N°34   10 septembre 2004

Trois médailles : ouf ti !

1996 : Atlanta : les Belges décrochent 6 médailles (dont celle de Marisabelle Lomba).

2000: Sidney : les Belges décrochent 5 médailles.

2004 : Athènes : les Belges décrochent 3 médailles (Justine, Axel et lise).

2008: Pékin : combien de médailles ?

Robert Van de Walle, chef de la délégation belge, qui comptait sur 5 ou 6 médailles, en a gros sur la patate. Il déclare au Soir du 30 août :

« Nos athlètes sont des gamins à côté de leurs rivaux. On ne m'a pas fait confiance, tout est tellement sclérosé... »

Si on compare avec les Pays-Bas (14 millions d'habitants) qui décrochent 22 médailles, dont 4 en or, on se demande où est la Belgique (10,3 millions d'habitants).

Notre pays est devancé par des pays pour lesquels on organise chaque année l'Opération 11.11.11 : la Turquie (10 médailles), la Thaïlande (8), l'Ethiopie (7), l'Iran (6), Taiwan (5), l'Ouzbékistan (5), le Kenya (7), l'Azerbaïdjan (5) !

Consolons-nous quand même : nous devançons le Nigeria (2), la Serbie-Montenegro (2), la Mongolie, l'Erythrée (c'est où, ça ?) et la Trinité (1 médaille).

Comme le disait un diététicien de l'Institut Lambin (UCL), la Belgique aurait pu décrocher une deuxième médaille d'or dans la discipline « diététique » (qui n'est pas encore reconnue) avec la fameuse « mitraillette » (pain, frites et sauce andalouse), accompagnée d'un coca-cola.

Là, on est imbattable.

N.B. - On parle d'organiser les Jeux Olympiques en Belgique en 2016. Ils coûteront approximativement 40 milliards de francs belges. Nos pensionnés (le revenu garanti aux personnes âgées en Belgique est un des plus bas d'Europe, soit 780 euros par mois) apprécieront la dépense !

D. PIET

Qui veut la fin de la Belgique ?

Depuis les élections et la formation des divers gouvernements (puisqu'à présent la petite Belgique se paie le luxe de 5 gouvernements différents !), les extrémistes flamands poursuivent leur fuite en avant et leurs excès de langage séparatiste. Et pas seulement le Vlaams Blok : tous les autres suivent, comme s'ils craignaient de se déjuger aux yeux de leur population s'ils n en rajoutent pas tour a tour. Et le récent " Gordel ", marquant symboliquement le tour des communes flamandes encerclant Bruxelles, a été l'occasion d'en rameuter encore: " Nous voulons la scission de l'arrondissement Halle-Vilvoorde sans aucune compensation pour les francophones !" a asséné le libéral flamand De Waele, bourgmestre de Lennik.

De quoi s'agit-il donc ? Ces flamingants, accroches jusqu'aux tripes à leur droit de la terre ' et de la langue, voient fort mal la facilité qui a été accordée à 120.000 francophones vivant dans des communes flamandes de la périphérie bruxelloise, de pouvoir voter pour des partis francophones et d'être jugés dans leur langue. Il est vrai que ces francophones devraient s'adapter (et la plupart l'ont fait) à parler flamand mais cette facilité a été accordée en échange d'autres "droits " flamands comme dans les Fourons. Fi de l'Europe, fi du rapport d'une commissaire européenne sur ces facilités. La Flandre aux Flamands ! C'est leur slogan et ils sont indécrottables. Les Wallons sont moins carrés : à titre d'exemple, les messes en flamand à La Roche (ville touristique où les néerlandais sont en majorité durant l'été). Et aussi les reculades successives de nos gouvernants devant les revendications flamandes d'indépendance répétées.

Après les élections de juin dernier, on nous avait rassurés : « Le gouvernement wallon ne sera demandeur d'aucune réforme institutionnelle supplémentaire », disait la Déclaration gouvernementale. Las ! Pour former un gouvernement sans le Blok, les partis flamands ont surenchéri et multiplié les déclarations fracassantes : soins de santé, chemins de fer, allocations familiales, télécommunications, tout doit être régionalisé, avec augmentation de l'autonomie fiscale, de la Police, de la Justice, et la scission " immédiate " de cet arrondissement de Hal. On voit clairement où ils veulent aller : au confédéralisme et au séparatisme : la fin de la Belgique !

Comme l'écrit De Caevel dans " Vers l'Avenir ", " A force de discuter l'indiscutable, les négociateurs ne savent plus où s'arrêter " Car personne ne peut imposer unilatéralement ses vues (ce serait de la pure dictature, et on n'en n'est pas loin !). Guy Verrhoftadt suggère déjà un ' troc " : la scission contre le " bétonnage " des facilités aux francophones de la périphérie. Mais ce bétonnage est déjà acquis ! Il propose donc de vendre ce qui ne lui appartient plus !

A ces propos incendiaires, que répondent les Wallons ? Di Rupo a eu un mot franchement dangereux et équivoque : il a parlé de " Nation francophone " : c'est suivre l'idée de la " nation flamande " en train de se consolider d'année en année. Aurait-il déjà derrière la tête une capitulation de plus ? Se verrait-il déjà " président de la République de Wallonie " A côté de cela, il redit que rien ne changera dans les institutions communautaires. Même, il néglige la proposition de Louis Michel de rassembler Région Wallonne et Communauté française (tiens, pourquoi avoir attendu d'être dans l'opposition pour le proposer ?(. Avec l'éternel problème de Bruxelles. Alors, Van Cau sort un joker : anticipant avec finesse sur les propositions flamandes, il suggère que Rhode-St-Genèse (commune flamande( soit réunie à Bruxelles-capitale et former un " couloir " de liaison entre Wallonie et Bruxelles. Pas bête. Totalement inacceptable pour les flamands, bien sûr, mais pourquoi ne pas utiliser les mêmes armes ?

Historiquement, il est vrai, Bruxelles était flamande. Mais les temps ont changé et les flamingants ne veulent pas le voir. Bruxelles est désormais à toute grosse majorité francophone, et de plus, capitale européenne ! Mais enclavée dans une ceinture de communes flamandes " à facilités " puisque aussi habitées par des pratiquants des deux langues.

On avait dit qu'on ne discuterait pas des institutions communautaires. Promesse de politiciens ? Voilà qu'on annonce pour Ln de ce mois un " Forum institutionnel ". Joëlle Milquet nuance les propos de Di Rupo : " Il parle de nation, je dis gouvernance ". Les francophones ne demandent rien. Ils peuvent donc imaginer des solutions qui feraient payer à la Flandre ce qu'elle veut arracher de plus. Mais le comble, c'est que le peuple flamand ne demande pratiquement rien non plus : ce sont les politiciens et les extrémistes qui crient si fort. Dans les médias, ils font passer subtilement le message de politiciens wallons galvaudant leurs propres revenus et d'une Wallonie vivant aux crochets de la richesse de la Flandre. Le paradoxe, c'est que cette minorité impose finalement sa loi...

Et pourtant, à part ces excités politiques, ces fanatiques linguistiques, la Belgique aurait grand besoin de se préoccuper un peu plus de ses besoins économiques et sociaux, des problèmes des gens. Et les 200.000 emplois nouveaux ? Le chômage coûte 2°/o de plus que l'an passé. Où en est la relance économique ? La conjoncture actuelle rabote de 350 millions d'euros les revenus de la Sécu. On pourrait mettre en parallèle les 4,5 % d'augmentation du budget des soins de santé avec la réduction de 12 % des cotisations patronales. Et les besoins des services de Sécurité ? " Les Flamands, dit encore Joëlle Milquet, ont une vision romantique de l'Etat nation du XVIIIe siècle, alors qu'on vit à l'échelle européenne et même planétaire. " Et nous voudrions perdre notre temps à nos mesquines querelles de clochers et de langue ? Et dans le même temps aller donner des leçons aux Balkans et en Afrique ?

Il est grand temps de calmer le jeu. Il faudra pour cela des personnalités fortes et inébranlables.

La Belgique les trouvera-t-elle pour son salut.

J. R.

125 ans d'histoire chez les Congolais

Samedi 25 septembre, vers 15 h, le week-end du 125e anniversaire des Congolais commence par une remise de médailles, place du Chapitre, autour de notre vieille pompe.

Précédant le week-end, une exposition sera présentée en la salle L'Orbey, du 18 au 22 septembre.

Les 18 et 19, l'exposition sera ouverte de 10 h à 18 h et les autres jours, de 13 h à 18 h. Une exposition qui rappelle toutes les précédentes Saint-Feuillen.

Je remercie tous les prêteurs d'objets, de photos, etc., qui nous ont permis de réaliser cette exposition.

Le président : Ph. LECLERCQ

Hyménée

Marie-Claire et André se sont unis le 21 août ; nous leur souhaitons beaucoup de bonheur. Mais nous tenons à la remercier pour tous les services rendus à la paroisse, durant de nombreuses années, ainsi qu'à sa maman Denise.

Sincères félicitations aux mariés. Célinie, Amandine et leur maman.

Perdu

Perdu dans l'entité : appareil photo Olympus mod. C730U2 (e) compact ultra zoom digital camera. Devait se trouver dans un sac noir avec bandouillère.

È 0497-46.92.88

contre bonne récomp.

 

Fost-Plus

Le passage du camion enlevant les papiers et cartons a lieu ce mardi 14 pour Fosses, Bambois et Sart-Saint-Laurent et le jeudi 16 pour toutes les autres sections de l'entité.

Et le mercredi 15, ce sera l'enlèvement des sacs bleus (PMC) pour toutes les sections de l'entité.

Atelier théâtre

Depuis plusieurs années déjà, le Centre Culturel de l'entité organise des stages de formation théâtrale pour les jeunes, avec le concours du Théâtre des Zigomars, dirigé par l'acteur et metteur en scène Mathieu Collard (qui supervise notamment le spectacle musical itinérant de ce dimanche au Lac de Bambois).

Un nouveau stage se déroulera du 4 octobre au 25 mars 2005 pour deux groupes d'enfants : pour les 7 à 9 ans, chaque mercredi de 13 h. 30 à 15 h. 30 ; l'autre, pour les 10-12 ans : le mercredi de 16 à 18 heures.

Ces ateliers se tiennent habituellement au siège du S.I., place du Marché. La participation est de 80 _ pour tout le stage. Tous renseignements au siège du Centre Culturel (inscriptions pour le 18 septembre),

' 071-71.46.24 de 9 à 17 heures.

Ecole des devoirs

L'Agence Locale pour l'Emploi a créé l'Ecole des Devoirs, pour le rattrapage scolaire des élèves :

- de primaire : le lundi de 17 à 18 h et le mardi, de 17 à 18 h.

- du secondaire : le jeudi de 17 à 18 h

Les cours de rattrapage « gratuits » sont donnés par des enseignants, à la Maison de la Citoyenneté (ancien Nopri) avenue Albert 1er, à Fosses.

Renseignements : A.L.E., rue V. Roisin 9D (1er étage),

' 071-71.34.36.

Paul Effinier nous a quittés

La nouvelle de son décès inopiné a évidemment jeté surprise émue et consternation. Alors qu'il repeignait les volets de son habitation, samedi matin, Paul s'est soudain affaissé, victime d'une crise cardiaque. II était né à Wépion le 24 mai 1935.

La foule était énorme lors des visites à son domicile ainsi qu'à ses funérailles ; c'est qu'il rayonnait une grande sympathie. Facteur des Postes, notamment pour Sart-Saint-Laurent durant de longues années, il était d'un naturel jovial et très serviable, pointilleux aussi sur la qualité de son service. Après quelques années, avec un grand courage, il entreprit, en plus, un commerce de charbon puis de mazout et servait ses clients, l'après-midi, avec la même rigueur et le même sens du travail impeccable. II s'était donc forgé une très large popularité. En outre, il aida aussi le club de basket féminin auquel participaient ses deux filles, et fut officier Grenadier à cheval lors de la Saint-Feuillen 1984.

La messe de funérailles fut concélébrée par M. le doyen et l'abbé Jean Meunier, ancien vicaire général et ami de la famille ; dans son homélie, celui-ci rappela la carrière courageuse de notre ami Paul, son grand dévouement et insista sur sa grande bonté, tant pour sa famille que pour ses amis. Courage, fidélité, charité, grandeur d'âme, toutes ses belles qualités ont été mises en exergue.

A son épouse affectionnée Lucy, à ses enfants et à toute la famille, nous adressons nos condoléances très émues.

Ville propre

L'échevin des Travaux signale que la campagne Ville Propre aura lieu le samedi 18 septembre. Rendez-vous pour les bénévoles qui désirent se dévouer dans cette opération, place du Marché à 8 h 30. La fin de l'opération est prévue vers 17 h avec un repas offert aux bénévoles

Vues aériennes

A la demande du Syndicat d'Initiative, la firme AIP, de Frasnes-lez-Gosselies, a pris des photos aériennes de notre ville : c'est souvent surprenant et de toute beauté. Le S.I. en a choisi une quinzaine (car elles sont tout de même assez coûteuses) et l'une d'elles a déjà servi de couverture de la première page du Bulletin communal de septembre. Nous aurons ainsi l'occasion d'en voir d'autres, de divers coins de notre entité.

Rester en forme

Etre en forme physiquement est un bienfait qui s'étend généralement au moral est se prolonge dans l'ouverture de l'esprit, l'accueil et les bonnes relations.

La section Vie Féminine de Fosses organise un module de 10 séances d'exercices simples pour rester en forme et qui sont une véritable thérapeutique contre le vieillissement.

L'avantage de ces exercices de gymnastique douce et d'entretien est la détente et le bien-être.

Durée : 1 heure tous les lundis, de 14 à 15 h, aux dates suivantes :

- Septembre 2004: les 20 et 27.

- Octobre : les 4, 11, 18, 25

- Novembre : les 8, 15, 22, 29.

Ces cours se donnent à l'Ancien Nopri, 2, avenue Albert 1er, Fosses.

Renseignements chez Mme M. Lallemand-Thomas, rue Pinsonhaie 2 à Fosses,

' 071-71.19.49.

Ce vendredi...

... se tiendra, en la salle du Conseil à l'Hôtel de Ville, à 19 h. 30, une réunion d'information sur le grand spectacle de plein air prévu dans le cadre de la Saint-Feuillen, les 9 et 10 septembre 2005. Il aura pour thème l'arrivée de saint Feuillen chez nous et l'histoire de Fosses avec le culte de notre saint patron au cours des siècles. La mise en scène a été confiée à Bruno Mathelart, qui vient de réaliser un grand spectacle semblable à Dinant.

Pour cela, toutes les bonnes volontés doivent être mobilisées. Que ce soit comme acteurs, figurants, assistants au montage, aux décors, aux costumes, au maquillage, aux services divers... Toute personne pouvant apporter sa collaboration est cordialement invitée à cette réunion préparatoire.

Si vous ne pouvez pas y assister et que vous acceptez d'apporter votre participation,

Contactez

Marc Buchet '071.71.16.04,

Isabelle Devillers '071.71.49.52

Maurice Moray '071.71.39.48).

Bus de l'emploi

Rappelons que les personnes qui sont à la recherche d'un emploi peuvent consulter les offres ou obtenir des renseignements lors du passage du Bus de l'Emploi, le 1er et le 3e lundi de chaque mois, de 9 à 12 h, devant le hall des Travaux, chaussée de Charleroi.

Il y a 100 ans,

N° 33 du 14 août 1904

Cartes postales : 16 vues différentes de Fosses pour 80 centimes. Cartes coloriées 1,60 fr. Nous soldons au-dessous du prix de facture, plusieurs jolies collections dépareillées. Papeterie Duculot, Fosses.

FOSSES.

- Lundi 15 août, après les vêpres, distribution solennelle des prix à l'école Saint-Feuillen. Dimanche 14 et lundi 15 août : fête annuelle d'en Lège. Dimanche à 5 h., concert par la Philharmonique. Le soir, bal et illumination. Lundi à 6 h., concert par l'Harmonie Saint-Feuillen. Le soir, illumination et bal. Jeu de balle de la Briqueterie.

- Dimanche 21 courant, à 2 heures, grande décision entre les parties de Tamines (Legrand) et Fosses (Dupuis).

SART-SAINT-LAURENT. - Il y a quelques jours, un étang de M. Drion a été mis à sec pour enlever les truites qu'il contenait. Le garde Noirot, qui a constaté ce délit estime à plus de 200 fr. les poissons volés. Des recherches sont faites pour découvrir les voleurs.

N° 34 du 21 août 1904

FOSSES. - Dimanche 21 courant, à 3 heures, distribution des prix à l'Ecole Saint-Feuillen, avec le concours de l'Harmonie Saint-Feuillen.

N° 35 du 28 août 1904

FOSSES. - Dimanche soir, rue de la Station, un sieur E.H., qui était sous l'influence de la boisson, refusait d'obéir aux injonctions de son père lui voulait le faire renter. Une scène e violence eut lieu et le jeune H. tira un revolver de sa poche. A ce moment survint M. Paris, commissaire de police, qui s'empara de l'arme et conduisit E.H. à l'amigo.

LA FOUDRE. - Dans la soirée de lundi, la foudre est tombée sur la maison du sieur Louis Stiernet, à Haut-Vent, occasionnant un violent incendie. Tout le mobilier et les récoltes furent la proie des flammes. De l'habitation, il ne reste plus c9ue les murs. Les pertes sont évaluées à 4,500 francs ; elles sont couvertes en partie par l'assurance.

HAUT-VENT. - Le jeune Despineto, âgé de 16 ans, maniait mercredi matin une carabine qu'il ne croyait pas chargée. Pour faire peur à son petit neveu âgé de 6 ans, il le mit en joue et pressa la détente. Le coup partit et la charge atteignit légèrement l'enfant au côté gauche.

N° 36 du 4 septembre 1904

-Un arrêté royal du 9 août autorise la commune de Fosses à percevoir des taxes sur les trottoirs.

- Cinq décès sont signalés dans l'état civil de juillet 1904 à Fosses : Aline et Léonie Brosteaux, deux jumelles de 2 jours ; Eugénie Burton, bébé de 1 mois ; Julia Migeot, âgée de 5 mois et un vieillard de 77 ans.

A ne pas manquer ce dimanche :

La balade musicale et contée du Lac de Bambois

C'est dans le cadre de l'Année de la Musique, que la Ligue des Familles, le Centre culturel de Fosses, l'IDEF et la Province de Namur se sont associés dans un grand projet pour fêter la musique en famille, dans un cadre de verdure et d'eau propice à toute forme d'art.

Ce dimanche 12 septembre, une véritable balade musicale et contée sera proposée au sein des splendides jardins du Lac, avec des personnages insolites, des histoires et de la musique.

Sur le thème de " la famille ", les visiteurs seront invités à rencontrer la Famille Poisson, qui occupe le lac depuis des siècles : M. Brochet, Mme Carpe, Mme Grenouille, mais aussi la Dame du Lac et un chasseur de monstre se trouveront à différents endroits du premier jardin des plantes aquatiques, propices à l'éveil des sens et des saveurs.

Dès 13 h, le public sera accueilli et, par groupes de 35 à 40 personnes, un guide les mènera aux différents endroits où se dérouleront les contes mimés par des acteurs de talent et soutenus par la musique, tout au long d'un sentier nature, jusqu'au Petit Etang et au sous-bois plein de charme.

Au retour sur la plage, face au lac dans son admirable cadre de verdure, un podium permettra des présentations de divers musiciens et choristes : on retrouvera ainsi la famille des instruments de musique.

La balade dure une heure environ ; elle sera reproduite non-stop jusqu'à 17 heures 30 pour le dernier départ.

Des cartes en pré vente, donnant accès au Lac dès 11 heures et à la balade dès 13 heures, peuvent être obtenues au Syndicat d'Initiative, place du Marché, au prix de 2 € pour les adultes et 1,50 € pour les membres de la Ligue des Familles. Elles donnent aussi libre accès aux autres jardins : celui de la Poésie et le nouveau jardin de la Découverte.

Une belle journée de découverte, d'aventure et d'amusement et où la musique est mise en exergue.

Caisses à savon

Dans le cadre des Portes ouvertes, le service Incendie de Fosses organise une course de caisses à savon, le dimanche 26 septembre, dans la rue Sainte-Brigide.

II y aura deux catégories : 6-12 ans et 12 ans et +.

De beaux prix sont prévus : 1 GSM comme 1er prix de chaque catégorie + 1 coupe ; 1 radio-cassette pour la caisse la plus originale + 1 coupe. Comme 2e et 3e prix : une coupe.

Début des courses à 10 h 30. Inscription et contrôle technique dès 10 h à l'Arsenal. Attention : frein obligatoire Renseignements :

- Arsenal : ' 071-71.24.28

- Van Hal D. : È 0496-74.62.73.

Foi et lumière

Grosse animation, dimanche, dans le centre de Fosses : voitures et minibus en pagaille, collégiale plus que bondée pour la messe de 11 heures : des équipes de l'association " Foi et Lumière ", d'aide aux handicapés, se réunissaient chez nous pour leur journée annuelle de reprise. La messe était concélébrée par plusieurs aumôniers de cette oeuvre, car on y notait des groupes de Namur, Jemeppe, Florennes, Ciney, et Libramont.

Pour les amateurs de rock et de variétés

PAC signale les soirées suivantes, pour les nombreux amateurs de notre région qui sont souvent mal informés.

- Fred ans the Healers : à l'Ancienne Belgique le 9 novembre

- Jenifer: à Forest National le 3 décembre

- The Corrs : à Forest National le 16 octobre

- Suatu Quo : à Forest National le 19 octobre

- Francis Cabrel : à Charleroi (PBA) les 25 et 26 novembre

- Franck Michaël : au Wex à Marche le 12 décembre

- Nick Cave : à Forest National le 24 novembre.

- Calogero : à Forest National le 8 octobre

- Lionel Ritchie : à Anvers le 20 octobre

- Roch Voisine : à Charleroi (PBA) le 15 décembre

- Charles Aznavour : à Forest National les 29 et 30 octobre

- Lord of the Dance : Cirque royal le 11 octobre.

- Michel Sardou : à Forest National les 18, 19 et 20 novembre

- Sting : à Anvers (Sportpaleis) le 14 novembre.

- Billy Crawford : à Forest National le 30 sept.

- Burt Blanca : à L'Ancienne Belgique le 16 octobre

- Hugues Aufray: à Liège (Forum) 29 octobre.

Bourse d'Hiver de vêtements de 4 à 18 ans

Organisée par la Ligue des Familles de Mettet, cette bourse aura lieu le samedi 18 septembre :

- de 9 à 11 h pour les membres (sur présentation de la carte 2004)

- de 11 h à 15 h pour tous.

Cette vente se fera à la salle des Fêtes, place de Brogne à St-Gérard.

Les dépôts ont lieu les mercredi 15 (de 16 h à 19 h 30) et jeudi 16, de 13 à 17 h.

Les vêtements seront de mode et impeccables.

Pour renseignements à ce sujet,

' 071-72.80.45.

Dates anniversaires de chez nous

 

Le 8 septembre 1944 : ouverture officielle du cimetière américain, au Chêne, à Fosses, qui accueillera les corps de 2.200 soldats américains tués lors de l'offensive des Ardennes (+ 1.600 Allemands enterrés par les Américains).

Le 9 septembre 1984: bénédiction de la chapelle Saint-Roch à la suite de sa restauration par les bonnes volontés du quartier et placement d'un nouveau coq offert par un donateur anonyme.

Le 9 septembre 1934: inauguration du nouveau carillon offert par Mme Delmotte.

Le 12 septembre 1987 : inauguration officielle des nouveaux bâtiments de la Justice de Paix, rue Delmotte.

Le 13 septembre 1830: une poignée de jeunes Fossois hissent au sommet de la Maison de Ville un drapeau « révolutionnaire », épisode patriotique contre le régime hollandais.

Le 14 septembre 1877: un incendie se déclare au moulin de la ville et les flammes gagneront en partie la tour de la collégiale.

Le 15 septembre 1970: pose de la première pierre de la clinique du Centre V, au Home Dejaifve, d'importants travaux qui dureront un peu plus de 4 ans.

Le 16 septembre 1713: de grandes festivités ont lieu à Fosses à l'occasion de la visite du Prince-Evêque Jh-Clément de Bavière.

Le 17 septembre 1989 : décès à l'âge de 104 ans de notre centenaire Arsène Leloup.

Li guêre di 40, vikéye pa on gamin (VIII)

pa Roger Viroux

Au Banbwès, on complète li ravitayemint en-z-èlèvant dès lapins èt dès pouyes, afiye one gade, on bèdot, on pourcia, dès colons... I gn-a saquantes qui mètenut dès bricoles po lès robètes, dès cias qu' vont pèchî su fraude o Grand Vèvî : rossètes, tintches, cârpes... on brochèt

Corne on s' mârieuve sovint è s' viladje, bran.mint dès djins sont parints èchone èt on-z-ètèrtint lès cortis dès cias qui n' sont nin co riv'nus èt qu'avin.n' djârdiné d'vant d'ènnaler.

Pa côps, l' cia qu' rarive èst tot saisi d' trover sès légumes crèchus èt s' djârdin sauclé èt min.me si gade todi au posse !

Tot l' monde a st"( strindu, nos l'èstans co, d'alieûrs, min.me qui lès-Alemands ni s' mostèrenut nin dès masses ! On vèt tènawète on camion d' l'ârméye ou one moto avou on side-car, mins l' sôdârt qu'è-st-o side-car n'a pus qu'one distraite atincion po waîtî autoû d' li !

On n' cause nin co dès masses di Rèsistance, mins djômîye corne li feu qui n'a pus qu' dès breûjes, mins qu'èst prète à r'paurti.

Pol' momint, ça r'rèsume à choûter Londes au posse. Corne gn-a waîre di djins qu'ènn ont onk, on va choûter dé zèls èt on raconte aus-ôtes ci qu'on-z-a oyu. A fait qu' lès novèles si stramenut, on-z-è r'mèt : s'on-z-a oyu au posse qu'i gn-aveûve ieû cintcinquante aviyons Alemands d'abatus, li cia qu' va raconter ça pus Ion è r'mèt co on cint !

I gn-a tot l' min.me on grand orne bin mètu qui vint à vélo èmon m' mârine Aline Viroux èt s't-ome, 4èyon Aerts, su l' Batî au Banbwès. Est-ce po do ravitayemint ? C! n'èst nin one saquî dè l' famile ! Ci n'èst qu' bindeûs-ans après qu' dj'apudrè qu' c'èst-on-oficier d' l'ârméye Bèlje qui r'crute po l' Rèsistance, qu'on n' lomeûve nin co l'Arméye Blanche en '40.

En '43, c'è-st-à vélo, qu'i v'neûve qwê lès-ârmes qu'avin.n' sitî parachutéyes dins lès Près Eûjin.ne, ètur li Batî èt l' Trî-à-l' lute. Elle èstin.n' simplèmint rèfârduléyes dins one twale ciréye. II èraleûve pa Forpinséye ritrover l' Bwès do Duc, qu'i trèvautcheûve èt continuwer pa dès p'titès vôyes jusqu'à Maion.ne Lesârmes qu'i v'neûve qwê èstin.n' catchîyes o forni da m' mârine, o fond do for.

Dj'aureûve bin v'lu aler à on parachutadje, mins on n' v'leûve nin ! Po lès parachutadjes, gn-aveûve on-orne di Tamènes, Detrooz, qu'a stî chèf di gâre, qui v'neûve au Banbwès. Dji supôse qui c'èst li qui r'çûveûuve lès mèssadjes què l' sanoncin.n'.

Po n'nin èraler pâr nût, i lodjeûve èmon one di sès cousènes, Jènîye d'èmon l' Mârchau, qui d' mèreûve à l' dêrène maujone à gauche, quand on quite li Banbwès po d'chinde su Fosses èt il èraleûve au djoû.

Quand on d'chind do Tri-à l'lute su l' cinse Camus, èwoù-ce qui l' famile Bruyr dimèreûve èt èwoù-ce qui Madeleine Bruyr èt s't-orne José Colon d'mèrenut açteûre, i gn-aveûve adon one maujone en rwines : « èmon lès Viys Bêrt », qu'on d'djeûve. I gnaveûve pus qu' dès rèstants d' meurs èt on moncia d' tribus (= dès bokèst d' brikes, di panes et d' mwârti), mins i d'mèreûve one cauve, qui l' intréye ènn èsteûve catchîye pa dès bouchenisses. C'èsteûve là l' gros dèpôt d'ârmes !

(à chûre).

Etonnante mémoire...

A la suite d'une photo

Dans notre numéro du 27 août, nous avons publié en 6e page une photo d'un groupe d'enfant de l'Ecole Sainte-Marie, tenant en main un petit pain, confectionné avec de la farine envoyée par les Etats-Unis aux enfants de Belgique souffrant encore de difficultés en alimentation après la Grande Guerre. Des photos d'autres écoles de l'entité, ont été reproduites précédemment dans notre journal.

La vue de cette photo de 1919 a fait immédiatement réagir notre alerte centenaire, Mme Emilienne Pouleur, veuve Lamy, de Haut-Vent. Son beau-fils nous a fait parvenir le texte d'une chanson que s'est remémorée Emilienne (qui donc prétend que la mémoire s'en va avec l'âge ?...) et qu'elle a chantée d'une traite à ses enfants. Cette chanson de remerciement aux Américains, la voici :

Salut à l'Amérique,

Pays si généreux

Qui aide la Belgique

En ces jours douloureux.

Elle envoie la farine

Pour nourrir nos enfants,

Ecartant la famine,

Sauvant petits et grands.

Pour son anniversaire,

Portons avec fierté

A notre boutonnière

Son drapeau étoilé.

Que partout en Belgique

L'artisan, l'employé

Acclame l'Amérique,

Pays de liberté.

Ton oeuvre humanitaire

Te classe au premier rang.

Tu fais le bien sur terre

Là où coule le sang.

Gloire à toi, République,

Vivent tes habitants.

Les fils de la Belgique

Te sont reconnaissants.

En cette période anniversaire du débarquement de Normandie et de la reconquête de l'Europe occidentale par les troupes américaines, qui y ont perdu des centaines de milliers de leurs jeunes, cette chanson de reconnaissance vient bien à point. On peut ne pas être d'accord avec la politique actuelle de G. Bush, mais on doit admettre que les Etats-Unis ont, en 1918 comme en 1944, participé généreusement à aider des populations européennes opprimées et affamées. Cela aussi ne peut être oublié. Grand merci donc à Mme Emilienne Pouleur pour ce rappel historique d'une chanson ignorée jusqu'ici.

VITRIVAL Fête annuelle

Voici le programme de la kermesse, présenté par le comité des fêtes.

Vendredi 10 septembre

17 h Ouverture des loges foraines et du stand Super des Fagnes

17 h 30 Dépôt d'une gerbe au monument.

21 h Soirée « KRIEK », avec la sono OMG (entrée 3 euros).

Samedi 11 :

14 h Ouverture des loges foraines et du stand Super des Fagnes

15 h Pêche miraculeuse pour enfants (en 2 manches) et pêche bac à sable (pour les bambins)

15 h 30 Première partie du Spectacle de Jean Fra. « Magic Show ».

16 h Goûter des Aînés (invitation cordiale à tous).

16 h 15 : 2e manche de la pêche miraculeuse pour enfants

16 h 45 Deuxième partie du spectacle de Jean Fra (« suspense et humour. »).

18 h Distribution de bons pour les attractions foraines aux enfants qui auront participé aux animations.

19 h 30 : Podium d'artistes, pour la 5e fois à Vitrival, une soirée exceptionnelle avec Christelle, David, Franky, Isabelle, Marjorie, Pascal Page, Patricia Bataille, Stéphano et Valérie.

Dimanche 12 :

Durant la journée de dimanche : Jeu « Le juste prix »

6 h 30 Concours de pêche à l'étang de Michel Bernard È 0494-62.42.30

11 h 30 Apéritif, offert par le comité au stand Super des Fagnes. Invitation cordiale à tous.

12 h DINER renseignement et inscriptions È 0494-62.42.30

14 h Ouverture des loges foraines

15 h Revue-spectacle, avec la troupe Tendance Travesti Show

20 h SOIREE des années 80-90, avec la sono DM.

Lundi 13 :

17 h Ouverture des loges foraines et du stand Super des Fagnes

20 h SOIREE de clôture, avec la sono DM.

En permanence : barbecue et petite restauration.

En dehors de la soirée de vendredi, toutes les entrées sont gratuites.

Il y a 70 ans... le 9 septembre 1934,

inauguration du carillon de la collégiale

En 1934, en mémoire de son mari, Mme Delmotte-Lemaitre fit don à la ville de Fosses - et à la paroisse donc - d'une horloge et d'un carillon automatique, muni d'un clavier permettant le jeu manuel.

Pour les Fossois qui ne l'ont pas connue Madame Delmotte vivait dans la maison occupée actuellement par la Justice de Paix et les bureaux de l'Enregistrement, rue Delmotte (à cette époque rue du Curé). A l'arrière de cette très grosse maison bourgeoise, un parc s'étendait jusqu'à la rue des Remparts. C'est sur cet emplacement que se sont implantés la maison Gouttière (actuellement Centea), le bâtiment des téléphones et le parking. Après la mort de son mari et en sa mémoire, Madame Delmotte (née Piret, de famille fossoise) fit des dons remarquables à la ville : le kiosque, le monument au roi Albert, des bancs répartis dans la ville pour le repos des vieillards et le carillon et horloge avec 4 cadrans qui remplacèrent l'ancienne horloge avec un seul cadran, qui ne fonctionnait plus depuis des lustres.

Offert en 1934, ce carillon comportait d'abord 14 cloches qui furent fondues en 1933-34 par la Maison Michiels et Michaux, de Tournai. Ce sont les cloches qui figurent sur cette photo, accrochées à un chevalet garni de verdures et de fleurs, sous le jubé de la collégiale, pour leur bénédiction le dimanche 26 août 1934, voici 70 ans donc. (Malheureusement, un coup de jour ne permet pas une bonne visibilité de cette photographie).

Chaque cloche portait un nom : la 1re, St-Henri (do) ; la 2e, St-Henri (ré) ; la 3e, St-Henri-Joseph (mi), la 4e St-Joseph (fa) ; la 5e Ste-Louise (fa dièze) ; la 6e Sainte-Adèle (sol) ; la 7e Sainte-Berthe (la) ; la 8e Sainte-Elise (la dièze) ; la 9e St-Henri-Philibert (si) ; la 10e (St-Alexis (do) ; la 11e Ste-Thérèse (ré) ; la 12e Sainte-Joséphine (mi) ; la 13e Saint-Donat (fa) ; la 14e Saint-Clément (sol).

Ajoutons qu'en 1935, 5 nouvelles cloches furent offertes : 15e Ste-Berthe (sol dièze) ; la 16e Ste-Rosalie (do dièze) ; la 17e St-Henri (do) ; la 18e Ste-Victoire (fa dièze) ; la 19e St-Alexis (la).

Rappelons qu'avant 1934, une horloge et un carillon existaient dans la tour de notre collégiale. De l'horloge, il restait une carcasse, un poids en pierre et un cadran. Du carillon, il restait un tambour et les roues, ainsi que le chevalet auquel étaient adaptés des crochets reliant les marteaux de frappe. Des cloches, il en restait une qui conserva un service actif à l'Ecole Moyenne de l'Etat, pour sonner les cours (avant la sonnerie électrique) jusqu'un peu après la seconde guerre.

Cet ensemble, avec sans doute quelques cloches, furent placées en la collégiale en 1619, grâce à la générosité du Chapitre et des habitants.

La bénédiction des cloches du nouveau carillon eut donc lieu le dimanche 26 août 1934 dans l'après-midi, par Mgr Lamy. La plus grosse cloche, qui pesait plus de 100 kg, reçut l'inscription suivante : « En l'an 1934, mes soeurs et moi avons été données par Madame Henri Delmotte-Lemaître en mémoire de son mari ». Dès le lendemain, les 14 cloches furent montées dans le clocher, par l'escalier en colimaçon de 118 marches, vers la potence du 3e étage.

L'inauguration du carillon eut lieu quinze jours plus tard, le dimanche 9 septembre 1934. Un concert de carillon, donné par M. Henry, carillonneur réputé de la ville de Nivelles, qui offrit une prestation musicale qui dura presque deux heures et durant laquelle Djan (de Nivelles), Li Bia Bouquet (Namur), El Doudou (Mons), Les Tournaisiens sont là (Tournai), l'air des Chinels (Fosses), la Paimpolaise, Les Pêcheurs de perles... pour terminer par Vers l'Avenir et la Brabançonne.

Des milliers d'amateurs étrangers et de Fossois assistèrent au pied de la collégiale à ce concert grandiose.

En même temps que ces cloches, Madame Delmotte offrait donc une horloge électrique munie de 4 cadrans. Quelques semaines plus tôt, la population de Fosses avait suivi avec émotion la montée et la pose de ces 4 cadrans, travail qui exigeait un solide sang-froid et réalisé par MM. Massinon Alexandre et ses deux fils : Louis et Fernand, ardoisiers à Fosses.

Plus tard, M. Jules Dewez, organiste à Fosses, suivit les cours de carillonneur et eut l'occasion de se mettre assez régulièrement au clavier pour donner aux Fossois, lors de festivités, d'agréables concerts de carillon, très appréciés de la population.

Au départ, en 1934, le carillon se faisait entendre aux heures et aux demi-heures par des airs composés par l'abbé Jacqmain aidé techniquement par l'abbé Molitor, tous deux du séminaire de Floreffe. Deux ou trois ans plus tard, M. Franz Nulens, horloger à Fosses, transforma le tambour pour qu'il puisse donner quelques mesures de l'air des Chinels. Le carillon fut arrêté pendant la guerre, de 1940 à 1945. Il fonctionna à nouveau de 1946 à 1970 puis tomba en panne. En 1975, on effectua des réparations qui ne furent pas concluantes. Les crasses déposées au fil des jours par des dizaines de pigeons qui nichent en permanence dans notre clocher était la cause d'un réel état de délabrement qui empêchait le fonctionnement des cloches et du carillon.

Plus tard, des Fossois déçus de voir disparaître un reflet de leur patrimoine, s'attelaient à un travail courageux et patient : MM. Camille Honnay et Roger Dehoubert décrassèrent les accessoires et mécanismes bloqué et enlevèrent près d'une tonne de fiente de pigeons. Mme Ghenne, horlogère à Fosses, se chargea de réparer les mouvements d'horlogerie et dès la fin de l'année 1983, l'horloge et les cadrans fonctionnèrent à nouveau et le carillon se fit entendre toutes les 30 minutes.

Par la suite, M. Yves Boccart et aussi Marc Buchet tentèrent l'utilisation du carillon pour renouveler les concerts d'antan, mais aujourd'hui la partie mécanique et le clavier, qui ont tellement souffert, ne sont plus utilisables.

Depuis un peu plus de cinq ans cependant une société spécialisée a réalisé une électronisation du carillon qui se faisait de nouveau entendre toutes les 30 minutes par des extraits de l'air des Chinels. Mais à la demande de quelques riverains perturbés par ces « nuisances » sonores, les airs des Chinels ne sont plus joués que le week-end; et en semaine, ce ne sont que quelques notes qui sont reproduites toutes les heures et demi-heures.

Notons aussi qu'en 2000, les 4 cadrans de 1934 ont été remplacés par des cadrans en acier inoxydable et aujourd'hui, l'horloge est branchée électroniquement sur l'heure officielle d'Allemagne, ce qui assure une heure toujours exacte.

Supermoto

Patrick DEBROUX conserve toutes ses chances d'être champion de Belgique

De course en course, Patrick Debroux se fait connaître par ses bonnes performances dans la catégorie Prestige 650 de Supermoto, où il conserve la tête du championnat avec 10 points d'avance sur son concurrent direct Nicolas Delporte. Ses bons résultats lui ont permis de décrocher un contrat comme pilote officiel de la marque autrichienne KTM. Il aurait aimé participer au championnat d'Europe en 650 mais ce championnat n'a pas eu lieu. Le plateau du Mondial affiche actuellement complet, mais il ne désespère pas de décrocher une opportunité dans un proche avenir. Rappelons que depuis le début de sa carrière, il a terminé trois fois à la seconde place finale.

Il reste deux courses avant la fin de la saison et on espère que Patrick décrochera cette année le titre.

Mais dans cette discipline, il faut aussi compter avec un brin de chance.

Ce week-end à Evergem, a lieu l'avant-dernière manche du championnat. Les essais ont lieu samedi 13 h et dimanche à 8 h 30 et les courses ont lieu à partir de 9 h 40.

Les amateurs et supporters de notre talentueux Vitrivalois pourront lui apporter leurs encouragements.

Tennis

T.C. Fosses - La Gantoise 1-5

Comme il fallait s'y attendre, les Fossois n'ont pas pu résister à la « classe» de leur adversaire flamand. Ph. Duchêne, notre 1er joueur, dut abandonner, sa cheville non rétablie, l'empêchait de démarrer. En pleine possession de ses moyens, il pouvait inquiéter et peut-être battre son adversaire? Mais il a préféré pouvoir jouer le double, qu'il gagna en compagnie de F. Mattëi. Ce dernier rencontra un exceptionnel B4/6 et ne trouva jamais la parade, lui qui avait gagné tous ses matches précédents. Nos 3e et 4e joueurs ont fait ce qu'ils ont pu mais, leur adversaire respectif était un niveau au-dessus.

La Gantoise, qui possède plus de 700 affiliés, devrait aller loin dans ce tour final du championnat de Belgique des + de 35 ans. Ce fut néanmoins une belle expérience pour notre « petit » club et nos joueurs peuvent franchement envisager de renouveler leur exploit l'an prochain.

Les rencontres du week-end

Samedi 11 septembre

Diablotins

Fosses - Soye.Flor. (11h)

Bambois-Anseremme (11h)

Préminimes

Fosses - Gembloux (13h)

Minimes

Moustier - Fosses (15h)

St-Gérard - Bambois (13h)

Juniors

Fosses - Clermont (15h)

Réserve

Bambois - Profondeville

Fosses : bye

Dimanche 12 septembre

Cadets

Fosses - Anhée (10.30)

Scolaires

Et. Tam. - Fosses (10.30)

Div. 3

Bambois - Bossière

Div. 4

Coutisse - Fosses

BAMBOIS - BOSSIERE

0 - 0

Le ballon offert par l'échevin Meuter n'a pas roulé pour les Plagistes qui purent compter sur un excellent Marchal pour éviter la défaite. En première mi-temps, Decoster lança Winand qui obligea le gardien local à sortir le grand jeu. Bambois réagit par Wauthelet mais le gardien visiteur veilla au grain. Au second acte, Marchai dut encore intervenir devant les attaquants gembloutois dont Rouer pour préserver ses filets.

COUTISSE - FOSSES

1 - 3

Malgré cette nouvelle défaite, ce sont les Andennais qui ouvrent le score (1-0, à la 5e). Par la suite, les Chinels prennent la direction des opérations et égalisent à la 25e via Falque (1-1) Dix minutes plus tard, c'est au tour de Lenoble de secouer les filets et déjà ruiner les espoirs visités (1-2).

A la reprise, Fosses appuie encore mais ne peut développer du beau jeu sur un terrain très sautillant. N'empêche, à la 65e, Martini entérine le succès fossois (1-3). Notons en fin de match un shoot sur la latte du jeune et méritant Ch. Getvois.

US AUVELAIS - AISEMONT

1 - 5

Cinglante défaite pour une équipe d'Auvelais qui a manqué du plus élémentaire amour-propre et qui s'enlise un peu plus en bas de classement. Si C. Schaefs ouvrait le score sur coup franc (1-0), ce n'était que feu de paille, car les visiteurs égalisaient par Callut sur penalty (1-1). Après le repos, il n'y en avait plus que pour Falisolle-Aisemont, Callut (deux fois), Deproot et Vanwilder se chargeant d'affoler le marquoir.