N°23   06 juin 2003

Fêtes médiévales les 14 et 15juin

Oyez, oyez, bonnes gens ...

Faites couler l'Hypocras !

Dressez les tables

Appelez les troubadours !

Faites venir le jongleur !

Que résonnent trompettes, hautbois et tambourins :

Durant deux jours, nous vous ferons remonter le temps...

Retrouvez le fracas des armes, le galop des chevaux, les accords mélodieux des ménestrels, plongez-vous dans la foule joyeuse d’un marché artisanal, découvrez la richesse des costumes de l'époque, et savourez les mets et les breuvages de nos ancêtres.

Gentilshommes, baladins, riches marchands et nobles dames vous donnent rendez-vous sur les terres de

LA FERME DE LA MARLAGNE à SART-SAINT-LAURENT

ces samedi 14 et dimanche 15 juin.

Un monde fantastique et magique vous attend pour un nouveau voyage vers un autre temps...

SAMEDI 14 JUIN 2003

Festival de musique médiévale

Entrée : 8 € Prévente : 6 €

Gratuit pour les - de 12 ans

14 h : OUVERTURE PAR LES MÉNESTRELS DE MORDINI

Présents depuis la première édition de nos Fêtes médiévales, les Ménestrels de Mordini sont devenus, depuis cette année, partenaires à part entière, dans l'organisation de nos Fêtes Médiévales. C'est aussi grâce à eux que nous avons pu organiser pour lia première fois, un Festival de musique traditionnelle du Moyen Age ce samedi 14 juin 2003.

Spécialistes d'une musique ancestrale qui nous ramène au temps des ménestrels, troubadours, trouvères, les Ménestrels de Mordini nous invitent à retrouver nos racines aux sons de musiques médiévales et de chants interprétés en langue d'oc, oil, latin, galicien etc... Cet ensemble a été créé en 1990, à l'initiative de Gero Immordino, rejoint ensuite par ses deux frères, Joaehim et Salvatore. Leur objectif étant de

faire résonner la musique des troubadours, trouvères et Minnesängers, ils se consacrent à un long labeur de reconstitution (notations et paroles), d'après les documents d'époque, en vue d'offrir les arrangements les plus plausibles et, bien sûr, dans la langue originale, oc, oïl, latin ou encore galicien.

15 h : LA COMPAGNIE « TRIVELIN »

Attert, Belgique Pour que revive l'époque merveilleuse des troubadours, les musiciens de Trivelin s'adonnent aux joies des musiques, chants et danses de l'époque médiévale. Le temps d'une fête, ils se mêlent aux comédiens, jongleurs et cracheurs de feu. Ils s'émerveillent des fabliaux, des combats, des bals et du chant des trouvères.

La musique du Moyen Age pourrait globalement être qualifiée de musique sans estrade. Il convient de souligner qu'elle est antérieure à notre conception de concert public. Au Moyen Age, tous faisaient partie du même public. Le Moyen Age est loin de nous à bien des égards, mais il nous charme encore si nous savons en deviner l'âme et y retrouver, derrière certaines naïvetés d'expression, des sentiments éternellement humains et la naissance de toutes nos traditions.

Les instruments utilisés : la vièle à archet, la vielle à roue, la cornemuse, le nyckelharpa (version suédoise de la vièle à archet), bombarde, flûtes, hautbois,...

16 h : LA COMPAGNIE « DU TORDION » et « PAS D'LA YAUT »

Quevaucamp, Belgique

La Compagnie du Tordion est née en avril 2000 au sein d'une association plus vaste appelée « Pas d'La Yaut », qui rassemble plusieurs autres groupes ayant pour objectif de sauvegarder danses et musiques populaires de Wallonie. Que ce soit en un point fixe, ou en déambulant, ils montrant au public ce que pouvait être la danse au Moyen Age, mais surtout ils l'invitent à s'essayer à diverses formes de branles, pavane ou gavotte. Leurs musiciens ont plus d'une note dans leurs instruments et leurs danseurs plus d'un pas dans leurs jambes... ! Instruments utilisés

cornemuses, vièles à roue, cromornes, flûtes, percussions...

17 h : LA COMPAGNIE « YSENGRIMUS » - HAUT-KOENIGS-BOURG - France

La COMPAGNIE « LES PIEDS GAUCHES » -Suisse

Les Pieds Gauches et Ysengrimus ressuscitent le répertoire des danses et musiques médiévales. Chalémies, bombardes, flageoles et autres flûtes, luth et cistres, de la Compagnie Ysengrimus, enchaînent sans répit les danses de l'ours, bransle d'Ecosse et autres pavanes ou rondes que nous invitent à découvrir les danseurs des Pieds Gauches. Ces deux formations font la paire et semblent inséparables puisqu'ils se produisent très régulièrement au Château du Haut-Koenigsbourg, en Alsace et partout en France ou en Suisse.

Plus de 400 ans après sa mort, Thoinot Arbeau, le compositeur français du 16ème siècle fait encore danser ! Cet homme avait eu le génie de conserver la mémoire des danses et musiques médiévales en consignant par écrit les mélodies, pas et figures de son temps. Authenticité, c'est le maître mot de ces Suisses et Français qui ressuscitent, pour notre plus grand plaisir, branle des bouffons et autres farandoles.. Et si le coeur vous en dit, il est bien entendu possible d'accompagner ces danseurs dans leur démonstration.

Instruments utilisés : chalémies, bombardes, flageoles, flûtes, luth, cistres, cornemuses, percussions,...

DIMANCHE 15 JUIN 2003

Entrée: 3 Gratuit pour les moins de 12 ans

ANIMATIONS MÉDIÉVALES

de 11 h à 18 h, avec,

Dans la cour de la ferme

RECONSTITUTION D'UN MARCHÉ ARTISANAL

avec enlumineur, boulanger, chapeaux des dames de la cour ou bijoux ancestraux... et bien d'autres étals encore... Animation musicale par les Ménestrels de Mordini.

Jongleries et bouffonneries de GEBO à travers tout le site.

Dans le pré jouxtant la grange

Tentes et échoppes du campement de la Compagnie des Brumes, avec artisans au travail, combats à l'épée des chevaliers en armes et quotidien d'une lance en campagne. Joutes à cheval par les cavaliers des Ecuries du Grand Royal

Combats en armes par La Compagnie du Dragon Rouge et démonstration du fonctionnement d'un trébuchet

Dans la grange bar et restauration : repas médiéval avec jambon braisé, potée et Hypocras

Jongleries et bouffonneries de GEBO à travers tout le site

Démonstration de Fauconnerie par UGO

Le Centre Culturel, l'Administration Communale, Les Ménestrels de Mordini, La Compagnie des Brumes, Korga Evénements (JG Derminne), le Syndicat d'Initiative, Monsieur et Madame Swennen (propriétaires de la ferme de la Marlagne) participent à l'organisation de ce week-end médiéval.

A propos de la rue Sinton

L'administration communale a prévu la réfection de la rue Sinton dans la partie la plus endommagée. La somme était prévue au budget 2002 et l'entreprise adjudicataire a été désignée depuis octobre 2002.

Entre-temps, l'INASEP (distribution d'eau) nous a averti que des travaux de renforcement des canalisations

d'eau allaient être effectuées dans le courant de I"année 2003. Les travaux répondent à une demande des riverains. Aussi, pour ne pas effectuer deux fois le travail l'Administration communale attend que les travaux de l'INASEP soient terminés pour réaliser les siens. Nous demandons donc aux riverains un peu de patience supplémentaire. Le bourgmestre

Perte de chargement

Le samedi 31 mai, vers 12 heures, route de Mettet, à hauteur du camping Les Viviers, un camion a perdu son chargement de graviers qui s'est étalé sur toute la largeur de la route et sur une distance d'environ 500 mètres. Les pompiers de Fosses ont été appelés pour effectuer le déblaiement de ces graviers qui entravaient le passage des véhicules. La police de Fosses s'est aussi rendue sur place pour effectuer le constat et régler la circulation.

St-Vincent-de-Paul

Pour mener à bien notre oeuvre, nous avons besoin de votre aide.

Notre n° de cpte local : 088-2191652-29. Grand merci.

Pollution

Mercredi 28 mai, les pompiers de Fosses ont été appelés vers 16 h 20, suite à une pollution de la Biesme dans la traversée de la ville. Du mazout recouvrait le ruisseau.

Fost-Plus

Le passage du camion pour enlever les PMC (sacs bleus) a lieu le mercredi 11 juin, pour toutes les sections de l'entité.

Musique médiévale

Une exposition relatant l'histoire de la musique médiévale se tiendra à la Maison de la Culture et du Tourisme de Fosses du 6 au 26 juin. Le vernissage a lieu ce jeudi à 19 h 30.

Venue de tous les temps, la musique n'a pas d'âge. Venue d'un autre âge, la musique médiévale nous raconte une histoire, elle nous parle, nous dit d'où l'on vient, qui l'on est, précise nos racines, affine notre sensibilité, éveille notre spiritualité.

C'est pourquoi un projet pédagogique a vu le jour pour tous les enfants des classes des 5e et 6e primaires des écoles de l'entité, dès la rentrée scolaire de septembre 2002, projet portant sur la musique du Moyen Age, les instruments de l'époque, les différents genres de musique...

Ce projet a tout de suite suscité un grand intérêt et le fruit des travaux des enfants fut exposé lors du concert de musique médiévale en octobre 2002 et regroupé dans un livret qui était remis à l'entrée du concert.

Mais leur travail ne se clôture pas à ce concert : en effet, leurs travaux sont réunis dans une exposition sur le thème de la Musique médiévale, avec de véritables instruments anciens gracieusement prêtés par les Ménestrels de Mordini et le luthier Jaak De Vuyst.

Cette exposition sera donc ouverte jusqu'au 26 juin ; en semaine de 9 à 16 h ; le week-end, de 10 à 17 h.

Contacts : Br. Romain, ' 071 71.46.24.

Marche du Lac

Le Footing Club Fossois organise le mardi 10 juin, une marche sur les distances au choix, de 5, 15 ou 20 km avec départs de la salle L'Hautventoise, entre 11 et 19 h.

C'est la seconde année que le Footing Club fossois organise une marche en semaine, dénommée marche de l'après-midi, pour permettre une activité aux personnes qui peuvent se libérer, notamment les seniors. De plus en plus, les clubs de marche organisent ainsi des marches en semaine. Les circuits permettront de découvrir la région de St-Gérard et Mettet. De plus, l'entrée au lac de Bambois sera gratuite pour les participants. Notons aussi que si les chiens sont admis pour accompagner leur maître marcheur, l'entrée des chiens au site du lac de Bambois n'est pas autorisé.

Fabian au Festival équestre

Fabian Van Ryssel, présentera ses deux étalons au Deuxième Festival équestre, qui se déroulera à la Citadelle de Namur : « Sysko du Point d'Arrêt » et le petit nouveau : « Magouille du Point d'Arrêt »

- le samedi 7 juin, à 14 h 30

- le dimanche 8 juin, à 9 h 30.

Pour rappel, Fabian prépare un spectacle Son et Lumière au camping Le Pachy à Bambois (chez M. et Mme Delvaux) et aussi un concert de « Beverly Pill ». L'organisation du spectacle sera confiée au comité des Débridés de Bambois, à une date qui sera communiquée.

Pour le comité des Débridés, le secrétaire: P. Collard

Les costumes des marcheurs

Il y a gille et gille diront les spécialistes. Mais ce qui unit tous les gilles, c'est le lion belge, que l'on retrouve sur leurs costumes, partout où on les voit danser.

Ce n'est pas le cas des marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse, hybrides, tantôt avec des costumes belges ou des costumes de l'époque napoléonienne. Et c'est ici que le bât blesse. Ainsi, qui portait dans nos marches le costume hitlérien ? Personne. Mais que portent donc les hussards, les grenadiers du Premier Empire ? Tout simplement les costumes de l'occupant français il y a deux cents ans.

Une bonne partie de nos compagnies de marcheurs sont une preuve de la mémoire courte des hommes.

Voilà pourquoi, suivant l'exemple des gilles, il est préférable que nous, marcheurs, portions les costumes bien belges, ceux dits erronément du Second Empire, en fait ceux que portaient nos soldats dans l'armée belgo-hollandaise d'abord et ensuite dans l'armée belge.

Sinon, bientôt défileront des marcheurs en chemise brune, faute de nous avoir appris à l'école notre véritable Histoire.

Johan Viroux, marcheur

On nous écrit

Pourquoi cette agressivité ?

Fosses-la-Ville, jolie petite ville où il fait bon vivre... Où l'on dit aussi parfois qu'il n'y a jamais rien... ou bien, quand il y a... Que les Fossois ne mettent même pas le nez dehors !

Samedi 17 mai 2003, mon mari et moi-même allons faire un tour sur la place du Marché. Très jolie et bien fleurie (n.d.l.r. : on y fêtait le centenaire du Cercle horticole).

Un Monsieur vient vers nous et remet un billet de tombola à mon époux et un pour moi en disant « le tirage va bientôt avoir lieu » (tout le monde gagne). Plusieurs autres personnes reçoivent aussi un billet de tombola...

Voici venu le moment du tirage : le premier billet tiré, c'est mon époux qui gagne « Une entrée à Chevetogne ». Le deuxième billet, en principe, c'est moi qui gagne. Mais un monsieur rétorque à celui qui a distribué les billets : « Comment cela se fait-il ? ». Il lui répond : « ils sont arrivés ensemble sur la place! ».Le tirage continue... 3e billet... 4e billet... Mais je n'ai toujours pas reçu mon lot ! Sur ce, je lui dit : Et moi ? II me regarde, se dirige vers une table et me dit « en marmonnant » : je vais te donner une sucette, ainsi tu vas te taire !!! Et il revient vers moi avec une agressivité sans pareille, me tend une enveloppe avec une entrée pour le Domaine d'Helecine, et rétorque

« Tiens, le voilà, mais de toute façon, tu n'iras pas ».

Pourquoi me parler sur ce ton, alors que juste après, deux personnes arrivées ensemble gagnent deux fois consécutivement et on ne dit rien ! Quelle mentalité ! Pourquoi deux poids deux mesures...

L'envie de vider mon sac pour expliquer ma colère à l'égard de cet homme agressif et impoli. Où allons-nous ? Dans quel monde vivons nous à l'heure actuelle ?

B. D.

Interventions des pompiers

Très peu d'interventions au cours de la dernière quinzaine.

Le 21 : appel des pompiers pour un nettoyage de route près du rond point du séminaire de Floreffe, suite à un accident.

Le 23 : appel des pompiers et de l'ambulance, suite à un accident aux carrières d'Aisemont : un camion dévale dans un ravin (relaté dans notre édition de la semaine passée).

Le 24 : appel des pompiers pour bâcher une toiture, chaussée de Namur 75, à Sart-Saint-Laurent.

Le 26 : appel des pompiers pour début d'incendie dans un divan entreposé dans un hangar, à l'ancien musée des vieux métiers, chaussée de Namur à Fosses (Cheslon).

Le 28 : pollution de mazout dans la Biesme (voir chronique ci-contre).

Le 31 : pompiers pour un nettoyage de la chaussée, route de Mettet.

Le 2 : appel des pompiers pour un pompage aux Ets BPMN à Floriffoux.

Le 3 : appel de l'ambulance suite à l'embardée d'une voiture, route Royale à Buzot : voulant éviter un garçon qui traversait la route, une voiture a fait un écart et s'est retrouvée dans le décor.

Pensons à nos aînés

Ils et elles fêteront leur anniversaire au cours du mois de juin.

Le 6 : Charles Berwart, Ch. Namur, Sart-St-Laur. 82 ans

Le 10 : Maurice Goffaux, Ferme de Wimbosteck, Sart-Saint-Laurent 96 ans

(doyen d'âge de l'entité)

Le 10 : Augusta Godefroid, Rue Sainte-Brigide 88 ans

Le 10 : Abel Cypers, Route de St-Gérard 80 ans

Le 11 : Michaël Tschmil, rue de la station, Aisemont 82 ans

Le 12 : Emma Doucet, Home Dejaifve 88 ans

Le 12 : Rose Larivière, Home Dejaifve 81 ans

Le 14 : Marie-Louise Caudron, Home Dejaifve 89 ans

Le 15 : Léopold Matelart, Ch. Charleroi, Le Roux 88 ans

Le 15 : Hélène Michel, Rue Saint-Roch, Fosses 90 ans

Le 15 : Elisa Nulens, Home Dejaifve 81 ans

Le 15 : Marie-Louise Parmentier, route de Tamines 81 ans

Le 16 : Irma Penet, Av. Albert 1er 82 ans

Le 18 : René Gillain, Rue du Fays, Aisemont 83 ans

Le 18 : Marguerite Jassogne, Rue des TronceS, Vitrival 81 ans

Le 19 : Abel Hoyas, Try-al-Hutte 82 ans

Le 19 : Renée Galand, Rue St-Pierre, Vitrival 80 ans

Le 20 : Robert Molitor, Rue du Sartia, Sart-Eust. 83 ans

Le 21 : Adeline Blavier, Av. Champ Stoné, Fosses 91 ans

Le 21 : Augustine Molle, Rue Stierlinsart, Bambois 83 ans

Le 22 : Jules Patris, Rue des Tronces, Vitrival 82 ans

Le 22 : Reine Michel, Rue du Bout, Vitrival 84 ans

Le 23 : Gustave Batardy, Ch. Charleroi, Le Roux 85 ans

Le 26 : Camilla Defosse, Home Dejaifve 93 ans

Le 27 : Marie-Louise Remacle, Rue du Potage, Aisemont 81 ans

Le 27 : Louise Wilmet,Rue de Névremont 82 ans

Le 27 : Joséphine Parent, Rue Jean Dor, Vitrival 85 ans

Le 28 : Madeleine Warnier, Route de St-Gérard 84 ans

Le 29 : Yvonne Leloup, Home Dejaifve 89 ans

Le 29 : Jeanne Drèze, Home Dejaifve 82 ans

Au Cercle horticole

Remerciements

Le faste du centenaire du Cercle royal d'Horticulture de Fosses-la-Ville est terminé ; c'est le moment des remerciements. Le Cercle remercie

Le collège des bourgmestre et échevins et la concierge ; M. le doyen, le Centre culturel de l'entité, Le Messager, le groupe Sud-Presse, Vers l'Avenir (M. Chr. Masset) ; MM. M. Thibaut, E. Kruchten, CI. Hougardy, J. Hostenbock, les guides composteurs, les Ets Debuisson A., les Ets Blondiaux, les Ets VW Mazuin et fils, MM. R. Daloze, M. Moray et les firmes sponsors.

II nous est demandé de reproduire le discours prononcé par le délégué du Cercle, lors de la bénédiction du drapeau le 25 mai dernier.

Monsieur le Doyen, Monsieur le Bourgmestre, Monsieur le Président de la Régionale d'Horticulture de Namur, Les chers membres du Cercle royal Horticole de Fosses-la-Ville (1903-2003),

Mes chers frères et soeurs dans le Christ,

Peu de pays peuvent s'enorgueillir, comme la Belgique, de posséder un nombre aussi élevé de praticiens qui, par une volonté de fer et un travail acharne, ont pris place parmi les horticulteurs intellectuels, soucieux des exigences toujours croissantes du consommateur, désireux d'accorder sa saveur aux produits nationaux qui peuvent rivaliser avec les produits exotiques sous le rapport de la qualité.

La connaissance est d'une importance capitale au moment où l'amateur et le professionnel vont faire l'achat de sujets et procéder à la plantation.

Les conférences et démonstrations sont d'une importance capitale, car elles sont faites par des conférenciers qualifiés et expérimentés qui s'y mettent de tout coeur.

L'objet de l'horticulture est très vaste, d'où le profit qu'on peut retirer d'un jardin de quelques ares.

Monsieur est rentré de l'atelier ou du bureau; sa grande joie est de consacrer ses loisirs à la culture de beaux légumes et de fruits savoureux qui donneront à la famille joie et santé, sans compter la part importante que tout cela représente dans le budget familial.

Avec amour, il perfectionne chaque année ses cultures florales. Le jardin et la maison ont un aspect riant toute l'année.

Madame contribue à la construction de ce bel édifice qu'on appel le bonheur ; car il ne suffit pas de cultiver. Par le travail diligent de la ménagère, ces légumes sont transformés en excellentes soupes et plats appétissants.

Qu'il me soit permis d'attirer ici l'attention des parents sur le rôle u'ils ont à exercer dans ce domaine, pour la bonne éducation de leurs jeunes gens et jeunes filles. Leur inculquer le goût de l'horticulture, les associer à leur travail respectif dès le jeune âge, n'est-ce pas leur préparer une existence assurée et heureuse, parce que plus de confort, de vie simple et saine, plus de beauté.

Dans le vaste domaine de l'horticulture où tout vit, se nourrit et se reproduit, il est important de se familiariser avec les principes de la science qui régissent le règne végétal, sans vouloir le modifier.

Les résultats des travaux exécutés en jardinage sont intimement liés aux soins apportés dans leur exécution. C'est ainsi que pour s'assurer un bon rendement en culture maraîchère, les travaux préliminaires doivent être exécutés quand l'état du sol le permet ou l'exige et les engrais appliqués intelligemment. Il en est de même pour la pratique des semis, des plantations et des opérations culturales. Pour obtenir des fruits sains, abondants et de bonne qualité, il faut savoir tailler, élaguer avec science et accorder aux arbres les soins d'hygiène et de fumure exigés par leur état de végétation. Quant aux fleurs, elles sauront nous récompenser largement des quelques petits travaux supplémentaires que nous nous imposerons pour les obtenir.

Ce retour à la terre nourricière, les plus sensibles d'entre nous l'ont préparé dans nos esprits et dans nos coeurs.

Conseil communal

(suite)

Au CPAS

Après approbation d'une modification interne au budget 2003 du CPAS (des dépenses et recettes en plus et en moins s'équilibrant à 33.295 €, ne modifiant donc pas le résultat final) et à l'extraordinaire le report en fonds de réserve d'un boni de 467 €, on examine le Plan de gestion demandé aussi au CPAS et ce sera l'occasion d'un assez violent réquisitoire sur la gestion du président (devenu minoritaire mais "qui n'en touche pas une"). De l'avis du fonctionnaire du CRAC, pourtant bien marqué à gauche, le CPAS de Fosses c'est " une grosse tire-lire ", une mine d'or où on distribue à qui en veut. L'intervention communale (descendue à 30 millions d'anciens francs, soit 2.900 par habitant) est encore au-dessus de la moyenne nationale, estime le bourgmestre. Un Plan de gestion a été approuvé le 15 mai par 5 oui (UD-MR apparemment) contre 1 non et 3 abstentions. Il prévoit des regroupements de marchés, des assurances, la limitation des abonnements; le non-engagement d'une assistante sociale supplémentaire ; la suppression des aides en combustible (" certains revendent leur mazout " dit-on) et de certaines aides en nature. M. Brachotte s'insurge contre cette suppression des aides en combustible, mais un échevin lui rétorque qu'il y a des abus à côté de besoins réels. B. Spineux poursuit sa critique du Président et B. Meuter regrette que " les autres " soient obligés de faire la besogne à sa place: il y a un manque manifeste de politique volontariste et, par exemple, de concertation avec la Croix-Rouge et Saint-Vincent de Paul, qui aident aussi les cas nécessiteux (mais M. Denis invoque le secret imposé aux membres du CPAS).

Bref, il faudra aussi prendre des mesures d'économies. En temps également: il n'est sans doute pas nécessaire, estime le bourgmestre, que toutes les assistantes sociales assistent à l'entièreté des réunions; elles pourraient retrouver du temps pour approfondir les enquêtes sociales et éviter les abus.

Approuvé, de même que le compte 2002 du CPAS: avec 1.769.927 € de droits constatés (recettes) et 1.707.204 de dépenses engagées, cela donne un boni de 49.104 €. A l'extraordinaire, 653 en recettes et 86 en dépenses, soit un boni de 467 € qui seront versés dans un fonds de réserve.

Enfin, une convention est conclue avec le CPAS pour, en cas de besoin, des avances de trésorerie de part et d'autre.

Les Intercommunales

Une série d'intercommunales présentent leurs assemblées générales avec rapports d'activités, comptes, décharges aux administrateurs et désignations statutaires : la SMAP (assurances), INASEP (distribution d'eau,

études de travaux, égouts); AITI (entretien des avaloirs) ; IDEFIN (études électriques) ; IDEG (éclairage public) ; INATEL (télédistribution) ; Holding communal ; BEP (Bureau Economique: études) ; SIAEN (affaires économiques).

Travaux et Patrimoine

L'ASBL "ASTRID", destinée à uniformiser les réseaux de communication des services de Sécurité (Pompiers, ambulance, Police, Protection civile) demande à louer une parcelle de terrain communal à côté du cimetière de Bambois pour installer un pylône et une station d'émission-réception : le loyer serait de 3.000 € par an. Le bourgmestre explique encore un autre type de dysfonctionnement : lors d'un accident, le policier qui règle la circulation n'est pas sur le même réseau de communication que le service ambulance ou Pompiers. Cette organisation ASTRID uniformisera le tout.

Pour les travaux de réfection de la rue de l'Ermitage à Sart-Eustache, un " coordinateur de chantier " doit désormais être désigné : il coûtera 5.437 € dans l'emprunt de 200.000 € prévu pour ces travaux.

Une convention est prise entre la commune et l'ASBL " Initiative Nature ", de Floreffe, pour assurer l'animation dans les classes gardiennes lors des réunions de concertation. Coût: 212 €.

Dernier avenant dans les travaux de l'école d'Aisemont : suppléments de 1.601 € pour un bac à sable et 13.063 euros pour rectification et vérification des égouts.

Enfin, le Conseil ratifie les mesures de Police prises en urgence par le bourgmestre pour travaux, déménagements, enterrement, Tir aux clays, Laetare, Télévie, Jogging, Marche de Bambois, etc.

En urgence

Le Conseil admet un bon de commande (771 €) pour 2 TV, 3 radios (après un vol) et un percolateur, pour les écoles. Pour la Plaine de vacances, l'échevin Meuter explique qu'il est très difficile de trouver des moniteurs diplômés et agréés : l'ancienne équipe arrive en âge de travail et ne se représente plus. II a pu conclure un contrat avec l'ASBL Jeunesse et Santé qui pourrait fournir un staff complet (14 moniteurs), pour 4 euros par enfant et par jour, mais pour 15 jours seulement. La Plaine serait ouverte cette fois aux enfants dès 3 ans, avec potage à midi et assurance, moyennant une participation de 1,25 € par jour pour les enfants de l'entité (4 € pour ceux qui n'y habitent pas).

Enfin, l'intercommunale INASEP pourrait reprendre le réseau de distribution d'eau, sur base d'un accord datant de 1994.

A huis clos

Divers intérims dans les écoles, pour raisons de maladie des titulaires, sont approuvés.

Puis le Conseil nomme à titre définitif Mme Valérie Jacqmain, institutrice pour 24 périodes/semaine. II place en disponibilité, pour demande de mise à la retraire, Mme Nadine Pascottini, institutrice à Aisemont, et Mme Françoise Cherruy pour cause de maladie. Il définit les emplois vacants pour l'année 2003-2004 : maîtres spéciaux en éducation physique (10 périodes), 2e langue (8 périodes), religion protestante (4 périodes) et une institutrice primaire.

Dans le Service Incendie, MM. Jean-Claude Gosset (Bambois), Christophe Marchal (Saint-Roch) et Cédric Leclercq (rue Egalots) sont engagés à titre effectif.

M. Jules Durant, brigadier, chef du service Bâtiments, est admis en disponibilité, pour cause de maladie.

Enfin, Mme Frédérique Goisse est confirmée pour un mois dans son intérim comme secrétaire communale.

Keskidi nous propose

(à lire avec humour)

L'émission pirate ou la revanche du candidat

A l'intention de celui qui, parmi nos lecteurs, n'écoute pas toujours la radio, la rédaction du Messager a décidé de reproduire intégralement résumé le texte de l'émission pirate que le candidat a diffusé après sa brillante non-élection, d'un endroit connu de lui seul et situé dans les sous-sols de l'imprimerie du journal, rue des Remparts.

Chers électeurs et électrices et vous chers abstentionnistes, je me vois dans l'obligation d'utiliser le canal de l'illégalité pour mettre au grand jour un scandale dont j'ai été victime. J'ai aussi créé une radio-Pirate d'où je me lance actuellement à l'abordage des ondes officielles, où la liberté d'expression n'est malheureusement de mise que si votre expression est neutre. J'émets sur ondes courtes, car vous pensez bien que ce ne sont pas les maigres moyens financiers de ma modeste campagne qui peuvent me permettre de me payer les grandes ondes. La campagne pour les élections s'est en effet déroulée de la façon dont vous savez, dans un intéressant climat de calomnie permanente où nombreux ont été les coups bas destinés à me faire descendre du piédestal où ma loyauté, mon honnêteté et mon intégrité naturelles m'ont juché depuis ma naissance. Je n'ai pas réagi lorsqu'on m'a traité de vendu, pas plus d'ailleurs que lorsqu'on m'a traité d'acheté... Je n'ai rien dit lorsqu'on m'a accusé de porter une perruque et de me nourrir de rollmops à mon petit déjeuner. J'ai laissé parlé lorsqu'on a voulu salir mon passé pendant la guerre, sous prétexte que ce n'était pas parce que j'avais 5 ans a l'époque que le devais me désintéresser de mon pays. Enfin, j'ai laissé aboyer les chiens lorsque j'ai sillonné le pays avec ma caravane électorale.

Mais ce que je ne peux accepter, c'est l'intolérable censure d'un de mes discours lors d'une récente tribune libre

pour les élections, sur une chaîne de télévision. Parmi les maigres instants qui m'étaient accordés, j'avais en effet décidé d'effectuer une minute de silence à la mémoire des opprimés du monde. On m'en a coupé la moitié. Et le pire, c'est que je ne sais pas laquelle. Aussi, en guise de solennelle protestation contre cet acte d'une inqualifiable mesquinerie politique, je me vois dans la pénible obligation de mettre en place un émetteur pirate pour vous offrir maintenant les 30 secondes de silence que le Pouvoir en place et ses sbires ne vous ont pas jugés assez adultes et responsables pour entendre...

Keskidi.

Pensée de la semaine

Pourquoi les agents immobiliers vivent-ils un si grand train ? Parce que les locaux motivent.

A méditer

Les nuages nagent comme des enveloppes géantes, comme des lettres que s’enverraient les saisons.

La presse... revue

par Zorro

- Samedi : « Les secouristes belges dans les décombres » - Du bon coté, du bon boulot...

- Dimanche : « Les Flamands contents de leur apparence a physique » -Thème central de la prochaine semaine des menteries...

- Lundi : « Clair, mais difficile » -Ouf, c'est clair, ce n'est pas Claire...

- Mardi : « Bienheureux les habitants du Brabant wallon » - Le Royaume des cieux leur appartient!

- Mercredi : « Le vrai-faux candidat à la présidence » - Donc, t'as bien compris, Germaine : celui qui sera président, c'est le faux-vrai...

- Jeudi : « Quelques sardines fraîches » - Tout le reste, complètement avarié...

- Vendredi : « Les députés suivent l'actualité » - Pas de très près, mais ils suivent. C'est ce qu'on appelle un « train de sénateur ».

Il y a 100 ans

N° 23 du 7 juin 1903

Autrefois, la Justice n'y allait pas par 4 chemins

Nous avons relaté précédemment un fait divers occasionné par un certain J.P. de Fosses qui avait menacé d'un revolver son épouse et ses beaux-parents. Ce Névremontois récalcitrant fut de nouveau condamné par le Tribunal correctionnel de Namur à 3 mois de prison, 50 FR. d'amende ou 15 jours de prison subsidiaire, pour avoir écrit des lettres de menaces à sa femme et à ses beaux-parents. Une autre affaire se greffait sur la première et lui valut 3 mois de prison pour avoir porté des coups de tisonnier à son frère et à 8 jours de prison pour bris de clôture.

N° 24 du 14 juin 1903

FOSSES. - M. Votion est nommé définitivement aux fonctions de régent qu'il remplit à l'Ecole Moyenne

de Fosses. D'autre part M. Adam, de Sart-Saint-Laurent, est nommé professeur à la même école, en remplacement de M. Larose, décédé.

Demain, 14 courant : fête de la Goëtte. Concert par la Philharmonique à 3 heures.

N° 25 du 21 .juin 1903

Jeu de balle de la Briqueterie. - Dimanche 21, lutte à la demi-dure entre les fortes parties de Bouffioulx (Bertrand) et Ham-sur-Heure (Piraux). Pendant le repos, concert par la Philharmonique de Fosses.

On peut lire aussi dans ce numéro

- Le téléphone Londres-Bruxelles a commencé à fonctionner. Le prix de la communication sera la même que pour Paris: 10 francs pour 3 minutes. - Une chasse extraordinaire. Le petit Marcel Riguelle, 11 ans, de Noville-les-Bois, a détruit en quinze jours 32.157 hannetons ; ce nombre a été constaté par M. Grégoire, instituteur communal ; le poids représente 28 kg 712 gr. Personne n'ignore les dégâts que cause le hanneton à nos cultures et aux feuilles des arbres. Nous espérons que le ministre de l'Instruction publique et le département de l'agriculture récompenseront le petit Riguelle dont l'initiative et les efforts doivent être encouragés.

- La population de Belgique s'élève d'après le dernier recensement, à 6 millions 896.079 habitants, soit une augmentation de 90.680 par rapport à la même époque de l'an passé.

N° 26 du 28 juin 1903

Un orage d'une rare violence s'est déchaîné samedi, sur Fosses et les environs. La ferme de Doumont a été sous eau, bon nombre de poussins ont été noyés.

A Aisemont, deux ouvriers en train de faner, Désiré Ancelot et Staffe, dit « le joli », tous deux sexagénaires étaient occupés dans la propriété de Léopold Borbouse. Comme la pluie commençait à tomber, ce dernier invita ses deux compagnons à prendre une consommation dans l'estaminet tenu par la femme d'Ancelot. Il prit les devants, mais ne voyant pas ses compagnons venir, il sortit et les trouva étendus près du pignon de la maison. Ils avaient été foudroyés, tombés la face contre terre. Ancelot porte une ligne rouge qui part du cou pour aboutir au pied. Sa chemise et ses cheveux sont brûlés. Staffe ne porte aucune trace, sa casquette a été consumée.

La foudre est tombée aussi sur un arbre de l'hospice Dejaifve. Il a été littéralement fendu en deux.

- Dans la nuit de lundi à mardi, on a volé des lapins au préjudice de M. Valentin Evrard, route d'e la Station.

- Marché du jeudi : beurre 1,10 FR le 1 /2 kg - oeufs, 1,80 les 26.

LI cinéma à Fosses timps dé l' guêre (III)

Quand nos-avans ieu sti dèlîbèrés paus-Amèrikins - i s'è faut sovenu ; i gn-a min.me ieû one cimintiére Amènkene à Fosses, à l'ardrwèt dé l' Cinse do Tchin.ne - volà qu' dès FFI (Forces Française de l'Intérieur), qui tot l' monde a ieû rade batijî « l'sèfoufyîs » vègnenut camper pa-d'zos l' Bwès dès Sapins, pa-d'zeû l' Tchès'lon.

Qwè-ce qu'i v'nin.n' foute è nosse payis ? Est-ce qui De Gayole leû-zaveûve diné l'ôrde d'ocuper l' Bèljike è l' place, li, d's-ocuper d'sès 32% d' kollabos ?

Nos 'nn avin.n' mwins' peû qu' dès-Alemands. Po dîre li vrai : nos 'nn avin.n' nin peû du tout ! Et nos-avans racomincî l' djeu à l'intréye, en les fiant ratinde, en nos cobourant po bouchî conte zèls.

Nos cachin.n' misère po-z-awè l'ocâsion di s' bate avou zèls. Il èstin.n' à trwès ou quate pus vîys qui nos. Nos-ôtes, nos-èstin.n' à chîj ou set, pace qu'i gn-aveûve dès djon.nias d' Fosses avou nos.

II avin.n' peû d' nos ; is n' causin.n' pus è nosse présince, ni protèster pace qui nos les cobourin.n' : is n'èstm.n' nm è leû payis

Nos-ôtes, nos ratindin.n' po nos plometer avou zèls, sins sawè si nos sèrin.n' fwârts âssez, mins s'en cas en nos promètant d' rivenu l' dîmègne d'après avou one saqwè dins nos mwins èt d' les maker.

Nos-avin.n' min.me ieû l'idéye di n' nin v'nu on côp au cinéma èt d'aler mète li feu à leû brol su l' timps qu'il î èstin.n', mins nos nos d'mèfyin.n'

nos n'avin.n' pont d'ârmes èt qn; aveûve quékefiye onk di zèls qui d m~reûve, ârmé.

A ç' momint-là, i faut sawè qu' les Francès nos-avin.n' aurgouwé d' Boches du Nord èt qu'après leûs distrû,adjes, leûs piyadjes, leûs boûriatadjes èt leûs-assâsinats d'en '40, on d'djeûve di zèls qui c'èsteûve one ôte sôte di Boches !

On bia djoû, on-z-a apris qu'il avin.n' levé l' dache. Salut en de kost !

R.A.A. VIROUX

Marche Saint-Pierre

La Marche Saint-Pierre fête cette année son 40e anniversaire. Les marcheurs sortiront le dimanche 22 juin pour la bénédiction des armes, le dimanche 29 juin pour escorter la procession religieuse et le lundi pour les visites aux officiers et sympathisants. Nous en donnerons le programme détaillé dans une prochaine édition.

En cette année du 40e anniversaire, le comité accueillera dans ses rangs, à titre honorifique, la première cantinière lors de la fondation de la Marche, Mme Paulette Jacqmain, qui s'occupa seule de t 80 marcheurs, et comme capitaine des grenadiers M. Franz Hennaut, ancien secrétaire, de 1983 à 1999, qui a également oeuvré comme marcheur depuis 1963.

Rappelons aussi les coordonnées des responsables pour inscriptions

- Sapeurs : Jean-Marc Poels '071-74.27.28 rue G. Deprez 20, à Arsimont.

- Gendarmes : Francis Delvaux, '071-79.93.24, rue du Bâtiment 10, à Maison-St-Gérard

- Vivandières : Viviane Ipercielle, '071-79.93.24, rue du Bâtiment 10 à Maison-St-Gérard.

- Lanciers : Dominique Prinsen, '071-71.39.75, rue Bois-des-Mazuis 79, à Vitrival.

- Grenadiers : Albert Jacquemart, '. 081-43.43.83, rue du Culot 2, Lesve.

Renseignements :

Guy Duret, '071-77.04.89.

E-mail : fa419588@skynet.be

Date limite des inscriptions : vendredi 13 juin.

Un barbecue

La "Jeune Garde des Grenadiers de Reumonjoie" invitent toutes les personnes qui souhaitent les aider, à un grand Barbecue qui se tiendra dans les Ets Sarto, à Sart-St-Laurent, ce vendredi 6 juin à 19 h 30.

On y trouvera : saucisse, merguez, brochettes, crudités et pommes au four, pour 10 € (enfants: 8 €).

Réservation :

'071-71.10.32 (Ets Sarto)

ou

' 071-71.16.94 (B. Meuter).

Fête des pères

Ce samedi 7 juin, le club des Aînés de Le Roux organise son goûter de la fête des Pères, à 14 heures, au réfectoire des écoles.

Embardée

Mardi 3 juin, vers 14 h 45, une Mercedes, conduite par Mme Geneviève Devader, 28 ans, d'Arsimont, roulait sur la RN 98 en direction de Mettet. Traversant à cet endroit le territoire d'Aisemont et pour une raison indéterminée, son véhicule a quitté la chaussée et a fait une embardée. La conductrice fut blessée dans cette aventure et l'ambulance de Fosses a été appelé pour la transportée à l'hôpital d'Auvelais. Une dépanneuse fut appelée pour enlever le véhicule de sa mauvaise posture.

Incendie

Ce mercredi vers 12 h 30, les pompiers ont été appelés au 5, rue du Fays à Aisemont, chez Philippe Gheerts.

A l'aide d'une lance à haute pression, les pompiers, sous les ordres du commandant Philippe Scieur, ont pu maîtriser assez rapidement le sinistre, mais les dégâts sont assez importants.

Justice ?

De nombreux lecteurs m'ont dit leur plaisir de lire mes articles. C'est évidemment une satisfaction : c'est qu'ils y trouvent l'expression de leurs propres sentiments et que, comme eux, je pense avec indépendance ce qui me semble le plus juste.

Je me préparais à un autre sujet, en rapport avec le G8 qui s'est tenu ces jours derniers, mais voici que divers événements m'interpellent davantage, en rapport avec la Justice... trop injuste, comme dirait Calimero.

D'abord cette décision de Paul Marchal de renoncer à garder un avocat pour le procès Dutroux : le coût en serait astronomique ; même en revendant leur maison il n'y arriverait pas. Il est tout de même inadmissible qu'après avoir perdu leur fille dans d'aussi horribles circonstances, les parents des victimes en soient réduits à cette extrémité (les parents Lejeune et Russo avaient déjà renoncé à leur avocat, alors que l'assassin violeur peut, lui, en réunir quatre ! Une Justice trop chère pour les victimes et gratuite pour les assassins, est-ce encore une Justice ?

Autre cas injuste : les deux meurtriers d'un notaire liégeois ont été remis en liberté provisoire au cours de l'enquête et ils en ont profité pour disparaître dans la nature. Après cinq ans, on va donc juger sans accusés ! La famille ne comprend pas ; nous non plus. Le comble, c'est que s'ils sont retrouvés, il faudrait recommencer tout le procès !

Et cette jeune fille de Jodoigne tuée par un chauffard ivre roulant à contresens, après un demi-tour sur l'autoroute (donc, pas par distraction. Le responsable n'écope que d'un an de prison (enfin : trois dont deux avec sursis. Est ce là tout le prix de la vie d'une jeune fille de 19 ans ?... Mais voilà : il s'agit d'un chauffeur d'ambassade de Mongolie Pt il semble bien qu'il y ait eu des pressions diplomatiques (était-ce d'ailleurs le chauffeur lui-même au volant ?...). Quelle " Justice " !

Et les casseurs de Lausanne ? Malgré toute leur attention, les antimondialistes n'ont pu les empêcher, mais ne leur trouvera-t-on pas des circonstances exceptionnelles, des justifications politiques, des provocations, que sais-je, alors qu'il ne s'agit que de vulgaires voyous casseurs.

Oui, vraiment, pauvre Justice !

J. R.