N°35   17 septembre 2004

Fosses - Panorama

Aujourd'hui, à l'endroit où s'est placé le photographe, une maison a été construite assez récemment.

A l'avant-plan de cette carte, on aperçoit l'embranchement de la rue du Herdal et la rue de la Petite Couture et ce début de chemin qui monte vers Haut-Vent et va rejoindre la rue du Tisserand, près de chez Gustave Defoin. Ce chemin, qui avait été asphalté il y a une vingtaine d'années, n'est plus carrossable aujourd'hui.

Où l'on aperçoit de petites meules de foin, se trouve la maison de Marcel Scieur et à gauche, un long mur qui ceinturait la propriété de l'Orangerie. Le toit à quatre pans derrière ce mur était celui d'un bâtiment appartenant à la commune de Fosses, où étaient remisés le corbillard, la pompe d'incendie et de l'autre matériel. C'est aujourd'hui l'emplacement de la bibliothèque. On distingue très bien les bâtiments de l'Ecole Moyenne, la collégiale ; à gauche la propriété de Mlle Chaltein à « Rome » et son clocheton (aujourd'hui propriété Loiseau) et la colline de Sainte-Brigide avec l'hospice Dejaifve et la chapelle, et à droite le bois de Sainte-Brigide.

Beaucoup de toits : au milieu, celui de la grosse demeure du Dr Boxus, rue Franceschini (act. Dr Potor) et à droite, les maisons du bas de la route de Bambois et, plus loin, celles de la rue Saint-Roch. Et tout à fait à droite on aperçoit le chemin qui monte vers l'Hospice. Le cachet postal, au verso, indique la date de 1910.

Petite salade variée

En Belgique, le mot salade signifie souvent la laitue. Plus précisément, une salade est un mélange de légumes ou de fruits, encore que le Larousse admette les deux sens. Voici, pour changer des éditoriaux sérieux une petite salade d'informations (très) variées.

Le pétrole a bondi. Enfin, son prix. A cause des événements d'Irak, dit-on. Car les spécialistes admettent qu'il n'y a pas de réelle pénurie. Donc uniquement de la spéculation. Une fois de plus, les " gros ' font fortune sur notre dos ! Et cet hiver, il sera question de limiter le chauffage : avec du mazout à 0,43 €, cela nous fait 17,40 anciens francs alors qu'il était à 11,80 en 2000 et même à 6,75 en 1999 !

Depuis le 1er août, le téléphone coûte plus cher : la redevance est passée de 16,8 à 17,15 Avec son monopole, et même face à la concurrence qui s'amorce, Belgacom y va fort. Si je compte bien, cela fait 8.132 francs par an pour le raccordement et la location d'un appareil ; et comme je suis raccordé depuis 1960, j'ai payé (en argent constant, à valeur égale) 44 x 8.132 = 357.830 francs. Un bel amortissement pour Belgacom !

Une phrase de l'avocat de Fourniret a fait bondir toute la Presse : " Selon l'expert psychiatre, Michel Fourniret n'est pas dangereux, ni pour lui-même ni pour la société ". On reste rêveur ! Une analyse en totale contradiction avec l'expert d'il y a 6 mois, avant que le " serial killer ‘, comme on dit, n'ait avoué le moindre meurtre ! En fait, il serait " responsable de ses actes " et ne souffre d'aucune maladie mentale. Mais " pas dangereux ", " pas de pulsions ni de coups de folie " ? Il faut être un peu dérangé pour en sortir une pareille ! Je suggère que cet expert, pour prouver ses dires, confie sa fille à Fourniret durant quelques jours dans sa cellule...

Chaque année voit son lot de drogués tués par overdose. Et il est impossible d'évaluer le coût, en vies brisées surtout, de cette foutue drogue. Au Tribunal de Charleroi, un prévenu avoue dépenser près de 1.800 € par mois (72.000 FB !) pour assurer sa consommation, alors qu'il n'a pas de revenu ! Donc, il " deale ". Donc, il empoisonne les autres et met leur vie en danger. Deux dealers ont été condamnés à 18 mois de prison avec sursis pour ce qui excède la préventive. Une paille. Ce n'est que mon avis, mais j'estime quant à moi que ces dealers sont de dangereux malfrats qui mettent la vie des autres en danger, devraient passer en Cour d'Assise pour tentative d'homicide.

Restons dans les prisons (façon de parler !). On se souvient du cas de cet incident récent : un détenu violent avait été mis en isolement. Son avocat a obtenu du Conseil d'Etat que cette mesure soit cassée. Alors, que faut-il faire avec ces individus violents et dangereux ? Ce laxisme ne peut que porter préjudice aux gardiens et encourager la violence pour les autres. La Justice (réelle) est bafouée quand elle est faible.

Autre cas de laxisme : au récent Festival de Dour, les organisateurs ont admis la prestation du groupe " Sniper " (pour rappel, le mot signifie tireur isolé, de triste mémoire en ex-Yougoslavie). Ce qui a ému le Syndicat de la Police.

En effet, ces " chanteurs " prônent la violence dure et totale : " Qu'on les pende, qu'on les brûle ! " chantent-ils en parlant des policiers. Pas mieux pour les filles : " chair à matelas ", " filles de rien, elles ont bien cherché ce qu'elles peuvent subir "... On voit le genre. Odieux, dangereux, mais on tolère...

On n'arrête pas le progrès : aux Etats-Unis, des scientifiques ont réussi à bloquer un gène dans le cerveau de singes pour en faire des fanatiques du travail sans récompense ! Avec le clonage humain, que certains " savants " se vantent de pouvoir réaliser, on fera bientôt des ouvriers fous d'heures supp. Gratuites. Et, pourquoi pas, demain, des armées de fanatiques prêts à tout. Mais il est vrai, cela, ça existe déjà. Hélas !

Un brin de communautaire. Un habitant de Aische-en-Refail, en séjour Wenduine, constate un jour qu'on a volé son vélo. Il s'adresse, par téléphone, à la Police locale. Le policier lui demande, en français : " Etes-vous Français ou Wallon ? Ah ! vous êtes Wallon. Alors, je ne comprends pas le français ". Et il raccroche. Choquant. A vous dégoûter d'encore aller à la Côte belge !

Plus souriant pour terminer. Un automobiliste danois de 65 ans, en voyage en France, s'était arrêté sur une aire de repos de l'autoroute A10 près de Niort. Peu après, la Police locale recevait un appel provenant de son épouse : sans papiers, sans argent, sans téléphone, parlant à peine français, elle avait été... oubliée par son mari sur le parking ! Puis, les mêmes policiers recevaient un appel de leurs collègues de Gironde : un Danois recherchait sa femme ! Après 250 km, il s'était (enfin) rendu compte de son " oubli "... Moi, je soupçonne tout de même une querelle de ménage.

Que retenir de tout cela ? Que, ma foi, la salade a du bon !...

J. R.

 

Les commerces se déplacent

Voulant sans doute éviter les problèmes de stationnement dans le centre de Fosses, des endroits plus appropriés où le passage est intense, attirent les commerces.

Ainsi, la rue Donat Masson, qui bénéficie de quelques endroits de parking le long des habitations, connaît une recrudescence de petits commerces : le sac de Billes, le Night Shop avec nouveau gérant qui s'est adjoint le détail en fruits et légumes, une boulangerie depuis quinze jours, tenue par Julien Dardenne, le magasin d'antiquités (brocante) et les deux coiffeurs déjà installés depuis pas mal d'années.

Un lieu de passage privilégié, puisqu'à présent, les gens se déplacent plus en voiture qu'à pied.

Délit de fuite

Dimanche vers 3 heures du matin, un automobiliste a accroché un muret, un piquet de jardin d'une habitation et un panneau de signalisation. Il a ensuite pris la fuite.

La zone de police locale a fait les constatations.

La Marche Saint-Remy

C'est ce dimanche 19 septembre la journée traditionnelle de la Marche Saint-Remy. Les tambours battront le rappel dès le lever du jour et le rassemblement des marcheurs à la salle La Baillerie pour le traditionnel défilé dans le village.

Et le lundi verra la sortie habituelle pour les visites aux officiers et personnalités. Et on sait que c'est chaque fois homérique ! Mais dans un bon esprit bon enfant de convivialité et de fraternité

Le 125e anniversaire des Congolais

Comme nous l'avons déjà annoncé, la Compagnie des Congolais de la Marche Saint-Feuillen, déjà reconnue comme société royale en 1950, fête cette année le 125e anniversaire de sa fondation.

C'est en effet pour la St-Feuillen de 1879 qu'un groupe de jeunes Fossois se mit en tête de fonder une nouvelle compagnie, avec des costumes originaux. Ils trouvèrent à acheter un lot d'uniformes de Tirailleurs d'Afrique mais ce n'est en fait qu'à la Saint-Feuillen suivante, en 1886, qu'ils prirent le nom de " Congolais " car le roi Léopold Il venait, en 1895, de donner le Congo à la Belgique : cette immense terre inconnue était donc au centre de l'actualité.

Originaux, les Congolais le furent à divers degrés : par leurs prestations à l'extérieur, entre les St-Feuillen ; par le fait que chacun était propriétaire de son uniforme ; et aussi par un esprit de famille et de camaraderie bien typique. Toujours bien vivante, elle prépare avec soin cet anniversaire.

Une exposition de photos

D'abord par une belle exposition de photos et documents divers. De ce samedi 18 septembre au mardi 21, en la salle L'Orbey, une série de cimaises s'orneront de 300 photos relatant les activités de la Compagnie depuis 1879, avec des cartes postales de 1900 et 1907, des photos de déplacements à Thuin en 1900 et après, des St-Feuillen de 1935 et 1949, le titre de Société Royale, puis des photos couleurs de diverses manifestations. On verra aussi 4 drapeaux différents de la Compagnie, une brochette de médailles, des mannequins portant l'uniforme, et bien d'autres documents intéressants.

Cette exposition sera ouverte donc, de samedi à mardi, chaque jour de 13 à 18 heures. Entrée libre.

Deux grandes journées

La commémoration du 125e sera marquée par deux grandes journées qui se cadrent dans les festivités communales : le samedi, réservé à la Compagnie, verra une remise de médailles anniversaires aux membres, une visite au cimetière, où les tombes des anciens seront fleuries, un défilé en ville avec salves devant le hall des Pompiers. Puis un souper anniversaire sera offert aux membres en la salle du Collège St-André.

Dimanche 26, par autorisation exceptionnelle, les officiers iront chercher le Buste de saint Feuillen à l'église pour l'amener au local, rue d'Orbey, où toute la Compagnie l'escortera en un " tour des remparts " avant la rentrée à la collégiale pour la messe anniversaire. A la sortie, M le doyen, commandera la salve d'honneur.

A 13h30 des délégations d’une quinzaine de marches dont la Batterie et le drapeau de l’association, se rassembleront avec les Congolais place du Marché. Après remise de médailles aux drapeaux présents et salve générale, les diverses compagnies défileront dans les rues jusqu'au feu de file final à la collégiale, vers 19 heures.

Goûter des aînés

Dans le programme de la kermesse annuelle figure chaque fois, le lundi, un goûter festif offert aux aînés de toute l'entité. Ce sera donc le lundi 27 septembre à partir de 14 h 30, en la salle communale L'Orbey. Rappelons qu'il est prudent de s'y inscrire auprès de Mme Tonneau, au Service des Travaux, chaussée de Charleroi 14, au moyen du talon à découper dans le dernier Bulletin communal, ou

'071-71.31.31.

Caisses à savon

Dans le cadre des Portes ouvertes, le service Incendie de Fosses organise une course de caisses à savon, le dimanche 26 septembre.

Il y aura deux catégories : 6-12 ans et 12 ans et +.

De très beaux prix sont prévus. Renseignements :

- Arsenal : 071-71.24.28.

Ville propre

C'est donc ce samedi que se déroule la campagne Ville Propre. Rendez-vous pour les bénévoles qui désirent se dévouer dans cette opération, place du Marché à 8 h 30. La fin de l'opération est prévue vers 17 h avec un repas offert aux bénévoles

Théâtre

Les représentations théâtrales aux Beaux-Arts de Charleroi recommencent avec déplacement prévu à partir de Fosses.

Premier spectacle le 9 octobre

Après-midi : « Rêve de Valse ».

Renseignements et inscriptions : Chr. François

'071-71.10.65.

Pascal Gillard aux fêtes de Wallonie

Le programme complet des festivités de la Wallonie à Namur est paru. On y trouve la présence de notre chanteur compositeur local Pascal Gillard, qui se produira au Quartier du Théâtre et du Beffroi le samedi 18 septembre, à 20 h 30.

Une occasion pour les Fossois de découvrir ses talents, et d'aller l'applaudir chaleureusement.

Un Fossois à Ciney

Après son succès du 11 avril 2004 à Bambois, où il avait réalisé 3 « premières mondiales » dans le monde équestre, Fabian Van Ryssel représentera une petite partie de son spectacle le samedi 25 septembre, à 20 h. avec Son et Lumière.

Le dimanche 26 septembre, il fera une nouvelle démonstration à 16 h.

Cet événement se déroulera au Marché couvert de Ciney.

Nous rappelons que les cassettes de son exhibition du 11 avril dernier sont en vente au 101, rue du Grand-Etang, à Bambois.

Portes ouvertes chez les pompiers

Comme les années précédentes le service Incendie de Fosses organise ses journées Portes ouvertes lors de la fête de Fosses, les 24 et 25 septembre. Un appel a déjà été fait pour l'organisation de courses de caisses à savon le dimanche. Il y aura aussi un concours de pétanque et une soirée plein air le samedi soir.

Nous donnerons le programme complet de ces deux journées dans notre prochaine édition.

Rester en forme

Etre en forme physiquement est un bienfait qui s'étend généralement au moral est se prolonge dans l'ouverture de l'esprit, l'accueil et les bonnes relations.

La section Vie Féminine de Fosses organise un module de 10 séances d'exercices simples pour rester en forme et qui sont une véritable thérapeutique contre le vieillissement.

L'avantage de ces exercices de gymnastique douce et d'entretien sont la détente et le bien-être.

Durée : 1 heure tous les lundis, de 14 à 15 h, aux dates suivantes :

- Septembre 2004 : les 20 et 27. - Octobre : les 4, 11, 18, 25

- Novembre : les 8, 15, 22, 29.

Ces cours se donnent à l'Ancien Nopri, 2, avenue Albert 1er, Fosses.

Renseignements chez

Mme M. Lallemand-Thomas, rue Pinsonhaie 2 à Fosses,

'071-71.19.49.

Les familles en contes et en musique

La journée musicale de la Ligue des Familles de Fosses, fut un tout gros succès ! Avec l'appui du Centre Culturel et l'aide de l' I DE F, cette gentille fête s'est déroulée dans le cadre merveilleux du Lac de Bambois et, malgré quelques menaces, sans pluie ; même avec souvent un bon soleil.

La fête était centrée sur les familles : familles des poissons vivant dans le Lac, mais aussi familles d'instruments de musique, famille des plantes, le tout pour le plus grand amusement des... familles.

II s'agissait d'une série de contes élaborée par le metteur en scène Matthieu Collard et réalisée par les dévoués du Centre Culturel : Bernard Michel et Brigitte Romain. Contes musicaux de surcroît, avec l'appui de divers instruments qui venaient ponctuer le texte. Et sur la plage, un podium accueillait diverses formations musicales.

Les contes se situaient à cinq endroits du Jardin des Sens et le public y passait successivement, en équipes de 45-50 personnes à 8 reprises, de demi-heure en demi-heure. Et chaque groupe était complet, avec bien sûr un bon pourcentage d'enfants de tous âges. Il fallut même refuser du monde !

D'abord, près de la Maison de Pêche, un acteur dansant symbolisait l'anguille : il virevoltait au son de l'accordéon, puis il pleurait à chaudes larmes au souvenir de ses congénères passés à la casserole ! Ses lamentations étaient interrompues par Mme Carpe qui emmenait le public dans son jardin, car elle aime les fleurs, elle leur parle, les cajole et elle fait la démonstration : elle poussent mieux au son de la musique douce de deux violons. Mais la musique n'adoucit les moeurs que si elle n'est pas tonitruante, et son diable de fils, la Grenouille, est continuellement plongé, lui, dans son rock avec écouteurs. Et un accompagnement de légères percussions. On va donc lui rendre visite et il raconte ses aventures vers le Sud, le succès de son bar puis ses déboires : tous ses clients ont été dévorés par des tortues de Californie ! Alors il décide de revenir à Bambois, sur le dos d'une mouette suédoise ... Mais une autre personnalité attend les visiteurs : la Dame du Lac. Sur le ponton du Petit Etang, un clarinettiste joue pour la tenir en vie, car, victime d'un sortilège suite à son refus d'épouser un chevalier belliqueux, elle a été plongée dans le Lac depuis mille ans et n'en sort que lors qu’une clarinette joue à proximité. Tris-te affaire ! Mais surgit brusquement le Brochet, grand chasseur, qui prévient un monstre dévore les enfants qui s'aventurent dans le marais ! Il dort pour l'instant, en train de digérer sa dernière proie : un membre de l'équipe précédente de visiteurs. Prudence donc pour l'enjamber un peu plus loin...

Pleins d'originalité et de trouvailles gentilles, ces contes étaient interprétés par des acteurs de réel talent. Un seul était " pro " : Michaël ou M. Anguille; les autres ont étonné par leur naturel, la précision des gestes caricaturés, leur élocution parfaite, leurs mimiques exceptionnelles, la variété des tons. Il s'agit d'autres bénévoles : Brigitte Romain, Maxime Lara-Garcia, Françoise Romain et Salvatore D'Alcamo. Les musiciens : des élèves de l'Académie de Musique d'Auvelais, de la classe de Mme Bohen et d'autres dont Joris et Maxime Gilson, de Fosses.

Il faut aussi préciser que, sur le podium, se sont produits en permanence des formations aussi bénévoles : la Chorale Bebronae Cantores ; Jean-Pierre Wilmotte à la cornemuse ; Francis Charles au synthétiseur et deux groupes rock : " No Finish " et " Caesar Palace ", tandis que David Antoine assurait la sono avec son matériel de classe.

Soleil, musique, contes, balades, jardins d'automne mais encore bien beaux, une grande foule et une belle animation dans une ambiance vraiment familiale : un très gros succès dont se réjouissaient bien sûr Jean-Pierre Defreyne et son comité de la Ligue des Familles. Et encore un tout gros bravo aux acteurs.

Spectacle pour la Saint-Feuillen

Le fait est maintenant connu : une équipe de la Confrérie Saint-Feuillen a décidé d'organiser, dans le cadre des festivités de la Saint-Feuillen 2005, un grand spectacle en plein air. Il faudra pour cela de nombreux bénévoles et l'appel lancé a réuni, vendredi soir, près de 50 personnes pour la première présentation.

Marc Buchet, Michel Vannoorenberghe, Isabelle Devillers et Maurice Moray ont ainsi accueilli les représentants de diverses associations, dont la plupart des compagnies de l'Etat-major et son président, et d'autres personnes intéressées.

Marc Buchet a précisé l'objectif : dans une série de tableaux, rappeler l'apport de saint Feuillen et de son culte dans l'histoire locale. Un spectacle qui se veut didactique et convivial mais qui nécessite la mobilisation de toutes les forces vives de la ville. On a dû abandonner l'idée première du cadre de Ste-Brigide, et l'exemple récent de Dinant a incité à un spectacle itinérant : une série de 6 tableaux à des endroits différents : le centre historique s'y prête fort bien. Une association se met en place, pour toutes les festivités 2005, entre l'Etat-Major, la Confrérie et le Centre Culturel. Et si les moyens sont encore fort limités, l'objectif est de " faire le maximum avec le minimum ", chacun y apportant sa contribution : acteurs et figurants, mais aussi pour la technique, l'éclairage, les costumes, les grimes, l'encadrement, l'accueil, les services... On prévoit deux représentations : les 9 et 10 septembre, sans doute une l'après-midi et une le soir. Avec un droit d'entrée de 7 € comprenant 2 tickets de boisson, et entrée gratuite aux jeunes jusque 16 ans.

Chacun des assistants fut alors invité à se présenter au metteur en scène, Bruno Mathelart, qui a réalisé deux grandes manifestations : à Leffe et à Dinant. On put ainsi avoir un panorama des premières possibilités.

M. Mathelart définit alors son projet, sur base de ses expériences récentes. Le spectacle de Fosses serait plus modeste : 6 tableaux en deux heures de spectacle, déplacement du public compris. Pas de vedettariat mais un esprit communautaire basé sur le respect mutuel, la compréhension, la bonne humeur : il faut créer un climat typique pour chaque tableau. Les répétitions ne devraient débuter qu'en juin.. Il dit un mot aussi de l'organisation pratique pour les techniciens et autres " gens de l'ombre " dont le service est primordial.

En résumé donc : un spectacle pour les Fossois, par les Fossois. Ce sera une belle vitrine, un beau prologue pour les festivités de la Saint-Feuillen.

L'échevin B. Meuter conclut que cette année sera lourde pour les services communaux, pour la sécurité et aussi pour les finances. Mais cette collaboration de divers organismes et des sponsors actuellement recherchés est gage du succès de cette belle entreprise.

Il y a 50 ans

Mois d'août 1954

Imposant programme pour la fête de Névremont, avec, le mardi, la fête des jeunes filles et le soir, bal renversé. Le comité est formé de Albert Malotteau, Richard et José Mouthuy et Robert Drèze.

A Bambois, le comité des fêtes se compose de A. Bernard, A. Malburny et A. Depraute. Au programme figure une grande course hippique sur l'hippodrome du Gonoy et le mardi le traditionnel bal renversé.

Fête d'En Lège les 14, 15 et 16 août, avec un programme réduit à un concours de couyon le samedi ; une course pédestre et concert par l'Harmoie St-Feuillen le dimanche ; une course cycliste et un concert par la Philharmonique le lundi.

Les travaux d'aménagement d'un Jardin d'enfants se terminent aux Tanneries et l'inauguration aura lieu le 29 août.

L'abbé Ladry, curé à Sart-St-Laurent depuis 1945, admis à la retraite, est remplacé par l'abbé Lambert, vicaire à Velaine-sur-Sambre.

Le service de pointage de Vitrival a contrôlé en juillet 3 chômeurs complets et 2 partiels.

Quinze poules ont disparu du poulailler de M. Pierre Wauthier, de Vitrival et aussi 6 poulettes chez M. J.-B. Dunquet.

Grandes festivités à l'occasion de l'inauguration du Jardin d'Enfants avec la présence des enfants des écoles, des groupes folkloriques locaux et les deux fanfares. Il serait question d'aménager de pareils Jardins dans les hameaux.

Dates anniversaire

Le 20 septembre 1936: inauguration du monument au Roi Albert, offert par Madame Delmotte et installé sur la place du Chapitre

Le 21 septembre 1966 : les Chinels partent pour 3 jours à Oviedo, en Espagne, où leur séjour restera impérissable : plus de 200.000 personnes sur un parcours d'environ 3 km.

Le 22 septembre 1635 : début de la peste qui fera rage dans la région ; elle fera 29 victimes à Fosses.

Le 23 septembre 1994: début des grandes festivités du 150e anniversaire de la Philharmonique.

Le 25 septembre 1986: Sandra Kim se produit à Fosses dans le cadre des festivités du 900e anniversaire de la translation des reliques de St Feuillen.

Le 26 septembre 1993: journée à Fosses du 20e anniversaire du Jumelage Fosses - Orbey. - En 1858 : première apparition d une compagnie de zouaves à Fosses.

Le 27 septembre 1986 : sortie exceptionnelle des marcheurs dans la cadre du 900e anniversaire de la translation des reliques de St Feuillen.

Le 28 septembre 1951 : Hector Gosset devient champion de Belgique en 100 et 200 m.

Trois CD en un coffret :

les oeuvres de Jean Guillaume

Bien des anciens ont connu ou connaissaient Jean Guillaume s.j. (1918-2001), de famille fossoise, qui devint professeur de littérature aux Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur (1954-1984). Spécialiste de Gérard de Nerval. Jean Guillaume était aussi un grand poète wallon, connu par ses recueils : Djusqu'au solia, Grègnes d'awous' (moissons en granges), Aurzîye (argile).

C'est entre 1946 et 1951 que Jean Guillaume publie ses recueils en langue wallonne : « Une oeuvre poétique du plus haut accent, d'une beauté qui fascine » (Victor George).

« Quiconque aurait fait en français ce qu'il fit pour son dialecte passerait à juste titre pour un grand écrivain » (Arthur Masson).

Cette oeuvre fut couronnée par le Prix de la ville de Liège en 1949, le Prix de la province de Brabant en 1950 et le Prix triennal de littérature wallonne du Gouvernement (la plus haute distinction) en décembre 1952.

Ces oeuvres poétiques wallonnes, « archives sonores », enregistrées à différentes époques par Jean Guillaume, viennent d'être digitalisées dans leur intégralité sur 3 CD (plus de trois heures). On y a joint un entretien de l'auteur avec Pierre Dufaux, de la RTBF-Namur.

Outre l'index, le carnet comporte un bref aperçu de la vie du Père, la liste de ses oeuvres, des critiques et des témoignages.

Un livret de format A5 donne le tex-te d'une adaptation française de l'intégralité des poèmes édités, sauf les quelques inédits.

Le coffret des 3 CD + carnet + livret : 32 euros, est en vente à l'imprimerie Romain, rue des Remparts à Fosses Les amis de Jean Guillaume : Léon Wuillaume, rue Grafé 4, 5000 Namur.

'081-72.46.64.

Li guêre di 40, vikéye pa on gamin (Ix)

pa Roger Viroux

L'idéye di sabotadje èsteûve è l'aîr, mins qwè saboter ? On-z-è causeûve à l' guêre di '14. Mi pa, qu'èsteûve en Breutagne, èvoyeûve do matériel au front ; poutrèles, strin, plantches... èt min.me do frumint qu'ènnaleûve au Hâvre po lès molins.

On djoû, on mèt avou li, à l' gâre di Montfort-sur-Meu, deûs prîjenîs Alsaçyins. - I faut sawè qu' dispûs l' guère di 1870, qui I' s-Alemands avin.n' rasplati lès Francès èt min.me ocupé Paris, l'Alsace fieûve pârtîye dè l' Prusse. - Lès prîjenîs kèrdjin.n' à wagon avou li èt-z-ètêrtinu l' matériel. Volà--t-i nin qu'en route po l' front, pa deûs côps, gn-a on wagon qu' prind feu ! Et chake côp, volà plusieûrs wagons d' distrûts !

I gn-aveûve à chake mouyou one bwèsse à'. crache po-z-ècrachî à fait qui l' trin roûleûve. E l' place di stitchî dè l' crache è l' bwèsse, lès prîjenîs li r'tirin.n' èt rimpli l' bwèsse di sauvlon. En route, ça s'èstchaufeûve, ça tchaufeûve à blanc èt l' wagon brûleûve !

Il ont stî pris è mètu dins on camp, mins l' gouvêrnèmint Francès n'a nin stî stra9ne avou zèls, pace quis v'lin.n' recupèrer l' Alsace. Ça stî l' min.me à l' dêrène guère : li Gouvêrnèmint Francès n'a nin condané lès-Alsaçyins dè l' Division Das Reich, qu'avin.n' massacré lès djins d'Oradour. il ont ieû peû qu' l'Alsace si rèvoltiche !

Après çolà, on lî a mètu on djon.ne

Alsaçyin, qui n' conecheûve nin on mot d' Francès, mins qui m' pa d'veûve survèlier. C'èsteûve on losse, on gaîy, dijeûve-t-i m' pa, èt on bouteû ! Is s'ètindin.n' bin.

Mi pa, qu'aveûve apris do Néèrlandès à li Scole Mwèyène di Fosses, lî causeûve Néèrlandès come i saveûve, èt l'ôte causeûve Alemand. Citici d'mandeûve one sôte : qu'on fyiche li guère sins li, mins corne is riyin.n' èchone èt qu' lès Francès dè l' gâre ni compurdin.n' rin, saquantes ont pwârté li spès à m' pa on momint !

Li mot « saboter », djè l' conecheûve èt dja sti onk dès preumis saboteûs dè l' guère ! Oyi, en '40, gn-a onaviyon Alemand, on Dormier 17, qu'aveûve tcheû au sûd dè l' cinse di Tauravisye. On d'djeûve qu'il aveûve sitî abatu pa one mitralieûse do fôrt di Sint-Héribêrt ! Djè l'a stî vôy on djudi après l' dîn.ner, avou deûs-ôtes gamins do Banbwès : Alexandre Defleur èt André Devillez.

Li djudi d'après, après-nonne, djî a sti tot seû avou on toûrnavis'. Et dj'a dismantchî tot ç' qui dj' saveûve awè dju. Dji m' dijeûve, nayîvemint : « ls n' si sauront pus siêrvu d' leû-z-aviyon » Corne dji n' waseûve èraler è l' maujo avou cès pîces-là, pace qui m' man m'aureûve aurgouwé èt quékefîye foutu one dispoûsseléye, djè l's-a cayî dins on trau qu'on-z-aveûve tiré do sauvlon, à drwète en-z-arivant au Bènwèt... Elle î sont co quékefîye ! S'en cas, c'est da mi !

(à chûre)

Etat civil

MOIS D'AOUT 2004

Naissances :

Le 4 à Sambreville : Marie Van Avondt, fille de Jean-François et de Evelyne Duchâteau, rue du Bois-des-Mazuis 10, Vitrival.

Le 4 à Sambreville : Antoine De Vlieghere, fils de Frédéric et de Stéphanie Biot, rue D. Masson 20, Fosses.

Le 11 à Namur : Nicolas Huysmans, fils de Pascal et de Anne-France Picart, rue de Névremont 99, Fosses.

Le 16 à Namur : Aurélie De Mol, fille de Eric et de Sylvie Piron, rue de Pinsonhaie 33, Fosses.

Le 18 à Sambreville : Chloé Guilin, fille de Pascal et de Lisiane Tilmant, rue de la Station 18, Aisemont.

Le 23 à Sambreville : Maïcky Houzé, fils de Carine, rue des Bergeries 12B, Fosses.

Le 24 à Charleroi : Marine Blariaux, fille de Wendy, camping du Val Tréko à Vitrival.

Le 24 à Charleroi : Quentin Basiak, fils de Phhilippe et de Christel Re-nard, place de Le Roux 2, Le Roux.

Le 25 à Sambreville : Alexandrie Verhulst, fille de Augustin et de Sandrine Lemaire, place du Marché 3G.

Le 25 à Sambreville : Noa Martini, fille de Julien et de Sarah Tilmant, rue de Cocriamont 43, Le Roux.

Le 28 à Sambreville : Brayn Gobert, fils de Bernard et de Caty Sinte, camping Val Tréko 113, Vitrival.

Le 31 à Namur : Morgan Cauwerts, fille de Cindy, camping Les Viviers 2, 125, Fosses.

Publications de mariages :

Marcel Lamy, 49 ans et Sylviane Godart, 27 ans, habitant tous deux rue de Névremont 56, Fosses (mariage le 9 août).

Alain Taxhet, 44 ans et Véronique Baufayt, 35 ans, habitant tous deux rue Lieutenant Cotelle 27, Le Roux (mariage le 25 septembre).

Nicole Graulus, 51 ans avant à Fosses) et Jean-Pierre Collard, 52 ans, habitant tous deux à La Plante, Namur (mariage le 18 septembre).

Mariages :

Le 7 août : Rudy Casimir, 31 ans et Françoise Leblanc, 38 ans, habitant tous deux rue Haut-Vent 68 à Fosses.

Le 14 août : Jean-Philippe Ferry, 37 ans, rue Neuve 58 à Fosses et Liubov Pakhomova, 37 ans, Russie.

Le 21 août : André Vermeersch, 66 ans, rue de Claminforge 26 à Le Roux et Marie-Claire Wiame, 46 ans, rue V. Roisin 6 à Fosses.

Le 21 août : Alain Dewart, 52 ans, de Namur et Mireille Goffaux, 51 ans, avenue Champ Stoné à Fosses.

Le 21 août : Jean-Marie Vincent, 47 ans et Georgette Cosyns, 58 ans, habitant tous deux camping des Viviers 2, 122 et 123.

Le 21 août : Armand Riboux-Skinkel, 49 ans et Virginie Mahaux, 29 ans, habitant tous deux rue Saint-Remy 2, à Névremont.

Le 28 août : Marcel Lamy, 49 ans et Sylviane Godart, 27 ans, habitant tous deux rue D. Masson 10B.

Décès :

Le 31 juillet au Home Dejaifve : Jean-ne Quintin, veuve de Gilbert Delwasse et de Raymond Nicaise, née le 4 octobre 1925 de Farciennes.

Le 8 août àu Home : François Vercammen, divorcé de Nadine Hayne, né le 16 juillet 1939, de Tamines.

Le 10 août au Home Dejaifve : Irma Léonard, veuve de Floris Genot, née le 30 avril 1911, d'Anhée.

Le 10 août au Home Dejaifve : Élisabeth Vandeloise, veuve de Charles Vanrykel, née le 18 janvier 15, résidente au Home.

Le 12 août au Home Dejaifve : Claude Verleyen, ép. de Monique Braem, né le 30 novembre 1934, d'Hamois.

Le 19 août à son domicile, rue du Bas-Sart 22 à Sart-Eustache : Françoise d'Orjo de Marchovelette, veuve de Jean-Marie d'Orjo, née le 31 décembre 1920.

Le 19 août au Home Dejaifve : Mar-celle Carion, veuve Charles Chapelle, née le 28 février 1930, d'Auvelais.

Le 22 août au Home : Joseph Rous-seaux, époux de Céleste Lacroix, né le 11 octobre 1924, de Jemeppe-sur-Sambre.

Le 27 août au Home Dejaifve : Gabriel Kesch, célibataire, né le 26 avril 1941, d'Assesse.

Le 28 août au Home Dejaifve : Georges Dupont, veuf de Simone Maître, et de Lucienne Gueil, né le 14 décembre 1908, résident au Home.

Le 31 août au Home : Maurice Bertinchamps, veuf de Alfreda Courant, né le 15 juillet 1921, d'Auvelais.

N° 37 du 12 septembre 1904.

Deux morts subites. - Lundi matin, M. Joseph Ronvaux, âgé de 67 ans, occupé à arracher des pommes de terre, est tombé mort. Une fillette qui se rendait auprès de M. Ronvaux se sauva en criant qu'il était mort. La femme Léonard Fauchet qui habite à proximité, croyait à un malaise, arriva aussitôt avec un flacon de genièvre pour ranimer le vieillard. Lorsqu'elle s'approcha du malheureux, le chien qui était couché à côté s'élança sur la femme Fauchet et la mordit au bras, heureusement pas grièvement. L'enterrement de Ronvaux a eu lieu jeudi.

Mardi matin, l'épouse Compère-Leloup, en s'éveillant, constata avec effroi que son mari, âgé de 77 ans, était mort à côté d'elle.

FETE DE FOSSES. - Pour vos garnitures, guirlandes, lampes vénitiennes  « Luminol » remplace avantageusement les verres. Adressez-vous à la librairie Maillien, suce. Duculot. Vous trouverez également abat-jour depuis 10 centimes, boules de neige en tous genre, dentelles pour armoire, papiers de soie, menus, etc.

SART-ST-LAURENT Au Pétanque Club

Le dernier tournoi de la saison, organisé par le Pétanque Club de Sart-Saint-Laurent, se déroulera ce

dimanche 19 septembre et donnera lieu à la remise des coupes du challenge. La journée se terminera par un grand barbecue, qui sera gratuit pour les membres ayant participé à 6 tournois minimum.

Rappelons que le tournoi est ouvert à tous ; que les inscriptions débutent à 13 h au prix de 4 euros et que le concours débute à 13 h 45 précises. Un prix est attribué à chaque joueur. Invitation cordiale à tous les amateurs

Chez les pompiers

Interventions de l'ambulance et des pompiers depuis le 25 août dernier :

Le 25 : intervention des pompiers à la suite des fortes pluies : la route Industrielle à Aisemont était inondée et la circulation impossible. Et inondation aussi au dépôt d'Alfa Meubles, rue Saint-Roch.

Le 26 : ambulance pour accident de travail chez Solvay à Jemeppe et un autre chez Carmeuse à Aisemont.

Le 26 : appel des pompiers pour un enfant en danger, tombé dans la Biesme rue de Rome. Sans gravité.

Le 26 : pompiers pour un nettoyage de route suite à un accident, route de Tamines à Fosses.

Le 28 : pompiers suite à un dégagement de fumée à Devant-les-Bois.

Le 28 : appel des pompiers pour un nettoyage de route à Haut-Vent.

Le 29 : appel des pompiers suite à un accident sur la RN 98 : un camion accroche la berme centrale. Pas de blessé.

Le 1er septembre : ambulance, suite à un accident de travail chez Materne, à Floreffe.

Le 1er : pompiers pour une odeur de mazout se dégageant des égouts, à Floriffoux.

Le 3 : appel des pompiers pour une pollution sur la Sambre à Floreffe.

Le 4 : appel de l'ambulance suite à un accident à Franière ; un blessé conduit au CHR à Auvelais.

Le 5 : pompiers pour un nettoyage de la chaussée, rue Riverre à Floreffe, suite à un accident.

Le 6 : appel des pompiers pour nettoyage de la chaussée à Sart-Saint-Laurent : de l'huile rendait la route glissante et dangereuse.

Le 7 : appel des pompiers pour la recherche d'une personne dans une ancienne carrière, rue du Planois à Biesme. Rien de suspect.

Le 8 : pompiers pour un accident à Suarlée, près de chez Materne ; un blessé conduit à la clinique Sainte-Elisabeth à Namur.

Le 12 : pompiers et ambulance, suite à un accident route de Bambois. Un blessé léger conduit à Auvelais et nettoyage de la route.

Le 14 : ambulance et pompiers avec matériel de désincarcération, suite à un accident sur la RN 98 Un blessé conduit au CHR à Auvelais.

Les rencontres du week-end

Samedi 18 septembre

Diablotins

J. Tamines- Fosses (11h)

Sommière - Bambois (11h)

Prém.

Sambreville- Fosses (13h)

Minimes

Bambois : bye

Fosses - Jemeppe (13h)

Juniors

Fosses : bye

Réserve

St-Gérard - Bambois

Fosses - Morialmé

Dimanche 19 septembre

Cadets

Fosses - Nismes (10.30)

Scolaires

Moustier - Fosses (10.30)

Div. 3

Velaine - Bambois

Div. 4

Fosses - Vedrin

VELAINE - BAMBOIS

1 - 3

Bien décidé à se racheter, Bambois ouvre le score par Ferreira, sur un corner de Marchai, au quart d'heure. Cinq minutes plus tard, Legrain reprend victorieusement de la tête un corner de Wauthelet. À la reprise, les Sambriens mettent toutes voiles dehors et Mauro réduit l'écart. Après avoir connu dix minutes de flottement, Bambois reprend ses esprits et Tasiaux, à peine monté au jeu, consolide le succès des Plagistes.

FOSSES - VEDRIN

6 - 3

Van Roosbrock aurait pu recevoir le trophée de meilleur homme du match. Deux buts et trois assists, le joueur a été à la base du succès des siens. Fosses s'était isolé en tête après un quart d'heure (2-0), mais Bodart (2-1) et Guebenne (2-2 puis 2-3) inversaient la tendance. Fabrice Lenoble modifiait alors son dispositif tactique, pour pousser les Vedrinois à la faute et la formule marchait puisque Vandy (3-3), Janssens monté au jeu (4-3 puis 6-3) et Van Roosbrock (5-3) pliaient le match.

L'entraîneur affichait sa satisfaction : « Quand on se permet de faire commencer le meilleur buteur de la saison dernière sur le banc et que celui-ci ne rouspète pas, on ne peut être qu'heureux. »

AISEMONT - FCO NAMUR

0 - 5

Les Namurois ont facilement débordé de pâles visités. F. Crimi (0-1), Serto (0-2), Anzil (0-3 ; 0-4) et G. Crimi (0-5) ont été les buteurs d'un match parfaitement maîtrisé.