N°19   09 mai 2003

Comédies politiques et autres

Les élections approchent et cela n'a pas empêché (ou cela a suscité) une grosse "farce" politique: la démission in extrémis de deux ministres Ecolo. Episode affligeant. Farce ou stratégie ? Car avec nos "hommes" politiques, on ne sait jamais. On a bien vu, le ter mai, les présidents du PS et du MR se tirer cordialement dans les pattes (" Le PS a "un" adversaire : le MR "), alors qu'on sait déjà qu'ils referont ensemble le prochain gouvernement. En 99 déjà, un ténor clamait : " Avec Ecolo, jamais! "Alors..

Le public n'a pas compris vraiment ce qui se passait : un accord de janvier sur les vols de nuit au-dessus de Bruxelles remis en question ? Opposition " par mesure de sécurité ", mais il y a déjà, nous dit-on par après, 300 avions qui survolent de jour la capitale... Puis, que le tracé final sera " le survol de la zone la moins peuplée des zones les plus peuplées "... De qui se moque-t-on ? A ajouter à la réforme multi-forme de la SNCB, à la publicité sur les bolides de Francorchamps, l'autorisation de fumer du cannabis mais pas du tabac et autres illogismes...

Et puis au fond, on sent (mais on le dit peu) que ce serait encore une manoeuvre (électorale) flamande : il y aurait plus de néerlandophones que de francophones survolés par ces avions... Un indice, c'est que Mme Durant a été proprement lâchée par sa collègue flamande d'Agalev en cette affaire ! Et un pilote (les premiers concernés mais dont on ne demande pas l'avis) assurait que ce n'était là qu'une manoeuvre démagogique.

Autre avis : il y aurait là-dessous la rivalité des deux " femmes fortes " qui règnent sur l'électorat bruxellois : Laurette et Isabelle... Malgré le " pôle des gauches ", le PS en entier a aussi lâché Isabelle Durant et Ecolo.

Autre "comédie" : le procès Smap. Les avocats ont trouvé une faille de procédure une copie qui n'est pas la photocopie exacte d'un document de base : la dénonciation de "l'affaire". Et on voudrait arrêter les poursuites pour un cachet qui n'apparaît plus sur un papier ? Et cet auteur de faux magistraux, avec détournement de trois milliards, ose parler de faux

En Irak, on apprend que Saddam Hussein et ses fils seraient partis avec un milliard de dollars (sans compter les 650 millions de dollars retrouvés dans un palais, mais cela, c'était le petit pécule personnel d'Oudaï !), mais des milliers de gens sont, eux, à bout de ressources : sans travail, sans argent, parfois sans abri... Il est bien difficile de revenir à une sécurité et un calme suffisants. C'est que déjà pointent les intégristes qui exigent un " état islamique ". Et on sait ce que cela donne ailleurs ! Et même si on parvient à éviter cette dérive extrémiste, chacun des gros groupes ethniques : chiites, sunnites et kurdes, veut gouverner. La guerre a renversé Saddam et son régime totalitaire et inhumain, mais que doit-on attendre de ces rivalités politiques qui maintenant peuvent se déclarer au grand jour ?

Une des définitions de la politique, c'est " stratégie ". Pour le pouvoir. Hélas, pour certains, ce n'est qu'un " jeu politique "...

Et comme en sport, on joue trop souvent" personnel ".

JR.

La Sainte-Brigide : 13 siècles de tradition

On sait que les moines irlandais de saint Feuillen, dès leur arrivée à Fosses en 651, ont établi sur la colline actuellement dénommée de sainte Brigide un oratoire où ils pouvaient, à tour de rôle, se retirer pour prier dans la solitude, selon leurs coutumes. Ils avaient aussi apporté une relique et la dévotion envers leur compatriote Brigide, fondatrice du monastère de Kildare et morte vers 524. Protectrice du bétail autant que des gens, elle fut tout naturellement invoquée chez nous, comme dans son pays, par un pèlerinage largement célèbre dans toute la Wallonie.

Treize siècles plus tard, ce pèlerinage est toujours bien vivace, surtout depuis que, devant une baisse du nombre de cultivateurs et donc de pèlerins, la Confrérie Saint-Feuillen a redonné à la tradition une impulsion nouvelle.

Tradition multiple : d'abord, le concert que la Royale Philharmonique, depuis sa fondation voici plus de 150 ans, offre aux pensionnaires du Home : ce fut encore un régal pour tous. Tradition des baguettes de noisetier que des enfants vendent aux pèlerins, qui les font bénir, puis emportent dans les étables ou les habitations. Tradition de la messe des pèlerins en la chapelle avec la procession ambulatoire en frottant les baguettes à la statue de la sainte.

Depuis cinq ans, le " Pèlerinage aux baguettes " est jumelé à la " Fête des Fleurs " que le comité d'animation du Home Dejaifve organise chaque année au profit des loisirs de pensionnaires, et aussi de la Croix-Rouge qui trouve là une occasion de valoriser sa Quinzaine annuelle. Fosses est un pays de traditions.

Dès 10 heures, la clique des jeunes tambours de la Philharmonique donnait le ton en gravissant la colline au rythme de leurs instruments. Puis, les musiciens prirent place dans un réfectoire bondé, pour un concert de réelle qualité : sous la baguette de

leur chef Cl. Barthélemy, les musiciens montrent leur talent d'adaptation dans des airs variés : classiques, opérettes ou de rythmes modernes, chaleureusement applaudis.

Déjà la drève s'emplissait de voitures et la plaine de pèlerins ou encore d'acheteurs de fleurs auprès de Brigitte, André, Gisèle et leur équipe de dévoués. Celle de la Croix-Roue mettait en place son comptoir de pâtisseries et d'objets divers réalisés par les pensionnaires.

Et la chapelle s'emplissait : les membres de la Confrérie Ste-Brigide d'Ayeneux (Soumagne), sont fidèles au poste depuis quatre ans déjà, tout comme des membres de la Confrérie Saint-Feuillen vont chaque année à leur pèlerinage du 1er février: Aussi quatre membres de la Confrérie Saint-Feuillen du Roeulx : des liens d'amitiés se sont créés et de nombreux échanges et visites se répètent annuellement. Et bien vite la chapelle est bondée jusqu'en dehors du porche.

L'office était célébré cette année par l'abbé Forthomme, nouvel aumônier du Home, assisté des abbés Lejeune, ancien aumônier, Goret et Eusèbe, tandis que M. le doyen dirigeait les chants de la chorale et d'une assistance très recueillie et participante.

A la fin de la messe, le célébrant, ancien doyen d'Auvelais, procéda à la cérémonie de la bénédiction des baguettes, non sans avoir avec humour rappelé qu'autrefois un de ses prédécesseurs à Auvelais avait dénoncé " un certain dévergondage " de ses paroissiens venus a Fosses, une fois le pèlerinage terminé et pour leur éviter cette tentation d'une virée dans les cafés (qualifiés par lui de " lupanars " !), le curé avait instauré à Auvelais un pèlerinage à sainte Brigide. La statue, hélas, fut volée voici quelques années, aussi est-ce avec plaisir que lui-même revient aujourd'hui à Fosses...

Au chant du naïf cantique à sainte Brigide, due à un amateur fossois voici 50 ans, Les Confrères passent derrière l'autel en frottant leur baguette à la statue, imités par l'assistance ; puis ils font le tour de la chapelle (dans le sens nord-sud : c'est aussi la tradition, frottant aussi leur baguette à la vénérable pierre du chevet représentant une croix inscrite dans un cercle : typiquement celtique irlandais et datant sans doute du VIIIe ou IXe siècle. Et cette année, la procession se prolongea vers l'oratoire qu'un Confrère a offert l'an dernier : un édifice aussi typiquement irlandais, en pierres sèches, avec une stèle verticale gravée de la croix cerclée, et l'ensemble est cette année entouré d'une série de plantations : une haie en cercle formant enceinte sacrée, des massifs de fleurs diverses et rustiques, un noisetier pourpre : " l'arbre de sainte Brigide " et d'autres arbustes ; tout cela donnera, d'ici quelques années, un très bel aspect à cet endroit remarquable, sous un bouquet de grands arbres, un peu en contrebas du Home.

Apéritif, repas démocratique sous chapiteau, agrémenté de musique celtique par un groupe de musiciens spécialistes d'airs irlandais. L'après-midi est faite de détente, de retrouvailles, de partage amical et joyeux.

A 16 heures, en la chapelle, Jean Lecomte, en érudit historien, présenta une recherche sur les " croix de paille de sainte Brigide " : nous en parlons prochainement. Et le site connut encore une autre attraction : le conte des Chinels présenté par des acteurs des Comédiyens Fosswès, dans une organisation du Syndicat d'Initiative. La vente des fleurs s'achevait, celle des pâtisseries et des boissons aussi, et chacun s'en fut, au soleil couchant : un soleil qui cette année fut particulièrement généreux, compensant la pluie continue de l'an passé.

La petite chapelle " Sainte-Brïye " a retrouvé sa paix et son silence : depuis des siècles, et maintenant avec cet oratoire de pierre, elle veille sur la colline et attend les pèlerins confiants et dévots, fidèles successeurs des générations pieuses d'autrefois.

 

Pensons à nos aînés

Vous y avez bien pensé en réservant un très bon accueil aux propositions alimentaires de la Croix-Rouge, dans le cadre de la Fête des Fleurs, ce dimanche 4 mai, au Home Dejaifve.

Les confections artisanales, salées ou sucrées, réalisées par des bénévoles et des sympathisantes, ont eu un grand succès.

Rappelons que le bénéfice INTEGRAL de cette vente, est destiné à

gâter les pensionnaires et malades notamment lors de l'excursion annuelle).

Un tout grand merci à tous et pour l'année prochaine : appel à toutes les bonnes volonté pour mieux garnir encore notre étal.

La section locale de la Croix-Rouge de Fosses-la-Ville

A Senior-Amitié

Le groupement du 3e Age a tenu mercredi dernier son habituel Goûter de printemps et une bonne centaine de membres y ont participé.

Mme Mazuin eut un mot d'accueil, rappelant les diverses activités et attractions proposées pour les prochains mois. Puis Pol Deblaton tint à remarquer que cette année 2003 était celle du 25e anniversaire de la présidence de Mme Mazuin dont il souligna les mérites d'immense dévouement. C'est cet anniversaire qui justifiait la présence de responsables de la Fédération de Senior Amitié et Mme Mazuin fut une nouvelle fois comblée de cadeaux et de fleurs.

La chorale Saint-Martin, qui s'est renforcée, interpréta 6 beaux chants choisis sur le thème de Pâques ou du printemps, sous la direction précise de Jean Boccart. Et l'après-midi fut animée par Fernand Lahaye, dans un répertoire de grande qualité.

Ces goûters de Senior Amitié sont toujours des occasions de rencontres amicales et fraternelles; elles se terminent chaque fois par une belle tombola. Alors, rendez-vous est donné pour le prochain, la " Fête des Aînés ", en novembre. Mais d'ici là, nombreuses sont les occasions de se revoir et de se distraire: voyages et spectacles sont au programme

De la myrtille à la figue

Sous ce titre appétissant et original, Jean-Pierre et Nadine Cobut présentent un ouvrage alliant textes poétiques et photos d'art sur leurs découvertes de voyages à travers divers pays. La présentation publique se fera ce vendredi 9 mai à 20 heures en la salle L'Orbey.

Le prix de vente de ce beau livre (80 pp. de texte, 120 de photos) tiré à 500 ex. seulement, est fixé à 39 €

Cinébus

Le vendredi 16 mai, à 20 h ,place du Centenaire : « Minority Report ». Réalisation : Steven Spielberg.

(Etats-Unis - 2002, 145 min), avec Tom Cruise, Kathryn Morris, Max Von Sydow. Enfant admis.

A Washington, en 2054, la société du futur a éradiqué le meurtre en se dotant du système de prévention/détection/répression le plus sophistiqué du monde. Dissimulés au coeur du Ministère de la Justice, trois extra-lucides captent les signes précurseurs des violences homicides et en adressent les images à leur contrôleur, John Anderton, le chef de la « Précrime », devenu justicier après la disparition tragique de son fils. Celui-ci n'a alors plus qu'à lancer son escouade aux trousses du « coupable »...

Mais un jour, se produit l'impensable l'ordinateur lui renvoie sa propre image. D'ici 36 heures, Anderton aura assassiné un parfait étranger. Devenu la cible de ses propres troupes, Anderton prend la fuite. Son seul espoir pour déjouer le complot

dénicher sa future victime ; sa seule arme les visions parcellaires, énigmatiques, de la plus fragile des Pré-Cogs : Agatha.

Entrée adultes: 3 € Entrée enfants (- de 12 ans ): 2,50 €

Réduction aux membres de la Ligue des Familles.

Réservations souhaitées. ' 071 /71.46.24.

L'été au jardin

Le Cercle royal d'horticulture de Fosses organise le samedi 17 mai, une Journée intitulée « L'Eté au Jardin », à l'occasion du centenaire de sa création (1903-2003).

Cette manifestation se tiendra place du Marché. Une occasion unique pour apprendre à semer, planter, jardiner, tailler et entretenir vos jardins. Questions et réponses sur le jardinage, sur place, durant toute la journée.

- De 9 h à 13 h : ABC du jardinage, pour adultes et enfants, par M. Robert Daloze, ingénieur agronome, conférencier et président de la Régionale d'Horticulture de Namur.

- De 13 à 17 h : Comment garnir vos

bacs et jardinières, par M. Moray, agronome, conférencier et chroniqueur à la revue « Notre jardin ».

Toute la journée : exposition du matériel de jardinage. Stands : compostage individuel de vos déchets de jardinage. Stand information. Apiculture

- Petites saveurs senteurs.Tombola des visiteurs, sur la Place à 11 h, 12 h, 14 h, 15 h et 16 h. Nombreux prix.

- 17 h : vente des fleurs exposées.

Une organisation de la Régionale d'Horticulture de Namur, section Cercle royal d'horticulture de Fosses-la-Ville ; resp. : G. Vernaut, '071-71.18.10. Avec le soutien du Centre culturel de l'entité .

Amis de Lourdes

Le tirage annuel a eu lieu le mercredi 30 avril à Aisemont. Il a été effectué sous la présidence du doyen M. Vannoorenberghe, assisté de M. J.-Luc Boulanger, secrétaire-trésorier.

Malades

M.-L. Demoulin-Baulard, Sart-St-Laurent

Gilberte Ancion-Bacq, Sart-Saint-Laurent

Laure Vangeesbergen, Fosses

Marie-Louise Bastin, Aisemont

Monique Gaune, Haut-Vent-Fosses

André De Hane (Couillet), liste de Lesve

Zélateurs-Zélatrices

Mélissa Ligot, Vitrival

Adrienne Demeuse-Louppe, Bois-de-Villers

Membres

Angélique Sadler (Namur) liste Bois-de-Vill.

Colette André, Lesve

Mme Soulier, Sart-Saint-Laurent

J.-M. Muller, Névremont (liste d'Aisemont)

Maryvonne Joris, Bois-de-Villers

Yvette Demeuse (Evrehailles), liste B.-de-V.

Patricia Marneffe, Lesve

Valérie Brachotte, Vitrival

Caroline Titeux, Vitrival

Clara Bodart-Boulanger (Maison) liste Fosses

Irène Urbain-Timmerman, Fosses

Marie VandenHeerde (Gonoy), liste Fosses

Jeaninne Challe-Gravy, Le Roux

Beau succès pour Pascal Gillard

Si le car qui devait emmener les supporters fossois vers Andenne n'a pas pu se remplir, ses fans étaient pourtant nombreux et ont préféré se déplacer par leurs propres moyens, pour venir applaudir notre chanteur-compositeur local qui se produisait pour une première fois sur scène. Il y eut 350 entrées : un succès donc. Et l'anagramme ci-contre reflète très bien ce succès.

Il serait souhaitable qu'on puisse prochainement l'écouter à Fosses.

Pascal Gillard, jeune Fossois

A mis le feu sur scène à Andenne, un soir

Ses musiciens, sa choriste, pleins d'énergie...

Concert inoubliable avec de tels artistes

Avec ta guitare et ton harmonica.

L'émotion était bien là.

Grand sentimental, avec un immense talent

Intitulé « Tout Simplement »

L'album est un grand émerveillement

Le contact avec ton public très chaleureux

A rendu beaucoup de gens heureux.

Reste sur le chemin du succès

Des portes s'ouvriront, nous en sommes certains.

Toutes nos félicitations, Pascal Tes Fans fossois.

Fancy-fair

C'est ce samedi 10 mai, à partir de 14 h 30 qu'a lieu la fancy-fair de l'Ecole fondamentale de l'Etat.

Rappelons le programme

14.30 Spectacle en salle, par les élèves des sections primaire et maternelle. Thème : « Tube d'un jour, tube de toujours ».

15.30 Ouverture des stands et diverses attractions. Animations variées : pêche aux canards, jeu du palet, tombola express... Petite restauration : pâtisseries, glaces, gaufres, frites, saucisses grillées...

16.30 à 17.30 : course des garçons de café (concours récompensé)

Les Croix de paille de sainte Brigide

Exposé de jean LECOMTE (4 mai 2003)

Ceux qui sont allés en Irlande, et notamment à Kildare, rapportent souvent une croix de paille tressée, fixée sur un carton portant une brève notice sur la vie de la sainte et rappelant que ces croix sont conservées pour la protection de la maison contre le mal et le démon.

Jean Lecomte, auteur de déjà plusieurs livres et publications sur notre histoire locale, a pu entrer en relation avec un professeur d'histoire de l'Université de Dublin qui lui a fourni de nombreuses précisions intéressantes sur ces croix de paille et les croyances irlandaises à leur sujet.

Le Père de Moreau, un spécialiste, estime que le grand âge du christianisme a procédé à une substitution des cultes celtiques en cultes chrétiens. Le calendrier des fêtes païennes est devenu celui de fêtes chrétiennes. Ainsi sainte Brigide de Kildare, morte en 523 ou 524, aurait fondé un monastère sur un lieu celtique, sous un chêne : cell-dara signifie cellule, église du chêne. Elle est fêtée au lier février, ancienne fête celtique d'Imbolc, purification de la nature, veille de la fête de la Purification de la Vierge, ou Chandeleur. Une tradition de Galway veut que Brigide aurait rencontré la Vierge-Marie portant sur la tête une couronne de cierges allumés symbole de lumière.

Sur un site celtique, elle se consacra notamment aux soins des animaux et un jour aurait réussi à traire trois fois le même jour une vache qui aurait même donné tout un lac de lait. Elle est ainsi devenue protectrice du bétail. Son culte est lié aussi aux baguettes de coudrier, d'usage dans tout le monde celtique.

Mais pourquoi ces croix de paille ?

Dès le néolithique, on trouve le culte d'une déesse-mère (Vénus callypige) dans une civilisation essentiellement basée sur l'agriculture et l'élevage. Le bétail, plus encore que la terre, mesurait la richesse. La mentalité populaire était fondée sur la tradition et lorsque le christianisme remplaça les cultes celtiques, en Irlande ce fut un événement unique parce qu'indépendant de la romanisation ; même le christianisme irlandais était différent de celui de Rome, ce ne fut qu'un vernis sur les conceptions celtiques, selon le professeur O'Neill.

Alors, Brigide est-elle héritière d'une déesse païenne ? La coutume, passée dans le monde rural de Wallonie, attribue à la paille des pouvoirs spécifiques on couchait sur la paille les femmes pour l'accouchement ; en gaélique, toc = paille et c'est aussi le nom du jour de la naissance. De même, c'est sur la paille que la vache vélait et dans le comté de Cork, on place dans un buisson un morceau de tissu, la veille du lier février et on croit que, la nuit, sainte Brigide vient le toucher. C'est l'équivalent (et le nom) de " pat Bride ' , le manteau de Brigide ; on en dorure un morceau à chaque femme, pour augmenter leur fertilité, ou contre la stérilité, ou lors des accouchements. On met ce morceau sur le dos des vaches lors du vélage: elles donneront du lait en abondance.

On utilise aussi parfois le jonc : si une vache ne donne pas de lait, on lui attache un morceau de jonc à la patte. Le lait est rare en janvier ; lorsqu'arrive le 1er février et la fête de sainte Brigide, le lait arrive et pour cela on place aussi dans les étables des cierges bénits. Après vélage, la vache est placée sous la protection de sainte Brigide par des cérémonies rituelles : par exemple, on touche (3 fois avec dés charbons ardents le pis et es reins de la bête, en récitant une prière à Ste Brigide. Ou on attache le ' pat ", bout de tissu, avec des

cendres et, de l'eau bénite, à la queue de la vache. On la touche avec une baguette pour qu'elle donne beaucoup de lait. Autres rituels sont de tradition au ter février en Irlande : la veille, les jeunes gens se promènent en procession avec une poupée représentant sainte Brigide : c'est un navet, marqué des yeux et du nez, monté sur une tige de bois pour le corps. De maison en maison, ils récoltent des offrandes de beurre et de pain en réunissant les jeunes filles, " Big Maddles " (?). Le jour de la fête, Feal Bride, on ferme la porte arrière de la maison, la poupée est exposée et honorée par les jeunes gens, en signe d'obédience, et la fête se termine par des chants et danses traditionnelles.

La CROSS BRIDE est une sorte de ceinture de paille, et dans un rituel magique, les jeunes gens passent 3 fois dans cet anneau surmonté d'une croix de Ste Brigide tressée. Ils doivent sortir le pied droit en avant, en disant cette invocation : " La ceinture de Brigide, Marie y est entrée, Brigide en est sortie, vous vous sentirez bien pendant 7 ans ".

La veille de la fête de Ste Brigide, le chef de famille, vêtu d'habits usagés, portant une gerbe de paille en forme de corps humain, entrait par la porte arrière pour participer au repas en l'honneur de Ste Brigide. Le plat était fait de pommes de terre bouillies, de purée oignons et de beurre. Tandis u'il répétait : " Ouvrez les yeux " mise en transe ?), on " ramenait Brigide ", on l'invitait à table (et on y plaçait

une cuiller en plus pour elle). La marmite était placée sur de la paille qui ensuite était tressée en croix. Après le repas, le chef de famille plaçait ces croix dans les mangeoires, ou les attachait au cou des agneaux nouveau-nés.

La paille était sensée avoir un pouvoir magique : on en mettait dans les plants de pommes de terre pour obtenir de bonnes récoltes. La croix avait un pouvoir de fécondité sur les plantes, le bétail et les hommes, dans le comté de Mayo. On en mettait aussi sous le matelas des jeunes épousées. C'est une identification populaire de la fertilité des moissons. L'époque de la fête de Bride est celle d'une nouvelle source de vie. Dans ce cycle de fertilité, le 1er février est le temps de la préparation de la terre, le début des travaux agricoles.

 

Il ya50ans

MOIS DE MAI 1953

- Copieux programme pour la Ste-Brigide : vendredi, concert ; samedi, course cycliste ; dimanche : concours de ballonnets, concert apéritif, messe de pèlerinage, concert de carillon, lutte de balle au tamis, concert le soir ; lundi

Course cycliste, lutte de balle au tamis, et spectacle de music-hall.

- Pour l'ouverture de la saison à la plage de Bambois, on annonce des attractions nouvelles : luna-park, 2 carrousels pour enfants, nouvelle terrasse, promenades en barques, canot moteur et pédalos.

- L'Ecole Moyenne de Fosses organise une grande fête de plein air, avec notamment au programme un très grand music-hall. Une grande tombola est annoncée avec lots superbes : un poêle continu, un vélo, un tourne disques, un tableau...

- Fête du Point d'Arrêt à Bambois avec : un concours chants de coqs, un concert ; course cycliste le lundi et bal renversé le mardi, au café Linard.

- Hector Gosset, qui a réalisé 21" 8 aux 200 m (à 1/10 du record de Belgique) est sélectionné pour les Jeux du Couronnement à Londres, aux côtés de 4 autres athlètes belges, dont Reiff et Moens.(Il sera 3e aux 100 m après avoir mené la course et aussi 3e aux 220 yards).

- Ce sont les communions solennelles le dimanche 31 mai pour 14 garçons et 15 filles de la paroisse de Fosses.

- Trois communiants seulement à Sart-St-Laurent cette année 1953

Charles Bossrez, Rose-Marie Dewez et Agnès Thibaut.

- Bambois Plage annonce une grande fête nautique pour le 7 juin, avec les fameux plongeons de l'abbé Simon qui réédite ses exploits de l'an passé.

- Au Cinéma Moderne, on joue : La révolte des dieux rouges (Errol Flynn), Le Prince rebelle, Sans pardon, Le don d'Adèle, La vierge gitane, L'île d'amour (T. Rossi), Opération dans le Pacifique.

La Colombe de Magritte

Elle est pourvue de deux ailes... comme les avions de la Sabena.

Elle volait sur un fond bleu, comme les avions de la Sabena.

Un tableau vendu 3.400.000 euros, (136 millions de FB) + sans doute quelques millions de frais (?) : vendu le double de son estimation ! Le prix d'un avion d'occasion

Quand on pense que n'importe quel peintre de notre groupement local pourrait réaliser une imitation quasi parfaite, en une ou deux heures de travail... Car, dessiner une colombe stylisée, la peindre en blanc sur un fond bleu, c'est quand même pas chinois ! On se demande pourquoi un tel tableau a atteint cette somme faramineuse. Parce que c'est un Magritte... Si c'eût été le même tableau, signé Çagratte ou Çagriffe, la Sabena ne l'aurait pas acheté.

Avis aux amateurs : vous qui êtes au chômage et qui avez peut-être quelque don, faites un Magritte, allez sur une brocante... on ne sait jamais ! Mais n'oubliez pas la signature : Magritte (ajoutez René, ça fait plus intime) ! Certes, vous ne trouverez pas de client pour cette somme, mais vous pouvez toujours marchander votre œuvre ».

Et si vous trouvez une colombe, sur un marché, mais qui soit vivante... vous la paierez encore moins chère ! Et, en plus, elle sera en mesure de vous faire des petits veufs...

Printemps des Musées

Le dimanche 4 mai, le S.I organisait une après-midi spéciale pour le Printemps des Musées.

Cent vingt personnes venues de Fosses, mais aussi de Bruxelles, Charleroi ou Namur, ont répondu à l'appel et ont eu le privilège de visiter le « Musée du Petit Chapitre » gratuitement.

A la fin de la visite, les groupes accueillis par « Mèliye » allias « Françoise Honnay », étaient invités à suivre le circuit pédestre, animé, mis en place jusque Sainte-Brigide.

Les talentueux « comédyiens fosswès », placés à divers endroits le long du parcours, ont interprété la légende du Chinel ; c'est ainsi que les spectateurs ont pu rencontrer Jacques, notre gentil bossu, dégustant « la Bosse » sur le kiosque de la place du Marché.

Au pied du bois de Sainte-Brigide, les sorcières « Agathe et Euphrasie » ont provoqué le fou rire de l'assemblée, avec leur querelle, si bien que le « malvé » paraissait bien moins vilain

Cet amusant circuit se termina dans la bonne humeur, avec un jeune Doudou, dansant et virevoltant sur la célèbre musique des Chinels, sur le superbe site de la chapelle Sainte-Brigide.

Le coin du wallon

LI cinéma à Fosses timps dé l' guêre

Timps dé l' guère, li dîmègne au nût, corne on n'a comincî à djouwer au football au Banbwès qu'en 1944 èt qu' gn-aveûve pont d' dicauces ni d' bals, nos d'chindin.n' à one binde do Banbwès au cinéma à Fosses.

Sovint, Léon Aerts, qui proveneûve di Fosses èt qu'aveûve mârié m' cousène èt mârine, l'orne qu'aveûve sitî arèté èt boûriaté paus Francès en 1940, dischindeûve avou nos èt avou sès gamines Aline èt Andrée. Di l'uviêr, nos dischindin.n' min.me à chabots avou do strin d'dins !

Nos waîtin.n' di tchaîr avou Odon Djaquèt, qui v'neûve di Forpinséye èt qui fieûve li commentaire dès films à s' manière.

On djoû, dji n' sé pus duvint, dj'èsteûve taurdu. Lès ôtes èstin.n' èvôye sins mi. Dji d'chind tot seû èt dji mousse o cinéma, qu' lés-actuwâlités UFA avin.n' dèdjà comincî. Tot m' tinant è l' nwârcheû à gauche èt à drwète, dji sins asto do coulwér qu'i gn-a one place qu'èst libe. Dji m'î achîd. On vèyeûve tot l' timps dèsaviyons Anglès qu' tchèyin.n' avou one keuwéye di fumêre èt dès camions èt dès tanks Russes qui rostichin.n' èt one convôye di Russes prîjnîs à n'è nin vôy li coron.

Chake côp, on criyeûve : « T'as minti ! C'èst ti ! » èt mi come lés-ôtes. On-z-aveûve do plaîji èt c'èsteûve one miète di résistance.

Tot d'on côp, l' lampe si ralume ; asto d' mi, gn-a on-Alemand qui m' riwaîte ! Rwèd qu' djè l'a lèvé po-z-aler r'trover mès soçons !

Ça a arivé d' pus d'on côp, quand on criyeûve di trop, qu' Mathieu fieûve arèter l' film èt dire qu'il aleûve fé èvacuwer l' sâle

Come on-z-aveûve payï, on s' djokeûve po waitî tot l' film èt tot èsteûve rapaujî

Dji m' sovin d'on côp - duvin-ce qu'on s' sovint insi d'aféres sins-importance ? - qui l' film cominceûve avou on via qu'aveûve si pate prîje dins dès fils ; on grand fwârt orne ariveûve à l' distraper. One munute après, on vèyeûve one djon.ne feume. « S'èle sèreûve prïje pa s'pate dins lés fils, djè l'îreûve voltî distraper ! », di-st-i l'Odon.

Tot qui qu'èsteûve avaurlà s'a pèté à rire èt Odon, r'monté, n'a nin lachî d'èspliker ç' qui s'passeûve à s' manière. Nos brèyin.n' di rire ! Mathieu a criyî trwès côps qui nn'alin.n' ièsse cayîs à l'uche, mins quand nos l'vèyin.n' ariver, nos-èstin.n' brâves come dès-èfants qu' ratindenut SintNicolès !

R.A.A. VIROUX

La presse... revue

par Zorro

- Samedi: « Ce que les Wallons attendent du pouvoir » - Rien et encore bien moins que cela.

- Dimanche : « Monument aux victimes d'accidents du travail » - Mais si, Germaine, c'est aussi valable pour les fonctionnaires.

- Lundi : « 600.000 femmes touchées » - Selon les premiers résultats de l'enquête, il ne s'agirait pas d'un pervers isolé...

- Mardi : « La mode des slogans vides... » - Mode ou désolante réalité. - Mercredi : « Un vaccin serait trop coûteux... » - Docteur, combien pour cet homme, cette victime woua woua (sur un air de Line Renaud).

- Jeudi : « Moins d'ardent pour les soins de santé... » - Ah, ces malades qui nous gouvernent...

- Vendredi : « La travail a repris à la prison de Forest... » - Pas de livraison de gravier avant 1 mois, mais les premiers moellons seront prêts dans une semaine...

Souper-dansant

Le comité des fêtes de Vitrival organise un souper-dansant le samedi 17 mai, dès 19 h, à la salle Patria, à Vitrival. Au menu

Apéritif

- Quiche au poulet ou Crêpe farcie fromage et lardons

- Potage aux brocolis

- Filet de sole à la crème, poireaux et pommes Duchesse

ou Rôti de porc sauce moutarde, champignons, pommes Duchesse

- Napolitain glacé, sauce orange ou Macédoine de fruits

Prix du menu : 15 euros ou 8 euros pour les enfants - de 12 ans. Inscriptions souhaitées pour le 14 mai

È (0494-62.42.30).

La soirée sera animée par la sono DM.

Décès de Mme Parent

Depuis longtemps déjà on la savait gravement menacée, mais le décès de Mme Monique Delvaux, épouse du secrétaire communal Gérard Parent, a jeté la consternation et la tristesse.

Née à Namur en 1944, elle habitait Salzinnes lorsqu'elle épousa Gérard ; ils ont eu deux enfants et deux petits enfants. Ils avaient fait bâtir une jolie maison, rue Grande à Le Roux.

Après avoir travaillé dans le privé, Mme Parent entra dans le personnel communal, en charge des dossiers de l'enseignement. Son ancien directeur d'école, M. Bouxin, lui rendit hommage à l'église de Salzinnes où avaient lieu les funérailles. Il précisa sa haute compétence, son esprit de débrouillardise et de recherche pour solutionner tous les cas difficile.

A Gérard et à la famille, nous présentons nos vives condoléances.

Gaby nous a quittés

" Il n a pas attendu le 40e anniversaire de la Marche pour frapper à la porte de saint Pierre : il a sûrement été bien accueilli et les anciens marcheurs lui auront fait une haie d'honneur " : c'est par cette allusion que l'abbé Saint-Hubert a, lundi matin, accueilli en son église notre ami Gaby. C'est lui en effet, avec Valère Demanet, qui en 1963 avait relancé à Vitrival une compagnie qui n'existait plus depuis 1914.

Le Président de la Marche Saint Pierre, Willy lpercielle, évoqua avec émotion cette renaissance de la Marche Saint-Pierre, qui fera l'objet d'un livre dont Gaby avait rédigé la préface, y rappelant ses souvenirs d'il y a 40 ans. Tous les marcheurs regrettent la disparition de Gaby, ancien tambour-major . " Tous te disent adieu et merci ", dit-il en conclusion.

Gaby était aussi le responsable du groupement des Anciens Combattants ; aussi, pas moins de huit drapeaux formaient une haie d'honneur. A l'homélie, M. le curé retraça les faits marquants de cette vie marquée d'un mot : " Service " : à sa Patrie, comme volontaire de guerre dès octobre 1944 ; il participa avec son bataillon au passage du Rhin en mars 45 et à l'occupation de l'Allemagne, marquée notamment par la libération du sinistre camp de Buchenwald. Il fut quelque temps gardien du Cimetière américain de Fosses, puis travailla au Cadastre à Namur puis à Auvelais. Gaby fut toute sa vie un fervent patriote, cheville ouvrière du Groupement des Combattants ; fidèlement, chaque année, il participait aux cérémonies du 11 novembre. Aimant passionnément son village, il fit partie d'une série impressionnante de sociétés locales : la Jeunesse, le Cercle dramatique L'Eveil, le Comité des Fêtes ; fut un des fondateurs de Radio 7, où il assurait chaque semaine le célèbre Micro en Balade et une émission pour les personnes âgées et isolées ; il fut aussi correspondant du Messager et du magazine Temps Mort. Tout le folklore, l'histoire, la vie de la commune l'intéressaient. Gaby s'impliqua aussi dans la politique lors des fusions en faisait partie de la liste Union Démocratique, avec un beau succès personnel puisqu'il fut conseiller communal.

Un trompette sonna "Aux champs" à l'élévation et après l'office, une délégation de la Marche St-Pierre : officiers, soldats et tambours, amena le cortège funèbre jusqu'au cimetière. Un arrêt fut marqué devant le Monument et la tombe des A.C. puis l'inhumation dans le caveau familial, ponctué d'une salve des marcheurs.

On le savait handicapé, mais cette mort subite a surpris et ému beaucoup de ses nombreux amis. Après une vie bien remplie et imprégnée de dévouement et de service pour les autres et pour les sociétés de son village, Gaby repose maintenant en paix dans sa terre natale.

A sa famille, nous présentons nos bien vives condoléances.

D'autre part, nous avons appris aussi le décès d'un ancien Vitrivalois

M. Jean-Marie Godenne, expert-comptable, juge consulaire honoraire, past-président du Rotary Club de Basse-Sambre Agé de 66 ans et père de trois enfants, avec six petits-enfants, il habitait Tamines. Ses funérailles ont eu lieu ce jeudi. A sa famille également nous présentons nos condoléances.

Corps d'office 2003

Le samedi 3 mai dernier, le comité avait organisé une brocante rue Bois-des-Mazuis. Pendant cette brocante ensoleillée, mais frisquette, a eu lieu le traditionnel cassage du verre. Voici la composition du comité et du corps d'office pour 2003.

Comité:

- Président : Willy Ipercielle

- Secrétaire : Guy Duret

- Trésorier: Georges Louis

- Membres : Laurent Calande, Robert Delobe, Albert Jacquemart, Albert Kaisin et Jean-Claude Wilmot

Etat-major

Général à titre posthume : Ernest Delobe

Capitaine à titre honorifique : Franz Hennaut

Colonels: Alb. Jacquemart, Phil. Larivière

Lieutenant-colonel : Yvan Lejeune

Majors : Elo'ise Gilson, Yoline Maudoux, Emmanuel Sainthuile

Adjudant-major : Robert Delobe

Adjudant-major adjoint et officier logistique Guy Duret

Officier porte-drapeau : Guy Prinssen

Petit off. garde-drapeau : Ludovic Bertrand

Tambour-major: Laurent Calande

Petit tambour-major: Romain Calande

Cantinière batterie: Anne Calande - Petite cantinière : Emmanuelle Duret

SAPEURS

Sergent-sapeur : Jean-Marc Poels

Sergent-sapeur adjoint: Grégory Poels

Caporal : Alain Hermans

Porte-chapeaux : Céline et Cindy Poels

Cantinière : Sylvia Calande

Petite cant. : Frédérique Vannieuwenhoven

VIVANDIERES

Lieutenant: Viviane Ipercielle

Sergent : Mireille Dupire

Cantinière : Sabrina Marique

GENDARMES

Capitaine : Francis Delvaux

Lieutenants: Willy Ipercielle, Jonathan Larivière

Petit officier: Gaëtan Picavet

1re cantinière : Marie-France Dupire

2e cantinière : Laurie Spineux

Cantinières adjointes : Aline Bernard, Marie-Céline Spineux

LANCIERS

Lieutenants : Pascal Mazuin, Dominique Prinsen

GRENADIERS

1er capitaine et off. payeur : Albert Kaisin

2e capitaine : Joseph Paquet

Lieutenant: Jean-Claude Wilmot

Cantinière : Nicole Paquet

Petites cantinières : KathyDeschyver Angélique Farcy

ARRIERE-GARDE

Sergents: Alfred Delande, Michel Foulon, Pascal Jacquemart, Christian Lambert.

Cantinière : Aurélie Kaisin

DELEGUEES AUX COCARDES

Nadia Goetinck, Martine Lefebvre, Sylviane Laviolette.

Si vous voulez marcher avec nous, vous êtes les bienvenu(e)s et vous pouvez vous

inscrire auprès d'un des responsables de pelotons (pour le 13 juin)

- Sapeurs: J.-Marc Poels '071-74.27.28

- Vivandières : Viviane Ipercielle '071-79.93.24

- Gendarmes: Francis Delvaux '071-79.93.24

- Lanciers : Dominique Prinsen '071-71.39.75

- Grenadiers : Alb. Jacquemart' 081-43.43.83

- Renseignements : Guy Duret È 0495-76.23.75