N°02    09 janvier 2004

Résumé de la conférence donnée le 12 janvier 2004.

BUXUS : comprend 30 espèces, S'utilisent comme haie taillée, comme sujet isolé pour plantation en endroit ombragé. Tous les buis préfèrent un sol alcalins, présence de chaux, Pas trop sec, sinon il ne résiste pas aux parasites. Il supporte bien la pollution urbaine.

Buxus Sempevirens

•Arborescens L. , forme un taillis très intéressant, supporte bien 'ombre, hauteur supérieur à 3 M en forme libre ; aussi pour haie, peu vivre très vieux.

Feuillage : vert brillant, foncé, plus clair en dessous, feuilles de 1,5 à 3 cm de long ; fleurs à l'aisselle des feuilles de mars à mai, présence de fruits en capsules en 3 parties de 7 à 8 mm.

Le buis est entièrement vénéneux, racines très étalées, endroits ensoleillés et ombragés sont tolérés, bien que cette variété aimé bien l'humidité, supporte bien les chaleurs estivales et les périodes de sécheresse. Convient très bien pour les formes de grand volume. La taille doit être faite par temps couver et de préférence après une pluie.

•hullata synonyme rotundifolia. Port érigé en touffe, il atteint 2-3 M, feuillage vert foncé, largement ovale 2,5 cm, arrondi ; résiste bien au froid, ombre et mi-ombre.

•Suffruticosa : cette espèce reste très basse et convient particulièrement pour les bordures.

Multiplication : par bouturage de préférence en mars, bouture de tête, dans un substrat léger, terre + tourbe, sous châssis ou en pleine terre. Les jeunes boutures supporte une sol légèrement acide.

Fumure : engrais 15-9-15 + 2 (magnésie), 20 g, une poignée, par 10 litres de terre lors de la plantation, en saison débuter au printemps et terminer enfin été.

Le noisetier

Le noisetier est aussi appelé Coudrier.

Famille: Bétulacées

Origine : Europe, Asie mineure, Algérie

Période défloraison : hiver

Couleur des feurs : brun

Exposition : soleil, mi-ombre

Type de sol : ordinaire

Acidité du sol : acide, neutre, accepte le calcaire

Humidité du sol : normal Utilisation : isolé

Hauteur : 5 m

Type de plante : arbre fruitier

Type de végétation : vivace

Type de feuillage : caduc Rusticité : -20°C

Plantation, rempotage : automne

Méthode de multiplication : bouturage en novembre, prélèvement de drageons, marcottage, semis mais les noisettes obtenues sont plus petites qu'une obtention par bouturage ou marcottage

Taille : Un éclaircissage peut être pratiqué régulièrement pour aérer le pied. En fin d'automne, coupez les branches gênantes.

Espèces, variétés intéressantes

- Corylus avellana contorta, le noisetier tortueux aux branches entrelacées.

- Corylus avellana 'Nottingham'

Coudrier viens du Grec "corus"qui veut dire casque en raison de la "cupule" qui coiffe le fruit, Le mot Noisetier apparaitra au début du XVIe siècle.

Son nom latin de Corylus avellana provient du nom de la région montagneuse d'Aveline en Italie où il est cultivé.

C'est un arbuste touffu de 2 à 4 m à bois souple, multigaule (composé de plusieurs troncs fins), écorce marron, feuillage caduc, feuille cordiforme denté avec un sommet en pointe. Il 'fleurit" vers février-mars en donnant des chatons môles jaunes de 6 cm qui pendent. Les noisettes se récoltent vers septembre-octobre.

On le rencontre en lisière des bois, dans les taillis et les haies.

Le noisetier commun peu pousser dans des terrains calcaires et secs

Il se multiplie par marcottage ou drageonnage, ou bouture, il est en pleine production à partir de Page de 8-12 ans et peux vivre jusqu'a 60 ans.

Les branches souples du coudriers servent aux sourciers pour détecter la présence de l'eau Les racines du noisetier vivent en symbiose avec des champignons, notamment la truffe.

Parasites

- Le Balanin des noisettes, au printemps l'insecte perce les jeunes noisettes vertes et y pond ses oeufs, le ver se développe en se nourrissant de la chair de la noisette qui tombe avant maturité. Le ver quitte alors la coque vide et s'enfuit dans le sol au pied du noisetier où il passe l'hiver. On peut l'éliminer en griffant la terre au pied des noisetiers à l'automne, le froid, le gel détruiront le Balanin.

Se taille, très tôt en hiver et consiste à enlever les drageons inutiles, les gourmands ainsi que les branches mortes ou malades. Lorsque les arbres sont petits et que l'ombrage ne constitue pas un facteur limitant, le rendement dépend du volume de l'arbre. À mesure que les arbres grossissent, l'ombrage devient un facteur limitant. Fruit graine, très agréable et très nourrissant. Les noisettes sèches se vendent toute l'année. Elles sont riches en corps gras (eau 6.5%, matières azotées 16%, grasses 62%, hydrocarbonées 12%).

Merveille de Bolwiller (ou Bollwiler ou Bolwitzer), origine de la variété Alsace ou Allemagne, fruit rond, amande de gros calibre, chair blanche, ferme, parfumée, sucrée, arbre vigoureux débourrement et floraison tardif mise à fruit rapide, bon pollinisateur, très vigoureux, rustique (une bonne variété pour les régions froides), peu sensible au balanin et à la bactériose, pollinisateur Coxford, Impératrice Eugénie, Longue d'Espagne, maturité mi-septembre.

Bergeri (ou Louis berger), très gros fruit allongé d'origine belge, moyennement vigoureux, mise à fruit assez lente, pollinisé par Merveille de Bolwiller, maturité mi-septembre

Le néflier

•Habitat : pousse de manière spontanée dans les forêt et les haies du Sud Ouest de l'europe, il serai originaire du nord de la Perse ou des Balkans. Introduit en europe au llème siècle avant J. C.

•Le Néflier peut atteindre une taille de 3 à 5 mètres de hauteur.

•C'est un arbre à feuillage caduque, fleurs blanches au printemps à l'extrémité des branches.

•Son fruit est la nèfle. Elle se récolte blette après les premières gelées (la chair du fruit est alors devenue marron)

Elle contient 5 graines à l'intérieur (il ne faut pas les manger, car elles contiennent de l'acide cyanhydrique).

•On peut utilisé la chair des nèfles pour faire de la pate (ingrédient : nèfles, sucre, cannelle), des gelèes, des confitures, du sirop voir une boisson légèrement alcoolisée.

La croissance de l'arbre est lente ce qui lui donne un bois dur, dont le grain est très fin. Le bois resiste bien à l'usure et casse difficilement. Il était souvent utilisé pour faire des manches d'outils, des fouets ou des cannes.

•Plantation : ne demande pas de condition particulière, accepte les terrains calcaires et les expositions mi-ombres L'arbre est décoratif et est mieux mis en valeurs quand il est planté isolé des autres arbres et supporte le froid jusqu'a -20° centigrade,

• Multiplication : semis, drageonnage, greffage (sur aubépine).

•Taille : la nèfle, pousse au bout de rameau. L'arbre fleurissant et fructifiant abondamment il n'est pas

nécessaire de le tailler tous les ans Sauf si vous souhaite_ une firme particulière.

•On prête à la nèfle des propriétés médicales. Elle soigne les désordres intestinaux, notamment les

diarrhées.

Le cognassier

Cydonia vulgaris ou Cydonia oblonga, est un arbre fruitier originaire du Moyen Orient qui doit son nom latin à la cité antique de Cydon en Crète, d'ailleurs son fruit était appelé pomme de Cydon. Il appartient à la famille des rosacées.

Il peut atteindre 5 à 6 m de hauteur avec un tronc tortueux et un port vaguement arrondi.

Ses grandes feuilles caduques arrondies sont glabres et de couleur vert-sombre pour leurs faces supérieures, claires et cotonneuses pour l'autre face.

En avril, la floraison s'effectue pendant une période relativement courte.

Les nombreuses et grandes fleurs durent assez peu de temps en raison de leur fragilité aux intempéries.

Leurs grands pétales, toujours un peu recourbés vers l'intérieur, ont une coloration rosée qui s'éclaircit par la suite. Les fruits qui mûrissent en automne ont une forme qui rappelle à la fois celle de la pomme et celle de la poire et sont très parfumés.

Ils présentent une dépression à chaque extrémité, une surface cotonneuse et bosselée ainsi qu'une "mouche" reste desséché des sépales du côté opposé au pédoncule.

Même mûrs, ils restent très durs et acidulés ; ce n'est qu'après une très longue cuisson qu'ils deviennent excellents pour la fabrication de confitures, gelées ou pâtes de fruits.

Le cognassier, très rustique, se développe bien en terrain riche, frais et non calcaire ; il peut faire l'objet d'attaques parasitaires dont les plus sérieuses sont la moniliose et l'entomosporiose, (sorte de tavelure), causées par des champignons microscopiques qui endommagent feuilles et fruits.

On peut le multiplier par bouturage, marcottage ou greffage sur cognassier de semis, poirier, aubépine ou sorbier des oiseleurs.

Il existe de nombreuses variétés telles que Bourgeaud, Constantinople, Géant de Vranja, ù fruits ronds, du Portugal, etc.

Le coing possède des propriétés astringentes qui permettent de lutter contre la diarrhée et de ses pépins, on tire un mucilage utilisé en pharmacie et en parfumerie.

Les bambous (Fargesia, Phyllostachys, Pseodosasa(sasa).

Sont très avides de lumière, c'est pourquoi à l'exception d'un petit nombre d'espèces, il ne faut pas les planter à l'ombre. Les rameaux se lignifient aussi beaucoup mieux au soleil. Pour ce qui a trait au sol, ils ne sont pas du tout exigeants. Pendant la période de croissance ils affectionnent l'eau, mais une eau stagnante, particulièrement en hiver serait dommageable. Ils se contentent même d'un sol maigre voire sec par moment.

Chez les différentes espèces, l'époque de la pousse est très différente et déterminante pour leur rusticité. Les espèces qui se mettent en végétation dès le mois de mai aoûtent complètement leurs rameaux et leurs branches avant les gelées si bien qu'elles traversent dans de très bonnes conditions.

En fonction des espèces, l'enracinement se développe autour de la motte pour d'autres les racines de viennent traçantes.

Des jeunes pousses jaillissent du sol comme des asperge et constituent au printemps du nouveau plant.

Les premiers temps après la plantation, il est utile d’arroser. Un épandage d’engrais au printemps et en été ainsi qu’un arrosage pénétrant par grande chaleur, permettent aux plantes de déployer toute leur beauté.

 

INVITATION

Madame(s), Monsieur(s),

La Régionale d'Horticulture de Namur.

Section : FOSSES-LA-VILLE

A le grand plaisir de vous inviter à sa Conférence horticole,

Le LUNDI 12-01-2004 à 19 H. 30 A L'ESPACE SOLIDARITE ET CITOYENNETE

(Ancien Nopri, en face d'ESSO Avenue Albert 1er, 2 5070 FOSSES-LA-VILLE (au feux rouge)

Parkings:

Avenue Albert 1er, Ruelle des Remparts

Square rue du Postil

Parking des contributions

ORDRE DU JOUR

1- Accueil par G. VERMAUT, délégué du cercle horticole.

2- Conférence horticole:

Les nouvelles plantations en arboriculture et décoratives par Mr R. DALOZE,

3- Tombola

Accessible au grand public et entrée gratuite.

Avec la collaboration du Ministère de l'Agriculture et de la Communauté Française

 

G. VERMAUT 6, rue du Postil, 5070 FOSSES-LA-VILLE Tel et Fax : 071-71.18.;

M. THIBAUT 19, rue de Tamines, 5070 FOSSES-LA-VILLE Tel: 071-71.33.68

Cl. HOUGARDY 22, rue Sinton, 5070 FOSSES-LA-VILLE Tel: 071-71.17.84

E. KRUCHTEN 16, Rue du Baty Curé Cambier, 5070 FOSSES Tel: 0486/170528

Les « Tops » des semences potagères.

CAROTTE:

Navoli F1 = type nantaise, beaucoup de feuillage, très colorée, très grande homogénéité, rendement important.

Berlanda F1 = type longue de Berlicum FI, longue, cylindrique, rouge intense. Permet un haut rendement et une bonne conservation.

Tantal = type nantaise, amélioration sensible, recommandée pour la production d'été.

Flami = type Flakée, amélioration sensible, conique, ne craint pas le froid, très productive.

Flay Away FI = Bio, résistant à la mouche de carotte.

CELERI:

A couper : Afina = feuillage long et d'un vert intense, repousse rapide.

A côtes : Golden Spartan = Doré, précoce, branches très longues, bonne résistance à la montaison.

A semer après la mi-mars.

Rave :

Mentor : grosse rave bien blanche, beau feuillage abondant.

Monarch : variété tardive à très haut rendement. Boule rode bien lisse. Une des meilleures variétés actuelles.

ENDIVE FRISEE

Ilda = très volumineuse, bonne résistance au froid.

Toujours blanche = endivette, à semer en lignes pour couper.

CHICOREE SCAROLE

Samy = Très volumineuse, bonne résistance au froid.

Natacha = très résistante à la montaison, semer de février à avril, pour récolter d'avril à juin. (Hâtif).

CHICOREE SAUVAGE

Chioggia Chermes = pomme volumineuse, bien rouge pour l'automne. Semer après le 20 juin.

Pain de sucre Elmo = pomme lourde et trapue, pour l'automne.

De Véronne = semer après le 20 juin, laisser les feuilles, les petites pommes se formeront à 'partir de février.

CHICON :

Zoom F 1 = sans terre. Turbo F 1

CHOU CABUS BLANC.

Massada F1 = variété professionnelle, très grosse pomme (+- 8 kg). Structure interne fine, pour les choucroutes et gros ménages.

Minicole F1 = variété professionnelle, pomme moyenne (1-1,5 kg). Semer en mars avril.

CHOU ROUGE

Autoro FI = belle pomme, semer mars -avril.

(A suivre)

Dictons

La ferme de Sainte-Brigide

On voit ici le pignon et la face sud des écuries de la ferme de SainteBrigide. Car avant le Home actuel existait là une ferme entourée de bois. On ne connaît pas la date de sa fondation, mais au XVIe siècle, elle appartenait à la famille de Grady, dont un membre, Albert, fut chanoine de Fosses, et un autre, Henry, échevin à Liège, fut député de l'Evêque à Fosses. Le bois qui encercle le Home, vers Doumont et jusqu'au Try du Bois, porte le nom de " Bois Grady ".

Le 1 er juillet 1785, Jean-Joseph Winson, censier à Doumont, acheta les fermes du Chêne et de SteBrigide à Mademoiselle Isabelle de Grady et sa soeur. Sa fille MarieJosephe, née en 1775, en hérita et devint l'épouse de Jean-Joseph Dejaifve ; ils eurent quatre enfants, dont une fille partie à Liège et trois fils, restés célibataires. Le dernier, François-Joseph, exploita la ferme via un régisseur, et en 1850 remplaça la maison de ferme par un " château " de briques rouges et pierres de taille, avec perron à l'avant et à l'arrière (l'ancien hospice, comme l'ont connu les plus anciens fossois) ; à sa mort en 1872, il légua une partie de ses biens, dont le domaine de Sainte-Brigide, au Bureau de Bienfaisance de Fosses pour en faire un hospice qui fut agrandi à plusieurs reprises jusqu'au vaste bâtiment d'aujourd'hui. La ferme, avec 42 bonniers, soit près de 40 hectares, se composait d'une habitation, des étables côté Sud (vers Fosses, disparues et devenues pelouse à l'arrière de la chapelle, et de vastes granges côté Nord bois), supprimées pour organiser un parking.

La photo montre le pignon de l'étable, percé de trois fenêtres, l'arrière avec 5 fenêtres et une porte, tout comme l'avant car les étables étaient doubles ; au fond se voit le mur et la porte du jardin ; à gauche, le chevet de la chapelle.

Le procès vers la conclusion,

mais ... la vérite ?

Selon toute vraisemblance, lorsque vous lirez ces lignes, vous connaîtrez les conclusions d'un des plus célèbres procès des Assises belges ; du moins les plus médiatisés. En attendant celui de l'affaire Dutroux évidemment, qui battra tous les records en cette triste matière.

Ce procès des responsables présumés de l'assassinat d'André Cools fut hors du commun : douze ans après les faits ; avec 8 accusés ; une bande de mafiosi, responsables d'autres délits ; champions du non-dit, des silences, des infos dissimulées, des pertes de mémoire, des changements de version ; avec des faits incroya-bles : la récusation d'un Président de la Cour d'Assise et d'autres tentatives par des zigotos qui n'ont rien à y voir mais qui perturbent impunément la Justice ; et avec, en filigrane, des décès tout aussi inexpliqués : Todaro, Hubert Massa, Corine Rulmont, Alain Van der Biest...

Cela fait beaucoup !

Pauvres membres du jury qui ont dû subir près de trois mois d'audiences et de débats et qui vont dans ce fatras, devoir se faire une opinion sur la responsabilité de chacun. Un spectateur disait qu'un jour il les croyait tous coupables, et le lendemain non. " Une affaire où, de toute ma carrière, le plus de gens ont menti ! " a dit Me Dehousse, l'avocat de la famille Cools. On reste dans la plus grande perplexité.

Les experts n'ont rien révélé d'intéressant : les accusés ne semblent " pas nécessairement dangereux ". Ce ne sont pas pour autant des enfants de choeur ! Ils manient des armes, volent, menacent, magouil-lent, manipulent des sommes importantes, recrutent des tueurs, fournissent des pistolets, font des repérages... Mais, bien sûr, ils ignoraient à quoi tout cela devait servir ! Certains assurent être totalement étrangers à ce qu'on leur reproche. Ils sont peut-être complices, mais pas d'un crime. Pour beaucoup de " témoins ", un tel est un bonpapa gâteau, un bon époux, un père exceptionnel... Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil... Pourtant, après tout cela, André Cools est assassiné.

Le réquisitoire de l'avocate générale fut court, clair et précis. Elle a regretté " la guerre des polices et des juges " : un comble ! Les enquêteurs ont été trompés. Et l'art. 66 du Code Pénal est clair : " Seront punis comme auteurs d'un crime ceux qui, par un fait quelconque, ont prêté assistance pour l'exécution d'un crime... ceux qui par dons, promesses, menaces, abus d'autorité, machinations ou artifices, auront provoqué ce crime... "

Mais pour la défense, il ne s'agit que d'hallucinations. Et c'est vrai qu'il n'y a pas de preuve matérielle. Pour son avocat, Di Mauro " n'est pas un homme à mentir " 1!I Mais on lui reproche d’avoir recherché des tueurs avec Taxquet, menacé Castellino après son échec, effectué des surveillances de Cools, fournit de faux documents aux Tunisiens et les a entraînés au tir, caché des armes, supervisé les opérations les 17 et 18 juillet, versé de l'argent à Solazzo, s'est fait rembourser par Van der Biest, menacé ses complices devant les enquêteurs...

Pour Me Pierre, Taxquet est seulement " un naïf ". Il a tout de même contacté De Benedictis et Todarello, versé de l'argent pour financer l'opération, menti sur son emploi du temps... Mais, dit son avocat très ha- 1 bile à jeter le doute chez les jurés, " il y a des absents, il y en a d'autres. Donc d'autres vérités ? Qu'estce qu'on nous cache? Ce n'est pas aux avocats à prouver l'innocence mais à l'accusation à apporter des preuves "..

Bien sûr, tous ne sont pas du même acabit (encore heureux !). La plupart savaient qu'on cherchait des armes, de l'argent et des tueurs. Pour éliminer qui ? Le savaient-ils ? Peu importe, finalement, ils préparaient un crime. La victime fut André Cools. Mais tous, à des degrés divers, ont participé à la préparation d'une " liquidation ".

La conclusion de Me Dehousse, avocat de la partie civile, est effrayante : " La mafia est présente en Belgique comme en Italie, mais nous n'en sommes peut-être pas encore conscients "..

Au début de l'affaire, j'ai émis une hypothèse : Alain Van der Biest, souvent ivre (d'alcool et de pouvoir), a lancé l'idée d'éliminer Cools. Peut-être ne le voulait-il pas réellement, et ce serait la cause de son suicide. Mais le groupe de bandits liés à son cabinet a pris au pied de la lettre ce qui n'était qu'une idée en l'air... Et ils l'ont exécutée.

Saura-t-on jamais le fond de l'affaire ? Il reste des inconnues ; on n'a pas de réelle manifestation d'une vérité claire.

Nous aurons cette semaine la conclusion.

Mais LA VERITE ?...

Face à des gens qui connaissent la valeur de la loi du silence, la Justice reste impuissante.

J R

 

 

Souper « raclette »

Le souper « Raclette 2004 » de la société royale Musique des Volontaires de la Marche St-Feuillen aura lieu le samedi 24 janvier.

Nous invitons tous nos sympathisants à nous rejoindre, à partir de 19 h 30 en la salle L'Orbey.

Inscrivez-vous sans tarder aux

' 071-71.26.97

' 071-71.31.54.

A bientôt.

Conférence horticole

La section fossoise de la Régionale d'horticulture de Namur a le plaisir de vous inviter à sa prochaine conférence ce lundi 12 janvier, à 19 h 30, à l'Espace Solidarité et Citoyenneté, ancien Nopri, aux Quatre-Bras.

Le thème de la conférence traitera des « Nouvelles plantations en arboriculture et décoratives », par M. R. Daloze. Entrée gratuite et accessible à tous.

Cours de secouristes

C'est le lundi 12 janvier, à 18 h 30, que débuteront les cours de secourisme (faisant suite aux cours de B.E.P.S.).

La durée de chaque cours est d'environ 4 heures. Ces cours se donnent à l'école communale de Vitrival.

Droit d'inscription : 40 euros, en ce compris le manuel de cours qui reste propriété de l'élève.

La Croix-Rouge locale

Avis de la Croix-Rouge

En raison du décès de M. De Cuyper, les gens qui ont besoin de matériel de secours peuvent s'adresser provisoirement à

- Floreffe : Mme Clipe, sur rendez-v.

' 081-44.40.15

- Jemeppe-sur-Sambre : M. Grogniez sur rendez-vous :

' 071-78.61.81

- Mettet : M. Holemans sur rendez-vous :

' 071-72.87.88

- Sambreville (Tamines : 18, rue des Bachères)

' 071-74.41.51.

Permanences : lundi, mardi, vendredi, de 17 à 18 h ; mardi et jeudi, de 10à11 h;

Responsable SPMS : M. Rosier,

'privé : 071-77.16.06

È 0477 69.61.06.

-Namur : Comité provincial

' 081 72.22.55.

Au MR de Fosses

En collaboration avec la président de la section locale de Sambreville, M. Daniel Tilmant, la Ministre des Classes Moyennes et de l'Agriculture, Madame Sabine Laruelle, assumera une permanence, dès le 8 janvier, de 16 h à 17 h, au domicile du président du MR de Fosses-la-Ville, M. Joseph Michaux, rue du Bijard 17, à Sart-Saint-Laurent, '071-71.10.96.

Madame la Ministre se tiendra à votre disposition pour tout renseignement ou dossier particulier que vous souhaiteriez être entretenu.

B. DUFRASNE, secrétaire politique

Spectacle de danses et musique

Un super spectacle de danses et de musique, mis sur pied par PAC et le Centre communautaire de l'entité, aura lieu le vendredi 16 janvier, dès 19 h, à la salle communale L'Orbey.

Au programme

- 19 h : arrivée des petits tambours de la Royale Philharmonique

- 19 h 30 : danses folkloriques de Roum nie et d'Israël (30 danseurs), par V trifolk (groupe de danses de Vitrival), dans leurs nouveaux costumes.

- 20 h 30 : concert de musique swing par la Société royale Philharmo nique de Fosses, sous la direction de Claude Barthélemy.

- 21 h 30 : Concert de musique américaine par l'Harmonie Sainte-Cécile de Florennes, dirigée par C. Lottin.

Le programme musical comprend la Marche du Souvenir, Trompet Blues, Sirduke Elington, un

pot-pourri de Gershwin, Li bia Bouquet, l'Air des Chinels, Moonlight Sérénade et Pensylvania 6500 de Glenn Miller, American Folk, Cine Match, Mister Sandman, Disco Light, Unchained Melody et Final Countdown.

Entrée 5 euros (4 euros pour les titulaires de la carte Delhaize).

- Bar, tombola, dégustation de cougnous.

Avec le soutien du ministère de la Région wallonne et de l'Administration de la Culture de la province de Namur.

Infos :

Daniel Piet, président de PAC, '081-32.32.1.

Recherche bénévoles

La St-Vincent-de-Paul recherche des bénévoles motivés. Contacter Olivier Henroz, tél. 0475-70.93.59 (le soir).

Chez les Sorcières

Reprise des répétitions chez Clara Bistouille et Abel Zébuth

La Laetare 2004 approchant tout doucement, nous reprenons les répétitions à partir de ce samedi 10 janvier 2004. Celles-ci auront lieu

- tous les samedis, de 19 à 21 h, à l'Ecole Moyenne (grand préau cou vert)

-tous les mardis, de 19 à 21 h, à lasalle de l'Orbey.

A noter que deux nouvelles chorégraphies sont venues s'ajouter à notre « Salsa du Démon » et, afin de parfaire nos futures prestations, il est indispensable qu'elles puissent être exécutées par tous les membres (actuels et futurs).

Le Comité

Réception communale

Le Collège échevinal organisait ce mercredi à 17 h 30 la traditionnelle réception de Nouvel An du personnel communal. Elle a réuni nettement moins de monde qu'aaravant l'heure, le menu, le Jour?

. Ils étaient tout de même une centaine de représentants des divers services : administration, travaux, culture, enseignement, entretien, pompiers, et mandataires communaux et du CPAS.

Après l'apéritif et ses accompagnements, le bourgmestre a, comme d'habitude aussi, dressé un rapide bilan de l'année écoulée, évoquant la situation financière de la commune : le refinancement de l'Hôpital d'Auvelais a compromis l'équilibre mais le Collège a tenu à maintenir le personnel, payer les fournisseurs, assurer les services de Police et d'Incendie, le soutien de l'enseignement et du CPAS. Grâce à la collaboration de tous les groupes politiques du Conseil, une aide de la Région a été obtenue mais des restrictions générales ont été nécessaires, y compris au CPAS dont le budget a été admis à l'unanimité, ce qui est rare, dans le respect du Plan de Gestion financier, l'affaire de tous.

Au niveau des réalisations, il cite la nouvelle école d'Aisemont, le centre sportif de Sart-St-Laurent, le début des aménagements de l'Hôtel de Ville (ascenseur), de nouveaux châssis à diverses écoles, une aide logistique aux sociétés locales. On a pu maintenir le volume de l'emploi (et même l'augmenter de contractuels), assurer les services aux écoles (garderies, sécurité aux sorties), la formation des pompiers ; on a dû aménager les plans de travail tout en garantissant les exi ences de la population. Le Fédéra demande toujours plus aux communes sans leur en donner les moyens.

Mais, conclut M. Spineux, continuons à ramer ensemble sans laisser personne sur le quai ni oublier que tous sont au service de la population. Et il termina par ses voeux de bonne année à toutes et tous.

Le repas se prolongea dans une excellente ambiance, caractéristique de ce genre de rencontres.

Hommage

à Paul De Cuyper

Il existe des éloges funèbres « embellissants » : à croire que lorsque l'on décède, presque tout le monde devient beau et gentil !

Il existe des êtres humains qui ne recherchent pas de gloire « post mortem », mais qui, tout au long de leur vie, par leur comportement quotidien, suscitent la reconnaissance, l'amitié, le merci. C'était le cas de notre précieux collaborateur Monsieur Paul De Cuyper.

Une vie tout empreinte de dévouement et d'altruisme, pendant 20 ans au sein de la Croix-Rouge et un comportement identique envers sa famille et ses amis.

Il a assuré son service avec tant de ponctualité, de régularité, de compétence, d'extrême probité, que dans notre obligation de le remplacer, nous ne formons qu'un souhait : trouver son égal, car mieux, cela n'existe pas !

Merci encore, Paul, pour tous tes services à notre Croix-Rouge.

Pour la section locale de la Croix-Rouge

Jacqueline DE PAOLI, secrétaire.

Funérailles d'un brave

Nous avions annoncé la semaine dernière le décès inopiné d'un brave parmi les braves, d'un homme d'une gentillesse, d'une prévenance et d'une générosité extraordinaires, toujours prêt à rendre service.

Les funérailles ont été célébrées vendredi dernier en la chapelle de Nèvremont, qui ne put contenir la foule qui avait tenu à lui rendre ce dernier hommage. On y notait le comité de la CroixRouge de Fosses avec la présidente Mme Lebrun-Libouton, la secrétaire Mme Jacqueline De Paoli et plusieurs membres ; le Président provincial et une vingtaine de délégués des Services d'Intervention, en tenue et faisant la haie à l'entrée de la chapelle. L'office était célébré par le Père Michel.

A la fin de la cérémonie, le président provincial prit la parole pour rappeler les innombrables services rendus par Paul De Cuyper, sa disponibilité totale au Centre de Secours : il était un dispatching à lui seul, assurant tous les remplacements dans les sections de Fosses, Floreffe et Sambreville, mais souvent aussi, en cas de besoin, aux quatre coins de la province : on pouvait toujours faire appel à lui et compter sur sa fidélité. Luimême veillait constamment à sa formation continue pour toujours mieux servir. En terminant, le Président remercia Mme De Cuyper d'avoir accepté que son mari soit si souvent absent pour tous ces services et lui présenta les condoléances émues de tous les comités. Puis il pria Mme Lebrun, présidente de Fosses, de déposer sur le cercueil la Médaille d'or de la Croix-Rouge, à titre posthume.

C'est ensuite l'échevin Benoît Buchet qui rappelle encore qu'en décembre dernier il avait eu le plaisir de remettre à Paul De Cuyper la médaille de la Reconnaissance de la Ville pour tant de services rendus comme chef de Sécurité et d'Intervention, soulignant sa disponibilité, son efficacité, sa discrétion.

Cette cérémonie de funérailles fut empreinte d'une grande et intense émotion : Paul était vraiment quelqu'un de bien. Si personne n'est irremplaçable, il laisse tout de même un vide énorme au sein de la Croix Rouge de Fosses et de la province.

Nous redisons à Mme De Cuyper et 'à ses enfants nos bien vives condoléances, notre admiration et notre synpathie.

 

Un autre décès

On apprenait dimanche matin une autre bien triste nouvelle : la mort d'André Gillard.

Il était né à Fosses le 27 mars 1948, était l'époux de Mme Huguette Charles, père de deux filles et quatre fois grand-père. Lui aussi était un homme plein de chaleur, d'ouverture, de gentillesse, de délicatesse, d'attention aux autres. Il avait été officier à la Compagnie des Mamelucks, adjudant à celle des Tchôs-Tchôs et membre de l'Etat-Major de la Marche Saint-Feuillen.

Ses funérailles ont été célébrées en la collégiale ce mercredi. Le convoi funèbre était emmené par des tambours de la clique des Mamelucks, avec drapeau et délégation ; le Président et des membres du comité des Tchôs-Tchôs, des musiciens de la Philharmonique et une foule considérable. Dans son mot d'accueil, M. le Doyen souligna que la crèche n'est pas encore enlevée que déjà on se retrouve dans la peine, au pied de la croix. Et une grande émotion étreignit l'assemblée lorsque retentirent les paroles de la chanson de son neveu Pascal Gillard : " Il part ". Oui, il s'en est allé, notre brave ami. Une étoile de l'Epiphanie a brusquement disparu, dit encore M. le Doyen dans son homélie. La dureté de la mort d'André suscite bien des souvenirs : ses gestes, ses services, son attention, son amitié, sa bonté de coeur, son amour de la vie et de la fête dans sa participation à diverses associations sportives et folkloriques fossoises. André était jovial, d'un abord facile, présent à tous. Le fil rouge de sa vie fut son amour pour sa famille, ses enfants, petits-enfants qu'il adorait et gâtait, son oubli de soi pour rendre les autres heureux. Les paroles de l'Evangile s'appliquent à cette vie : " ce que vous aurez fait au plus petit, c'est à moi que vous l'aurez fait "...

Avant l'offrande, une des filles lut un texte écrit par ses petits-enfants pour leur papy chéri, si gentil, si rigolo, si proche, si affectueux.

Au cimetière, l'inhumation fut ponctuée de l'air des Tchô-Tchôs et d'une salve de tromblons.

Oui, c'est encore un bien brave homme qui s en est allé trop tôt.

A son épouse et à toute sa famille, Le Messager adresse ses bien vives condoléances.

Aux Beaux-Arts

Le prochain spectacle d'opérette aux Beaux-Arts de Charleroi aura lieu le samedi 24 janvier.

Au programme La Vie parisienne, d'Offenbach.

Pour inscription et renseignements Mme Christiane François, rue de l'Ecole Moyenne,

' 071-71.10.65.

Fantaisies sur le mot « tête »

Si vous vous mettez en tête de parler de la tête, ne perdez pas la tête et ne croyez pas que l'on veuille vous payer votre tête. Mais quelle tête allez-vous tirer, en vous disant peutêtre que je perd la tête ! Il y a de quoi se jeter la tête au mur, mais tant pis, je n'en ferai qu'à ma tête.

Il existe des têtes d'épingle, des têtes de linotte, des têtes de pont, des têtes de Turcs, des têtes chercheuses, et des gens qui n'ont rien dans la tête, qui ont une bonne tête, d'autres font la mauvaise tête, ou ont la tête près du bonnet... ce sont souvent de fortes têtes. Il faut leur tenir tête. Si vous ne savez plus où donner de la tête, ne vous montez pas la tête ou n'en faire qu'à votre tête. Vous aurez la tête farcie.

Si vous reprenez un restaurant ou êtes à la tête d'une affaire, ne faites pas vos prix à la tête du client, mais sachez tenir tête. Qu'on ne dise pas que vous avez une tête à claque ni que vous êtes une tête en l'air. Sachez calculer de tête, votre prix par tête de pipe, mais ne baissez pas la tête et marchez la tête haute ; ne vous montez pas la tête. Mettez-vous bien en tête de ne jamais tirer la tête.

Gardez la tête froide, regardez-les de la tête aux pieds, sans courber la tête, sans vous jeter la tête au mur. Si vous avez deux idées en têtes, lorsque vous êtes en tête-à-tête, vous en aurez vite plein la tête.

Pour vos repas, trouvez une femme de tête qui sache manier une tête-de-loup car vous recevrez parfois des têtes couronnées et répétez alors à tue-tête, que vous êtes en tête. Et en voiture, si vous tenez la tête, évitez surtout un tête-à-queue.

Nos 4 x 20: un bond de 15% !

Comme nous le signalions la semaine dernière, nous avons connu, depuis l'an dernier déjà, une importante montée des chiffres de nos aînés.

Des chiffres jamais atteints, puisque nous comptions, au 31 décembre 2002 un total de 306 personnes de plus de 80 ans dans notre entité. Comme la population fossoise était de 8.984 habitants à cette même date, nos aînés représentent 3,4 % de la population.

Cela est dn, surtout, au nombre important de nouveaux venus, pour moins de décès que de coutume. Et l'on passe ainsi en un an à + 41 unités (265 l'an dernier), ce qui est énorme en une seule année. Il faut prévoir une hausse encore pour l'an prochain puisque nous avons publié la semaine dernière une liste de 45 candidats, qui rejoindront la « compagnie » des chevronnés !

Statistiques pour Fosses et hameaux (liste que nous publions aujourd'hui) : les plus de 90 ans : 29 (5 hommes et 24 femmes), ce qui prouve que nos compagnes sont toujours plus o-3rformantes dans ce domaine : le doyen d'àge (pour Fosses), Jules Migeot, étant âgé de 91 ans.

Fosses + hameaux compte 172 personnes. Les 134 autres appartiennent aux localités voisines.

Si l'on répartit les chiffres par sections, nous avons

H. F. Total

Fosses centre 30 54 84

Home Dejaifve 5 38 43

Bambois 8 14 22

Haut-Vent 3 10 13

Névremont 2 8 10

Dans ces chiffres,n ous avons compté le Try-al-Hutte avec Bambois. Le Home est mis à part. Signalons que les 43 personnes du Home ne représentent pas le total des pensionnaires, car tous n'ont pas opté pour la « nationalité » fossoise.

Par la même occasion, voici les chiffres des villages voisins

H. F. Total

Aisemont 11 16 27

Le Roux 14 18 32

Vitrival 12 26 38

Sart-Eustache 14 8 22

Sart-St-Laurent 8 7 15

Rappelons qu'au total, nous avons, pour l'entièreté de l'entité : 107 hommes pour 199 femmes.

Il est aussi intéressant de revoir les chiffres des années précédentes. Lors de la première publication de ces listes, nous avions, en 1983 (il y a vingt ans) 189 personnes de 80 ans et plus. On est alors passé à 259 dix ans plus tard, en 1993 (+ 70). Assez curieusement, nous avons connu ensuite une légère stagnation et même un recul jusqu'en 2002 (239), pour reprendre de plus belle en 2003 (265) et en 2004 (306).

Il est à prévoir que l'an prochain, on avoisinera les 330 ou même plus. Et les nonagénaires (et centenaires) ne seront plus denrée si rare !

La semaine prochaine donc, nous publierons la liste des autres sections. Et il assez étonnant de constater que pour l'ensemble de ces villages, les hommes sont présents à raison de 44 %, alors que pour Fosses et hameaux, ils ne sont que 28 %. Bizarre !

100 ans POULEUR Emilienne Rue du Tisserand, Haut-Vent 15-10-1903

96 ans CHERAMY Alice Route de Mettet 26-04-1907

95 ans NESKENS Maria Rue de la Plage, Bambois 29-03-1908

94 ans DELBART Alina Rue du Baty, Bambois 11-03-1909

94 ans RIGUELLE Alice Home Dejaifve 16-04-1909

94 ans DEBUISSON Lucienne Home Dejaifve 23-05-1909

93 ans DEFOSSE Camilla Home Dejaifve 26-06-1910

93 ans EVRARD Augusta Home Dejaifve 21-08-1910

93 ans BOCCART Paule Home Dejaifve 06-10-1910

92 ans NOULARD Rosalie Home Dejaifve 29-01-1911

92 ans BRICHARD Julia Home Dejaifve 14-02-1911

92 ans WILMET Flore Rue du Grand-Etang 26-07-1911

92 ans DEREZE Maria Home Dejaifve 20-12-1911

91 ans HAUT CLaire Avenue des Combattants 08-03-1912

91 ans LAINE Marie Avenue Albert 1er 10-05-1912

91 ans BLAVIER Adeline Avenue Champ Stoné 21-06-0912

91 ans DOUCET Germaine Home Dejaifve 23-05-1912

91 ans MIGEOT Jules Rue Delmotte-Lemaître 19-07-1912

91 ans MARRANT Gustavine Home Dejaifve 14-09-1912

91 ans GOBERT Charles Home Dejaifve 17-09-1912

91 ans BURNAY Gilberte Home Dejaifve 13-12-1912

91 ans DE VLIEGHERE Camille Rue d'Orbey 14-12-1912

90 ans BOIGELOT Hélène Home Dejaifve 21-04-1913

90 ans MICHEL Hélène Rue Saint-Roch 15-06-1913

90 ans ARNOULD Georges Place du Chapitre 02-07-1913

90 ans ALBERT Fulda Home Dejaifve 17-07-1913

90 ans POCHET Camille Home Dejaifve 31-10-1913

90 ans MANNAERT Walter Avenue Albert ler 17-11-1913

90 ans DELVAUX Germaine Ruelle des Remparts 30-12-1913

89 ans JACQUET Octave Rue du Tisserand 05-03-1914

89 ans FRAIPONT Germaine Home Dejaifve 08-05-1914

89 ans CAUDRON Marie-Louise Home Dejaifve 14-06-1914

89 ans LELOUP Yvonne Home Dejaifve 29-06-1914

89 ans DUPUIS Lucien Rue de Vitrival 13-11-1914

89 ans THIANGE Hélène Rue des Remparts 07-12-1914

88 ans VANDELOISE Elisabeth Home Dejaifve 18-01-1915

88 ans GUILLAUME Henri Avenue Champ Stoné 28-01-1915

88 ans MONROY Lucie Rue des Forges 05-05-1915

88 ans VAN DE PERRE Maria Route de Bambois 22-05-1915

88 ans GODEFROID Augusta Rue Sainte-Brigide 10-06-1915

88 ans DOUCET Emma Home Dejaifve 12-06-1915

88 ans SIMON Irène Home Dejaifve 16-08-1915

88 ans JOSEPH Marguerite Home Dejaifve 21-08-1915

88 ans JAUMOTTE M.-Thérèse Home Dejaifve 11-01-1916

88 ans LAMBERT Maria Campagne du Chêne 05-02-1916

87 ans MAYARD Renée Place de Haut-Vent 25-07-1916

87 ans VAN RYSSEL Omer Home Dejaifve 16-08-1916

87 ans SCHMIDT Simone Rue Neuve, Haut-Vent 17-11-1916

87 ans LARDINOIS Marie Rue de l'Abattoir 21-12-1916

86 ans PAQUET Marie Rue du Benoît 04-02-1917

86 ans DELVAUX Simone Home Dejaifve 18-02-1917

86 ans BERGER Femand Route de Mettet 29-05-1917

86 ans GOOSSENS Martha Route de Saint-Gérard 24-10-1917

86 ans GOFFIN Rosa Rue Donat Masson 25-10-1917

86 ans BROSTEAUX Anne Home Dejaifve 15-12-1917

86 ans SOHY Femande Rue Neuve, Haut-Vent 14-01-1918

85 ans DESTREE Maria Rue Cortil-Mozet, Névremont 27-01-1918

85 ans DERMINE Alice Avenue des Déportés 27-02-1918

85 ans COLON Marguerite Rue de Vitrival 24-03-1918

85 ans ARNOULD Jeanne Place du Chapitre 06-04-1918

85 ans MAZUIN Emile Route de Mettet 27-04-1918

85 ans ROISIN Femand Rue de l'Ecolâtre 02-09-1918

85 ans VAES Louisa Rue de Névremont 08-09-1918

85 ans PREUD'HOMME M.-Th. Rue du Grand-Etang 10-10-1918

84 ans GILLAIN Emilie Rue Neuve, Haut-Vent 14-02-1919

84 ans GALAND Germaine Place de la Gare 25-02-1919

84 ans DEPRAUTE Lucienne Rue du Grand-Etang 02-04-1919

84 ans COLON Marcelle Rue de Vitrival 06-05-1919

84 ans ACKX Jeanne Rue de Vitrival 26-07-1919

84 ans LIBIOULE Louis Home Dejaifve 18-08-1919

84 ans IMPENS Comélis Rue Rivaustrée, Névremont 03-09-1919

84 ans BERNARD Rachelle Route St-Gérard, Bambois 18-09-1919

84 ans DUCHATEAU Louise Home Dejaifve 23-09-1919

84 ans GOSSET Marie Avenue Albert ler 23-10-1919

84 ans ACHTERGAEL Nestor Chaussée de Namur 05-11-1919

84 ans DACHE Germaine Home Dejaifve 20-11-1919

83 ans WILMOTTE Suzanne Rue du Grand-Etang 17-01-1920

83 ans DASSUY Ruth Camping Les Viviers 2 21-01-1920

83 ans DUCULOT Anna Rue Rivaustrée, Névremont 01-03-1920

83 ans HOUGARDY Bertha Rue du Chapitre 05-04-1920

83 ans JACQMART Joseph Avenue des Déportés 13-04-1920

83 ans DE BUYST Jean Rue du Grand-Etang 22-11-1920

83 ans MELAN Nelly Home Dejaifve 25-04-1920

83 ans PREUD'HOMME Madel. Place de Haut-Vent 18-05-1920

83 ans MASSINON Onésime Avenue Albert ler 30-05-1920

83 ans MOLLE Augustine Rue de Stierlinsart, Bambois 21-06-1920

83 ans WINSON Willy Rue Donat Masson 27-07-1920

83 ans QUERINMONT M.-Louise Rue Delmotte-Lemaître 18-08-1920

83 ans BOULANGER Jeanne Route de St-Gérard, Bambois 26-08-1920

83 ans PIRET Georgette Rue de Névremont 14-09-1920

83 ans LEMAIRE Solange Avenue Albert ler 31-10-1920

83 ans MONTIGNY Léontine Home Dejaifve 05-11-1920

83 ans THOMAS Marie-Louise Rue de Pinsonhaie 30-11-1920

83 ans DUMAY YvonneHome Dejaifve 03-12-1920

82 ans GOESSENS Germaine Rue des Egalots 15-01-1921

82 ans AZZARO Maria Rue des Zolos 10-02-1921

82 ans GEORGERY Madeleine Avenue Albert ler 25-02-1921

82 ans MONTULET Marie Rue AI Val 27-02-1921

82 ans BOUCHAT Andrée Route de Mettet 08-03-1921

82 ans MALOTTEAU Marcelle Rue Sainte-Brigide 26-03-1921

82 ans TIMMERMANS Irène Rue Sainte-Brigide 31-03-1921

82 ans DEBRY Marthe Home Dejaifve 05-04-1921

82 ans DEFOING Marcelle Route de Tamines 17-04-1921

82 ans JACQMAIN Roger Rue de Stierlinsart, Bambois 17-05-1921

82 ans PENET Irma Avenue Albert ler 16-06-1921

82 ans HOYAS Abel Rue du Try-ai-Hutte 21-07-1921

82 ans WILMET Louise Rue de Nevremont 27-06-1921

82 ans DREZE Jeanne Home Dejaifve 29-06-1921

82 ans VAN RYSSEL Maria Avenue des Déportés 06-07-1921

82 ans HENRY Théophile Rue du Try-al-Hutte 21-07-1921

82 ans KEST Charles Rue Laide-Basse 23-07-1921

82 ans BROSTEAU Eveline Rue du Tisserand, Ht-Vent 02-08-1921

82 ans MARCIPONT M.-Th. Rue Donat Masson 23-10-1921

82 ans ARENDS Remy Rue Sinton 24-10-1921

82 ans BERNARD Olga Rue Delmotte-Lemaître 14-11-1921

82 ans BARTHELEMY Irène Rue du Grand-Gau 15-11-1921

82 ans GERADON Georgine Home Dejaifve 19-11-1921

82 ans DUCAT Fernand Rue de Névremont 14-12-1921

81 ans COLIN Alphonse Place de la Gare 11-01-1922

81 ans BEECKMANS M.-José Rue Petite Couture 14-01-1922

81 ans VERVOTTE Raymond Rue des Remparts 23-01-1922

81 ans ROMDENNE Aril Avenue Albert ler 31-01-1922

81 ans BIOT Alfreda Place de Haut-Vent 18-02-1922

81 ans HERNETTE Emilie Home Dejaifve 02-04-1922

81 ans BUFFET Marthe Rue Tri-du-Bois 10-05-1922

81 ans ROBIOLLE Raoul Rue Delmotte-Lemaître 19-05-1922

81 ans LARIVIERE Rose Home Dejaifve 12-06-1922

81 ans NULENS Elisa Home Dejaifve 15-06-1922

81 ans PARMENTIER M.-Louise Route de Tamines 15-06-1922

81 ans YANG Suicang Route de Mettet 08-08-1922

81 ans VAN RYSSEL Gérard Rue du Grand-Etang 13-08-1922

81 ans BOCCART Jean Rue d'Orbey 14-09-1922

81 ans WIAME Désirée Rue du Grand-Etang 29-09-1922

81 ans MASSINON Femande Rue Saint-Roch 11-10-1922

81 ans GRAVY Georgine Rue du Baty, Bambois 22-11-1922

81 ans MAERTEN Armande Rue du Grand-Etang 15-12-1922

80 ans TOMBELLE Lucien Rue des Tanneries 26-01-1923

80 ans LEFER Joseph Route de Mettet 03-02-1923

80 ans VANDEN EYNDE Marg. Home Dejaifve 06-02-1923

80 ans WARNIER Léon Route de Saint-Gérard 17-02-1923

80 ans ROMAIN.Marie-José Avenue des Combattants 13-03-1923

80 ans MOTTIAUX Anaïse Home Dejaifve 25-03-1923

80 ans MATHOT Lucien Avenue des Combattants 07-04-1923

80 ans SEVRIN Francine Avenue Albert 1er 08-04-1923

80 ans DUCHATEAU Marguerite Rue du Grand-Etang 29-04-1923

80 ans PREUD'HOMME Lucien Place de Haut-Vent 06-05-1923

80 ans CYPERS Abel Route de Saint-Gérard 10-06-1923

80 ans LUYCKX Jeanne Home Dejaifve 20-07-1923

80 ans DOUMONT Lucienne Rue Sainte-Brigide 24-07-1923

80 ans LAMBERT Louis Rue Haut-Vent 26-07-1923

80 ans DESCHAMPS Georges Rue du Marché 06-08-1923

80 ans GHEYSENS André Avenue Champ Stoné 09-08-1923

80 ans DESPINETO Nelly Rue du Grand-Etang 11-08-1923

80 ans CANIVET Lucien Rue Neuve, Haut-Vent 16-08-1923

80 ans EVRARD Madeleine Rue d'Une-Personne 18-08-1923

80 ans KRAGE Ida Route de Saint-Gérard 29-08-1923

80 ans RIFFLART Paul Rue Sainte-Brigide 01-09-1923

80 ans HERICKX Flore Rue de Névremont 08-09-1923

80 ans TOISOUL Edmond Avenue des Déportés 14-09-1923

80 ans PARMENTIER Raymonde Home Dejaifve 28-09-1923

80 ans DEPROOT Jules Rue de Dôye, Bambois 29-09-1923

80 ans DEMOULIN Marie-José Home Dejaifve 02-10-1923

80 ans ORLIK Janina Rue Laide-Basse 08-10-1923

80 ans CRAME René Route de Tamines 27-10-1923

80 ans CAISE Suzanne Rue du Try-al-Hutte 08-12-1923

80 ans GEERAERTS Emile Rue de Vitrival 19-12-1923

 

 

Keskidi nous propose

(à lire avec humour)

Info Molignéole

L'un des grands problèmes de notre civilisation demeure, nul ne le conteste, la pollution... qu'elle soit diurne ou nocturne. Pardon 1 Y en a un qui conteste, ici, hein ? Tu sors maintenant 1 Et je te fais une tête de missile, moi ?

La pollution est donc un problème, au même titre que la violence et la drogue, d'ailleurs. Mais il s'agit d'un autre sujet que j'aborderais plus tard ! J'ai dit plus tard ! Non ? Tu commences à me la surpiquer, toi. Tu la veux, celle-là ? Tu la veux sur ta sale face de ténia, hein ? Tu me lâches, alors 1

Exemple typique entre tous : la pollution de nos plages. Que trouve-t-on exactement sur les plages polluées ? Scientifiquement, l'Institut QRTLTDQOPTSNP (Qui Recherche Tous Les Trucs Dégueulasses Qu'On Peut Trouver Sur Nos Plages) s'est penché sur le problème et nous livre son rapport. Le moyen le plus efficace pour éviter les marées noires est, non pas de colorer le pétrole, mais de supprimer l'approvisionnement du pays concerné. Après... ben peutêtre qu'au marché noir ?...

Et nos campagnes jadis cloisonnées de haies, émaillées de bosquets, bourdonnantes de vie et de chants d'oiseaux, qu'en reste-t-il ? De grands espaces malades qui ne pourraient survivre sans pesticides, sans fongicides, sans insecticides mais, rendement et productivité obligent, seul le vent y règne en maître. Dans un sens, le calcul n'est pas mauvais, créons des déserts, c'est sous le sable qu'on trouve le pétrole.

Bref, là n'est pas notre propos. Mais ne voilà-t-il pas que des ogres voraces et sans scrupules, avides de nouveautés, animés d'une désinvolture impertinente, voudraient polluer cette campagne agonisante par des éoliennes qui, jour et nuit, sans relâche, vont agiter leurs longs bras. Est-ce bien serieux ? Une levée de boucliers, voilà sans doute la réponse que voudraient donner quelques Don Quichote pourfendeurs de moulins à vent, car pour eux, la campagne ne doit être sans doute qu'un lieu de repos, un havre de paix et de tranquillité où l'on y respire, suivant les saison&, des senteurs de colza, des pollens de lfn ou de phacélie c'est joli, c'est coloré, un •champ de betteraves c'est bien vert et le maîs à maturité vous bouche l'horizon... mais des éoliennes. Je trouve même que les défenseurs de la vallée dans leur croisade, devraient faire voter un décret obligeant les paysans à cultiver leurs cochonneries et à élever leurs sales bêtes au coeur des villes, ceci afin d'éviter de salir la balle campagne.

Keskidi

Pensée de la semaine

Dans le domaine 1udiciaire, si les prévenus l'étaient à temps, le banc des accusés serait souvent vide 1

Seul en cause

Samedi dernier, vers 5 h 30, un automibiliste d'Aiseau-Presles mais en résidence à Bambois, M. Marc Louis, 33 ans, de passage chaussée de Charleroi à Le Roux, a subitement perdu le contrôle de son véhicule, à hauteur du garage Goffart et a heurté un muret.

L'avant de la voiture est assez endommagé et le conducteur a été blessé et conduit au centre hospitalier de Val de Sambre par l'ambulance de Fosses.

Photo rétro

Réquisition des chariots en 1914

Cette photographie, prise dans le haut de l'avenue Albert ler (rue de la Station, ou rue de la Gare à cette époque) représente une réquisition de chevaux, chariots et charrettes, par les Allemands, lors de la première guerre mondiale.

Cette réquisition eut lieu en septembre 1914. A cet endroit convenu, les cultivateurs devaient amener une partie de leur charroi nécessaire au transport de marchandises , de soldats et sans doute aussi de munitions pour l'armée allemande.

Cet attroupement où s'entremêlent les soldats et les civils, se prolongeait sans doute bien au-delà de cet endroit. Cette opération a l'air de se passer assez paisiblement. La ville avait déjà subi les traces du passage de cette armée d'envahisseurs ; on distingue en effet, à gauche, l'habitation qui portait l'enseigne : « Café Au Point du Jour », une maison qui fut partiellement incendiée lors de l'entrée de l'armée allemande à Fosses, après la sanglante Bataille de la Sambre, au mois d'août.

La photo, comme de nombreuses autres photos de cette époque représentant des soldats allemands de passage, a été prise par le photographe Emile Pochet, qui ne craignait pas les risques que son audace pouvait lui occasionner; car on pouvait toujours craindre une mauvaise réaction de certains officiers.

Rappelons, au sujet de l'incendie des maisons en août 1914 que 66 habitations furent détruites à Fosses, 23 maisons et 5 granges à Aisemont (qui avait été vidé de presque tous ses habitants lors de leur exode). Sept maisons furent incendiées à Vitrival, 3 seulement à Sart-Saint-Laurent (+ des dégats subis à l'église), 1 maison incendiée à Sart-Eustache et à Le Roux, malgré la proximité des combats de la Sambre, il n'y eut que 2 maisons incendiées + la grange de la ferme de Belle-Motte, où les Allemands brûlèrent les corps des leurs, afin de les faire disparaître.

La presse revue...

par Zorro

- Samedi : « Non. les Belges ne sont pas oartis pour rien... » - Oui, les Belges sont partis de rien...

- Dimanche : « Le cimetière gagne du terrain sur le désert C'est Michel Berger qui a écrit : « quand le désert avance, c'est la vie qui s'en va » .

- Lundi : .. Le doyen est une doyenne » - Mais non, Germaine, c'est pas à la paroisse de Fosses.

- Mardi : « Ce qui va changer en 2004 » - Ben quoi, c'est une année électorale, donc on va y voir de nouvelles promesses.

- Mercredi : « La Justice cherche les milliards détournés » - Et un chercheur qui cherche, ça se trouve, tandis qu'un chercheur qui trouve, ça se cherche...

- « Patricia Kaas, l'homme idéal » - Mais non, Germaine, c'est pas un article sur elle.

- Vendredi : « Hausse de 5.2 % »... du nombre des faillites bien entendu, pas du taux d'intérêts sur carnets de dépôts...

Il y a dix ans déjà...

Les principaux événerments fossois de janvier 1994

- A Sart-Saint-Laurent, les gagnants du concours des illuminations et façades fleuries reçoivent leur prix : Nicole Boussifet, Martine Eloy, Christian Mouthuy, M. Pierens et M. Deproot reçoivent un petit aspirateur pour les plus belles illuminations du village. Et pour les plus belles façades fleuries : une horloge murale à Anne Meurisse, Germaine Polomé et Nicole Boussifet.

- Toujours à Sart-Saint-Laurent, l'exposition Poils et Plumes connaît la présence de 71 éleveurs-gt 862 sujets présentés.

- Beaux prix pour les 168 participants du concours de couyon organisé par la Marche Sainte-Gertrude de Le Roux : un VTT pour Jacques Coignet, d'Aisemont (ler), une chaîne Hi-Fi, une friteuse électrique et une batterie de 6 casseroles (Jean Mollet) aux suivants.

- Formation d'une CCAT (commission d'aménagement du territoire) avec la nomination de 16 membres + quelques consultants.

- Goûter des Rois chez les aînés à Le Roux ; c'est Fortuné Jacqmain qui récolte la fève et choisit' pour Reine Mme Zoé Frédéric.

Il y a vingt ans...

Janvier 1984

- 1984 sera une année septennale pour les Fossois, il s'agit d'une année qui marque la grande tradition fossoise de la Marche Saint-Feuillen. (On y pense déjà pour 2005 !)

- L'artiste Marcel Nulens travaille activement à l'élaboration du monument au Chinel qui trônera sur la place du Marché.

- Un Fossois de 20 ans, Luc Baufays, cuisinier au restaurant de la Ferme Blanche à Malonne (qu'il reprendra par la suite) obtient le prix culinaire Maurice des Ombiaux.

- Une vieille maison de commerce du centre ferme ses portes : la mercerie tenue par Valentine Croisier. Le grand-père de Valentine était déjà tailleur à cet endroit. Plus récemment, ses filles Josette et Marcelle tinrent aussi commerce, une maison qui connut trois générations de la même famille.

- Septante-huit voitures prennent part à la 1 re organisation du nouveau club automobile, le RACF. Il s'agissait d'un parcours fléché qui obtint donc un très large succès.

- Radio 7 multiplie ses invitations de chanteurs amateurs. Un invité de marque pourtant en janvier : Robert Cogoi, très bien accueilli par les responsables de notre radio locale.

Souper de la Marche St-Roch

Le Corps d'Office de la Marche Saint-Roch de Sart-Eustache annonce son souper annuel le samedi 24 janvier prochain en la salle du village.

Faisant suite à la demande de nombreux membres et participants des années antérieures, et pour satisfaire au mieux les nombreux convives, le comité reprend la formule de deux services : un à midi et un le soir, à partir de 19 heures.

Au menu

Apéritif

Potage

Raclette valaisanne

Dessert

Le tout pour 18 euros (8 euros pour les enfants de 6 à 12 ans)

La réservation, nécessaire avant le 17 janvier, peut se faire chez JeanClaude Mercier,

' 071-39.00.24

et le paiement au compte 732-6480362-37 de la Marche Saint-Roch de SartEustache.