N°02    10 janvier 2003

Fosses - Le Café des Trois-Bras

Ce bâtiment situé au carrefour de l'ancienne route de Mettet et de la chaussée de Charleroi a toujours été café, hôtel ou restaurant, ou les trois à la fois. A l'époque de la photo, le propriétaire de ce « Café des Trois-Bras » était Victor Ha guinet-Herregodts, les parents d'Albert Haguinet qui fut bourgmestre de Fosses et aussi député permanent. Ce dernier et son épouse reprirent ensuite le café puis bénéficia, pendant la guerre et un peu après (jusque vers 1956) de la clientèle des amateurs de football. Il faut préciser que le terrain de football était alors situé en face de ce café (terrain qui fut ensuite loti). et qu'Albert Haguinet jouait en équipe première, lorsque Fosses évoluait en Promotion (sa carrière fut interrompue lorsque qu'il subit une très laide cassure à la jambe au cours d'une rencontre). Les tenanciers qui suivirent furent : Norbert Debaste (qui repris ensuite le Vieux Moulin, M. et Mme Gomrée, puis de nouveau Norbert Debaste, puis J.-M. Thibaut (qui intitula son restaurant « L'Hostellerie Saint-Feuillen ». Le bâtiment fut ensuite racheté par M. et Mme Michel Ponchaut ; le café-hôtel-restaurant devint alors « Le Relais de la Marlagne » et bénéficia de quelques transformations. Depuis deux ou trois ans, il est devenu restaurant chinois.

Sur le pas de la porte se trouve Mme Victor Haguinet. On voit aussi une ancienne pompe à essence près d'une clientèle attablée et aussi un « rèslî » pour poser les vélos (accessoire courant devant les cafés, à cette époque où la clientèle se déplaçait en vélo). Le panneau « ICI » est le dernier d'une série de trois, placée le long de la grand-route de Châtelet

« Un fromage » - « vous attend » - « ici » ! Curieuse réclame.

A l'époque, le carrefour était coupé par les rails du tram à vapeur Fosses-Châtelet (invisibles sur la photo). Un poteau indiquant « Arrêt » est visible derrière le panneau « Ici ».

Conseil communal

(suite de la semaine dernière)

Le Conseil approuve le tarif d'occupation de l'ancienne école de Bambois, aménagée en salle de réunion : 4 € de l'heure, ou 25 € par journée, 45 pour un week-end, 87 pour une semaine ; Plus nettoyage et caution. Mais cette occupation est gratuite pour les sociétés qui ont passé convention.

Suite à une récente réunion de concertation syndicale, le Plan de formation 2002 pour le personnel administratif, technique et ouvrier fixe l'évolution de carrière vers un degré supérieur ; les conditions de recrutement pour une promotion en C1 et le statut administratif du personnel non enseignant (avec par exemple un congé d'allaitement ou l'équivalent pour le père lors d'une naissance).

Enfin, le Conseil approuve le détachement d'un employé administratif au cabinet du bourgmestre pour tâches spécifiques. Une indemnité complémentaire au traitement de 2.382 € par an lui est octroyée.

A HUIS CLOS

Le Conseil ratifie la désignation de Mme Frédérique Goisse aux fonctions de secrétaire communale intérimaire ; la désignation d'Emmanuel Belaire comme sous-lieutenant en stage au Service Incendie et divers intérims dans les écoles communales.

A la fin de la séance publique, le bourgmestre avait aussi annoncé qu'au sujet des 60 millions pour le déficit de la clinique d'Auvelais, il espérait enfin une solution financière de la Région Wallonne (qui avait approuvé un emprunt, puis l'avait refusé, puis l'avait de nouveau fait inscrire au budget pour le retirer peu après... Le prochain Conseil aura lieu le jeudi 16 janvier pour deux points importants le dossier de reconnaissance du Centre Communautaire et Culturel en Centre Culturel local (avec plus de subsides) et un avis à donner à l'urbanisme qui veut faire de Fosses une « ville blanche » : toutes les façades de la Place du Marché par exemple devraient être repeintes en blanc !!! Sur cette incroyable stupidité administrative, le Conseil ne peut hélas que donner un avis mais la décision appartient à la Région Wallonne : Un dossier à suivre (de près !). Et la séance se clôture avec les vœux de fin d'année et quelques commentaires sur l'évolution de la population : Nous dépasserons les 9.000 habitants, avec pour conséquence que le Conseil communal passera de 19 à 21 conseillers aux prochaines élections.

Un nouveau commerce

Même si son ouverture date de novembre, l'ouverture d'un nouveau commerce à Fosses est assez rare que pour mériter une attention particulière.

Au n° 40 de la rue de Vitrival, et à l'enseigne de « L'Anis Etoilé », Mme Christelle Migeot a ouvert une boutique de produits strictement naturels, de soins et de santé, dans un choix d'une grande variété : des compléments alimentaires (miel, confitures, bonbons), énergisants, adoucissants ; des thés, plantes médicinales ; de l'en-cens, des cosmétiques, parfums, denti-frices, la gamme des produits d'argile (verte, blanche, rose... selon usages), huiles essentielles, baumes, huiles de massage, oligo-éléments, etc...

Bref, de quoi satisfaire tous ceux, et ils sont de plus en plus nombreux qui recherchent des produits absolument naturels pour tous usages et la santé du corps. Les « anciens apprendront avec surprise et plaisir sans doute que les enfants d'aujourd'hui sont friands de... bâtons de réglisse, comme autrefois

Un coup d’œil sur cette jolie boutique vous donnera sûrement des idées... Tous nos vœux accompagnent Christelle dans son entreprise.

Cheval en caval

Mardi vers 22 heures, un cheval se promenait en liberté sur la chaussée de Charleroi, à Le Roux. La police a été prévenue, le propriétaire du cheval a pu être identifié, ce qui a mis fin à la petite promenade de santé de l'animal qui a été ainsi reconduit vers son logement. Cette « évasion » n'a heureusement pas occasionné de dégâts.

Accrochage

Lundi, vers 18 h 30, un accrochage a eu lieu entre deux véhicules, mais qui n'a occasionné que des dégâts matériels. Les deux voitures en cause appartenaient à M. Baciotti René, de Fontarcienne (Renault Mégane) et à Mme Jacqueline Gallez, chaussée de Charleroi à Le Roux (Roover). Le constat a été fait à l'amiable.

Sauvé par ses voisins

Dimanche dernier, dans la soirée, un habitant du camping Le Val Tréko à Vitrival, a pu être extrait de sa caravane en feu, par ses voisins venus à son secours.

C'est grâce à la caméra infrarouge de M. Jean-Louis Ottelet, caméra destinée à se protéger des vols, que ce propriétaire a eu son attention attirée. Tout en regardant la télévision, il vit dans l'écran de cette caméra, des flammes venant de la caravane voisine, appartenant à M. José Baudoux. Un autre voisin, M. Eddy Michaux, arriva aussi sur place, ayant constaté ce début d'incendie. Devant le danger des flammes, ils lancèrent un pot de fleurs dans une des fenêtres et purent entrer dans la caravane et extirper l'occupant qui était déjà à demi inconscient. Les pompiers de Fosses furent assez rapidement sur place, ainsi qu'une ambulance du service local. M. Baudoux, sérieusement atteint aux mains et au visage, fut emmené vers l'IMTR de Loverval. Les pompiers ont maîtrisé le sinistre, mais la caravane est devenue inhabitable. La police vint aussi sur place pour dressé le constat des faits.

Il semblerait que l'origine du sinistre soit causé par un chauffage d'appoint défectueux et que l'occupant, peut-être s'est endormi avant de subir un début d'intoxication.

Début d'incendie

Mardi soir, vers 13 h 30, le feu s'est déclaré dans une chambre de l'habitation de Michaël Gosset, rue Duculot à Vitrival. Ce dernier, justement pompier stagiaire, a eu le bon réflexe de fermer les portes pour éviter un appel d'oxygène. Les pompiers de Fosses ont pu rapidement maîtriser le sinistre mais la chambre et les abords sont fortement endommagés.

Des éoliennes à Vitrival !

On connaît le problème de la production d'électricité par énergies renouvelables : le pétrole ne sera pas éternel, le nucléaire reste dangereux ; il faut donc trouver d'autres sources. Une directive européenne fixe d'ailleurs à 22 % la part d'énergie renouvelable à installer d'ici 2010. Le gaz à effet de serre qui pollue notre atmosphère et met en danger la survie de la planète nécessite impérativement la recherche de sources d'énergie non-polluantes.

Si nous n'avons pas la mer, nous avons du vent. Le Plan Wallon pour la maîtrise de l'énergie représente quelque 370 GWh, soit la production de 133 éoliennes à installer dans les prochaines années. Car la production d'électricité par le vent est inépuisable, rentable et écologique.

Et une société intitulée MESA (Molignée Energie S.A.), dirigée par Benoît Desclée de Maredsous et Yves Crits, avec des capitaux notamment d'Albert Frère, a pris en charge un vaste projet pour notre région : pas moins de 61 éoliennes, soit près de la moitié de ce que nécessite la Wallonie dans un premier temps, seraient installées dans un périmètre allant de la limite de Sart-Eustache à celle de Denée et de Lesves à Graux, réparties en 10 groupes de 2 à 11 unités. L'électricité produite par l'ensemble sera transmise à la cabine centrale de Bois-de-Villers. Ce vaste projet est estimé entre 120 et 130 millions d'euros.

CES MODERNES MOULINS A VENT

Dans toute notre région, les éoliennes seront d'un même type

une tour de béton de 78 à 100 mètres de haut, et des éoliennes à 3 pales de 40 mètres. Selon les calculs, ce projet ESA pourrait alimenter une ville comme Namur. La puissance serait de 1,5 à 2 mégawatts ;

chaque éolienne fournit du courant pour 1.500 à 1.600 personnes hors chauffage électrique. Tout est dans la tour : pas d'équipement extérieur, et l'emprise au sol est limitée car le socle en béton est enterré sous un mètre de terre, ce qui permet de continuer à cultiver jusqu'au pied, et il n'y a pas de chemin d'accès. Les cultivateurs qui accepteront ces implantations recevront une indemnité annuelle de 200.000 F. par éolienne.

Mais... il reste des questions, des oppositions. Par exemple : quel sera l'effet visuel dans le paysage ? Les études montrent que les éoliennes de ce type, grises, à trois pales et de vitesse réduite, minimisent l'impact paysager. Les zones d'implantation ont été aussi minutieusement étudiées : suffisamment écartées des endroits de passage, elles n'offrent à 1 km qu'un espace de 4 degrés dans le champ visuel, soit 5 cm. Certains trouvent ces modernes moulins à vent plutôt jolis : c'est subjectif. Et elles ne sont jamais en ligne simple, mais en bouquets étalés sur une dizaine de kilomètres..

Quel est le danger, pour l'aviation par exemple : un flash blanc (rouge la nuit) et un marquage rouge au bout des pales est prévu. Moins dangereux que les lignes à haute tension. Et le bruit ? Certains disent que c'est dérangeant, d'autres qu'on n'entend pratiquement rien, même à proximité... Les nouveaux types ont été étudiés en ce sens. De toute façon, les sites protégés (par exemple Natura 2000 comme le Lac de Bambois) sont exclus des zones d'implantation. Par ailleurs, en beaucoup d'endroits ces groupes d'éoliennes ont attiré des implantations touristiques : dans les Cornouailles par exemple, un site a été créé et a déjà reçu 80.000 visiteurs...

La région prévue pour les 61 éolienne de MESA couvre 270 km2 mais seulement 8 % sont retenus pour les 10 zones, recherchées surtout en plateaux bien balayés par lés vents. Les principales sont situées sur Mettet et Denée, dans les campagnes vers Saint-Gérard, avec chaque fois des couloirs visuels de 500 mètres.

La carte ci-jointe montre les zones d'éoliennes, soit : 10 sur Vitrival ; 8 sur Pontaury ; 3 sur Bossière ; 4 entre Mettet et Graux ; 1 à Furnaux ; 11 entre Graux et Bioul ; 11 sur Denée, 5 sur Saint-Gérard (la Responnette et Ferme de Montigny) et 8 entre Gonoy et Lesve.

Comme on peut voir, les 10 éoliennes sur Vitrival sont situées à droite de la route de Mettet, vers le Bois des Mazuis (ferme Grenier) et vers le Sartia à Sart-Eustache. Il ne semble pas que cela puisse contrarier le paysage.

Deux réunions d'information ont déjà eu lieu ; avec peu d'opposition réelle. Certains ont trouvé que la procédure allait un peu vite : on est pratiquement mis devant le fait accompli, les études et les plans sont terminés : on se demande s'il est encore possible de tenir compte de remarques éventuelles. Des craintes aussi sur le bruit Mais en général les agriculteurs sont rassurés (parfois même intéressés par le rapport prévu). Il y a bien sûr des irréductibles comme cet habitant des Flandres, opposé à toutes les éoliennes, qui est venu apporter un gros dossier d'opposition... De quoi j'me mêle ?...

Les bourgmestres des communes concernées : Mettet, Fosses, Profondeville et Anhée, ont émis un autre type de remarque : les aspects financiers ne concernent que des privés (MESA) et des agriculteurs. La communauté globale, qui devra peut-être subir des inconvénients (paysagers, environnementaux) ne retire rien, alors qu'autrefois les sociétés distributrices d'électricité accordaient des dividendes aux communes. Il serait utile d'en prévoir pour ce projet-ci la remarque est à l'étude chez les promoteurs.

Et de toute façon, cela pourrait aller très vite : dès les autorisations officielles obtenues, les travaux débuteront. Nos paysages pourraient donc changer quelque peu dès cette année.

Reprise du championnat

Le championnat de football provincial reprend ce week-end, pour les équipes premières uniquement.

Div. 3 B (à 14 h 30)

Fal.Aisemont - Tarcienne

Pesche - Bambois

Div. 4 B à 14 h 30

Fosses - Fraire

Abonnés mal servis

Nous recevons ces dernières semaines, de nombreuses plaintes d'abonnés qui ne reçoivent pas ou très tard leur journal. De notre côté, nous tentons de trouver la solution pour éviter ces désagréments qui ne nous sont pas imputables. La responsabilité vient sans doute du centre de triage. II y a, d'un côté, le nouveau service Prior qui n'est pas toujours au point et, d'autre part aussi l'informatisation des abonnements qui centralise les données dans un centre postal qui les transmet ensuite aux différents bureaux. Tout cela, paraît-il, prend du temps à se mettre en route, au détriment d'une distribution régulière bien assurée.

Espérons que ce rodage ne sera pas trop long et nous prions nos abonnés de nous en excuser. Le siècle de la vitesse, c'était au siècle dernier

Une nouvelle vitrine artistique

Les salles du S.I. accueillent déjà, chaque mois, des artistes différents. Mais l'Association des Artistes souhaitait une vitrine permanente. Les responsables communaux ont offert les deux vitrines de l'ancien Nopri, devenu « Espace Solidarité ». Depuis quelques mois, elles étaient ornées d’œuvres des divers membres de l'Association. Désormais, la vitrine de gauche continuera cette présentation générale, mais celle de droite sera occupée par un des artistes, différent chaque mois. Pour janvier, c'est Mme Simone Lepinne-Scohier qui inaugure cette « petite galerie artistique » avec quelques-unes de ses aquarelles et peintures.

Quand vous passez dans le coin, ne manquez pas d'aller voir ces vitrines consacrées à la beauté.

Pollution

Vendredi dernier, dans l'après-midi, les pompiers sont intervenus suite à de fortes odeurs de mazout, place du Chapitre. Une enquête a été ouverte, mais il semble que ce soient les fortes pluies qui remuent d'anciennes fuites de mazout, car ces odeurs se répètent souvent lors de fortes pluies.

A la J.S. Fossoise

Pour la reprise du championnat, ce dimanche, l'échevin Benoît Buchet offre le ballon du match et le coup d'envoi sera donné par l'arbitre national Amand Ancion. Coup d'envoi du match Fosses - Fraire à 14 h 30 (sauf remise de match ?).

St-Vincent de Paul

Afin que nous puissions mener à bien notre oeuvre, nous avons besoin de vous. Un seul n° de compte : 7426480334-90. Merci pour votre soutien.

Les membres de la St-Vincent de Paul de Fosses

Télévie 2003

Permettez-moi tout d'abord de vous présenter tous mes vœux de bonheur pour cette nouvelle année. L'organisation du Télévie 2003 se profile déjà à l'horizon. Cette festivité se déroulera toute la journée du samedi 29 mars à la salle L'Orbey et sur la place du Centenaire. Quelques rencontres avec les différents comités et bénévoles de l'entité se sont déroulées et le programme est quasi terminé. Entre autres, nous organiserons une course cycliste pour juniors, sur un parcours de 6 x 14 km, passant par Fosses, Vitrival, Le Roux et Aisemont. Pour cette compétition sportive, nous cherchons des « signaleurs » pour assurer sa sécurité et son bon fonctionnement. Appel est donc lancé à tous ceux qui souhaitent s'investir dans cette manifestation. Ils peuvent se faire connaître chez Benoît Buchet, 071-71.21.57 ou 0499-17.93.87 le plus tôt possible.

Cette année, la vente des articles du Télévie sera assurée par les enfants des écoles. Je vous demande de réserver bon accueil à nos petits vendeurs. La recette des articles rentrera dans le pot général et grossira ainsi le montant du chèque de notre Commune. Pour rappel, 6.974 euros (280.000 FB) ont été versés en 2002. C'est un record à battre et nous comptons sur vous pour y parvenir. Merci pour votre générosité et votre disponibilité.

Benoît BUCHET

Début d'incendie

Jeudi dernier, vers 7 h 30 du matin, un début d'incendie s'est déclaré dans une cabine électrique du magasin Delhaize des Ets Viafobel, chaussée de Namur à Fosses. Les pompiers de Fosses ont été appelés sur place ; les dégâts ne sont pas très importants.

Nos plus âges

Comme chaque début d'année, nous publierons, dès le prochain numéro, la liste de nos 4 x 20 ans de l'entité.

Une chance, un bonheur, un plaisir, ou pour d'autres peut-être, une impression de lassitude ou de désintérêt de la vie, on arrive à cette âge beaucoup plus fréquemment qu auparavant, ou en tout cas, en meilleure forme. On est souvent étonné d'apprendre l'âge d'une telle connaissance et qui ne correspond guère à ses apparences ; et c'est une fierté, nous semble-t-il, de figurer sur une liste où les membres ont généralement atteint une certaine sagesse, ou en tout cas une tout autre philosophie. Un exemple : Henri Salvador est très fier de ses 84 ans, quand il proclame, avec le grand éclat de rire qui lui est propre : « mon plus gros problème, c'est que je n'arrive pas à vieillir... ! ».

Mais si des personnes préfèrent que leur nom ne figure pas, c'est leur choix, qu'elles nous le fassent savoir.

Le Gouverneur à Fosses

Nous avions annoncé la visite du Gouverneur de la Province pour la fin de ce mois : en raison d'une visite officielle, M. Dalem a demandé de reporter cette visite au lundi 3 février. Le thème de la journée sera : « la valorisation du patrimoine et autres initiatives en faveur d'un développement intégré »

Accueilli à l'Hôtel de Ville à 9 h 30, M. le Gouverneur participera à divers colloques : Un exposé sur le caractère socio-économique de la Ville et un sur la thématique du jour. Puis une série de visites : la collégiale (travaux de restauration), Carmeuse à Aisemont, le site de Zone artisanale route de Vitrival (en face de l'actuelle), la zone d'implantation des éoliennes, et enfin le site du Lac de Bambois (repris dans le plan Natura 2000).

Après quoi il pourra participer avec les membres du Conseil communal à un déjeuner à Bambois.

Bonnes nouvelles

Le Ministre Darras a signé l'accord de subsides pour le renouvellement de l'éclairage public sur l'entité de Vitrival et la route de Tamines, pour un montant de 74.368,06 euros.

D'autre part, le Ministre Ch. Michel accorde les subsides pour la réfection de la rue de la Plage (1 re phase) et les aménagements de sécurité rue du Grand-Etang (tous les abords du Lac), pour un montant de 217.080 euros.

Ces travaux seront effectués dans le courant de l'année 2003.

Keskidi nous propose

(à lire avec humour)

Parole à la défense

Après la visite du ministre aux Forces Armées belges en Bosnie et la proposition d'offrir le service de ses militaires aux forces de police, ne voilà-t-il pas que l'Amiral Jonathan Déranfort, presqu'à la retraite, a rendu public un document confidentiel et ultra-secret émanant du ministère de la Défense nationale.

Selon les prévisions les plus optimistes, il y a lieu de s'acharner quant au vu de la situation internationale tellement préoccupante qu'elle inquiète les dirigeants et, par voie de conséquences électorales, le peuple tout entier dans son grand ensemble. II y a donc lieu de songer à modifier notre système de défense tant que le conflit latent qui menace les peuples libres, comme le nôtre, n'aura pas résolu le problème du désarmement bilatéral par destruction intensive des hommes armés et matériel militaire.

Voici les réactions auto-défensives que nos grands chercheurs militairoscientifiques ont projeté d'accomplir dans les armées à venir, avec l'aide de la population tout entière.

1. Construction d'une ligne imaginaire destinée à remplacer, non la vieille ligne Maginot toujours en service, mais la ligne Namur-St-Gérard, le caractère informel et invertébré de cette ligne imaginaire devant semer la confusion parmi nos éventuels agresseurs qui se trouveraient ainsi dans l'impossibilité de la contourner.

2. Fermeture des bords de la mer afin d'empêcher tout débarquement quel qu'il soit et remplacement des congés payés par des permissions sans solde.

3. Mise en service de missiles porte-chars à longue portée musicale avec rayon d'action métronomique de nettoyage régional systématique.

4. Remplacement de nos vieux chars d'assaut déclassés par des chars fleuris disposés en rond et en état d'alerte tout autour des parcs publics.

5. Bouchage des trous de nos routes avec des lianes et de la paille pour en faire des pièges à blindés.

6. Vu que nous ne possédons pas de porte-avions, il conviendrait de mettre rapidement en service des avions porte-bateaux, appareils beaucoup plus maniables et rapides, dont l'étude avancée des projets est déjà sur papier brouillon.

7. Formation sur le champ d'équipes de commandos ultra-légers et à action instantanée de colleurs d'affiche de sensibilisation générale, dans les 24 heures, des grands problèmes défensifs de la nation.

Keskidi

Pensée de la semaine

Un médecin exclu de l'ordre peut encore soigner les gens bien portants.

 

La presse... revue

par Zorro

- Samedi : « On annonce un foie de canard... » - S'agit-il bien d'un foie, ou d'un froid ?

- Dimanche : « Le service est toujours compris » - Et aux finances, on rase gratis...

- Lundi : « Une nécropole gauloise livre les secrets de nos ancêtres » -Dernière sépulture à droite en sortant, celle de Madame Germaine mère, probablement décédée en 023 de notre ère à l'âge approximatif de 1830 ans. Mais ça te fait quel âge à toi, Germaine...

- Mardi : « On doit jongler avec ce que l'on a... » - Bof, avec deux balles, c'est tellement simple...

- Mercredi : « La page de l'incinérateur est tournée » - Les cahiers au feu et les profs au milieu...

- Jeudi : « Quarante ans l'age de la maturité » - Ben toi, Germaine, pour être mûre, t'es mûre...

- Vendredi : « Charmante. discrète et décidée » - Notre nouvelle princesse a les mêmes traits de personnalité que Germaine il y a 73 ans 6 mois 23 jours, quand elle était jeune et bien...

Les idées évoluent !

Nous trouvons dans le n° 45 du 9 novembre 1902 du Messager de Fosses, un article qui, aujourd'hui, fait sourire. Mais, néanmoins, il est peut-être bon de rappeler à nos jeunes filles d'aujourd'hui, les conseils qui étaient donnés à leurs (arrière)-grands-mères ; mais qui gardent encore aujourd'hui - en partie sans doute - leur valeur.

Que ferons-nous de nos filles ?

Un journal français ayant promis un prix à celui de ses abonnés qui donnerait la meilleure réponse à la question qui sert de titre à cet articulet a couronné la réponse suivante, que bien des mères pourront méditer à leur profit

Que ferons-nous de nos filles ?

D'abord des chrétiennes, puis donnez-leur une bonne instruction élémentaire. Apprenez-leur à préparer un repas convenable, à laver, repasser, raccommoder les bas, coudre des boutons, à faire une chemise et à tailler tous leurs habits. Qu’elles sachent cuire leur pain et leur rappeler qu'une bonne cuisine épargne bien des dépenses de pharmacie. Dites-leur qu'un écu de 5 francs se compose de cent sous ; que pour épargner, il faut dépenser moins, qu'on doit s'attendre à la misère lorsqu'on dépense plus que ses revenus. Enseignez-leur qu'une robe de coton payée habille mieux qu'un vêtement de soie sur lequel on doit de l'argent. Qu'elles sachent faire les comptes de leurs dépenses. Répétez-leur qu'un honnête ouvrier en tablier et en bras de chemise est cent fois plus estimable, n'eût-il pas un sou, qu'une douzaine de jeunes élégants vaniteux et imbéciles. Après cela, faites-leur donner des leçons de piano et de peinture si vous avez les moyens, mais sachez que ces arts sont bien secondaire. Qu'elles apprennent encore à mépriser les vaines apparences. Quand viendra le moment de les marier, persuadez-les que le bonheur dans le ménage ne viendra pas de la situation que possède leur mari, mais de ses qualités morales et de son caractère.

Et si vous avez bien pesé tout ceci et si elles vous ont compris, tenez pour certain que vos filles seront Heureuses et trouveront leur voie .

... et ça... « ça va se savoir ! »

(s) AB3.

Interventions des pompiers

Le 22 : appel des pompiers pour un incendie aux Carrières d'Aisemont le feu dans de l'huile hydraulique.

Le 22 : les deux ambulances et les pompiers, suite à un accident route de Maredsous à Saint-Gérard ; deux blessés conduits à Mont-Godinne.

Le 23 : ambulance et pompiers pour un accident route de Soye à Franière. Pas de blessé, et les pompiers ont assuré le balisage.

Le 24 : appel des pompiers pour un nettoyage de route à Aisemont, rue Cortil-Curé.

Le 24 : ambulance et pompiers à la suite d'un accident rue d'Anthée à Ermeton ; un blessé conduit à la clinique Saint-Vincent à Dinant ; les pompiers assurent le balisage.

Le 26 : appel de l'ambulance pour un piéton blessé, en traversant l'avenue Albert 1er, à Fosses.

Le 26 : pompiers pour un feu de cheminée, au 13a, rue de Maredret à Ermeton-sur-Biert.

Le 26 : ambulance et pompiers suite à un accident, route de Rouillon 5, à Graux ; un blessé conduit à Mont-Godinne et pompiers pour désincarcération du véhicule.

Le 27 : appel des pompiers pour ouverture de porte à Biesme, rue de la Tourette (urgence).

Le 28 : appel des pompiers pour un incendie, avenue du 8e Dragons à Saint-Gérard ; Une personne intoxiquée a été conduite à Auvelais.

Le 30 : appel des pompiers pour 3 pompages en raison des fortes pluies

rue du Cheslong 10, rue du Try-al-Hutte et rue du Gonoy 3.

Le 1er : une quinzaine d'interventions ont été opérées par nos pompiers en raison des fortes pluies ; principalement pour des pompages.

Le 2 : encore une quinzaine d'appels en raison des inondations ; surtout pour des pompages de caves.

Le 2 : appel des pompiers pour un début d'incendie au Stock Américain .

Le 3 : une dizaine d'appel pour pompages et nos pompiers vont aussi en renfort à Rochefort (entre 16 h et 9 h du matin).

Le 5 : pompiers et ambulance au camping du Val Tréko : caravane en feu .

Le 7 : appel des pompiers pour un feu de cheminée à Floreffe.

Le 7 : appel des pompiers pour le feu dans une chambre, chez Michaël Gosset, rue Duculot, à Vitrival.

Le rapport sur l'administration

de la ville en 2002

Nous poursuivons la présentation des rubriques les plus essentielles de ce rapport communal.

Le service incendie

Nos pompiers ont des tâches très utiles et même indispensables et très souvent pénibles ; on s'en est aperçu encore récemment dans les interventions dues aux inondations, peut-être pas chez nous mais dans les renforts des régions voisines particulièrement touchées.

Voici la liste des interventions sur 12 mois (du 1-11-2001 au 31-10-2002).

- incendies 45

- Feu de cheminée 18

- Feu de broussailles 11

- Désincarcération (accidents) 46

- Nettoyage de route 66

- Nids de guêpes 153

- Pompage (inondations) 125

- Pollution 16

- Appel des plongeurs 4

- Divers autres interventions 182

- Renfort pour incendie 2

- Renfort pour plongeurs 4

Au total donc : 672 sorties

- II y a eu 852 appels de l'ambulance pour prises ou remises à domicile de malades, ou à la suite d'accidents.

Le service Incendie dispose d'un matériel moderne et complet, à savoir

-2 autos-pompes, 3 camions-citernes, un camion pour feu de foret, un camion muni du matériel de désincarcération, matériel de plongeurs, une échelle de 24 m, un élévateur de 24 m, une camionnette, une voiture de commandement, 3 ambulances.

Le personnel

Professionnel

Capitaine : Philippe Scieur, rue de Vitrival

Sgt-mécanicien : Francis Leclercq, r. Egalots

Médecin attaché au service:

G. De Bilderling

Volontaires

grade de sergent-major

Daniel Falque, rue du Tisserand, Haut-Vent

Gérard Gosset, rue du Benoît, Fosses

André Rifflart, avenue des Déportés, Fosses

grade de sergent

Rudy Mazuin, rue Haut-Vent, Fosses

Stéphane Falque, rue du Tisserand, Fosses

grade de caporal

Michel Bastin, rue des Echevins, Fosses

Pascal Baufays, place du Marché, Fosses

Patrick Briot, rue Delmotte, Fosses

Frank Geuens, rue de Vitrival, Fosses

Jean-Claude Gosset, rue du Benoît, Fosses

Michel Marique, avenue Champ Stoné

J.-Marc Mathot, rue Chapelle de la Paix

André Pire, rue Saint-Roch, Fosses

Eddy Scieur, rue des Bergeries, Fosses

Jean-Louis Van Hal, rue de Vitrival, Fosses

sapeurs

Tadeusz Bak, rue Sainte-Brigide,

Fosses Jean-Luc Callaerts, av. Albert 1er,

Fosses J.-Christophe Colot, rue du Potage,

Fosses Philippe Crabbe, rue de Rome, Fosses

Alain Devadder, rue de Rome, Fosses

Olivier Dufrasne, rue des Egalots, Fosses

Frédéric Falque, place du Marché, Fosses

Johan Falque, rue de l'Ecole Moyenne

Sullivan Falque, rue du Tisserand, Ht-Vent

J.-Marc Gheerts, route de Tamines, Aisemont

David Helman, rue de la Plage, Bambois

Claudine Herquin, rue Sainte-Brigide, Fosses

Luc Honnay, rue de Névremont, Fosses

Pascal Jacquemart, rue du Postil, Fosses

Christian Lambert, ch. de Namur, Sart-St-L.

Patrick Lambert, rue de Névremont, Fosses

Christophe Lamy, rue des Zolos, Fosses

Marcel Lamy, avenue Albert 1er, Fosses

Fredy Leclercq, place du Marhé, Fosses

Guy Lessire, rue Sainte-Brigide, Fosses

Robert Marique, rue Sainte-Brigide, Fosses

Serge Martin, Chapelle de la Paix, Fosses

Thierry Patiny, rue Saint-Roch, Fosses

Christian Poncelet, av. Champ Stoné, Fosses

Serge Thérasse, rue de Taravisée, Fosses

David Van Hal, rue de Vitrival, Fosses.

Stagiaires

Emmanuel Belaire, rue de Burnot, Sart-St-L.

Christophe Falque, route de Tamines 219

Yves Godefroid, rue Haut-Vent, Fosses

Michaël Gosset, rue Duculot 1, Vitrival

Kévin Lambert, rue de Burnot, Sart-St-Laur.

Cédric Leclercq, rue des Egalots, Fosses

Christophe Marchal, place Chapelle-St-Roch

Etienne Scimia, place Chapelle-St-Roch

Le service des Travaux

Installé aujourd'hui chaussée de Charleroi (Trois-Bras), ce service est géré par le bourgmestre et composé de

- un contrôleur de travaux

- 2 employées dont une à mi-temps - 1 chef d'équipe et 2 chefs ff.

- 6 ouvriers qualifiés statutaires

- 6 ouvriers manœuvres statutaires - 6 ouvriers ACS

La liste du personnel communal, service des travaux, a été publiée la semaine dernière.

De plus, le service dispose d'un matériel assez complet de 12 véhicules ; également d'un matériel de travail : trémie épandeuse, Pel Job, compresseur, Karcher, tondeuses, semoir, bétonnières, ponceuses, raboteuse, scie à onglets, foreuse, meuleuse, marteau perforateur, groupe électrogène, disqueuse, scie sauteuse, débrousailleuses, scie circulaire, étau, pompe à eau, dameuse, lames de chasse-neige, combinée à bois, scie à ruban, aspirateur, visseuse, poste à souder, taille-haie, traceur routier, furet, échafaudage alu, élévateur, brosse de désherbage, rouleau pour tarmac...

Au niveau des travaux, le service assure les entretiens de 53 bâtiments communaux dont : 4 maisons communales, 4 presbytères, 17 églises et chapelles, 7 salles, 9 bâtiments scolaires, 15 autres bâtiments. Le responsable du service des bâtiments doit aussi gérer tout le stock de matériel et matériaux pour les services.

La section cimetières est chargée de l'entretien de 12 cimetières et doit assurer aussi les inhumations et exhumations (73 inhumations et 11 exhumations en douze mois).

Le service voirie, avec une dizaine d'ouvriers, entretient un réseau routier macadamisé de 240 km. avec 24 km de fossés et entretien des égouts. Le service est aussi chargé des réparations (nids de poule), dégagement de fossés obstrués, curage et pose de tuyaux de béton, pose de filets d'eau, déneigement en période hivernale, fauchage en période estivale, curage des avaloirs, entretien des ponceaux, transports pour le centre ADEPS, signalisations, barrières Nadar, drapeaux. aux fêtes et manifestations. Un mécanicien du service Incendie (Fr. Leclercq) s'occupe des entretiens et petites réparations des véhicules du Service.

Le service Urbanisme Ce service a traité 109 dossiers de

permis de bâtir, pour

- nouv. constructions habitations 38

- autres bâtiments 28

- transformations habitations 27

- transf. autres bâtiments 9

- modif. relief du sol 2

- enseigne lumineuse 1

- démolition habitation 0

- démolition autre usage 4

13 dossiers de permis de lotir

8 enquêtes commodo et incommodo (2 pour dépôt de mazout et 6 pour placement réservoir à gaz) 5 autres dossiers

(exploitation tir aux clays, dépôt d'explosifs, exploitation de piscine au camping Le Pachy, extension concession automobile, stockage de produits phytopharmaceutiques). Le service s'occupe également de consultations de notaires, correspondances relatives à des questions d'urbanisme et de cadastre et de renseignements à des tiers.

(à suivre)

Si tu penses à tous ceux-là...

En classant certains « vieux papiers » j'ai recueilli ce poème émouvant qui reste indiscutablement valable pour tous les jours de la vie. Il nous interpelle avec force ! Il doit nous pousser, souvent, à une profonde méditation, à penser à notre prochain et, en outre, à accepter les aléas de la vie, qu'ils soient petits ou grands.

R.A.

Voici donc ce poème.

Tu ne connais pas ton bonheur

De pouvoir cueillir une fleur

C'est si facile avec les doigts,

Pense à ceux qui n'en ont pas !

Tu ne connais pas ton bonheur

De l'exprimer selon ton cœur,

C'est si facile avec la voix,

Pense à ceux qui ne peuvent pas !

Tu ne connais pas ton bonheur :

La nature dans sa splendeur,

S'offre à toi, regarde-là !

Et pense à ceux qui ne voient pas !

Tu ne connais pas ton bonheur :

Ecoute cet oiseau siffleur.

Est-il plus beau chant que voilà ?

Pense à ceux qui n'entendent pas !

Tu ne connais pas ton bonheur :

Etre aimé de l'âme sœur,

Pouvoir la serrer dans tes bras.

Pense à ceux que l'on n'aime pas !

Prends conscience de ton bonheur,

Estime-le à sa valeur.

Très heureux tu te trouveras

Si tu penses à tous ceux-là !

(s) Un handicapé atteint de paralysie... à 33 ans et ne pouvant même plus parler.

Les voeux du Bourgmestre

C'est devenu une bien imable tradition : dans les premiers jours de l'An, le Collège échevinal invite tout le personnel communal à un repas convivial en la salle L'Orbey.

Ils étaient donc, vendredi, plus d'une centaine : employés et ouvriers des divers services communaux, enseignants, pompiers, policiers, autour des membres du Conseil communal.

Au cours de l'apéritif, le Bourgmestre Benoît Spineux a présenté tous ses voeux de bonne année voeux personnels, des échevins et des conseillers ; « que 2003 vous apporte les meilleures choses qui puissent être, tout en sachant que la réalité quotiienne reprendra forcément ses droits ».

Et c'est précisément cette réalité quotidienne qu'il veut évoquer : 2002 aura été une année importante mais délicate au niveau financier. D'abord avec ce gros problème du déficit grave de l'Intercommunale de SantP (Hôpital d'Auvelais) mais, dit le mayeur

« nous sommes politiquement fiers d'avoir respecté nos engagements, socialement heureux de maintenir cet hôpital de proximité dans une région défavorisée, et humainement satisfaits d'avoir pu maintenir le volume de l'emploi, malgré un coût de 173.52 € sur les finances communales. » Mécontentement pourtant envers la Région Wallonne qui, elle, n'a pas tenu ses promesses de subsides, en raison d'une logique particulière : « Votre gestion est saine, donc vous n'avez pas besoin d'argent » ! Gérez bien, vous serez pénalisés ! Ces 70 millions, il a bien fallu les trouver, malgré les gros chantiers en cours : Ecole d'Aisemont, Hall omnisports, aménagement de l'Hôtel de Ville, dotation au CPAS et Zone de Police où là non plus le ministre Duquenne ne nous a pas donné d'étrennes. Le tout sans augmenter les taxes principales. Autre engagement tenu : l'emploi ; et même, en prévision de certains départs à la retraite, du personnel a été engagé dès à présent pour éviter toute rupture dans le service : gérer, c'est prévoir...

Si 2002 fut terminé dans la sérénité, 2003 risque d'être douloureux, difficile. Heureusement, remarque encore le mayeur, l'ensemble du Conseil communal soutient ces actions ; dans un esprit démocratique mais la « politicaille » a disparu et c'est fort bien.

Enfin, le chef de la commune remercie tous les membres du personnel des divers services pour leur professionnalisme, leur compétence, leur serviabilité. « Tous les services communaux : administratifs, techniques, culturels, Enseignement, Incendie, ALE, CPAS, Police, Fabriques d'Eglises doivent être remerciés pour les efforts consentis dans une volonté commune d'aider les gestionnaires à surmonter cette période difficile ». Preuve de confiance réciproque qui mérite d'être soulignée et poursuivie.

Le repas, servi comme les autres nnées par des jeunes d'une école de Malonne en échange de services du personnel technique communal à leur établissement, se déroula dans une très joyeuse ambiance, et même se prolongea assez tard pour certains irréductibles...