N°49  19 décembre 2003

Cadeaux et médailles en pagaille

En accueillant une assistance considérabe à la salle L'Orbey, lundi, le bourgmestre a rappelé que c'est devenu une bonne habitude de l'Administraton communale, en fin d'année, de remercier et féliciter toutes les personnes qui ont bien mérité de la ville et donné à notre cité tout l'éclat qu'elle mérite.

On a donc, au cours de cette soirée animée, avec en fond la musique du chanteur local Pascal Gillard, distribué cadeaux, coupes et médailles à des membres du personnel communal qui arrivent en fin de carrière ou à un anniversaire marquant, et à une série de clubs sportifs des médailles de reconnaissance de la ville, des prix spéciaux et le Trophée du Mérite sportif.

C'est une séance spéciale du Conseil communal et les conseillers sont disposés sans tenir compte de leurs groupes respectifs ; on devait excuser les conseillers Philippe Moreau et Bernadette Robaye.

ANCIENNETE

Premiers mis à l'honneur : André Decamp, bibliothécaire depuis 30 ans (" il a vécu toutes les péripéties de la Bibliothèque ", commente le mayeur) ; puis Jean-Luc Benoît, entré à la commune en 1978, fidèle Gadî, devenu chef administratif à l'Urbanisme ; un seul défaut : il est supporter du Standard (et le Bourgmestre : de Charleroi !) ; Puis l'autre Jean-Luc, Boulanger : il a connu un peu tous les services et est maintenant secrétaire de cabinet du Bourgmestre ; il remercie les mandataires communaux (dont J. Romain) qui l'ont fait entrer en 1978, ses collègues qui lui ont appris " le métier " : Louis Dumont, Gérard Parent, Claire Blondiaux, Manu Drèze et les autres ; Jean-Luc rappelle aussi que les employés sont appelés à se remettre en question et sont au service de la population, surtout des plus démunis. Enfin, Claudine Minotti, la " nounou " des enfants de l'école de Vitrival où elle assure depuis vingtcinq ans la surveillance du matin et de midi. Chacun reçoit un cadre d'un dessin de Fosses de Marcel Nulens.

Ensuite, les pensionnés : Jules Durant, " le p'tit Jules " connu de tous, entré en 1966 au Service électrique, où il était mobilisable jour et nuit, devenu chef du service technique des bâtiments, toujours prêt, comme un scout, à rendre service à tous ; et le bourgmestre de préciser que si Jules aime son jardin, il n'a jamais offert de fleurs à son épouse : ce sera le cas pourtant ce soir car Emilia, technicienne d'entretien, est aussi fêtée pour 25 ans de fidèles services.

Sont aussi appelés, deux pompiers Jean-Jacques ' Tadeuz " Bak, entré en 1978 comme centraliste en raison de son handicap, mais performant dans toutes les tâches ; un seul défaut : bien qu'habitant en face de l'Arsenal, il était toujours dernier arrivé car il lui fallait ses tartines avant que Nicole ne le laisse traverser la route.. Et aussi Robert Manque, entré aussi en 1978, spécialiste des nids de guêpes, mais inattentif aux portes en verre : depuis, il garde son casque...

UN MERITE CULTUREL

Innovation : l'Administration communale a décidé d'octroyer cette année un " Prix du Mérite culturel " à M. Jean Lecomte, juge de Paix honoraire, qui s'est largement investi en temps, dévouement et argent pour orner la Justice de Paix, écrire plusieurs tomes sur l'histoire de Fosses ou la colllégiale, fait ériger une croix celtique et a fait construire à SainteBrigide un oratoire de type irlandais du Vlle siècle. Il reçoit une grande aquarelle de la Place du Chapitre, de M. Nulens ; et il offre à tous les conseillers, et même au public, un exemplaire d'un scénario qu'il vient d'écrire, intitulé " Les reliques de saint Feuillen racontent... "

LES PRIX SPORTIFS

Nombreux sont cette année encore les sportifs qui ont bien mérité de notre cité et sont ainsi mis à l'honneur par l'échevin Bemard Meuter.

La première " Reconaissance de la Ville " est pourtant attribuée à des " sportifs " particuliers : les membres du Cercle d'horticulture et petit élevage " fondé en 1903 : on vient de retrouver leur drapeau d'époque dans un grenier de l'Hôtel de ville. Et le président, Gabriel VERMAUT, a adressé à l'échevin un petit tableau humoristique de la vie à Fosses en 1903 : pas d'eau de distribution, mais seulement un puits familial ; pas d'électricité, installée en 1912 ; les déchets étaient jetés à la rue (les poubelles furent inventées par... M. Poubelle, préfet de Paris en 1895), manque d'hygiène, d'où épidémies de typhus et de choléra ; les lavoirs utilisaient l'urine dont l'ammoniaque servait à dégraisser le linge... Mais chacun avait son jardin ou son coin de terre pour garantir au ménage les légumes et pommes de terre, et aussi de petits animaux de basse-cour pour agrémenter le menu du dimanche ; et ce jardin était consciencieusement fourni de crottin de cheval... ou de la vidange du WC installé au fond de la cour... Une évocation très applaudie.

Autres prix de reconnaissance : au FOOTING CLUB Fossois, qui remplaça l'Athlétic Club fondé en 1957 pour le cross et la marche de compétition et qui, en 1973, voici donc 30 ans, reçut le premier matricule de la Fédération wallonne : 001 ! Ils amènent périodiquement à Fosses des dizaines de voitures encombrantes... mais aussi de nombreux marcheurs : 4 marches par an réunissant plus de 1.000 participants, notamment pour les 50 km de la Marche de la Marla9ne devenue célèbre ; et cette année, un 100 km qui vit 288 athlètes de divers pays : Belges du Nord et du Sud, mais aussi Français, Hollandais, Allemands, Anglais, Luxembourgeois et même Danois ! En 30 ans, ils ont fait découvrir Fosses à plus de 75.000 marcheurs ! Et méfiez-vous, conclut l'échevin, " ils peuvent vous faire marcher "

Reconnaissance aussi à " quelques fous " qui ont eu le courage de relancer un club de foot malheureusement disparu chez nous. Ils ont notamment réuni une équipe de MINIMES qui avaient débuté ensemble à l'âge de 6 ans, étaient passés au club d'Aisemont et ont été champions de leur catégorie sous la direction de Lui9i Lapaglia et Pascal Remy leurs entraineurs dévoués. Le Président ne peut pas être présent en raison du décès de son frère. Mais ces jeunes, avec leurs médailles, sont chaudement applaudis.

Le Prix spécial de la Ville est attribué cette année à l'équipe première de la Pelote Vitrivaloise : champions en Excellence, Grand Prix de Wallonie, ils ont reçu la plus haute distinction de la Fédération wallonne.Leur président Gérard COLIN reçoit la coupe de la ville.

SPORTIFS INDIVIDUELS

Il n'y a pas que les sports d'équipe certaines individualités se distinguent également. L'échevin appelle d'abord Christophe CHASSEUR, directeur du Chris Power Gym qui forme des athlètes hors du commun : on a vu d'autres années des démonstrations de Clarence Davis, 2e du Championnat Bénélux, 3e au Championat du Monde, qui est appelé sur le podium pour une démonstration de sa musculature extraordinaire, ainsi que le vétéran Michel Goffin : une prestation qui en laissa plus d'un(e) bouche bée... Le responsable a en projet l'ouverture d'une section dames pour le step, le yoga, l'aérobic, et aussi pour les jeunes : breck-dance entre autres.

Jeune athlète de chez nous (et qui en plus réussit aussi dans ses études au Collège) : Sébastien LEDOUX, de Le Roux, affilié au Club de Chatelineau où il a récolté une médaille d'argent au Championnat provincial, une dizaine de victoires dans diverses courses et cross et se classe parmi les 10 meilleurs jeunes sportifs du pays.

Autre coureur de talent : André LINDEKENS ; il a obtenu une série de très bons classements en courses et marathons divers et est en outre l'organisateur du " Jogging du Chinel " qui réunit 300 coureurs cette année.

MEME UN CHEVAL !

Vient ensuite un jeune " dresseur " de chevaux : Fabian VAN RIJSSEL, de Bambois : on l'avait déjà vu, lors de la dernière St-Feuillen, amener son cheval à s'agenouiller devant la collégiale ! Il prépare un grand spectacle chorégraphique avec divers chevaux et, surprise, il n'est pas venu seul mais avec un poney qui entre dans la salle au pas cadencé, patte levée, puis se dresse sur les pattes arrières, monte sur le podium, se couche, (voir photo ci-dessous) fume le cigare et boit une bière : une démonstration inédite et fort applaudie. Fabian attribue sa réussite a l'amour du cheval que lui ont légué son grand-père et son père, qu'il remercie ainsi que ses collaborateurs.

SPORTS "MOTEURS

Nous avons aussi chez nous des pilotes qui se sont fait un nom : JeanLouis MINGEOT (appelé parfois chez le bourgmestre pour excès de vitesse dans nos rues, reconnaît l'échevin) avec peu de moyens, il arrange sa voiture et remporte de beaux prix dont une brillante victoire à Sombreffe cette année. Malgré un élogieux palmarès, il veut arrêter pour se consacrer à ses enfants : applaudissements ! Il reçoit un Prix spécial de la Ville.

De son côté, Nicolas Gillard est parmi les Espoirs 2003 de la province de Hainaut, vice-champion de la Communauté française, deux fois premier, champion du Hainaut...

PRIX DU MERITE SPORTIF

Et pour clôturer, voici le Prix du Mérite sportif de la ville pour 2003 : présenté par son copain de course Pascal Gillard, notre chanteur " qui monte " et dont le CD assurait le fond musical de la soirée, entrecoupé du " We are the champions ", évidemment, ce prix est attribué au champion motocycliste Patrick DEBROUX à la carrière fulgurante : champion de Belgique Junior en 1983 ; champion

national et vice-champion de Wallonie en 84 ; champion nationaux 250 et ler à la course Belgique-France en 86 ; champion de Belgique RMT, vice-champion enduro en 91 ; il a gagvé 2 fois les 8 Heures de Rognée, 7 fois les 12 Heures de la Chinelle, 4 fois le supemotard de Mettet ; et en 2003, après 4 participations au championnat de Belgique, il s'est classé 4e au général et 5e au Superbiker de Mettet, ler pilote privé. Ces résultats justifient pleinement le Trophée qu'il remporte ce soir (une grande aquarelle de M. Nulens le représentant en pleine course), et de chaleureux applaudissements.

Et la réunion de ce Conseil exceptionnel se termine par une distribution générale d'un verre de bière accompàgné, saison oblige, de rondelles de boudin. Encore bravo à tous et aussi aux organisateurs.

 

Grandeur et décadence (et indécence ?)

Ainsi donc, " ils l'ont eu " ! Saddam Hussein est pris. Fini pour lui le régime totalitaire, la toute-puissance, les vantardises verbales contre les envahisseurs Américains.

Il est pris lamentablement, dans " un trou à rat ". Il est pris sans résistance et sans aide. Et il est apparu hirsute et barbu comme un SDF le plus misérable. Lui qui avait connu une jeunesse dure et violente, avait transposé dans toute sa vie cette violence, se laisse prendre sans un geste

Lui qui se disait héritier de Saladin et de Nabuchodonosor termine sa carrière comme un misérable lâche.

Lui qui avait connu la splendeur et le luxe insolent de nombreux palais se terrait dans un réduit obscur, sous terre, dans la crasse.

Lui qui avait connu le pouvoir absolu, entouré d'une armée et d'une garde rapprochée toute à sa dévotion, se fait prendre seul, sans un seul homme pour le défendre.

Lui qui s'était présenté comme un espoir de modernisation laïque au centre de régions islamiques fondamentalistes, et tout à la fois islamiste lui-même dans la mouvance sunnite, avait dans sa cache des images religieuses chrétiennes !

Lui qui se présentait comme le (seul) défenseur du monde arabe face à la puissance occidentale et américaine, le voici réduit à rien, abandonné de tous. Lui qui avait amassé des milliards à son profit personnel, on le retrouve dans une cave avec " juste " 30 millions... dont il ne savait plus quoi faire.

Lui qui proclamait que comme lui le peuple irakien se défendrait jusqu'au bout, jusqu'à la dernière goutte de son sang, il s'est rendu honteusement. Lui qui avait promis solennellement qu'on ne le prendrait pas vivant, qu'il préférait se suicider plutôt que d'être la proie des Américains, il est sorti de son trou sans résistance, laissant pourtant derrière lui pistolet et mitraillette.

Lui qui était obnubilé par la gloire ostentatoire, qui souhaitait plus que tout être admiré, vénéré et passer dans l'Histoire, se fait prendre dans la honte et le déshonneur.

Lui le chef suprême, l'intouchable, on l'a vu se laisser chercher les poux dans la chevelure et se laisser farfouiller la bouche par un Américain !

Oui, grandeur et décadence. De la plus insolente grandeur à la plus humiliante décadence.

Et malgré toute l'horreur qu'inspire ce dramatique personnage qui a emprisonné, fait torturer, violer, pendre, gazer près d'un million de ses propres concitoyens, la vue de cet homme hirsute et barbu, hagard et résigné, laisse perplexe.

Bien sûr, pour beaucoup, c'est une fameuse revanche, une libération. Dans la présentation et la diffusion de l'image de la déchéance d'un dictateur, on sent la revanche à fleur de peau et la plupart souhaitent qu'il soit mis à mort.

Et pourtant, si horrible, si démoniaque soit le personnage, il reste un prisonnier de guerre et donc protégé par la Convention de Genève qui interdit toute photo de prisonniers.

Ici, ce fut un véritable exhibitionnisme. C'était largement compréhensible mais cela reste indécent.

Indécent comme cette firme américaine qui a déjà fabriqué, comme cadeau de Noël f!), des figurines de cette tête hirsute et hébétée. Il y a des limites que l'esprit de vengeance et surtout l'appât du gain n'hésitent pas à franchir...

Il y a en plus la différence de culture : tout en étant opposé à ce tyran, un écrivain égyptien dénonce le fait qu'il ait été rasé par un Américain : pour lui, c'est une humiliation du monde arabe tout entier, car dans cette culture, raser la barbe est un symbole d'humiliation suprême et cela pourrait être pris comme un avertissement aux autres dirigeants arabes qui s'opposeraient à la puissance américaine.

Et maintenant ? Saddam Hussein le dictateur, le tortionnaire, le chef de guerre, sera jugé.

Par qui ? Tout le monde semble d'accord pour dire que le fait revient aux Irakiens eux-mêmes. Avec le risque d'un procès fort orienté par la vengeance, la revanche, et qui se termine par la peine de mort.

Tandis que les puissances occidentales souhaitent qu'il ait aussi, en raison de ses actions militaires internationales, un procès par une Cour internationale. Qui ne peut accepter la peine de mort.

A chacun sa conception. Mais déjà il se dit que Georges Bush, fervent partisan de la peine de mort dans son Etat et son pays, pourrait laisser faire.

Ne serait-ce pas là aussi " grandeur et décadence " ?

J.R.

 

 

A nos abonnés

Les abonnés qui n'ont pas encore effectué leur réabonnement sont invités à le faire sans tarder. Nous pourrons ainsi éviter une interruption. Paiement de 30 euros pour 2004,

au compte CCP n° 000-0021185-39 de l'imprimerie Romain,

rue des Remparts à Fosses-la-Ville.

Merci de votre confiance.

 

Fost-Plus

Les papiers et cartons seront collectés le mardi 23 Pour toutes les sections de l'entité. Pour les emballages PMC (sacs bleus) ce sera le lendemain mercredi 24, également pour toutes les sections.

Enfin il y aura un dernier ramassage des objets encombrants le lundi 29 pour toutes les sections également.

Accrochage

Jeudi dernier, vers 19 h 15, un accrochage entre deux voitures n'a heureusement fait que des dégâts matériels. Il s'agissait d'une Audi 320 et d'une Golf, conduite par des habitants de Mettet et de Fosses.

Un constat à l'amiable a été rédigé.

Au parc à conteneurs

Nous rappelons que le parc à conteneurs fermera exceptionnellement ses portes à 12 h, les mercredis 24 et 31 décembre .

Concert de Noël

Ce samedi 20 décembre, à la salle L'Orbey, aura lieu le concert de Noël qui regroupe trois groupements musicaux fossois : la Royale Philharmonique, la chorale Bebronae Cantares et la Chorale des enfants.

Des cartes sont en prévente au prix de 3 euros

- au Centre culturel, place du Marché - chez CI. Barthélemy, rue de Vitrival 34

' 071-71.31.54

- chez P. Lepinne, rue de Névremont 45

' 071-71.14.90.

Bonne nouvelle

Le ministre Charles Michel vient de signer une promesse ferme de subsides pour la réfection de la rue Chapelle de la Paix. Le subside se monte à 168.560 euros et est de l'ordre de 60% du coût des travaux.

La réfection se fera dans le courant de 2004.

Bureaux fermés

Lors des fêtes de fin d'année, les bureaux de l'Hôtel de Ville subiront quelques modifications et fermetures. Ainsi, les services seront interrompus le mercredi 24 décembre à midi. Fermeture les jeudi 25 et vendredi 26 décembre. Le samedi 27, il n'y aura pas de permanence du bourgmestre, et le bureau état civil/population, urbnisme, etc. seront également fermés.

La semaine suivante, les fermetures de bureaux seront du même ordre : fermés dès le mercredi 31 à midi, ainsi que les 1 er, 2 et 3 janvier.

Pour le réveillon

Le comité des festivités hautventoises vous propose son traditionnel Réveillon de Nouvel An le mercredi 31 décembre, dès 20 h, en la salle L'Hautventoise.

Au menu : apéritif, buffet froid et dessert au prix de 50 euros pour les adultes (boissons comprises) et 20 euros pour les enfants de moins de 12 ans.

La réservation est indispensable et le nombre limité. Les entrées après minuit ne sont pas acceptées.

Un acompte de 30 euros est demandé. Contact : José Marchal, 6, place de Haut-Vent, Fosses,

' 07171.17.94 de toute urgence.

 

 

Une soirée de Noël

Le Syndicat d'Initiative, en collaboration avec des groupements fossois, a mis sur pied des animations, à l'occasion des fêtes de Noël. Nous l'avions déjà signalé dans nos précédentes éditions et nous en rappelons les détails.

D'abord, sur la place du Chapitre, seront dressés quelques chalets où l'on trouvera "à boire et à manger": vin chaud, chocolat chaud, bières de Noël, boudin, cougnous, friandises... Le Père Noël sera présent et comblera les enfants.

A 7 heures 30 débutera un " conte de Noël " animé par les guides du S.I et les Comédyins Fosswès : mais pas un simple conte : ce sera une balade aux flambeaux à travers rues et ruelles du centre, sur le thème d'un conte inédit : " Le voleur de Noël " dans lequel Noisette et Chocolat guideront les enfants à la recherche de ce mystérieux voleur : une enquête vivante et à rebondissements. Les plus perspicaces seront récompensés. Et ce conte en balade sera repris à 8 heures et à 8 heures 30.

Entretemps, la chorale des enfants dirigés par Christine Buchet, puis la chorale "Bebronae Cantores" présenteront un répertoire de chants de Noël.

Des animations vraiment originales, qui seront présentées dans notre cité en cette fin d'année. Pour renseignements, s'adreser au S.I., Laurence Bigaré,

' 071-71.46.24.

Le Père Noël

Nous rappelons à tous les enfants et leurs parents, que le Père Noël et ses amis : Pope,,Mickey, Minnie, Bonhomme de Neige, les attendront le 23 décembre, de 18 h à 21 h, à la rue Campagne du Chêne 12, à Fosses-la-Ville. Les enfants recevront une petite friandise et pourront déposer leur lettre gratuitement. Venez, on vous attend

Pompiers au travail

Samedi dernier, les pompiers de Fosses ont effectué deux nettoyages de chaussée. Tout d'abord, vers 13 h 25, des taches de mazout rendaient la rue des Tanneries assez dangereuse ; un nettoyage se justifiait. L'après-midi, vers 15 h 20, c'est une partie de la rue de Walcourt, à Vitrival, qui fut nettoyée en raison de la boue qui rendait la chaussée glissante à certains endroits.

Commerces ouverts

- Le magasin La Maison Bleue, à Fosses, sera ouvert exceptionnellement les lundis 22 et 29 décembre.

Les commerçants peuvent nous signaler leurs ouvertures ou fermetures exceptionelles de cette fin d'année

' 071-71.10.83

Exposition

Rappelons l'exposition « Les petits formats » jusqu'au dimanche 4 janvier à la Maison de la Culture.

En semaine de 9 à 16 h, le weekend de 10 à 17 h. Contacts : Bernard Michel

' 071-71.46.24

Tombola

Voici les billets gagnants de la tombola organisée par le club de Fosses Avenir Pelote

157 192 261 407 509 693

792 843 868 929 947 1223

1492 1548 1563 1581 1652

1916 2404 2704 2748 2768

2836 2849 3023 3046 3098

3277 3356 3497 3801 3978

(sauf erreur ou omission)

Les lots sont à réclamer jusqu'au 23 décembre, de 17 h à 19 h chez M. Ladrille, rue V. Roisin 3, 5070 Fosses.

Conseil communal

Une dernière séance du Conseil aura lieu ce lundi 22, à 19 h 30, avec un ordre du jour comportant 30 points dont voici les principaux

- CPAS : budget 2004

- CPAS - Emprunt concernant l'achat d'un immeuble sis chaussée de Charleroi 130 à Vitrival

- Fabr. d'église St-Feuillen : comptes 2002 et budget 2004

- Suppression d'un tronçon du chemin vicinal n° 6 à Aisemont

- Mise à sens unique rue de Walcourt - Plan triennal logement 2004-2006

- Rapport sur l'administration et la situation de la ville pour 2003

- Mise à la pension prématurée d'un brigadier pour inaptitude physique

- Mise en disponibilité pour cause de maladie d'une institutrice maternelle.

Et encore les éoliennes

Depuis tout un temps déjà, les éoliennes occupent les esprits et suscitent des discussions dans les communes d'Anhée, Fosses-la-Ville, Mettet et même Onhaye et Florennes. Si on l'oubliait, Molignéole se charge de nous le rappeler. Ses membres ne ménagent pas leurs efforts pour conter le projet.

Les avis sont, comme souvent, partagés. La disparition progressive des réserves en hydrocarbures (pétrole et gaz naturel) nous inquiète pour notre descendance et nous incite à prendre des mesures de remplacement de ces produits, dont un conflit, à tout instant, peut nous priver.

Gouverner, c'est prévoir ! OK. D'un autre côté, des inconvénients se profilent à l'horizon. La qualité de la vie a sa valeur !

L'aérodrome de Bierset, près de Liège, booste l'économie du coin, mais les habitants voisins subissent l'impact du bruit !

Certains, qui habitent ailleurs, jugent que 63 décibels, si je ne me trompe, sont parfaitement supportables. Ils ne rendent bien sûr pas sourd immédiatement et ne perturbent pas une déclaration d'amour faite à voix normale pour telle chose ! La mimique peut d'ailleurs suffire !

On ajoute, que les décibels provenant du trafic routier dépassent souvent ce seuil. Argument idiot : si les décibels du trafic aérien viennent s'y ajouter, on en s'entend plus !

Nous n'avons, en Belgique, pas de chute d'eau et les marées de notre littoral n'ont pas une amplitude telle qu'elles puissent nous fournir une énergie conséquente. Il faut donc d'autres dispositions.

Dans le cas des éoliennes, on suppute et on conjoncture.

La société MESA dore la pilule et les opposants la noircissent. Qui peut dire, sans crainte de dire des bêtises, quel impact elles auront/auraient sur l'environnement : paysage et population, avant qu'elles soient installées ?

Cette installation à la route de Bambois et au Gonoy détériorerai telle l'horizon à partir de Bambois et du Gonoy ? C'est probable !

Ce qui me fait craindre, c'est que, de 61 prévues, on soit retombé à 32 ! Les centimètres de MESA ne sont ils pas en réalité des mètres ?

Il est en ce moment impossible de se prononcer sur l'exactitude des prévisions.

Pourquoi, puisqu'on craint la détérioration des paysages et le bruit éventuel, crainte qui suscite, à tort ou à raison, une levée de boucliers, ne pas envisager de remplacer les éoliennes par des capteurs solaires qui ne déparent pas le paysage, ne produisent aucun décibel et fonctionnent même quand le soleil est absent, alors que les éoliennes, quand Eole ne souffle pas, sont immobilisées et ne produisent pas le moindre kilowatt. ?

R.A.A. VIROUX

On nous écrit. à propos des éoliennes

Mega éoliennes Mesa... !

Réagissez avant le 9 janvier 2004 *, ou taisez-vous à jamais !!!

J'ai lu avec grand intérêt, curiosité et... parfois un peu de crainte, bon nombre d'articles concernant les éoliennes et publiés dans divers revues et quotidiens, depuis la réunion organisée par MESA le 19 février 2003.

Un article publié dans Le Messager de Fosses du 14 novembre dernier, sous la plume de Madame F. Rochet et un autre le 5 décembre dans le même hebdomadaire et le, 6 dans Vers (Avenir, sous la plume de M. J. Romain m'ont quelque peu interpellé. Le premier m'a conforté dans mon idée, le second m'a peiné. Si j'ai beaucoup de respect et d'admiration pour Monsieur J. Romain, pour son intelligence et la mémoire vivante de la vie fossoise qu'il représente, pour son honnêteté intellectuelle certaine, je me permets humblement de ne pas partager son avis sur l'implantation des éoliennes dans notre région.

Si « Molignéole » parle de la vallée de la Molignée, c'est parce que la société initiatrice du-projet s'appelle MESA (Molignée Energie Société Anonyme). Il est clair que des éoliennes doivent s'implanter sur les hauteurs et donc pas dans les vallées, mais c'est l'auteur du projet qui en a donné la dénomination.

Je ne tiens pas ici à répondre point par point à M. Romain, mais je vous livre quelques réflexions qui ont alimenté mes longues périodes d'insomnies.

Nulle part ailleurs on ne parle d'usine éolienne, car nulle part ailleurs il n'y en a 32 sur un territoire aussi réduit. Quelques fois 3 ou 4, 6 ou 7 au grand maximum.

Quand on sait que, lorsque les éoliennes seront installées sur l'ensemble du territoire de la région wallonne (environ 300), cela couvrira à peine 10% de notre consommation, on se demande s'il ne serait pas plus opportun de recherche d'autres sources d'énergie propre et surtout de faire la chasse au gaspi dans chaque ménage : rien qu'en éteignant les lampes quand on quitte une pièce, en ne laissant ni le téléviseur ni l'ordinateur, ni le magnétoscope sous tension (en veilleuse), en diminuant le chauffage..., on fait baisser la facture énergétique et donc on contribue à diminuer l'effet de serre.

Pourquoi installer plus de 10% des éoliennes (32 sur 300) dans notre région qui couvre seulement 1,6% du territoire de la région wallonne (270 km2 sur 16.844 km2) ?

Quand on sait également que tout n'est affaire que de gros sous et de gros rendements financiers au bénéfice de quelques-uns et que l'apport, en terme d'énergie, pour l'ensemble de la population est dérisoire (sauf en ce qui concerne le paysage, les nuisances visuelles ou sonores...) on peut se demander si la prostitution mondaine n'est pas réapparue ouvertement dans nos campagnes.

Pourquoi y a-t-il eu une réunion d'informations de la population à Lesve, commune de Profondeville, qui ne « bénéficiera » (?) d'aucune éolienne sur son territoire, et nulle part ailleurs dans les trois communes concernées, dont la nôtre ???

Heureusement que « Molignéole » nous a informé, car aucune de ces trois communes ne l'a fait.

Qu'adviendra-t-il dans vingt ans, au terme des contrats et des activités des éoliennes ? Qui les démontera et évacuera les déchets et aux frais de qui... si on les démonte ? Va-t-on de nouveau faire des émissions à la RTBF au sujet des GTI (Grands Travaix Inutiles) ?

Que va-t-on laisser à nos enfants comme paysage, d'autant plus que le site de Taravisée a été choisi par une autre société pour implanter de nouvelles éoliennes ?

Où que l'on regardera, au nord, au sud, à l'est ou à l'ouest, on sera écrasé par ces monstres à vent.

Si vous avez la possibilité de consulter le photomontage du groupe ARIES (bureau d'étude des incidences sur l'environnement) sur le site www.moligneole.be, vous serez effrayés de vous voir entourés de partout de « moulins à vent » de 125 ou 145 mètres de haut.

Si vous désirez marquer des réserves ou des réprobations quant au projet qui consiste en une multiplication de bouquets d'éoliennes aux abords de nos villages ruraux et au mitrage (**) qui va engendrer une altération de notre cadre visuel et acoustique, je vous invite à prendre contact avec moi pour connaître la marche à suivre. Merci de votre réflexion et de votre mobilisation.

J.-M. PIRAUX,

Route de St-Gérard 18,

5070 Fosses-la-Ville

' 071-71.22.95

È 0478-80.35.64

(*) Fin de l'enquête publique relative à l'Etude des incidence sur l'Environnement

(**) Dispersion de constructions en milieu rural

Amnistie fiscale. Parlez-en à votre banquier

Examen de mathématique 11/11/03 (Tiens, on parle d'amnistie ou d'armistice ?) Enoncé

L'Etat belge émet un emprunt obligataire sur le marché international d'un montant d'un milliard d'euros, d'une durée de cinq ans, au taux d'intérêt de 4,50%. Chaque année, l'Etat belge devra donc payer, à titre d'intérêts, un montant de 45 millions de d'euros, soit au total 225 millions d'euros. Considérant que l'emprunt est souscrit à 90% par des institutionnels qui bénéficient de l'exonération du précompte mobilier de 15%, considérant que les 10% de porteurs restants sont tous des fraudeurs et qu'ils encaissent donc leurs intérêts dans un paradis fiscal, déterminez le manque à gagner de l'Etat belge en matière de précompte mobilier.

Solution : 3.375.000 euros

Il y a quelques jours, j'entendais qu'une grande banque belge avait organisé dans la région de Namur une séance d'information sur le thème de l'amn stie fiscale et en expliquait le principe : vous rapatriez vos fonds cachés à l'étranger, vous vous acquittez d'une taxe unique libératoire de 6% sur le montant rapatrié et l'Administration fiscale vous laisse définitivement tranquille pour l'avenir.

Cette manière de procéder est totalement discriminatoire à l'égard de ceux qui ont toujours respecté les règles fiscales en la matière, d'autant que le fisc suspecte déjà de fraude le seul fait d'encaisser ses intérêts à l'étranger. Or, la fraude fiscale n'existe réellement qu'à partir du moment où le contribuable ne renseigne pas l'encaissement à l'étranger de ces mêmes intérêts. Aucune loi n'interdit en effet de choisir l'endroit où l'on souhaite encaisser le revenu de son épargne, pour autant que les règles fiscales soient a posteriori scrupuleusement respectées.

Par cette opération, notre ministre des Finances Didier Reynders espère récolter quelques dizaines de millions d'euros. Cette opération de civisme ne sera pas récurrente, Monsieur le Ministre !

Mais ce même ministre, il y a à peine trois mois, signe un rapport de 62 pages, démontrant une fraude à la TVA de quelques milliards de francs belges, découverte en 1993 par ses propres services de l'Inspection spéciale des Impôts : l'instigateur de cette fraude n'est autre que nos ex-fleurons industriels belges, à savoir l'Union Minière. Après dix ans de procédure judiciaire, ce rapport propose une transaction à l'Union Minière en infligeant à cette dernière une amende « réduite » de 342 millions pour solde de tout compte. Qui se plaindra encore de la lenteur de la Justice ?

Mais revevons-en à notre article d'amnistie fiscale et l'énergie que déploient les banquiers pour aider, voire encourager leurs clients à s'acquitter de cette taxe libératoire. Et quid des droits de succession ? Rien, cette matière relève de la compétence des Régions : là aussi, discrimination entre Flamands et Wallons.

Savez-vous cependant qu'il existe d'excellents produits de placement qui vous permettent de continuer à bénéficier de l'exonération du précompte mobilier et que ces mêmes produits de placement permettent également d'éviter les droits de succession ? Tout cela en parfaite légalité.

C'est vrai que les banquiers proposent ce genre de produit. Mais savezvous que ces produits sont des produits d'assurance, sans plus. Achetez-vous votre pain chez le boucher ?

Alors, si on corrigeait le titre ? Amnistie fiscale, parlez-en à votre... courtier.

Bush B.E.

Aux commerçants

L'édition 2004 du Calendrier des manifestations, édité par le Syndicat d'Initiative de Fosses, sera incessamment mis en chantier. Nous faisons appel aux commerçants qui désirent faire paraître leur publicité dans ce livret qui est distribué dans toute l'entité et est très souvent conservé par les foyers, qui y trouvent de précieux renseignements.

Les commerçants doivent s'adresser et fournir leur texte de toute urgence à l'Imprimerie Romain, rue des Remparts

' 071-71.10.83.

L E ROUX Marché de Noël

Un marché de Noël est annoncé sur la place Communale où un chapiteau chauffé abritera les différents stands (artisans, produits régionaux, bijoux, etc.), les samedi 20 et dimanche 21 décembre, dès 14 heures. Une manifestation organisée par le comité de la Marche Ste-Gertrude.

SART-EUSTACHE Contre un poteau

Vendredi, vers 7 h 30 du matin, un automobiliste de Devant-les-Bois, au volant d'une BMW 320 a dérapé sur une plaque de verglas, dans un virage, rue du Sartia et a percuté un poteau électrique en bois. Des dégâts matériels sont à déplorer. La voiture a dû être évacuée par un dépanneur. Les inspecteurs de police de la zone locale se sont rendus sur les lieux.

Exposition de crèches

L'église de Sart-Eustache ouvre ses portes, jusqu'au 24 décembre, à une exposition de crèches artisanales, ces' samedi et dimanche, de 10 h 30 à 12 h 30 et de 15 h à 18 h. En semaine, de 15 à 18 h.

Entrée gratuite.

Un ami nous quitte

Mardi matin, la triste nouvelle se répandait comme une traînée de poudre à Fosses : Freddy Falque, que l'on appelait plus communément « Faco », était décédé subitement la veille dans son magasin de Sart-StLaurent. Freddy était seulement âgé de 50 ans ; il fut victime d'une crise cardiaque et emmené à la clinique d'Auvelais où l'on ne put que constater le décès. Avec son épouse, Raymonde Collet, ils avaient eu 5 enfants (2 fils et 3 filles).

« Un ami nous quitte » peut-on affirmer, car tout le monde l'aimait, il avait toujours le sourire, était toujours de bonne humeur, toujours positif et prêt à rendre service ; il ne se plaignait jamais, lui qui devait faire face pourtant aux difficiles problèmes qu'engendre une entreprise comme il avait eu le courage de créer.

On se souvient que Freddy, lors de la Saint-Feuillen de 1970, tout jeune, avait pris le rôle de « Napoléon », avec laide et la générosité de son père Roger, qui venait de créer son chantier de démolition de voitures au Sart. Plus tard, il se maria et il alla s'installer près de l'ancienne gare de Fosses pour y créer une solderie. Du fait qu'il habitait le Sart, il était utile de construire un bâtiment non loin de son habitation, sur la chaussée de Namur, à l'entrée de Sart-St-Laurent, où l'endroit était plus propice au commerce. Entreprenant et courageux, Freddy ne menagea pas ses efforts pour achalander au mieux son hall et satisfaire sa clientèle. On le voyait très souvent à la caisse où il avait toujours un mot gentil pour le client.

Sa disparition a provoqué ur vive émotion dans l'entité, d autan plus qu'il venait de perdre sa maman il y a à peine un mois. C'est une grande famille qui se retrouve une fois de plus dans la peine.

Ses funérailles, suivies de l'incinération au crématorium de Gilly, ont lieu ce vendredi à 10 heures, en l'église de Sart-Saint-Laurent.

Nous présentons à la famille nos plus vives condoléances.

La campagne Ville propre

Chers Fossois,

Nous avons entrepris une campagne de nettoyage dans divers secteurs de l'entité fossoise le 8 novembre dernier et, croyez-moi, il y avait du boulot !

Nombreux sont ceux qui s'imaginent vivre dans une ville au paysage remarquable, ne fût-ce que par son héritage architectural et historique, mais malheureusement, à côté de cela, jonchent ici et là des détritus et autres dépôts d'immondices qui nous gâchent la vue (voir photo ci-dessous) d'où l'importance des campagnes de nettoyage.

Estimez-vous pouvoir agir en dépit du bon sens et continuer à manquer de respect et de propreté envers notre mère Nature et cela au sein même de votre propre ville ou d'un viollage voisin ? Apprécieriez-vous que cela se passe sur votre propriété ou dans le petit bois derrière chez vous ?

Bien sûr, nous avons affaire avec ue catégorie de personnes sans scrupule, aux attitudes négatives et aux moeurs très douteuses ; l'insalubrité n'est pas une fatalité irréversible ; il faut réfléchir à l'avenir de notre planète en général et pour nos enfants en particulier ; il faut savoir qu'un environnement sain contribue à notre bien-être et à notre santé.

Il est temps de réfléchir avant d'agir ; essayons d apporter notre petite contribution à la sauvegarde de notre cadre de vie dans une ville propre et sans danger pour notre santé.

Je tiens donc à remercier pour sa participation à la campagne « Ville propre » un Monsieur en particulier Léon Loiseau ; merci à toi et à tous les autres. Sincères félicitations pour leur dévouement : Léon, M. Decuyper et son petit garçon, Ludovic Tahir et son fils, Robert Grégoire et son épouse; Dominique Farain, son épouse et leur fille, Jacquy Drèze, Roland Demeure, Jean-Louis Biot, Jean Boem-beek et son garçon, ainsi que les propriétaires des étangs des Forges.

J'espère qu'un nouveau rendez-vous sera pris en 2004 et que, par miracle, nous pourrons ce jour-là nous tourner les pouces. Mon équipe et moi-même tenons à vous souhaiter d'agréables fêtes de fin d'année et vous présentent leurs meilleurs voeux pour 2004.

A très bientôt et encore merci.

Jules LALLEMAND

La presse revue...

par Zorro

- Samedi : « Tous les grands singes sont menacés »... - Faites comme moi, faites-vous vacciner.

- Dimanche : « Les Chinois s'intéressent au porc viétrain » - Les Belges s'intéressent plutôt aux boucs émissaires...

- Lundi : « 50.000 euros par jour dès mardi » - Mais non, Germaine, ce n'est pas le traitement du Premier Ministre.

- Mardi : « Risque doublé pour les femmes » - C'est vrai, en matière de grossesse, c'est plus risqué du côté des dames. Mais y a tout de même pas que ça !

- Mercredi : Arrêté à la frontière luxembourgeoise « le convoi transportait de l'argent ». S'agissant de voitures de cabinets ministériels « le Ministre veut une enquête »...

- Jeudi : « On n'agresse plus dans les trains » - Heureusement, y sont souvent en grève...

- Vendredi : « La neutralité divise la majorité » - Je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire...