N°23   04 juin 2004

L'église de Le Roux

II nous est difficile de dater cette carte postale avec précision. II existe d'autres cartes de l'intérieur de l'église, l'une où le Christ suspendu au plafond, n'y est plus (Le Roux en cartes postales, de Michel Dargent).

L'église actuelle a été construite en 1828. Des pierres tombales adossées au mur de l'église sont les témoins d'un cimetière primitif qui entourait l'église.

Nous nous référons au livre de M. Dargent pour extraire quelques renseignements au sujet de cet édifice.

En 1830 le Conseil de Fabrique décide de fabriquer une chaire de vérité. Louis Paulus, menuisier à Sart-Eustache, la réalisera.

En 1841, des bancs occupent l'église. Ce n'est qu'en 1883 que les chaises les remplaceront

En 1884 aura lieu la dernière inhumation dans le cimetière qui entourait l'église.

Ce n'est qu'en 1927, lors d'une restauration, que l'électricité fut placée.

Le 13 avril 1954, le poêle au charbon provoque un incendie qui détruira 12 m2 de toit.

Le 25 décembre 1967, un autel est installé, face aux fidèles. II est construit par Eugène Cerfaux, menuisier à Le Roux.

Un chauffage à air pulsé sera installé en 1970, offert par l'abbé Genard.

Pas d'images, pas de guerre !

Dans une interview prémonitoire publiée dans Le Soir il y a cinq semaines, Bernard Kouchner soulignait que lorsqu'il n'y avait pas de photos, il n'y avait pas de guerre. Il faisait allusion à cette guerre atroce en Tchétchénie où femmes et enfants sont torturés et violés par les soldats russes. Chaque jour qui passe, mais où Poutine a interdit la présence de photographes.

- Le Médecin sans frontières ajoutait qu'à côté d'une presse intelligente, il existait, hélas, une « presse de caniveau » et il citait notamment deux journaux anglais : The Sun et le Daily Mirror.

Comme pour lui donner raison, quelques jours plus tard, le Daily Mirrot publiait une photo qui fit le tour du monde et les beaux soirs des journaux télévisés de la RTBF et de RTL-TVi :un Marine qui urinait sur un prisonnier irakien ! La Ligue des Droits de l'Homme et Amnesty International étaient soufflés et disaient pis que penche des forces d'occupation. Pas de chance : la photo était truquée 1 L'aune que le Marine portait au bras gauche n'est plus utilisée depuis... quatorze ans !

Le directeur du Daily Mirror, Pier Morgan, confondu, a reconnu le fait et a remis sa démission. I1 a déclaré au Monde : Mon journal est un mélange de sérieux et de délassement qui doit générer l'excitation... » On se souvient que ce journal anglais - qui doit générer l'excitation - est spécialisé dans la relation des dérapages sexuels de la famille royale anglaise (c'est lui qui avait « vu » le majordome du prince Charles dans une position défavorable, mais pas nécessairement inconfortable.

Par ailleurs, le Mirror vient d'être condamné à une amende d'un million de livres à payer à Noami Campbell pour diffamation.

Bref : c'est sur base des photos d'un tel torchon que, pendant une semaine, la respectable RTBF nous en a mis plein la vue... J'attends toujours les excuses de notre télévision publique pour fausse information.

Quant à la guerre en Tchétchène, son commandant en chef, le tsar Pouline, que nos démocraties occidentales reçoivent à genoux, en a interdit la couverture par la presse. Dites-moi dans quel journal vous avez pu apercevoir les exactions de l'armée russe ? Et dites-moi le nom de l'envoyé spécial de la RTBF en Tchétchénie ?

Le philosophe André Glucksmann écrivait ceci dans le journal Le Monde du jeudi 13 mai dernier : « Au lieu de fêter Pouline, les gouvernements démocratiques (la France, la Belgique...(, flanqués de leurs opinions publiques totalement indifférentes, devraient retenir par la manche ce pompier pyromane. Il est en train d'anéantir tout un peuple Et on s'en fout...

Une journaliste russe, âgée de 43 ans, Anna Polikovskaia, de l'hebdomadaire Novoio Gazetta, vient de passer quarante jours incognito en Tchétchénie. Déguisée en Tchétchène, elle a pu relater le calvaire que vit cette population :les militaires russes pillent, violent et torturent en toute impunité, avec l'approbation du Kremlin. Elle décrit la technique du fagot : 20 villageois (femmes et enfants compris( sont rassemblés et liés dans un fagot au milieu duquel on lance une grenade. Personne n'en échappe. Son livre intitulé Le Déshonneur russe, est publié chez Buchet-Castel.

Enfin, reconnaissons que l'image que l'on nous donne des Etats-Unis n'est pas parfaite : mais c'est là-bas que la presse expose les faits, c'est là-bas que le Congrès en quête publiquement, c'est là-bas que Donald Rumsfeld doit répondre de ses actes devant les sénateurs, en direct à la télé, c'est là-bas que l'on ne craint pas de juger les dirigeants du gouvernement et de l'armée (deux officiers vont passer en Cour martiale), c'est là-bas que la justice sera rendue sous le regard du monde. C'est là-bas que Richard Nixon a du démissionner, avouant ses fautes. C'est là-bas que Bill Clinton a frôlé l'impeachment pour une histoire de jupe tachée.

Et c'est là-bas qu'en novembre prochain, un certain Jeny Kerry, ancien officier américain du Vietnam, qui a trucidé les hommes du général Giap à Da Nang. sera peut-être le prochain président des USA.

Daniel PIET

 

 

Façades fleuries

Le Cercle horticole de Fosses remercie tous ceux qui ornent leurs façades de fleurs, ce qui contribue à embellir notre ville et signale qu'il est encore temps de s'inscrire pour le concours. Renseignements chez M. Gabriel Vemaut

' 071-71.18.10.

De nombreux motards

Ce dimanche 6 juin, le service Incendie de Fosses recevra entre 11 h 30 et 14 h, une concentration de motos (± 300 motards), organisée par les pompiers de Rochefort qui, cette année, ont choisi la caserne de Fosses pour faire un break à midi.

Nous espérons que le public fossois viendra encourager ces motards à l'arsenal des pompiers, rue Sainte-Brigide 15.

Rafraîchissements et petite restauration assurés.

Le président de l'Amicale, D. VAN HAL

Appel aux bénévoles

Le comité de la Jeunesse Sportive Fossoise (football) recherche des bénévoles, ainsi que des candidats pour faire partie du comité. Une réunion aura lieu en juin.

Les candidats peuvent se faire connaître chez :

R. Falque auÈ 0475-28.01.52

H. Sauvage au È 0472-70.01.68.

Reconnaissance du PAC

La section PAC de Fosses, présidée par Daniel Piet, a été reconnue par le PAC National et le ministère de la Communauté française (pas sans le cadre du Patrimoine universel et immatériel), en raison des activités déployées depuis trois ans.

II faut dire que depuis l'an 2000, Présence et Action Culturelles n'a pas chômé : de José Happart à la sénatrice Anne-Marie Lizin, en passant par le sénateur Philippe Moureaux et celui qui, à l'époque, était encore président du MR, Daniel Ducarme, la sophrologue Michelle de Maeseneire, le cardiologue de la clinique Saint-Luc Patrick Timmermans, nos randonneurs fossois Nadine et Jean-Pierre Cobut et le Népal, le concert-danses de janvier avec Vitrifolk, la Philharmonique et l'Harmonie de Florennes, le débat en février, Gérard Deprez-Philippe Mahoux et enfin la venue du ministre J.-Cl. Vancauwenberg à la librairie Linard en mars dernier.

Excusez du peu !

La prochaine saison :

le Pérou, le diabète, Di Rupo

PAC est en train de préparer la prochaine saison : on sait déjà que les randonneurs fossois Nadine et Jean-Pierre reviendront présenter une conférence « Découverte du Monde » dès qu'ils seront rentrés du Pérou (il est possible que 3 flûtistes des Andes soient également présents), qu'il y aura une séance de vulgarisation scientifique que le diabète, donnée par un médecin-spécialiste et une diététicienne de l'Hôpital d'Auvelais et, comme il l'a promis à Daniel Piet, que Elio Di Rupo vienne passer une soirée citoyenne en octobre ou novembre, peut-être accompagné de Marie Arena.

Sauf, dit-on dans son entourage si, à ce moment, il est premier ministre. Et comme Verhofstadt risque de jeter le gant à la rentrée...

On viendra encore dire qu'on ne fait rien à Fosses. Sur ce plan, PAC tient à souligner qu'il est tout heureux de sa collaboration, dans ce domaine, avec le Centre culturel et communautaire local.

Communiqué de la Maison Bleue

Les documents pour le remboursement des carnets de timbres VALOIS (carnets en francs belges ou en euros, complets ou incomplets) sont disponibles à la Maison Bleue, rue du Marché à Fosses.

 

Fancy-fair

La fancy-fair des écoles libres a lieu ces samedi 5 et dimanche 6 juin.

Les deux jours : spectacles présentés par les élèves des classes maternelles et primaires.

En attraction, la participation de Pascal Gillard, le chanteur et compositeur fossois.

Au cours des 2 jours : fête foraine, bar wallon, pâtisserie, restaurant réputé, friterie, bodega, bar sous chapiteau, karaoké enfants (samedi soir).

Voici le programme du samedi ; pour le dimanche, le même ordre mais avec 20 minutes de décalage (début 14 h 20).

14 h : mot de bienvenue et présentation du spectacle

14 h.10 : classes d'Accueil : Mme Ingrid et Valérie D.

- Henri Salvador

14 h 20 : M1A : Mme Nathalie

- Allumons le feu, avec Johnny

14 h 30 : M1 B : Mme Catherine

- Sous le soleil, avec Gilbert

14h40:P1 A et PI B: Mme Sylvie et Mme Marjorie

- Rock Collection

- Banana Split

- Lili voulait aller danser

14 h 55 : M2 A : Mme Valérie C

- Sur le rythme du tam-tam

15 h 05 : M2 B : Mme Valérie E.

- L'heure de la sortie, Sheila

15 h 15 : P2 A et B : Mme Laurence

- Poupée de cire, poupée de son

15 h 30 : P3 A et B :

Mme Laurent et Mlle Marie

- Les Dalton et medley J. Dassin

Entracte

16 h 45 : P6 B : Mme Françoise B.

- Attention Mmes et MM., Fugain

16 h 55 : M3 : Mme Brigitte, Christel et Catherine D.

- Lorie, de la Star Ac'

17 h 10 : P4 A et P4 B : Mme Eliane, Christine et Françoise :

- Les enfoirés, Ose (Y. Noah)

17.25: P5 A : Mme Evelyne

- Tout simplement, avec Pascal GILLARD

17 h 35 : P6 A : M. Warnon

- On connaît la chanson

17 h 45 : P5 B : Mlle Julie

- Clo-Clo & Co

Souper de la Marche St-Remy

Rappelons que le souper de la Marche Saint-Rémy de Nèvremont, qui avait dû être postposé, a lieu ce samedi 5 juin à 19 h. 30, en la salle de la Baillerie. II s'agit d'un barbecue au prix de 15 € (7 pour les enfants) Inscription chez les officiers, ou chez le président,

Freddy Tahir ' 071 71.26.21.

Aux puzzleurs...

Inédit dans la région

Vous êtes patients, vous adorez réaliser des puzzles ? Alors, venez nous rejoindre au complexe sportif de Sart-Saint-Laurent le vendredi 11 juin, à partir de 19 heures. Si vous ne savez pas venir, alors il faudra attendre jusqu'au 25 juin. Vous pouvez apporter vos puzzles.

L'inscription est de 10 euros par an ; la participation à chaque séance est de 2 euros.

Les enfants âgés de 5 ans au moins peuvent venir faire des puzzles, mais accompagnés de leurs parents. L'inscription est de 5 euros (moins de 12 ans) et leur participation à chaque séance sera d'un euro.

Pour plus de renseignements :

Marie-France ' 071-77.07.64

Christelle È 0498-21.30.04.

Recherche...

Nos pompiers recherchent, pour effectuer leurs exercices, un bâtiment désaffecté à proximité de Fosses. Ce bâtiment ne subira aucun dégât.

Prendre contact avec

P. Baufays È 0475 - 29 40 47.

Un mariage

Il n'est pas dans nos habitudes d'évoquer les mariages ; il en est un tout de même qui semble mériter une mention. Samedi se sont unis Katrien et Jean-Claude, deux militants paroissiaux particulièrement dévoués. Leurs regards se sont croisés au Home Dejaifve car leur engagement de vie les porte à aider les personnes âgées (lui) et les jeunes (elle) : catéchèse et acolytes.

Tous deux font partie de la chorale Bebronae Cantores et de la chorale qui anime les messes du Home. Aussi, les membres de ces deux formations s'étaient unis pour leur offrir des chants choisis pour ce mariage. Et à la fin de l'office, les acolytes leur ont offert un cadeau et un gentil merci.

Pour ces deux vies particulièrement généreuses et maintenant unies, nous formons aussi les meilleurs voeux de bonheur.

Deuxième festival de musique médiévale

Oyez, oyez, bonnes gens ...

Faites couler l'Hypocras !

Dressez les tables !

Appelez les troubadours !

Faites venir le jongleur !

Que résonnent trompettes, hautbois et tambourins :

Nous avons encore étoffé notre programme de festivités et c'est durant trois jours que nous vous ferons remonter le temps... Retrouvez le fracas des armes, le galop des chevaux, les accords mélodieux des ménestrels, plongez-vous dans la foule joyeuse d'un marché artisanal, découvrez la richesse des costumes de l'époque et savourez les mets et les breuvages de nos ancêtres.

Troubadours et Ménestrels vous convient

à la Collégiale Saint-Feuillen à Fosses-la-Ville

le vendredi 18 juin 2004, à 20 heures

et Gentilshommes, baladins, riches marchands

et nobles dames vous donnent rendez-vous sur les terres de la

FERME DE LA MARLAGNE à SART-SAINT-LAURENT

les samedi 19 et dimanche 20 juin 2004

Un monde fantastique et magique vous attend pour un nouveau voyage vers un autre temps...

Festival de musique médiévale le vendredi 18 juin, à 20 heures

Entrée : 5 euros Gratuit pour les moins de12 ans

Concert de troubadours et chants grégoriens, avec :

- " Lux & Origo " Chants Grégoriens (voix d'hommes)

- " Stella " Chants Grégoriens (voix de femmes)

Le choeur grégorien "LUX ET ORIGO" (voix d'hommes) fut créé en 1992 dans la mouvance du regain d'intérêt pour le chant grégorien. C'est Eric Trekels, professeur d'harmonie pratique au Conservatoire Royal de Bruxelles qui en a repris la direction

Le choeur grégorien "STELLA MATUTINA" (voix de femmes) est probablement le plus jeune et le plus récent parmi les nombreuses chorales grégoriennes qui fleurissent en Belgique. Il fut fondé en septembre 1999 par Eric Trekels pour répondre à la demande de nombreuses choristes féminines.

Bien que les deux choeurs soient autonomes, les activités de "Stella Matutina" et "Lux et Origo" sont en symbiose, les prestations parfois communes, parfois séparées

- Les Ménestrels de MORDINI

- L'ensemble de Michel MASSINON

- Le luthier Jack DE VUYST

Samedi 19 juin, 18 h : souper danse et musique médiévale

Entrée : 5 euros - Gratuit pour les moins de 12 ans

C'est grande Liesse aujourd'hui, le peuple accourt de tout le voisinage pour participer aux réjouissances.

Musiciens et troubadours vous font vibrer au son de leurs instruments. La ferme tout entière frémit à l'unisson des notes médiévales et les pieds démangent...

- OUVERTURE PAR LES MENESTRELS DE MORDINI

Spécialistes d'une musique ancestrale qui nous ramène au temps des troubadours, trouvères et ménestrels, Les Ménestrels de Mordini nous invitent à retrouver nos racines aux sons de musiques médiévales et de chants interprétés en langue d'oc, oil, latin, galicien etc...

- LA COMPAGNIE DU TORDION de l'ensemble " PAS D'LA VAUT " Accompagnée par La COMPAGNIE " LA GAILLARDE " musiciens de Michel Massinon.

- LA COMPAGNIE " TRIVELIN - ATTERT – Belgique

Pour que revive l'époque merveilleuse des troubadours, les musiciens de Trivelin s'adonnent aux joies des musiques, chants et danses de l'époque médiévale. Le temps d'une fête, ils se mêlent aux comédiens, jongleurs et cracheurs de feu. Ils s'émerveillent des fabliaux, des combats, des bals et du chant des trouvères. -,LA COMPAGNIE " YSENGRIMUS "- HAUT-KOENIGSBOURG – FRANCE

- LA COMPAGNIE " LES PIEDS GAUCHES " - SUISSE

Les Pieds Gauches et Ysengrimus ressuscitent le répertoire des danses et musiques médiévales. Chalémies, bombardes, flageoles et autres flûtes, luth et cistres de la Compagnie Ysengrimus enchaînent sans répit les danses de l'ours, bransle d'Ecosse et autres pavanes ou rondes que nous invitent à découvrir les danseurs des Pieds Gauches. Ces deux formations font la paire et semblent inséparables puisqu'ils se produisent très régulièrement au Château du Haut-Koenigsbourg, en Alsace et partout en France ou en Suisse.

Souper sous la grange :

Buffet et grillades d'une franche Feste médiévale

Les odeurs de cuisson agacent les estomacs, tandis que les gosiers trop secs trouvent leur contentement .Avec l'hypocras artisanal de notre fabrication.

Adulte : 8 €

Enfant : 4 €

PRIX PASS 3 JOURS (18, 19 et 20 juin) : 10 €

Pré vente Pass et renseignements : Maison de la Culture

' 071/71.46.24

La semaine prochaine, vous découvrirez tout le programme de notre journée d'animations médiévales du dimanche 20 juin 2004.

Pensons à nos aînés

Elles et ils compteront un an de plus au cours de ce mois.

Ce sont :

Le 1er : Maria Vermeulen, Avenue du Champ Stoné 80 ans

Le 5 : Mingeot J., vve Bourguignon Rue des Forges, Fosses 80 ans

Le 6 : Charles Berwart, Ch. Namur, Sart-St-Laur. 83 ans

Le 9 : Bailly M.-Louise, Vve Mainil Rue des Zolos 80 ans

Le 10 : Abel Cypers, Route de St-Gérard 81 ans

Le 10 : Maurice Goffaux, Wimbosteck, Sart-St-L. 97 ans (doyen de Sart-St-Laurent)

Le 11 : Mabilat M.-Denise, Vve Clause Rue des Egalots 80 ans

Le 12 : Emma Doucet, Vve Schlit Home Dejaifve 89 ans

Le 12 : Rose Larivière, Vve Stepan Home Dejaifve 82 ans

Le 14 : M.-Louise Caudron, Vve Colin Home Dejaifve 90 ans

Le 15 : Hélène Michel, Vve Brosteaux Rue Saint-Roch 91 ans

Le 15 : Elisa Nulens, Home Dejaifve 82 ans

Le 15 : M.-L. Parmentier, Vve Nicolas Route de Tamines 82 ans

Le 15 : Léopold Mathelart, Ch. de Charleroi, Le Roux 89 ans

Le 16 : Irma Penet, Vve Petitjean Avenue Albert 1er 83 ans

Le 18 : René Gillain, Rue du Fays, Aisemont 84 ans

Le 18 : Marguerite Jassogne, Rue des Tronces, Vitrival 82 ans

Le 19 : Hoyas Abel, Rue du Try-al-Hutte 83 ans

Le 19 : Renée Galand, Rue St-Pierre, Vitrival 81 ans

Le 20 : Robert Molitor, Rue du Sartia, Sart-Eust. 84 ans

Le 21 : Adeline Blavier, Vve Goffaux Avenue Champ Stoné 92 ans

Le 21 : Augustine Molle, ép. Jacqmain R. Stierlinsart, Bambois 84 ans

Le 22 : Reine Michel, Rue du Bout, Vitrival 85 ans

Le 22 : Jules Patris, Rue des Tronces, Vitrival 83 ans

Le 23 : Batardy Gustave, Ch. de Charleroi, Le Roux 86 ans

Le 26 : Defosse Camilla, Home Dejaifve 94 ans

Le 27 : Louise Wilmet, Rue de Névremont 83 ans

Le 27 : Parent Joséphine, Rue Jean Dor, Vitrival 86 ans

Le 27 : Marie-Louise Remacle, Rue du Potage, Aisemont 82 ans

Le 29 : Jeanne Drèze, Home Dejaifve 83 ans

Bambois Sport peut fêter ses 60 ans

Bambois Sport fut fondé en 1944 à la suite de l'achat d'un ballon par des gamins. Le sport commença par des matches entre Bambwètîs et de jeunes réfractaires flamands, qui jouaient souvent pieds nus. Le premier terrain se trouvait derrière le café d'Omer Depraute.

A la fin de la guerre, au départ des Allemands, leur camp fut pillé par les joueurs et comitards et le bois fut récupéré pour construire les premiers vestiaires ; poutrelles pour les goals, câbles pour entourer le terrain et les filets de camouflage pour garnir les goals. Tout cela fut enlevé la nuit et entreposé dans une grange.

Le premier vrai terrain fut aménagé le long de la route du Gonoy, au lieu-dit « Au Hièrtadje ». Il revint plus tard à Stierlinsart, où il est toujours.

Au sein du comité, on se souvient de Georges Gravy, qui fut secrétaire, puis président ; de Paul Rifflart qui fut le premier secrétaire, puis trésorier et est toujours au poste aujourd'hui. Le secrétariat fut assuré aussi, par la suite, par Roger Viroux. Il y avait aussi l'abbé Pierard et R. Vandeloise, très dévoués également.

On se souvient aussi que le club avait sa société dramatique, régie par Léon Aerts. Il est aussi l'auteur d'une chanson adoptée par Bambois Sport :

Enfants de Bambois Sport

Unissez vos efforts

Pour avoir la victoire

Les deux points c'est la gloire

Alors les supporters,

De leur club seront fiers

Tout le monde criera :

Allez, vive Bambois !

Cette dramatique avait d'excellents chanteurs, tels que Josée Moutiaux et Andrée Defleur, Roger Pirmez et sans oublier la vedette comique Léon Piette.

Pourquoi le nom de Bambois Sport ? Parce que ce nouveau club reprenait le nom d'un ancien club de football qui avait existé avant la guerre de 1914-1918 et dont plusieurs joueurs étaient toujours en vie : Donat Poulet, Léon Piette, Léon et Emile Remy..Les premiers maillots étaient d'ailleurs la reproduction exacte de ceux du premier club : bleus, avec une étoile portant les initiales B.S. Les dames et demoiselles brodaient les étoiles avec amour et ainsi s'aligna la première équipe.

Après la libération, on ne jouait pas un championnat, mais un tournoi entre plusieurs équipes des environs. Les joueurs partaient en bande à vélo, à Lesve ou à Bioul et certains ne rentraient que le lendemain matin l

Deux comitards dévoués à qui le club doit beaucoup furent Jules Lefèbvre et Marcel Bert. Le premier était un organisateur infatigable et le second transportait les joueurs dans son camion. C'est ainsi que Bambois organisa un jour un tournoi à Paris, qu'il gagna d'ailleurs. Joueurs et supporters fêtèrent cette victoire jusqu'à tard dans la nuit !

Ces renseignements « historiques sont repris d'un article de R. Viroux dans un Messager de 1984 (à l'occasion du 40e anniversaire).

Il serait un peu long de retracer le parcours et les résultats de ce club. Nous dirons qu'à une certaine époque, Bambois Sport put compter sur des joueurs de talent, comme Yvan Bernard ou René Rousseaux et que le club rata de très peu la montée en première provinciale.

Pour un petit hameau de la taille de Bambois, avec une majorité d'éléments locaux, c'est tout bonnement incroyable.

Il faut aussi souligner le remarquable dévouement d'un couple qui tient les rênes du club aujourd'hui : M. et Mme Willy Defoin ; sans eux, Bambois Sport serait peut-être tombé dans l'oubli.

Un crime à Fosses en 1904

Voici la relation que nous trouvons dans un numéro de juin 1904 du Messager de Fosses.

Mercredi matin, François Rousseau, de Fosses, connu sous le sobriquet de l'Chèt Rousseau, était allé dans un café de la rue des Moulins à Namur et après avoir parlé à une servante qui s'y trouvait, Maria Sciot, il est parti avec elle, déclarant qu'ils allaient à Fosses.

En effet, ils ont été vus tous deux à Fosses ; Rousseau s'était présenté à l'hospice Dejaifve pour y voir sa mère, pensionnaire à cet établissement, mais celle-ci ne voulut point voir son fils.

Rousseau est retourné la nuit, à Namur. La porte du corridor du café où il était allé chercher Maria Sciot n'étant jamais fermée, il est monté au grenier, puis se passant au cou une corde qui se trouvait là, il se suicida.

Jeudi, des locataires pénétrant au grenier, virent un corps qui se balançait au bout d'une corde. On s'approcha, on détacha le pendu, on voulut lui donner des soins, mais c'était inutile, ce n'était plus qu'un cadavre.

Comme M. Goux, commissaire de police faisait les constatations d'usage, il trouva dans la poche de Rousseau, une lettre. Si, disait cette lettre, vous voulez retrouver le corps de Maria Sciot, il est dans un champ de blé, sur la route de Fosses à Franière.

La gendarmerie et le commissaire de police de Fosses, prévenus, se sont rendus immédiatement sur les lieux, suivis d'un grand nombre de personnes et retrouvèrent le cadavre de Maria Sciot, dans un champ de blé, à proximité de la ferme de Taravisée. La victime paraissait avoir été étranglée. On remarque autour du corps des ecchymoses semblant produites par une violente pression des doigts. Il y a aussi des traces de coups et des égratignures au visage.

Le corps a été déposé à la morgue.

Rousseau et Maria Sciot avaient eu des relations suivies pendant plusieurs années. Il n'y avait guère que huit jours que la femme était retournée à Namur.

Maria Sciot était née à Namur en 1879. Rousseau, était âgé de 48 ans.

Toujours ce procès !

Nous l'avons déjà dit : ce procès d'Arlon est vraiment " hors normes ", atypique, spécial, anormal. Par sa longueur, la foule de journalistes à l'ouverture, les divergences entre enquêteurs, les affrontements entre partisans des deux thèses, les critiques sur l'enquête mal ficelée, sur le juge d'instruction, les polices, les pistes écartées. Et surtout par l'horreur des faits, les mensonges, les changements de versions, les contradictions des accusés.

Et " le cirque " annoncé continue, hélas. Un défenseur de Dutroux, à défaut d'éloquence, sort un chapeau de magicien et divers accessoires, jetant la stupéfaction muette devant cette choquante manière d'agir face aux familles des victimes et à l'une d'entre elles.

L'autre défenseur détonne tout autant, mais autrement. Lui n'est prestidigitateur que par le verbe ; en six heures de plaidoirie, il réussit à ne pratiquement jamais parler de l'accusé Dutroux, ni des 32 préventions qui lui sont mises à charge; évitant l'essentiel, le fond du procès, il parle donc de tout autre chose, revenant sur les manquements de l'enquête, jetant la suspicion et le doute, revenant sur des pistes qui ne mènent à rien. Avec tout de même une lancinante question : s'il y a quelqu'un derrière ces quatre accusés, qui est-il ? Qui était le grand chef réel, le client organisateur et payeur ? Pour qui ? pourquoi ? Le saura-t-on jamais ? Seul Dutroux pourrait le dire, mais il se tait ou il ment.

C'est vrai que si ce commanditaire existe (ce qu'on n'a jamais pu démontrer), il sera seul à échapper à la Justice, bien que le premier coupable.

Mais les effets oratoires de Maître Magnée ont aussi choqué. Surtout par sa conclusion tout à fait surréaliste : les enquêtes sont incomplètes, donc il faut remettre le procès à plus tard. Comme le dit Christine Ernst, dans Vers l'Avenir : " Cela a un côté diabolique. Mais tout cela, c'est du cinéma ".

On n'a sans doute pas fini d'en voir, avec ce procès !...

J. R.

Il y a 100 ans

N° 23 du3juin 1904

Ce sont les élections de 3 conseillers provinciaux. Le Messager de Fosses, à cette époque très engagé, consacre TOUTES ses pages d'un numéro spécial sortant le vendredi, aux élections, avec slogans et articles de propagande pour la liste n° 1 avec un certain de Pierpont en tête, bourgmestre de Mettet. M. Grandmoulin, notaire à Fosses figure en seconde position et Oscar Genart, brasseur à Fosses est le second suppléant. Sur la liste 2 (libérale) on trouve le notaire Franceschini au second rang des suppléants.

N° 24 du 12 juin 1904

VITRIVAL. - Samedi vers 7 heures, une voiture automobile roulant à très grande vitesse, a écrasé une brebis laitière appartenant à Albéric Jadin, de Vitrival Cette brebis était attachée à un piquet sur l'accotement de la route et était gardée par un jeune gamin. Après son exploit, le chauffeur redoubla de vitesse, mais une femme se trouvant à proximité a pu prendre le numéro de la voiture. La gendarmerie de Fosses a verbalisé.

Décès de M. Wiame

C'est avec une profonde tristesse que de nombreux Fossois qui l'ont connu ont appris le décès de M. André Wiame, ancien instituteur de l'école Saint-Feuillen.

M. Wiame était né à Saint-Gérard le 24 avril 1921 et avait épousé une Fossoise, Eugénie Boccart ; ils ont eu cinq enfants et comptaient une vingtaine de petits-enfants et arrière-petits-enfants. II est décédé assez brusquement à Mont-Godinne le 26 mai dernier.

André Wiame avait obtenu son diplôme d'instituteur à l'Ecole Normale de Malonne ; il fut désigné comme instituteur intérimaire à l'école Saint-Feuillen le 1er mai 1941, en remplacement de M. Angot, prisonnier de guerre ; il y fonctionna jusqu'en septembre 1951, lorsqu'il fut nommé instituteur en chef à l'école communale d'Ermeton-sur-Biert, où il acheva toute sa carrière.

Comme le rappela le Père Henri, de Maredsous, lors des funérailles, André Wiame était un " maître d'école " bon, juste et sévère ; sa forte personnalité lui permettait d'assurer un ordre parfait dans son école ; c'était aussi un maître compétent et des générations de jeunes d'Ermeton lui doivent une excellente formation, aussi bien scolaire qu'éducative. II se

passionna aussi avec tout son dynamisme et sa fougue pour la défense des petites écoles, lors des regroupements et de la formation des " écoles usines " aux centaines d'élèves, car lui privilégiait le contact personnel avec son petit monde qui l'aimait et le respectait profondément.

André, qui avait participé à la Résistance durant la guerre, s'investit aussi dans des comités de défense de l'environnement, car il aimait la nature et la connaissait : avec ses élèves comme avec ses enfants et petits-enfants, il adorait se promener, nommer les arbres et les plantes.

C'était enfin un apiculteur avisé et il savait à l'occasion vanter les mérites de son miel pur. Enfin, son dynamisme le porta à s'investir dans des activités locales, comme la chorale.

C'est donc un homme de coeur, un personnage que l'on vient de perdre, et plusieurs Fossois avaient tenu à assister à ses funérailles car chez nous aussi il a laissé le souvenir de sa gentillesse attentive, de sa vitalité, de sa compétence et de son savoir.

II n'a malheureusement pas été possible d'annoncer son décès dans Le Messager de la semaine dernière. Mais avec cet hommage largement mérité, nous adressons à Eugénie, à ses enfants et à toute la famille, nos biens vives condoléances.

Fost-Plus

Le premier ramassage du mois des sacs bleus (PMC) aura lieu le mercredi 9 juin, pour toutes les sections de l'entité.

Cercle d'Histoire

La prochaine réunion du Cercle d'Histoire aura lieu jeudi prochain, 10 juin à 19 heures, au local habituel : Espace Solidarité, aux Quatre-Bras.

A l'ordre du jour : la 3e phase du résumé de l'histoire de Fosses : " De Notger à Henri de Leez ". Puis des interventions de J. Radelet (Le servi-ce affluents, aux Chemins de Fer) et de Fr. Tahir (une carte de Gaule du XVle siècle). Ensuite, une présentation des stalles de la collégiale, qui auront 480 ans en ce mois de juin. Et enfin quelques " divers " dont un déplacement à Amay pour découvrir la collégiale du Xle s., récemment restaurée de fond en comble, avec son trésor dont le tombeau d'une princesse mérovingienne, des maisons de chanoines et une tour romane. Cette visite aura lieu le samedi 12 juin, départ de Fosses à 12 h 30, retour vers 17 h. Les personnes qui souhaitent profiter de cette visite avec les membres du Cercle peuvent s'adresser à J. Romain,

'071-71.14.77.

Rappelons encore que les réunions du cercle sont ouvertes à tous, sans obligation de régularité.

Décès

Nous avons appris le décès de Roger Thiry, qui habitait rue Ste-Bri9ide, après avoir habité six ans à Névremont. Il était âgé de 75 ans. Il avait travaillé aux carrières d'Aisemont, mais avait eu après sa pension, de nombreux problèmes de santé. Marié en 1952 à Maria Van Staeyen, ils ont eu deux fils, Christian et Freddy. Lors de ses noces d'or déjà, voici deux ans, il ne put participer à la cérémonie car il était hospitalisé.

Premières communions

Quelques enfants de la paroisse de Sart-Saint-Laurent feront leur première communion, le dimanche 6 juin, au cours de la messe de 10 h 30.

Ce sont :

Tom Votion

Clémentine Collet

Axel Janssens

Maxime Dauphin

Thomas Denis

Jérôme Brahy

 

Vie féminine à Vitrival

Deux fois par mois, les quilteuses de Vie Féminine se réunissent afin de partager une même passion. Nous sommes une quinzaine d'amoureuses du Patchwork à nous retrouver ainsi, emmenées par notre professeur Madame Jacquelot. Après un travail intense, nous avons décidé de vous ouvrir notre porte.

La section locale est heureuse de vous inviter à la seconde exposition de Patchwork qu'elle organise ces samedi 5 et dimanche 6 juin, à la salle Patria, place J. Tousseul à Vitrival. Elle se déroulera entre 13 h 30 et 18 h. L'entrée est gratuite.

Si vous désirez plus de renseignements, vous pouvez me contacter

Martine Goffart ' 071-71.21.96

Les quilteuses et la section.locale de Vie Féminine

Premières communions

Quelques enfants de la paroisse feront leur première communion, le samedi 5 juin, au cours de la messe de 18 heures. Ce sont :

Damien Bauret, Luc Beguin, Ludovic Bertrand, Tiffany Lefèbvre, Thomas Lemercinier, Laurie Migeot, Benjamin Moray, Ludovic Ruffo, Céline Schirosi et Laura Wamant.

SART-EUSTACHE

Fancy-fair à l'école

La traditionnelle fancy-fair se déroulera à récole de Sart-Eustache ce samedi 5 juin, à partir de 16 h 30.

Cette année, les saynètes se feront sur le thème bu cirque (lion, dompteur, funambule, magicien, clowns...).

Attractions pour les enfants : château gonflable, grimage, pêche surprise, etc. et en soirée : barbecue.

 

 

Le rapport sur l'administration de la ville pour 2003

Service Enseignement

Nous abordons à présent le domaine de l'enseignement communal. Les écoles comptent actuellement 350 élèves, répartis comme suit :

- Le Roux : 30 en maternelle

49 en primaire

- Sart-Eustache : 17 en maternelle 12 en primaire

- Aisemont : 26 en maternelle 50 en primaire

- Vitrival : 55 en maternelle 80 en primaire

- Sart-St-Laurent 14 en maternelle

- Névremont : 17 en maternelle

En raison de la population scolaire, chaque école a droit à un certain nombre d'enseignants, qui sont répartis comme suit :

Le Roux : (primaire)

Chabot M.-José (détachée Creccide)

Ernoux Marie-France (déf.)

Debilde Marie (temporaire)

Vigneron Corinne (temporaire)

Le Roux (maternel) :

Lambotte Carine (déf. 3/4)

Ledieu Vanessa (temp. 1/4)

Want Edith (définitive)

Sart-Eustache (primaire) :

Drèze Laurence (temporaire)

Jaumotte Sylvie (PTP, aide à l'instit.)

Sart-Eustache (maternel) :

Dewez Bénédicte (déf. 3/4)

Leclercq Danielle (temp. 1/4)

Aisemont (primaire) :

Debrule Christine (déf.) de Fosses

Nulens Fabienne (déf.)

Pascottini Aurore (temp.)

Aisemont (maternel) :

Cheruy Marie-Françoise (déf.)

Leclercq Danielle (temp. mi-temps)

Romain Françoise (déf. 1/2)

Vitrival (primaire) :

Debrulle Brigitte (déf.)

Debacker Geneviève (temporaire)

Jacqmain Laurence (TEV)

Debrulle Christine (déf.), de Le Roux

Dujeu Monique (déf. 1/2)

Marmignon Myriam (déf. 3/4)

Vitrival (maternel) :

Biot Stéphanie (puéricultrice)

Etienne Valérie (déf. 3/4)

Leclercq Danielle (temp. 1/4)

Piret Nathalie (déf.)

Prigneaux Fausta (déf.)

Sart-Saint-Laurent (maternel) : Biernaux Françoise (déf.)

Névremont (maternel) : Tahir Isabelle (déf.)

Maîtres spéciaux :

(gymnastique, morale laïque, religion catholique, néerlandais, anglais) Doumont Pierre, Falisolle

Lepinne Dominique, Névremont

Jeantot Raymonde, Auvelais

Vassart Valérie, Bothey

Sacré Manuel, Aisemont

Chiarizia Catherine, Vitrival

Alewaeters Anne, Aiseau-Presles

Agence locale pour l'emploi

Président : Ph. Pascottini, Aisemont

Agents techniques :

- Alain Lenoir, Vitrival

- Sylvie Legrain, Fosses

L'A.L.E., nouvelle mouture, a été mise en place le 1-2-1995.

A l'époque, il y avait 25 utilisateurs et 20 chômeurs mis au travail.

Le Conseil d'administration est composé de 14 membres et se réunit en moyenne une fois tous les deux mois.

L'A.L.E. compte actuellement 291 utilisateurs, 435 chômeurs inscrits dont 110 sont continuellement occupés. Environ 3.000 heures sont prestées mensuellement. Tous les chômeurs mis au travail sont des volontaires. Sur les 435 chômeurs inscrits, ± 70% sont intéressés par une occupation ALE, pour 30% de non-intéressés. Les activités principales sont : aide à domicile et aide au jardinage. Plusieurs ASBL, plusieurs écoles, ainsi que l'Administration communale de Fosses occupent des chômeurs ALE.

Sur les 435 chômeurs, il y a 65% de femmes pour 35% d'hommes.

A ce jour, 7 minimexés sont inscrits et travaillent régulièrement.

Projets 2004 :

- Aide financière à certains demandeurs d'emploi qui souhaitent suivre une formation

- Cours d'informatique organisés et financés par l'ALE

- Cours d'horticulture organisés et financés par l'ALE

- Formation pour les garderies d'enfants dans les écoles.

Remerciement

Madame Alberte GEORGERY, ses enfants et petits-enfants,

profondément touchés par les nombreuses marques de sympathie reçues lors du décès de leur regretté époux, père et grand-père,

Paul Georgery

et dans l'impossibilité d'y répondre individuellement, nous vous prions de trouver ici l'expression de notre sincère et profonde gratitude.