N°27  04 juillet 2003

Fosses Rue des Egalots

Voilà un coin du centre de Fosses dont les façades ont subi bien des transformations.

A gauche, c'était le magasin du plombier-zingueur Jules Henroteaux-Clause (qui était aussi serrurier), puis le café Josse-Ruidant. Jules Gosset fit des deux maisons un seul magasin de quincaillerie, repris par son fils Marcel puis par son petit-fils Gérard, qui abandonna la quincaillerie pour la poêlerie. La fleuriste Jany-Fleurs s'y installa, puis ce fut l'agence CERA qui transforma cette demeure.

Plus loin, on voit une partie de l'habitation du pharmacien Jossart ; puis ce fut le tailleur Brichaux père, auquel succéda son fils Georges. Aujourd'hui la coiffeuse Nicole Ipercielle.

A droite, le coin de la maison Albert Dehasse auquel succéda son fils Georges (chapeaux et casquettes). La maison eut alors des destinations diverses pour devenir le café Al Goyète (Mme Gillard-Noulard). L'habitation est aujourd'hui transformée en plusieurs appartements. Plus loin, la maison Lambert Dupont-Villers est en réfection (v. le badou près du trottoir). C'est ensuite le marchand de chaussures J. Biot-Timsonnet, commerce poursuivi par Delvosal. Ce fut un moment un magasin d'alimentation, puis transformée par l'agence de Crédit Agricole (actuellement des appartements).

La pharmacie Mainil est peu visible, puis on distingue le café Noulard-Piéfort, où s'installa ensuite le coiffeur Jean Mathot, puis ce fut l'agence CGER et aujourd'hui le magasin Espace-Vision.

Nous sommes au début du siècle, vers 1907-08. Pas encore d'électricité, un réverbère est visible à gauche de l'indication « pharmacien ». Remarquez aussi l'étroitesse des trottoirs. La route ne semble pas encore pavée, simplement bordée de pavés.

Sulpice, Polycarpe ou Eudoxine

Pourquoi pas ?

Quand on parcourt la rubrique des naissances, on remarque que les prénoms des nouveau-nés suivent une mode. L'époque des Marcel, des Roger, des Madeleine, des Suzanne a fait son temps. Et pourtant, certains vieux prénoms ont refait surface : nos grands-parents s'appelaient Xavier, Olivier, Louis, ou Catherine, Pauline, Clémentine. On trouve ces prénoms jolis, mais ces prénoms nous font parfois penser à nos ma-tantes ou nos mononkes. Qui n'a pas eu un tonton Louis, une matante Pauline ou une nènène Julie.

Pourtant, il y a des vieux prénoms d'il y a 60 ou 70 ans qui n'ont plus jamais été choisis ; nous pensons à Fernand, Jules (bien que...), Joseph (alors que Marie est redevenue un moment à la mode), Auguste, Albert, Ernest, Maurice, Jean, André, Guy, Alfred; Nestor, Eugène, Jacques, Claude, Philippe, Paul, Camille... pour les hommes. Ou Berthe, Maria, Julia, Jeanne, Claire, Hélène, Yvonne, Gabrielle, Monique, Marie-José, Gilberte, Marguerite... chez les filles.

Il y eut aussi l'époque des prénoms composés, à peu près abandonnés aujourd'hui : les Jean-Pierre, Jean-Marie, Jean-Jacques, auxquels se sont joints plus tard, Jean-François, Jean-Pol... ; très souvent avec Jean, mais aussi avec Pierre (Pierre-Jean), Paul (Paul-Henri), ou François (François-Xavier) ou bien d'autres parfois moins courants. Pour nos dames, c'était les Marie-José, Marie-Louise, Marie-Thérèse, Marie-France, Marie-Paule, ou Marguerite-Marie.

Il faut dire qu'à une certaine époque - pas tellement lointaine -, l'Eglise n'admettait pas de baptiser un enfant qui ne portait pas un prénom figurant au calendrier, ou en tout cas dont il n'existait pas de saint. Un ami m'expliquait récemment que lorsqu'on est allé le faire baptiser, il y a de cela une soixantaine d'années, sous le prénom de Dimitri, le curé avait refusé, alors que son père était d'origine russe et avait choisi ce prénom en souvenir d'un parent proche qui s'appelait Dimitri.

Aujourd'hui, ce n'est plus pareil et on se demande parfois ce qui a pu influencer le choix de certains parents lors de la déclaration de leur enfant. Il y a bien sûr pas mal de Maxime, Alexandre, Quentin, ou de Laura, Chloé, Margaux, mais on trouve aussi (repris dans les états civils récents) : Adélie, Nérissa, Alizée, Tyron, Janaline, Noam, Bryan, Jésus, Mazé, Kimberley, Douglas, Larissa, Emy, Cassandra, Perrine, Ewan, Estheban, Océane, Shanon, Mallaurie, Seguy, Nora...

Mais si l'on consulte la liste des saints figurant sur les calendriers, on trouve des prénoms qui n'ont jamais -ou très rarement - été utilisés, ainsi Anatole, Bonaventure (quelle aventure !), Pantaléon (et non pantalon !), Polycarpe (pour un futur pêcheur !), Ignace, Symphorien, Zéphirin, Hyacinthe (quelle belle fleur), Nicodème, Guidon (pourquoi pas pédale ?), Nicodème, Corneille, Mathurin, Eustache, Placide, Rustique, Saturnin, Philogone, Timothée, Agathe (et ses chèvres), Scolastique (très élastique), Barnabé, Cunégonde, Euphrasie, Eulalie, Pétronille, Pamphile, Cyprien (qui sera musicien), Cyr, Mamert (ou Monpère si vous préférez !). Vous voyez qu'il y a encore le choix pour ceux qui cherchent un prénom pour leur bébé !

De tout temps, il y a eu des prénoms un peu spéciaux, mais qui évoquaient le plus souvent une qualité

ainsi, les Juste, Clément, Amour, Aimé(e), Richard, Honoré, Dieudonné, Félicité, Vital, Parfait, Martial, Rose, Reine... Il existe un prénom que l'on n'a plus jamais donné, pour une raison évidente : c'est Adolphe.

Mais ne vous étonnez pas si vous trouvez, sur le calendrier, le lendemain du mardi gras : « Cendres » ; il ne s'agit pas d'un saint. Ne dites pas comme une speakerine de RTL juste après la météo (véridique) : « demain, vous fêterez tous les Cendres ! »

Fost-Plus

Le ramassage des sacs bleus (emballages PMC), aura lieu le mercredi 9 juillet, pour toutes les sections de l'entité.

Exposition

Ce vendredi 4 juillet, à 19 h 30 à la Maison de la Culture, place du Marché, vernissage de l'exposition de Patrick Germaux, une exposition qui se prolongera jusqu'au 24 juillet.

En semaine, de 9 à 16 h, le week-end, de 10 à 17 h.

Mutuelle libérale

Pour rappel, il n'y aura pas de permanence de la Mutuelle libérale les 3, 10 et 17 juillet.

Bientôt les congés

Ce numéro est l'avant-dernier avant les congés. La semaine prochaine, nous donnerons la liste complète des pharmaciens et médecins de garde pour le reste du mois de juillet. Comme d'habitude, Le Messager ne paraîtra pas les 3e et 4e semaines de juillet. Si vous avez l'une ou l'autre communication à faire passer, pensez à nous apporter votre texte pour le mercredi 9 juillet au plus tard.

Dans le décor

Mercredi dernier 25 juin, vers 14 h 50, un monsieur d'Andenne roulant rue Saint-Remy à Névremont, au volant de sa Mercedes, a subitement perdu le contrôle de son véhicule et a échoué dans une prairie, abîmant légèrement la carrosserie de sa voiture et une clôture. Un arrangement à l'amiable avec le propriétaire du champ a été effectué avec l'aide des inspecteurs de police de la zone Sambre-et-Meuse.

Le sport et les maladies cardio-vasculaires

On se souvient du joueur de l'U.R. Namur Nestor Soulier qui, en 1976, s'est écroulé en cours de match, victime d'un malaise cardiaque et de Nico Reynders du FC Bruges.

La semaine dernière, c'est MarcViven Foé, coéquipier d'Eric Deflandre à Lyon qui s'est écroulé à la 75e minute du match Cameroun-Colombie et qui décéda après 40 minutes de massage cardiaque.

Présence et Action culturelles a invité le docteur Patrick Timmermans, cardiologue dans une clinique de Namur, à venir faire une conférence à Fosses sur la prévention sportive et sur le risque de récidive des maladies cardiaques. Le Dr Timmermans a accepté et viendra à Fosses pour la reprise de la saison de P.A.C. en septembre. Il illustrera sa conférence de projections.

Cette soirée aura lieu à la salle communale L'Orbey, en collaboration avec le Centre culturel de Fosses.

On aura l'occasion d'en reparler (infos Daniel Piet, président de PAC,

' 081-32.32.13.

Malaise cardiaque

Dimanche dernier, vers 9 h 30 du matin, un groupe de cyclo-touristes montait la route de Bambois en direction de Saint-Gérard, lorsque l'un d'eux fit une chute en raison d'un malaise cardiaque ; il s'agit de Eric Kalvzny, 43 ans, habitant d'Aiseau-Presles. Une équipe médicale s'est rendue sur place et le blessé, contusionné, a été emmené aux soins intensifs de la clinique d'Auvelais.

Horaire d'été

Nous rappelons que la permanence du bourgmestre sera supprimée durant les mois de juillet et août ; mais celle du samedi est maintenue de 11 à 12 h.

les bureaux adopteront l'horaire d'été du 30 juin au vendredi 29 août, c'est-à-dire qu'ils seront ouverts au public de 7 h 30 à 14 h 30 sans interruption ; la permanence du samedi pour le service état civil, population, sera maintenue de 9 à 12 h.

Décès

Nous venons d'apprendre le décès à l'âge de 77 ans de Ugo Maïon, très connu des anciens Fossois, car il tint la station Esso aux Quatre-Bras durant plusieurs années. D'origine hongroise, de même que son épouse, ils s'étaient bien intégrés chez nous, avaient eu 3 enfants et il avait quitté Fosses pour s'installer garagiste à Auvelais, où il est décédé mardi.

Intervention des pompiers

Le 18 : appel des pompiers pour un arbre tombé sur la chaussée près du carrefour Materne à Floreffe.

Le 21 : appel de l'ambulance et des pompiers, à la suite d'un accident, chaussée de Namur à Sart-Saint-Laurent ; blessés conduits à la clinique Sainte-Elisabeth à Namur.

Le 21 : appel des pompiers pour un nettoyage de la chaussée rendue glissante (huile), rue du Planois à Bie3me.

Le 23 : pompiers pour un nettoyage de la route (huile), route de Tamines à Aisemont.

Le 25 : appel des pompiers pour l'incendie d'un chalet, rue du Fays à Aisemont (relaté la semaine dernière).

Le 28 : appel des pompiers suite à un début d"incendie dans une voiture, près du rond point à Floreffe.

Le 29 : ambulance et pompiers, rue de Deminche à Franière : un grave accident fait 2 victimes mortellement blessées conduites au CHR Namur.

Le ter : appel des pompiers suite à un accident rue Saint-Donat à Mettet ; blessé conduit à Auvelais.

Le ter : appel des pompiers pour une lampe électrique qui menace de tomber, rue Riverre, à Floreffe.

Premières communions

Fin mai à Bambois et le dimanche 8 juin à Fosses, une bonne quarantaine d'enfants ont communié pour lapremière fois. Ce sont

Sébastien DUMONT , Alysson HOUZE , Brandon HASE , Louise TEIRLYNCK , Thégy SCRAVATTE

Shannen MUAKU , Jordan BURLET , Elisabeth HENRY , Justin DEFLEUR , Jodie MOÏSE

Anton FONDER , Samantha THOMAS , Nathan DURANT , Nina CRABBE , Sébastien MIGEOT

Florence PREUMONT , Corentin GUISGAND , Jordan MOÏSE , Adrien BOXUS

Adeline BLONDIAUX , Jordan GODFROID , Olivia DUBISY , Valentin PIERARD

Marine PIERARD , Julien TESTA , Florence DECROUPET , LOÏC FRAITURE

Mélissa REMY , Jordan LANGE , Jessica DEWIL , Martin DREZE , Alexiane CAPELLE

Gaulthier POCHET , Marjoline DUBOIS , Gauthier GOFFART , Clémence JANSSENS

Antoine VIAENE , Aline VANDEPUT , Hélène BERLEMONT , Odile PESSLEUX , Delphine BRIOT

Daphnée VERKEMPINCXK

Premières communions Sart-Saint-Laurent

Le dimanche 15 juin, 8 enfants de la paroisse ont reçu Jésus pour la première fois

Alison Populaire, Thibaut Falque, Victoria Chaussée, Pauline D'Alcamo, Maxime Massaux, Juliette Jacqmart, Alizée Torrekens et Nathan Collard.

Attention, démarcheurs

On nous signale que des démarcheurs passent chez les particuliers, à Fosses et ailleurs, afin de les solliciter pour acheter une carte de membre des pompiers. Le service Incendie de Fosses tient à signaler qu'il n'est nullement concerné et n'en tire aucun bénéfice. Ils ne doivent donc pas se présenter comme prospectant en faveur de notre service local.

Le Cdt Philippe Scieur

Pèlerinage à Tongres

Un voyage à Tongres est organisé le mardi 15 juillet (avec retour par la Mini-Europe).

Inscriptions et renseignements

Mme François, '071-71.10.65

ou

Mme Gravy, È 0495-34.46.26.

Colombophilie

La Liberté, à Bambois

- Concours du 28 juin sur Gien Vieux:

1. Yvan Bernard

2. 4. Bournonville-Malter

3. R. Goossens

5. 7. B. Finfe

6. M. Denis

1 an

1. 5. Bournonville-Malter

2.3.4.6. R. Goossens

- Concours du 28-6 La Souterraine Vieux

1. 2. 3. 7. 8. 9. 10. Molle-Fallay

4. 5. Ph. Van Wezer

6. E. Debruxelles

1 an

1.3.7.8. Molle-Fallay 2.4.5.6. E. Debruxelles 9.10. M. Testa

- Concours du 28 juin sur Bordeaux

Vieux 1. 2. Bournonville-Malter

1 an

1. 2. G. Duchâteau

3. Bornonville-Malter

- Concours du 29 juin sur Trelon Vieux

1.2.9. Yvan Bernard

3.5.8. Bournonville-Malter

4. J. Deproot

6. 7. B. Finfe

10. R. Goossens

1 an

1. Yvan Bernard

2.5.6. B. Finfe

3. 10. J. Deproot

4. Bournonville-Malter

7. 8. R. un

9. C. Debruxelles

Pigeonneaux

1. 6. O. Lenain

2.3.4. E. Debruxelles

5. 7. M. Denis

8.9.10. Molle-Fallay

Il y a 100 ans

Le « Messager de Fosses » du 13 juillet 1903 parle de la mort imminente du pape Léon XIII et indique la longévité des papes. Le plus âgé est le pape Saint-Agathon, mort en 682 à l'âge de 107 ans, il est suivi par

- Grégoire IX, mort en 1241 à 99 ans

- Célestin III, mort en 1198 à 92 ans

- Grégoire XII, mort en 1417 à 91 ans

- Léon XIII, le pape d'alors, à 93 ans.

Chez les plus jeunes

- Jean Xi, mort en 936 à 30 ans

- Jean XIII, mort en 964 à 26 ans

Le plus long règne fut celui de saint Pierre, de l'an 23 à 68, soit 34 ans 1/2.

Dans son n° du 26 juillet, Le Messager annonce lé décès du pape, avec un encadré noir de la première page.

- Dans ce même numéro, le journal local annonce la grande journée du 26 juillet en l'honneur du glorieux patron saint Feuillen. Dans plusieurs coins de la ville, on voit se dresser des arcs de triomphe recouverts de guirlandes et de drapeaux.

Des trains spéciaux dans les deux sens sont également prévus pour l'aller et le retour des pèlerins.

Nous donnerons, dans notre prochain numéro, des passages du long compte rendu de cette fête qui fut, aux dires du journal, grandiose.

- Un article, on dénonce le danger de l'usage du tabac, d'une autre façon qu'aujourd'hui

« Savez-vous que la nicotine, présente dans le tabac, est un poison tellement énergique qu'à la dose de quelques gouttes il fait périr les animaux les plus robustes. Les fumeurs ont la bouche sèche, la langue chargée, l'haleine mauvaise l'appétit amoindri, les digestions difficiles, les mouvements lents, l'intelligence affaiblie ou abrutie. Parfois, ils sont pris de paralysie locales ou générales, de l'affaiblissement ou de la perte de la vue. Les jeunes fumeurs qui s'adonnent sans mesure à leur passion sont en général pâles maigres, faibles et alourdis. Trop de jeunes s'adonnent aujourd'hui au cigare ou à la pipe (on ne parle pas de cigarette) et cette funeste habitude porte à l'ivrognerie. Par l'irritation qu'elle entretient dans l'arrière-bouche et la sécheresse qui en résulte, elle sollicite à boire, à entrer au cabaret et faire franchir le pas vers l'intempérance. (Aujourd'hui, on insiste davantage sur les maladies vasculaires ou le cancer, ce dont on ne parle pas dans cet article).

- Par contre, dans le n° 49 du 6 décembre 1903, on peut lire un article sur la doyenne du monde, une certaine Mary Mac Donald (Etats-Unis) qui fête ses 133 ans (!?) et attribue sa longévité remarquable à l'usage régulier de la pipe, un vice qu'elle a contracté dès l'âge de raison ; elle fume depuis 126 ans ! (Reste à voir si cet article n'est pas « pondu » par des fabricants de tabac !)

Conseil communal

Ah ! ces finances quel imbroglio !...

Le bourgmestre l'avait annoncé le 16 juin : pour que le CRAC puisse poursuivre le dossier d'éventuels subsides, il fallait au tout début juillet approuver le compte 2002 et une modification budgétaire incluant son résultat dans le budget 2003. Ce qui fut fait ce mardi 1er juillet.

On s'est expliqué, on a insisté, ergoté, lancé chiffres et arguments, mais en se tutoyant et donc, même si finalement chacun restait sur sa position, le débat fut très courtois. Le mayeur a même évoqué les anniversaires de mariage de Mme Rochet (40) et de Laurence Titeux (14). C'est tout dire...

MISE(S) AU POINT

La fois passée, le chef de file du PS, René Brachotte, avait affirmé que le déficit d'Auvelais n'était pas seul responsable du déficit et des difficultés financières actuelles et que la gestion courante y avait sa part. Le bourgmestre tient à faire une mise au point : si on n'avait pas versé les 70 millions pour la clinique l'an passé, le compte se serait clôturé par un boni de plusieurs millions : les chiffres du compte 2002 le démontrent. C'est donc bien cette participation dans le déficit catastrophique d'Auvelais qui met les finances communales en difficulté.

D'autre part, le mayeur refuse aussi les reproches d'une " attitude méprisante " et d'un " manque de collaboration " de la part de la majorité U.D. il affirme n'avoir jamais eu d'attitude méprisante envers quiconque, ni envers les groupes politiques, et en fait de collaboration rappelle que la majorité a laissé au PS deux mandats sur 5 dans les assemblées de la clinique d'Auvelais ; il a admis la collaboration du PS en commission des Finances et reconnu l'aide de la minorité pour des dossiers d'obtention de subsides des ministères. M. Brachotte persiste : ces mandats revenaient au PS ; quant au " mépris ", il ne s'agit pas d'attitude au Conseil communal mais lors de certaines réunions, par exemple envers l'IDEF. Le mayeur admet avoir été ferme envers cet organisme dont on ne parvenait pas à avoir les comptes (ainsi que de Social Plus, subsidié par le CPAS, donc les finances de Fosses) ; mais depuis lors, le dossier a évolué favorablement : on a réinscrit au budget un subside à l'IDEF, renouvelé la convention pour la petite enfance et aussi pour le Contrat Rivières. Une évaluation des travaux réalisés par l'IDEF se fait tous les 6 mois et les échevins assistent régulièrement aux commissions. M. Brachotte admet tout cela mais comme " un volte-face " de l'U.D.

M. Meuter insiste : le PS est associé au Conseil culturel, mais avec en fait peu de participation. Enfin, Ph. Moreau rappelle que chacun doit travailler pour la population, pas pour un parti.

LE COMPTE 2002.

Le Receveur communal M. Lemmens donne les chiffres du compte 2002. Résultats budgétaires d'abord

des droits constatés pour 7.869.750 €, moins non-valeurs et irrécouvrables 44.293 €, soit des recettes nettes de 7.825.457 € ; et des engagements de dépenses pour 8.991.067, soit un mali de 1.165.610. Résultat comptable ensuite : des dépenses engagées (8.991.067 €) il faut déduire 12.766 de dépenses prévues mais non réalisées dans l'année ; le mati comptable est donc de 1.152.843 €.

Et pour le service extraordinaire 2.357.909 € en recettes (droits constatés) et 2.103.398 en dépenses engagées, soit un boni de 254.512 €.

Ces comptes sont admis par 12 oui (U.D. et MR) et 6 abstentions (PS et Mme Rochet) .

Au sujet de l'aide de la région, le bourgmestre reconnaît avoir plus d'une fois brocardé le ministre Charles Michel qui accorde des aides à certaines communes et les refuse à Fosses. L'échevin Meuter est allé rencontrer le ministre et il ressort de cet entretien qu'une aide de 1.653.000 F. était bien prévue mais le ministre Président a reporté ce point à plus tard. Il reste donc un espoir.

AUTRES AFFAIRES FINANCIERES

Le résultat de ce compte 2002 est intégré dans une modification budgétaire de 2003, ainsi que diverses adaptations de chiffres, notamment le résultat de mesures d'économies déjà prises. Cela a pour conséquence que le solde de -2.012.243 € est ramené à -1.512.350. Résultat des premiers efforts d'économies nécessitées par le CRAC (Aides aux communes).

Des bons de commande sont admis : 2.134 € pour un ordinateur avec imprimante pour le Service Population, et pour le Service Incendie du matériel pour l'ambulance (250 €), mobilier de bureau (2.751), porte coupe-feu (1.054) et pompes (4.994).

Le Conseil approuve aussi les comptes 2002 de diverses Fabriques d'églises : Aisemont (excédent de 727 € sur 28.200 de recettes dont une intervention communale de 15.902) ; Le Roux (boni de 596 € sur 21.629 de recettes dont 11.707 de la commune) ; Vitrival (mali de 1.263 € sur 59.954 de recettes dont 13.896 de la commune) et Sart-Eustache (boni de 9.171 € du fait qu'il n'y a toujours pas d'organiste).

CONVENTION

Une convention de collaboration est admise avec l'IMP de Reumonjoie de Malonne qui fabriquera une double grille en fer forgé pour la salle de Haut-Vent et un garde-corps en bordure du ruisseau au hall des Pompiers, tandis que les ouvriers communaux feront un petit travail d'asphaltage et de filets d'eau dans une cour de l'institut malonnois : échange de bons procédés pour valeurs équivalentes.

HABITAT PERMANENT

Plus de 300 personnes sont domiciliées dans des campings de la commune : cet " Habitat permanent " est la conséquence de situations sociales difficiles et la Région Wallonne réagit : en partenariat, la commune organisera un Comité d'Accompagnement composé de représentants du Conseil communal, du CPAS, de l'ALE, des résidents, de la Province, de la Région et un chef de projet. L'échevin Buchet prévoit d'y associer aussi des représentants du Foyer Namurois et de l'Agence Immobilière régionale. Le but est d'améliorer la situation de ces résidents mais surtout de les sortir de ces situations en aidant au relogement salubre et à conditions modestes. La commune doit s'engager à maîtriser les entrées dans cet " Habitat permanent " en camping mais, souligne l'échevin, il faudrait pour cela que l'Etat modifie les critères d'admission : à présent, il impose la domiciliation de personnes installées dans des campings depuis six mois, alors que peut faire la commune ? Quand on pense qu'il y a tant de maisons vides chez nous !... En contrepartie, la Région fournirait des aides à l'installation, au déménagement, à la garantie locative, à la démolition de caravanes insalubres et de nouvelles conditions seraient imposées aux campings. Ce Plan d'action est approuvé.

REGLEMENT DE POLICE

Les règlements de Police varient parfois d'une commune à l'autre, dans des détails, mais il est

indispensable d'uniformiser ce règlement dans toute la Zone (Fosses, Mettet, Floreffe, Profondeville).

Le règlement proposé porte sur l'utilisation de la voie publique, les manifestations, rassemblements ; dangers (chutes d'objets, gel, neige, travaux) ; l'émondage des haies et plantations ; les trottoirs, indications de rues et numérotage des maisons ; les immeubles dangereux ; bouches d'incendie ; la circulation des animaux ; les réunions publiques, fêtes, tirs ; les nomades, mendicité, collectes publiques ; la dégradation des biens publics ; les aires de jeux, étangs, cours d'eau ; l'hygiène publique, propreté de la voirie, fosses d'aisance, fontaines publiques ; et aussi les sanctions prévues.

Ce règlement général peut être consulté (nous en reparlerons sans doute) ; il contient une disposition particulière par exemple pour l'organisation de grosses manifestations comme la Saint-Feuillen. Et le bourgmestre rappelle qu'il est toujours d'application quant aux décibels diffusés par les sonos...

DIVERS

Pour le Service Incendie, le Conseil admet le cahier des charges pour achat d'un compresseur d'air respirable (12.500 €).

Et en urgence il désigne les représentants du Conseil dans l'ASBL de gestion du hall des sports de Sart-Saint-Laurent : pour l'UD : B. Meuter, Et. Drèze et Violetta Prigneaux ; pour le MR : B. Dufrasne et pour le PS

W. Piret. On y ajoutera 6 représentants des clubs sportifs.

A HUIS CLOS

Le Conseil admet l'engagement de M. Vincent Vandy, place du Marché, en stage pour un an comme pompier volontaire et il entérine des décisions du Collège pour des intérims dans les écoles.

Pétanque

Le Pétanque Club de Sart-Saint-Laurent organise ce dimanche 6 juillet son 4e tournoi de la saison. Les inscriptions sont reçues à partir de 13 h et le tirage a lieu à 13 h 45 précises. Concours se fait « à la mêlée », un prix est attribué à chaque joueur.

Rappelons qu'il n'est pas nécessaire de faire partie du club pour participer (sauf pour le challenge des concours). Inscription au concours : 4 euros (carte de membre : 7 euros).

Rendez-vous donc ce dimanche derrière le Hall Omnisports du Sart. Invitation à tous les amateurs.

Dans le décor

Lundi 30 juin, vers 10 h 50, une Opel Corsa, conduite par un habitant de Fosses, roulait rue de Burnot à Sart-Saint-Laurent. Lors du dépassement d'une voiture qui le précédait, il fut surpris par la sortie d'un tracteur qui débouchait d'un chemin forestier. Voulant éviter la collision, il braqua assez brusquement, mais termina sa course dans un champ après avoir effectué quelques tonneaux. Le conducteur ne fut pas blessé mais son véhicule est fortement endommagé. Un constat à l'amiable a été effectué entre les deux parties, avec l'aide des inspecteurs de la zone de police Sambre-et-Meuse. Les assurances, après enquête, détermineront la part de responsabilité de chacune des parties.

 

Keskidi nous propose

(à lire avec humour)

Aidons-nous

La critique est facile, l'art est difficile ; ce n'est pas moi qui l'ai inventé. En politique aussi, on critique facilement et pas toujours dans un esprit constructif. Ce serait plutôt avec l'idée de faire chuter l'autre pour prendre sa place, quitte à ne pas pouvoir faire mieux, mais en toucher les émoluments, ce qui est plus gratifiant. Depuis plus d'un mois, nos futurs ministres planchent sur un plan gouvernemental qui satisfasse tout le monde, ce qui n'est pas triste ! Quant à la répartition des portefeuilles ! Dans un pur souci de critique constructive, je voudrais proposer mon plan de relance économique.

Comment relancer l'économie ? Le problème consiste à faire rentrer un maximum de sous par des ventes à des prix concurrentiels, donc à ce que le produit coûte le moins cher possible quant à son prix de revient. Si l'on s'appuie sur une règle chère à nos pays capitalistes, une chose est sacrée : la

marge bénéficiaire du patronat. Il faut donc s'attaquer à ceux qui n'ont pas la puissance de l'argent, donc au prolétariat. Mais comment réduire de 80% le salaire mensuel d'un travailleur sans provoquer de grève ? Cela monsieur, en agissant sur l'intelligence et cela grâce à quelques arguments choisis.

Les vacances sont catastrophiques pour le moral ; la conclusion est toujours négative et pessimiste. « Il va falloir rentrer, quelle vacherie ! » entendons dire souvent. Grâce à de petits films ou des brochures réalistes, expliquez l'horrible processus de la noyade en mer, ou l'atroce fin des alpinistes amateurs s'écrasant au sol. Insistez sur l'hépatite ou la typhoïde généreusement donnée en prime avec les coquillages, les insolations, les morsures de vipères, les pieds profondément entaillés par les rochers... De plus, faites admettre qu'il faut aller de l'avant, que les congés payés, c'est rétro (et dangereux) et que Ion peut passer de délicieux dimanches dans des endroits calmes, verdoyants, non pollués par le mazout.

Halte au conformisme bourgeois des trois repas par jour. Révolutionnairement, aussi bien que diététiquement, un seul suffit largement, à base de pain et d'eau. Organisez des conférences médicales, que des sommités évoquant les dangers d'une alimentation riche : cholestérol, diabète, urée, infarctus, paralysie, etc. Entreprenez une campagne sur le thème : le Belge est l'être le plus débrouillard au monde et il le prouve dans la vie de tous les jours. Distribuez des brochures (payantes bien sûr, car vous aussi vous êtes débrouillard) où l'on explique comment construire un tabouret avec de vieux cageots, une table originale avec une portière de voiture à la casse, un kayak avec une carcasse de réfrigérateur, un costume trois pièces patelwork avec des chutes de moquette.

Diffusez les idées d'un philosophe à votre solde et grassement payé, analysant la décadence morale que provoque la vénalité et prônant la beauté d'un travail bénévole non dégradé par de sordides considérations matériels. A la limite, vous pouvez même faire, vous-même, une autocritique publique de votre dégoût d'être riche et de l'enfer que vus subissez de l'être toujours d’avantage. Keskidi

Pensée de la semaine

Lorsque vous avez du mal à avaler les mauvaises nouvelles de votre journal, vous avez une mine de papier mâché.

Le saviez-vous ?

Certains animaux vivrent parfois plus vieux que l'homme, mais de ce côté, nous n'avons quand même pas à nous plaindre. Ainsi la

souris et le rat vivent +- 5 ans

l'écureuil et le lapin : 10 ans

les mouton, poule et pigeon: 10 ans

le rouge-gorge : 10 à 12 ans

les singes meurent entre 15 et 20 ans

le chien dépasse rarement 20 ans

la vache peut connaître 20 printemps

le porc va parfois jusque 22 ans

l'oie vit en moyenne 25 ans

le chat peut vivre jusque 30 ans

le cheval, l'âne et le boeuf : 30 ans

l'épervier et le brochet : 40 ans

le pélican et le castor: 50 ans

le renard, le saumon : 60 ans

le lion, crocodile, éléphant: 100 ans

la baleine peut vivre 200 ans et plus.

La presse... revue

par Zorro

- Samedi : « Aucun dopé dans le vélo... » - Plus qu'un scoop, un énorme mensonge!

- Dimanche : « Comment éviter les bouchons » - En buvant de l'eau du robinet, tellement meilleure et moins chère...

- Lundi : « 229 facteurs mordus Par les chiens en 2002 » - L'enquête ne dit pas combien de chiens ont reçu des coups de pied de facteurs mal intentionnés...

- Mardi : « Les Namurois sont nombreux... » - Les Namurois sont lents, mais quand ils sont dedans, mais quand ils sont dedans...

- Mercredi : « Les finances communales s'améliorent » - L'abonné au Messager aura compris qu'il ne s'agit pas d'un article sur notre bonne cité de Fosses...

- Jeudi : « Le coeur s'est remis à battre » - Pas pour tout le monde. Salut, Foé...

- Vendredi : « Le Tour a 100 ans... » - Germaine a eu 100 ans il y a longtemps...

Ballots en feu

Dimanche dernier, vers 17 h 25, la police a été appelée pour constater l'incendie de 7 ballots de foin dans un champ appartenant à M. Massinon, fermier à Floreffe. C'est à la suite d'un feu de broussailles, rue des Quartiers, que le feu s'est propagé aux ballots. Un rapport du constat a été rédigé.

Quarante ans de fidélité à la marche St-Pierre

La Marche Saint-Pierre de Vitrival a 40 ans. Du moins l'actuelle, car on a marché à Vitrival depuis bien plus longtemps : le livre que le secrétaire de la Marche, Guy Duret, vient de sortir pour l'occasion rappelle que les archives de Fosses citent les noms de 28 hommes de Vitrival, portant les armes, qui, en 1700, sont allés (avec ceux de Fosses et des Monts) accueillir le Prince-Evêque de Liège Clément de Bavière. Et, Vitrival étant une des " mairies " de Fosses, il est très vraisemblable que des habitants participaient régulièrement aux processions en l'honneur de saint Feuillen des siècles auparavant et on retrouve trace de participations aux " St-Feuillen " de 1751, 1770 et 1789.

Les " Marches " furent interrompues avec la révolution française, puis reprises en 1816 et précisément avec des uniformes de cette époque française. Mais en 1907, la Marche de Vitrival fut dissoute à la suite de dissensions politiques locales. II y eut bien une tentative de reformation en 1914, mais la guerre vint l'interrompre.

Et ce n'est qu'en 1963 que Vitrival reprit la tradition ancestrale : présents à l'assemblée de l'Association des Marches d'Entre-Sambre-et-Meuse à Fosses, le 6 avril, M. André Spineux, bourgmestre, et Gabriel Clocheret, président du S.I., décidèrent de relancer une Marche en l'honneur de saint Pierre. Ce fut officialisé à l'Administration communale le 29 juin et la première sortie eut lieu le 30 juin : exactement les mêmes dates que ce 40e anniversaire. Nous reparlerons de ce beau livre, intitulé " Vitrival : Marche Saint-Pierre 1963-2003 " et abondamment illustré. Avant de participer à la St-Feuillen de cette année-là, la Marche alla honorer M. Joseph Nihoul fêtant son centenaire.

Pour marquer ce 40e anniversaire, outre ce livre relatant les 40 sorties locales (et d'autres...), un concert exceptionnel fut donné par la Fanfare d'Hanzinne, en uniformes.

UNE CHAUDE SORTIE

Le soleil était déjà au rendez-vous dès le rappel des tambours à 6 h du matin. Le drapeau fut solennellement confié à l'officier Guy Prinsen, puis la Marche prit le chemin de l'église pour la messe en l'honneur de saint Pierre, célébrée par M. le curé Saint-Hubert, qui avait l'an passé offert une belle statue du patron de la paroisse. Puis ce fut la procession, digne et chaudement ensoleillée, avec ses salves d'honneur aux chapelles. Et enfin le bivouac, un repos bien venu.

A 14 heures 30, sous le chapiteau dressé à côté du local, le Président Willy Iperciel a remercié de leur présence M. le curé, le bourgmestre B. Spineux, le conseiller provincial G. Sarto, les échevins Titeux et Buchet, les conseillers communaux et salué ses amis marcheurs. II a rappelé cet-

te relance de la Marche en 1963, évoqué les grandes marches à Waterloo et à Paris, regretté la perte, voici quelques semaines à peine, du fondateur Gabriel Clocheret, et des autres disparus, dont Valère Demanet et Georges Colinet, co-fondateurs. Il remercia le secrétaire pour ce beau livre, fruit de deux années de recherches et de collecte de photos, évoquant tant de souvenirs. Enfin, le comité a décidé qu'à partir de cette année une médaille serait remise aux marcheurs comptant 5 années et multiples. Enfin, il remercia les autorités, les délégations et tous les bénévoles qui permettent la grandeur de cette Marche Saint-Pierre.

Ce fut alors, après la sonnerie " au drapeau " par la batterie, la longue série de distribution de médailles

aux autorités, avec notamment André Sainthuile, de l'Association des Marches E.S.M., aux drapeaux des délégations présentes : Sart-Saint-Laurent, Nèvremont, Le Roux, Aisemont, Bataillon d'Austerlitz, Grenadiers de Fosses, Congolais, Mamelucks et Zouaves, Bambois, Sart-Eustache. Puis aux membres de l'état-major de Vitrival et aux responsables de chaque compagnie : Sapeurs, Vivandières, Gendarmes, Lanciers, Batterie et Grenadiers avec leur canon " Le Corse ". Ensuite, les médailles d'ancienneté : 47 pour 5 ans ; 14 pour 10 ans ; 15 pour 15 ans, 8 pour 20 ; 11 pour 25 ; et 2 pour 30, 35 et 40 ans : les anciens Robert Delobbe et Michel Foulon ; avec une mention à titre honorifique pour Franz Hennaut, qui fut du comité fondateur de 1963, secrétaire près de 15 ans, capitaine des Grenadiers ; il compte plus de 35 participations et était revenu du Midi de la France où il réside maintenant. Et aussi Paulette Jacqmain, qui fut la première (et unique) cantinière des débuts et qui avait remis son uniforme pour la circonstance.

Enfin, le cortège se reforma avec ses quelque 250 participants, défilant fièrement sous la canicule dans les rues du village, avec les arrêts prévus notamment un imposant bataillon carré à la pâture Bernard et, vers 20 heures, une prestigieuse rentrée solennelle de la statue à l'église, suivie du traditionnel feu de file devant une assistance considérable de plus de 200 personnes.

Les salves nombreuses, avec leurs nuages de fumée, les roulements rythmés de la batterie, la prestance des marcheurs ont ainsi honoré dignement saint Pierre, patron de la paroisse et de la Marche vitrivaloise, pour ce 40e anniversaire.

Les décorés

- A titre honorifique

Franz Hennaut (fondateur en 1963)

Paulette Jacqmain (1re cantinière)

- Pour 40 ans de marche

Robert Delobe (Etat-Major) 40 ans

Michel Foulon (grenadier) 40 ans

- Pour 35 ans

Philippe Spineux gendarme) 39 ans

Fabienne Fenoir (Saucier) 35 ans

- Pour 30 ans

Philippe Larivière (Etat-Major) 31 ans

Jean Gorlier (sapeur) 30 ans

- Pour 25 ans

Georges Louis (trésorier) 27 ans Alb. Jacquemart (Etat-Major) 26 ans Vincent Calande (gendarme) 26 ans Laurent Calande (batterie) 26 ans Pascal Jacquemart (grenadier) 26 ans J.-Claude Wlmot (grenadier) 26 ans Claude Lejeune (sapeur) 25 ans Roland Demeure (gendarme) 25 ans Henri-Ph. Maudoux (gendarme) 25 ans Willy Ipercielle (gendarme) 25 ans Albert Kaisin (grenadier) 25 ans Joseph Paquet (grenadier) 25 ans

- Pour 20 ans

Anne Calande (batterie) 24 ans Christian Lambert (grenadier) 24 ans Clément Godefroid (grenadier) 23 ans Sylvia Calande (sapeur) 21 ans Yvan Lejeune (Etat-Major) 20 ans Dany Jacqmain (lancier) 20 ans Benoît Kaisin (grenadier) 20 ans J.-Marie Marique (grenadier) 20 ans Thomas Denis (gendarme) 20 ans

- Pour 15 ans

Guy Prinsen (Etat-Major) 19 ans Jéremy Prinsen (sapeur) 19 ans Sabrina Marique (vivandière) 19 ans Francis Delvaux (gendarme) 19 ans Raymond Migeot (gendarme) 19 ans Femand Jacqmain (lancier) 19 ans Marc Jacqmain (lancier) 19 ans Marco Di Diacomantonio (batt.) 18 Jonathan Meurisse (batterie) 18 ans Nicolas Delobe (grenadier) 18 ans Aurélie Kaisin (grenadier) 18 ans Vincent Vranken (batterie) 17 ans Jonathan Larivière (gend.) 17 ans Valery Colin (batterie) 15 ans

- Pour 10 ans

Frédéric Maudoux (gend.) 13 ans M.-Céline Spineux (gend.) 13 ans Didier Moens (batterie) 13 ans Bernard Vermaut (batterie) 13 ans Mikaël Warnant (batterie) 13 ans Eddy VanNieuwenhoven (sap.) 11 Pascal Maudoux (gend.) 11 ans Olivier Pihot (gendarme) 11 ans Fedéric VanNieuwenhoven (sap.) 10 Michaël Daffe (lancier) 10 ans Fabian Dumont (lancier) 10 ans Pascal Mazuin (lancier) 10 ans

Fabrice Voiturn (lancier) 10 ans Jean-Marc Poels (sapeur) 10 ans

- Pour 5 ans

Emm. Sainthuile (Etat-Major) 9 ans Yoline Maudoux (Etat-Major) 9 ans Thomas Demeure (grenadier) 9 ans Charlotte Denis (gendarme) 9 ans Aurélie Brogniez (lancier) 9 ans Nathalie Detilleux (batterie) 9 ans David Lecomte (batterie) 9 ans Guy Duret (Etat-Major) 8 ans Marc Daubleu (sapeur) 8 ans Grégoire Mathieu (sapeur) 8 ans Cindy Poels (sapeur) 8 ans Grégory Poels (sapeur) 8 ans Alain Waterplas (sapeur) 8 ans Mireille Dupire (vivandière) 8 ans Viviane Ipercielle (vivandière) 8 ans Brigitte Taxhet (vivandière) 8 ans Aline Bernard (gendarme) 8 ans M.-France Dupire (gendarme) 8 ans J.-François Kaisin (gendarme) 8 ans Gaëtan Picavet (gendarme) 8 ans Emmanuelle Duret (batterie) 8 ans Martine Lefèbvre (déléguée) 8 ans Thierry Lefèbvre (grenadier) 8 ans Florine Prinssen (vivandière) 8 ans Pascal Lambert (gendarme) 7 ans Jean Colot (gendarme) 7 ans Alfred Delande (grenadier) 7 ans Danielle Delande (vivandière) 7 ans Adan Hermans (sapeur) 6 ans Alain Hermans (sapeur) 6 ans Lucas Mathieu (sapeur) 6 ans Thierry VanNieuwenhoven (sap.) 6 Martine Beekmans (vivandière) 6 ans Arlette Berghmans (vivandière) 6 ans Béatrice Delande (vivandière) 6 ans Cathy Duret (vivandière) 5 ans Lionel Moray (gendarme) 5 ans Martine Mignon(Duret) (vivand.) 5 ans Françoise Toupet (vivandière) 5 ans Vincent Kaisin (gandarme) 5 ans Samuel Dirick (sapeur) 5 ans Gaëtan De Bilderling (gend.) 5 ans Frank De Schrijver (grenadier) 5 ans Kathy De Schrijver (grenadier) 5 ans Angélique Farcy (grenadier) 5 ans Henri Genot (grenadier) 5 ans