N°29  01 août 2003

Fosses - Le Petit Chapitre

Voici un coin de Fosses complètement transformé. Il s'agit du « Petit Chapitre », appelé aussi, comme il est indiqué sur le haut de la carte le château du Chapitre. Cette demeure claustrale était, sous l'ancien régime, la « Compterie du Chapitre ».

Cette pompeuse habitation fut rachetée, lors de la vente des biens noirs, par le notaire Picart, qui devint maire de Fosses sous la domination française. Elle appartint ensuite, en 1899, au notaire Veckmans, puis devint propriété d'un professeur de musique, Léon Guillaume.

En 1919, elle fut vendue à Georges Frippiat, négociant à Saint-Gérard, puis en 1923 à Clovis Guyaux et en 1955 à Martin Guyaux, qui l'obtint par succession.

Une partie de la maison fut ensuite occupée par les bureaux des contributions et l'autre partie par la famille Piéfonck (dont le père était employé)

En 1960, le bâtiment fut racheté par les Soeurs Sainte-Marie, qui cherchaient place pour de nouveaux locaux. Des premières transformations virent disparaître la partie gauche du bâtiment, ainsi que la porte grillagée où l'on avait accès sur une petite cour que les sceurs utilisaient comme cour de récréation. Des classes existèrent dans le reste du bâtiment, avant qu'il ne soit transformé complètement. Tout ce coin est aujourd'hui méconnaissable. . La tour carrée, vit son aspect totalement modifié, son toit en pointe a disparu. La monumentale porte cochère et la cour intérieure ont été remplacés par des classes.

A droite, on distingue un escalier qui donnait accès à la maison qu'occupait avant et pendant la guerre, le vicaire Gossiaux, dans laquelle on a fait des garages au rez-de-chaussée et appartement à l'étage.

Remarquez aussi comment était pavée cette cour : de quoi se tordre le pied... et à proscrire aux personnes chaussées de hauts talons.

Quatre ans en violet

Comme prévu dans la conclusion de l'éditorial du 11 juillet, un gouvernement s'est bien constitué deux jours plus tard. Une équipe résolument' différente " : 15 ministres et 6 secrétaires d'Etat, avec 15 hommes et 6 femmes, dont une Marocaine ; une équipe jeune aussi : avec 8 éminences de moins de 40 ans, dont une ministre de 28 ans, s'il vous plaît, la moyenne d'âge est de 42 ans : on est loin des vénérables barbus d'avant 14 ! Et des compétences, comme cette ministre de l'agriculture qui était jusque là présidente du Syndicat agricole !

Les 4 partis (enfin, 5 avec Spirit) se départagent comme suit : 5 VLD et 4 MR pour le côté libéral ; 6 PS, 5 Spa et 1 Spirit, côté socialiste. Cela donne un peu plus de rouge que de bleu, mais en fin de compte du violet... qui ne veut pas être de deuil ! Au niveau communautaire, on note exactement 10 francophones et 10 néerlandophones, plus le Premier ministre, en principe asexué " linguistiquement. Et pour le partage des compétences, le dosage a donné à peu près les affaires " sociales " aux socialistes, les affaires économiques, intérieures et extérieures, aux libéraux.

Tiens, à ce sujet, on groupe sous le nom de MR (Mouvement Réformateur) en fait trois partis : le PRL (dont on ne parle plus qu'en... MR), le FDF qui surnage parce que Bruxelles et le communautaire restent " chauds ", et le parti de Gérard Deprez... comment s'appelait-il déjà ? Totalement oublié, comme son chef, qui fut un des ténors de la politique belge et qui à présent s'en est sans doute allé dans... les prés des Ardennes ou d'Ardèche, élever des moutons... Sic transit gloria mundi... Ou, si vous préférez un autre dicton des " pages roses " du Larousse, " La roche tarpéienne est proche du Capitole " : en peu d'ans, un homme politique est oublié, passé à la trappe...

Pour former ce gouvernement, il a fallu un large jeu de chaises musicales : tu " montes " au fédéral, donc je reprends celui-ci et je le mets là... Avec un ministre en plus à la Communauté Française et quelques doubles casquettes... Autres (mauvais) exemples de nouvelle culture politique : M. Van Quickenborne, suppléant de Marc Verwilghen, a d'abord dû prêter serment à la Chambre pour devenir député durant quelques minutes, puis démissionner pour devenir secrétaire d'Etat et laisser la place à son 2e suppléant. On a d'ailleurs vu 11 suppléants entrer ainsi à la Chambre et 2 au Sénat., tandis que deux, venant des Régions, étaient déjà remplacés : cela fait donc bien nos 15 ministres " suppléés "...

La déclaration du Premier se voulait résolument optimiste : le programme est ambitieux, réaliste, actif, engagé. Il prévoit 210.000 emplois nouveaux, plus de pointage pour les chômeurs, mais un encadrement de formation ; la fin des tabous (pour les libéraux, les chômeurs sont des profiteurs et pour les socialistes, tous les chômeurs cherchent un emploi : tout cela est oublié) ; de gros efforts en soins de santé (4 milliards d'euros) ; en sécurité aussi (plus de policiers en ville) ; un dialogue permanent entre communautés... Et bien d'autres choses encore " dont le détail serait trop long ", comme on dit.

De l'autre côté, on est moins réjoui à la SNCB, on conteste violemment la perte prévue de 10.000 emplois ; à la Poste, le programme Géoroute qui fait grincer des dents est reporté au 15 septembre (et les postiers sont en grève pour l'empêcher tout à fait). Et du côté des partis d'opposition : le CD&V flamand qualifie l'accord gouvernemental de ' parc d'attractions " (?). Pour le CDh : trop d'anciens projets " oubliés " (comme le report à l'an prochain du Fonds de créances alimentaires pour assurer les pensions alimentaires des femmes abandonnées), promesses non tenues ; craintes sur le sort du Sénat (réforme ou suppression ?), " définancement " de la Communauté française, d'où retard pour la revalorisation des enseignants... Pour Ecolo : 65 pages de " bonnes intentions " mais on est inquiet sur la faisabilité : il ne suffit pas de dire pour faire ; et Marie Nagy de s'insurger contre Verhofstadt quand il dit qu'être pessimiste, c'est saboter le projet gouvernemental : culotté !. La question des moyens est d'ailleurs en filigrane des commentaires et même le chef de groupe PS Claude Eerdekens affirme qu'il faudra respecter l'évolution des dépenses prévues et s'assurer que les rentrées financières seront effectives, " sinon ce serait un jeu de dupes ".

Enfin, le gouvernement s'est immédiatement mis au travail. Et pas vraiment comme on le pensait : les premières mesures ont de quoi surprendre : la loi de compétence universelle est revue et pratiquement vidée de son sens (on ne voyait pas vraiment M. Bush au tribunal de Bruxelles !); on se débarrasse du problème de vente d'armes en le réfoulant aux Régions ; et alors qu'on attendait une diminution fiscale (les premières mesures ne profitent qu'aux plus grosses fortunes), voici des augmentations sur le mazout et l'eau de distribution, touchant donc directement les familles...

Et sur tout cela plane un autre corbeau : C. Eerdkens recommandait aussi " de ne pas se laisser engluer et stériliser par la perspective des élections régionales de l'an prochain ".

Enfin, faisons confiance au Premier ministre avec la méthode Coué : si on veut que ça aille, il faut dire " ça va aller "...

J.R.

Fost-Plus

Le mercredi 6 août aura lieu le prochain ramassage des sacs bleus (PMC) et cela pour toute l'entité.

La fête nationale

La tradition fossoise veut que la Fête Nationale se célèbre chez nous le dimanche qui suit le 21 juillet. C'est donc ce dimanche que les autorités et délégations patriotiques ont participé au " Te Deum " en la collégiale.

Le Bourgmestre B. Spineux était entouré des échevins Titeux et Buchet, des conseillers Et. Drèze et Fr. Sarto ,' du conseiller CPAS D. Populaire ; du conseiller provincial G. Sarto et du Commissaire principal de la Zone de Police M. Galetta. Les délégations patriotiques étaient emmenées par les drapeaux des Combattants, Prisonniers, Croix de Guerre, Résistants, Déportés, Comité du Souvenir, et aussi celui de Vitrival ; avec MM. A. Dufrasne, président des A.C., L. Eymael (A.C.), G. Arnould (A.S.), D. Tilmant (Comité du Souvenir) accompagné du président du Souvenir Français de Givet, et le colonel e.r. Christian Chabot, resté Fossois de coeur.

Après un mot d'accueil, le Père Micher souligna le sens de cette cérémonie : action de grâces pour les bienfaits reçus par notre pays, et aussi pour notre roi en ce 10e anniversaire de son règne.

Il est à remarquer que plusieurs personnes se font un devoir de ne jamais manquer cette cérémonie patriotique, notamment des veuves d'Anciens Combattants. Et, le 21 juillet, nous avons noté tout de même quelques drapeaux belges arborés aux façades. Le patriotisme n'est donc pas mort et peut se manifester en d'autres occasions que lors de résultats footballistiques nationaux, où l'on voit de très nombreux drapeaux.

Fête de quartier

Dimanche dernier, dans la cour couverte de l'Ecole Moyenne toute proche, les habitants des rues du Moulin, de l'Ecole Moyenne, des Bergeries, de la Petite Couture, du Herdal, de la rue Franceschini et bas de la route de Bambois, étaient conviés à participer à la seconde édition du barbecue du quartier.

Cette petite fête bien sympathique était organisée par une équipe d'une douzaine de bénévoles qui avaient aussi prévu quelques animations et jeux toujours très appréciés. Un concours, qui provoqua beaucoup d'effervescence, consistait à reconnaître la photo des 12 membres du comité à l'époque où ils étaient bébés (ou très jeunes adolescents) ; ce qu'ils ont changé ! C'est M. Willy Genart qui, par l'aide de la question subsidiaire, fut le plus perspicace (grâce, ajouta-t-il, à son épouse !) Une bonne soixantaine de convives ont répondu à l'appel. En cette période de vacances, des familles sont absentes ou sont pris par d'autres obligations. Pourtant, se réunir ainsi entre voisins est la meilleure façon de mieux se connaître et s'apprécier. Et on peut affirmer que les absents ont bien eu tort. Il est possible que l'an prochain, un autre quartier voisin pourrait se joindre, attiré par cette belle initiative qui doit en tout cas être poursuivie. Après tout, plus on est de fous...

Le concours des

jardins et façades fleuris

Chaque année, le Cercle horticole de Fosses organise un concours des façades et jardins fleuris. Il faut dire que, de plus en plus, beaucoup de nos concitoyens tiennent à garnir leurs habitations de fleurs du plus bel effet, ce qui apporte une note de gaieté en ces mois ensoleillés.

Voici les résultats de ce concours

1. Marc Thibaut, route de Tamines 19

2. Léona Chantraine, r. de Doye 8, Bambois

3. Ant. Van Belleghem, route Bambois 28

4. Marius Magnien, rue Grand Gau 1

5. André Gheyssens, rue Champ Stoné 20

6. André Lainé, route de Tamines 22

7. J.-Pol Georgery, rue de la Plage 19

8. Lucia Mastrocinque, rue du Postil 12

9. Lucien Huys, rue de Névremont 31

10. Jean-Pol Léglise, rue du Postil 28

1. Diana Denis, rue Grande 11, Le Roux

12. Bernard Legait, rue du Grand-Etang 20

13. André Janssens, rue des Forges 16

14. Michel Bernard, ch. Charleroi 173, Vitrival

15. Léon Loiseau, Faub. de France 1, Fosses

16. Agénor Willems, rue Longtry 39, Le Roux

17. Ets Noël, avenue Albert 1er 151, Fosses.

Un ancien Fossois nous a quittés

Mercredi juillet avaient lieu en l'église de Bambois les obsèques de Joseph Villers, décédé quelques jours plus tôt à son domicile de Gilly. Il était âgé de 75 ans.

« Joseph du cinéma » comme on l'appelait chez nous, était né à Fosses mais n'avait pas eu la chance de connaître son papa, décédé avant sa naissance. Sa maman devait mourir alors qu'il n'avait qu'une vingtaine d'années. Il fut élevé par sa tante, Marie Pêtre, qui habitait près de l'actuel arsenal des pompiers.

Très jeune encore, Joseph eut l'occasion de travailler comme opérateur au Cinéma Moderne à Fosses. Il reprit la salle à la mort du propriétaire M. Mathieu, en 1953. Il s'était adjoint le commerce de confiserie en gros car le cinéma ne l'occupait que le week-end. La TV vint alors détrôner la vie des salles. Joseph quitta notre localité, mais resta toujours très attaché à Fosses et à son folklore.

Il était toujours très heureux de revenir chez nous, mais dans les dernières années, un handicap physique ne lui permit plus de se déplacer seul. Il put alors compter sur l'immense dévouement de son fils adoptif et de ses plus proches amis.

Pour ceux qui ont eu l'occasion de le connaître et de l'apprécier, Joseph était un garçon qui avait le goût de la communication, empreint de gentillesse et surtout de générosité, fidèle aussi en amitié et toujours de bonne humeur malgré son infirmité.

Il est revenu à Bambois où il fut enterré dans le caveau familial. A ses proches, nous présentons nos plus vives condoléances.

Haut-Vent illuminé

A Haut-Vent, la kermesse a toujours été une préoccupation intense pour la jeunesse locale. Avec des moyens pourtant modestes, elle présente toujours un programme varié, avec un reliquat réservé aux plus âgés, et en fin d'année, un saint Nicolas et un Père Noël généreux, qui ne vieillisent jamais.

Et c'est devenu une tradition, le hameau de Haut-Vent termine sa kermesse par un feu d'artifice qui eut lieu cette année le 21 juillet, juste avant celui de Bruxelles.

Si celui de notre hameau n'eut pas l'ampleur de celui qui fut réservé aux dix ans de règne de notre Roi, il fut néanmoins grandiose.

En raison de sa situation (la place de Haut-Vent est tout de même un des points les plus hauts de Fosses) de nombreux Fossois ont pu apprécier cette illumination du ciel dès les premières pétarades.

Un grand bravo aux comitards hautventois qui nous offrent chaque année un si beau feu d'artifice.

In memoriam

Après quelques mois seulement d'une inexorable maladie, Christiane Rifflart s'en est allée et cette mort rapide a consterné bien des Fossots. Elle était née à Malonne lp 22 juillet 1935 et est décédée à Namur le 22 juillet 2003. Et si elle habitait maintenant Salzinnes, elle fut Fossoise durant plusieurs années, habitant au quartier Saint-Roch ; elle participa de diverses façons à la vie locale car son tempérament sym athique la portait à la convivialité. Elle fut de Vie Féminine (et fervente des jeux de cartes), mais se remarqua surtout par ses participations au théâtre wallon avec " li Soce dès Comédiyens fosswès " durant au moins cinq saisons, affirmant talent et naturel dans son jeu comme dans sa prononciation de notre langue régionale. Et tous ceux qui l'ont côtoyée garderont d'elle le souvenir de son sourire, de son affabilité et de sa gentillesse.

Lors de ses funérailles, en l'église de Malonne, jeudi, Véronique Henrard a, au nom des Comédiyens Fosswès, adressé un dernier Nommage à Christiane, soulignant ses belles qualités humaines et artistiques, en y associant les autres défunts de la troupe : Clément Buchet et Jules Goffaux. Une foule considérable assistait à ces funérailles.

A toute la famille de Christiane et à ses amis nous présentons nos bien vives condoléances.

En mémoire de B. Muller

Un Rallye-Sprint aura lieu ce weekend à Moustier, en souvenir du regretté Bernard Muller, passionné de sports moteurs à qui l'on devait le rallye fossois et qui était très connu dans la sphère des rallyes chez nous.

Un « Trophée B. Muller » récompensera l'équipage qui aura signé le meilleur temps de la journée.

Rendez-vous au Centre culturel G. Bernard, rue de la Fabrique à Moustier ce 3 août. Départs dès 10 h. Le samedi est consacré aux reconnaissances et vérifications.

Feu de broussailles

En raison d'une sécheresse persistante, un feu de broussailles assez important s'est déclaré lundi dernier vers 20 h, rue Saint-Remy à Névremont. Les pompiers de Fosses sont arrivés à temps car le feu menaçait de se propager aux arbres voisins.

Embardée

Le lundi 14 juillet, vers 8 h 40, chaussée de Namur, la voiture conduite par Mme Valérie Migeot, 33 ans, demeurant rue du Baty à Bambois, a effectué une sortie de route. Blessée, la conductrice a été admise au centre Val de Sambre à Auvelais.

Les pompiers de Fosses sont intervenus pour le nettoyage de la chaussée.

Senior Amitié : 2 sorties

Les activités culturelles et récréatives de la Fédération namuroise de Sénior Amitié sont nombreuses et variées. Voici deux propositions intéressantes.

Une belle excursion le vendredi 22 aoît : " Patrimoine et savoir-fairre en Ardennes françaises " : Sedan et son château fort ; Mouzon et son musée du feutre, unique en Europe, puis son abbatiale Notre-Dame (Xllle siècle). Dîner à 13 heures (Dentelle de jambon d'Ardenne et sorbet de melon ; rôti de veau forestier, tarte normande, glace ; une boisson au choix). L'après-midi sera consacrée à un tour des routes des fortifications Charleville notamment, avec son centre historique et son patrimoine exceptionnel du XVIIe siècle. Retour par la vallée de la Meuse et rentrée vers 21 heures. La participation est de 38 € (42 pour les non-membres de Sénior Amitié) comprenant le voyage en car, l'accompagnement, les visites guidées, les entrées, une collation le matin, le repas de midi. On peut s'inscrire jusqu'au 10 août chez Mme Mazuin (71.23.80 et chez Pol Deblaton (71.10.10). Et pour le jeudi 4 septembre : deux visites à Namur r à l'Hôtel de Groesbeek de Croix : " Les faïences de Tournai du XVIlle siècle " : terrines, plats, assiettes, sucriers, saucières, surtouts de table dans des décors polychromes d'une grande finesse. Ensuite, au Musée d'Art ancien : " les trésors d'Hugo d'Oignies ", cet artiste admirable du Xllle siècle, proche de chez nous, qui a laissé des oeuvres d'orfèvrerie d'une incroyable finesse, dont le nielle qui orne le buste de saint Feuillen, du trésor de notre collégiale).

Pour ces deux visites, rendez-vous à l'Office du Tourisme de Namur (le bus est gratuit pour les seniors). La participation est de 7,50 € (9 pour les non-membres) ; comprenant les entrées et les commentaires de guides spécialisés.

Inscriptions chez Mme Mazuin ou Pol deblaton, jusqu'au 30 août.

Accrochage

Le dimanche 27 juillet, vers 4 h 15 du matin, un accrochage s'est produit avenue Albert 1 er à rosses, entre deux voitures, une Renault Clio et une Fiat Toledo, dont les conducteurs étaient de Fosses-la-Ville et de Woluwé. Un constat à l'amiable a été rédigé.

Cercle d'Histoire

Visite historique

La prochaine réunion du Cercle, prévue le 14 août, a été avancée au jeudi 7. Elle consistera en une visite guidée des anciens remparts de la ville : ce sera donc une occasion, en suivant les remparts et les portes de la ville d'autrefois, d'évoquer divers monuments et faits de notre histoire locale.

Cette visite, entièrement libre, est bien sûr accessible à tous, en plus des membres du Cercle ; il est même à souhaiter que beaucoup de Fossois profitent de cette occasion pour se familiariser avec l'histoire de notre antique cité. La promenade se fera lentement, à un rythme accessible à tous.

Rendez-vous place du Chapitre, près de la Pompe, à 19 heures.

D'autre part, le Cercle envisage une visite au Musée d'Art Ancien à Namur, pour l'exposition des trésors d'Hugo d'Oignies : une belle occasion d'admirer ces merveilles d'orfèvrerie d'un artiste du Xlie s., près de chez nous (Oignies-Aiseau) et qui sans doute travailla à un reliquaire de saint Feuillen puisque le nielle (la petite pièce d'orfèvrerie sur la poitrine du Buste de notre patron) lui est attribué et y sera exposé parmi des pièces de toute beauté. On y reviendra..

On prépare déjà aussi les Journées du Patrimoine, dont le thème cette année est " Les demeures remarquables de Wallonie ". Trois pôles d'attraction ont été retenus : le château du Chapitre, le château d'En Leiche et le château de Sart-Eustache. A chaque lieu, un membre du Cercle donnera un bref commentaire sur l'historique de l'immeuble visité. Ce sera le dimanche 14 septembre après-midi.

Exposition au S.I.

Le peintre du mois, dans les salles du Syndicat d'initiative, sera Philippe Brasseur, installé en Condroz namurois (Ohey). Il réalise des créations bien personnelles, pour particuliers et entreprises ; car il est " professionnel " depuis environ cinq ans et a remporté de hauts prix à des expositions (à Huy en 1997 et 1998 ; Prix de la Presse biennale de Namur).

Il peint le plus souvent sur panneaux de bois, qui permettent plus de souplesse dans le choix des formats et des formes. Il est non-figuratif : ses oeuvres ne demandent pas d'explication, il suffit de laisser errer son esprit à la recherche d'émotions partagées.

Les peintures exposées ici sont de la série " Impermanence " ayant pour thème " l'appel du lama au loin ", une prière bouddhiste thibétaine dont des fragments sont repris, en sanscrit, sur les tableaux. L'impermanence, c'est le mouvement continuel de la vie, l'inexistence du moment présent qui, le temps de le dire, appartient déjà au passé. Seuls les artistes sont capables de fixer un instant de vie en donnant l'illusion qu'il est présent. Les personnages ne sont jamais tout à fait complets, ils semblent évoluer, se fondre en d'autres espaces, se craqueler comme du parchemin : ils représentent ce que la mémoire parvient à reproduire de souvenirs oubliés.

A voir donc au Syndicat d'initiative, place du Marché, du 9 au 28 août, en semaine de 9 à 16 heures, le weekend de 10 à 17 heures. Entrée libre.

Interventions des pompiers

Le 15 : appel des deux ambulances pour un accident à Bioul, à 12 h 15 ; blessés conduits à Mont-Godinne.

Le 15 : appel des pompiers pour une odeur de gaz, route de Mettet.

Le 17 : appel des pompiers pour un incendie, rue du Fays à Aisemont .

Le 18 : appel de l'ambulance pour un accident route de Morialmé à Mettet ; blessés conduit à l'Hôpital civil de Châtelet.

Le 19 : appel de l'ambulance et des pompiers suite à un accident route de Mettet à Fosses.

Le 20 : appel des pompiers pour un feu de broussailles, rue de Fumaux à Mettet.

Le 21 : appel des pompiers pour incendie d un hangar, rue Dufaux à Biesmerée.

Le 21 : appel des pompiers pour une fumée suspecte, rue Saint-Remy à Névremont.

Le 21 : appel de l'ambulance pour une chute de moto à Floriffoux.

Le 24 : appel de l'ambulance suite à un accident de travail chez Carmeuse à Aisemont.

Le 25 : pompiers pour l'incendie d'une caravane au camping du lac à Saint-Gérard.

Le 27 : ambulance pour un accident à Bossière ; un blessé conduit à l'IMTR de Loverval.

Le 30 : appel des pompiers pour un pompage de cave à Mettet.

ll y a 100 ans

Le 1.250e anniversaire de la fondation de la ville par St Feuillen

N° 28 du 12 Juillet 1903

Quinze jours nous séparent du grand jubilé en l'honneur de Saint Feuillen. L'enthousiasme à Fosses grandit de plus en plus de l'approche du 26 juillet. De magru figues arcs de triomphe seront dresses à différents endroits de la ville et notamment en Lège, à la Briqueterie, aux Remparts, aux Quatre-Bras et route de la Station. Des particuliers se proposent aussi de relier leurs maisons par des guirlandes qui, traversant les rues, feront un très joli effet.

Cet article, qui donne ensuite de nombreux détails sur la procession, est suivi de quelques lignes publicitaires

Papiers de soie de couleur pour décorations, cerfs-volants, etc.. 100 feuilles couleurs assorties pour 1 fr., à la librairie Duculot à Fosses.

N° 30 du 26 juillet 1903

Le Messager de Fosses donne le programme complet des festivités

Des commissaires seront placés à toutes les entrées de la ville pour guider les sociétés participantes. Il y aura 9 sociétés de musique : Harmonie St-Feuillen (Fosses), Harmonie du Cercle Mozart (Tamines), Harmonie du Cercle ouvrier (Tamines), Fanfare de Mettet, Fanfare St-Hubert de Furnaux, Fanfares St-Pierre de Vitrival, Fanfare de Denée, Fanfare de Biesme, Fanfare St-Henri d'Ermeton.

Egalement 10 chorales : Chorale de Fosses, Ste-Cécile de Devant-lesBois, Ste-Cécile de Tamines, Chorale d'Auvelais, Les Echos du Sart (SartSt-Eustache), Chorale du Séminaire de Floreffe, Chorale de Sart-St-Laurent, Les Amis de la Paix de Bois-deVillers, Chorales de Buzet et de Profondeville. Aussi les sociétés mutuellistes du canton (au nombre de 22) avec leurs bannières.

Les jeunesses avec drapeau : Moignelée, Maison, Devant-les-Bois, Auvelais, Profondeville, Sart-St-Laurent, Sovimont, Aisemont, Le Roux, le patronage de Buzet.

Les syndicats des mineurs, les corporations agricoles, les confréries diverses (dont la liste serait un peu longue à reproduire...) Et ensuite la partie religieuse avec la présence de lvlgr l'Evêque de Namur et de nombreux prélats.

Le journal donne aussi les horaires des trains spéciaux : Dinant-Fosses, Tamines-Fosses, Châtelineau-Fosses (via Mettet) : aller et retour.

L'hôtel de ville avait jugé bon de faire autrement que les autres. Vous devinez pourquoi. Le maïeur et les édiles étaient hostiles à cette fête ; s'ils l'avaient osé, ils l'auraient sans doute empêchée...

N° 31 du 2 août 1903

Ce numéro relate le succès des grandes festivités du 26 juillet. En voici un extrait.

Ce fut une fête comme Fosses n'en avait jamais vue /.../ Dès 9 h, une animation extraordinaire règne dans la ville ; de partout affluent des sociétés, bannière en tête, marchant au son de pas redoublés ; les trains spéciaux amènent une foule considérable qui est émerveillée en voyant notre ville si belle /.../ Fosses disparaît sous les dra eaux, la verdure, les guirlande et les fleurs ; des arcs de triomphe sont dressés aux entrées de la ville, en un mot le coup d'oeil est féerique /.../

fA 9 h 30, le cortège se forme au faubourg Saint-Roch qui s'était surpassé pour la décoration. Les sociétés arrivent en masse se poster à la place désignée. A 10 h 1/4, le signal du départ est donné et le cortège, à la tête duquel marchent crânement les gendarmes de Fosses revêtus de leur bel uniforme se met en branle au son de marches entraînantes. Jamais un cortège semblable ne s'est déroulé dans nos rues. Plus de 60 sociétés avec leurs bannières et draeaux furent représentées par de ortes délégations à la tête desquelles se trouve le curé de chaque paroisse.

Ce fut un spectacle grandiose de voir défiler ces belles bannières : 8 harmonies et fanfares, plus de 60 bannières et drapeaux, 3.500 hommes dans le cortège, tel est le chiffre que nous avons compté.

CLes reliques de saint Feuillen avaient été placées dans un reliquaire en cristal, de sorte que tous pouvaient les contempler. Le nombre de pèlerins venus à Fosses était considérable ; on peut l'évaluer à 10.000 sans exagération. Le cortège trioml traverse la ville et arrive vers 11h 1 /4 en Lège, au château où devait se célébrer la messe pontificale. Au fond de la cour, un autel monumental se dresse entre deux magnifiques arbres, les murs du château sont brillamment pavoisés, les étendards vont se placer autour de l'autel, la foule envahit la cour et la prairie, c'est un spectacle grandiose.

Vers la fin de la messe, la pluie se met à tomber, aussi le retour à l'église n'a pu s'effectuer dans de bonnes conditions. L'église est bondée de monde ; un décoration simple mais de bon goût a pu cacher aux étrangers le délabrement dans lequel se trouvent les murs. Cette ma fique journée, les Fossois ne l'oublieront jamais.

Réflexions de vacances

Campagne du Chêne. Au bout du jardin. Une chappe de chaleur nous écrase. Les oiseaux viennent téter l'eau de l'étang, dans le fond duquel les poissons somnolent. Les cerises éclatent de chaleur. Comme l'écrivit André Theuriet, le village succombe dans la torpeur estivale. Même les cloches de la collégiale sont touchées ; elles ne jouent plus l'air des Ohinels qu'aux demi-heures.

La radio m'apprend qu'Axel Merckx vient d'arriver hors-délai, quelque part dans les Pyrénées. Papa Eddy doit être bien triste. Mon esprit vagabonde.

Moïse et les marées

Ma fille, qui est en quatrième d'humanités, m'en a appris une bien bonne. Son professeur de religion a mis sa classe en garde contre toutes les « fauves » qu'on pouvait raconter. Ainsi, il leur dit que Moïse et la mer Rouge, cela ne s'est pas passé comme la Bible le raconte. D'après ce professeur de religion, qui a sans doute bénéficié d'un vent favorable, Moïse et son peuple qui s'en allaient vers la Terre promise, ont tiré profit du jeu des marées : Moïse (Charlton Heston, dans le film de Cecil B. de Mille) est passé à marée basse, tandis que le Pharaon (Yul Brynner et sa tresse) et ses soldats furent arrêtés par la marée haute. Pas d'intervention divine dans l'histoire. J'aimerais rencontrer ce professeur de religion afin qu'il me dise ce qu'il pense réellement des épisodes où Jésus marche sur l'eau, où il guérit le paralytique, où il multiplie les pains, où il change l'eau en vin, où il ressuscite Lazare. Je me pose des questions. Ainsi donc, tout ce que l'abbé Kaisin m'a raconté à l'Ecole Moyenne il y a quarante ans, c'est pas vrai ?

Au secours, Dubbelyou !

Le peuple du Libéria appelle Geores Dubbelyou Bush et ses Marines à l'aide ! C'est le monde à l'envers Quand Bush est intervenu en Irak, il a eu sur le dos : Chirac, Poutine, Schroeder, Josy Dubié, Louis Michel et André Flahaut (à moins que ce ne soit Louis Flahaut et André Michel, puisque comme Laurel et Hardy, ils apparaissaient, jusqu'au 18 mai, toujours en duo à la télé), la Ligue des Droits de l'Homme, les enfants des écoles qui n'y comprenaient rien mais qu'on a fait déambuler dans les rues aux cris de « Bush non, Saddam oui ! ».

Et aujourd'hui, face aux massacres des civils (120 tués en 3 jours dont 70 enfants), face au choléra qui se propage, face aux gens qu'on enterre sur les plages car les cimetières

sont remplis, face aux milliers de réfugiés qui se pressent aux abords de l'ambassade américaine à Moravia, on prie (God Bless America), on supplie Georges Bush d'intervenir pour libérer le Libéria de la dictature de Charles Taylor ! On a besoin des Marines pour rendre la liberté à ce peuple ! Comme ce fut le cas pour d'autres peuples plus près de chez nous. Tiens, à propos, où sont les Européens ? L'Eurocorps, c'est pour quand déjà ? Dans dix ans ? Il sera trop tard.

Les mamans de Moscou

C'est le journal français Libération qui les appelle « lès mères de Moscou ». Ce sont ces mamans qui reçoivent régulièrement leurs gamins enfermés dans des boîtes en bois, ad vital aeternam. Leurs gamins, ces soldats russes tués en Tchétchénie, qu'on renvoie à l'expéditeur. Quatrevingts corps rapatriés, rien que pour le mois de juin. Quand un Marine est tué à Bagdad, l'info fait le titre du JT de la RTBF. Quand 80 soldats russes sont remis à leurs mères, on n'en parle pas. On s'en fout. L'intox continue.

Le sida est un virus paisible

Si c'est Kadhafi qui le dit, alors... Il fallait bien qu'il réagisse face à la proposition de Georges Bush de débloquer un montant de 15 milliards de dollars pour tenter d'éradiquer le sida en Afrique. Kadhafi a même ajouté : « le sida et le paludisme sont les forces de Dieu pour défendre l'Afrique contre la recolonisation 1 (Vers l'Avenir, édition du 14 juillet).

Le brave dictateur libyen ignore sans doute que le sida touche 42 millions de personnes dans le monde, dont 30 millions en Afrique.

Armstrong fair-play ?

Quand Lance Armstrong tombe, Ulrich et Hamilton freinent et attendent l'Américain. Car on n'attaque pas un homme au sol.

Quand Beloki tombe, Armstrong qui est à ses côtés, traverse un champ et pédale de plus belle. Je ne comprendrais jamais rien au cyclisme.

L'été, c'est aussi le moment de relire mon ami Roger Bodart, le poète de Falmignoul

« ... suis-je vraiment encor l'enfant Qui noircissait sa bouche en mangeant des myrtilles

Et qui buvait avidement l'eau froide Du ruisseau dans ses paumes unies... ? »

Mais quelle chaleur, Campagne du Chêne !

Daniel PIET

Il y a 50 ans

Mois de juillet 1953

- Fête de gymnastique aux Ecoles libres, à l'issue de laquelle a lieu la proclamation des résultats.

- Vitrival fête la Saint-Pierre. Deux jours et un programme restreint. Le cercle L'Eveil organise un tournoi de balle pelote et le soir le jeu Pâle Mêle et le lundi, un concours de billard à la salle paroissiale. Bal dans les cafés. - La fête Saint-Roch se déroule à Fosses du 11 au 14 juillet. Un concours de couyon au café Adelin Eugène ; des enlogements de pigeons au café Ernest Mélin, une lutte de balle pelote, un concert d'accordéonistes et chaque soir, bal au Paladium Dancing.

- Au programme de la fête de Haut-Vent, on note trois courses cyclistes, balle pelote, concours de ballonnets, disques demandés, spectacle de music-hall et sortie de la Limotche.

- Le doyen d'âge de Sart-St-Laurent, Tobie Halloy, est mort. Il était âgé de 85 ans.

- Névremont organise un grande fancy-fair au profit de la construction de la chapelle, les 25 et 26 juillet.

- Avec le beau temmps persistànt, on annonce des affluences record à la plage de Bambois.

Le 6 juillet, on a pu dénombrer 17 autocars. BamboisPlage serait la plus jolie plage intérieure de Belgique !

Pensons à nos aînés

Fêtent leur anniversaire au cours du mois d'août

Le 2 : Evelyne Brosteau, Rue du Tisserand 82 ans

Le 6 : Lucie Materne, Route de Mettet, Fosses 80 ans

Le 8 : Yang Suicang, Route de Mettet 81 ans

Le 8 : André Gheysens, Avenue Champ Stoné 80 ans

Le 11 : Nelly Despineto, Rue Gd-Etang, Bambois 80 ans

Le 13: Yvonne'Dewyse, Rue Claminforge, Le Roux 82 ans

Le 13: Gérard Van Ryssel, Rue du Grand-Etang 81 ans

Le 16: Lucien Canivet, Rue Neuve, Haut-Vent 80 ans

Le 16: Renée Mouton, Ch. Charleroi, Vitrival 88 ans

Le 16: Irène Sinon, Home Dejaifve 88 ans

Le 18: Louis Libioulle, Home Dejaifve 84 ans

Le 18: Marie-Louise Quertinmont, Rue Delmotte, Fosses 83 ans

Le 18: Madeleine Evrard, Rue d'une Personne 80 ans

Le 21 : Marguerite Joseph, Home Dejaifve 88 ans

Le 21 : Augusta Evrard, Home Dejaifve 93 ans

Le 26: Jeanne Boulanger, Route de St-Gérard 83 ans

Le 29: Ida Krüge, Route St-Gérard, Bambois 80 ans

Le 30: Simone Simonart, Rue du Sartia, Sart-Eustache 81 ans

Le 30: Armand Guerry, Rue de la Station, Aisemont 83 ans

Le feu

Le 17 juillet, vers 12 h 10, un incendie s'est déclaré dans un ensemble de poutres en bois, rue du Fays 12 à Aisemont. Les pompiers de Fosses sont rapidement intervenus pour maîtrise le feu. Les dégâts sont limités.

Août, mois des marcheurs à Sart-Eustache

Pour préparer les traditionnelles sorties de la marche Saint-Roch, les 9, 10 et 11 août, les Sartois se retrouveront une première fois ce samedi 2 août, dès 19 h, pour le grand barbecue avec animation musicale, suivi d'une soirée dansante à la salle communale.

Le week-end suivant, les marcheurs seront au poste dès samedi pour une première sortie, avec de nouveau une grande soirée dansante à la salle communale. Le lendemain 10 août a lieu la grande journée avec défilé et escorte de la procession religieuse, et remise des médailles. Enfin, le lundi, nouveau défilé dans les rues du village, avec feu de file au Sans-Culotte, retraite aux flambeaux et cassage du verre.

Et puis, le dimanche suivant, le 17 août, la compagnie de Sart-Eustache se rendra à Alle-sur-Semois : messe, procession, défilé dans les rues du village et retraite aux flambeaux sont au programme de cette journée où les Sart-Eustachois seront fiers de marcher sous le regard des gens de Alle et sans doute aussi des nombreux touristes.

Que d'occasion en ce mois d'août pour ces moments de rencontre et de convivialité entre tous.

Chiens dangereux

Dans le nuit du 26 au 27 juillet, des chiens errants ont attaqué un groupe de moutons, route de Bembois et en ont égorgé 5. Un sixième mouton a subi le môme sort la nuit suivante. Plainte a été déposée.

Nappes d'eau

Mercredi 30, les fortes pluies du matin ont entraîné des nappes d'eau sur la RN 98, rendant la chaussée très glissante et dangereuse. La police a été alertée et a fait appel au M.E.T. de Floreffe qui est venu déboucher les avaloirs. La circulation a été rapidement rétablie.

Le cercle de tir de Névremont

Une gêne pour les riverains

Les clubs sportifs ne manquent pas à Fosses et parmi ceux-ci un club de tir à Névremont, qui existe depuis plus de vingt ans. Il fut mis sur pied par M. Alphonse Noël et acquit rapidement une belle notoriété puisque des champonnats d'Europe eurent lieu en 1988, un champion du monde y fut un moment président - et Fossois de surcroît : Marc Polet - et chaque week-end, des amateurs de tous les coins de Belgique et même de l'étranger accourent à Névremont car l'endroit y est très apprécié et les installations impeccables.

Mais voilà, les « pan pan » répétés ne plaisent pas aux riverains, du moins à certains. Car, paraît-il, ceuxci, apuyés par la CCAT, la Commune et même le fonctionnaire de la Région Wallonne étaient contre. La Députation permanente a accordé un oui, sous condition, le permis étant renouvelé pour un an à l'essai. Les plages horaires ont été réduites, le tir n'ayant plus lieu que le mercredi de 12 à 19 h et deux week-ends par mois, de 8 à 17 heures. Le club de tir a donc fait certains efforts.

Il serait néanmoins dommage que disparaisse un club de cette envergure et de cette réputation, situé tout de même à l'écart des habitations. Bien sûr, on comprend que ces bruits répétés n'aient pas le charme d'une valse de Strauss, mais les riverains d'une importante chaussée ne sontils pas autant gênés par le passage continuel des véhicules, de nuit comme de jour. D'autres sont gênés, l'été, par le bruit des tondeuses, ou par les juke-box ambulants placés dans les voitures.

Nous vivons une époque où les concessions sont difficilement accordées : voyez quel folklore génère le bruit des avions près des aéroports, les antennes GSM, Francorchamps, les élevages de poulets, cochons et autres. Ceux qui habitent le long d'une ligne de chemin de fer ou près d'un arrêt de bus ne sont pas mieux lotis. Les détournements effectués lors de manifestations, de courses cyclistes ne plaisent pas toujours. Faut-il pour cela tout arrêter ?

Espérons que chaque partie saura mettre un peu d'eau dans son vin...

William Dunker à La Rovelienne

Le chanteur wallon très connu et apprécié, dans son répertoire tout à fait particulier et adapté aux airs modernes, sera à Le Roux ce vendredi 1er août. L'entrée est de 15 euros et les portes de la salle seront ouvertes au public dès 18 heures. Ne manquez pas ce rendez-vous.

Il reste encore quelques places.

' 071-71.15.45

È 0479 41.45.53

 

Piéton blessé

M. Jean-Marie Migeot, 27 ans, demeurant ruelle Anne-Marie à Fosses, s'est fait renverser par une voiture, rue de Burnot à Sart-Saint-Laurent, dimanche vers 1 h du matin, alors qu'il marchait au milieu de la route. Une première voiture a pu l'éviter ; la voiture suivante a accroché le piéton et embouti la voiture précédente qui venait de freiner. Le blessé a été conduit au centre hospitalier d'Auvelais et la police de la zone locale s'est rendue sur les lieux pour le constat d'usage.