N°32  22 août 2003

Fête de Bambois

Vendredi 29 août

10h00 : Dépôt de fleurs au monument et au cimetière

12h00 : Ouverture de la fête au chapiteau

14h00 : Ouverture des loges foraines

20h30 : Concours de belote à la salle (inscriptions avant 20h00 prix : 15 € + 6 boissons gratuites)

21 h00 : Soirée années 60-70-80 sous chapiteau

Samedi 30 août

1100 :Ouverture du chapiteau

14h00 : Lancer de bonbons et lâcher de ballons pour tous les enfants de moins de 10 ans

(grimage gratuit) ouverture des loges foraines

17h00 : Bal oberbayern accompagné d'un souper choucroute (réservation souhaitée avant le 23 août)

21h30: Soirée jeunes animée par DJ RAPH

Dimanche 31 août

11 h30 : Apéritif offert parle comité des jeunes

12h00: Barbecue

14h00 : Ouverture des loges foraines

17h00 : Chanteur de variété interprétation par Locicero Salvatore

20h00 : Tirage gagnant du jambon

21h00 : Soirée (bal de clôture au chapiteau)

Lundi 1er septembre

13h00: Ouverture du chapiteau

16h 00 : Ouverture des loges foraines

Pour toutes réservations téléphoner au

Président : È 0478/77.74.66

Trésorière : ' 071/71.31.20

Tombola au chapiteau

Sécurité assurée pendant nos festivité et nous déclinons toutes responsabilité en dehors du chapiteau

Nouveau comité

Président: Brosteaux Franz

Secrétaire: Dubois Geoffrey

Trésorière: Crasset Stéphanie

Membres: Wouters Mélissa, Quarrez Stéphane, Vignerao Xavier, Dubois Angélique,

Vigneron Raphael, Seront Dimitri, Lempereur Christophe.

Commémoration du 89e anniversaire de la Bataille de la Sambre, à Le Roux

Ce week-end se dérouleront les cérémonies de commémoration de la Bataille de la Sambre, organisées par le Comité du Souvenir de Le Roux.

La Bataille de la Sambre se déroula du 21 au 23 août 1914 et se développa sur le territoire des entités actuelles d'Aiseau-Presles, Sambreville et bien sûr sur Fosses-la-Ville.

Si les combats les plus meurtriers eurent lieu à Roselies, Auvelais et Arsimont, la bataille qui eut lieu sur le plateau de la Belle-Motte à Le Roux n'en fut pas moins sanglante. En effet, les Normands et les Bretons des deux régments d'infanterie français

postés sur le plateau, perdirent 23 officiers et 2.238 hommes du rang.

Pour le haut commandement français, Fosses-la-Ville avait une importance stratégique considérable, du fait de sa localisation aux carrefours des grands axes traversant l'EntreSambre-et-Meuse. Les habitants de l'époque purent observer la présence de près de 12.000 hommes dans les rues de la ville.

En outre, les villages de notre entité furent le théâtre d'événments plus ou moins malheureux.

Aisemont, qui était un point élevé dans la région, avait une importance stratégique de premier ordre. Les Français occupaient le village et avaient même crenelé les murs du cimetière pour mieux observer les événements. Pressés dans leur retraite, les Français abandonnent le village et quand les Allemands y pénétrèrent, il n'y a plus que 6 habitants. Sans raison, les Allemands incendièrent 23 maisons et 5 granges.

A Sart-Eustache, les troupes françaises qui abandonnaient Le Roux ne firent que passer, ce qui épargna au village les horreurs d'une bataille. Il n'y eut qu'une brève escarmouche entre quelques soldats français formant arrière-garde et les premiers Uhlans. Huit Français furent tués et inhumés dans le cimetière communal. Le château et le presbytère qui abritaient les blessés français furent livrés au pillage.

Vitrival et Fosses virent le passage des troupes françaises avant et apres la bataille. En effet, Fosses était choisi par le commandement français comme point de ralliement des troupes. Vitrival fut épargné grâce à l'action de Joseph Genard qui n'hésita pas à interpeller l'ordre de l'officier allemand avec qui, vingt ans plus tôt, ingénieur dans le civil, il avait construit le pont d'Anseremme. Par contre, à Fosses, 66 maisons devinrent la proie des flammes et plusieurs habitants trouvèrent une mort tragique.

Bien sûr, un rappel historique plus complet des combats se fait lors des cérémonies. Les manifestations se dérouleront aux cimetières de Le Roux, au square des Zouaves et à la Nécropole militaire française de la Belle-Motte, situé aux confins de Le Roux et d'Aiseau, sur les lieux mêmes des combats.

Le cimetière abrite 1.182 tombes individuelles (dont trois sépultures abritant deux corps) et deux ossuaires renfermant 2.875 corps qui n'ont pu être identifiés après la bataille, soit au total les dépouilles de 4.060 soldats et officiers français tombés au champ d'honneur.

Ce site est la plus importante Nécropole militaire française de 19141918 sur tout le territoire du royaume de Belgique.

Au printemps 2002, le Ministère de la Défense militaire française a entrepris sur le site une impressionnante série de travaux. L'essentiel de la restauration consistait au remplacement des pupitres de pierre, effacés par le temps, par des emblèmes respectant les convictions religieuses des soldats : une majorité de croix latines et des emblèmes musulmans (pour les Tirailleurs Algériens) reprenant les nom et prénom, le grade, la date et le lieu du décès de chaque combattant.

L'ogive a été, elle aussi, restaurée, ainsi que les deux ossuaires.

Afin de permettre à tous de se joindre à nous pour se souvenir et honorer la mémoire des combattants tombés sur notre sol.

Voici le programme complet des manifestations.

10.30 A la Nécropole de Belle-Motte : hommage et défilé du 3e Tirailleurs Algériens de Fossesla-Ville.

14.45 A la Rovelienne : présentation des détachements militaires français (43e R.I. de Lille) et belge (100e Cie Ravitaillement de Baronville), des musiques et drapeaux patriotiques.

15.00 En l'église Sainte-Gertrude de Le Roux : Te Deum, rehaussé de la participation de la chorale paroissiale.

15.30 Hommage au monument aux morts 14-18 et à la Croix du Prisonnier 40-45. Discours, sonneries et dépôts de fleurs.

16.00 Vin d'honneur offert par l'Administration communale de Fosses en la salle Omnisports.

16.30 Hommage au monument du Xe Corps d'Armée. Sonneries et dépôts de fleurs par le colonel du 9e régiment de zouaves

17.00 Cérémonies d'hommage à la Nécropole militaire 14-18 de la Belle-Motte et Cérémonial de Reconnaissance aux 4.060 soldats, commenté et dirigé par la Jeunesse, suivi d'un défilé des troupes militaires.

José, le Larzac, Nokia et le cannabis

Si Jospin et Hollande sont en plein marasme, José Bové, le gourou, boit du petit lait. De ses chèvres.

Réussir à rassembler 150.000 personnes, en plein été, sur le plateau du Larzac, est un véritable exploit. Bien sûr, on a réuni dans un meltingpot, tous les mécontents que -la France connaît. Qu'y a-t-il de commun, en effet, entre les paysans du Larzac, les enseignants qui devront travailler jusque 60 ans pour avoir droit à une pension décente, les fans de Manu Chao, les « intermittents du spectacle » comme on dit (traduisez : les acteurs amateurs sans boulot un jour sur deux et qui réclament des allocations), les infirmières, la CGT, les nostalgiques de Mai 68 ? Sans oublier les vacanciers qui traversaient le Larzac pour rejoindre les caves de Roquefort.

Un absent de marque : Bernard Cantat, le chanteur de Noir Désir. L'an dernier, il était venu chanter l'amour et la paix. Aujourd'hui, il est en prison à Vilnius pour avoir, semble-t-il (respectons la présomption d'innocence), boxé Marie Trintignant.

Gérard, 58 ans, professeur, interviewé à la télévision française, déclare : « j'ai décidé de venir, au lieu de m'emmerder comme un con devant la télé ». C'est ce qu'on appelle un contestataire motivé !

Un autre : « je suis là pour faire la teuf grave... j’adore Manu Chao, ce qu'il fait, ce qu'il défend, même si je ne comprends pas toutes les paroles ».

Plus loin : « je suis pour l'agriculture biologique à fond, la légalisation du cannabis, et vivre en harmonie avec la nature ».

Grand spectacle plein d'ambiguïtés. José Bové part en guerre contre les multinationales et la mondialisation du commerce, mais il se balade avec son GSM Nokia collé à l'oreille. Nokia, rendez-vous compte : une des plus grandes multinationales !

José Bové est contre la libéralisation des échanges. Mais alors, veut-il un retour au protectionnisme ? La Belgique, par exemple, vit de ses exportations. Sans libéralisation des échanges, plus de commerce, plus de rentrées, une balance des paiements en déficit, des entreprises qui ferment et des cohortes de chômeurs en plus. José et ses partisans pour défendre les pauvres ? Allons : les 40 hectares de parking qui jouxtaient le Larzac étaient remplis, à côté de quelques vieux vans VW qui ne passeraient plus au contrôle technique, de 4 x 4, de Mercédes et de coupés BMW. Les voitures des contestataires piquées à papa ! Sans libéralisation des echanges, ils seraient venus au Larzac en vélo ! Et sans leur appareil photo numérique La gauche française est désorientée. Bové, moustache sympa et tracteur en tête, s'engouffre dans la faille médiatique que le PS a abandonnée depuis la démission de Jospin.

C'est Bové qui annonce la rentrée sociale, qui prédit un monde meilleur ! C'est Bové qui prétend qu'il ne veut pas devenir deputé européen l'an rochain et gagner 7.500 euros 300.000 F) par mois ! On verra...

Enfin, le lendemain des festivités, le lundi, il a fallu ramasser tous les déchets abandonnés par les contestataires qui veulent une autre planète 90 containers remplis de cannettes de bière et de cola (certaines pompes à bière étaient fournies par Interbrew, une multinationale...), 14 semiremorques de mégots, de verres et de déchets de toutes sortes. C'est le journal « Libération » qui donne ces chiffres dans son édition du 11 août.

Un monde meilleur. Sans échanges commerciaux. Sans déchets. Et sans violence. Ne plus saccager les Mc Do's, José. On demande à voir.

Daniel PIET

P.-S. - au moment de remettre cet article à l'imprimerie du Messager, j'apprends que Brigitte Bardot a adressé une lettre ouverte à José Bové dans laquelle elle souligne « qu'elle se tourne vers vous (Bove) pour vous proposer d'unir nos forces afin de lutter contre la politique agricole de la France ». Brigitte et José, même combat. Ouf ! Cette fois, on peut en être sûr : le monde va changer.

A nos correspondants

Pour raison technique, nous devons avancer d'un jour la sortie de notre prochaine édition.

Nous demandons donc à nos correspondants de nous faire parvenir leur texte pour le mardi 18 heures au plus tard.

Barbecue de quartier

Dimanche dernier, une exceptionnelle activité animait le haut de la rue de Vitrival, dont quelques habitants avaient reçu l'autorisation de bloquer cette courte artère entre 11 et 20 h.

Christelle, Maryse et Florence... et d'autres bénévoles avaient imaginé d'organiser un barbecue de quartier. Une vingtaine de convives avaient pris place pour ce sympathique repas qui permit de mieux se connaître, dans une ambiance très conviviale.

Chacun avait apporté sa contribution - et sa viande - pour se répartir le travail, afin que cette fête soit une réussite. Elle fut de temps à autre perturbée par une petite pluie qui ne découragea pas les convives.

Une expérience à renouveler et/ou à imiter par d'autres quartiers, en cette période où la communication entre voisins est parfois inexistante en raison des exigences que nous nous créons. La TV par exemple, engloutit une bonne partie de nos temps libres, au détriment de relations sociales souvent plus enrichissantes.

Avis

La librairie Pess-Shop, rue du Postil, sera exceptionnellement fermée les lundi 25 et mardi 26 août.

Un braquage au resto chinois

C'est la seconde fois que le restaurant chinois des Trois-Bras reçoit la visite de malfaiteurs. Un pareil méfait avait été commis quelques mois après leur ouverture.

Cette fois, peu après minuit dans la nuit de jeudi à vendredi, un individu, le visage dissimulé sous une cagoule, a fait irruption dans le restaurant. Il a braqué le personnel mais n'a heureusement pas fait usage de son arme. Il n'a non plus pas porté de coup

Il s'est emparé de la caisse. Le préjudice est estimé à environ 500 €.

Mârche Sint-Biètrumé

Cette marche militaire, qui fête ce dimanche son quarantième anniversaire, n'est pas une marche comme les autres. Comme Bambois est un centre de culture wallonne, fief des Walons Scrijeûs d'après l' Banbwès - ce qui se voit d'ailleurs aux judicieux conseils dispensés à tout le monde : « Walons, causans Walon ! » - l'EtatMajor de la Marche, annonce celle-ci en wallon.

Après le réveil, c'est par une messe célébrée en wallon que débute la marche ; c'est la seule marche chantée par le corps d'office

Il est de tradition que la marche débute « è toûrnant s' dos à l'èglîje » avec un périple par la rue du GrandEtang, la rue Baty-de-l'Espagnol et la route de Saint-Gerard pour se rendre à la messe.

Une autre caractéristique est que, les années impaires, on fait « li p'tite porcèssion », vers le Baty et, les années paires « li grande porcèssion », vers le Try, avec force décharges aux chapelles du parcours.

La rentrée est spectaculaire : « Li pus bèle dès rintréyes d'Etur-Sambeèt-Moûse », disait le vieux malonnois Louis Dumont, qui en avait vu d'autres.

Programme du dimanche 24

6.00 Réveil par la batterie

8.00 Rassemblement, pl. de l'Eglise 9.00 Remise des médailles d'ancienneté

9.45 Dépôt d'une gerbe au Monument aux morts

10.00 Messe avec bénédiction des armes

11.00 Départ de la procession avec décharges aux chapelles
12.30 Rentrée de la procession et dislocation.

14.00 Rassemblement, pl. de l'Eglise

14.30 Départ pour le bataillon carré

15.00 Bataillon carré au terrain de football

16.00 Départ vers le cimetière

17.00 Départ vers le Point d'Arrêt

17.30 Remise des médailles comémoratives du 40e anniversaire sur la Place

19.00 Reprise du Saint Sacrement

19.30 Feu de file

21.00 Tombola (à la salle du curé,place de l'Eglise).

Lundi 25 août

13.30 Rassemblement sur la place de l'Eglise

14.30 Visite de la Compagnie avec décharge pour tous les officiers et particuliers souhaitant recevoir les marcheurs

22.00 Retraite aux flambeaux en remontant la rue du Grd-Etang.

23.00 Feu de file au Monument aux morts.

Composition de l'Etat-Maior

Jean Barreau, cap. des Tromblons ( rés.) Serge Martin capitaine Gendarme d'élite Quentin Van Hecke, colonel Gendarme d'élite Jean-Luc Deproot, capitaine des Voltigeurs Jean-Luc Mertens, capitaine des Zouaves Rudy Deproot, officier payeur Roland Houziaux, adjudant de la Compagnie Joseph Gruselle, tambour-major Philippe Salme, sergent sapeur

Claude Lainé, porte-drapeau, capitaine de la

garde du drapeau Jacqueline, secrétaire.

Fête de Névremont

Le comité des fêtes de Névremont (composé de Ph. Herquin, président, J.-Luc Preumont, secr.tresorier et A.-Sophie Lepinne, Sébastien Lepinne, P.-S. Defreyne et D. Douteur) a mis sur pied le programme suivant

Samedi 23 août

7.00 BROCANTE LIBRE. Pain-saucisse au bar wallon

16.00 Ouverture des loges foraines

21.00 SOIREE Bacardi Breezer, sono OMG (entrée 5 € + boisson)

Dimanche 24 août

10.00 Fête de la doyenne du village

11.00 Ouverture du bar wallon et

apéritif offert par le comité.

16.00 Ouverture des loges foraines

16.00 CONCERT Blues & Boogies avec Good Time Rollers Atelier de bricolage pour petits

21.00 SOIREE DANSANTE, animée par la sono OMG.

Lundi 25 août

9.00 Départ de la Limotche

16.00 Ouverture des loges foraines

17.00 Ouverture du Bar wallon

21.00 SOIREE de la Limotche, animée par la sono OMG
22.00 Rentrée de la Limotche

Mardi 26 août

14.00 Jeux pour - de 12 ans

16.00 Ouverture des loges foraines

17.00 Ouverture du Bar wallon

21.00 SOIREE de clôture, animée par la sono OMG.

Spectacles hippiques

Fabian Van Ryssel poursuivra ses démonstrations de dressage les 23 et 24 août, à la Domaniale à Estaimbourg (entre Mouscron et Tournai), cela à partir de 14 heures. Il y aura une présentation avec musique d'accompagnement.

Pour renseignements à la Domaniale :

' 069-55.87.16

Journées du Patrimoine

Depuis 1989, la Wallonie organise une journée consacrée à mettre en valeur et à la disposition du public une partie de son patrimoine. Pour ce 15e anniversaire, le ministre a voulu un thème prestigieux : " Châteaux et demeures remarquables ".

Voici donc une occasion unique de visiter (au moins partiellement) des demeures privées, occupées, présentant une architecture, un mobilier, un art de vivre exceptionnels.

Un peu partout en Wallonie donc, des châteaux, de belles demeures ouvriront leurs portes ou leurs parcs et jardins un patrimoine exceptionnel qui ravira les visiteurs, et ils sont nombreux : l'an dernier encore, un Wallon sur sept avait profité de ces Journées du Patrimoine. Châteaux prestigieux, manoirs, gentilhommières, refuges d'abbayes, hôtels de maîtres, autant de témoins de notre passé, autant de lieux de vie qui en feront rêver plus d'un. Comme on le dit souvent, une belle façade appartient autant au passant qu'à son propriétaire effectif, et ce patrimoine mérite d'être révélé, connu, examiné apprécié.

Le Syndicat d'Initiative de Fosses, qui depuis quelques années bénéficie d'un personnel stable pour assurer les visites guidées de la Collégiale, du Musée de la Poupée et du centre historique de Fosses, se trouve juste pour l'instant un peu à court de guides formés car le personnel temporaire se renouvelle périodiquement. Il a donc fait appel au Cercle d'Histoire dont plusieurs membres assureront la présentation des monuments retenus chez nous.

Trois châteaux qu'on croit connaître parce qu'on les côtoie chaque jour, mais dont on ne sait que très peu de chose, finalement, et dont on ne voit que les façades.

Les visiteurs de cette Journée du Patrimoine, le dimanche 14 septembre, pourront donc recevoir des explications historiques sur les monuments visités, une présentation architecturale et une visite partielle du bâtiment.

Il s'agit de trois châteaux historiques et de splendide aspect

- le château du Chapitre, ancienne demeure du Doyen du Chapitre, rehaussé et restauré par Noël de Résimont en 1622, occupé et magnifiquement entretenu par la famille Arnould ; - le château de Leiche ou château Winson: ancien Hôpital Saint-Nicolas remontant au Xle siècle au moins et, dans son état actuel, au milieu du XVIIe, avec un parc merveilleux et une belle pièce d'eau, " l'Etang du Prévôt ", entouré d'arbres séculaires ; - le château de Sart-Eustache, fondation des de Sire et des Desmanet, maîtres de forges locaux, puis des familles de Bruges, de Giey et d'Orjo de Marchovelette : tour et douves du XVIe siècle, parties du XVIIIe et XIXe, et un splendide parc avec étang.

Pour d'évidentes raisons de sécurité, il ne sera pas possible de tout visiter dans ces demeures admirables, mais ce qu'on en pourra voir constituera à coup sur une découverte et un réel émerveillement.

Trois visites sont prévues au cours de l'après-midi de ce 14 septembre : à 14, 15 et 16 heures. Il sera donc possible de " faire le tour " des trois sites et un concours, doté de quelques prix in

téressants, complétera la valeur de cette journée de découverte, offerte gratuitement à tous.

On peut obtenir tous renseignements complémentaires au Syndicat d'Initiative: tél. 071-71.46.24.

De plus, on peut se procurer gratuitement, au S.I., la très belle brochure de la Région Wallonne présentant tous les sites ouverts à l'occasion de cette 15e Journée du Patrimoine : rien que pour la province de Namur, il y en a 75 et la plupart (mais pas Fosses) sont accessibles aussi le samedi 13 septembre. Deux journées à retenir donc

Au Pétanque Club.

Le dimanche 20 juillet, le club de pétanque de Sart-Saint-Laurent fêtait son 15e anniversaire, en organisant son 5e tournoi de la saison.

Depuis quinze ans, sous la présidence d'André Larivière, le Pétanque Club du Sart organise chaque année 6 ou 7 tournois « à la mêlée ». Une trentaine de membres sont inscrits au club et près de 40 joueurs participent à chaque tournoi.

Voici les résultats du tournoi du 20 juillet :

1. Thierry Gillain

2. Raymonde Collet

3. Luc Calais

4. Aurélie Lambert

5. Eric Charles

6. Claudine Vanderoost

7. Pascal Baufays

8. Alain Mignon

9. Chantal Petit

10. Kelly Lambert.

Un Challenge est organisé sur l'ensemble des 7 tournois.

Classement actuel après 5 tournois

1. Luc Calais

2. Alain Mignon

3. André Larivière

4. Eric Charles

5. Freddy Falque

6. Dimitri Larivière

7. Isabelle Larivière

8. Raymonde Collet

9. Valérie Falque

10. Chantal Petit.

Nous espérons que ce sympathique club pourra poursuivre ses activités derrière le hall omnisports encore de longues années.

Prochain tournoi le 31 août, à partir de 13 heures.

Photo : les participants au tournoi du 15e anniversaire, le 20 juillet.

Il y a 20 ans déjà...

Mois d'août 1983

- Le 7 août, un gymkhana pour tracteurs est organisé par la JAP dans une prairie du Giveau. Nombreux autres jeux et concours et bal sous chapiteau.

- Une exposition d'ceuvres d'art et de collections de tous genres, à laquelle participent des gens de chez nous, est organisée par la Marche de Sart-Eustache. Gros succès.

- Un vol est à déplorer dans les installations de Radio 7, installée dans une maisonnette de la « ruelle aux éléphants ».

- Plus d'éclairage public à Fosses un plan d'austérité pour assainir les finances communales dicte cette décision pas très bien acceptée. On parle de supprimer 108 points lumineux jugés superflus.

- La nageuse Ingrid Lempereur, qui a des origines fossoises, enlève une médaille de bronze aux championnats d'Europe pour juniors.

- Mois d'août, mois des fêtes à SartSt-Laurent, Le Roux, Névremont, Bambois, mais aussi des sorties de marcheurs dans ces villages.

- Lors d'un déplacement dans le Calvados, les Chinels reçoivent un séquoia vertical qui sera replanté aux Forges. Il peut atteindre 120 m Quelle hauteur a-t-il atteint aujourd'hui ?

Collecte de sang

La prochaine collecte de sang aura lieu le jeudi 28 août, à la salle communale L'Orbey, à partir de 14 h 30 jusque 18 heures.

Le besoin en sang est toujours important et permet de sauver des vies humaines. Ne négligeons donc pas cette démarche essentielle.

Accident mortel

Au moment de boucler notre édition, nous apprenons l'embardée à Arbre, qui a provoqué la mort d'un Fossois, Pascal Dethier, 37 ans, papa d'une petite fille.

Exposition Ph. Brasseur

Philippe Brasseur est un peintre belge, installé dans le Condroz namurois.ll travaille chez lui, réalisant ses créations personnelles, ou en collaboration avec d'autres artistes pour des commandes venant de particuliers ou de sociétés privées (par ex. Baxter).

Professionnel depuis bientôt 5 ans il a remporté des premiers prix à des concours de peinture (Huy, 1997 et 1998, prix de la presse biennale de Namur).Il peint presque toujours sur panneaux de bois (MDF) car cela lui permet beaucoup de souplesse dans le choix des formats et des découpes spéciales qu'il utilise dans certaines oeuvres. Ses peintures sont des réalisations très personnelles : la plupart ne demandent pas d'explication, il suffit de laisser son esprit errer à la recherche d'émotions partagées.

Les peintures intitulées "Impermanence" font partie d'une série ayant pour thème 'l'appel du lama au loin', une prière bouddhiste tibétaine dont certains fragments sont repris en langue transcrite sur les tableaux. L'impermanence, c'est le mouvement continuel de la vie, l'inexistence du moment présent : au moment où je vous parle ce n'est déjà plus le présent, mais le passé. Seuls les artistes parviennent à figer quelque fois des instants de vie en donnant l'illusion qu'ils sont très présents. Les personnages représentés ne sont jamais tout à fait complets, ils semblent évoluer, se fondre dans d'autres espaces, se craqueler comme du parchemin : ils représentent ce que la mémoire parvient à reproduire de souvenirs oubliés.

A la Maison de la Culture et du Tourisme, à Fosses-la-Ville jusqu'au 28 août.

Exposition ouverte :

en semaine de 9 à 16h

le w.-e. de 10à 17h.

Keskidi nous propose

(à lire avec humour)

Le Pape et les contestataires (II)

La semaine dernière, nous avons quitté notre bon Léon XIII au Paradis, où, sur les conseils de. celui qui se définit comme concierge, part à la recherche du papa du patron ; il prend donc la seconde allée à droite.

Ainsi dit, ainsi fait ; au détour du chemin, il a erçoit un beau vieillard devant une Passe de titres. Leurs regards se croisèrent et il reconnut Dieu le Père dont il avait journellement le portrait peint par Léomard de Vinci devant les yeux. Il s'approcha et lui dit « Bonjour Dieu le Père ». Ce dernier le reconnaissant, lui dit : « Tiens, Léon, quelle nouvelle, ça va mon vieux ? ». « Ça ne va pas mal, à part les contestataires qui nous embêtent sur la terre, ils exigent un tas de prérogatives et de privilèges que nous sommes dans l'impossibilité de leur accorder et je venais vous demander de me faire le grand plaisir d'entreprendre un petit voyage sur la terre pour y mettre bon ordre ». « Mais mon pauvre Léon, qu'est-ce que tu me demandes là ? Je ne suis plus en âge de voyager, ni de m'occuper de ces choses-la ; la preuve, c'est que j'ai cédé mes affaires à mon fils... Mais lui fera peut-être quelque chose pour toi ; il joue aux cartes avec des archanges dans une des gloriettes du fond, vas-y de ma part ».

Il se dirige vers une des gloriettes de jeux et voit dans l'une elles un homme jeune, beau, avec de longs cheveux ondulés et une très belle barbe. Leurs regards se croisèrent et il reconnut Dieu le Fils, dont il avait journellement le portrait peint par Michel-Ange devant les yeux. Ce dernier le reconnaissant lui dit : « Tiens, Léon, quelle nouvelle donc, ça va, mon vieux ? ». « Ça ne va pas mal, Dieu le Fils, à part... » Et il recommança à nouveau sa litanie sur les contestataires, en le priant de venir les mater. Dieu le Fils l'arrêta net en lui disant : « Jamais, tu m'entends, jamais ! J'ai ici une bonne petite place de directeur, je suis bien tranquille et pendant que je serais sur la terre, on tripotera dans mes papiers ou mettra l'affaire en sociéte anonyme et un autre prendrait peut-être ma place. Non, non ! Mais, j'y pense, va trouver le Saint-Esprit, il est pensionné, il vient de toucher ses arriérés, il ne te refusera pas ça... Tiens, c'est le pigeon que tu vois là sur le balcon de la petite fenêtre, à droite, va vite ».

II monte quatre à quatre l'escalier, ouvre la porte, va sur la pointe des pieds juqu'au balcon. Leurs regards se croisèrent et il reconnut le Saint Esprit dont il avait journellement le portrait peint par Murillo devant les yeux. Ce dernier le reconnaissant lui dit : « Tiens, Léon, quelle nouvelle donc, ça va mon vieux ? » « Ça va, Saint Esprit... » Et il replaça a nouveau son boniment sur les contestatatires ainsi que sa requête pour le voyage. Saint Esprit lui riposte : « Mon brave, une fois je suis descendu, mais pas deux. C'était du côté de Bethléem, la Vierge venait de mettre Jésus au monde... et tu ne sais pas ce qu'on m'a dit. On a dit que c'était de moi et voilà comment on attrape une mauvaise réputation. Mais ne te désole pas, voici ma carte de visite, va retrouver St Pierre et sur mes instances, il consentira probablement ».

Léon XIII retourné vers St Pierre qui lit la carte, roule des yeux furibonds et s'écrie : « Non Léon, non Léon, au risque de finir mes jours dans un asile de vieillards, je n'irai pas sur la terre. C'est une bande de voleurs. Voilà deux mille ans que l'on fait des collectes pour le denier de saint Pierre, on ne m'en a jamais fichu un centime. Je ne demande qu'une chose, c'est que les contestataires les bouffent tous. »

Pensée de la semaine

Que celui qui n'a jamais pêché me jette la première poire (Melba).

Keskidi

La presse... revue

par Zorro

- Samedi : « Le Belge le plus rapide est Namurois ». - On n'invente pas une chose pareille, même si le monsieur porte un nom flamand et une peau blanche... et que la chanson nous répète : « On dit qu'lès Namurwès sont lents »...

- Dimanche : « A quelques minutes près. on Gagnait » - Une bonne occasion de se taire...

- Lundi : « Charles Taylor quitte un pays exsangue » - C'est le pays qui est exsangue. La bête, elle, va bien... My Taylor is ritch...

- Mardi : « Plus belle pour ses cent ans » - Tu t'en souviens, Germaine, c'était il y a deux ans...

- Mercredi : « Les deux bateaux sur l'Escaut ont été séparés... » - Un seau d'eau froide, deux coups de raclette et l'affaire est faite...

- Jeudi : « Les travailleurs âgés restent motivés » - Germaine est très très très motivée.

- Vendredi : « Pas encore candidate. mais déjà certaine d'être réélue » - C'est tout de même beau la démocratie...

Manipulation

Les Afghans sont sortis de l'église où ils faisaient la grève de la faim (on devrait plutôt dire : la grève de l'alimentation !).Cela fait 300 musulmans de plus, que l'on va intégrer dans notre société, ce qui ne réussit pas en France, mais nous, Belges, avons sans doute d'autres moyens !

On va leur chercher du travail, ce qui est facile, car nous n'avons que 11% de chômeurs. Je me demande pourquoi, si la situation en Afghanistan est telle qu'on nous la décrit, nous n'en accueillons pas 30.000 par exemple, ou même plus !

A la VRT, j'ai entendu une petite fille de 8 ans réciter, avec une excellente prononciation, un texte en néerlandais, qui devait lui avoir été préparé par le MRAX ou le Centre pour l'Egalité des chances, ou Amnesty International, ou par certains naïfs écolos (n'est-ce pas un pléonasme ?~ ou membres Agalev.

Ce texte disait qu elle ne voulait pas retourner en Afghanistan parce qu'elle ne connaissait pas la langue afghane !!! Après tout, ses parents lui parlent peut-être chinois ! C'est très plausible, n'est-ce pas ? ou des langues importantes en Afghanistan, comme le français ou le wallon ? Prend-on les TV-téléspectateurs pour des idiots, que l'on peut manipuler comme on veut ?

Pourquoi se sont-ils réfugiés dans une église catholique et non à la mosquée de Bruxelles ? Ont-ils été conseillés pour émouvoir les "infidèles chrétiens" dont la charité et la naïveté sont connues ?

R.A.A. VIROUX

N.B. - Je signe tous mes écrits et en assume pleinement la responsabilité

La Marche Saint-Laurent fêtait

son 40é anniversaire

Si la compagnie des marcheurs de Sart-Saint-Laurent fêtait vendredi dernier, sa 40e sortie annuelle, on sait que le village du Sart a participé aux Saint-Feuillen de 1851 déjà, puis à celles de 1858, 1879, 1986, 1993 et aux suivantes.

En 1962, poussé par l'effervescence qui régnait au sein des marcheurs de l'Entre-Sambre-et-Meuse, un comité fut constitué en vue de la préparation de la Saint-Feuillen 1963. Sous l'instigation du regretté Auguste Ganhy, la Marche Saint-Laurent se reforma avec trois groupes : les grenadiers-gendarmes du ler Empire, les Mousquetaires et les Zouaves. La place d'adjudant-major qui était tenue depuis plusieurs générations par un membre de la famille Pochet, fut offerte à l'un de ses descendants Jules Goffaux ; une fonction qu'il assumera pendant plus de trente ans. Des sorties furent organisées chaque dimanche de septembre avec Jules Dewez, Roger et Gérard Gallet comme majors ; Roger Puissant comme sergent-sapeur ; José Dewez, portedrapeau ; Florimond Dewez, tambour-major ; et pour les pelotons Fernand Godfroid, Joseph Detelle, André Dewez (officiers grenadiers) ; Renelde Ganhy, cantinière; Albert Boccart, Marcel Rifflart, Armand Focroulle pour les mousquetaires ; Joseph Van Cutsem et E. Piccinin pour les zouaves. Au risque d'en oublier, nous citerons aussi : Jean Jordens, François Hilaire, Mme BoccartGuillaume, qui firent partie du noyau de départ. Avec l'appui et la collaboration du curé Lambert, cette marche devint annuelle.

En 1988, le 25e anniversaire fut grandiose. Plus de 300 marcheurs y participèrent avec des délégations des compagnies de Fosses et des localités voisines, de Floreffe, Franière, Malonne, Mettet et même Hanzinelle.

Et chaque année, au 15 août, les marcheurs du Sart renouvellent la sortie qui n'a lieu qu'un seul jour, contrairement à la plupart des autres villages fossois, où le lendemain est réservé aux visites.

Cette année, la marche revêtait un goût particulier car chacun savait que l'on fêtait un quarantième anniversaire. La Marche St-Laurent se met donc en route vers son cinquantenaire.

Vendredi, le programme prévu fut respecté à la lettre. Départ dès 9 h du matin pour la grand-messe, la bénédiction des armes et le tour traditionnel de la procession, avec escorte de la statue de Saint-Laurent (qui date du 16e siècle). Visite à la fontaine et son rite particulier (trempage de la crosse des fusils dans l'eau de la fontaine), remise de décoration, dépôt de fleurs au monument et rentrée à l'église. La partie religieuse se terminait ainsi avant le repas de midi.

L'après-midi, le groupe des 130 marcheurs sartois se remit en route pour les visites, ponctuées par des décharges, et arrêts aux chapelles, saluées elles aussi par les traditionnelles décharges.

La journée devait se terminer en beauté avec la retraite aux flambeaux et le feu de file.

La cérémonie du cassage du verre, à Sart-Saint-Laurent, a lieu en octobre. Mais voici la composition de l'Etat-Major, plébiscité pour 2003 Général : André Larivière ter adjudant : Stéphane Binamé 2e adjudant : Marc Blaimont Sergent sapeur : Benoît Mehaignoul Caporal sapeur : Benoît Ganhy Cantinière sapeur : Laurence Ganhy Tambour-major : Laurent Blaimont Capitaine gren.: Philippe Meurice Capitaine gren.: Christian Ganhy Lieutenant grenadiers : Yvan Tahir Lieutenant grenadiers : Michel Ganhy Sous-lieutenant gren.: David Chaussée Cantinières : Véronique Meurice et

Elodie Larose

Cap. mousquetaires : Hervé Jordens Cap. mousquetaires : Kart Piccinin Cantinières : Annick Jordens

Anne-France Ernoux Cap. zouaves : Jacques Van Haren Lieutenant zouaves : Jacques Léonet Lt Porte-drapeau zouaves : Cen Ablay Cantinière : Anne Van Haren.

Les décorés

Pour marquer ce 40e anniversaire de la Marche Saint-Laurent, le Comité a offert une médaille commémorative à chaque participant et, en outre, une belle assiette-souvenir en étain à quatre marcheurs qui y sont fidèles depuis 40 ans. Il s'agit de Christian Ganhy, Hervé Jordens. Annick-Jordens et Marco Piccinin. Bravo à tous.

Marche Ste-Gertrude

Les 15 et 16 août, le village de Le Roux a été agréablement troublé par le bruit des tambours et des fifres et surtout par les décharges des marcheurs qui se devaient de poursuivre une tradition qui existe depuis 1982.

Le vendredi 15, la matinée revêtait une partie plus académique, avec la bénédiction des armes et l'escorte de la procession religieuse et de la statue de sainte Gertrude. On notait aussi la présence de Napoléon sur son cheval immaculé.

Bénéficiant d'une température agréable et moins étouffante que les jours précédents, les marcheurs ont déambulé dans les rues du village avec des arrêts bienfaisants, ponctués par des traditionnelles décharges ; le feu de file clôturait la journée.

Le lendemain, comme chaque année, est réservé aux visites et comme le surlendemain était encore férié

les marcheurs ont pu, sans crainte, faire davantage honneur aux petites gouttes des cantinières.

Et la journée se terminait par la retraite aux flambeaux, qui mit un point d'orgue à la symphonie 2003 de la marche en l'honneur de sainte Gertrude, patronne de Le Roux.

A la J.S. Fossoise

Coupe de la Province

Focant - Fosses : 1-0

Déforcés par les absences de Janssens et Martini, pour cause de blessures, Fosses est battu par une div. 3 par un score « arsenal ». En effet, après dix minutes de jeu, le centre-avant de Focant déflore la marque. Les Chinels vont courir après le score pendant 80 minutes, mais n'arrivent jamais à le réduire. Evidemment, quand on ne respecte pas la composition de l'équipe, ni les consignes, on va tout droit à l'échec ! Il est vrai qu'avec un peu d'application et d'intelligence dans le jeu, les Rouge et Vert auraient pu facilement venir à bout d'une équipe de Focant qui n'a pas montré grand-chose sur le plan footballistique mais qui, au contraire, jouait très viril, voire à la limite de la correction.

Equipe alignée : Michel, Dubois, Gilson, Seront, Pietquin, Getvay, Goethals, Falque St., De Vlieghere, Falque Su, Falque Fr., (Viatour M. 60e, Callaert).

Prochaine rencontre de coupe : samedi 23, à 19 h 30: Fosses - Mazy.

Rappelons que c'est ce samedi 23 août que la J.S. Fossoise organise son barbecue, dès 11 h, avec un programme sportif

10.30: Scolaires : Fosses - Ham 13.00: Diablotins : Fosses - Mazy 16.00: Spéciale : Fosses - Bambois 19.30: Fosses - Mazy (Coupe).