aveûve on momint stî à l' fosse, travayeûve à ç' momint-là po on mârtchand d' bwès, Rolin, qu'a faît valu qu'il aveûve dandjî d'abateûs o bwès po foûrni dès sklimpes po lès fosses. On-z-èsteûve dèdjà prète à l'èvoyî au meur di l' Atlantike, mins il a riv'nu dé Denise, si feume.

Georges èt Maurice Gravy èstin.n' prudents, à preume Maurice, mins René n' l'èsteûve nin èt, one diméyeeûre après l' dèpârt di s'pa, il èsteuve rarivé è s' maujo. Mi man, qu' vèyeûve voltî lès vijins, qu'èstin.n' tos lès trwès dès brâves, l'a en9eûlé corne i n' l'a sûremint pus jamais stî. Ça rècheûve corne dès bales foû d'one mitralieûse. Dji n' mi sovint nin d'awè mauy vèyu m' man ossi mwaîje. Li, i n'è rabateûve waîre !

Su ç' timps-là, l' Rèsistance s'ôrganise èt lès sabotadjes si sûvenut. I passe todi d' pus d'aviyons Anglès èt Amèrikins, gârdés pa dès tchèsseûs qui toûnenut autoû d' zèls.

On s' rachone au nût po choûter Londes au posse. On lait one saquî à l'uch po prévenu, pace qui lès Boches patrouyenut avou dès-aparèys è leûs camions po sawè qué émèteûr qu'on choûte dins lès maujos. Quand on-z-ôt l' Brabançone, tot l' monde a dès frumejons tot l' long dè l' chine di s' dos. On choûte « Les Français parlent aux Français » èto èt lès-émissions Bèljes en Néèrlandès. Corne dji comince à l'aprinde è scole, dji comprind one miète, mins tot l' monde sé bin, qu' lès Boches », c'èst dès « Moffen » !

(à chûre).

Pensons à nos aînés

Ils ou elles auront leur anniversaire au cours du mois d'octobre.

Ce sont :

Le 1er : Franciska Goma, Rue Grande, Le Roux 80 ans

Le 1er : José Colon, Rue du Try-al-Hutte80 ans

Le 2 : Marie-José Demoulin, Home Dejaifve 81 ans

Le 3 : Maurice Garot, Rue Station, Aisemont 84 ans

Le 6 : Paule Boccart, Home Dejaifve 94 ans

Le 8 : Odik Janina, Rue Laide-Basse 81 ans

Le 10 : Marguerite Vermeylen, Rue des Zolos, Fosses 80 ans

Le 10 : M.-Th. Preud'homme, Rue du Grand-Etang 86 ans

Le 10 : Denise Hubert, Rue du Bout, Vitrival 85 ans

Le 11 : Edmée Fevry, Home Dejaifve 80 ans

Le 11 : Femande Massinon, Rue Saint-Roch 82 ans

Le 11 : Femande Leleu, Rue du Sartia, Sart-Eust. 82 ans

Le 13 : Pierre Deboos, Rue du Fays, Aisemont 84 ans

Le 15 : Odile Renaux, Rue de Walcourt, Vitrival 84 ans

Le 15 : Robert Massart, R. du Criptia, Sart-Eust. 83 ans

Le 16 : Marie Demanet, Ch. Charleroi, Vitrival 82 ans

Le 20 : Marie Hennaut, R. Haut-Baty, Aisemont 83 ans

Le 21 : Maria De Smet, Rue Longtry, Le Roux 81 ans

Le 21 : Qeorgina Toussaint, Neuve-Maison, Sart-St-L. 93 ans

Le 22 Zoé Frédéric, Rue Grande, Le Roux 93 ans

Le 23 : Raoul Vandermeulen, R. Génicot, Sart-Eust. 82 ans

Le 23 : Marie Gosset, Avenue Albert 1er 85 ans

Le 23 : M.-Th. Marcipont, Rue D. Masson 83 ans

Le 23 : Remy Arends, Rue Sinton, Fosses 83 ans

Le 25 : Rosa Goffin, Rue D. Masson 87 ans

Le 26 : Marcel Salingros, R. de la Station, Aisemont 82 ans

Le 27 : Eva Gillain, Rue Rauhisse, Vitrival 84 ans

Le 27 : René Crame, Route de Tamines 81 ans

Le 30 : Maddalena Pascottini, Rue du Fays, Aisemont 83 ans

Le 30 : Germaine Fauchet, R. Ermitage, Sart-Eust. 92 ans (doyenne de Sart-Eustache)

Le 31 : Camille Pochet, Home Dejaifve 91 ans

Le 31 : Solange Lemaire, Avenue Albert 1er 84 ans

VITRIVAL Avis aux artisans

Pour la neuvième année consécutive, le comité des fêtes accueillera des artisans de toutes sortes lors de son Marché de Noël qui se tiendra place Jean Tousseul, les 11 et 12 décembre, de 14 à 22 heures, sous chapiteau géant (550 m2), chauffé.

Accueil des artisans dès 12 heures. Les emplacements sont offerts pour 12,50 euros la table de ± 2 mètres sur 60 cm, par jour, à verser au compte 001-3906475-70 pour officialiser votre inscription.

Renseignements complémentaires au 0494-62.42.30.

Avis aux brocanteurs

Pour la seconde année consécutive, dans le cadre de nos festivités de fin d'année, une grande Brocante nocturne aura lieu le vendredi 10 décembre, sous chapiteau chauffé, place Jean Tousseul. Elle se déroulera de 18 heures à 1 heure du matin.

Renseignements : 0494-62.42.30.

Emplacements : 2 euros le mètre courant, sur une profondeur de 2 m. Accueil des brocanteurs dès 15 h. Inscriptions par le paiement de votre emplacement au cpte du comité : 001-3906475-70 (n'oubliez pas d'indiquer votre nom et n° de téléphone en référence).

SART-ST-LAURENT Dégâts matériels

Mercredi dernier, vers 18 heures, une Passat VW et une Renault qui se suivaient se sont percutés, sur le territoire de Sart-Saint-Laurent. Le conducteur de la première voiture a freiné brusquement pour éviter un chien et le second n'a pas pu arrêter à temps et la collision inévitable.

Dégâts matériels importants et les inspecteurs de la zone de police Entre-Sambre-et-Meuse ont rédigé le constat à l'amiable.

Ecole des devoirs

L'Agence Locale pour l'Emploi a créé l'Ecole des Devoirs, pour le rattrapage scolaire des élèves :

- de primaire : le lundi de 17 à 18 h et le mardi, de 17 à 18 h.

- du secondaire : le jeudi de 17 à 18 h

Les cours de rattrapage « gratuits » sont donnés par des enseignants, à la Maison de la Citoyenneté (ancien Nopri) avenue Albert 1er, à Fosses.

Renseignements : A.L.E., rue V. Roisin 9D (1er étage),

'071-71.34.36.

AISEMONT

Un camion se renverse, le conducteur tué

Lundi après-midi, vers 16 h 30, sur le RN 98, un camion avec remorque, chargé de pommes de terre, s'est renversé à hauteur d'Aisemont et le conducteur tué sur le coup, écrasé par la cabine. Celui-ci, René Genevois, de Jurbise, avait été prendre livraison d'une importante cargaison de pommes de terre à Devant-les-Bois et devait se rendre à Renaix.

A hauteur du viaduc Saint-Remy, il emprunta la bretelle vers Aisemont et dans le virage, le camion est devenu incontrôlable et s'est couché sur le flanc. Le conducteur est resté coincé en dessous de la porte de sa cabine.

Les secours ont été rapidement sur place : les pompiers de Fosses et le VIM du CHR Val-de-Sambre.

Dans l'opération de sauvetage, en tenant d'actionner les coussins gonflables, deux pompiers de Fosses ont été légèrement blessés. Ils ont finalement pu extraire le chauffeur qui avait été tué sur le coup. Les inspecteurs de la zone de police de Fosses et le commissaire Galetta, ont réuni les premiers éléments de l'enquête. Le Parquet de Namur se rendit aussi sur place et un expert automobile.

Le dépanneur Degreef, de Flawinne a redressé et évacué le véhicule accidenté. L'entreprise de pompes funèbres Preud'homme a enlevé le corps du malheureux conducteur.

La Marche Notre-Dame sous un ciel clément

Le beau temps et la température agréable ne sont pas toujours au rendez-vous des marcheurs d'Aisemont, cette sortie étant la dernière des marches de l'entité et se situant traditionnellement le premier week-end du mois d'octobre.

La gentille petite chèvre, qui fait aussi le tour du village, n'était pas présente cette année. L'association Gaia, qui défend les animaux, serait-elle intervenue pour défendre ce genre de soumission à l'homme ? Allez savoir. Les Gadîs seront-ils dignes de conserver ce surnom si la chose se répète ?

La cérémonie de renouvellement des postes pour l'année 2005, année septennale, s'est faite selon le cérémonial habituel : « Si Dieu me prête vie, je fais le serment de marcher comme... (grenadier) à la Marche Notre-Dame d Aisemont en l'année 2005 », tout en ingurgitant l'habituel pèkèt. On serait presque tenté d'ajouter le refrain : « Il est des nôtres... ». Mais il faut rester sérieux quand il le faut, car la Compagnie d'Aisemont a la réputation de bien se tenir.

Les. Nombreuses décharges ont été tirées dans l'après-midi, sans blessé, malgré le groupe d'infirmières prêtes à intervenir s'il le fallait.

On marche à Aisemont depuis plus de trois cents ans, mais c'est depuis 1971 que la tradition annuelle est respectée.

Et le lundi bénéficia aussi d'un temps clément qui permit les visites aux officiers et sympathisants dans la joie et la bonne humeur, mais aussi avec moins de rigueur.

Interventions des pompiers

Le 19 : appel des pompiers pour un incendie, rue de Burnot 153, à sert-Saint-Laurent.

Le 19 : pompiers, pour une lampe menaçant de tomber.

Le 20 appel des pompiers : incendie chez Capelle, route de Tamines à Névremont : voiture en feu.

Le 22 : appel de l'ambulance, sui>)p à un accident de circulation, face au n°75 ; blessé conduit à Auvelais.

Le 23 : appel de l'ambulance, suite à un accident rue Giletville à Lesves blessé conduit à la clinique Sainte-Elisabeth à Namur.

Le 23 : ambulance et pompiers, suite à un accident chaussée de Namur à Sart-Saint-Laurent.

Le 24 : pompiers pour le sauvetage d'un chat, rue Rauhisse à Vitrival.

Le 25 : ambulance et pompiers, suite à un accident à Devant-les-Bois ; un blessé conduit en hospitalisation.

Le 27 : les pompiers sont appelés pour un nettoyage de la route, rue de la Boulonnerie à Franière.

Le 28 : ambulance et pompiers, suite à un accident rue du Corroy, à AAettet ; un blessé conduit à Auvelais.

Le 29 : appel des pompiers pour un feu de cheminée, rue du Baty 51, à ' Bambois.

Le 29 : pompiers pour vérifier une lampe de l'éclairage public, qui menaçait de se décrocher.

Le 1 er octobre : les pompiers inter-viennent pour un poney en liberté, rue du Tisserand à Haut-Vent.

Le 3 : ambulance et pompiers, suite à.' Uri accident à Floriffoux, sur la RN - 95e. Une personne décède sur placé.

Le 3 : ,pompiers, suite à un feu dane, une voiture, rue Fénal à Furnaux.

Le 4 : voiture en feu, rue Chapelle* la Paix 19 (relaté en page 2)

Le 4 : intervention des pompiers lors i de l'accident d'un camion de pommes de terre renversé : un tué

Motocyclisme

Eloges envers P. Debroux

Après sa belle saison et son titre de champion de Belgique, le coureur vitrivalois ne reçoit que des éloges dans la presse sportive. Voici un ex-trait paru dans Vers l'Avenir du 30 septembre, que nous reproduisons volontiers :

« Patrick Debroux peut être fier, très fier même de sa saison : 14 manches disputées en 7 rendez-vous et 14 arrivées franchies avec, pour plus mauvaise places, deux 7e places, mais, surtout, 10 podiums dont 4 victoires et 6 premiers accessits. Une belle régularité que le garagiste fossois mettait en avant pour expliquer son sacre dans la catégorie reine du Supermoto. Au-delà de ça, on se rappellera que Patrick a traversé, il n'y a pas si longtemps, des moments très difficiles au niveau privé et que c'est notamment la compétition qui lui a rendu le sourire. Car jamais il n'oubliera son plus fidèle supporter son fils Axel tragiquement décédé qui, désormais, dispute avec lui toutes ses courses, puisque son prénom figure en bonne place sur sa « combi » de pilote. »

Les rencontres du week-end

Samedi 9 octobre

Diablotins

Ligny - Fosses. (11h)

US Auvelais-Bambois (11h)

Prémin

Ham - Fosses (13h)

Minimes

Belgrade - Bambois (15h)

Fosses : bye

Juniors

Fosses - Ciney

Réserve

Bambois - Fosses

Dimanche 10 octobre

Scolaires

Fosses - Wépion (10.30)

Div. 3

Yves - Bambois

Div. 4

Fosses - Jambes

YVES - BAMBOIS

2 - 3

Le premier acte est à l'avantage des Carriers qui ouvrent le score par Delloge. Peu après, Leroux double les chiffres. Les Plagistes sortent de leur réserve à la reprise et en l'espace de deux minutes remettent les pendules à l'heure par Dumont et Legrain sur penalty. Les visités sont ensuite réduits à dix et Bambois en supériorité numérique, en profite pour rafler les trois points par Glenza, à la 75e.