N°47  05 décembre 2003

La Régionale d'Horticulture de Namur.

Section : FOSSES-LA-VILLE

A le grand plaisir de vous inviter à sa Conférence horticole,

lundi 08 décembre 2003 à 19h30

A L'ESPACE SOLIDARITE ET CITOYENNETE

(Ancien Nopri, en face d'ESSO) Avenue Albert 1er, 2 5070 FOSSES-LA-VILLE (au feux rouge) Parkings: Avenue Albert 1er

Ruelle des Remparts

Square rue du Postil..

Parking des contributions

ORDRE DU JOUR

Accueil par G. VERMAUT, délégué du cercle horticole.

Conférence horticole: Les légumes d'hiver

Par Mr J. VASSART

Tombola

Accessible au grand public et entrée gratuite.

Avec la collaboration du Ministère de l'Agriculture et de la Communauté Française

Trois détails...

1) Le problème du logement est préoccupant en Belgique. Voyez, rien qu'a Fosses, combien de maisons sont à vendre, mais pour trouver une maison à louer...

Selon la Société wallonne du Logement, 40.000 personnes sont à la recherche d'un toit, et 35.000 logements sont inoccupés : un scandale !

Chez nous, outre ces maisons à vendre et donc vides, on compte une quarantaine d'habitations délaissées depuis des années, devenant peu à peu des taudis.

Une taxe communale s'est avérée inapplicable ; la " réquisition douce " n'a rien donné. L'Etat fédéral puis régional a voulu s'en occuper, sans résultat. Conclusion : on repasse la patate chaude aux communes qui seront privées de subsides si elle ne dressent pas un inventaire des maisons vides et ne perçoivent pas la taxe. Avec une belle parole du ministre Daerden : " Les communes auront là un rôle de premier plan à jouer "... Ben voyons !

2) Avec la disparition de la taxe radio-TV en Flandre, et sa diminution en Wallonie (en attendant mieux), 81 fonctionnaires des Télécommunications viennent de recevoir une convocation à se présenter fin de ce mois au bureau de sélection fédéral afin d'être reclassés dans une autre administration. Fort bien. Mais ces 81 fonctionnaires statutaires sont sans affectation (mais payés tout de même) depuis... octobre 2001 ! Sans commentaire.

3) En dix ans, la Belgique a perdu près d'un tiers de ses agences bancaires ; 618 l'an dernier . Avec combien de pertes d'emploi ? Et quelle perte de contacts humains ?

L'Alliance des Banques Belges réfute l'idée crue le client soit moins bien servi : C'est peut-être vrai au guichet, mais les banques ont beaucoup investi dans le domaine du conseil au client ". Un aveu donc, car le domaine du conseil ne touche qu'une petite minorité qui cherche à caser ses économies quand elles sont importantes), tandis que le guichet concernait la grosse majorité des clients qui n'ont plus en face d'eux qu'un appareil électronique et des touches.

" Pour rester compétitif, il faut diminuer les coûts salariaux ". Evidemment, c'est toujours là qu'on sape. Et on augmente aussi le prix des services. Pourtant, " C'est à votre banque à faire des efforts ", qu'ils disent dans la publicité. Pourtant aussi, le bénéfice net des banques belges a été en 2002 de 2,6 milliards d'euros...

J. R.

A propos des éoliennes

Vous n'êtes pas sans savoir qu'un projet important prévoit l'implantation de 32 éoliennes dans notre région. Une circulaire de " Molignéole" , un groupement qui s'y oppose formellement, m'amène à donner mon avis personnel.

Je regrette que MOLIGNEOLE utilise des arguments mensongers pour tenter de convaincre.

1)VALLEE DE LA MOLIGNEE :

" 32 éoliennes dans la région de la Molignée (environs de Maredsous) " c'est faux ! Aucune éolienne n'est prévue dans la vallée de la Molignée où il n'y a pas de vents suffisants. Présenter un montage photographique de l'Abbaye de Maredsous encadrée de 5 éoliennes est une scandaleuse tromperie.

Les autres groupes sont situés derrière Vitrival (à l'arrière du Bois des Mazuis mais proches du Lac de Bambois), au Gonoy, et entre St-Gérard et Lesves : ce n'est plus la " région de la Molignée " !

2) DISTANCES :

Les éoliennes les plus proches de la Molignée sont entre le carrefour de Denée et le village de Bioul, soit à 400 mètres et invisibles des maisons de Denée. D'autres entre Mettet et Graux à 900 mètres du village. Et toutes en zone agricole. Alors, parler de " dévalorisation immobilière " est une autre tromperie. En raison des primes-location proposées, les cultivateurs propriétaires sont d'ailieurs demandeurs... Il faut aussi relativiser les autres arguments de Molignéole

3) HAUTEURS :

dans le grand virage d'Ermeton, les tours de Maredret, à 1 km, représentent environ 5 cm. La hauteur des éoliennes (et j'admets que 145 mètres, c'est gigantesque), vue des villages, se réduirait à moins de 25 cm. J'ai vu des parcs d'éoliennes en Allemagne, à 500 m. de la route, ce ne me paraît pas gênant ni affreux. Par contre, on est surpris par le gigantisme de celles de SainteOde, je crois, le long de la N. 4. Ce qui serait le cas de certaines prévues par MESA, route de Mettet et route de Denée à Bioul. Mais je doute que cela empêche un seul touriste d'aller à Maredsous.

4) NOMBRE :

32 éoliennes dans l'ensemble du projet, mais réparties par groupes de 5 a 10 sur une longueur de 15 km, et des groupes sépares les uns des autres de 4 à 5 km, cela ne me semble pas " un amas " de nuisances.

5) BRUIT ?

Je doute qu'à 500 ou 1.000 mètres de tout groupe d'habitation, le bruit des pales soit encore fort gênant, si même il est audible. Nuisance moindre en tout cas que la pollution (bruit, gaz, encombrements, passages) des milliers d'autos et motos qui envahissent la vallée de la Molignée chaque dimanche d'été...

6) PAYSAGE :

les campagnes des régions de Saint-Gérard a Denée, de Saint-Gérard à Lesve, de Denée à Bioul sont devenues de " mornes plaines " depuis le remembrement agricole qui a supprimé tous les arbres et les haies : cela, c'est un vrai saccage du patrimoine paysager de nos régions rurales ! Je pense que des éoliennes y mettraient un peu de relief et de vie.

Jean Romain

Fosses - Garage Doucet-Tasiaux

Ce fut peut-être le premier garage de réparations de voitures dont on voit quelques spécimens caractéristiques de l'époque, sur cette photo.

L'inscription en haut et à gauche « Garage L. Doucet » nous indique que la photo a été prise après 1920 car on y indique le téléphone. Or, le téléphone fut instauré à Fosses dès juillet 1919 et les abonnés recevaient leur numéro au fur et à mesure des demandes. Le garage Doucet était donc le 60e abonné et l'on peut estimer que cette inscription ne fut pas faite avant un an ou deux après l'instauration de cette nouvelle technique de communication. Peut-être L. Doucet assurait-il également la vente de voiture ?

Cette apellation « Au Point du Jour » existait déjà avant la première guerre. Une vieille photo parue dans notre N° 6 de 1997 montre un groupe de 6 soldats allemands devant ce Café-Restaurant, tenu alors par Emile Gosset. La maison fut complètement incendiée en août 1914, quand les Allemands firent leur entrée à Fosses. Reconstruite donc après la guerre, elle reprit son enseigne « Au Point du Jour » avec ses spécialités de Café-Restaurant et Garage (Ford, comme l'indique une petite enseigne à droite, à peine visible).

Curieusement, cette maison eut toujours une destination à caractère mécanique. Ce fut le premier garage, après la seconde guerre, des frères Mazuin (VW), repris par les frères Verstraete (machines agricoles), puis Marc Henry (vélos...)

 

A nos abonnés

Nos abonnés 2003 trouveront dans ce numéro un bulletin de virement qui permettra de régler l'abonnement pour 2004, par le biais du compte bancaire.

Comme nous l'expliquions la semaine dernière, il est souhaitable que ce paiement nous parvienne avant la mi-décembre en raison des impératifs de la Poste.

Veuillez donc ne pas tarder, si vous ne l'avez déjà fait - à remplir ce bulletin de toute urgence, l'abonnement de 2004 étant fixé à 30 euros.

Merci pour votre confiance.

Conférence horticole

La prochaine conférence organisée par le Cercle horticole fossois aura lieu ce lundi 8 décembre, à 19 h 30, à l'Espace Solidarité et Citoyenneté (à l'ancien Nopri) aux Quatre-Bras. Le thème de la conférence : « Les légumes d'hiver », par J. Vassart.

Entrée gratuite et accessible au grand public.

Au Home Dejaifve

L'équipe d'animation du Home, Mmes Christiane Calande et Brigitte Clause, aidées de bénévoles, ont organisé une soirée qui a rassemblé le personnel, les résidents et leurs famille, une fête toujours très appréciée des pensionnaires du Home.

Par la même occasion, le directeur M. Bruart a annoncé que d'importants travaux seraient réalisés pour la mise en conformité des bâtiments.

Ministre à Fosses

Le ministre de la Région wallonne Charles Michel, qui a dans ses attributions la tutelle sur les communes et les provinces, présentera une conférence ce lundi 8 décembre, à 19 h 30, au balcon de la salle L'Orbey, intitulée « Charles Michel, Wallon et Optimiste ».

Le débat qui s'ensuivra avec le public sera animé par Benoît Bayet, professeur de sciences économiques à l'Université libre de Bruxelles.

Invitation à tous. Entrée : 1 euro.

Cette séance est organisée par P.A.C., avec le Centre culturel et communautaire de l'entité.

Le banquet de la Philharmonique

Plus de 120 convives ont participé au banquet de la Royale Philharmonique de Fosses qui fêtait de cette façon leur patronne sainte Cécile.

La soirée avait débuté par la messe, avec la participation de la phalange musicale qui interpréta des morceaux de choix.

Puis ce fut l'apéritif qui devait mettre les convives en appétit. Après le petit mot d'accueil du président, c'est l'échevin Benoît Buchet qui remercia les musiciens toujours fidèles aux répétitions et lors des sorties, ainsi que les bénévoles et sympathisants qui contribuent à leur façon au succès des activités de la société. Il eut une pensée pour Francis et Nadine, retenus par la maladie, en leur souhaitant de les revoir bientôt parmi nous. Il offrit aussi un cadeau spécial à Claude Barthélemy, à l'occasion des vingt années de « baguette », soulignant son entier dévouement et sa compétence, et remit des fleurs à son épouse qui accepte ses nombreuses absences ; cadeau aussi à Copiche et Patricia, toujours disponibles au bar, du début jusque bien tard.

Il a aussi rappelé les prochaines sorties : le concert de Noël, le concert organisé par P.A.C. en janvier et le 160e anniversaire de la Société en mai 2004.

On put alors déguster le très bon repas, dans une ambiance toujours très cordiale, entrecoupé de danses sous la musique très bien adaptée de Léopold Oogwit au clavier.

Fost-Plus

Le prochain ramassage des PMC (sacs bleus) s'effectuera le mercredi 10 décembre, pour toutes les sections de l'entité.

St Nicolas à Bambois

Le samedi 6 décembre, à 14 h, saint Nicolas accueillera les enfants du village à la petite école de Bambois pour leur offrir cadeaux et bonbons. Cette festivité sera marquée par un spectacle et la présence des Clowns en folie.

L'E.A.B.

St Nicolas et Père Noël à Haut-Vent

Le comité des festivités hautventoises propose et organise chaque année la venue de St Nicolas et du Père Noël dans le hameau. Cette année encore, Saint Nicolas effectuera sa tournée avec son accompagnateur le Père Fouettard ; ce sera ce dimanche 7 décembre. Nous ne doutons pas qu'il sera bien accueilli dans les foyers hautventois.

Le samedi 20 décembre, c'est le Père Noël qui parcourera le hameau dans le courant de l'après-midi et distribuera les traditionnels et toujours succulents cougnous.

Par la même occasion, le comité souhaite à tous une très bonne année 2004.

Pour le réveillon

Le comité des festivités hautventoises vous propose son traditionnel Réveillon de Nouvel An le mercredi 31 décembre, dès 20 h, en la salle L'Hautv.entoise.

Au menu : apéritif, buffet froid et dessert au prix de 50 euros pour les adultes (boissons comprises) et 20 euros pour les enfants de moins de 12 ans.

Pour une bonne organisation, la réservation est indispensable et le nombre sera limité, pour des raisons de sécurité. Toute personne se présentant sans réservation se verra refuser l'entrée. Les entrées après minuit ne sont pas acceptées.

Un acompte de 30 euros est demandé. Le paiement peut se faire au 001-3865206-26 (en indiquant Souper Réveillon 2003) ou en contactant José Marchal, 6, place de Haut-Vent, Fosses,

' 071-71.17.94,

avant le 15 décembre.

Aux Beaux-Arts

Un déplacement est prévu pour les amateurs de théâtre, aux Beaux-Arts de Charleroi, le samedi 20 décembre.

Au programme : « Chansons gitanes ».

Renseignements au ' 071 71.10.65

Mme Christiane François, rue de l'Ecole Moyenne 19 à Fosses.

Fin d'année perturbée

Nous annonçons, les jours de fermetures des bureaux de l'Administration communale. D'autres administrations (banques, Poste, etc.) subiront également des fermetures inhabituelles en raison des fêtes de Noël et de Nouvel An qui tombent en pleine semaine (le jeudi). Nous vous ferons part de ces changements en temps opportun.

Aussi, afin d'informer le public, nous demandons que les commerces et les organismes publics qui modifieront leurs heures d'ouverture habituelles nous le fassent savoir afin que nous puissions publier toutes ces informations utiles ' 071-71.10.83..

Pour ce qui concerne Le Messager, il devra être déposé le mercredi a la Poste au lieu du jeudi. Nous devrons donc avancer sa sortie les deux dernières semaines de l'année. Nos correspondants voudront donc bien en tenir compte.

Dégâts matériels

Un accident qui a fait d'importants dégâts matériels s'est produit samedi dernier, vers 12 h 20, route de Mettet. Un automobiliste de Sambreville se dirigeait vers Mettet. Il entama une manoeuvre pour tourner à droite, mais en se déportant vers la gauche, ce qui surprit le conducteur d'une Opel Astra qui le suivait et qui s'apprêtait à le dépasser. Les deux voitures se sont percutées mais abîmèrent aussi deux Ford Escort en stationnement à cet endroit. Un des véhicules a dû être dépanné et les inspecteurs de la zone de police Sambre et Meuse ont constaté les faits.

Tombola

Voici les billets gagnants de la tombola organisée par le club de Fosses Avenir Pelote

157 192 261 407 509 693

792 843 868 929 947 1223

1492 1548 1563 1581 1652

1916 2404 2704 2748 2768

2836 2849 3023 3046 3098

3277 3356 3497 3801 3978

(sauf erreur ou omission)

Les lots sont à réclamer jusqu'au 23 décembre, de 17 h à 19 h chez M. Ladrille, rue V. Roisin 3, 5070 Fosses.

Vitrival A l'approche de Noël

Le comité de la Jeunesse Pelote Vitrivaloise invite ses sympathisants à venir déguster une bonne bière de Noël le vendredi 12 décembre à partir de 18 h et le samedi 13, dès 14 h.

Une restauration sera possible. Cette année, le comité propose pour 4 euros : boulettes sauce tomate et frites. Le comité compte sur la présence de ses nombreux supporters.

Horaires

des parcs à conteneurs de la Province

A l'occasion des fêtes de fin d'année, les parcs à conteneurs de la province de Namur fermeront exceptionnellement leurs portes à 12 h, les mercredis 24 et 31 décembre.

Pour rappel, les horaires habituels des parcs a conteneurs de la province sont les suivants

- Horaire d'hiver (du ler octobre au 31 mars) : du mardi au samedi, de 9 h à 17h.

Toutes les questions que vous souhaitez obtenir au sujet des types de déchets acceptés, des parcs situés le plus près de votre habitation, etc., les réponses se trouvent sur le site www.bepenvironnement.be, ou ' 081-71.82.11

(département Environnement du BEP).

Un deuxieme « maire » honoré à Fosses

Le 10 octobre dernier, un Orbelais, ancien adjoint au maire, et nommé Marcel Maire, était reçu à l'Hôtel de Ville et recevait un diplôme d'honneur en remerciement des efforts déployés pour le jumelage entre nos deux cités.

Ce lundi, c'est un autre " Maire ", prénommé Raymond, bien connu de nombreux Fossois, qui a eu le même honneur. Il fut la cheville ouvrière des cérémonies du dixième anniversaire et n'a cessé lui aussi de se dévouer pour que cette amitié perdure et se manifeste officiellement. Il était en visite chez M. Lucien Boigelot, membre du Comité du Jumelage depuis le début et fut " convoqué " à cette réception imprévue, présidée par le bourgmestre et l'échevin Meuter, avec les membres du Comité du Jumelage Jean Romain, bourgmestre qui signa la première charte en 1973, Lucien Boigelot, vice-président ; Geneviève Dujeu, secrétaire, Martine Colson, trésorière, Anne-Marie Decuyper, secrétaire adjointe, et quelques autres dont Véronique Henrard et Bernard Dufrasne, qui ont eu des contacts récents avec Orbey, ainsi que M. et Mme Adelin Goffart, qui recevaient Raymond et en même temps d'autres amis français de la région de la Loire.

Le bourgmestre eut d'abord des mots d'accueil qu'il voulait simple mais symbolique, d'un effort de plus pour le maintien du jumelage, mis en pause actuellement par les autorités orbelaises.

Puis Lucien Boigelot remercie les autorités communales d'avoir bien voulu organiser cette petite réception en l'honneur de Raymond Maire pour trente années de dévouement actif au service de ce jumelage qui connut deux périodes difficiles avant celle-ci, et " jamais deux sans trois, ou jamais deux sans toi ", dit-il avec humour car on sait que Raymond est fortement attaché à ces liens fraternels : sa présence parmi nous est réconfortante et prometteuse. Et M. Boigelot de rappeler qu'avec Raymond il a rendu visite à la tombe de Nelly Brogniez, notre regrettée présidente. Le " diplôme d'honneur " et divers cadeaux lui sont offerts, ainsi que des fleurs à sa compagne. Et une tournée de bière " Bosse " est servie à tous.

Raymond Maire répondra avec verve, expliquant par sa large participation à la vie associative, son attachement à ce jumelage, les fortes amitiés nouées et les échanges culturels et sportifs si fructueux en sympathie. Il rappela sa présence à plusieurs Saint-Feuillen, promettant d'être de la prochaine et de reprendre contact avec les autorités municipales pour relancer les activités du jumelage. Il évoqua aussi ce projet un peu fou qui l'a " tenu " durant plus de dix ans : la reconstruction de la Tour du Faudé, visitée maintenant par des milliers de touristes comme " Tour de la Paix ". Tout un symbole de plus. (voir article qui fait suite).

Merci encore à Raymond pour sa visite, sa gentillesse et sa fidélité à notre jumelage, à nos amitiés.

En marge de cette visite

LA TOUR DU FAUDÉ.

Sur le versant alsacien de la Crète des Vosges, à la limite d'Orbey et de Lapoutroie, soit à 773 mètres d'altitude, le Club Vosgien local avait érigé, en 1889, une tour belvédère pour les randonneurs.. Lors de la guerre 14-18, elle servit d'observatoire pour les Allemands, aussi l'artilleie française l'abattit en 1915. Le Club Vosgien entreprit sa reconstruction et la nouvelle tour fut inaugurée en 1934. Hélas, une nouvelle guerre vint mettre trop en évidence sa valeur stratégique et elle fut abattue... par les Allemands cette fois, en décembre 1944, lors des combats de la " poche de Colmar ".

Depuis plusieurs années germait, dans la tête de quelques nostalgiques qui, gamins, avaient souvent grimpé en haut de cette tour, l'idée de la reconstruire de nouveau : " Les Amis de la Tour du Faudé " ont alors entrepris des récoltes de fonds par diverses manifestations : fête du 15 août, concours de belote, fêtes de Noël, etc., et des recherches de subventions. Ils se sont mis ensuite eux-mêmes à la tâche, s'improvisant tailleurs de pierre ou maçons et la première pierre fut posée le 15 août 1999. Ils réalisèrent la reconstruction jusqu'à plus de six mètres, puis durent confier la suite des travaux à une entreprise spécialisée. Reproduisant la tour initiale, elle dresse fièrement ses 16,50 mètres au sommet de la colline du Faudé et fut inaugurée officiellement le 15 août 2002, offrant aux visiteurs la possibliité d'embrasser du regard les vastes panoramas du canton de Welche, ses forêts de sapins, ses vallées, ses maisons et l'église d'Orbey.

Projet fou, véritable aventure humaine et fraternelle, cette réalisation d'un groupe de " fadas " présidé par Raymond Maire est maintenant un symbole de solidarité, d'amitié et de paix.

Pour une ville propre

En tant que conseiller communal délégué à l'Environnement, j'ai toujours été très attentif à ce que Fosses soit une ville agréable et propre. On ne compte plus les inititives prises dans cette optique. Encore récemment, avec mon équipe, nous avons placé des vasques, des fleurs artificielles qui embellissent certaines fenêtres (Hôtel de Ville, etc...), des plantations posées autour du monument au Chinel, une pelouse autour de la chapelle St-Roch, un plan d'eau pour le service des Travaux , etc.

Certains se posent parfois la question de savoir pourquoi leur rue ou leur quartier est moins bien servi. Il n'est évidemment pas possible de fleurir ainsi tous les coins de l'entité ; mais si des citoyens souhaitent embellir leur rue, que l'on place une vasque ou une jardinière, qu'ils nous en fassent la demande et, dans la mesure de nos moyens et de nos possibilités, nous nous chargerons de satisfaire les demandes.

Avant de terminer, je voudrais, avec mon équipe, vous souhaiter de très agréables fêtes de fin d'année et vous présenter nos meilleurs voeux pour 2004. Je tiens aussi à remercier ceux qui se dévouent tous les jours pour embellir la ville : Luc De Cuyper, Ludovic Tahir, Jean-Louis Viot, Grégoor Robert, Philippe Robaye et Philippe Herquin. Et toujours à votre service pour assurer la propreté et la beauté de notre ville.

Jules LALLEMAND.

Il y a 50 ans

Les faits marquants de chez nous en décembre 1953

- Les publicités que l'on retrouve dans Le Messager donnent un aperçu des commerces de cette époque Garage Au Vert Chasseur (route de Tamines),

Tailleur G. Brichaux (rue de Vitrival),

Mme Jacqmain et Fils (rue de Lège, charbons et transports),

La Maison Bleue (la seule toujours en fonction et fidèle au Messager),

MM Fiévet-Fauchet (pompes funèbres, Mettet),

Hôtel Léopold III (en Lège, soupers pour le réveillons de Noël),

François Dauvin-Radelet (rue de Névremont : chauffage central, plomberie, zinguerie),

Garage du Relais (Ets Declercq, Namur),

Robert Petit (résidus gras, schlams, Châtelet),

René Defoin-Viroux (Haut-Vent, chauffage central, inst. sanitaires),

Société Evipan, Bruxelles (dentiers américain super nylon),

Chantier Fauche à Fosses (charbons et mazout),

Madeleine (rue du Postil : parfumerie),

Jean Piéfort (rue de Vitrival : marchand tailleur),

Garage Vital Wattrice, Auvelais (Ag. Renault),

Franz Nulens (rue de Vitrival : horlogerie, lunetterie),

J. Gailly (rue StRoch : fleuriste),

Justin Vervotte (matelassier-garnisseur, rue de Bambois)

Lucien Lebichot-Josse (rue de Bruxelles : éts horticole),

Charbonnages de Tamines « Vieux Hasard ».

Salle de vente Mme Lebichot (au Potage ; même maison rue Piret-Pauchet à Namur : mobilier d'occasion),

Femand Massinon (avenue Albert ler : charpentes, toitures, zinguerie),

Emile Mignon-Robe (Haut-Vent : entreprise de peinture),

Maurice Molle (tous les transports, camion de 5 T.),

MarieLouise Honnay (modiste, rue de Vitrival),

Arsène Michiels (motos, vélos, vélomoteurs, machines à laver).,

Ets Gosset (rue Marché-au-Porcs) poêles Somy : tous les avantages du mazout : une allumette suffit !).

- La Philharmonie de Le Roux « Les Amis Réunis » fête la Sainte-Cécile avec un repas servi chez M. Burlet, repas agrémenté de chansonnettes et de morceaux de musique.

- Le derby Fosses - Bambois en div. 2 provinciale de football tourne à l'avantage des Plagistes par 2-3.

- Comme de coutume en ce dernier mois de l'année, les fêtes de St-Eloi, Ste-Barbe, St-Nicolas, les soirées dramatiques un peu partout et les fêtes de Noël et Nouvel An sont à l'honneur: il serait long de citer en détail toutes ces activités de décembre..

- Grâce à un tapage publicitaire de plusieurs semaines, plus de 200 donneurs de sang se rendent à l'Hôtel de Ville pour cet acte humanitaire.

- A l'état civil de novembre, on annonce les naissances de : Claude Gosset, Rita Dumont, Christian Dehoubert, Danielle Defoin.

- Au Cinéma Moderne à Fosses, on joue : Je n'aime que toi (Luis Mariano), L'Evadé de la Potence, Invasion Mongole, Hommes Chauves-souris.

Il y a 100 ans

Dans Le messager de Fosses

N° 48 du 29 novembre 1903

FOSSES. - Le Conseil communal est autorisé à percevoir des droits sur l'abattage des bestiaux à l'abattoir.

N° 49 du 6 décembre 1903

LE ROUX. - Le garde joseph Mary, au service du comte d'Oultremont de Presles, faisant sa tournée dimance sur le territoire du Roux surprit deux braconniers qui chassaient dans la plaine couverte de neige. Procès-verbal a été dressé.

FOSSES. - Le porion nommé Désiré Boulanger travaillait au charbonnage de Ham-sur-Sambre. Il se trouvait au fond de la fosse et devait remonter. La cage était remplie de wagonnets. Il s'installa sur la cage pensant sauter quand la cage arriverait à la surface. Il ne put le faire et fut pris entre la cage et les molettes. L'état de Boulanger est grave. Il est veuf, âgé de 27 ans et père de deux jeunes enfants.

N° 51 du 20 décembre 1903

Une loi singulière vient d'être édictée en Norvège. Elle prescrit qu'à l'avenir, toute jeune fille qui désire se marier doit présenter un certificat prouvant qu'elle sait faire la cuisine, coudre, tricoter et broder et tenir un ménage. Mais une association de jeunes filles demande, comme compensation très légitime que les jeunes hommes puissent financièrement entretenir une famille.

A la paroisse bonne année !

Bonne année ? Il est en avance d'un mois, cc distrait !

Non : à la paroisse vient de s'ouvrir la nouvelle année liturgique.

La précédente se terminait par un hommage au Christ-Roi ; et on sait que ce n'est pas un roi sur un trône mais sur une croix ! C'est par sa résurrection qu'il nous introduit dans une royauté spirituelle. Ce dernier dimanche fut marqué d'une messe spéciale réunissant les communautés de Bamhois et du San avec celle de Fosses. Et la collégiale était pleine, c'en était réconfortant. Avec une table longue, au centre de l'assistance, une messe particulière avec un moment émouvant : à l'offertoire, une douzaine de jeunes sont venus apporter un symbole de chacune des oeuvres paroissiales : un livre pour les écoles, un catéchisme pour les préparations à la première communion, un autre pour les professions de foi, un foulard de Patro, un verre d'eau symbolisant l'aide de Saint-Vincent de Paul et des Visiteurs de malades, et bien d'autres. Une manière originale de rappeler la vitalité de ces mouvements de notre paroisse et en même temps de les confier à Dieu.

Et voici que ce premier dimanche de l'année liturgique s'ouvre avec une lecture bizarre : une sorte d'annonce de fin du monde : " Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles, et sur terre le fracas de la mer et des tempêtes "...

La fin du monde ? La fin d'un monde qui opprime l'homme, mais qui annonce une nouvelle naissance, une éclosion.

Une naissance, justement, ce temps de l'Avent nous y prépare : durant quatre dimanche nous serons " dans l'attente de Celui qui vient ". Et pour cela, " veillez, tenez-vous sur vos gardes " : l'Avent n'est pas période de somnolence mais de veille pieuse et patiente. Il n'évoque pas le passé mais l'avenir.

Car, comme l'écrit le P. Charles dans le dernier " Dimanche ", Noël ne doit pas être un anniversaire pour nostalgiques, ni simplement une belle fête de famille " et surtout pas un vulgaire gueuleton. C'est la naissance d'une ère nouvelle, et nous devons y participer.

JR.

Keskidi nous propose

(à lire avec humour)

La Foire aux oignons

Givet, 15 heures. Déjà bas sur l'horizon, le soleil d'automne mêle ses rayons aux mille feux des attractions foraines. Ceinturée d'une double haie d'échoppes en tous genres, la place Mehul bourdonne telle une ruche en juillet. Les accents pointus des camelots gouailleurs créent cette ambiance typique des grandes foires où la foule bigarrée déambule nonchalamment. Tiens 1 un légionnaire, képi blanc, très élégant dans son treillis, schoes cirées, bravo monsieur. Sous leur haut képi bleu foncé, eux aussi, gendarmes et policiers, nombreux en ce jour férié, encadrés de leurs officiers, régulent poliment mais fermement le flot ininterrompu de la foule et des voitures, impressionnant. Impressionnant, comme nous étions impressionnés par les gendarmes de notre enfance. La coiffure rigide à fond plat qui leur ajoutait 12 centimètres les rendait très grands pour les gamins que nous étions. L'oeil sévère sous la visière, moustache de circonstance, uniforme inconfortable peut-être, mais très strict ; on ne peut pas dire qu'on les aimait vraiment mais on les craignait. Ce n'est pas à ceux-là qu'on se serait risqué de faire un bras d'honneur. Ils avaient le verbe haut, avec des formules quelque peu stéréotypées, mais combien folkloriques : « Le premier qui dit qu'il ne nous aime pas, je lui fais une bavure que ça ne va pas rater, c'est moi qui vous le dit. Alors quoi, on se donne un mal de chien pour se faire aimer, au lieu de distribuer des coups ; on ex ligue aux gens qu'on est comme tout le monde... Et c'est tout l'effet que ça vous fait ! Ben oui, comme tout le monde. Il n'y a pas plus de délinquants dans la police que chez les civils ! C'est quand même terrible d'être obligé de forcer les gens à vous aimer. Bon sang ! Vous ne vous rendez pas compte d'un coeur d'homme bat dans l'étui de notre revolver, qu'une sensibilité d'écorché vif se cache derrière le cuir de nos chaussures à clous ».

Excusez-moi, je me suis un peu emporté, je vais essayer de m'expliquer plus calmement ; n'empêche qu'à cette époque-là, ça n'allait pas plus mal que maintenant.

La police est indispensable à toute société. D'ailleurs, même la police a sa police (et ça c'est vrai). Et puis, une société sans police, c'est un soldat sans adjudant, un zoo sans grillage, un rasoir sans lame. La police, c'est le gasoil qui fait rouler la voiture de course, le ressort qui fait tourner la montre à quartz, la vaseline qui... Bref, c'est primordial. Le seul gros ennui de la police, c'est que son travail consiste à faire disparaître ce qui la fait vivre et justifie toute son existence : les malfaiteurs. Plus de malfaiteurs, plus besoin de police, Heureusement, il reste assez de délinquants pour commettre diverses dégradations : casser des vitrines, etc. Vous me direz, ça fait marcher le commerce et les assurances. Oui, bien que, un peu plus de police et un peu moins de social donnerait certainement aux policiers l'impression de vraiment servir à quelque chose.

Keskidi

Pensée de la semaine

Si l'argent n'a pas d'odeur, pour quoi mène-t-il tout le monde par le bout du nez ?

La presse revue...

par Zorro

- Samedi : « J'envisage sérieusement de quitter la ligue pro »... aurait déclaré VDB après un nouveau contrôle vétérinaire positif de son chien... suivant la presse : « VDB prêt à démissionner... »

- Dimanche : « Pas de président, plus de Parlement » - Les rêves un peu fous des électeurs...

- Lundi : « Quelques jours en maison de repos » - Le cadeau empoisonné du personnel soignant aux responsables politiques.

- Mardi : « Travailler plus lonqtemps est une perte de temps » - Ce machin, ça fait bien 1.000 ans que les fonctionnaires l'ont compris...

- Mercredi : « La politique à l'école » - C'est honteux, ça. Même les gosses vont s'y embêter.

- Jeudi : « Aller au cinéma pour 3 euros seulement » - Le retour, c'est 20 euros, mais on en parlera une prochaine fois.

- Vendredi : « 60% des communes ont des relations internationales » - ...mais seulement 31% des bourgmestres auraient encore des relations sexuelles...

Saint Nicolas sur la brèche...

Un peu partout dans toutes nos sections et hameaux, saint Nicolas sera présent, invité soit par le comité des fêtes de l'endroit, soit par d'autres mécènes qui le chargera de venir apporter ses friandises ou ses cadeaux.

C'est le cas aussi dans les foyers où les petits enfants s'efforceront d'être plus sages que d'habitude, afin d'obtenir les plus beaux jouets souhaités. Et puis, saint Nicolas a le don de se couper en quatre, puisqu'en une seule nuit, il visitera aussi bien les foyers des parents, que ceux, parfois, des grands-parents qui sollicitent son passage.

Bureaux fermés

Lors des fêtes de fin d'année, les bureaux de l'Hôtel de Ville subiront quelques modifications et fermetures. Ainsi, les services seront interrompus le mercredi 24 décembre à midi. Fermeture les jeudi 25 et vendredi 26 décembre. Le samedi 27, il n'y aura pas de permanence du bourgmestre, et le bureau état civil/population, urbnisme, etc. seront également fermés.

La semaine suivante, les fermetures de bureaux seront du même ordre : fermés dès le mercredi 31 à midi, ainsi que les ler et 2 janvier, et le samedi 3, pas de permanence du bourgmestre ; le bureau état civil/population, urbanisme, etc., seront aussi fermés, en raison du banquet offert au personnel communal.

Sart-St-Laurent Funérailles exceptionnelles

On a rarement vu une telle famille lors de funérailles : c'est que Madame Yvonne Migeot, veuve de Roger Falque, avait eu douze enfants et comptait 36 petits-enfants et 26 arrière-petits-enfants. De plus, c'était une famille très unie. Il n'est pas étonnant non plus, dès lors, que la foule ait été considérable pour les entourer d'affection et de sympathie : l'église du Sart était bien trop petite pour contenir toute l'assistance.

Les chants de la chorale paroissiale ainsi que l'homélie de M. le doyen étaient centrés sur l'amour, le service, l'accueil, qui furent avec le courage parmi les qualités de la défunte.

Moment émouvant à l'offrande : les petits-enfants et arrière-petits-enfants sont venus déposer une fleur au pied de l'autel en formant, main dans la main, une chaîne d'amour autour de l'autel et du cercueil. Geste simple et beau, profond et marquant bien, parmi les larmes, tout l'attachement de ces jeunes envers leur " Nènène ". Moment d'intense émotion aussi pour toute l'assistance.

Bref, des funérailles exceptionnelles pour une femme qui ne le fut pas moins, dans une vie pourtant toute de simplicité et de travail, mais dans les plus grandes vertus de coeur.

Nous réitérons à toute cette grande famille endeuillée nos bien vives condoléances.

Des histoires d'Amérique...

Faut-il croire ces histoires qui venaient du nouveau monde, il y a une centaine d'années, époque où les vérifications étaient nulles. Nous lisons dans un Messager de Fosses de 1903:

« Mme Mary Mc Donald vient de célébrer son 133e anniversaire au Home for aged persons de sa ville. A l'occasion de son 133e anniversaire, le directeur de cet asile (sic)' lui ont offert de nombreux cadeaux, surtout en pipes et en tabac, car Mme Mc Donald fume depuis l'âge de 8 ans, du matin au soir. Elle attribue son âge avancé à l'usage régulier de la pipe. »

Le premier plan cadastral

de la ville de Fosses

Ce premier plan cadastral de la ville de Fosses a été élaboré en 1812. Il figure dans les premières pages du livre « 77 rues de Fosses-la-Ville » (en vente au S.I., place du Marché). Pour la facilité de notre mise en page, nous avons incliné ce plan de 900. En partant d'un endroit extérieur (soit les Quatre-Bras en suivant la rue du Postil, ou depuis le pont d'En Leiche (petit trait noir) vers la rue du Chapitre et la place, on peut facilement se diriger.

On remarque que les groupes de maisons dont un des traits est plus gras, sont des habitations. Par exemple, l'actuelle rue des Remparts ne connaissait pas une seule habitations jusqu'à l'entrée de la rue Al Chenal (rue Delmotte actuelle). La rue de Vitrival (le bas) est entièrement bâtie, se prolonge vers la rue des Egalots et si l'on tourne à gauche vers la rue d'Orbey (alors rue du Hermia) l'accès se termine en sorte d'impasse. Les actuelles rue du Marché, place du Marché et rue Al Val sont entièrement construites, mais plus loin, vers la rue Sainte-Brigide on se trouve devant un ovale allongé qui est un étang.

Le petit canal de la « Batte », qui se dirige vers le Vieux Moulin (pour l'alimentation en eau) disparait en-dessous de la place du Marché pour réapparaître en longeant l'arrière des maisons de gauche de la rue Al Val.

Les matches de ce week-end

Samedi 6 décembre

Diablotins, à 11 h

Fosses - Profondeville (A et B)

Bambois - Mettet

Préminimes, à 13 h

Thy-le-Château - Bambois

Minimes, à 15 h

Fosses - Malonne

Dimanche 7 décembre

Cadets, à 10 h 30

Fosses - Bois-de-Villers

Scolaires, à 10 h 30

Bambois - Fraire

Provinciale 3 B, à 14 h 30

Ham - Bambois

Provinciale 4 B, à 14 h 30

Fosses - Soye-Floreffe

Hemptinne - Fal.Aisemont

HAM - BAMBOIS

1 - 1

Les Sambriens mènent les premières offensives mais Duray et Maréchal se heurtent à un excellent Seront qui préserve ses filets vierges. Au repos, le marquoir n'a donc toujours pas fonctionné.

A la reprise, les visités repartent à l'offensive mais se font piéger sur un contre de Libert à la 55e : 0-1. Les jaunes mettent alors toutes voiles dehors et, à la 78e, Duray, sur effort personnel arrache le partage.

HEMPTINNE - FAL.AISEMONT

1 - 1

Les visiteurs dominent la première mi-temps, mais doivent attendre la 50e minute pour ouvrir le score par Denis, à la suite d'une « boulette » du portier local.

Les Hemptinnois se lancent alors dans un long forcing récompensé par une égalisation via « Raoul » Lang peu avant la fin.

Rencontre très sportive et bien arbitrée par M. Halzen.

FOSSES - SOYE-FLOREFFE

3 - 2

La victoire fossoise n'est tombée qu'en fin de match avec un penalty transformé par un Benoît Janssens en grande forme. Outre ce but de la victoire, ce dernier en avait inscrit deux autres, mais Soye-Floreffe égalisa à chaque fois par Attaba et Bodart.