N°45  21 novembre 2003

Des cours de « neutralité »

Au risque de passer pour un indécrottable " catho " (encore que " Calottin, gloire et honneur ", disait Joseph Boulanger, relayé ensuite par sa femme Madeleine ), je ne peux m'empêcher de m'insurger contre une mesure du Président du Gouvernement de la Communauté Française visant à imposer aux professeurs et instituteurs sortis d'une école normale du réseau libre à suivre des cours de neutralité s'ils veulent enseigner dans le réseau officiel. Des cours d'objectivité, tolérance, respect et liberté de conscience des élèves.

Je trouve cette mesure discriminatoire et vexatoire. C'est faire un procès d'intention ! Et mettre en doute, sans même les avoir entendus, les capacités de ces profs à être objectifs, tolérants, ouverts...

Un enseignant de l'officiel est-il, lui, automatiquement objectif, tolérant, ouvert, respectueux de la conscience des élèves ?

La qualité de l'enseignement libre est unanimement reconnue et on admet de façon très générale que les manifestations " confessionnelles ", cléricales et religieuses, y sont fortement diminuées, sinon absentes, dans un esprit d'ouverture, justement. Mais c'est encore trop : certains estiment que " l'esprit " de l'enseignement libre reste " clérical " tandis que " l'esprit " de l'officiel est totalement neutre.

Les historiens admettent que le fond de la culture européenne est profondément marqué par le christianisme. A côté de graves et regrettables erreurs, parfois tragiques (Inquisition Cathares, Croisades), on ne peut nier que l'Eglise a servi pendant plus de quinze siècles de service social, d'enseignement, de justice tout cela a profondément marqué notre civilisation.

La neutralité de l'enseignement officiel a été officiellement promulguée en 1994, avec notamment la suppression des crucifix dans les classes, et je pense que c'était juste et normal. La loi prévoit d'autre part qu'une école du réseau officiel ne peut admettre plus d'un quart de diplômés du libre. Mais dans le Luxembourg, par exemple, cette proportion est largement dépassée... et cela vexe certains laïcistes. N'est-ce déjà pas là justement un manque de tolérance, de neutralité, d'ouverture ?

Pourquoi rouvrir en quelque sorte la guerre scolaire ? Dans ce gouvernement droite-gauche marqué par la laïcité, les trois partis au pouvoir sont prêts à voter ce décret injuste. Le CdH propose que, pour entrer dans l'officiel, les diplômés du libre signent un document où ils s'engageraient au respect de la neutralité définie. Ce qui reste encore une suspicion. Et qui me fait penser au vote des étrangers aux élections communales : le MR le conditionne à la signature d'un engagement du même type ; les libéraux flamands sont contre, obstinément : ils savent qu'ils ont très peu d'électeurs à espérer de cette mesure, à l'encontre du PS qui est pour, bien sûr, dans l'espoir justement d'en tirer le maximum. Il ne faut pas se voiler la face le fond du débat est bien un enjeu électoral, et c'est ce qui a fait rugir Ph. Moureaux lors d'un récent débat tétévisé. Qui donc parlait de " nouvelle culture politique " ?...

Revenons-en à ce décret sur les cours de neutralité. En répétant que, j'en suis sûr, les profs du libre ont, autant que les diplômés de l'officiel, les qualités requises de tolérance et d'objectivité.

Je pense même qu'à l'heure actuelle, certains laïcs sont plus agressivement prosélytes de la laïcité que les profs de l'enseignement libre pour la religion : beaucoup leur reprochent d'ailleurs de ne plus suffisamment affirmer leurs principes de foi chrétienne. J'en veux un exemple combien de voitures avez-vous rencontré affichant une croix ? Aucune, j'en suis sûr, mais par contre, combien portant le sigle de la laïcité ?

Imposer aux enseignants sortis d'une école normale libre des cours de neutralité me semble donc profondément vexatoire et, outre un soupçon injuste, une preuve d'un manque d'objectivité et du respect de la liberté de pensée d'autrui.

Pour terminer par un sourire, permettez-moi une petite anecdote ancienne : autrefois, la laïcité s'appelait " Libre pensée ". Mon grandpère, par ailleurs organiste à la collégiale, rencontre un jour un copain de jeunesse qui lui annonce fièrement qu'il est " libre penseur " et qu'il paie deux francs par an pour soutenir cette action. Et mon grandpère de répondre : " Eh bien moi, Emile, je pense ce que je veux et je ne paie rien !...

J. R.

L'école Saint-Feuillen

Il est difficile de dater cette photographie de l'école Saint-Feuillen, qui fut construite en 1879, tandis que fa maison de l'instituteur fut bâtie vers 1888. Bien des changements ont été opérés depuis : le grand mur d'enceinte n'existe plus, ni la grande barrière d'entrée. Le fronton avec la niche de saint Feuillen a aussi disparu. A l'avant-plan, la balustrade métallique qui protégeait de la Rosière qui coulait dans le fond a été enlevée lorsqu'on a voûté cet endroit assez dangereux pour les enfants. Une maison a été construite à cet endroit.

Le grand pardon

Allez, disons-le clairement : on n'est plus en période électorale.

Alors, c'est l'heure de la réconciliation. On n'empêchera plus c'est juré les soldats américains de traverser notre territoire, ni les chars US de débarquer à Antwerpen.

La Belgique, qui allait juger le monde entier (mais qui, sept ans après les faits, n'a toujours pas jugé Dutroux), a fait marche arrière : les plaintes contre Bush père, Ariel Sharon, le général Franckx et Donald Rumsfeld ont été mises à la poubelle.

On a un peu déconné, boys.

All right, on a profité de la guerre en Irak. Mais il faut nous comprendre on était en période électorale ; alors, on a dit un peu de tout et son contraire. Même notre joueur de foot a fait plus de 100.000 voix. Cela valait la peine.

Mais aujourd'hui, on va se réconcilier. True love.

Sorry, Georges Dubbelyou. Beg your pardon

Ainsi donc, la semaine dernière, Louis Michel a déjeuné, dans un hôtel bruxellois, avec le grand méchant général quatre étoiles Colin Powell et Sylvan Shalom, l'homme d'Ariel Sharon.

Ouf ! Les Américains et les Israéliens ne sont plus nos ennemis. En effet, a-t-on idée de déjeuner avec ses ennemis ?

Il paraît qu'on appelle cela de la diplomatie. Et on parie aussi sur la faculté d'oubli du citoyen belge... qui, effectivement, oublie très vite.

Tiens, à propos, qu'est-ce qu'il y a à la télé ce soir ? Waf, c'est Jonathan ! Putain (dixit Chirac), qu'est-ce qu'il chante bien

Daniel PIET

Votre petit dejeuner de ce samedi...

Tous les Fossois se feront un devoir ce samedi 22, de venir prendre son « petit déjeuner » chez OXFAM, rue des Egalots, afin d'y découvrir l'équipe des bénévoles et déguster les produits du commerce équitable.

On ne présente plus ce commerce de produits venant des producteurs de pays du Tiers-Monde, opération qui permet de valoriser le travail de ces familles qui vivent de leurs productions, mais trop souvent exploités.

Pour une partici ation de 4 euros (enfants 2,5 euros vous aurez l'occasion de goûter tous ces produits avec un menu très copieux : petits pains au quinua, confiture du Laos, choco à tartiner équita, miel maya, chocolats mascao et équita, pain d'épices maya, barritas, biscuits, sucre de canne, potage mexicain.

Vous aurez le choix en boissons café, thé, cacao, jus d'orange, pamplemousse, apéritif Los Perales et

vins rouge, blanc, rosé.

Tous ces produits, vous pourrez les acquérir aussi sur place et aider ainsi les pays pauvres, grâce à ce commerce équitable, assuré par des personnes bénévoles de l'entité. Vous découvrirez aussi ion tas d'objets artisanaux.

Lors d'une visite, vous pourrez aussi faire un choix parmi des vêtements de seconde main dont les bénéfices vont aux pays du Tiers-Monde.

Ne manquez donc pas, ce samedi 22 novembre, entre 8 h et 17 h, à venir déguster ce repas original, dans une ambiance cordiale et familiale.

Grand Feu 2004

Eh oui, il faut déjà y penser. Comme les années précédentes, les membres du comité de la Cie Royale Les Congolais iront à votre rencontre pour vous débarrasser de vos bois. Il ne faut donc rien déposer sur le jeu de balle, ni sur la pâture de la rue de l'Abattoir. Merci d'avance.

Nous serons déjà sur la brèche les samedi 29 novembre et 13 décem bre. Mais nous sommes déjà pratiquement complet. Nous donnerons d'autres dates de ramassage prochainement.

Vous pouvez prendre contact au

' 071-74.16.16.

Le grand feu aura lieu le 21 février 2004.

Le président: Ph. Leclercq

A la Croix-Rouge

Quelques dates importantes à retenir dans les activités de la section locale de la Croix-Rouge

- Jeudi 27 novembre : COLLECTE DE SANG, la dernière de cette année, avec distribution d'un petit cadeau à chaque donneur.

- Samedi 29 novembre : récolte des jouets en bon état (sauf peluches et jouets à piles), au Parc à conteneurs de Claminforge, de 10 h à 17 h et distribution aux enfants dès l'après-midi (vers 14 h).

- Du vendredi 12 décembre au lundi 15 :grande vente de Noël dans le hall d entrée du Home Dejaifve.

Merci de participer très nombreux à ces activités.

Fost-Plus

Les emballages PMC (sacs bleus) seront récoltés le mercredi 26, pour toutes les sections de l'entité.

Les papiers et cartons seront colletés : le mardi 25 pour les sections de Fosses, Bambois et Sart-Sain(-Laurent et le jeudi 27 pour toutes les autres sections.

Précision

Je n'aime pas polémiquer, mais de temps en temps, il n'est pas inutile de préciser certaines informations afin d'éviter de commettre des erreurs.

Je tiens à signaler à M. Eddy Geeraerts que ce ne sont pas les Gilles de Binche (dont le groupe n'est pas unique en Belgique et existe même dans le nord de la France) qui ont été reconnus comme chef-d'ceuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité à l'UNesco, mais bien le Carnaval de Binche, en tant que manifestation (car un chef-d'ceuvre DOIT être une manifestation).

Pour information, j'ai envoyé, il y a quelques mois, une demande de reconnaissance à M. Christian Dupont (ministre de la Culture et de la Communauté française), en tant que trésor culturel vivant de la Communauté française (étape préalable à la candidature de l'Unesco), dans le cadre du décret du 3-7-2002. A ce sujet, nous attendons l'arrêté d'application relatif au patrimoine immatériel qui précisera les modalités pratiques.

Etienne DREZE, trésorier de la Société Royale Les Chinels

Aide de la R.W.

Monsieur le Ministre Charles Michel vient de marquer son accord pour qu'une aide financière de la Région Wallonne, d'un montant de 70.000 euros, soit octroyée à notre commune en vue de l'acquisition de matériel de propreté.

Cette aide régionale est accordée dans le cadre du plan Zen.

Ce plan de sécurité préventive vise l'amélioration du sentiment de sécurité par la sécurisation des abords des écoles et des déplacements des usagers de la route les plus faibles, le renforcement de l'éclairage public et la promotion de la propreté publique.

Ph. MOREAU, chef de file du groupe MR

Funérailles patriotiques

Joseph Duculot a eu, samedi, de belles et dignes funérailles avec une douzaine de drapeaux de groupements patriotiques de Fosses, Mettet, Jemeppe et Namur, des délégations d'anciens volontaires du 12e Bataillon de Fusiliers, de Déportés et Réfractaires, et une foule nombreuse.

C'est que Joseph était un homme paisible et amical ; mais il aimait aussi la justice et c'est ce qui l'a poussé, devant l'injuste agression allemande et l'occupation du pays, à refuser le travail obligatoire en Allemagne et à entrer dans la Résistance, au château de Mielmont notamment, avec l'Armée Secrète. A la libération, il s'engagea comme volontaire et participa entre autres aux combats du Pont de Remagen.

Puis vint sa vie professionnelle et familiale. Mais son attachement à son pays, son patriotisme et son esprit de dévouement l'ont amené à s'occuper de la section des Déportés-Réfractaires et aussi à porter le drapeau ; et on peut dire que durant des dizaines d'années il fut le plus fidèle à participer à toutes les manifestations patriotiques et aux funérailles des braves : jusqu'à l'extrême limite de ses forces il tint à assurer ce service et ce n'est que depuis deux ans qu'il confia cette charge à son fils.

C'est ce qu'a rappelé le président provincial à l'arrivée à l'église, avec des paroles émues de compassion envers la famille. M. le doyen aussi eut, dans son homélie, des mots choisis : dans ce drapeau auquel Joseph était si attaché, il voyait le rouge du sang risqué, le jaune du soleil de la liberté et le noir des difficultés de sa fin de vie : perte de son épouse et sa propre maladie.

Sonneries " Aux champs " à l'élévation, Brabançonne à la fin de l'office, et puis encore au cimetière, devant une imposante assemblée très recueillie. Par son dévouement, son attachement fidèle aux groupements et aux manifestations patriotiques, par sa gentillesse et son amabilité, Joseph avait bien mérité ce bel hommage. Qu'il repose en paix.

 

Théâtre wallon

Rappelons que c'est ce week-end que " Li Soce dès Comédyins fosswès " présente son premier spectacle de la saison : ce samedi 22 novembre à 20 heures et dimanche 23 à 16 heures, en la salle du Lycée, entrée par la route de Bambois.

Pour leur 5e anniversaire, les jeunes de " Li p'tite Soce " présenteront deux saynettes : " 5 ans " et " Ni vos fioz pont d' mwais song ", de Françoise Honnay et Claudine Franceschini.

Les comédiens fossois quant à eux préenteront une pièce en trois actes de Françoise Honnay qui assure aussi la mise en scène : " Li magot do viy ", qui remporta un tout gros succès en diverses localités de Wallonie.

Ne manquez donc pas de venir applaudir nos comédiens, jeunes et adultes.

C. Bistouille et A. Zébuth

La groupe des Sorcières organise ce 22 novembre, à la salle L'Orbey, un souper qui sera suivi d'une soirée et karaoké.

Le menu (15 euros pour les adultes et 8 euros pour les - de 12 ans

-Jus de Citrouille - Ragoût de Tante Clara (blanquette de veau à l'ancienne)

- Bistouilles d'Abel (boulettes sauce tomate)

- Desserts adultes

Ailes de chauve-souris sanguilonantes (crêpes, glace vanille, coulis)

- Dessert enfants

- Cervelle givrée (glace vanille)

Banquet

C'est ce samedi que la société colombophile « La Liberté » à Bambois, organise son banquet annuel, en la salle L'Hautventoise.

Au menu

- Jambon fumé Bambwètî

- Crème ardennaise

- Duo de poissons sauce Nantua

- Filet de porc sauce Sambre et Meuse, gratin lyonnais, salade mixte

- Assiette du Berger

- Crêpe Mikado

Ce copieux menu sera servi au prix de 20 €. Menu enfant pour 5 €.

Conseil communal

Finances une bouffée d'air, mais prudence !

En ouvrant la séance du Conseil, jeud,ile bourgmestre a d'abord, en souriant, fait remarquer les nouvelles chaises qui permettent au public un meilleur confort. Puis il a demandé l'urgence pour quelques points, mais surtout il a pu annoncer une bonne nouvelle : les finances communales, mises à mal par le refinancement de la Clinique d'Auvelais (une intervention de 70 millions) viennent de recevoir une bouffée d'air frais : le ministre a marqué son accord sur un prêt de 1.706.618 € qui sera versé au budget 2003. Il reste 3 millions d'anciens francs pour lés intérêts, qu'on voudrait voir pris en charge par la Région Wallonne à raison de 60 %, et ce n'est qu'un prêt qu'il faudra rembourser en 20 ans ; ce qui continue d'imposer la plus grande prudence financière ; mais c'est incontestablement un ballon d'oxygène : cette charge très importane est donc répartie sur plusieurs années au lieu de conduire inexorablement à un grave déficit budgétaire.

URBANISME

On débute avec trois dossiers d'urbanisme : une parcelle de terrain de 39 ares ayant été vendue pour construction, le cultivateur locataire de cet essart verra donc son loyer diminuer de 48,92 €.

La liste des portions affouagères au Bois des Mazuis, avec 29 demandeurs, est approuvée.

Et dans le cadre des réajustements budgétaires, les tarifs de location de l'ancienne école de Bambois et de l'Espace Solidarité citoyenne, aux Quatre-Bras, sont revus à la hausse, pour compenser les investissements d'aménagements : 5 € l'heure au lieu de 4 ; 40 € par jour (au lieu de 25) ; 75 € par W.E. (45) ; en 150 € par semaine ((80). Plus éventuellement 7 € de forfait pour occupation de la cuisine et 15 pour le service café ; mais avec 50 % de réduction pour occupation régulière.

FINANCES ET TAXES

L'assemblée admet une série de bons de commande pour le Service Travaux : 3.630 € pour un moteur pour l'épandeuse ; 897 pour une tronçonneuse et un taille-haie ; 1.399 pour une remorque fermée ; 1.160 pour un chargeur-démarreur ; pour les écoles : 726 € pour des étagères, présentoir, bac à livres ; 4.000 pour du mobilier (toboggan, mur d'escalade, caverne, armoires, casiers) ; 3.030 pour des chaises et tables ; 82 pour du matériel de gymnastique ; et pour les cimetières : 1.398 € pour une remorque à double essieu.

Certaines taxes seront aussi revues à la hausse : sur les carrières 42.000 € pour 2004, au lieu de 37.500, mais le tonnage est en forte hausse. € Sur les panneaux publicitaires fixes : 0,60 € par dm2 (pour 2004 à 2006). - Sur les pylônes et mâts de télécommunication : 2.500 € (2004-2006) mais on note que Mobistar refuse de payer partout. - La taxe additionnelle à l'impôt personnel à 8 au lieu de 7,5 % (montant imposé par le CRAC) et l'impôt foncier communal à 2.600 cent. additionnels, inchangé.

La taxe sur la collecte des immondices fait difficulté pour la minorité PS elle sera de 60 € par an pour ménages d'une seule personne ; 90 pour deux et 100 pour 3 personnes et plus. M. Brachotte trouve anormale cette dernière différence. L'échevin Charles explique qu'il ne faut pas pénaliser les familles nombreuses qui, par ailleurs, utilisent plus de sacs payants. Le bourgmestre compare cette différence avec un calcul similaire pour les cotisations de Mutuelle et M. Meuter cite les chiffres de Sambreville : 125 € par maison, quel que soit le nombre d'habitants ! Le mayeur rappelle aussi que la mise en décharge à Mont-Saint-Guibert et le transport coûtent de plus en plus cher et que personne ne veut d'incinérateur... du moins près de chez lui ! Le Parc à conteneurs coûte aussi (surtout pour les encombrants) et les pneus abandonnés sont un réel problème : on en a relevé un plein conteneur pour lequel il faut payer Résultat : malgré cette hausse des taxes, le service immondices laisse un déficit de 3,5 millions de francs. Cette taxe est donc votée par 13 oui (U.D., M.R. et Mme Rochet) contre 6 non (PS.)

Diverses redevances sont approuvées à l'unanimité : prestation des ouvriers communaux pour un travail particulier : 16,9 l'heure ; 25 €/heure par véhicule plus frais de déplacement à 2 €/km. - Pour la location d'un conteneur : 250 € par jour, 300 par W.E., plus 125 € de caution et frais de mise en décharge. - Location de l'élévateur pour déménagements 50 €/jour mais 75 % de. réduction pour le personnel communal. - Location de véhicules communaux : uniquement pour le personnel, en dehors des heures de service : 12,50 €/heure. - Location d'un coffret électrique lors de fêtes : 25 € plus 250 € de caution. - Location du broyeur 10 € l'heure, uniquement pendant les heures de service avec 15 € l'heure de prestation de'l'ouvrier qui manipule la machine. Il esr précisé que ces tarifs ont été calculés pour éviter les abus et aussi ne pas faire de concurrence déloyale aux indépendants.

La redevance sur les permis de bâtir passe à 30 € ; permis de lotir 120 € par parcelle. Pour les permis d'environnement : 300 € en classe 1, 30 en classe 2, néant en classe 3 ; pour le permis unique : 30 €.

Enfin, la redevance pour les emplacements de marché est de 1 € par mètre d'échoppe et par jour de marché ; 0,75 € en cas d'abonnement annuel.

Le Conseil admet encore la modification budgétaire n° 3 (exercice ordinaire) avec des ajustements de crédits, recettes en plus (421.730 €) et en mons (130.047) et des dépenses en plus (334.057) et en moins (266.156), ce qui ramène le déficit de 409.027 à 185.244 €. - Pour l'extraordinaire, recettes et dépènses en plus et en moins s'équilibrent.

Et enfin, les rapports de situation de caisse sont mises à jour avec celles de janvier à septembre et des soldes fluctuant selon les opérations.

INTERCOMMUNALES

C'est la saison des assemblées de diverses interconaunales : le Conseil prend note des ordres du jour de celles de IDEFIN et IDEG (avec ouverture au marché du gaz naturel), puis de l'Union des Villes et Communes, du Bureau Economique de la Province et de l'AITI (immondices).

EN URGENCE

Le Conseil entérine l'achat d'un radar préventif : celui qui indique " Vous roulez à... x km/heure", en collaboration avec les autres communes de la Zone de Police : il faut investir dans la prévention. D'autre part, on a reçu un subside du Plan Vert.

A HUIS CLOS

Le Conseil a admis le renouvellement d'engagement à titre effectif de 10 sapeurs pompiers volontaires Marcel Lamy, Luc Honnay, Alain Devadder, Fredy Leclercq, Guy Lessire, Jean-C. Colet, Rudy Mazuin, Gérard Gosset, Daniel Falque et Eddy Scieur.

Et il a admis la mise en disponibiité d'un ouvrier communal.

Rectifions

La semaine dernière, nous annoncions la visite de saint Nicolas, lors de la Foire Saint-André, invité par la boulangerie Le Crousti, place du Marché. A la suite d'une information, qui fut rectifiée après notre mise en page, donc trop tard pour être corrigée, ce n'est pas la boulangerie, mais bien l'Association des Commerçants qui se charge de la venue du grand saint chez nous. C'est donc le samedi 30 novembre qu'il viendra distribuer des friandises aux enfants, place du Marché, à partir de 15 h.

La population recevra, dans les prochains jours, le journal publicitaire qui annonce l'événement. Nous invitons nos lecteurs à parcourir ce journal pour y découvrir les achats proposés par les annonceurs.

Sainte-Cécile

La patronne des musiciens est célébrée le 22 novembre. Chez nous, la chorale Bebronae Cantores la fêtera par son annuel banquet, ce vendredi 21, en la salle paroissiale de SartSaint-Laurent et avec la chorale du Sart.

La chorale Saint-Martin, de Senior Amitié, se rend à Namur pour la célébration avec les chorales de Sambreville et Namur, puis renouvellera dans l'intimité par une collation à la fin de sa répétition du mardi 25.

Et à la Philharmonique

La soirée du samedi 29 novembre débutera par une messe, au cours de laquelle la formation musicale interprétera quelques oeuvres pour la circonstance. Elle sera suivie du banquet, à la salle du collège St-André.

Au menu

- Apéritif du président et ses mises en bouche

-Assiette de jambon de chevreuil fumé, salade de mangues et vinaigrette au miel

- Potage fréneuse pluches de cerfeuil

- Supreme de volaille rôti au sirop de Liège et son jus en réduction à la kriek

- Légumes de saison.

- Gâteau Forêt noire et café.

Participation : 22 euros (10 euros pour les moins de 12 ans), boissons non comprises. Les inscriptions doivent parvenir pour le 22 novembre, soit en s'inscrivant chez un membre de la société, ou en virant la somme du repas au 068-2038505-77 de la Royale Philharmonique de Fosses.

Il y a 100 ans

dans

le messager de Fosses

N° 47 du 22 novembre 1903

FOSSES. - La nuit de lundi, des voleurs se sont introduits dans la maison de M. Théophile Mathot, près de la Station à Fosses en coupant un carreau et en faisant ensuite jouer l'espagnolette de la fenêtre. A l'exception du tiroir du comptoir, que les voleurs n'ont pas pu fracturer, malgré leurs efforts, tous les meubles du rez-dechaussée ont été fouillés. Les cambrioleurs se sont emparés d'une somme de 280 francs qui avaient été touchés la veille au soir, ainsi qu'une machine de course, toute neuve, de la marque Eclair d'une valeur de 250 francs, un imperméable d'homme, un perdessus, deux vestons, une chaîne de montre en or, avec médaillon garni de perles fines, une montre de dame avec chaîne-sautoir en or, une broche et des boucles d'oreilles, également en or et une fourrure, le tout d'une valeur d'environ 1.500 francs. Aucun bruit n'a été entendu par la famille Mathot et, chose étrange, le petit chien de garde est resté après le vol, quatre jours sans aboyer.

La même nuit, vers 11 heures du soir, sans doute les mêmes voleurs ont tenté de s'introduire chez Edouard Leloup, route de la Station, mais en ouvrant la fenêtre, des pots de fleurs sont tombés et ont ainsi donné l'éveil.

Confrérie St-Feuillen

Les membres de la Confrérie se réuniront au local St-Martin mardi prochain 25 novembre à 19 h 30. Ils feront le bilan de la fête de Saint - Feuillen du 26 octobre, le point sur la Commission Spectacle pour la St-Feuillen 2005 et évoqueront divers projets.

Keskidi nous propose

(à lire avec humour)

L'évasion fiscale

Monsieur Didier, ministre des Finances, a une obsession : faire rentrer en Belgique les fonds placés ou planqués à l'étranger. Seul petit bémol : la taxe à payer par le quidam qui, selon les dires du grand argentier, sortira grandi, mais délesté d une partie de son pognon.

mlEst-il aisé de déposer de l'argent à l'étranger ? Ne courons pas au bout du monde, Luxembourg constitue déjà le lieu idéal où certains goûtent le plaisir de déposer, par une nuit sans lune, de l'argent frais, au chaud dans des coffres numérotés. Afin de retrouver l'itinéraire que suit l'argent s'échappant de notre pays et de ressentir les angoisses des heureux possesseurs, je décidai d'aller planquer un billet de 10 euros au GrandDuché. J'ai donc fie le train à la gare a plus proche de chez moi, à Taines. C'était un train de banlieue. J'ai voyagé en secondes, afin de ne pas attirer inutilement l'attention. Mon billet de 10 euros se trouvait dissimulé dans une cachette géniale, où personne de normal ne penserait à le chercher : au milieu d'une liasse de ses semblables, dans mon portefeuille. Arrivé à Namur, j'ai fait une promenade en bateau-mouche, pour le cas où le service des répressions des fraudes aurait lâché ses chiens à mes trousses. J'attendis ensuite l'heure de pointe pour reprendre le train et me rendre au milieu de la foule anonyme vers mon lieu de destination. Quel limier, même le plus doué, aurait-il pu se douter de la finalité de ma destination.

Dans le train, je me crus pourtant, l'espace d'un instant perdu, lorsqu'un homme en uniforme, sûr de lui, me demanda d'un ton que je jugeai chargé de sens : « Monsieur, votre billet, s'il vous plaît 1 » Je décidais de jouer le tout pour le tout, j'ouvris grand mon portefeuille et rétorquai : « Fouillezmoi si vous voulez, je n'ai rien à cacher ». Comme il insistait et que je m'obstinais, il sortit un carnet à souches, m'en tendit un feuillet après avoir griffonné dessus et me réclama 30 euros et quelques cents. L'imbécile : avec un peu de flair, il aurait découvert le pot-aux-roses. J'étais peutêtre fiché, mais il n'avait rien trouvé. Je payai et, par précaution, je descendis à la gare suivante. Me méfiant donc du train, je voyageai en autostop jusqu'à la frontière luxembourgeoise, en donnant chaque fois à mon chauffeur occasionnel le nom d'un endroit où je ne voulais pas me rendre. Je mis deux jours pour atteindre la frontière, mais j'étais certain de ne pas avoir été suivi.

Connaissant l'intelligence des douaniers et pour le cas où, on ne sait jamais, je changeai mon billet de cachette, je le glissai, plié en quatre au dos de ma carte d'identité tout contre le plastique ; ils ne regardent jamais en cet endroit. J'avais raison, je ne fus pas inquiété et arrivai au centre ville sans encombre.

A la première banque où je me présentai, on m'apprit que l'ouverture d'un coffre coûtait déjà beaucoup plus cher que la modeste somme que je voulais y déposer. On m'ouvrit alors un crédit afin que je puisse déposer mes 10 euros. Les banquiers sont toujours compréhensifs avec ceux qui, comme moi, ont des nerfs d'acier.

Keskidi

Pensée de la semaine

Seul un bigame peut se vanter de posséder une belle paire de Charentaises pour prendre convenablement son pied.

Pensée

A quoi sert le lit des rivières, si les poissons ne se couchent pas pour dormir.

A la Philharmonique

Vous aimez la musique ? Vous avez envie d'apprendre à en jouer, mais dans un premier temps, l'enseignement officiel dans une académie vous fait peur ? Vous avez appris la musique, mais les nécessités de la vie professionnelle vous en ont éloigné. Maintenant que vous retrouvez du temps libre, des loisirs à combler, venez nous retrouver.

Où ?

A l'Ecole de Musique de la royale Philharmonique.

Quand ?

Le mercredi en soirée, dans la salle de L'Orbey à Fosses pour des leçons individuelles ou ensemble.

Les cours sont gratuits.

Pour renseignements

- Pierre Lorand ' 071-71.30.89

- Claude Barthélemy ' 071-71.31.54

- André Janssens ' 071-71.14.73

- Jean Piéfort ' 071-71.26.97.

Photo rétro

Escapade de l'Estudiantine

Avant la guerre et jusque dans les années '50, il existait à Fosses plusieurs groupements de jeunes,

notamment une « Estudiantine ». Elle organisait plusieurs activités dont des balades en vélo.

Cette photo a été prise un jour de 1943, lors d'une escapade vers Maredsous.

On reconnaît

- devant et de gauche à droite : José Colon, André Verbaert (†) et Raymond Piéfort †.

- derrière, à gauche : Louis Dumont(†), Jean Romain et Georges Hanique (†).

La presse revue...

par Zorro

- Samedi : « Eviter les épouses à foulard... » - Avec les autres, pas de retenue, faut qu'elles y passent...

- Dimanche : « Poupées bavardes ! » - Germaine, t'as remarqué, bavardes avec e et s... rien que des filles.

- Lundi : « De plus en plus de pirates sur les mers ». - Et au Parlement, vous croyez pas qu'il y en a au moins autant ?

- Mardi : « Quand. où et comment vous faire voler votre voiture » - Quelques recettes toutes simples à l'attention des escrocs en herbe.

- Mercredi : « Payer plus oour recevoir moins » - Le triste sort des contribuables belges.

- Jeudi : « Nous ne sommes pas des clowns » - ... ont déclaré devant le juge les nombreuses personnes jugées pour avoir refusé de voter aux dernières élections.

- Vendredi : « Isabelle Durand avoue... » - Il était grand, il était beau, il sentait bon le sable chaud...

SART-ST-LAURENT Perte de contrôle

Samedi dernier, vers 23 h 50, au croisement de la place de Sart-Saint-Laurent, un automobiliste de Profondeville a perdu le contrôle de sa VW Passat et a percuté l'îlot directionnel ainsi que la berme en béton.

La voiture a subi quelques dégâts matériels, de même que la structure de l'îlot, dégâts constatés par la zone de police d'Entre-Sambre-et-Meuse.

VITRIVAL Week-end chez l'artisan

L'atelier de céramique In9els-Malnoury vous accueille rue Saint-Pierre 18 à Vitrival, à l'occasion du weekend chez l'artisan.

Portes ouvertes les 22 et 23 novembre, de 10 h à 18 h. Démonstration de tournage. Entrée libre.

Les fêtes approchent, une idée de cadeau, pensez-y...

Une organisation de l'Entente des métiers d'art de Wallonie.

Avis aux brocanteurs

Une nouveauté cette année lors de nos festivités de fin d'année. Le vendredi 12 décembre, sous chapiteau géant, chauffé, place J. Tousseul :

BROCANTE NOCTURNE

de18hà1 h.

- Accueil des brocanteurs vers 16 h.

- Renseignements et inscriptions au

È 0494-62.42.30.

- Emplacements : 1,50€ le mètre courant sur un profondeur de 2 m.

Accrochage

Lundi, vers 12 h 45, rue Rauhisse, face au n° 41, un cyclomoteur piloté par un agent des Postes de Fosses a été accroché par une Mercedes, conduite par un habitant de Floreffe. Le facteur a été légèrement blessé.

Le constat a été dressé par un agent de la zone de police locale.

LE ROUX La fête du Roi

Dans l'esprit nouveau de réunir toutes les sections pour les manifestations patriotiques, la célébration de la Fête du Roi ou de la Dynastie s'est déroulée dimanche en l'église de Le Roux, en présence des autorités communales et des délégations avec drapeaux des sociétés patriotiques, moins nombreuses toutefois que pour le 11 novembre.

La chorale paroissiale assurait divers chants de circonstance et M. le curé Lambiotte précisa le sens de la cérémonie qui se termina par le chant de la Brabançonne.

Le Comité du Souvenir offrit ensuite le verre de l'amitié en la salle La Rovelienne.

Etat civil

Mois d'octobre 2003

Naissances

Le 9 à Namur :

Emilien Moens,.fils de Didier et de Natacha Debruxelles, rue de Lège 3, Vitrival.

Le 16 à Sambreville :

Amaza Deproot, fille de Laetitia Deproot, place de Sart-Saint-Laurent 1a.

Le 23 à Sambreville :

Christophe Wiame, fils de René et de Maryse Lorent, avenue Albert 1 er, 12.

Le 24 à Namur :

Alice Saidane, fille de Ghueder et de Frédérique Delie, rue Grande 17, Le Roux.

Publication de mariage

Yves Jadoul, 30 ans, habitant chaussée de Charleroi 317 à Le Roux et Janique Thioux, 37 ans, de Malonne (mariage le 28, novembre).

Mariage

le 4 octobre:

Christophe Defrône, 37 ans, habitant rue Tienne-Drion 40, à Sart-Eustache et Béatrice Galais, 35 ans, rue de la Ramée à Sart-Eustache .

Décès

Le 21 septembre à la clinique d'Auvelais :

Eva Capelle, veuve de René Lambillotte, née le 4 novembre 1912, rue de Claminforge 34, à Le Roux.

Le 2 octobre à la clinique Dejaifve:

Eva Drèze, veuve de Eloi Pietquin, née le 15 août 1922, de Jemeppe.

Le 4 octobre à Namur :

Cécile Camus, épouse de Jacques Renard, née le 3 septembre 1969, demeurant rue du Fays 36 à Aisemont.

Le 6 octobre à Charleroi :

Odette Deprez, épouse de Michel Golard, née le 10 janvier 1947, résidant au camping Val Tréko à Vitrival.

Le 7 à la clinique Dejaifve :

Marcel Legrain, époux de Lucy Romain, né le 20 avril 1925, de Tamines.

Le 7 à Charleroi :

André Baire, époux de Marie-Louise Verlaine, né le 25 avril 1922, rue du Sartia 63, à SarlEustache.

Le 11 à la route d'Arsimont :

Jean-Paul Marciat, époux de Bernadette Fournier, né le 4 novembre 1946, de Falisolle.

Le 13 à son domicile, rue Jh Boccart 5, à Sart-Saint-Laurent :

Jean Tahir, divorcé de Ginette Vouillamoz, né le 17 avril 1943, de Sart-St-Laurent.

Le 16 au Home Dejaifve :

Angelina Venderheyden, veuve de Hermanus Nackaerts, née le 11 février 1910, de Bois-de-Villers.

Le 17 à son domicile :

Miklos Bakos, divorcé de Francine Walschot, né le 5 décembre 1940, rue Cour de la Mairesse 4, à Fosses.

Le 19 au Home Dejaifve :

Marie-Louise Philippon, célibataire, née le 21 février 1913, de Saint-Servais.

Le 20 à son domicile :

Hélène Godfroid, épouse de Jean-Baptiste Vandevandel, née le 9 avril 1926, rue de la Plage 2, à Haut-Vent-Fosses.

Interventions des pompiers

Le 3 : ambulance et pompiers suite à un accident au carrefour d'Oret- à Mettet ; deux. blessés conduits à l'hôpital d'Auvelais.

Le 5 : appel des pompiers avec plongeurs pour une vache qui menaçait de tomber dans une carrière, près de la route de la B.-Sambre à Floreffe.

Le 7 : appel des pompiers pour nettoyages de routes : à Franière, rue Mancholette ; à Fosses, place du Marché.

Le 8 : appel des pompiers pour feu de cheminée, rue Marlaire à Floreffe.

Le 15 : appel de l'ambulance pour un blessé bloqué, rue de la Marlagne à Sart-Saint-Laurent ; renfort avec camion 4x4 pour extraire le véhicule.

Le 15 : appel des pompiers pour nettoyage de route : rue des Déportés à Floreffe ; sur la Nationale 573 à Biesme ; au carrefour Materne à Floreffe ; et route de Claminforge à Le Roux.

Le 16 : appel des pompiers pour un feu de cheminée, rue des Bosseuses 8, à Mettet.

Le 17 : appel des pompiers pour détection de C/O à un poêle à charbon, rue Saint-Roch 67 à Fosses.

Le 18 : appel des pompiers pour une vitre qui menaçait de tomber, rue V. Roisin à Fosses.

Le 19 : ambulance et pompiers pour détection de C.O. rue Vieux-Moulin 4, à Floreffe.

Les matches de ce week-end

Samedi 22 novembre

Diablotins, à 11 h

Anhée - Fosses (A et B)

Jemeppe - Bambois

Préminimes, à 13 h

Bambois - Yves-Gomezée

Minimes, à 15 h

Fosses : bye

Dimanche 23 novembre

Cadets et Scolaires

Fosses : bye

Provinciale 3 B, à 14 h 30

E.S. Frontières - Bambois

Provinciale 4 B, à 14 h 30

Fosses - Mazy

Soye-Floreffe - Fal.Aisemont

FRONTIÈRES - BAMBOIS

1 - 4

Les « Frontaliers » tardent à entrer dans la rencontre et Daxhelet en profite pour planter deux buts aux 15e et 25e. Cinq minutes plus tard, Wauthelet creuse l'écart.

A la reprise, les visités sortent de leur réserve et Alfonso ramène l'espoir à la 55e. Peu après, Jeannesson voit son penalty être détourné par Seron. Les visités insistent, mais se font piéger sur un contre de Borbouse, à la 89e.

SOYE-FLOREFFE - FAL.AISEMONT

4 - 1

Freddy Debaty, l'entraîneur de Soye-Floreffe était confiant pour ce match et il pouvait l'être : son équipe a rapidement pris la mesure de Falisolle en menant 2-0 à la mi-temps sur deux buts de Bodart. Si Sackzuk a réduit le score en seconde période, les hommes de Jacques Milquet n'ont pu éviter d'encaisser deux nouveaux buts, des oeuvres de Servais et de Romedenne.

FOSSES - MAZY

1 - 1

Fosses a joué en lançant de longs ballons en avant. La formule a bien fonctionné puisqu'il trouvait la marque en première période par Sébastien Falque. Le leader Mazy a ensuite fait la pression pour revenir au score mais a dû attendre la seconde mi-temps pour trouver la faille via Jean-Marc Tanasse avant de louper la victoire en tirant à deux reprises sur la latte.