N°18   02 mai 2003

Un bien précieux document

Le film de « Rallye Contact Wallonie »

En 1973, les centres régionaux de la RTB organisaient une série d'émissions intitulées "Rallye Contact Wallonie", pour donner justement un meilleur "contact" entre les communes de notre région ; il y en eut seulement 6 au total et Fosses fut la seconde, du 11 au 17 février.

Il s'agissait d'une semaine entière d'animations diverses sur 3 plans: radio, télévision et local.

En radio: 9 émissions en direct ou en différé depuis Fosses : Dédicase, Club 14-15, dossiers actualité, Formule 1, Magazine féminin, Club de l'accordéon, etc.

En télévision : un film de présentation de la commune : "Auto-portrait", émissions enregistrées sur place: débat politique et économique, deux émissions pour les femmes, débat sur le wallon, Cinescope avec Sélim Sasson, etc.

Et sur le plan local, des activités diverses : sortie des Chinels et des Tchôs-Tchôs, présentation du matériel des Pompiers, basket, jeunes en direct avec Jacques Danois au Vietnam, soirée culturelle avec les Walons Scrijeùs, les Dans'Todi et le barde breton Glenmor; Les Quatre Saisons, le 3e Age, Formule J, Souvenirs-Souvenirs, cinéma pour enfants, " National 22 ", Magazine F avec Mamine Pirotte, goûter pour les 3x20, rallye automobile, match de football FC Justitia Fosses - RTBF, animation d'adoption de chiens abandonnés, bal de clôture de la semaine.

Ce fut, on le voit, une semaine folle ! Et, à part le bal, tout était gratuit ! Une quinzaine de techniciens- et animateurs connus de la RTB, dirigés par Jacques Gouverneur, assuraient le programme minuté, plusieurs Fossois eurent la parole dans des dossiers bien préparés : le travail, les déplacements, l'économie locale et régionale, les loisirs, etc... Une semaine bourrée de rencontres, de découvertes et de sympathie, une semaine hautement profitable à notre cité.

Le film de présentation "Fosses ma Ville", fut une réalisation d'amateurs fossois : Pierre Mélan et la Maison des Jeunes ainsi que des représentants des sociétés locales (22 personnes, dont Maurice Chapelle pour la partie historique et Mme Franceschini pour le script) avaient organisé le schéma du scénario, puis les dialogues et la présentation ; Lucien Piéfort dirigeait une équipe de cinéastes amateurs pour les prises de vues et les éclairages (avec le matériel de la RTB) ; les deux acteurs principaux : Jules Goffaux et Jean Piéfort étaient entourés d'une douzaine d'autres intervenants. Les premiers tours de manivelles étaient donnés dès la première semaine de janvier et le "final" : un rondeau des Chinels autour de la Pompe, avec les Dans'Todi et les Echasseurs, un peloton de Grenadiers, filmé le dimanche 28 janvier. Cet "auto-portrait" de 45 minutes fut présenté à la TV nationale le mardi 6 février.

Après une vue panoramique, on voyait surgir d'une tombe du cimetière un "ancêtre" en redingote, (Jules Goffaux) qui rencontrait un Chinel (Jean Piéfort), évoquant la légende des bossus. Puis ils descendent vers le centre pour une (re)découverte: l'ancien Hôpital des Soeurs Grises en Leiche avec l'étang du Prévôt, le Grand Etang et l'église de Bambois, Roger Viroux et le Wallon; le développement de la construction en lotissements (Mme Hannevart), puis les problèmes agricoles: les fermes du Chêne, de Doumont puis, à Taravisée avec Michel Calande et la jeune génisse qu'il avait introduite au Parlement européen ; la chapelle Sainte-Brigide et le pèlerinage aux baguettes, le panorama sur Fosses ; l'ancien Cimetière des Bourgeois; la place du Marché et l'Hôtel de Ville, la Cour del Mairesse, le Vieux Moulin de la Ville (où "apparaissait" le bourgmestre présentant la vocation résidentielle de Fosses); les problèmes de travail (Carrières d'Aisemont) et de déplacement (Gaston Colson et Fernand Manque); les écoles ; les sports: basket, football, balle pelote ; la Maison des Jeunes et les Dans'Todi; le Patro ; la collégiale avec les reliquaires et les stalles; le Musée de poupées folkloriques de Lilette, et en tableau final, une décharge des Grenadiers, un rondeau des Chinels, avec les Dans'Todi et les Echasseurs autour de la Pompe du Chapitre.

Bref, de quoi rendre les Fossois plus fiers encore de leur jolie ville.

Ce film fut réalisé, selon la technique de l'époque, en deux bobines séparées : son et image; impossible donc de pouvoir encore s'en servir actuellement. Après bien des "disparitions", les bobines furent retrouvées et confiées à Albert Perot, cinéaste amateur passionné, qui trouva des collectionneurs d'appareils de cinéma qui purent remettre en état deux appareils, laver et nettoyer les films (car la première vision donnait une foule de parasites) et les reproduire sur cassette vidéo et Cdrom, que le Syndicat d'Initiative a pris en charge.

Mais une bonne nouvelle : ce document, d'une valeur de "mémoire historique" incontestable, pourra être reproduit et vendu pour moins de 15 €. Sur ce film, bien des visages apparaissent, fort changés ou même disparus ; des coins de Fosses ont fort évolué : des souvenirs en masse Après tout juste 30 ans...

Les personnes qui désirent acquérir soit la cassette, soit le CDrom, peuvent s'adresser au S.I. (Tél.: 07171.46.24)

Ce dimanche 4 mai : la fête de Sainte- Brigide

La toute première chapelle érigée du temps de saint Feuillen, ou en tout cas au début du monastère des Scots à Fosses au VIIe siècle a bien sûr disparu : elle devait être en bois ou torchis sur fondations de pierres, selon la coutume irlandaise. Elle aurait été modifiée au VIIIe s. Il en subsiste des vestiges en pierres sèches au chevet du sanctuaire actuel et au flan du porche nord.

La tour est la partie la plus ancienne de la chapelle. Elle eut autrefois une flèche gothique de 13 mètres de haut. En 1924, on refit une flèche plus modeste à 4 pans.

On le sait, sainte Brigide est invoquée pour les maladies du bétail. Pendant plus de 1200 ans, des pèlerins sont venus de tous les villages des alentours, à pied, en charrettes surtout. Les anciens Fossois se souviennent des foules qui se pressaient autrefois sur la colline. Les gamins de Fosses, par dizaines, vendaient des baguettes pelées, qu'ils portaient par botte, en bandouillère.

A Fosses, la tradition veut que tous les pèlerins fassent trois fois le tour extérieur de la chapelle, puis frottent à l'aide de leurs baguettes le mur sous la petite fenêtre du chevet.

Les baguettes sont bénites à la fin de la messe et ramenées à la ferme en signe de foi envers sainte Brigide.

Actuellement, avec la disparition de la plupart des cultivateurs, ce culte n'est plus ce qu'il fut autrefois.

La Sainte-Brigide

Le dimanche 4 mai ramènera la traditionnelle fête de sainte Brigide, patronne des éleveurs et agriculteurs, aussi patronne secondaire de la ville de Fosses.

Pour cette journée du 4 mai, jumelée avec la traditionnelle " Fête des Fleurs " du comité d'animation du Home Dejaifve, on a élaboré ce programme, que nous rappelons encore une fois

10 h : concert dans le réfectoire du Home, par la Royale Philharmonique.

11 h : messe des pèlerins en la chapelle, avec en invités d'honneur les membres de la Confrérie d'Ayeneux et celle de Saint-Feuillien du Roeulx. Et les pèlerins, bien sûr.

Après la messe bénédiction des baguettes et procession rogatoire autour de. la chapelle, puis visite à l'oratoire, construit l'an passé un peu plus bas, sur le modèle irlandais.

12 h. 30 : apéritif musical animé par un groupe irlandais.

13 h. : dîner démocratique : apéritif, lasagne, dessert, pour 8 € ; 4 pour les enfants ; ou sandwiches garnis).

Tout l'après-midi : animation musicale par le groupe irlandais.

16 h à la chapelle : exposé de Jean Lecomte sur " Les croix de paille et les ceintures de sainte Brigide ".

Toute la journée : marché aux fleurs, bar, artisanat, vente de livres...

Il est prudent de réserver les repas auprès de : Mme Patris (07171.18.64 ; M. Robaux (071-26.58.16) ; M. Moray (071-71.39.48), L. Lamy (071-71.23.64).

Fête horticole

Le Cercle royal d'Horticulture de Fosses va prochainement (le 17 mai) fêter son centenaire. La semaine prochaine, nous donnerons plus de détail au sujet de cette importante manifestation. D'ores et déjà, les responsables du Cercle demandent aux plus anciens Fossois s'ils ont des renseignements ou souvenirs sur le début des activités du Cercle horticole (de 1903 à 1940).

A la bibliothèque

II est sans doute utile de rappeler les heures d'ouverture de la bibliothèque communale, situé à l'entrée du Lycée, rue de l'Ecole Moyenne

Lundi : fermé.

Mardi: de 8h30 à 11h30.

Mercredi : de 9 h à 11 h30etde 13h à 17h30.

Jeudi : fermé.

Vendredi : de 13h à 19 h.

Samedi : de 9h à 13 heures.

Expo peinture

Vendredi sera le dernier jour pour visiter l'exposition de Mme Josette Chenoy, artiste-peintre de Haut-Vent, à la SWDE, 14, rue Saintraint à Namur (de 8 à 16 h). Entrée libre.

Souper des Mamelucks

Le 4e Souper de Printemps de la Cie des Mamelucks a lieu ce samedi 3 mai à la salle L'Orbey. Animation par Power Music (Fabrice).

Au menu : couscous ou trio de viandes grillées. Prix : 13 € pour les adultes et 7 € pour moins de 12 ans.

Un ministre à Fosses

Comme nous l'avions déjà annoncé, le PAC et l'USC de Fosses ont invité Philippe Moureaux, ancien ministre de la Justice, vice-président du PS, sénateur-bourgmestre de Molenbeek, pour une rencontre-débat sur le programme et le bilan du PS, ce mardi 6 mai, à 19 h.

Cette rencontre a lieu à la maison des Mutualités socialistes, place du Marché.

Invitation à tous. Entrée 1 euro.

Cette soirée est présidée par Daniel Piet, de PAC et présentée par Chr. Lalière, président de l'U.S.C.

St-Vincent-de-Paul

Pour mener à bien notre oeuvre, nous avons besoin de votre aide. Notre n° de cpte local : 088-2191652-29.

Grand merci.

Ouverture du Lac de Bambois

La tradition est aujourd'hui bien installée : le lac de Bambois ouvre ses installations au public dès le 1er mai et tous les jours jusqu'au 15 septembre. Les visiteurs sont de plus en plus nombreux pour admirer les jardins, aquariums, musée, les espaces de jeux et bénéficier de l'accès à la plage. Sans oublier le sentier nature, avec guide ou sans guide. Espace également réservés aux pécheurs.

Rappelons que la plage est ouverte de 11 h à 18 h 30. Le prix d'entrée est de 2,50 euros pour les adultes et 1,50 euro pour les enfants de 3 à 12 ans ; 2 euros pour les seniors et handicapés.

Embardée

Dimanche, un peu avant 10 heures du matin, une Peugeot 205 conduite par Mme Sylvie Tillieux, 23 ans, de Sambreville, roulait sur la RN 98 en direction de Mettet. Un peu après le viaduc Saint-Remy, elle a percuté la berme centrale et perdit le contrôle de sa voiture qui se coucha sur le flanc. La jeune conductrice, blessée, fut emmenée par l'ambulance de Fosses au centre hospitalier Val de Sambre à Auvelais. Les pompiers de Fosses se sont rendus sur place pour dégager la route et faire évacuer le véhicule sérieusement endommagé.

Printemps des musées

Dans le cadre de la journée « Printemps des musées », le Syndicat d'Initiative de Fosses organise le dimanche 4 mai un circuit pédestre animé sur le thème « La légende du Chinel ». Les départs se feront à 14 h et à 15 h avec, pour commencer, la visite gratuite du musée « Le Petit Chapitre », ensuite, depuis la sortie du musée jusqu'au site de Sainte-Brigide, un circuit balisé guidera les visiteurs qui découvriront tout au long du parcours la légende du Chinel, jouée par Li Soce dès Comédyins fosswès.

La balade se terminera sur le site de la chapelle Sainte-Brigide où se déroule le pèlerinage aux baguettes, organisée par la Confrérie Saint-Feuillen et la fête des fleurs.

Restauration et animation musicale sur place. Les visiteurs qui le désirent pourront également participer à un jeu-concours en rapport avec le circuit ; trois gagnants seront tirés au sort. Animation entièrement gratuite.

Renseignements : Maison de la Culture, place du Marché 12, tél. 071-71.46.24.

Rhétos en voyage

Les vacances de Pâques correspondent chaque année avec le traditionnel voyage de fin d'études des rhétos du collège Saint-André. Cette année, ils se sont rendus en Italie où un circuit de 10 jours les a successivement conduits en Toscane, sur l'île d'Elbe et en Sardaigne. Ils ont pu découvrir les villes de Florence, Sienne, San Gimignano, Voltera, Lucca et Pise. En Sardaigne, c'est surtout la beauté des paysages et des plages qui ont été les principales attractions. La photo a d'ailleurs été prise au cap Caccia (non loin des grottes de Neptune) où le bleu de la mer en a laissé plus d'un rêveur.

Ce voyage fut également l'occasion de découvrir les spécialités culinaires locales et pour certains une première expérience de traversée en bateau.

Les élèves étaient accompagnés de Mmes Angelroth, Evlard, Flahaux, Luciani, Paquet et de MM. Destrée, Drèze, Flahaux, Luciani. Ce voyage était organisé en collaboration avec la firme d'autocars Léonard, de Liège.

Sur la photo, on reconnaît, de gauche à dr. Métissa Ligot, Audrey Bonato, Métissa Doucet, Geoffrey Legrain, Daniele Leocata, Jérôme Vittor, Noémie Boucher, Fabian Lurkin, Nicolas Delbart et Laurent Molle.

Colombophilie

La Liberté, à Bambois Concours sur Cul-des-Sarts le 27 avril.

- VIEUX: 61 PIGEONS 1.2.6. Bernard Yvan

2.4.7. Finie B.

5.8.9.10. Bournonville-Malter

- 1 AN: 53 PIGEONS

1.4.6.7.9. Finfe B.

2.8. Bournonville-Malter 3.5.10. Bernard Yvan

Prochains enlogements ;

- Vendredi : La Ferté de 19 à 20 h 30 (sous réserve) - Samedi : Cul-des-Sarts, 19 / 20 h 30

Fancy-fair

La Direction, le Personnel de l'Ecole fondamentale de Fosses et le comité de l'Union des Anciens Elèves ont le plaisir de vous inviter à leur Fancy-Fair qui se déroulera le samedi 10 mai 2003, à partir de 14 h 30.

Voici le programme

14.30 Spectacle en salle, par les élèves des sections primaire et maternelle. Thème : « Tube d'un jour, tube de toujours ».

15.30 Ouverture des stands et diverses attractions.

Animations variées : pêche aux canards, jeu du palet, tombola express... - Petite restauration : pâtisseries, glaces, gaufres, frites, saucisses grillées...

16.30 à17.30 : course des garçons de café (concours récompensé)

En sarraus

On sait que Sari-Eustache, qui dépendait autrefois de la paroisse de Gerpinnes, est invitée à participer aux festivités du 900e anniversaire de la canonisation de sainte Rolende, patronne de Gerpinnes.

En prélude à ces festivités qui se dérouleront le 11 mai prochain, une marche historique intitulée « Tour du 900e ». Vendredi soir, les marcheurs ont gagné Gougnies, puis Villers-Poteries, où Rolende mourut d'épuisement en 774, une balade de 6 Km sous un ciel accueillant.

Les 150 marcheurs du Sari pouvait disposer d'une buvette volante, un avantage appréciable. Le soir tombait lorsque nos marcheurs ont atteint le lieu de ralliement où des centaines de pèlerins venus de toute la région convergeaient vers la cour de la ferme où Rolende serait décédée.

Le lendemain soir, en la salle paroissiale, les marcheurs se sont retrouvés autour d'une table pour un repas convivial. André Poulain remercia tous les comités locaux qui ont pris part à l'événement et se montra très satisfait de la réussite de cette participation nombreuse, inespérée.

Marche Adeps

Une marche Adeps est annoncée à Sart-Eustache, organisée par le comité scolaire de Sart-Eustache. Départs et arrivées de la salle communale, entre 8 h et 19 h.

Un patro renaît

Le patro a toujours marqué profondément tous ceux qui y sont passés. Chaque fois que des anciens se rencontrent, ils évoquent des souvenirs, des visages, des caractères, des aventures, des anecdotes. Ainsi, lors des festivités marquantes du 25e anniversaire, puis du 40e et du 50e, à chaque fois ce furent des retrouvailles parfois émouvantes mais surtout joyeuses. Car un Patro existait à Fosses depuis 1944 pour les garçons, 1945 pour les filles. Dès 1947 s'organisait le premier camp : à Serville. Et puis chaque année, jusqu'en 1996 à Clochimont (Bastogne). Hélas, peu après, ce fut la fin. La vie d'un tel mouvement a toujours été fait de hauts et de bas, suivant la force des équipes de dirigeants et, on s'en doute, il faut pas mal de désintéressement, d'abnégation pour tenir le coup à consacrer tous ses dimanches après-midi à amuser et former des dizaines d'enfants pas toujours faciles, et concilier cela avec les études.

Mais quelle oie lorsque, voici quelques mois, M. le doyen annonçait qu'il était dans les projets de la paroisse de relancer un Patro. II fallait pour cela trouver une équipe. Une des dirigeantes de la dernière série, Cécile Lamy, qui venait de terminer ses études supérieures, se proposa et chercha des aides.

Et ça y est ! Avec elle, Audrey Bonato, du Try-al-Hutte, Fabian Lurkin, de la rue des Tanneries, Noémie Boucher, d'Aisemont et Jérôme Vittor, de Namur, forment le nouveau staff.

Peu de publicité pour annoncer la première réunion de départ, ce dimanche 28 avril. Mais déjà ils étaient 32 enfants inscrits pour cette section unique (démarrer prudemment!) de garçons et filles de 6 à 12 ans. D'emblée, comme s'ils l'avaient toujours fait, ils se sont rassemblés en deux files au coup de sifflet de Cécile, une fois les inscriptions assurées par Cathy, une maman. Et l'annonce d'un jeu de piste avec chasse au trésor. C'est donc bien parti.

Et pour les encourager, plusieurs anciens et anciennes avaient tenu à être là, dans la cour de Saint-Martin qui en vit passer, des jeunes ! Foulard au cou et un brin de nostalgie au coeur, les plus anciens des débuts Jean Romain, survivant des trois fondateurs de 1944 (avec André Verbaert et Henri Poskin) et son épouse, Juliette Nulens, qui fonda le Patro Sainte-Julienne avec Jeanne Bouché. Et Françoise Honnay, qui avait eu cette bonne idée d'un encouragement, et Marc Buchet, d'une famille de présidents et présidentes des Patros au fil des ans, quelques autres et même des plus jeunes (Jacqueline Ernoux et son frère, disant aussi combien le Patro les avait marqués). Après avoir chanté, pour l'exemple, le chant des Patros, ils ont félicité les jeunes dirigeantes et dirigeants en leur souhaitant de repartir pour 50 ans.

Avis aux amateurs : les réunions se tiendront chaque dimanche de 14 à 18 heures, au départ de Saint-Martin, place du Chapitre, mais dans un premier temps seulement pour les 6 à 12 ans.

Pensons à nos aînés

Fêteront leur anniversaire au cours du mois de mai

Le 4 : Gérard Lust, Rue de la Ramée, Sart-Eust. 80 ans

Le 5 : Lucie Monroy, Rue des Forges, Fosses 88 ans

Le 6 : Lucien Preud'homme, Place de Haut-Vent 80 ans

Le 6 : Marcelle Colon, Rue de Vitrival, Fosses 84 ans

Le 7 : André Pire, Rue Claminforge, Le Roux 80 ans

Le 7 : Louise Gigot, Rue Long Try, Le Roux 81 ans

Le 10 : Albert Coppers, Rue Grande, Le Roux 81 ans

Le 10 : Marie Lainé, Av. Albert 1er, Fosses 91 ans

Le 10 : Yvonne Jacqmain, Rue de la Station, Aisemont 81 ans

Le 10 : Marthe Buffet, Rue Tri-du-Bois, Fosses 81 ans

Le 13 : Rosa Lardinois, Ch. Charleroi, Vitrival 80 ans

Le 17 : Roger Jacmain, Rue Stierlinsart,Bambois 83 ans

Le 18 : Julia Van Lierde, Ch. de Charleroi, Le Roux 90 ans

Le 18 : Madeleine Preud'homme, Place de Haut-Vent 83 ans

Le 19 : Raoul Robiolle, Rue Delmotte, Fosses 81 ans

Le 22 : Maria Van de Perre, Route de Bambois 88 ans

Le 22 : Aline Houba, Rue des Bergeries, Fosses 81 ans

Le 23 : Lucien Lempereur, Rue Leclercq, Vitrival 81 ans

Le 23 : Lucienne Debuisson, Home Dejaifve 94 ans

Le 26 : Lucienne De Geest, Rue Grande, Le Roux 81 ans

Le 27 : Marie Biot, R. Bois-des-Mazuys, Vitrival 83 ans

Le 29 : Fernand Berger, Route de Mettet, Fosses 86 ans

Le 30 : Léa Defosse, Route de Tamines, Aisem. 89 ans

Le 30 : Onésime Massinon, Av. Albert 1er, Fosses 83 ans

Keskidi nous propose

(à lire avec humour)

La limitation de la pub sur le tabac

II existe ici bas quelques scandales insupportables : la mauvaise haleine de Sylvain, par exemple, ou la limitation de la publicité sur le tabac. Bien sûr, le tabac peut tuer, car il est de coutume de dire : le tabac t'abat, mais la mauvaise haleine de Sylvain (est tiré, il faut le boire) aussi. Le monstre, sans doute un descendant d'un des derniers grands chefs gaulois qui s'appelait Tupu et qui était réputé pour posséder une haleine très forte. Les Romains, parlant de lui, l'appelait « Tupu de la Gaule ». Mais revenons-en à notre ovin (qui ne s'est pas tiré). Effectivement, le tabac est nocif à la santé, puisqu'il fait arrêter les courses automobiles, mais pas plus dangereux que tout le reste. Alors, je ne vois pas pourquoi on n'obligerait pas Sylvain (... est bon) à se pro mener avec une pancarte : goudron 0,4%, nicotine 0,6%, alcools divers 99%. Abus dangereux.

Certains politiciens semblent donc pratiquer une discrimination manifeste entre les produits, car autant qu'il m'en souvienne, il n'y avait pas non plus d'étiquette « Abus dangereux » sur les fusils et pistolets mitrailleurs gracieusement prêtes par l'armée à votre serviteur. Et pourtant, pas plus qu'il n'y en a aujourd'hui sur les matraques et autospompes des policiers luxembourgeois, ou des boulons et autres projectiles des manifestants devant les bâtiments d'Arcelor. Alors, que signifie cet acharnement suspect envers le pauvre et innocent tabac, incapable de se défendre ? C'est très lâche, d'autant plus que si vous avez la chance insigne de me lire au lieu de contempler une page blanche, ou de regarder tristement un tableau de Picasso, c'est bel et bien au tabac que vous le devez. Si je n'avais pas été forcé de vider un cendrier qu'un fumeur avait garni de mégots, je n'aurais sans doute pas eu Vidée saugrenue de parler du tabac.

Keskidi

Pensée de la semaine

Il vaut mieux être les seuls à être deux que deux à être tout seuls.

Les peintures Baudin et leur souvenir à Fosses

Dans sa « Notice historique sur la ville de Fosses » (p. 72), Charles Kairis nous apprend que la ferme et la chapelle de Bambois appartenaient (jadis) aux pauvres de la ville : elles sont aujourd'hui (en 1858) la propriété de M. Baudin, peintre à Anvers...

En fait, il s’agissait d'Alexis Nacisse Joseph, mieux connu sous son deuxième prénom. Son grand-père, Jacques Baudin, peintre, époux de la Fossoise Catherine François, fut à l'origine d'une lignée dont nous retiendrons trois membres.

Philippe Florenville, premier curé primaire de Fosse, signale que Jacques naquit et fut baptisé à Paris le 1-2-1735 et qu'il décéda à Fosses le 20-12-1817 où il fut « ... sépulture le jour suivant en notre cimetière » soit en l'ancien cimetière des bourgeois. Or, l'acte de décès à l'état civil ne cadre pas avec l'ace paroissial. On y lit que J. Baudin âgé de soixante quatorze ans, demeurant à Fosse... est décédé le 20-121-1817. En ce cas, Jacques serait né en 1743 et non en 1735. II avait épousé Catherine François, fille de Nicolas, de Fosse et de Madeleine Portié de Bourges en Berry (France).

De sa descendance, nous épinglons les noms suivants

1. Nicolas, fils de Jacques, peintre, né à La Haye (Hollande) en 1764 ou 1765. Epousa à Bruxelles Marie-Catherine Alexandre. Séjourna à Fosse et décéda à Namur, rue des Brasseurs 549, le 11-10-1844. De leur union naquirent à Fosse 4 filles et 4 garçons, dont Narcisse précité. 2. Jean-François, fils de Jacques, peintre, né en 1771 ou 1772. Séjourna à Fosse. On ne connaît ni son lieu de naissance, ni le lieu et la date de sa mort. 3. Narcisse, fils de Nicolas, né à Fosses le 20-12-1820, peintre de genre, à Namur en 1844 et à Anvers en 1874. Séjourna à Fosses. Décéda à Anvers, rue du Vanneau le 13-10-1890.

Fosses doit à Jacques le beau tableau intitulé « Le triomphe de saint Feuillen sur ses bourreaux » (126 x 103), signé J. Baudin, 1781, collégiale de Fosses.

Près de Tournai, en l'église de Goy se trouvaient jadis deux tableaux représentant l'un « Jésus et la Samaritaine », l'autre « Le baptême du Christ », tous deux signés Jacobus Baudin du Tour et datés de 1781 et 1782. S'agirait-il de Jacques, l'ancêtre ? Alors, pourquoi cette adjonction : du Tour ?

Jacques avait ouvert un pensionnat à Fosse car, le 2-10-1817, la Gazette de Liège signalait ce qui suit : « Le sieur Baudin, peintre à Fosse près Namur, a l'honneur d'informer le public qu'il continue à tenir un pensionnat pour jeunes messieurs. On y enseigne la lecture, l'écriture, l'arithmétique, la grammaire française et la religion. » De même dans les Almanachs du Département de Sambre et-Meuse de 1806, 1807 et 1808, avec, en sus, la géographie, le dessin et la peinture.

Où était ce pensionnat ? Vraisemblablement dans la propriété signalée par un croquis, fourni par feu Maurice Chapelle et extrait de l'Atlas des communications vicinales de la commune de Fosses (1843), plan 18. Croquis qui indique : parcelle n° 111, Baudin Nicolas, peintre à Namur (maison et cour), lieu-dit : Bambois. N'était-ce pas pour Jacques un endroit pour passer des vacances ? Pour Nicolas et Narcisse, ce fut bien le cas. Dés 1851, Lambert de Hauregard, chanoine de la cathédrale de Namur, « attribuait à Baudin de fosses (se rait-ce Jacques ?) les 4 grandes toiles décorant le transept » de l'édifice. Cette opinion fut reprise par notre doyen Joseph Crépin dans Les Cloches de Saint-Feuillen en 1925.

Dans la revue Namurcum, chronique de la société archéologique de Namur, Jacques Breuer, en 1925, nous a fourni une étude sur Jacques Baudin, peintre à Fosses mais n'a pas soupçonné l'existence d'autres peintres porteurs du même nom, de sorte que l'on eut tendance à attribuer à Jacques SEUL tous les tableaux signalés comme étant de Baudin. D'autres oeuvres - ainsi à Monceau-sur-Sambre (deux tableaux), à Châtelineau (8 panneaux à sujets mythologiques) et à Tournai (4 tableaux sur plaque de cuivre) - sont attribués aux Baudin. Mais lequel exactement ?

A ma connaissance, si de Nicolas on ne possède aucune oeuvre en rapport direct avec Fosses, par contre, la chapelle Saint-Roch conserve depuis 1813 un tableau de Jean-François, savoir « Saint Roch soigné par un ange et ravitaillé par son chien ».

En 1874, Narcisse Baudin - qui habitait alors à Anvers - vendit la propriété susmentionnée (et située au lieu-dit Haie de Bambois), laquelle, après plusieurs ventes ultérieures, échut en 1891 à Mlle Adèle-MarieThérèse Jeanmart, rentière à Namur. Sur ce site, de 1898 à 1900, la demoiselle précitée fit ériger l'actuelle église de Bambois.

Aux dires des personnes âgées de Bambois, vers 1925 (dixit J. Crépin), le peintre Baudin, dont parle Kairis en l'occurrence Narcisse « revenait chaque année à l'époque de la chasse, passer quelques jours dans la ferme de Bambois où il s'était réservé une chambre qui communiquait avec la chapelle ». D'après ces personnes interrogées, Narcisse demeurait à Namur en 1844, rue des Brasseurs.

La famille Baudin n'eut pas de descendance à Fosses. Mais on retiendra que Jacques, Nicolas et JeanFrançois sont signalés tous trois dans des actes officiels en tant que peintre de profession.

Le souvenir des Baudin subsista longtemps à Fosses, surtout au Bambois. On en disait pas Baudin, mais bien Bauduin, suite à une déformation de la prononciation, et ce pour désigner les terres qui dépendaient de la ferme.

Sauf erreurs ou omissions, recueilli et commenté par R. ANGOT.

Sources principales

J. Crépin : Le Messager de Fosses du 19-101930 n° 42 ; Les Cloches de saint Feuillen, pp. 513-514.

Etat civil de Fosses : acte 14 de 1816 et acte 57 de 1820.

J. Lempereur (avocat) : note manuscrite concernant Jacques, Nicolas et Narcisse Baudin.

Henry Hymans : Biographies d'artistes belges (comm. M. Chapelle)

Addenda

Il existe aussi un portrait peint à l'huile, datant de 1836, représentant Nicolas-Joseph Minsart (Dom Jérôme), fondateur des Soeurs de SainteMarie de Namur. Cette oeuvre est signée N. Baudin. Sauf erreur, il doit s'agir de Nicolas.

 

La presse... revue

par Zorro

- Samedi : « La Belgique un pays qui va encore s'agrandir... » ... de sa franche position vis-à-vis des USA...

- Dimanche : « Le quatrième producteur sera russe » L'article ne précisait pas s'il s'agissait de drogue, de vodka ou de faux dollars...

- Lundi: « Je lis dans ma commune » Suivant mon humeur, le Bulletin communal, le Dimanche et surtout Le Messager!

- Mardi : « Comprendre nos dépendances pour mieux les dépasser » 123 pages, pas une ligne sur l'argent.

- Mercredi : « VDB au pied du mur » Et tu le sais bien, Germaine, c'est au pied du mur que l'on boit le flacon.

- Jeudi : « On cherche : une bonne idée Ecrire au bureau du journal, bonne récompense...

- Vendredi : « Disparition inquiétante des archives de cabinets » Ma pauvre Germaine, rien que du papier et souvent plus très propre !

Le Conseil Communal des enfants reçoit...

Les membres du Conseil communal des enfants avaient prévu dans leurs activités une rencontre avec des membres d'un autre conseil communal d'enfants ; c'est que déjà des réunions au niveau de la Wallonie ont eu lieu, des rencontres entre animateurs se sont déroulées au CRECCIDE, et on a fait des connaissances.

Et ce samedi 26 avril, une dizaine d'entre eux recevaient quelques membres du Conseil communal des Jeunes de Frasnes-lez-Anvaing, pour leur faire découvrir notre ville.

Hélas, après deux mois de soleil, le temps s'était gâté et la pluie ne les a pas lâchés de la journée... Mais le moral pourtant y était et, dans la salle du Conseil culturel, place du Marché, ils ont reçu leurs collègues avec boissons, cakes, biscuits et oeufs de Pâques.

La meilleure manière de présenter Fosses à des étrangers était de commencer en leur montrant le film réalisé par le Syndicat d'Initiative. Déjà fort bien : un beau panorama des sites, des monuments et des activités... Puis, en route sur le terrain. Il pleuvinait sans arrêt mais un guide leur a expliqué les remparts, les tours, le Chapitre, les rues et ruelles, dans un cadre historique, après la visite du Musée du Petit Chapitre et la découverte de la légende du Chinel.

A midi, ils sont montés à l'étang de Bambois pour un dîner assez animé.

Les enfants avaient auparavant contacté les responsables de l'IDEF pour avoir l'ouverture du site avant la date d'ouverture officielle prévue seulement au début du mois de mai.

Ils ont même tenté la visite du jardin des plantes, mais, horreur, ce fut la douche intégrale... Il fallut donc rentrer et écourter cette visite qui pourtant promettait d'être géniale.

Ce fut alors une heure d'échanges, d'amitiés et de prochaines rencontres éventuelles, car ce n'est que partie remise : d'autres rencontres sont déjà au programme. Les jeunes conseillers fossois pourront bientôt prévoir leur découverte de Frasneslez-Anvaing, cette belle et lointaine entité du Pays des Collines, qui jouxte Ellezelles, cité des sorcières.

Et si les enfants de Fosses ont fait découvrir nos joyeux Chinels, bientôt les enfants de Frasnes leur feront voir les sorcières... mais sans les bossus de la légende !

Débauche de bière

Jeudi dernier, vers 11 h 15, un camion de la firme Friar, de la brasserie Saint-Feuillien du Roeulx, roulait route de Tamines, sur la commune d'Aisemont. Pour une raison inconnue, le camion, mordit dans l'accotement et en voulant redresser son véhicule, le conducteur a contrebraqué vers la gauche. Son chargement versa sur la route et le camion alla défoncer la façade du n° 240. Sous le choc, le conducteur, M. Michel Roscchaert, 49 ans, de Couillet, fut éjecté du véhicule en traversant le pare-brise. Le camion s'est immobilisé alors en travers de la route.

Tout le chargement formé de nombreux casiers de bière fut éparpillé sur la chaussée. Les pompiers de Fosses sont arrivés sur place avec l'ambulance. Le conducteur, blessé, fut transporté au Centre hospitalier de Val de Sambre à Auvelais. Les pompiers ont ensuite nettoyé la chaussée pendant que la circulation était détournée. La façade de la maison a dû être partiellement étançonnée en raison de la violence du choc.

Profession de foi

Ce dimanche 4 mai, trois jeunes de la paroisse de Vitrival renouvelleront les voeux de leur baptême, au cours de la messe de 10 h 30 ; ce sont Noëlle Bastin, Maïté Dyoka et Stéphanie Warnant.

Expo céramiques

Ce vendredi 25 avril, à partir de 19 h 30, aura lieu le vernissage de l'exposition des céramistes Ingels-Malnoury (membres effectifs des métiers d'art de la province de Namur), en leur atelier situé rue Saint-Pierre 18, à Vitrival. Entrée libre.

L'exposition sera ouverte du 26 avril au 31 août, de 11 h à 19 h et sur rendez-vous (tél. 071-71.20.98).

Brocante

C'est donc ce samedi 3 mai, de 8 à 18 h, que le comité de la Marche Saint-Pierre organise sa traditionnelle brocante libre, ouverte à tous. Une petite restauration est possible sur place. La brocante s'étendra rue Bois-des-Mazuis. Installation dès 6 h du matin.

Renseignements (après 18 h) aux 071-77.04.89 (Guy Duret) ou au 07171.25.65 (Willy Ipercielle) ou encore au 071-71.25.63 (Georges Louis). Cette année, à l'occasion du 40e anniversaire, les emplacements sont gratuits.

Vers 11 heures aura lieu le cassage du verre qui se déroulera au stand du comité, sur la brocante.

Expo céramiques

Le samedi 10 mai, la Pop Academy est à l'école communale d'Aisemont avec spectacle enfantin dès 15 h. Une grande tombola, rayon pâtisserie et exposition de photos permettront une certaine animation a l'école, à partir de 15 h 30.

Le soir, à partie de 19h30 : souper-dansant. Menu adulte à 10 euros (apéritif, boulettes sauce tomate et frites, gâteau glacé et café. Pour les moins de 12 ans : menu à 5 euros (jus d'orange, boulettes sauce tomate et frites, gâteau glacé).

Les réservations sont souhaitées par téléphone au 071-71.34.70 (école communale), ou 071-71.15.63 (M. Denis), pour le 5 mai.

Fête des mères

Le goûter de la fête des Mères du club des Aînés de Le Roux se déroulera ce samedi 3 mai, à 14 heures, au réfectoire des écoles.

Contre façade

Samedi, une voiture conduite par Mme Marie De Mees, 39 ans, demeurant à Biesme, a perdu le contrôle de son véhicule à hauteur de la place du Sart, et a abouti contre la façade d'un immeuble. Blessée, la conductrice a été emmenée au Centre hospitalier Val de Sambre à Auvelais.

Les pompiers de Fosses ont effectué le nettoyage de la chaussée.

Les matches du week-end

Samedi 3 mai

Espoirs, à 15 h

Han-sur-Lesse - Bambois

Préminimes, à 13 h

Couvin - Fosses (A et B)

Fal.Aisemont - Moustier (A, B)

Ham - Bambois

Diablotins, à 11 h

Fal.Aisemont - Flawinne (A et B)

Couvin- Fosses (A et B)

Philippeville - Bambois

L'équipe de BAMBOIS SPORT, qui a effectué un très beau parcours, mais a échoué en fin de championnat en perdant des quelques rencontres de justesse. De gauche à droite, accroupis : Grégory Dumont, Dimitri Seront, Laurent Wauthelet, Stéphane Daxhelet, Luc Deproot, Robert Dogot, Michaël Marchal. Debout : Tony Jacob, Steve Rabizka, Frédéric Pierard, Frédéric Libert, Yannick Spineux, Cédric Borbouse, Cédric Libert.