N°11    12 mars 2004

Je suis une bête curieuse...

Il s'appelle Guy Quaden. Il est, le gouverneur de la Banque Nationale de Belgique et vient de déclarer au Soir : « J'ai l'impression d'être montré du doigt. Je dois être une bête curieuse : en effet, j'ai 57 ans et je suis toujours au travail ! »

La Commission européenne tance la Belgique : c'est dans notre pays qu'il y a le moins de travailleurs entre 52 et 62 ans. Nous sommes les champions du monde de la prépension 1 Pas besoin de concourir dans cette discipline aux prochains jeux Olympiques : nous avons déjà la médaille d'or !

En Allemagne, l'âge légal de la pension sera, dès cette année, porté à 66 ans ; en Suède, jusqu'à 67 ans. Les prépensions, en Belgique, c'est un problème car il faut les payer. Et qui va les payer ? Ben, tout simplement les gens qui travaillent encore et qui paient des impôts.

« On va droit dans le mur » disait récemment Frank Vandenbroeck, le ministre des pensions. Mais le docteur en sciences économiques de la VUB et de Oxford ne sait sans doute pas ce qu'il dit !

Il y a trente ans, il y avait dans nos pays occidentaux, 3 actifs pour 1 inactif. De ce fait, les impôts des travailleurs étaient suffisants pour payer les soins de santé et les pensions. Aujourd'hui, on est arrivé à 1,7 actif pour 1 inactif. Et ce chiffre continue de baisser.

Dans quinze ou vingt ans, toutes choses restant égales, le pourcentage d'inactifs (écoliers, malades, invalides, chômeurs, pensionnés) rejoindra celui des actifs (salariés, fonctionnaires, indépendants, chefs d'entreprises...)

L'Europe prend un coup de vieux « La vieille Europe » de donald Runsfeld n'est pas une vue de l'esprit. Gérard Deprez, député européen, récent invité de PAC à Fosses, souligne qu'il nous faut un coup de jeunesse, sinon les Européens seront bientôt un peuple ressassant de vieilles idées dans de vieilles maisons. Le démographe français Pierre Chaunu faisait remarquer, il y a vingt ans, que l'Europe avait un cancer, et ce cancer, c'est le refus de la vie.

L'Europe est touchée par la dénatalité ; dans toute l'Europe occidentale, il y a plus de décès que de naissances ! En effet, pour que les générations se renouvellent, il faut 2,16 enfants par femme (c'est une statistique) ; or, à l'heure actuelle, on est à 1,9 enfant par femme ; en France, en belgique, en Angleterre, en Allemagne. Cela signifie que le renouvellement des générations n'est plus assuré et qu'à partir de là, la population vieillit, l'Europe se couvre de rides.

Il faur repeupler, il faut des jeunes, il faut des travailleurs dont les impôts serviront à payer les pensions et les soins de santé qui sont et seront en croissance exponentielle, du fait de l'allongement de l'espérance de vie. La vie qui s'allonge de 12 mois tous les cinq ans !

Elio Di Rupo, que j'ai rencontré à Bruxelles il y a quelques semaines, et qui a accepté mon invitation à venir à une soirée PAC à Fosses-la-Ville en octobre prochain, dit ceci « De la naissance jusqu'à 25 ans, l'homme coûte à l'Etat. Ensuite, il rapporte pendant trente ans, s'il travaille de 25 à 55 ans. Par après,; prépensionné et pensionné de 55 ans jusqu'à 75 ou plus, il coûte. Faisons les comptes : l'homme (ou la femme) coûte pendant quarante-cinq ans et rapporte pendant sa durée de travail qui dure trente ans. Il est facile de comprendre que la balance est en déséquilibre et que le plateau

« coût » est plus lourd que le plateau

« rapport ». C'est vrai, on va droit dans le mur ».

En 1970, on accédait au marché du travail à l'âge de 16-18 ans, pour prendre sa retraite vers 63-65 ans, au terme d'une carrière de 45 ans au moins. On vivait ensuite encore une dizaine d'années. Aujourd'hui, le Belge étudié en moyenne deux ou trois ans de plus, travaille 9 ans de moins et... vit 6 ans de plus, alors que le nombre de naissance par ménage n'a jamais été aussi bas.

En 2010, on comptera, pour la première fois, plus d'électeurs sans travail que d'électeurs au travail.

En 2010 aussi, 1 Belge sur 4 aura plus de 80 ans. En 2025, le nombre des plus de 80 ans aura doublé

Savez-vous qu'en Belgique, le travailleur qui prend sa prépension à l'âge de 58 ans, bénéficie d'une pension légale plus élevée que celui qui continue à travailler jusqu'à 62 ans et ne demande sa pension qu'à ce moment-là ?

Si on veut maintenir l'Etat social, il faut que les gens soient plus nombreux à travailler (il faut du travail convenable pour nos jeunes) et la durée moyenne de la carrière doit être plus longue. Il est impossible d'avoir, en même temps : les meilleurs salaires, les meilleurs pensions, les meilleurs soins de santé... et les carrières les plus courtes du monde. Mais je me demande dans quelle mesure nous ne nous complaisons pas à travailler à l'envers.

Regardez en matière d'approvisionnement énergétique : face à la Chine qui explose de jeunesse et qui va créer, sur son territoire en sans enquête commodo-incommodo, la plus grande centrale nucléaire au monde, nous allons fermer la nôtre à Tihange (qui donne de l'électricité à 2 millions de Wallons) pour la remplacer par 200 moulins à vent

Il manque 2 milliards d'euros

Le trou de la sécurité sociale s'élève à 2 milliards d'euros ! Soit 80 milliards d'anciens francs. Cet argent est nécessaire pour pouvoir continuer à payer les chômeurs, les malades, les pensionnés. Notre système de répartition fonctionne très bien lorsque beaucoup de personnes travaillent, gagnent de l'argent et ainsi peuvent financer la sécurité sociale. Le problème, c'est qu'il y a beaucoup moins de travailleurs aujourd'hui que précédemment et qu'il y a de plus en plus de personnes âgées qui vivent plus longtemps grâce à la médecine qui avance à pas de géants.

En Allemagne, le Gouvernement a pris le taureau par les cornes : les médicaments seront moins remboursés, les chômeurs ne seront plus indemnisés sans limite dans le temps et les gens devront de plus en plus contracter une assurance-pension. En France, on retarde l'âge de la pension, système imaginé par Raffarin pour pouvoir continuer à les payer.

En Belgique, Vandenbroeck et Van de Lanotte ont créé un « fonds argenté » pour assumer les pensions dans quinze ans, mais il faut l'alimenter... en taxant, notamment, le tabac et l'essence.

Danil PIET

Saint-Feuillen 1907

Cette photo nous reporte prèsqu'un siècle en arrière. On y voit s'avancer deux rangées de sapeurs qui, sans doute, ouvrent le cortège. Cette photographie n'est guère différente des Septennales plus récentes car les costumes, eux, n'ont pas changé. Par contre, l'accoutrement des spectateurs (peu nombreux) et spectatrices (à gauche) prouvent bien qu'on est au début du siècle dernier, qui était aussi le début de la photographie et de l'édition des cartes postales. Mais ce qu'on ne peut plus voir aujourd'hui, c'est cette chaussée nouvellement pavée.

En 1907, il y eut ainsi une quinzaine de cartes postales éditées sur la Marche Saint-Feuillen et beaucoup furent prises de cet endroit, à hauteur du long mur du château Winson.

La Saint-Feuillen, c'est déjà pour l'an prochain. Une année où les Fossois et marcheurs des localités voisines vont vivre des moments tout à fait particuliers.

 

Aux petits Chinels

Une répétition de danse pour les petits Chnels aura lieu le mercredi 17, à 18 heures 30, à la salle du Conseil de l'Hôtel de Ville.

Bienvenue à tous.

Vols en série

En raison du respect de la vie privée, la Police ne nous communique plus les vols qui sont commis assez régulièrement, et notre entité n'est pas épargnée dans ce domaine.

Dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 février, une série de vols ont été constatés dans des habitations de l'avenue Albert ter et avenue Champ Stoné. Au moins 5 à 6 maisons ont été ainsi visitées, avec parfois une audace assez étonnante.

D'autres vols avaient été constatés précédemment rue Sainte-Brigide.

Il faut donc rester prudent et ce n'est pas parce que nous n'avons plus l'occasion de les signaler que notre entité est exempte de ce genre de méfaits.

Un car prend feu

Ce mercredi, vers 9 h 50, les pompiers de Fosses sont intervenus pour un car scolaire dont le moteur avait pris feu, avenue Albert 1 er à Fosses. Les pompiers sont venus à bout du sinistre assez rapidement, mais les dégâts à l'avant du car sont relatisement importants. La quinzaine d'enfants fut évacuée sans problème et ils regagnèrent l'Ecole Moyenne.

La circulation a dû être détournée par l'avenue des Combattants et la rue de Vitrival.

Concours de belote

Le service d'incendie de Fosses-laVille organise son Concours de belote le vendredi 5 mars, à 20 heures (inscriptions à partir de 19 h). Il aura lieu en la salle L'Orbey et se fera en 7 tours, par équipes formées.

La participation est fixée à 15 euros par personne (avec 7 boissons ordinaires comprises).

750 euros de prix

- 300 euros pour la 1 re équipe

- 200 euros pour la 2e équipe

- 125 euros pour la 3e, 75 pour la 4e et 50 pour la 5e équipe.

Fost-Plus

Le prochain ramassage des sacs bleus (PMC) aura lieu le mercredi 17 mars, pour toutes les sections de l'entité.

Le ramassage des papiers et cartons se fera

- le mari 16, pour les sections de

Fosses, Sart-St-Laurent et Bambois - le jeudi 18, pour toutes les autres

sections (Sart-Eustache, Le Roux, Vitrival, Aisemont et Névremont).

A l'Association des commerçants

A la demnde de membres de l'Association des Commerçants de Fosses, il sera tenu une assemblée générale extraordinaire le lundi 15 mars à 20 heures en l'Espace Solidarité Citoyenne, Avenue Albert 1 er (ancien Nopri).

Le Conseil d'Administration est invité à présenter la situation financière de l'Associaiçn pour les années 2001, 2002 et 2003.

Réouverture

DU MUSEE LE PETIT CHAPITRE

Le Musée de poupées folkloriques de Lilette a été cédé par la famille Arnould à la commune de Fosses et confié pour sa gestion au Syndicat d'Initiative.

Les collections présentées semblaient marquer un certain essoufflement. Aussi le S.I. a décidé de ne présenter qu'une partie des collections, mais selon un thème différent chaque année.

Pour sa première réouverture après travaux, ce fut bien sûr la Laetare et les Chinels avec leur légende, présentée en tableaux avec mannequins.

Cette année, le thème sera : " La Dynastie : noir, jaune, rouge : les couleurs de la liberté ".

Le vernissage par les autorités aura lieu le vendredi 19 mars à 19 h 30. Le Musée sera ensuite ouvert dès le lendemain au public, chaque jour jusqu'au 31 octobre, de 10 à 12 heures et de 13 à 16 heures (17 heures le week-end).

Début d'incendie

Dans la nuit de mardi à mercredi, un peu avant 4 heures du matin, le chauffeur d'un camion passant rue Saint-Roch remarqua des flammes sortant de l'habitation n° 29. Il donna aussitôt l'alerte en klaxonnant, ce qui réveilla quelques voisins et le propriétaire de la maison qui occupe le rez-de-chaussée, alors qu'un locataire occupe l'étage. Les deux occupants ont été légèrement brûlés, en ayant créé un appel d'air dans leur fuite. Les pompiers de Fosses sont rapidement arrivés sur les lieux et n'ont eu aucune peine à maîtriser cet incendie naissante. Le rez-de-chaussée est fortement détruit.

On crut tout d'abord à l'implosion d'une TV, mais l'expert du Parquet a relevé des indices qui pourraient déceler un incendie criminel. Les deux occupants, après les premiers soins, ont pu sortir de l'hôpital.

Le grand feu à Névremont

Les grands feux se succèdent dans l'entité et toutes les sections, sans exception, ont le leur. La tradition subsiste chez nous, grâce à de dévoués organisateurs et c'est tant mieux I

C'est le hameau de Névremont qui fermera la série le samedi 20 mars et nous pouvons donner un aperçu du programme de cette journée - Dès 16 heures : balade dans le vil

lage, avec les masqués, les tambours et la musique et visite chez les derniers mariés qui sont chargés

d'allumer le bûcher.

- A 20 heures : allumage du bûcher, au bout du village

- Retour à la salle La Baillerie pour le bal masqué, animé par Power Music, suivi vers minuit de la remise

des prix aux groupes les plus remarquables.

Entrée à la salle : 3 euros et gratuit pour les masqués.

Les 12 H. à l'djote

C'est le samedi 20 mars, en la salle L'Hautventoise, qu'aura lieu le traditionnel repas « Les 12 h. à l' djote », dès 11 h et jusque 23 h. Un 1 er service est organisé de 11 à 14 h et le second, de 18 à 23 h.

Nous rappelons qu'il est obligatoire de réserver le repas pour le mercredi 17 mars, à

- Jean-Louis Pacorus ' 071-71.33.00

- Pierre Colot È 0473-83.15.76

- Georges Demaret ' 081-43.41.80

- Caudy Van Ryssel ' 071-71.44.48

- Patrick Collard È 0473-31.97.24

- Au Fer à Cheval ' 071-71.19.38

C"est, rappelons-le, le comité des Débridés de Bambois qui vous invite à leur repas, agrémente par une musique des années 70, très cool et tempérée, afin de ne pas gêner la conversation.

Le service est assuré par de jeunes bénévoles.

Rappelons que le menu (à préciser lors de l'inscription : carottes, choux, 1 er ou 2e service) est fixé à 12 euros (à volonté) et qu'il est gratuit pour les moins de 12 ans et les + de 70 ans.

 

Tolérance

des mots pour le dire

Le PAC (présence et Action culturelles) vient de publier une brochure pédagogique sur les dangers de l'extrême droite. Elle a été rédigée par l'historien Maxime Steinberg et le philosophe Olivier Boruchowitch et tirée à 25.000 exemplaires gratuits.

Trente et une personnalités publiques, de nombreux artistes et acteurs des médias télévisuels y donnent leurs « mots pour dire la tolérance ».

Cette publication ne cache pas son inquiétude face à la banalisation des idées extrémistes chez les plus jeunes.

Contact :

info@pac-g.be

' 02-545.79.11

Animal tué

Lundi, vers 1 h du matin, un automobiliste roulant rue du Gonoy, sur le territoire de Maison, n'a pas pu éviter une chevrette qui traversait la route et qui a été tuée sur le coup.

Le constat a été fait par les inspecteurs de la zone de police Sambre-etMeuse.

Appel aux artistes de musique

Ouvrez vos oreilles, Sortez vos instruments, Que la fête commence ! Et que la musique s'élance...

Dans le cadre de l'année de la Musique 2004, la Ligue des Familles et le Centre Culturel se sont associés dans un grand projet pour le mois de septembre, pour fêter en famille, l'Année de la Musique, dans un cadre de verdure et d'eau propice à toute forme d'art.

Tous les musiciens locaux seront les bienvenus. Nous serions ainsi très heureux de vous compter parmi nous.

Si vous êtes musicien, amateur ou confirmé, de la localité ou des environs, si vous faites partie d'un groupe, d'une formation, ou autres, prenez rapidement contact avec le Centre Culturel, Brigitte Romain ou Bemard Michel, place du Marché,12, à Fosses-la-ville.

' 071/71.46.24

Refonte profonde de la section locale

de la Croix-Rouge

Suite au décès de M. Paul De Cuyper et de la démission, pour raisons personnelles, de la présidente (qui reste néanmoins toujours bénévoile au sein du Mouvement), de certains membres du comité et d'une bénévole, la Croix-Rouge locale a vécu quelques bouleversements.

Nous profitons de ces lignes pour remercier infiniment tous ceux qui, au cours de plusieurs années, ont donné tant de leur temps et de leur énergie pour maintenir en place un service public.

Et nous félicitons les nouveaux venus pour leur engagement et nous les remercions d'avance pour ce qu'ils apporteront au maintien des différents services et manifestations qui ont lieu dans le cadre de la CroixRouge locale.

Nous avons été particulièrement heureux de constater qu'outre les nouveaux membres du comité, 4 nouveaux bénévoles (soit 3 dames et 1 monsieur) sont venus grossir nos rangs. Pour la bonne information de notre population et parce que vous souhaiterez peut-être un jour entrer en contact avec une de ces personnes, nous publions ici la liste et les coordonnées du nouveau comité.

Nouveau comité

(A.G. du mardi 2 mars 2004)

Présidente

Mme Gilberte Persoons,

37, rue Bois-des-Mazius, à Virival,

' 071-71.16.26 È 049422.17.52.

Trésorier

M. Pascal Lambotte

134, avenue Reine Astrid, Namur, ou Av. Champ Stoné 15, Fosses,

' 081-40.39.89, È 0495-51.51.46.

Médecin

Dr Guy Bailly, av. Albert 1er 100, Fosses,

' 071-71.14.89.

Pharmacien

M. Jean-Pierre Boxus, rue du Postil 15-17,

' 071-71.11.08

D.A.S. : à désigner

Déléguée bibliothèques

Mme Régine Franceschini-Josrissen, rue du Moulin 15, Fosses

Responsable SPMS

M. Patrick Lambert, rue de Névremont 75, Fosses,

' 071-71.30.06, È 048506.44.48, È 0473-31.97.26.

Responsable collecte de sang

Mme M.-José Delieu, rue du Fays 20a, Aisemont

' 071-71.28.73.

Secrétaire et responsable aide sociale

Mme Jacqueline De Paoli, 12, rue Franceschini, Fosses,

' 071-71.12.30, È 0477-82.91.31.

Spectacle équestre

Ce spectacle était envisagé depuis belle lurette, mais cette fois, le programme est établi et mis au point : un spectacle équestre de toute beauté, avec Son et Lumière, aura lieu le dimanche de Pâques, 11 avril, au camping Le Pachy.

Fabian Van Ryssel, avec ses chevaux Sisko et Magouille tentera de réaliser trois « premières » mondiales dans le milieu équestre. Le spectacle débutera à 19 h 30 et sera suivi d'un concert des Beverly Pils.

L'entrée est fixée à 13 euros, mais on peut obtenir des cartes en prévente au prix de 10 euros.

L'entrée est gratuite pour - de 10 ans (accompagné par un adulte).

De 10 à 16 ans 10 euros (8 en prevente).

Cartes en vente au Syndicat d'Initiative de Fosses

'071-71.46.24

Journée Télévie le 27 mars

La journée du Télévie à Fosses se déroulera donc le samedi 27 mars, à l'Ecole du Bosquet (ancien locaux de l'Athénée, entrée route de Bambois).

Voici le programme établi pour cette journée au but humanitaire :

9.00 h

Rassemblement des motards

ronde de 100 kilomètres dans la région

13.00 h

Tournoi de pétanque. Inscription : 3 euros

14.00 h

Balades en side-car

Tours à dos de poneys ou d'ânes

Mur d'escalade

Château gonflable pour enfants.

15.00 h

Mini-course de rallye et possibilité d'accompagner les pilotes

16.00 h

Concert, avec « No Finish »,

Du rock, du blues et « Les Beverly Pils » (rock humoristique)

20.00 h

Soirée dansante.

De 12 h à 14 h et de 18 h 30 à 21 h: assiette barbecue, pour 6 euros.

En permanence : bar, pain saucisse, ambiance musicale, vente des produits Télévie.

Entrée libre et gratuite.

Le groupe « Beverly Pils » se produira donc le 27 mars à Fosses, à l'occasion du Télévie.

Après, notamment, avoir assuré la 1re partie du groupe Cré'Tonnerre, à Martelange (un car de 50 personnes était parti de Bambois pour l'occasion) et avoir été invité dans l'émission « Rock à gogo » sur Radio 21, les Bambwêtîs de « Beverly Pils » viendront nous livrer un rock festif et pilsant !

Vous cherchez une

AIDE POUR LE JARDIN ? (nettoyage, pelouses, haies, etc.)

Vous cherchez une

AIDE POUR LE BRICOLAGE ? (peinture, menuiserie, plomberie, etc.)

Vous cherchez une

AIDE ADMINISTRATIVE ?

Vous cherchez une AIDE dans le domaine de l'HORTICULTURE ou de l'AGRICULTURE ?

Alors, faites appel à

l'AGENCE LOCALE

POUR L'EMPLOI (asbl)

Rue V. Roisin 9d, 1 er étage FOSSES-LA-VILLE

Tél. 071-71.34.36 (Fax 071-71.47.95) GSM 0475-89.26.19

Pascottini Philippe, président

Lenoir Alain, agent technique

Legrain Sylvie, agent techn.

Il vous en coûtera 4,95 euros/heure avec possibilité légale de déductibilité fiscale (jusqu'à 793,26 euros net/an.

Possibilité légale de mettre des chômeurs de longue durée au travail. Rapidité de service.

Quels sont les chômeurs

pouvant s'inscrire en A.L.E. ?

1. Les chômeurs complets indemnisésdepuis plus de 2 ans (- de 45 ans)

2. Les minimexés

3. Les chômeurs complets indemnisés depuis plus de six mois (+ de 45 ans)

Avis

A tous les citoyens de Fosses et à ceux qui s'attachent à ma vie privée, à tous les bavardages à mon sujet par des personnes qui ne connaissent rien de ma vie, je signale que je n'ai rien à me reprocher et souhaite que l'on cesse toutes ces médi

sances.

(s) Réjane Leclercq

C'est le Rrrrèglement...

« Le Rrrrèglement... c'est le Rrrrèglement » : des « bièsses » paroles, issues on ne sait d'où, qui indiquent qu'il ne faut pas discuter, même si la contravention encaissée est totalement Rrrridicule !

C'est sans doute ce qu'il adviendra aux automobilistes qui garent leur voiture avec les roues partiellement sur un trottoir.

L'Etat a sans doute un urgent besoin d'argent et, pour y subvenir, il a revu les tarifs de ses contraventions à la hausse. La TV et les journaux nous ont appris récemment que ces contraventions étaient classées par importance et on est vraiment étonné d'apprendre que « se garer avec les roues sur un trottoir » est considéré être plus grave... que brûler un feu rouge ! Mais... « le Rrrrèglement, c'est... parfois Rrrrridicule » ; cette phrase, ne la répétez surtout pas à la gendarmette de service, qui vous verbalisera.

A Fosses, où nous avons des rues étroites et des chaussées à gros trafic et pas très larges non plus, le bon sens indique - si vous faites un arrêt court pour charger ou décharger - qu'il est parfois préférable d'empiéter sur un trottoir (tout en laissant la place nécessaire au passage d'une dame avec poussette), plutôt que d'encombrer la chaussée et nuire à la circulation, au risque de vous faire emboutir !

C'est tellement vrai que dernièrement, j'ai vu, dans une assez courte rue (200 m) pas moins de 4 voitures en infraction. Et ces 4 voitures laissaient passage aux piétons (même obèses et volumineux !) alors que ces voitures garées en plein sur la chaussée (comme le Rrrrrèglement l'oblige) auraient perturbé gravement la circulation. Un ami, qui venait d'être verbalisé, me racontait la réponse reçue quand il s'excusait du choix plein de bon sens qui lui avait coûté le procès : « quand même le trottoir aurait eu 10 mètres de large... c'est le Rrrrèglement ! »

Par pitié, messieurs les policiers, soyez un peu plus tolérants et compréhensifs : chaque endroit est un cas différent : ruelle des Remparts, par exemple, les autorités ont compris qu'il était plus sage de laisser garer les voitures des employés du CPAS sur le trottoir, au risque d'entraver le passage.

Il existe ainsi, à Fosses, d'autres endroits où la « tolérance 0 » ne se justifie pas.

Verbaliser un automobiliste qui oblige le piéton à descendre du trottoir pour emprunter la chaussée, d'accord ; il y a là un danger. Défendre de chevaucher les trottoirs de la rue du Postil, déjà étroits, d'accord. Mais, dans nos rues où le passage des voitures est déjà très laborieux, il est parfois préférable de libérer un peu de place en entamant la largeur d'un trottoir, qui serait suffisamment large ! Quand ce n'est crue pour un moment, bien sûr.

On espère en tout cas qu'à Fosses, tenant compte de l'état des lieux - car chaque cas est différent - la Police, dans ce rôle ingrat, aura l'intelligence « d'adapter », selon l'endroit, ce fameux Règlement l... (qui pourra coûter 150 euros au malheureux contrevenant, qui aurait pourtant pris, en se garant de telle façon, une décision sensée, logique et cohérente.

Cent cinquante euros ! cela représente le quart de ce que reçoit mensuellement le pauvre chômeur ou le petit pensionné. Ne pourrait-on pas, plutôt, doubler le tarif de la contravention d'un ministre (et il n'y en a pas eu qu'un !) quand il dépasse la vitesse maximum autorisée ?

Une intéressante exposition

A l'occasion du 40e anniversaire du Cercle Philatélique de Sambreville CE.PHIL.A, une exposition itinérante sera organisée en mars évoquant l'histoire de la Poste dans nos régions, en collaboration avec l'Administration communale de Fosses et les communes de Sambreville, Jemeppe et Sombreffe.

Elle sera intitulée

Histoire de la Poste

" Le sillon sambrien au fil du temps ".

En effet, l'histoire postale a été liée à l'Histoire. Depuis longtemps un service de " messagerie " existait dans notre pays. Fosses dépendait de la Principauté de Liège et un " messager " allait régulièrement à Liège porter le courrier (et le produit des taxes) et ramenait le courrier liégeois, notamment les édits du Prince-Evêque. On connaît d'ailleurs la fin malheureuse du " messager " fossois Diret Evrard : il fut assassiné et volé au lieu dit Biètranry à Sart-Saint-Laurent en 1718.

Le premier " relais " entre Bruxelles et Namur fut établi à Sombreffe dès 1701 : les messageries utilisaient les routes principales. Le 2e relais dans la région fut Fosses, en 1836 (le 29 janvier, avec bureau de distribution à domicile), suivi de Spy en 1839, Tamines et Moustier en 1850, Auvelais en 1861. Mais le Chemin de fer vint transformer la donne : Sombreffe et Spy sont bientôt fermés tandis que de nouveaux bureaux s'ouvrent à Falisolle, Jemeppe, etc.

Cette exposition n'est pas une simple présentation de timbres mais bien de documents souvent curieux, des enveloppes portant des cachets, des marques puis des timbres (les premiers n'apparurent qu'en 1849), relatant toute l'histoire de la Poste chez nous, en matière de transport du courrier, des origines des messageries jusqu'à 1920. Avec pas mal de choses surprenantes !

De plus, chaque commune participante apporte un petit supplément personnel et typique. Pour Fosses, ce sera " la Saint-Feuillen à travers la philatélie ", des photos et des cartes postales anciennes.

Comme il s'agit d'originaux, l'exposition ne durera qu'un seul jour : pour Fosses, ce sera le samedi 27 mars de 9 h 30 à 17 h, en la salle L'Orbey. L'entrée y sera gratuite et un bar sera à votre disposition. Retenez déjà cette date.

Le grand feu

Les traditions restent bien vivaces à Le Roux et les comités s’entraident quand il le faut. Ainsi, pour le grand feu qui a lieu ce samedi 13, c'est le comité des )jeunes qui, depuis trois semaines, élaborent le bûcher rue Lieutenant Cotelle et collabore de ce fait avec le comité du grand feu qui , lui, s'occupe de toutes les autres préparations et formalités.

La journée débutera par le Bal des enfants, à 15 h, à la salle des sports, où les enfants sont encadrés par des animatrices. Puis, on se rendra en musique chez les derniers mariés, M. et Mme Rossini, qui auront la charge et l'honneur de participer à l'allumage du bûcher, installé comme les autres années rue Lieutenant Cotelle.

Retour ensuite à la salle pour le Bal des masqués, à partir de 20 h, avec remise des prix aux groupes les plus remarquables, vers minuit.

Le prix de l'entrée à la soirée dansante est fixé à 3 euros et à 2 euros pour les masqués.

La douceur annoncée pour samedi devra contribuer à la réusste de cette journée.

La Saint-Patrick

Comme nous l'avons déjà annoncé, les membres de la Confrérie Saint-Feuillen fêteront la Saint-Patrick ce mercredi 17 mars, en compagnie de leurs confrères du Roeulx. Pourquoi la Saint-Patrick ?

Saint Feuillen et ses compagnons étaient des moines irlandais ; ils ont apporté avec eux des reliques de leurs compatriotes, déjà considérés comme saints, Brigide notamment. Et si le patron de l'Irlande est actuellement saint Patrick, ce missionnaire était déjà regardé comme saint du temps de Feuillen. En effet, Patrick est né en Angleterre, fut enlevé par des pirates irlandais alors qu'il était adolescent ; il y resta une dizaine d'années, comme esclave gardien de moutons, réussit à s'évader, passa en Gaule où il étudia le christianisme, et ressentit l'appel d'aller convertir ceux qui l'avaient tenu en esclavage. Il débarqua en Irlande en 432 et convertit rapidement le seigneur de l'endroit, puis il parcourut toute l'Irlande, fondant de nombreux monastères et mourut le 17 mars 461.

Les Irlandais ont, au cours des siècles, subi de nombreuses invasions, occupations et misères ; mais ils ont conservé un vieux fond celtique qui les porte à faire la fête. Toute l'année, dans les pubs, il suffit qu'un musicien arrive et on se met à chanter. La fête de saint Patrick, le 17 mars, est l'occasion de pèlerinages en de nombreux endroits et de fête un peu partout.

C'est ainsi que la Confrérie SaintFeuillen du Roeulx avait organisé l'an dernier une fête à l'abbaye d'Aulne et invité les Fossois. Cette année, c'est chez nous que les deux Confréries se retrouveront ce mercredi pour célébrer saint Patrick au cours d'un repas typique (ragoût d'agneau, irish coffie, guinness) dans cette ambiance chaleureuse qu'ont créée de nombreuses rencontres de part et d'autre.

A propos de « stampia »

Suite à notre article paru récemment, qui parlait de la signification du mot « Stampia », un lecteur nous fait remarquer que lorsqu'il était jeune, il se souvient que son grand-père utilisait ce terme pour signifier une botte de paille attachée à un bois et plantée à l'entrée d'un terrain (situé rue de Dôye à Bambois) et que cela signifiait que ce terrain était, en somme, une propriété privée, que le passage était donc interdit. Son grand-père avait donc placé là « on stampia ».

Merci à ce lecteur, pour cette utile précision.

La presse revue...

par Zorro

- Samedi : « Il faisait rentrer de l'alcool à la prison... » - Ben quoi alors ? Les gardiens ne vont quand même pas boire de l'eau 1

- Dimanche : « Un Namurois arrêté à Anvers » - Trafic de bonnes idées. Rien de grave mais il s'est fait repérer tout de suite.

- Lundi : « On m'a privé du titre... » de Miss Belgique 1902 aurait déclaré Germaine.

- Mardi : « La pilule anti-cuite arrive en Belgique » - Reste plus qu'à la tester sur les gendarmes. Il y aurait beaucoup de candidats.

- Mercredi : « Rosetta est partie pour un voyage de quatorze ans » - Certains souhaitaient que Louis et Laurette l'accompagnent...

- Jeudi : « Le succès, c'est contagieux » - Mais le virus semble rebelle aux politiques belges.

- Vendredi : « Nous n'avons rien à vous cacher » - Remplacera les débats du dimanche midi, mais seulement après les prochaines élections. Allez savoir pourquoi...

Scandale à la Belle-Motte

Fin de la semaine passée, durant la nuit, un acte ignoble de vol et de dépradation a été effectué à la Nécropome militaire de la Belle-Motte. Une quarantaine de mètres de clôture ont été démontés et emportés par d'indélicats personnages, peu scrupuleux de ce haut lieu du Souvenir.

Symbole de tragédie, voici deux ans qu'une rénovation complète a été réalisée, redonnant plus de fraîcheur et de dignité à ce champ de repos où, chaque année, de très nombreux pèlerins ne manquent jamais le rendez-vous des manifestations et de la reconnaissance à ces nombreux bretons et normands fauchés à la fleur de l'âge pour notre Liberté.

Le préjudice est estimé à plus de 2.500 euros et plainte a été déposée auprès de la zone de Police d'Aiseau-Presles-Châtelet.

Un appel est lancé à la population et à tous ceux qui auraient constaté des agissements suspects lors de leur éventuel passage sur les hauteurs de la Belle-Motte.

On peut contacter l'inspecteur de police Derinne (Aiseau) '07126.06.40

le bourgmestre d'Aiseau Marcel Dargent ' 071-77.23.17

Daniel Tilmant pour le Souvenir, relais avec l'ambassade de France au ' 02-541.63.17.

Bilan 2003

Le comité du Souvenir de Le Roux tenait ce vendredi 5 mars son assemblée générale en la Ferme de l'Escafène à Ragnies. Au cours de cette assemblée, le bilan de l'année fut présenté aux représentants de l'autorité communale et aux sympathisants de l'association.

Cette année 2003 fut riche en événements importants pour le comité du Souvenir et le bilan de nos diverses organisations est largement positif. Lors de l'assemblée, quelques

modifications de la composition du comité ont été présentées. Le bureau est donc maintenant composé de la façon suivante

Président : M. Cédric Tahir Prés.-adj. : Colonel Christian Chabot Secrétaire : M. Pascal Guilin Trésorier : M. Luc Charles Porte-drapeau : M. Pierre Godenne Conseillers : MM. Rudi Brachotte, Mi

chaël Chapelle, Bemard Manier Le comité d'honneur est composé de Mme Jules Ernest-Mouyard, présidente d'honneur ; de M. Daniel Tilmant, président d'honneur et de M. l'abbé Franz Genard, aumônier du Souvenir.

L'assemblée générale s'est déroulée en présence de M. Benoît Buchet, échevin en charge des associations patriotiques.

Après vingt-cinq ans de bons et loyaux services, Daniel Tilmant a passé le flambeau de la présidence à Cédric Tahir. Il reste néanmoins toujours actif au sein du comité, en étant coordinateur de l'événement « BelleMotte 2004 ». En effet, cette année 2004 est une année très importante pour le comité, puisque nous célébrons le 90e anniversaire de la Bataille de la Sambre.

Il est heureux de constater que le comité du Souvenir reste dynamique et que les diverses manifestations organisées par celui-ci rencontrent un succès croissant. De plus amples renseignements sur les événements tragiques qui marquèrent notre région en août 1914 et sur les activités du comité peuvent être obtenus au 071-74.46.04 (Cédric Tahir).

Le but fixé par le comité, fondé en 1977, est de maintenir et perpétuer le Souvenir des combats d'août 1914 et la mémoire des officiers, sous-officiers et soldats tombés sur les champs de bataille de notre région. Le comité du Souvenir marque son but de patriotisme dans la protection d'une Belgique unie et sa fidélité au Roi.

Le comité vous donne déjà rendezvous pour les cérémonies du mois d'août et espère vous y voir nom

breux.

Cédric Tahir.

 

Photo

Les membres du comité du Souvenir, lors de leur assemblée annuelle

Le grand feu

Rappelons-le : c'est donc ce samedi 13 mars qu'auront lieu les réjouissances du grand feu au Sart.

A partir de 14 heures, le comité fera le tour du village en musique. Ensuite, le feu sera bouté vers 20 h au bûcher installé un peu en arrière du Hall des Sports et à 21 heures une soirée dansante y sera animée par Power Music suivie de la remise des prix aux masqués.

L'entrée est fixée à 4 euros..

Souper de la pelote

La Pelote Vitrivaloise organise ses soupers annuels les vendredi 19 et samedi 20 mars, à 19 h 30 aux écoles, près du ballodrome. Menus au choix (à préciser)

1. Pain de saumon à l'estragon

2. Salade jambon d'Ardenne, concombres et radis

3. Choucroute garnie, purée

4. Poulet curry, purée

+ dessert : glace brésilienne

Participation :

Adultes 15 €

Enfants de moins de 12 ans : 8 €.

Joueurs des équipes d'âge : gratuit.

Résevations pour le 16 mars à

Gérard Colin ' 071-71.13.28

Gérard Crasset ' 071-71.30.10

Hervé Spineux ' 071-71.19.74.

I. - LES PANNEAUX DES COUPURES

Les passages-coupures du milieu des stalles portent aussi de très intéressants et très beaux panneaux sculptés. Voyons-les successivement en suivant les numéros du plan.

Passage de gauche

9e panneau :

L'archange Saint Michel est bien reconnaissable : on distingue une aile déployée et de la main droite il lève l'épée au-dessus de la tête ; il porte cuirasse et un petit bouclier rond ; d'un pied, il terrasse Satan, couché sur le dos, figure grimaçante, pieds et mains crochus, avec même sous lui le bout de sa queue terminée en spirale. Cette scène, écrit le doyen Crépin, dénote la fougue, l'ardeur au combat ; tous les mouvements et toute l'attitude de l'archange sont tourmentés, même un pan de son manteau vole à sa droite.

A côté, Ste Gertrude, abbesse de Nivelles qui, avec sa mère Itte permit à Feuillen de construire un monastère en leur domaine de Fosses. Elle est représentée debout, en habit de chanoinesse, tenant de la main droite un livre ouvert, car elle était très appliquée à l'étude, dit son biographe contemporain, et de l'autre la crosse abbatiale à laquelle grimpe une souris, puisqu'elle est invoquée contre les rongeurs.

10e panneau :

Saint Pierre et saint Paul.

Depuis l'oratoire de saint Feuillen, les églises successives ont toujours été consacrées à St Pierre, chef des Apôtres (sinon qu'après la Révolution française, lors de sa réouverture au culte, la collégiale ne fut plus dédiée qu'à St Feuillen seul). Il porte dans la main droite la clé (du Paradis) qui le symbolise, et de là gauche, le Livre des Ecritures.

A côté, saint Paul, qui lui est très souvent associé. Lui aussi porte la barbe et, dans la main droite, un livre ouvert qu'il semble montrer puisque les pages sont tournées vers nous ; en sa main gauche : l'épée qui est aussi son attribut puisque, en tant que citoyen romain, il fut mis à mort par .le glaive et non en croix comme Pierre, André et d'autres martyrs chrétiens.

 

Passage de droite

11e panneau :

Sainte Barbe et un saint non identifié. - Dans une pose un peu contorsionnée, Ste Barbe, vêtue d'un ample manteau, porte de la main droite un livre ouvert, insigne de son témoignage de foi, et à droite se voit une tour qui est son attribut car on dit que, refusant le mariage et se déclarant chrétienne, elle fut enfermée par son père dans une tour où elle fut décapitée. Elle est de ce fait patronne de la " bonne mort " (et autrefois une confrérie lui était dédiée), ainsi que des métiers dangereux comme les artilleurs, les pompiers, les carriers et les mineurs, car la légende veut qu'au moment où il la tuait, son père fut frappé par la foudre.

Le doyen Crépin n'a pas pu identifier le saint qui est à côté : c'est un homme âgé, barbu, vêtu d'une tunique serrée à la ceinture par une corde et d'un manteau dont il tient un pan de la main gauche, en même temps qu'un livre fermé. La main droite tenait un attribut qui a disparu et aurait sans doute permis de l'identifier.

12e panneau :

Scène de l'Annonciation.

Ce panneau représente merveilleusement et avec finesse cette scène qui a tenté le pinceau ou le burin de bien des artistes. A droite, l'ange Gabriel, les ailes déployées, revêtu d'une robe aux plis harmonieusement drapés et d'une chape fermée par une boucle, lève la main droite et un doigt pour indiquer qu'il est porteur d'un message du Très Haut.

A gauche, la Vierge Marie se lève d'un siège à haut dossier sculpté, prête à s'agenouiller ; elle tenait un livre et sa main gauche se tend vers le messager divin. Au-dessus d'elle plane la colombe représentant le Saint Esprit. La scène est vraiment vivante et pleine de charme.

(à suivre)

 

Samedi 13

Réserve C à 15h

Fosses - Jemeppe

Bambois - Lustin

Dimanche 14

Div pro 3B

Bambois - Philippeville

Div pro 4B

Grand-Leez - Fosses

Mazy - Fal.Aisemont