N°37  26 septembre 2003

Cancun et l'Europe des 25

L'autre semaine se tenait à Cancun, au Mexique, le sommet de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), groupant 146 pays de tous les continents du globe. Avec un objectif ambitieux : arriver à un accord sur l'organisation mondiale du commerce par la baisse des droits de douane sur les produits industriels, les investissements, la concurrence, l'environnement, l'ouverture des marchés publics et j'en passe.

D'emblée s'est manifesté un profond fossé entre pays industrialisés du nord de la planète et ceux du sud " en développement ", comme on dit maintenant pour éviter le brutal " sous-développés "

Mais comment concilier libéralisation du commerce et développement des pays pauvres ? Ces derniers se sont groupés dans un " G 20 ", un groupe de vingt pays où les problèmes agricoles sont cruciaux, et ils exigeaient d'entrée de jeu un accord sur l'agriculture comme préalable à toute autre discussion. Leur revendication : la suppression des subventions que les pays industrialisée (Europe et Etats-Unis) accordent à leurs agriculteurs, causant une concurrence déloyale puisque ces pays pauvres ne peuvent pas accorder ces aides à leurs propres agriculteurs. Réaction immédiate des " riches " : pas question de supprimer ces aides, notament sur les exportations de sucre (qui concurrence le sucre de canne), le beurre et la viande bovine. On sait les difficultés que connaissent nos producteurs avec les crises récentes du bétail, comme aussi le blocage du prix des denrées panifiables : le prix du froment est actuellement le même qu'il y a 30 ans, alors que tout a augmenté sensiblement.

Pour apprivoiser les opposants, les pays riches ont accordé d'abord aux

pays pauvres l'accès aux médicaments génériques pour contrer les ravages du sida, la malaria, la tuberculose : un tiers de la population mondiale n'a pas accès aux médicaments essentiels. Cette mesure était bloquée depuis deux ans par les Etats-Unis, gros producteurs et chercheurs dans l'industrie pharmaceutique.

Cela n'a pas suffi à apaiser les tensions. La croissance économique (cette sacro-sainte croissance !) reste léthargique, il faut donc relancer le volume des échanges commerciaux et, selon la Banque Mondiale, la libération des échanges serait la panacée, y compris pour les pays pauvres. Tout le monde n'est pas de cet avis. Les agriculteurs belges notamment affirment que l'OMC est (aussi) une multinationale qui règle les stocks, ce qui engendre de la spéculation et le déréglement des marchés : cette politique de libre échange, en fait ne profite qu'à un petit nombre de sociétés multinationales qui s'enrichissent au détriment des producteurs.

Et ces producteurs, qu'ils soient du Nord ou du Sud de la planète, veulent une organisation des marchés qui garantisse des prix rémunérateurs couvrant les coûts de production, ce qui est nié à l'OMC.

Sans les subventions actuelles, l'agriculture belge ne saurait pas tenir le coup. Sans rémunération normale de leurs produits, les pays du Sud ne sauraient sortir leur population de la misère ; les prix du sucre de canne, du café et de bien d'autres produits agricoles sont maintenus endessous de leur valeur réelle ; les producteurs sont souvent en-dessous du seuil de pauvreté, les pays ne peuvent assumer les services publics, l'accès aux soins de santé, à l'éducation, à une sécurité sociale minimale.

Après cinq jours de discussions, aucun accord n'a pu être trouvé et ce sommet de l'OMC a bien dû reconnaître son échec. On espérait, sinon un accord, du moins une déclaration commune. On n'a rien eu : les Africains refusant de négocier sur autre chose tant qu'un accord n'était pas parvenu sur l'agriculture. Et le Groupe des 20 (dont la Chine, l'Inde, le Brésil, l'Argentine, le Mexique, l'Afrique du Sud) représentent 65 % de la population active agricole et la moitié de la population mondiale... C'est donc la crise. Cela n'arrange pas non plus les affaires européennes, au moment où l'Europe se prépare à s'élargir de 15 à 25 pays membres, notamment des pays de l'Est.

Or on a là aussi des pays gros producteurs agricoles qui vont connaître (et provoquer chez ceux de l'Ouest) des difficultés graves. C'est le cas, par exemple, de la Pologne où un salarié sur 4 vit de l'agriculture.

Mais avec une importante proportion d'exploitations de moins de 10 hectares. Et on se souvient, chez nous, de cette parole brutale de l'économiste européen Mansholt pour qui, voici cinquante ans, " ia moitié des agriculteurs belges devaient disparaître " ! On a failli avoir des émeutes (et il y a eu de violentes manifestations d'agriculteurs à Bruxelles), mais c'était inexorable toutes nos petites fermes ont progressivement disparu.

Jusqu'après la guerre, une ferme de 15 hectares, avec une douzaine de vaches assurait un revenu décent ; une vie très frugale bien sûr, mais ces petits fermiers parvenaient, à force de travail et de petites économies, à acheter de temps à autre un terrain ou un pré quand l'occasion se présentait. Maintenant, même avec 200 hectares, ou 150 bêtes, la situation est à la limite du supportable car la modernisation du matériel a nécessité des investissements énormes. Et du chômage...

En 1980, la Belgique comptait encore 113.382 exploitations agricoles ; en 2002, il n'en restait que 56.912 et on en a encore perdu 1877 depuis cette année ! Mansholt avait vu juste, hélas. Et malgré cela, la production a augmenté pour les denrées, tandis que le cheptel est en baisse. Comme le revenu agricole global.

Les petits agriculteurs polonais sont donc aussi condamnes à leur tour ; ceux qui espèrent survivre souhaitent être mis sur le même pied que les agriculteurs de l'Ouest, -3n bénéficiant des subsides européens ils n'ont à présent que la moitié de cette valeur.

Après des siècles d'une situation assez stable, notre époque connaît d'énormes bouleversements, aussi bien dans son économie que dans sa vie sociale car le revenu du travail reste toujours la base de la stabilité d'une population. Mais le monde, comme les individus, veut toujours voir plus grand...

J.R

Fosses - La rue du Curé

C'était, en effet, la dénomination de cette rue au moment de la photo, au début du siècle dernier. C'est aujourd'hui la rue Henri Delmotte-Lemaître, dont la veuve habitait la grosse maison pourvue d'un perron avec balustrade en fer forgé, à droite, où l'on distingue encore un réverbère. C'est aujourd'hui la Justice de Paix, après avoir été bureau de l'Enregistrement.

C'était autrefois la rue Al Chenal (car elle menait vers le chenal, la Biesme, détournée en 1149 pour longer les remparts). Ce fut ensuite la rue du Curé, en mémoire du curé Antoine Rouverolles, qui habitait le haut de la rue et qui fut assassiné en 1778 par un vannier de passage.

En 1935, cette rue porta le nom de rue DelmotteLemaître, à la demande de la veuve. d'Henri Delmotte, qui offrit généreusement le kiosque en pierre, de la place du Marché, le carillon de la collégiale, le mo,ument au roi Albert, des bancs placés à divers endroits de la ville, pour les personnes âgées... A l'avant de cette maison de maître, la demeure de Flore Pottier (qui vendait des bonbons) dont l'habitation est aujourd'hui englobée dans celle de la Justice de Paix..

A gauche, en montant : la maison Neuje (Joseph Hanique), l'imprimerie d'Ignace Maillien (fondateur en 1879 du Messager de Fosses). Plus loin la maison d'Alexandre Gailly (où habita Guillemine Dupont) ; puis celle de la brasserie Devillers (puis Auguste Loiseau, aujourd'hui l'agence Dexia). Plus haut, ce sont des dépendances de la brasserie.

 

Fête communale

En l'absence d'un comité des fêtes, c'est l'échevin concerné Benoît Buchet, qui a pris en mains l'organisation et la mise sur pied du programme des festivités 2003. On sait que les années précédentes déjà, il ne ménagea pas ses efforts, pour que la tradition subsiste et que Fosses centre bénéficie des habituelles journées de fête, auxquelles s'associe le Service Incendie, avec ses nombreuses animations, lors de ses Portes ouvertes, les samedi 27 et dimanche 28 (voir le programme ci-contre).

Vendredi 26

17 h CONCOURS DE BELOTE, en la salle L'Orbey. Inscription 15 €

(avec 6 boissons gratuites ordinaires). - 500 euros de prix.

Samedi 27

De 8 à 18 h, dans le Centre

BROCANTE LIBRE D'AUTOMNE

Réservation au S.I. 071-71.46.24

18 h CONCERT ROCK-BLUES gratuit, place du Marché, par Les Bouttefeus » (U2, Dire Straits, Rollings-Stones, T. Turner...)

21 h BAL DES ANNÉES 80

(gratuit) à l'Arsenal des Pompiers.

Dimanche 28

16 h Place des Tanneries

SPECTACLE DE GLADIATEURS

(Adultes 5 e - enfants gratuit)

19 h en la salle L'Orbey

CONCERT « A L'ITALIENNE,,

La Philharmonique de Fosses et les Accordéonistes de Bouffioux Prévente 2,5 € / entrée 3 €. Petite restauration de pizzas

Lundi 29

A 14 h 30: salle L'Orbey

GOÛTER DES AINES de l'entité

Réserv. : Serv. trav. ' 071-7131.31

Les encombrants

C'est ce lundi 29 septembre que les objets encombrants seront enlevés à Névremont, Aisemont, Le Roux, Vitrival et Sart-Eustache.

Le dernier ramassage des objets encombrants aura lieu le 29 décembre, et cette fois le même jour pour toutes les sections de l'entité.

Portes ouvertes chez les pompiers

Samedi 27 septembre

- Voiture tonneau de la police édérale

- Concours de pétanque, dès 14 heures

- Bal des années 80, dès 21 h

Dimanche 28

Dès 11 h 30: Concours de dessin pour les enfants (2 catégories, nombreux prix)

En permanence, les deux jours

- Présence de véhicules de la protection civile

- Présence d'un véhicule d'incendie d'aérodrome - Parcours fumée

- Exposition de photos

- Exposition de matériel et de éhicules d'incendie

- Présence du SMUR lors des exercices de désincarcération

- Ruche d'abeilles vivantes

Dès 15 h : démonstrations diverses - Désinca avec cascade

- Feux de voiture, de friteuse,d'hydrocarbure

Pour les enfants, en permanence pêche aux canards, château gonflable, mur d'escalade

- Barbecue

-Petite restauration

- Bar Stand du Clos du Soleil

Jogging

Il est des sports purement amateurs qui ne sont pas médiatisés et pourtant, le mérite de leurs adeptes n'en est que plus grand.

Le jogging, cousin du cross ou des courses de fond en athlétisme, est parmi ces sports bienfaisants qui ne défrayent pas les colonnes des journaux, ou n'attirent pas les foules.

A Fosses, le Jogging du Chinel est un club dynamique, dirigé par André Lindekens, qui participe lui-même à des épreuves parfois lointaines. Ainsi, nous apprenons qu'il a participé à un jogging en France, près de Lille, intitulé « Le Trail du Patois », 66 km, qu'il a parcourus en 6 h 28 en se classant 5e, sur un parcours nature très sélectif (50% de côtes, et chaleur)... Un résultat acquis sans doute avec beaucoup d'entraînement et de persévérance. Nos vives félicitations à André, qui ne compte en tout cas pas s'arrêter là. Son objectif pour 2004: un 100 km !

La course annuelle « Jogging du Chinel » qui devait se dérouler en mars 2004 est reporté au 8 mai ; une date à retenir pour les sportifs. La distance sera de 10 km 500.

Quant au souper annuel du club, il aura lieu le samedi 15 novembre, en la salle L'Orbey, dès 19 h 30.

Conférence horticole

La section de Fosses de la Régionale d'Horticulture de Namur organise le vendredi 3 octobre, à 19 h 30, dans le bâtiment de l'ancien Nopri, aux Quatre-Bras, à 19 h 30, une conférence ayant pour sujet : « Les fraisiers, culture et variétés », par R. Daloze. Présentation de dias (au fil des saisons) et tombola.

Accessible au grand public et entrée gratuite.

La police erd un de ses agents

La zone de police Sambre-et-Meuse, installée a Fosses, a appris la triste nouvelle du décès d'un de ses agents, M. Guy Leclercq, d'Aisemont, âgé seulement de 56 ans.

Après avoir travaillé quelques années dans une entreprise de la Basse-Sambre, il devint garde champêtre - comme son père avait été - à la commune d'Aisemont (il fonctionna aussi à Vitrival), avant les fusions de communes. En 1977, il fut attaché à la police de Fosses, puis rejoignit la gendarmerie de Fosses en raison de la restructuration en zone de police, où il était préposé au service accueil.

Originaire d'Aisemont, il fut un ardent amateur de balle au tamis (à l'époque), puis de balle pelote et il s'intégra tout naturellement dans la vie de son village en participant aux diverses festivités du village. Il était marié à Jeaninne Namur, mais le couple n'a pas eu d'enfant.

Il souffrait depuis quelque temps d'ennuis intestinaux et devait subir une opération ; hélas, l'hémorragie qui s'est subitement déclenchée lui aura été fatale.

La messe des funérailles, suivie de l'incinération au crématorium de Gilly, et de l'inhumation des cendres au cimetière d'Aisemont, avaient lieu ce jeudi 25.

Nous présentons à sa famile nos plus sincères condoléances.

Réédition

Aux personnes qui n'ont pas pu se procurer le livre de M. Jean Lecomte à l'époque de sa première parution «Introduction à l'histoire de Fossesla-Ville : des origines à l'an mil », une réédition est en vente au Syndicat d'Initiative de Fosses, au prix de 8 euros. Avis aux amateurs d'histoire.

Fête des Jubilaires

Comme le veut la coutume chez nous, c'est le premier dimanche d'octobre que les couples jubilaires de l'entité seront reçus officiellement par les autorités communales, en la salle L'Orbey, vers 11 h 30, après la messe célébrée en leur honneur.

Cette année, ils sont 21 couples qui ont été invités à participer à cette réception : 17 fêtent leurs noces d'or et 4 leurs noces de diamant.

Nous avions donné précédemment la liste de ces couples. Pour diverses raisons, certains n'assisteront pas à la cérémonie ; on peut compter néanmoins sur une douzaine de couples, auxquels se joindront les proches. Le public est évidemment invité à assister à cette petite fête, toujours empreinte de beaucoup de cordialité et de bonne humeur.

Comme nous le faisons habituellement, nous présenterons plus en détail ces couples, dans nos colonnes, la semaine prochaine.

Cercle d'Histoire

Rappelons que la prochaine réunion du Cercle, le jeudi 9 octobre à 19 heures, au local habituel des Quatre-Bras, sera l'assemblée statutaire de l'ASBL.

On y entendra d'autre part un exposé de Mme Andrée Bacq sur les sabotiers du pays de Fosses et un autre sur des actes de vente des fermes du Chêne et de Ste-Brigide des précisions et rectifications sont ainsi apportées sur ces actes où interviennent les familles Winson et Dejaifve. On préparera aussi la visite à l'exposition sur les trésors d'Hugo d'Oignies.

Les réunions du Cercle sont ouvertes à toutes les personnes qui s'intéressent au passé de notre ville et sont entièrement libres : on n'exige aucune assiduité.

Circulation entravée

Mardi, la grève de La Poste a été suivie par les postiers fossois qui, mécontents, ont entravé la circulation au carrefour des Quatre-Bras, ce qui a provoqué quelques embarras de circulation.. Avec diplomatie, les inspecteurs de la zone de police ont pu assez rapidement rétablir l'ordre à cet endroit stratégique.

Vol avec violence

Samedi dernier, en fin de journée, vers 17 h 15, deux inconnus cagoulés et armés ont commis un hold-up chez M. Bricolage, chaussée de Charleroi à Fosses. Sous la menace, ils se sont fait remettre le contenu des caisses et du coffre.

Le préjudice semble être assez important. Ce magasin, situé à proximité de grands axes, a déjà été la cible, à plusieurs reprises déjà de semblables méfaits.

Recherche bénévoles

La St-Vincent-de-Paul recherche des bénévoles pour la récolte des vivres au Delhaize de Fosses-la-Ville, du 16 au 22 octobre inclus.

Contacter G. Dumont

' 071- 71.11.66

Invitation

Vie Féminine de Fosses organise un module de 6 cours de Feng-Shui, à la salle du Centre culturel, place du Marché 12, les 6, 13, 20 octobre, les 3, 10 et 17 novembre, de 20 à 21 h30. Prix : 9 euros (18 euros pour les nonmembres).

Renseignements chez Mme M. Thomas

' 071-71.19.49.

Grève à la Poste

" Tiens, il n'y avait rien au facteur aujourd'hui ? "

Cette expression peu conforme à la syntaxe a été celle de nombreux Fossois ce lundi. En effet, les facteurs n'ont pas fait leur tournée quotidienne de distribution du courrier. Au guichet, pourtant, le travail s'est effectué normalement.

Car ce qui est en cause, ainsi que nous l'expliquions la semaine passée, c'est la nouvelle organisation des tournées. D'en haut, la hiérarchie a décrété un système informatique pour étudier " virtuellement " l'organisation des tournées selon les rues, le nombre d'habitations, l'étendue de la commune. Mais (une fois de plus) sans demander l'avis des intéressés. Et les facteurs se sont ainsi retrouvés avec 10 tournées au lieu de 13. En clair : trois facteurs en moins et du travail en plus pour chacun des autres, au triage du matin, par rue et par habitation, puis dans la longueur de la tournée. Alors que partout on parle de diminution du temps de travail...

Un mot à la mode aussi, c'est" Proximité ". Mais comme souvent en politique, on fait l'inverse de ce qu'on annonce. Jamais les gens ne se sont sentis aussi isolés. Le métier de facteur était encore un vrai métier à vocation sociale : très vite connu, quand il n'était pas du patelin même, le facteur n'assurait pas que la distribution du courrier : pour bien des personnes (âgées surtout), il était aussi la visite quotidienne, trop souvent la seule hélas. Il était le lien avec le monde extérieur; avec le journal, il apportait les petits potins du village : un tel est à l'hôpital, là on attend une naissance, un tel est tombé dans son jardin... Il rendait des services : timbres, pension, aidait à remplir un virement. Et avec cela, une jatte de café. Bien sûr, cela prenait un peu de temps, mais il assurait son service dans des conditions humaines.

Aujourd'hui, on ne parle plus que " rentabilité ". Il faut faire plus vite, et toujours plus vite... Et ce système " Géoroute " imaginé par les grands esprits de La Poste et leur informatique super-magique ne tient pas compte de l'aspect humain de la profession. Dans les grands centres, on a déjà remplacé les trieurs par des trieuses mécaniques, qui vont dix fois plus vite... A quand le facteur-robot ?

pC'est contre cet aspect négatif de la modification de leur profession que les facteurs fossois ont voulu protester. Comme d'autres. Ils ont adressé un message impératif à la direction de Namur pour obtenir une meilleure répartition du travail global, mais n'ont pas eu de réponse. En dépit du projet de création de 200.000 emplois nouveaux, les administrations, elles, diminuent partout leur personnel : on va encore supprimer des bureaux de oste comme aussi des gares. Vous avez dit " service public " ....

Les facteurs trouvent que leur métier est devenu stressant, décourageant, harcelant, et dangereux avec cela, quand ils trimbalent l'argent des pensions ! Ce mouvement de grève pourrait être maintenu dans les jours de cette semaine. Hélas, on connaît la fable du pot de terre contre le pot de fer...

Keskidi nous propose

(à lire avec humour)

La vinification

Comme son nom l'indique, elle consiste à aviner un liquide brut, au point qu'il se prenne pour de l'alcool et qu'il coule en zig-zag.

Pas mauvais ce petit Saint-Estèphe ! L'alcool est dangereux, il est vrai, car c'est bien à cause de lui qu'il existe des ligues antialcooliques. Ces groupuscule assènent une odieuse propagande d'intolérance raciste contre le rouge, sans qu'interviennent les pouvoirs publics.

Pas mauvais ce petit Morgon ! Lisez leurs affiches : dévinez-vous en vitesse. Elles s'en prennent même au cidre quand vous décidrez-vous ?

Pas mauvais ce petit Brouilly !. En fait, le vin n'est pas mauvais pour la santé ; la preuve : il ne donne jamais de sinusite, même si on le prise ! En revanche, il est vérifié que fumer du vin provoque à longue échéance, une cirrhose des poumons, même avec un filtre-entonnoir.

Pas mauvais ce petit Moulin-à-Vent. Observez ce monstre de sobriété qui sort de ce bistrot en ayant bu seulement une menthe à l'eau. Il va directement chez lui et se couche sans incident. Comparez avec ce brave ivrogne qui sort de ce même bistrot en titubant dans un slalom entre les réverbères, qui rentre par erreur chez son voisin et salit la moquette. Qu'en conlure ?

1. Le plus court chemin étant la ligne droite, le sobre est un fainéant.

2. En rentrant chez lui sans jamais chercher à établir des contacts humains, le sobre est un égoïste.

3. Par sa digestion en vue d'une mesquine accumulation d'énergie, sans jamais rendre ce qu'il a utilisé, le sobre est un malhonnête. On oublie un peu de le signaler.

Pas mauvais, ce petit Châteauneuf. N'avez-vous jamais remarqué une légère différence entre une conférence sur l'Art étrusque en Asie Mineure, où l'orateur boit seul un verre d'eau et une fête de la Musique, où chaque participant a son magnum de Beaujolais ? Au niveau de l'ambiance, non ; pas mauvais ce petit Beaujolais !

Mais revenons à nos moutons, avec la vinification du foie. J'ai dit : à nos moutons. Je ne veux pas de ces bêteslà. Pourquoi tous ces rats et ces serents qui sorte de ma radio lorsque je regarde. Non, pas les araignées ! Au secours, alertez les services d'hygiène. Qui sont ces hommes en bouse blanche ? Je ne veux...

Note de la rédaction. Légèrement entravé par une camisolle de force, Monsieur Keskidi fait savoir qu'il ne pourra livrer ses prochains articles que d'ici quelques mois, lorsqu'il se sera suffisamment entraîné à écrire avec ses orteils.

Keskidi

Pensée de la semaine

Celui qui a inventé le pneu increvable ne manque pas d'air.

Lettre ouverte

Madame, Monsieur le Percepteur,

Madame, Monsieur les facteurs distribution,

Copie de la présente à votre Ministre de tutelle, aux autorités de notre commune de Fosses-laVille, au médiateur fédéral, aux principaux journaux namurois, aux partis politiques.

Ce mercredi 24 septembre 2003, rentrant à mon domicile après une rude journée de travail, je constate que ma boîte aux lettres est aussi vide qu'hier. Habilité à recevoir une grande quantité de courrier, je m'en étonne, mais constate que mes voisins connaissent la même situation.

Alors que je m'apprête à contacter vos services (coût une communication téléphonique), le service local Internet me met au courant de votre grève spontanée de la distribution. Si je suis parfaitement capable d'entendre et de comprendre vos doléances et revendications, je m'étonne toutefois d'un certain nombre de choses:

- Personne n'a pris la peine, dans votre organisation, de nous avertir de ce mouvement ;

- J'utilise quasi uniquement le timbre Prior et paie donc nettement plus cher un service qui est de moins en moins garanti (les chiffres officiel en matière de distribution J+1, J+3 constituent un scandale sans précédent seuls les politiciens sont capables de mentir autant en matière de chiffres. Qui donc oserait encore affirmer que 80% du courrier visé est bien délivré le lendemain) ; - La distribution jadis matinale, ponctuelle et accompagnée d'un grand bonjour d'un facteur souriant et de bonne humeur (il s'agit en fait des mêmes facteurs que ceux qui travaillent aujourd'hui) vient d'être remplacée par les prestations très irrégulières de gens démotivés et de mauvaise humeur, ne disposant plus de temps pour le petit plus humain que chacun attend d'eux ;

- Dans une grande partie de mes activités professionnelles, je remarque l'utilisation de plus en plus systématique d'un service de distribution privé : pour un coût similaire, un service impeccable est rendu, le sourire en plus. Dans ce cas, supprimons ce qui reste du service public « Poste » et, Madame, Monsieur, assurez pour un moindre salaire et de moindres avantages, des prestations nettement meilleures ;

- Ne croyez pas en mon opposition à vos personnes et soyez assurés que, la fin de l'année venue, je compte vous remercier chaleureusement et librement avec cette « dringuelle » si sympathique. Ne continuez toutefois pas à me prendre, moi vache à lait, pour un otage sans prétention. Vous devez viser les décideurs politiques et il vous suffit de bloauer le courrier de ces Gens pendant quelques semaines. Vous visez l'Etat, bloquez donc tout le courrier administratif pendant une longue période.

Recevez les meilleures salutations d'un utilisateur-client de vos services qui refuse d'être pris en otage. Philippe REMY

Photo rétro

Le cimetière américain

Il y aura bientôt soixante ans, 4 jours après la libération par les Américains (le 8 septembre 1944 précisément) que nos libérateurs établirent au Chêne, un cimetière où devaient être inhumés 2.200 soldats américains + une centaine de soldats d'autres armées. La plupart étaient des victimes de la Bataille des Ardennes, mais les inhumations se poursuivirent jusqu'à la fin de la guerre, c'est-à-dire jusqu'en mai 1945.

En 1948, les corps des victimes réclamés par les familles furent expédiés Outre-Atlantique et les autres furent transférés au cimetière d'Henri-Chapelle, près de la frontière allemande, le seul cimetière américain existant encore en Belgique.

De nombreuses familles fossoises se firent un devoir d’adopter ces tombes et restèrent ainsi en contact avec les familles de ces victimes américaines.

Une stèle, au carrefour des rues du Chêne et Pré-Standard, rappelant le cimetière disparu, a été placée en 1990 par l’Amicale de la 101e Airborne.

Rebattre, rabattre

et infarctus du myocarde

Dans mon article du Messager de la semaine dernière, j'avais bien écrit « qu'un professeur nous rebattait les oreilles » et non rabattait.

Rabattre (dans le sens de rabachî en wallon), c'est rabaisser, par ex- cite le Larousse .< rabattre de son prix, le diminuer ». Par contre, rebattre, est utilisé dans le sens de « répéter à satiété », comme dans l'expression rebattre les oreilles.

Un peu plus loin, il avait écrit

« 54.000 personnes ont été atteintes d'un infarctus du myocarde ». Le Messager avait écrit : myocarpe, une maladie tout à fait inconnue, à moins qu'il ne s'agisse de la maladie du pêcheur... à la carpe. Myocarde vient du grec Kardia (le coeur) et mus (le muscle).

D. P.

Nos excuses, pour ces deux fautes lors de la frappe.

Par ailleurs, un fidèle lecteur du Messager, proche du CDh, m'a très amicalement fait savoir que les chiffres que je donnais sur le chômage étaient sous-estimés. J'indiquais que notre pays comptait 412.000 chômeurs : ce sont les chiffres de fin mai. Dans un communiqué du 15 septembre, le ministre Vandenbroucke donnait le chiffre adapté de 437.186 chômeurs, soit une augmentation de plus de 25.000 en 3 mois ! Et notre lecteur de dire que il faut y ajouter près de 250.000 chômeurs déguisés en prépensionnés de moins de 60 ans. Je suis tout à fait d'accord. Si on addisionne les deux nombres, on atteint 687.186 chômeurs. Dont 86.045 ont moins de 25 ans !

Si on ne retient que le chiffre officiel de 437.186 sans emploi (dont 197.762 en Wallonie), cela représente 15% de la population active.

C'est encore plus grave et plus interpellant que je ne l'avais écrit

D. P.

La presse revue...

par Zorro

- Samedi : « Banque centrale européenne, la présidence : Trichez en bonne voie ». - M'enfin Romain, t'exagères, c'est Trchet qu'il fallait écrire, Jean-Claude Trichet.

- Dimanche : « Les Kenyans dominent quelque 800 Namurois » - Y a vraiment plus qu'au solfège qu'une blanche vaut deux noires...

- Lundi : « Il faut avoir de solides convictions »... pour oser raconter publiquement de telles conneries.

- Mardi : « Ca ne va pas mieux quand on n'est pas là » - Voici les aveux de gens qui ont de solides convictions.

- Mercredi : « Lès rwétants n'ont rin à dîre... » - Le Messager ouvre ses colonnes à ses lecteurs. Ecrivez-lui, il ne répondra pas.

- Jeudi : « Ne pas illusionner le citoyen » - Et voilà, c'est reparti les mensonges électoraux...

- Vendredi : « Les Wallons réaffirment leurs priorités » - Du rhum, des femmes et d' la bière nom de D...

ZORRO

10 ans déjà

SEPTEMBRE 1993

- L'asbl La Rovelienne rend hommage à M. Jean Gois (aujourd'hui décédé), reporter omniprésents, qui relate depuis plus de quarante ans les activités du village.

- Décès du président du football de Bambois, Georges Gravy, ancien combattant 40-45 et aussi fervent colombophile.

- A Sart-Saint-Laurent, inauguration d'une stèle à la mémoire d'aviateurs américains dont l'avion fut contraint à un atterrissage forcé en mai 1942. L'équipage échappa à l'ennemi.

- Décès de la doyenne d'à e de Fosses, Mme Denise Boccart épouse de l'organiste Jules Dewez), à l'âge de 99 ans... et demi.

- Fosses, ville propre, une opération de nettoyage proposée par Jules Lallemand, qui nécessitera un camion de 5 tonnes rempli de détritus.

- Dans le cadre de la kermesse de Fosses, est organisé le XXe anniversaire du Jumelage avec Orbey.

- La paroisse de Fosses accueille son nouveau vicaire, l'abbé Christophe Boutros, né au Liban mais de nationalité syrienne.

Quelques souvenirs et anniversaires

- Le 20 septembre 1936 avait lieu à Fosses l'inauguration du Monument au Roi Albert, offert par Madame Delmotte ; ce monument était alors placé place du Chapitre. On le déménagea ensuite place d'En Leiche et aujourd'hui, il trône au square Chabot, où ont lieu les cérémonies commémoratives dans un espace plus confortable pour ces cérémonies.

- Les 21, 22 et 23 septembre 1966, les Chinels se rendent à Oviedo (en Espagne) où leur séjour laissera d'impérissables souvenirs, sur un parcours de 3 km jalonné de plus de 200.000 spectateurs.

- 1635 : épidémie de peste dans le pays et la région, qui fit 25 victimes à Fosses.

- 23 septembre 1994 : début des grandes festivités du 150e anniversaire de la Philharmonique de Fosses, la plus vieille société fossoise, festivités qui se termineront le 7 octobre.

- 25 septembre 1986. Dans le cadre des fêtes de septembre et du 900e anniversaire de la translation des reliques de St Feuillen, venue à Fosses de la chanteuse Sandra Kim, nouvelle gagnante de l'Eurovision de la chanson.

- 26 septembre 1993 : Fosses fête le 20e anniversaire du Jumelage avec Orbey.

- 28 septembre 1951 : Le Fossois Hector Gosset devient champion de Belgique des 100 et 200 m. aux championnats du Heysel.

Conférence sur les maladies vasculaires

A l'invitation de Présence et Action culturelles, le docteur Patrick Timmermans, cardiologue dans un hôpital namurois, viendra présenter une conférence sur les maladies cardio-vasculaires (causes et traitement) en la salle communale L'Orbey, le vendredi 3 octobre, à 19 h 30.

Dans le fond, qu'est-ce qu'un infarctus ? L'infarctus du myocarde est une affection fréquente puisqu elle touche chaque année en Belgique environ 50.000 patients. La mortalité reste encore sévère, en particulier pour les patients qui ne peuvent pas bénéficier d'une prise en charge précoce en milieu hospitalier.

L'infarctus survient lorsque l'une des artères coronaires est bouchée brutalement par un caillot ; l'interruption de la circulation sanguine dans le muscle cardiaque s'accompagne généralement de symptômes douloureux, témoignant de la souffrance des cellules myocardiques. Ces cellules sont détruites de manière irréversible. Le coeur doit donc continuer de fonctionner avec une perte de capacité qui peut s'accompagner de diverses complications, telles essouflement, chute de tension...

Quels sont les facteurs de risque considérés comme classiques et bien connus ? Ils comprennent le tabagisme, les anomalies métaboliques touchant les lipides (taux de cholestérol trop élevé), les glucides (le diabète), l'hypertension artérielle, l'obésité...

Quelles sont les implications dans le domaine sportif ? En effet, on a vu récemment des footballers ou des cyclistes atteints en pratiquant leur sport. Des données récentes permettent de supposer que certaines infections pourraient déstabiliser une plaque d'athérome (dépôt graisseux sur le surface interne des artères) et favoriser ainsi un infarctus.

A partir de la trentaine chez l'homme et la ménopause chez la femme, il est recommandé de contrôler son taux de cholestérol tous les 5 ans. Avec un cholestérol inférieur à 200 mg/dl, on ne court que très peu de risques vasculaires. Quant aux triglycérides (les graisses de réserve de l'organisme), ils doivent rester inférieurs à 160 mg/100 ml de sang.

Depuis quand n'avez-vous plus fait contrôler votre sang ? Il serait peut-être temps d'y penser !

Quant a l'hypertension, au tabagisme, à l'excès pondéral, à l'activité physique...

Bref, si vous êtes intéressés (mais qui ne le serait pas ?), vous êtes cordialement invités à cette conférence du Dr Timmermans, qui accompagnera son texte de projections plus qu'intéressantes. Il vous en coûtera juste 1 euro à l'entrée.

Cette séance est mise sur pied par P.A.C., en collaboration avec le Centre culturel et communautaire de Fosses-la-Ville. Avec le soutien de la Direction des Infrastructures sportives du ministère de la Région wallonne (Infrasports).

Voiture contre gibier

Le jeudi 18, vers 12 heures, une voiture roulant chaussée de Namur à Sart-Saint-Laurent, était conduite par un habitant de Namur, qui a été surpris par le passage d'un gibier, qu'il n'a pas pu éviter. Les dégâts matériels sont heureusement assez limités et constatés par les agents de la zone de police locale.

Début d'incendie

Mardi, vers 2 h 40 du matin, un court-circuit dans le compteur d'une habitation située rue du Bijart 17, a provoqué un début d'incendie. Les habitants de la maison ont pu maîtriser le feu avec un extincteur de voiture et ont pu ainsi limiter les dégâts. Un incident qui aurait pu avoir des conséquences beaucoup plus importantes sans doute.

Collision

Le vendredi 19, vers 21 h 30, le conducteur d'une voiture Fiat, de passage rue Grande à Le Roux, a perdu le contrôle de son véhicule et a embouti une Renault Twingo garée à cet endroit. L'accident s'est produit à hauteur du n° 38. Dégâts matériels constatés par les agents de la zone de police Sambre-et-Meuse.

Cours de tennis

Des cours hebdomadaires de tennis d'hiver se donneront dans le hall omnisports de Sart-Saint-Laurent, aujourd'hui parfaitement aménagé.

Ils débuteront en octobre jusque fin décembre et sont donnés par des professeurs licenciés, les mercredis après-midi et le samedi dès 11 h.

Renseignements auprès de

Eric Bogaerts

È 0477-63.24.64 ' 071-61.59.87

Ph. Cassagrande

È 0475-92.37.35 ' 071-43.10.88 ' 071 .71-81.53.29.

Les matches de ce week-end

Samedi 27 septembre

Diablotins, à 11 h

Fosses - Anhée (A et B)

Bambois - Jemeppe

Préminimes, à 13 h

Yves - Bambois

Minimes, à 15 h

Fosses : bye

Dimanche 28 septembre

Cadets, à 10 h 30

Fosses : bye

Scolaires, à 10 h 30

Bambois - Tarcienne

Fosses : bye

Provinciale 3 B, à 15 h

Saint-Gérard - Bambois

Provinciale 4 B, à 15 h

Fosses - US Auvelais

ST-GÉRARD - BAMBOIS

2 - 1

Rien ne va plus pour Bambois qui a subi une deuxième défaite consécutive. Les Plagistes ouvrirent pourtant la marque au quart d'heure, sur un coupfranc de Dialosa dévié par le mur (0-1). Les Brognois réagirent et Fabien Honoré, idéalement lancé par Coenen, remit les pendules à l'heure (1-1). Juste avant la pause, une reprise de Samuel Thirifays s'écrasa sur le piquet. Au second acte, St-Gérard remit la pression sur la défense visiteuse et, à la 75e, Pochet lança F.Honoré qui offrit à ses couleurs la première victoire de la saison (2-1). « Nous n'évoluons pas en équipe. C'est chacun pour soi, précise Robert Dogot. Si nous ne remettons pas les pendules à l'heure dimanche prochain, je remettrai ma démission. »

FOSSES - US AUVELAIS

2 - 0

Match sans encombre pour l'équipe de Fosses qui a dominé dans l'ensemble son match contre l'US Auvelais. Devleghere ouvrit le score à la 35e et Martigny ponctua en seconde période le travail de son équipe en faisant 2-0.

FAL.AISEMONT - BELGRADE

4 - 1

Falisolle Aisemont n'a connu aucune difficulté pour s'imposer face à Belgrade, qui sembla absent sur le terrain. Ils ont bien sauvé l'honneur à la 87e par Parmentier. Car Falisolle en avait marqué quatre avant eux par Salzuk, Denis et Winant à deux reprises.

Moto

Victoire de Debroux à Battice

Absent durant de longs mois, à la suite du drame familial que l'on sait, Patrick Debroux n'a guère perdu de son talent, puisqu'après sa victoire aux 12 Heures de la Chinelle, il a inscrit une nouvelle victoire à Battice cette fois (près de Verviers), dimanche dernier. Il avait déjà donné un aperçu de ses prétentions dans les épreuves qualificatives.

Il mena sans défaillir tout au long de la 1 re manche ; puis en 2e manche, il se contenta d'assurer son succès en se classant derrière Godfroid, son plus sérieux rival, qu'il devance au classement final.