N°10    05 mars 2004

Question de respect

Comme prévu, nous serons, durant deux ou trois mois, soumis à un véritable matraquage médiatique sur le procès Dutroux : impossible d'y échapper ! Il est vrai que le monde entier s'est senti touché par cette monstrueuse affaire. Relativisons : l'affaire d'un monstre et de quelques complices.

Il faut bien admettre pourtant que la pédophilie ne date pas de notre époque : à tous les moments de l'Histoire, il s'est trouvé des puissants utilisant des enfants comme objets de leurs fantasmes sexuels. Et pas seulement dans les sphères les plus hautes de la société comme certains membres de la famille de Louis XIV, mais à tous les échelons de la société.

Elargissons notre pensée : le fond de ces déviations criminelles, c'est un manque de morale élémentaire et de respect de la vie.

Et cela rejoint mon article du 13 février : sous le titre " Quelle vie voulons-nous ? ", je me faisais l'écho d'un livre de Bruno Ribant sur la culture biocentrique. Il constatait que les valeurs morales comme sagesse, équité, justice, honnêteté, respect d'autrui et de la beauté de la nature (bafouées pourtant par certains à toutes les époques) sont actuellement supplantées par les " vertus " nécessitées par la vie moderne : rentabilité, réussite, efficacité (être premier en tout), ce qui engendre la compétitivité, l'individualisme, les tensions, le stress, l'égoïsme, la violence.

Encore une fois, rien de spécialement nouveau ; simplement une question d'équilibre. Naguère, on osait encore mettre en évidence les vertus morales, les citer en exemples à suivre. Maintenant, parler " morale " c'est ringard et l'immoralité s'étale partout, surtout à la TV qui remplit bien des existences.

Cet article sur les valeurs de la vie m'avait valu notamment deux remarques : l'un le trouvait pessimiste ; je le crois réaliste. L'autre regrettait qu'il y manque une conclusion positive.

Je suis donc retourné aux dernières pages de ce livre pour en reprendre l'essence du message : prôner le respect de soi, respect de l'autre, respect de la vie : la vie humaine et celle de la nature. Et il faut bien avouer, avec un humoriste, que " le respect fout le camp ! "...

C'est ce que veut rappeler cette culture biocentrique : " une culture dont la référence absolue est le respect de la sacralité de la vie. Une culture qui nous enseigne à aimer, protéger la vie, la faire fleurir. Une culture qui nous invite à faire de nos vies et de nos relations avec tous les êtres des oeuvres d'art '.

Il faut pour cela vouloir aussi une économie qui soit au service de la vie, et non une exploitation sacrilège de la vie humaine et de la nature au profit d'une petite minorité.

Et B. Ribant reprécise les trois grandes valeurs qui ont fondé la Républiqe française

" Réhabiliter la LIBERTE, ce n'est pas livrer la Terre au pillage sous le prétexte de la " liberté d'entreprise ", mais offrir à chacun la possibilité de SE libérer pour grandir, devenir soimême et porter à maturité les promesses de notre identité.

Promouvoir l'EGALITE, ce n'est pas seulement permettre aux riches et aux pauvres de respirer le même air pollué et de mourir des mêmes maladies, mais ensemencer les coeurs afin que chacun puisse voir en l'autre un égal pour qui on veut le même respect que pour soi-même.

Restaurer la FRATERNITE, c'est autre chose que s'unir à des concitoyens pour faire la guerre à un ennemi commun, mais une invitation à transcender son egoïsme pour retrouver la fraternité cosmique qui nous relie à tous les êtres vivants "...

Et même si sa conclusion utilise un style qu'il faut lire attentivement et méditer, elle mérite d'être transcrite ici

" Poser comme référence absolue le respect de la sacralité de la vie, c'est permettre à notre économie de devenir plus juste, plus respectueuse de ce dont elle dépend et donc plus stable. C'est rendre au sentiment religieux sa vocation originelle, là où les traditions et les structures du pouvoir ont détourné le sens de son élan. C'est apprendre aux hommes à dépasser leurs divergences pour qu'ils se sentent faire partie d'une même HUMANITE, ellemême intégrée à la Nature ".

Enfin, " Mettre la vie au centre, c'est donner à la Science une éthique et à la Politique une mission : celle de faire en sorte que le coeur de l'espèce humaine puisse développer assez d'amour envers la Vie pour continuer à battre encore pendant des millions d'années ".

Que nos existences ne soient plus sacrifiées sur l'autel de la rentabilité et du culte de l'égo, mais se fondent sur le RESPECT DE LA VIE. De toute vie.

Comme disait aussi M. Ch. Panier dans une émission : il faut apprendre à nos enfants qu'on ne peut pas faire tout et n'importe quoi.

Question de respect...

JR

Fosses - Rue de la Station

Rue de la Station : c'était ainsi que s'appelait l'actuelle avenue Albert 1 er au début du siècle dernier. Nous sommes ici dans le haut de cette route qui mène à la Gare.

On peut affirmer que cette photographie, éditée en carte postale, fut prise au tout début du siècle, car on distingue très bien un réverbère (ils ont disparu lors de l'électrification de la ville en 1912), qui permettait l'éclairage public de cette rue fortement empruntée par les piétons qui se rendaient quotidiennement pour prendre le train, seul moyen de transport public de l'époque.

On se souvient aussi, d'après des commentaires parus dans les anciens Messager de Fosses de l'époque, que les habitants de Fosses avaient réclamé avec insistance aux autorités communales, le placement de ces réverbères, car les trajets des navetteurs fossois qui empruntaient cette route dans l'obscurité complète, n'étaient guère confortables, surtout les jours de pluie, avec de larges mares d'eau qui existaient avant la restauration de la chaussée.

La photo a été prise sans doute l'hiver, car les personnages sont chaudement habillés et les arbres dénudés. On ne voit pas non plus les petits acacias que les anciens Fossois ont connu, bordant la route et qui furent plantés un peu avant la première guerre et disparurent après la seconde guerre.

A droite, le bord de la chaussée n'est pas encore aménagé ; le trottoir n'est pas visible.

Les deux hommes portant chapeau boule, à gauche, sont les photographes de la firme Nels ; on les voit sur d'autres cartes postales ; sans doute des « brusseleers ».

 

 

Concours de belote

Le service d'incendie de Fosses-laVille organise son Concours de belote le vendredi 5 mars, à 20 heures (inscriptions à partir de 19 h). Il aura lieu en la salle L'Orbey et se fera en 7 tours, par équipes formées.

La participation est fixée à 15 euros par personne (avec 7 boissons ordinaires comprises).

750 euros de prix

- 300 euros pour la 1 re équipe - 200 euros pour la 2e équipe

- 125 euros pour la 3e, 75 pour la 4e et 50 pour la 5e équipe.

Invitation cordiale à tous.

Choisir la Wallonie

Le prochain invité de PAC (Présence et Action culturelles) sera JeanClaude Van Cauwenberg, ministreprésident du Gouvernement wallon, qui viendra présenter son livre « Choisir la Wallonie ».

La séance aura lieu en collaboration avec le Centre communautaire de l'entité, le lundi 29 mars, à 19 heures, à la librairie Jean-Claude Linard, rue de Vitrival.

Des extraits du livre seront lus (sous forme d'interrogation) par l'ex-comédien de la RTBF, Bemard Perpète.

A travers cet ouvrage, le Ministre peint une fresque de sa Région, de ses racines historiques, relevant ses atouts, ses faiblesses, ses défis.

La Wallonie, c'est un petit pays, terre de couleurs, de jeunesse, de croissance, d'entreprises. La Wallonie, c'est 76.000 kms de routes, 130 zones industrielles, 1.600 kms de voies ferrées, 637 lignes de bus utilisées chaque jour par 260.000 personnes. La Wallonie, c'est 3.500.000 habitants, c'est 9 universités et centres de recherches fréquentés par 100.000 étudiants, c'est une terre de talents, d'artistes, de sport, de gastronomes...

La Wallonie, c'est aussi 3 mots Solidarité, Responsabilité et Autonomie. Trois maîtres-mots pour répondre aux discours égoïstes trop souvent entendus dans la bouche d'une certaine Flandre.

Le livre est vendu 23 euros en librairie. Mais si vous souscrivez par l'intermédiaire de PAC, vous obtenez une réduction de 4 euros et vous ne payez que 19 euros.

Le livre vous sera dédicacé et remis par le Ministre-président le 29 mars

(Souscriptions chez Daniel Piet, président de PAC, avant le 20 mars, au

' 081-32.32.13

ou

È 0479-58.71.00 le matin.

Le grand feu de Haut-Vent

Dans la série des grands feux dans la commune, c'est Haut-Vent qui organise le sien ce samedi 6 mars, à l'initiative du Comité des Fêtes.

Une promenade musicale se fera dès 13h30.

Le feu sera allumé par des derniers mariés (Alain Godfrold et Pascale Cailliaux), à 20 heures. Le bûcher est installé, comme les années précédentes, rue du Château d'Eau.

Et lorsque les flammes seront en baisse, tous les participants se retrouveront à la salle 1 'Hautventoise pour un bal masqué dont l'entrée est fixée à 2,45 € ; elle sera gratuite pour les masqués.

Et à minuit, remise des prix aux masqués présents au moins depuis 22 heures.

Appel aux artistes de musique

Ouvrez vos oreilles,

Sortez vos instruments,

Que la fête commence !

Et que la musique s'élance...

Dans le cadre de l'année de la Musique 2004, la Ligue des Familles et le Centre Culturel se sont associés dans un grand projet pour le mois de septembre, pour fêter en famille, l'Année de la Musique, dans un cadre de verdure et d'eau propice à toute forme d'art.

Tous les musiciens locaux seront les bienvenus. Nous serions ainsi très heureux de vous compter parmi nous.

Si vous êtes musicien, amateur ou confirmé, de la localité ou des environs, si vous faites partie d'un groupe, d'une formation, ou autres, prenez rapidement contact avec le Centre Culturel,

Brigitte Romain ou Bemard Michel,

place du Marché,12, à Fosses-la-ville.

' 071/71.46.24

Les 12 h à l'djote

C'est le samedi 20 mars, en la salle L'Hautventoise, qu'aura lieu le traditionnel repas « Les 12 h. à l' djote », dès 11 h et jusque 23 h. Un 1er service est organisé de 11 à 14 h et le second, de 18 à 23 h.

Afin de faciliter l'organisation, il est obligatoire de réserver le repas pour le mercredi 17 mars, à

Jean-Louis Pacorus ' 071-71.33.00

Pierre Colot È 0473-83.15.76

Georges Demaret ' 081-43.41.80

Caudy Van Ryssel ' 071-71.44.48

Patrick Collard È 0473-31.97.24

Au Fer à Cheval ' 071-71.19.38

C"est, rappelons-le, le comité des Débridés de Bambois qui vous invite à leur repas, agrémente par une musique des années 70, très cool et tempérée, afin de ne pas gêner la conversation.

Le service est assuré par de jeunes bénévoles.

Rappelons que le menu (à préciser lors de l'inscription : carottes, choux, 1er ou 2e service) est fixé à 12 euros (à volonté) et qu'il est gratuit pour les moins de 12 ans et les + de 70 ans.

 

Laetare : le cortège

Cette année, le comité des Chinels annonce le 135e anniversaire de la musique des Chinels, dont l'auteur est un certain, Louis Canivet. Nous aurons l'occasion d'en reparler.

Le 21 mars, nous retrouverons donc nos Chinels en prestation dans nos murs, accompagnés de quatre groupes étrangers, et bien sûr également les groupes fossois toujours fidèlement au poste.

Voici la composition du cortège pour cette année 2004

1. Les Disclimbwages (Fosses)

2. Drumband et Géants, dénommés « Les Hussards » (Bruges)

3. Abel Zébuth et Clara Bistouille (Fosses)

4. Anciens Chapeliers de la Vallée du Geer (Eben-Emael)

5. Les Clowns en Folie (Fosses)

6. Carnaval de Venise (Sambreville)

7. Les Echasseurs Rouges et Verts (Fosses)

8. Sister Act III (Andregnies)

9 Les Petits Chinels, les Doudous, les Pierrots musiciens et les célèbres Chinels de Fosses-la-Ville.

Comme l'en dernier, après les rondeaux, les spectateurs pourront bénéficier d'un très beau feu d'artifice.

Bientôt le Laetare

Ressourçons-nous !

Extrait du livre de M. Joseph Noël : « Les Chinels de Fosses, leur légende, leur histoire ».

Rappelons-le, Joseph Noël était correspondant de la Commission nationale de Folklore et des Enquêtes du musée de la Vie wallonne de Liège, collaborateur au « Guetteur wallon », membre de la Société Archéologique de Namur et ancien « Chinel ».

Voici cet extrait concernant les soces : « ... au point que chaque soce avait le soin de se couvrir d'un « loup ». Ce léger masque était renouvelé chaque année et particulier à la soce (12).

(12) Il serait heureux que l'on reprit cette COUTUME de porter le loup TRADITIONNEL, tout comme les « Gilles » de Binche gardent le masque toute la matinée du Mardi gras.

A méditer ! E. Geeraerts

Soirée Laetare

Le samedi 20 mars 2004, veille du Laetare, aura lieu une grande Soirée Laetare, organisée conjointement par les Soces « Les Rouge et Vert » et « Les Vert et Rouge ». Elle aura lieu à la salle L'Orbey à partir de 21 h. L'ambiance sera assurée par la sono OMG et la sécurité aussi assurée.

Les cartes d'entrée (prévente 3 euros) sont disponibles au S.I., place du Marché à Fosses.

Au Cercle horticole

La prochaine conférence horticole aura lieu ce lundi 8 mars, à 19 h 30, à l'Espace Solidarité et Citoyenneté, aux Quatre-Bras.

Le sujet sera traité par M. Vassart et aura pour thème : « Les poireaux ; variétés, culture et ennemis ».

Ce sera aussi, pour les membres, la distribution des semences.

Rappelons que l'entrée est gratuite et ouverte à tous.

Chez nos pompiers

Le samedi 10 avril, de 9 h à 16 h, le service d'incendie de Fosses-laVille organisera une journée d'initiation au métier de sapeur-pompier pour les enfants (filles et garçons) de 10 à 14 ans.

Cette journée consistera en différents exercices tels que : désincarcération, départ incendie, utilisation d'extincteurs, feux hydrocarbure, réanimation...

Afin de couvrir partiellement les frais inhérents à cette organisation (repas chaud à midi, boisson rafraîchissante, assurance...) une participation financière de 7 euros sera demandée à chaque participant.

Réservation obligatoire avant le 31 mars au

'071-71.24.28,

ou directement à l'Arsenal, rue Ste-Brigide 15, entre 8 h et 17 h.

Pour plus de renseignements '071-71.24.28 (arsenal),

È 0498-928931 (capitaine Ph. Scieur),

È 0499-425438 (adjudant R. Mazuin).

Interventions des pompiers

Le 18 février : appel des pompiers pour une fuite de mazout à Ermeton.

Le 21 : ambulance et pompiers suite à un accident de circulation sur la RN 90 à Franière ; un blessé conduit à Auvelais.

Le 24 : appel des pompiers pour une pollution au mazuot, avenue Albert 1 er à Fosses.

Le 25 : appel des pompiers pour un nettoyage de la chaussée (mazout), route d'Oret à Mettet.

Le 25 : appel des pompiers pour un feu de cheminée, rue de Vitrival, à Fosses.

Le 27 : appel des pompiers pour un feu de cheminée à l'abbaye de Grogne à Saint-Gérard.

Le 29 : appel des pompiers pour incendie dans une maison à Buzet ; une dame brûlée au 3e degré a été emmenée à l'hôpital à Liège.

Le 2 mars : appel des pompiers, suite à un accident rue du Noir-Chien à Mettet.

 

Vous cherchez une

AIDE POUR LE JARDIN ? (nettoyage, pelouses, haies, etc.)

Vous cherchez une

AIDE POUR LE BRICOLAGE ? (peinture, menuiserie, plomberie, etc.)

Vous cherchez une

AIDE ADMINISTRATIVE ?

Vous cherchez une AIDE dans le domaine de l'HORTICULTURE ou de l'AGRICULTURE ?

Alors, faites appel à

l'AGENCE LOCALE POUR L'EMPLOI (asbl)

Rue V. Roisin 9d, 1 er étage FOSSES-LA-VILLE

' 071-71.34.36

7 071-71.47.95

È 0475-89.26.19

Pascottini Philippe, président

Lenoir Alain, agent technique

Legrain Sylvie, agent techn.

Il vous en coûtera 4,95 euros/heure avec possibilité légale de déductibilité fiscale (jusqu'à 793,26 euros net/an.

Possibilité légale de mettre des chômeurs de longue durée au travail. Rapidité de service.

Quels sont les chômeurs

pouvant s'inscrire en A.L.E. ?

1. Les chômeurs complets indemnisés depuis plus de 2 ans (- de 45 ans)

2. Les minimexés

3. Les chômeurs complets indemnisés depuis plus de six mois (+ de 45 ans)

Confrérie St-Feuillen

Les membres de la Confrérie se réuniront au local Saint-Martin ce jeudi 11 mars à 19 h 30. Ils y entendront le premier message du nouveau président, Charles Wellin, la situation financière, une documentation sur le buste-reliquaire de saint Lambert à Liège, le rapport de la commission " Spectacle de la St-Feuillen 2005 ", le rapport de participation à la SteBrigide à Ayeneux, les prévisions pour le pèlerinage à Sainte Brigide en mai et divers autres points.

Ajoutons que les membres, avec les Confrères du Roeulx, célébreront la Saint-Patrick le 17 mars prochain, dans une ambiance irlandaise, en la salle des Etangs des Forges.

Des pneus brûlés...

Les Rangers d'Aiseau, " dont on connaît le militantisme écologique ", disait un confrère, ont dénoncé avec vigueur le brûlage de pneus à la lisière du Bois de Templemont, à la frontière de Fosses et d'Aiseau, sur Le Roux. Quelques mètres carrés de terre noircie et des carcasses métalliques des pneus incinérés en font foi. En fait, assez minime ; l'inconvénient, c'est que deux témoins affirment avoir vu un camion communal à ce moment : l'auteur serait donc " l'Administration communale de Fosses ". Là en effet, ça coince... Le bourgmestre étant en vacances, c'est le premier échevin Bemard Meuter qui a été interpellé : il peut affirmer d'emblée qu'il n'y a eu aucun ordre de ce genre.

L'enquête a démontré qu'en effet des ouvriers communaux, ayant découvert (parmi d'autres dépôts de déchets) 5 pneus de grande dimension refusés dans les usines de recyclage, ont cru bien faire de les brûler sur place. " Il s'agit d'une bavure, reconnaît le bourgmestre et une mise au point a été faite avec les ouvriers concernés.

On peut regretter tout de même que le responsable des Rangers ait d'emblée lancé des accusations contre la commune sans prendre la peine de demander d'abord des explications : " il préfère les amalgames qui peuvent semer une certaine suspicion ". En effet, le responsable des Rangers, Olivier Rubbers, lançait déjà une action en justice contre le bourgmestre " responsable du contrôle des infractions. Mais il leur arrive trop souvent d'en commettre " c'était là dépasser les bornes.

Car les administrateurs de Fosses ont le souci de la propreté dans leur commune : ils ont été les premiers dans la région à lancer le système des sacs payants pour inciter au triage des déchets, organisé un parc à conteneurs attractif et largement utilisé. Et chacun sait que le service

Environnement est particulièrement efficace et volontariste : outre les services continus sur l'année, des ramassages périodiques sont effectués par des équipes de bénévoles, encadrés par le service communal, pour nettoyer les fossés de tous les détritus qu'on y jette.

Reste le problème des dépôts sauvages : le camion communal veille à évacuer au plus vite ce que les gens indisciplinés (pour ne pas dire inciviques) déposent souvent à l'orée des bois, dans les fossés. Notamment des pneus usagés.

Dans un droit de réponse à la Presse, le bourgmestre précise que ces pneus ramassés sont conduits par un camion communal dans des centres agréés de recyclage :

Watco à GrâceHollogne

Cimenteries de Lixhe-lez-Visé

SITA à Keumiée.

Et ces transferts ont un coût

- en 2002: 19 T évacuées : 1.975 € ;

- en 2003: 11 T évacuées : 712 €

- en 2004 à ce jour : 20 tonnes évacuées pour 2.442 €

soit au total 50 tonnes pour un montant de 5.129€ ou 206.932 francs, sans compter les frais de déplacement des camions et la maind'oeuvre ! On ne peut donc pas accuser la commune de laxisme ou de violer la loi !

Les ouvriers semoncés seront tentés, à l'avenir, de ne plus voir des dépôts de pneus au bord des bois : que les Rangers viennent donc les enlever !

On peut regretter bien sûr cette erreur de brûler des pneus alors que c'est interdit. Mais ce qu'il faudrait avant tout, c'est décourager les gens à se débarrasser de leurs déchets n'importe où.

Il y a 50 ans

Les faits marquants de chez nous en février 1954

- Curieux : les Ets Piette à Pontaury annoncent la location d'essoreuses 45 fr. par 24 heures (prise et remise à domicile comprises).

- Les marchands de charbon présentent leurs tarifs : le 12/22 à 1.560 F la tonne ; les boulets à 1.200 F la tonne et les schlams à 300 F/T.

- Le garage Watrice à Auvelais annonce la Renault Frégate (11 CV) à partir de 94.000 F.

- Début février 1954, il fait très froid. Un lecteur raconte que son gosse doit dormir dans une chambre où le thermomètre indiquait.- 5 °C. Son drap de lit gèle avec sa respiration 1

- Le relevé des chômeurs pour janvier : 10 chômeurs complets et 12 accidentels à Aisemont ; 4 complets et 8 partiels à Sart-St-Laurent ; 4 complets et 12 partiels à Le Roux.

- L'abattoir de Fosses fonctionne bien : il y a eu, durant l'année 1953, 1.458 bêtes abattues, pour un poids total de viande de 145.066 kg.

- Un camion chargé de meubles des Ets Godefroid-Meubles à Hamsur-Sambre, quitte la route à Claminforge, dévale un talus et échoue dans un jardin.

- Les films passés au Cinéma Moderne à Fosses : Escale à Honolulu, Maria Chapdelaine, Violettes Impériales, Quatre dans une Jeep.

Marche des Jonquilles

La traditionnelle Marche des Jonquilles, qui ouvre la saison des organisations du Footing Club de Fosses, aura lieu ce dimanche 7 mars. Les départs et arrivées sont prévus en la salle de la Baillerie, à Névremont, entre 7 h et 14 heures.

Les circuits présentés sont prévus sur 5 km (pour handicapés), 6 km, 10 km, 15 km et 20 km.

On le rappelle, cette marche est ouverte à tous et moyennant une particiPation très minime de 0,75 euro.

Comme chaque année, cette Marche des Jonquilles attirent toujours un bon millier de marcheurs, toujours très satisfaits de la bonne organisation du club fossois. Restauration et boissons sur place, à des prix démocratiques.

Il y aura donc du monde, ce dimanche, sur les hauteurs de Névremont et les organisateurs espèrent qu'ils auront aussi le soleil pour allié.

Photo rétro

Voici une belle photo qui date de 1936 : elle représente Emile Mazuin à côté d'une belle Chevrolet du début des années 30.

Cette photographie a été prise devant le garage que les trois frères Mazuin : Joseph, Pierre et Emile, tenaient au coin de la rue du Chêne et de l'avenue Albert ler, actuellement magasin de cycles de Marc Henry.

A gauche, les toits du dépôt de charbons qui appartenait à Madame Ancelot, à qui succéda Joseph Fauche ; ce fut ensuite un magasin de grains, exploité par Jules Biot et son gendre Valère Rosart, puis par la Coopérative Agricole, avant de devenir dépôt de carburants de chauffage de Paul Effinier et maintenant de son gendre Jean-Marc Debehogne.

A l'avant-plan à gauche, on voit les rails du tram de Fosses à Châtelet, mis en service en 1915 (le premier projet datait de ... 1904!) ; le tram à vapeur fut remplacé par des bus en 1938 et les rails enlevés par les Allemands en 1943.

Le rapport de l'Administration communale

Nous poursuivons les données du rapport communal, entamées voici quelques semaines, puis interrompues, pour reproduire la liste des personnes employées par la commune et travaillant aux différents services, auxquelles nous avons parfois recours pour diverses formalités.

Personnel administratif :

Secrétaire communale ff.: Mme Fr. Goisse

( remplaçant G. Parent admis à la retraite)

Receveur communal

Joël Lemmens, de Jemeppe-sur-Sambre

Employé au cabinet du bourgmestre :

J.-Luc Boulanger, de Vitrival

Employées à la Culture, festivités, location salles :

A.-M. Bemard (Vitrival), Brigitte Romain (Fosses)

Employée au service enseignement:
Isabelle Bertinchamps (Vitrival)

Employées état civil, population :

Lucy Haut (chef de serv., congé maladie), Yvette Bodart (Haut-Vent) Christine Migeot, (rue Tri-du-Bois) Nathalie Salme (rue de l'Ecolâtre)

Em loyées service des finances et taxes Paulette Blanchard (chef service, Fosses) Martine Godfroid (de Vitrival) Brigitte Absilis (rue de l'Abattoir, Fosses) Géraldine Viatour (rue du Herdal, Fosses) Monika Niapierala (rue de la Plage)

Employés serv. Urbanisme et Patrimoine :

Jean-Luc Benoît (chef service, Aisemont) Brigitte Brans (rue du Baty, Bambois) Monika Napierala (rue de la Plage) Florence Rasquin(Vitrival)

Personnel

Maryline Molle (Denée) Evelyne Duchâteau (Vitrival) Travaux

Frédérique Amould (Saint-Gérard) Francette Tonneau (Sart-Saint-Laurent)

Permis de conduire, passeports

Lucia Defoin (rue de l'Abattoir) Géraldine Viaour (rue du Herdal)

Bibliothèque communale

André Decamp (Campagne du Chêne) Léa Surbois (route de Mettet)

Professeur de langues Chiarizia Catherine (Vitrival)

Arsenal des pompiers

Francis Leclercq (rue des Egalots) Philippe Scieur (r. de Vitrival, capitaine)

Personnel technique aux Travaux

Contrôleur travaux : Casimir Raymond

Aux bâtiments communaux

Jules Durand (chef, disp. pour maladie) Philippe Doumont (Haut-Vent) Dominique Ferin (Le Roux) Jacques Gillain (Aisemont) Sylvain Ghiotto (Fosses) Yvan Lejeune (Vitrival) Alain Parent (Vitrival) Nicolas Piéfonck (Fosses) Sylvain Plapied (Fosses) Pascal Vigneron (Le Roux)

Aux cimetières

Jean-Luc Depraute (Bambois) Fabian Crasset (Bambois)

Service sports et environnement

Etienne Damanet (Vitrival) Rudy Lison (Névremont) Ludovic Tahir (Fosses)

Luc De Cuyper (route de Tamines)

Service voirie

Claudy Deproot (Sambreville) Laurent Gillain (Aisemont) Michel Marique (avenue Champ Stoné) Jean Preter (Sart-Eustache) Fabian Saelens (Le Roux) Jean Boembeke (route de Mettet) Robert Defleur (Bambois) Michel Deguillaume (Haut-Vent) Roland Demeure (Vitrival) Fabian Lemmens (Bambois) Rudy Maniscalco (Sart-Saint-Laurent) Didier Piret (rue de Névremont)

Service nettoyage des locaux

Hôtel de Ville, pompiers, salle L'Orbey M.-Hélène Boiteux (rue Al Val)

Bibliothèque, Ecole de Névremont Maryline Gosset (rue des Bergeries)

Locaux communaux et scolaires

Catherine Dekyvere (Vitrival) Bénédicte Delais (Bambois) Colette Delobe (Vitrival) Jacqueline Demoulin (Vitrival) Carine Egeur (Le Roux, en maladie) Emilia Gérard (rue St-Roch, en maladie) Colette Gillain (Aisemont) Arlette Lallemand (Sart-Eustache) Annette Parent (Vitrival) Véronique Pierre (Le Roux)

Hall voirie, salle ancien Nopri

M.-Christine Reumont (Névremont)

La presse revue...

par Zorro

- Samedi : « A deux minutes du terme... » - Claire a accouché...

- Dimanche : « Six officiers congolais luttent contre la mauvaise mine » - Paraît même qu'ils sont tout blancs.

- Lundi : « De Gucht en remet une couche » - Culotte ? De verni ? Réponse au bureau du journal...

- Mardi : « On ne ratrappe que son retard » - ... même si on court après le temps qui passe !

- Mercredi : « Voter, c'est bien, mais ne pas voter, c'est mieux... » - Le lecteur attentif aura remarqué que Zorro en parlait il y a déjà fort longtemps...

- Jeudi : « Comment sont taxés les élus » - En Belgique, il faut bien reconnaître que cela dépend beaucoup de l'élu.

- Vendredi : « Attention à ce que vous signez » - ... lui avait-on répété. Et pendant quatre ans, il ne signa plus sa déclaration d'impôt...

Pensons à nos aînés

Fêteront leur anniversaire au cours du mois de mars

Le 1er : Anna Duculot, Rue Rivaustrée, Névrem. 84 ans

Le 5 : Octave Jacquet, R. Tisserand, Haut-Vent 90 ans

Le 5 : Jeanne Comil, Rue du Try-al-Hutte 80 ans

Le 6 : Philomène Nys, Rue Grande, Le Roux 86 ans

Le 6 : Maria Bouillot, Rue Bijart, Sart-St-Laur. 81 ans

Le 7 : Charles Drèze, Rue St-Pierre, Vitrival 89 ans

Le 8 : Claire Haut, Av. des Combattants 92 ans

Le 8 : Léon Goret, Rue G. Boccart, S.-St-L. 91 ans

Le 8 : Andrée Bouchat, Home, Mettet 83 ans

Le 10: René Danloy, Rue de Walcourt, Vitrival 88 ans

Le 11 : Alina Delbart, Rue du Baty, Bambois 95 ans

Le 12: Marie-Thérèse Depasse, Rue d'Arsimont, Aisemont 87 ans

Le 12: Rosalie Migeot, Rue de Walcourt, Vitrival 91 ans

Le 13: Marie-José Romain, Av. des Combattants 81 ans

Le 16 : Germaine Bastin, Bois-d.-Mazuys, Vitrival 92 ans

Le Le 17: Hélène Carpiaux, R. B.-Sart, Sart-Eustache 81 ans

Le 18 : Andrée Borbouse, Rue Station, Aisemont 81 ans

Le 21 : Marie Bernard, Rue Leclercq, Vitrival 84 ans

Le 23 : Robert Naniot, Rue Station, Aisemont 80 ans

Le 23: Simone Legrain, Rue Haut-Baty, Aisemont 81 ans

Le 24 : Marguerite Colon, Rue de Vitrival 86 ans

Le 24: Eva Wiame, Bois-d.-Mazuys, Vitrival 87 ans

Le 25: Anaïse Mottiaux, Home Dejaifve 81 ans

Le 25: Gilberte Delvaux, Rue Brosteaux, Sart-St-L. 81 ans

Le 26: Marcelle Malotteau, Rue Ste-Brigide 83 ans

Le 29: Trouillet M.-Thérèse, Bois-d.-Mazuys, Vitrival 80 ans

Le 30 : Gaston Fauche, Home Dejaifve 80 ans

Le 31 : Irène Timmermans, Rue Sainte-Brigide 83 ans

LE ROUX Dîner de la Marche

Ce dimanche 7 mars se déroulera le dîner annuel, organisée par le comité de la Marche Sainte-Gertrude de Le Roux, à partir de 12 heures, au réfectoire des écoles communales.

C'est M. Emile Yemaux et son comité, ainsi que les membres de l'EtatMajor, qui prennent en mains l'organisation de ce dîner dansant, toujours très suivi par les marcheurs, leur famille et les sympathisants. Il y aurait, paraît-il, plus de 160 inscriptions !

Nous leur souhaitons bon appétit !

AISEMONT Emboutie

Le lundi 1 er mars, vers 1 heures du matin, deux amis se suivaient en voiture et roulaient route de Tamines, l'un dans une VW Polo, l'autre dans une Passat. Subitement, la Polo prit la route menant vers Aisemont, sur sa gauche et le conducteuir de la Passat, surpris par cette manceuvre, vint le tamponner à l'arrière, quittant ensuite la route vers la droite, accrochant une clôture et un panneau de signalisation, avant de se retrouver dans le champ.

Les dégâts matériels ont été constatés par les inspecteurs de la zone de police Entre-Sambre-etMeuse et le conducteir de la Polo, légèrement blessé, fut conduit par l'ambulance, au centre hospitalier Val de Sambre à Auvelais.

SART-ST-LAURENT Le grand feu

Le Sart aura son tour dans cette série des grands feux : ce sera le samedi 13 mars.

A partir de 14 h, le comité fera le tour du village en musique. Le feu sera bouté à 20 h au bûcher installé un peu en arrière du Hall des Sports et à 21 heures une soirée dansante y sera animée par Power Music. L'entrée est fixée à 4 euros..

Les stalles de la collégiale (3)

3e panneau :

à gauche, près du banc de communion, contre les hautes stalles Pèlerinage à Rome.

Ici aussi, c'est la légende : Feuillen ni aucun de ses frères n'a fait le voyage à Rome comme l'ont écrit des auteurs de " vitae " bien postérieures au seul document fiable,

" L Additamentum nivialense de Fuilano

": ajoute nivelloise au sujet de Feuillen " à une vie de St Fursy écrite par un moine de Nivelles vers 657, donc peu après la mort de notre patron. Sur ce panneau, on voit, à gauche, le pape (qui serait Martin ler, 649-653), assis sur un trône et coiffé de la tiare ; Feuillen est à genoux devant lui, coiffé de la mitre d'évêque ; un cardinal portant chapeau à larges bords est à côté du pape et derrière, nu-tête, un personnage tenant un bâton : un compagnon de pèlerinage tenant le bâton de Feuillen ?

4e panneau :

à côté, contre les basses stalles

La dormition de Feuillen et de deux compagnons.

Cette scène n'est pas à sa place dans l'ordre chronologique de la vie de Feuillen : sur un lit de parade et couvert d'un ample drap, Feuillen, mitré, est couché avec de chaque côté un de ses compagnons de martyre (en fait, ils étaient trois mais cela eût été diffilement représentable : la pose de ceux-ci est déjà assez surprenante). On n'a donc pas tenu compte du fait que Feuillen avait été décapité. A moins qu'il s'agisse du séjour à Nivelles avant la venue à Fosses : l'ordre chronologique serait ainsi respecté et on n'aurait pas ces contradictions avec le récit. Il est pourtant difficile de croire que trois moines soient couchés dans le même lit, et Feuillen avec sa mitre ! D'autant plus que des burettes, qu'on voit à l'arrière, font penser que la scène se situe dans une sacristie : ce serait donc après le retour des corps à Nivelles..

5e panneau :

à droite, devant le banc de communion, contre les basses stalle

La construction du monastère de Fosses.

Contrairement au tableau représentant la même scène, presque derrière, où Feuillen et ses moines en habits bénédictins (ce qui n'était pas le cas) regardent des ouvriers ériger l'église telle qu'elle se présentait en 1756), on voit ici Feuillen, ses moines et des ouvriers en plein travail : devant, à droite, Feuillen (mitré I) porte une lourde pierre sur l'épaule ; derrière lui, un maçon cale une pierre de l'édifice ; au centre, un charpentier frappe de sa hachette une sorte de pieu ; à gauche, un moine porte une poutre : le " tailleur d'images " l'a gratifié d'une auréole : ce serait donc St Ultain. La tour de l'église est romane, avec un large portail et seulement deux fenêtres juste sous le toit. Un autre édifice se devine derrière le maçon.

6e panneau :

à côté, au dos des hautes stalles

Une prédication de saint Feuillen.

Feuillen est debout dans une chaire, mitre en tête, chape sur les épaule et ses mains indiquent un mouvement accompagnant sa parole. Devant lui, quatre personnages : deux hommes et deux femmes, l'écoutent. Juste devant la chaire, assis sur un escabeau, un homme retient de la main gauche son habit sur l'épaule tandis que la main droite est posée sur un genou ; sa tête broussailleuse est relevée en arrière pour apercevoir le prédicateur ; derrière lui, deux femmes, la tête couverte d'un

voile, écoutent avec attention ; l'une est assise, l'autre debout, mains jointes. Derrière elles, à gauche, un homme à barbiche lève la main gauche ; il porte un chapeau à pointes se recourbant en une sorte de volute. Les vêtements de ces auditeurs sont intéressants-et typiques du XVie siècle.

7e panneau :

près de la grille en dinanderie, au dos des basses stalles

Le martyre de saint Feuillen.

La Foret Charbonnière est figurée par quelques arbres dont les bran-ches se terminent curieusement en forme de cônes, comme des glands ; au fond se voient une porte fortifiée, un rempart à créneaux et une tour d'église : ne serait-ce pas, dit le doyen Crépin, l'abbaye des Prémontrés du Roeulx, bâtie au Xlle s. à l'em-placement du martyre de Feuillen ? Une transposition de siècles n'arrêtait pas nos anciens imagiers. La scène ne présente que trois personnages : au centre, saint Feuillen en chape et mitre, arrêté brutalement par un brigand en culottes courtes et justaucorps, qui lui met la main sur l'épaule, tandis que le saint lève la main gauche en signe d'apaisement ; à droite, un autre brigand, coiffé d'un bonnet, tire du fourreau l'épée qui servira à la décapitation.

8e panneau :

à côté, adossé aux hautes stalles

Le retour du corps à Nivelles.

En haut, dans le lointain, la collégiale de Nivelles derrière deux monticules. A l'avant-plan, le cortège s'avance : un clerc porte une bannière qui flotte au vent ; derrière lui, deux moniales dont l'une, au premier plan, est sainte Gertrude revêtue d'un long manteau auquel s'agrippe une souris, attribut de la sainte (invoquée contre les invasions de mulots dans les campagnes et de rats dans les villes). La châsse, déjà une oeuvre d'art, est portée sur un brancart dont on ne voit que le premier porteur ce devait être, selon l'Additamentum, le frère de Gertrude, Grimoald, maire du palais après son père Pépin de Landen

on ne voit pas l'évêque de Poitiers, Didon, qui était avec eux, selon le récit du moine de Nivelles ; et à côté du brancart, presque sous la châsse, un petit clerc en surplis, chantant des hymnes en tenant à la main droite une torche allumée.

 

 

Une belle exposition

" REGARDS CROISES "

Comme nous l'avons annoncé, elles sont cinq élèves de l'Académie de Tamines pour présenter des échantillons de leurs talents en la salle d'exposition du Syndicat d'Initiative durant ce mois de mars.

Le vernissage s'est fait vendredi, mais la chute de neige à ce moment a sans doute retenu chez eux pas mal d'invités. L'échevin Bernard Meuter les a présentées : ce thème " Regards croisés " pourrait être intitulé aussi'' regards de femmes " et toutes apportent chaleur, couleurs et beauté. Aussi remercie-t-il Mme Lepinne Scohier d'avoir réuni ses amies dans ce chatoiement enchanteur.

Dans la première pièce, Simone Sçohier, artiste prolifique bien connue, présente selon son habitude une série d'aquarelles pleines de chaleur et de lumière, bien que ses sujets restent dans un certain flou estompant les formes : un arbre, des chemins champêtres, des marines ou des fleurs, dans des tons bleus ou à côté une foison de jaunes dominants. A côté, son amie Michèle Vandenhaute, de Sombreffe, dans le même registre d'aquarelles : une haie devant un verger, une rue fleurie, un petit port, des barques, ou des fleurs en pot ou en bouquet : la douceur de l'aquarelle se pare de lumière colorée.

Dans la seconde pièce, une autre amie : Angela Sigismondi, d'Auvelais, dont les huiles respirent ses origines italiennes et se plaisent de paysages de Provence : des oliviers, une tour perdue dans une montagne de verdure, ou bien la mer, les vagues, la grève... Une vigoureuse impressionniste. A côté, deux oeuvres de la céramiste Adriana Orioli : carrés bruns ornés de barres dans une recherche d'équilibre des lignes, des surfaces, des proportions. Enfin, une autre aquarelliste : Annie Cimino, de Loyers. Toute en finesse, elle ne fait que suggérer un sujet inachevé, esquissé, dans des traits très fins et des tons très pastels ; dans l'esprit de Carême ou à l'approche du Vendredi Saint, elle a choisi des Christ couronnés d'épines ou en croix, d'une grande pureté d'expression, et un nonfiguratif qui suggère pourtant un beau mouvement d'élévation.

C'est donc un recueil de grandes beautés variées qui vous invite à un passage dans cette galerie du S.I. elle est ouverte jusqu'au 25 mars, de 9 à 16 heures en semaine et de 10 à 17 heures le week-end. N'hésitez pas : cette exposition vaut vraiment le déplacement.

Journée remise et journée de pause

En raison de la situation climatique et des terrains enneigés - il fallait s'y attendre - toutes les rencontres provinciales prévues le week-end dernier ont été remises.

Et ce dimanche, une journée de repos était prévue pour permettre l'alignement ; certains matches en retard seront joués mais ne concernent pas nos clubs de l'entité qui seront donc au repos.

Souper du minifoot

Le club de football en salle de Névremont organise le 3 avril prochain son 1er souper dansant, à partir de 19 h., à la salle des fêtes de Haut-Vent.

Au menu : apéro, boulettes tomate « maison » ou vol au vent avec frites, dessert.

La participation est de 10 € pour les adultes et de 6 € pour les enfants.

Réservations pour le 26 mars au plus tard chez :

W. Piret ' 071 71.15.82,

E. Van Roosbroek ' 071 71.28.62

L. Brosteau ' 071 71.44.21.