N°12    21 mars 2003

Le Souvenir d'Edmond Chabot

Quarante ans, c'est long. Après quarante ans, combien de nos concitoyens se souviennent ou même ont entendu parler de la tragique histoire de la catastrophe de Detmold qui coûta la vie, parmi une quinzaine d'autres victimes, de notre concitoyen Edmond Chabot ?

Edmond Chabot était un jeune homme de Fosses ; ne supportant plus l'occupation allemande, il s'enfuit en Angleterre au prix de multiples aventures et d'énormes privations. Il « fit » le débarquement, les durs combats de la libération du pays, jusqu'en Allemagne. Puis il devint instructeur parachutiste. Et c'est lors de manoeuvres en Allemagne, en 1963, que son avion fut touché par accident, par un obus anglais : il fit rapidement sauter une dizaine de ses jeunes recrues, mais lui n'eut pas le temps de se sauver avant que l'avion ne s'écrase. Comme le dit l'inscription de son monument : « il sacrifia sa vie pour sauver ses hommes »

Ce samedi 22 mars, l'administration communale et les sociétés patriotiques commémoreront cette catastrophe et la mort de notre concitoyen en une journée d'hommage dont voici le programme

- 10 h 00 : rassemblement des autorités militaires et protocolaires, place du Chapitre.

- 10 h 15 : formation du défilé. Mise en place de l'étendard.

- 10 h 30 : départ du défilé dans les rues du centre.

- 10 h 50 : arrivée au Monument Chabot. Cérémonie d'hommage.

- 12 h 00 : drink en la salle du Conseil de l'Hôtel de Ville, pour les participants officiels et porte drapeaux.

Il faut espérer que les Fossois auront à coeur d'arborer les couleurs nationales aux fenêtres.

La guerre quand même ?

Lorsque paraîtra ce « Messager », la guerre aura sans doute commencé en Irak, puisque ce mardi M. Bush a lance un ultimatum de 48 heures à Saddam Hussein : il part ou c'est la guerre. Malgré tout

malgré le manque de mandat de l'ONU, malgré même l'opposition d'une majorité de cette organisation mondiale ; malgré l'opinion publique du monde entier qui a continué à manifester : des centaines de milliers de personnes dans les grandes capitales européennes ; malgré des pourcentages énormes d'opposition populaire : 90 % des Espagnols, 60 % des Britanniques, 48 % des Américains même, et 70 % des Australiens dont les dirigeants se disent aussi prêts à envoyer des troupes aux côtés des Américains.

Mais voilà : M. Bush, qui se croit investi d'une mission mondiale, a annoncé trop tôt qu'il voulait la peau de Saddam Hussein et... sur tout son pays. Il estime avoir une « légitimité morale » à éliminer ce tyran pour faire de l'Irak un état pluraliste et démocratique. Le peuple irakien, d'ailleurs, attendrait ce limogeage du chef de Bagdad, et comme il n'y a pas d'autre moyen de le faire partir sans guerre... ce sera donc la guerre.

Déjà en juillet de l'an passé, le Président américain annonçait son intention « d'utiliser tous les moyens pour renverser Saddam Hussein ». Il y eut les pressions pour imposer les inspecteurs, puis la résolution 1441 à l'ONU, et puis déjà dès janvier le début du déploiement d'une force armée incroyable aux portes de l'Irak : près de 300.000 hommes dotés d'un matériel ultramoderne et d'une puissance de feu jamais vue. A plusieurs reprises il a dit « La diplomatie, c'est terminé ! » Plus moyen donc pour lui de faire marche arrière...

Bien sûr, derrière l'auréole de cette volonté d'imposer la démocratie en Irak, il est difficile de ne pas voir aussi l'importance du pétrole (l'Irak est le 2e producteur mondial au niveau des réserves), ni une tactique de repositionnement stratégique des U.S.A. dans le monde et surtout au Proche-Orient.

Et comme l'accord de l'ONU était devenu impossible, on passe outre, comme annoncé aussi. Dans un intolérable viol des règles du droit international. Chacun s'en rend compte, cette guerre est illégitime

pas de base juridique (ONU) ; des arguments « moraux » plus que douteux ; des intentions économiques inavouables ; et avec cela, une manipulation de l'information digne de Machiavel.

Mais n'avons-nous pas nous mêmes été manipulés ? Le débat de dimanche midi sur RTL a apporté une voix nouvelle : deux Irakiens sont venus dire clairement la nécessité d'abattre le tyran qui maintient leur pays dans un régime de terreur (on n'en n'a guère parlé), qui n'a pas hésité à éliminer par les « armes de destruction massive » (gaz toxiques) des dizaines de milliers de ses concitoyens ; qui réprime par la terreur toute opposition : 182.000 « disparus »... Il a gonflé à bloc le moral de ses troupes ! 100.000 hommes de sa garde « prêts à mourir », et c'est bien ce qui les attend : on est sidéré quand on voit l'incommensurable naïveté de cet homme qui dit « même si je n'ai plus de fusil, je me battrai avec un bâton ou avec mes poings contre les Américains »... Et 300.000 dans l'armée ordinaire, sous-équipés et peu motivés). Incroyable fausseté aussi du maître de Bagdad : lui, laïc convaincu, qui fut anti-religieux, dit à présent « Dieu nous a donné une glande histoire. Je prie Dieu pour qu'il nous aide à la protéger » ! C'est vrai qu'il faut absolument écarter ce tyran. Et cette Irakienne assurait que 90 % du peuple sont prêts à se soulever si Saddam Hussein était attaqué ; aussi attend elle, avec le peuple irakien, les Américains comme des libérateurs. Les libérateurs américains : cela nous rappelle 1944 !

Pourtant, la question fondamentale est : n'y a-t-il donc QUE la guerre pour cela ? Notre Louis national reste fermement convaincu qu'on pourrait arriver au même résultat par la voie diplomatique ; laisser d'abord les inspecteurs terminer leur travail ; poursuivre le désarmement de l'Irak ; puis discuter la levée de l'embargo contre un régime démocratique contrôlé par des forces internationales. Je ne suis pas totalement sûr que cela suffise à écarter Saddam Hussein, mais on aurait pu essayer. Bush, lui, estimé qu'on a assez attendu et tergiversé, tandis que le tyran continue d'opprimer son peuple.

Mais il y a d'autres « inconvénients » à la guerre : d'abord, les victimes civiles inévitables, même si les •< frappes chirurgicales » ont encore progressé depuis la dernière fois. Et puis, quelle sera l'attitude des pays arabes ? Cette attaque d'un des leurs ne sera-t-elle pas un ferment de haine contre l'Occident ? Donc un argument pour Al Quaïda ? Enfin, que se passera-t-il « APRES » ? N'y a-t-il pas danger de voir plonger sur la direction du pays des musulmans fondamentalistes genre talibans ?.

Le problème est complexe. D'une part, on entend un appel à la nécessité d'éliminer un tyran (un parmi combien dans le monde ?). D'autre part, un autre appel à refuser la violence de la guerre. On a beau dire que ce ne sera plus comme au Koweït : la simultanéité des armes (et non plus une longue préparation de bombardements aériens avant l'offensive terrestre) et la sophistication du matériel militaire, donc la rapidité de l'intervention, n'empêcheront pas des milliers de drames humains pour un peuple déjà exsangue.

Ces 100 milliards de dollars que va coûter cette guerre pourraient mieux servir dans un programme alimentaire et de développement. Mais voilà : dans la coulisse il y a hélas la toute puissance financière qui y voit le profit à tirer ; il est difficile de croire que le bien-être des Irakiens soit le seul mobile des Américains et des autres. Là guerre était décidée dès le départ, depuis près d'un an.

Un dernier regret : la non-information, la désinformation même, organisée par les dirigeants de tous les pays, même opposés à cette guerre : on ne nous montre que ce qu'on veut bien. Et je crains que la « guerre-éclair » victorieuse ne tourne en interminables guérillas meurtrières.

Autre aspect : quand M. Chirac, tout sourire, serre la main de Poutine, peut-on oublier les horreurs qui se passent en Tchétchénie ? Quand la Chine s'oppose à cette guerre, on pense au Tibet. Peut-on trouver une seule explication à la « non-ingérence » en Palestine ? N'y a t-il pas là aussi une « légitimité morale » d'intervenir ? Et tant d'autres cas qui mettent l'ONU à peu près dans la même position de quasi-inutilité que la Société des Nations d'avant 1940.

La guerre était décidée dès le départ ! Et comme on dit en wallon : « Li cia qui vout bate si tchin trouve todi on baston »...

J. R.

Télévie 2003

Vous recevrez, ces prochains jours dans votre boîte aux lettres le journal Télévie 2003 qui vous donne tous les détails au sujet de cette journée ; journal qui est sponsorisé par les annonceurs qui figurent aux côtés du programme, élaboré par l'échevin Benoît Buchet, aidé de ses bénévoles et de l'association des commerçants de Fosses-la-Ville.

Toutes les activités ont lieu place du Centenaire, sous chapiteau chauffé et salle L'Orbey pour les repas.

Durant la journée, animation musicale avec un podium de chanteurs.

Le midi et le soir : repas boulettes tomate, frites (7,5 € et 5 €) ;

réservations au 071-71.46.24.

Pour renseignements :

Benoît Buchet 0499-17.93.87 ou 071-71.21.57.

Tous les détails du programme seront repris dans notre prochaine édition. Un week-end de fête pour les Fossois puisque le dimanche connaîtra la traditionnelle sortie des Chinels pour le Laetare.

Jogging du Chinel

Le club « Jogging du Chinel » dirigé par André Lindekens, a mis sur pied sa seconde édition d'une journée de jogging qui a lieu ce samedi 22 mars, à 14 heures.

Un arrêté de police a été pris pour la fermeture du centre de la ville entre 12 h et 18 h. Trois courses pour enfants sont prévues à partir de 14 heures et la course principale pour adultes, faisant partie du Challenge Akileine, est prévue à 15 heures.

La remise des prix, avec présence du bourgmestre et de l'échevin des sports se fera à la salle L'Orbey.

A la Philharmonique

La société royale Philharmonique de Fosses tiendra son assemblée générale annuelle le jeudi 3 avril prochain, à 20 heures.

Cette réunion se tiendra dans les locaux communaux situés avenue Albert 1er, 2 (ancien Nopri).

Tous les membres en règle de cotisation y sont cordialement invités.

Comme de coutume, c'est l'occasion pour le comité de rendre compte de la gestion de la société au cours de l'année écoulée et de faire part de ses projets pour l'avenir.

Le rôle du comité de la Philharmonique est d'assurer la gestion matérielle de la société et de son école de musique et d'apporter son aide à Claude Barthélemy, son chef de musique particulièrement dévoué, dans l'organisation des diverses manifestations auxquelles participe la société.

Les 12 h à l' Djote

Encouragés par le succès de leur souper, les Débridés ont choisi le samedi 5 avril pour la 12e édition de leur repas intitulé « Les 12 heures à l'Djote » qui aura lieu de 11 heures à 23 heures à la salle L'Hautventoise à Haut-Vent.

Afin de faciliter l'organisation vous devez obligatoirement réserver votre repas pour le mercredi 2 avril à

Jean-Louis Pacorus 071-71.33.00

Pierre Colot 0473-83.15.76

Georges Demaret 081-43.41.80

Claudy Van Ryssel 071-71.44.48

Patrick Collard 0473-31.97.24

Au Fer à Cheval 071-71.19.38

Au menu : apéritif, potée aux choux (1) ou aux carottes (2) à volonté, saucisses de campagne, dessert.

Prix : 12 euros (gratuit pour les moins de 12 ans et plus de 70 ans).

Le repas sera agrémenté d'une musique des années 70, cooool et tempérée !

Pour une question d'organisation, les Débridés ne portent plus les repas à domicile.

Le secrétaire: P. Collard

Encombrants

C'est le vendredi 28 mars que le camion passera dans l'entité pour emporter les objets encombrants pour les sections de Sart-Saint-Laurent, Fosses et Bambois.

Pour les autres sections ce sera le lundi 31 mars.

Les grands feux

Ce samedi, trois grands feux seront allumés dans notre entité : celui de Le Roux (v. détails en p. 5), celui de Névremont et celui de Bambois.

A Névremont, les tambours et les masqués se mettront en route de la salle de La Baillerie, vers 16 heures pour parcourir en cortège les rues du hameau ; ils se rendront chez les derniers mariés sollicités pour l'allumage du bûcher, vers 20 heures. Retour ensuite à la salle La Baillerie pour la soirée dansante costumée, aux sons de la sono RSL (entrée 3 euros, gratuite pour les masqués). Vers minuit, remise des prix aux groupes les plus remarquables.

A Bambois, la journée débutera déjà le matin. Les tambours emmèneront le cortège des masqués dès 9 heures. Le i-repas de midi se déroulera ensemble au restaurant Le Bambois (chez Georgette), à 13 h.

Rassemblement ensuite à 17 h 30 pour un nouveau circuit dans le hameau, avec les tambours et les masqués. L'allumage du bûcher vers 20 h 30, se fera par le comité.

Retour ensuite chez Georgette pour la remise des prix, vers 20 h 30 (environ 250 euros) de prix seront remis aux masqués.

Contre une façade

Vendredi dernier 14 mars, vers 23 heures 45, une voiture Audi 80, conduite par M. Robert Defleur, de Fosses, venait du bas de la rue de Vitrival. Arrivé au carrefour avec l'avenue Albert ter, pour une raison inconnue, le conducteur perdit le contrôle de son véhicule qui alla percuter la façade de l'habitation n° 9, avec des dégâts importants au véhicule. Le conducteur blessé fut conduit à la clinique d'Auvelais, par l'ambulance de Fosses. La police a dressé le constat et le dépanneur Neuville, de Bois-de-Villers, a embarqué le véhicule accidenté.

Ecole des devoirs

A partir du 28 avril, l'Ecole des Devoirs, qui a lieu actuellement à l'Hôtel de Ville, se tiendra à la Maison de la Citoyenneté (ancien Nopri), avenue Albert 1er à Fosses. Rappelons les heures de ces cours de rattrapage qu sont gratuits

- le lundi et le mardi, de 17 à 18 h pour les primaires

- le jeudi, de 17 h à 18 h pour les Secondaires.

Avis à la population

Une première à Fosses : le dimanche 30 mars, jour du Laetare, Fosses sera fermée à toute circulation, entre 14 et 19 heures (sauf laisser passer exceptionnel obtenu à la société royale Les Chinels).

Vitrine artistique

Nous l'avons déjà dit : les vitrines de l'ancien Nopri, maintenant « Maison de citoyenneté », aux Quatre-Bras, ont été mises à la disposition de l'Association des Artistes Fossois qui y exposent quelques-unes de leurs oeuvres à tour de rôle.

Mais en vue de la Laetare, les deux vitrines ont été ornées de façon très... artistique, d'objets et oeuvres d'art évoquant les Chinels et leur cortège folklorique.

Avis aux Chinels

Pour rappel, lors du Laetare 2002, la consigne pour le dimanche était de rester au maximum dans le groupe.

Je renouvelle ce voeu qui n'avait pas mal fonctionné et qui avait fait grand plaisir aux riverains et spectateurs. Encore un grand merci pour votre compréhension.

Ph. LECLERCQ, président

Aux petits Chinels

La répétition des petits Chinels se fera comme de coutume, le mercredi 26 mars, à 18 heures, à l'Hôtel de Ville de Fosses.

Tambours pour la paix

Même si la guerre, hélas, aura déjà commencé, le Conseil communal des Enfants maintient sa manifestation des « Tambours pour la paix » : les jeunes de toutes nos écoles, avec ceux de tout le pays et même de l'Union Européenne, se feront entendre sur les places publiques ce vendredi 21 mars, de 11 heures 30 à midi, en battant des tambours de leur fabrication.

Dans toutes nos écoles communales donc, même les maternelles. Chez nous, à Fosses centre, avec l'école Saint-Feuillen et les primaires de la Communauté Française, on attend 400 enfants sur la place du Chapitre. Cela fera du bruit !... Il faut espérer quand même que cet appel de la jeunesse en faveur de la paix arrivera jusqu'aux oreilles des responsables de tous les pays.

Etat civil

MOIS DE FÉVRIER 2003

Naissances

Le 2 à Charleroi : Thibaut Romain, fils de Philippe et de Dominique Tilmant, rue de la Station 32a, Aisemont.

Le 7 à Namur : Noah Arnould, fils de Gilles et de Géraldine Swinnen, ch. de Charleroi 133 à Vitrival.

Le 10 à Sambreville : Tessa Mayné, fille de Didier et de Christelle Drèze, rue de Névremont 115.

Le 11 à Sambreville : Esteban Strulens, fils de Emmanuel et de Barbara Dayer-Smith, place de Sart-Eustache.

Le 11 à Montignies-s.-Sambre : Brice Colleau, fils de Martial et de Cécile Chéruvier, rue du Stampia 6, Fosses.

Le 13 à Namur: Célie Falque, fille de Cédric et de Bérangère Hérin, rue St-Roch 14, à Fosses.

Le 14 à Namur : Noa Bodson, fille de Claude et de Bérangère Piette, rue Haut-Vent 7, à Fosses.

Le 15 à Sambreville : Noémie Fosseur, fille de Frédéric et de Généviève Migeot, rue du Bas-Sart 60, à Sart-Eustache.

Le 20 à Namur : Lolita Palomba, fille de Pascal et de Jessica Demptinne, rue des Egalots 13, à Fosses.

Le 20 à Charleroi : Léa Desmet, fille de Pascal et de Rosanna Rugieri, rue de la Plage 39, à Fosses.

Le 20 à Namur : Léna Moraux, fille de Frédéric et de Els Beck, ch. de Charleroi 114, à Vitrival.

Le 25 à Sambreville : Maxime Ceulemans, fils de Guy et de Meryle Lemière, route de Saint-Gérard 28, à Bambois.

Le 25 à Sambreville : Julian Libert, fils de Frédéric et de Isabelle Forêt, rue de la Plage 4, à Fosses.

Publications de mariages

Pascal Delatte, 40 ans et Marlène De Backer, 29 ans, habitant tous les deux rue de la Giloterie 37B, à Vitrival (mariage le 8 mars).

Laurent Vervoot, 28 ans et Georgette Dauvin, 30 ans, habitant tous deux avenue Albert 1er 16 (mariage le 10 mai à Fosses).

Mariage

Pascal Berger, né le 21-8-1964 à Aisemont, habitant rue du Fays 27, à Aisemont et Christelle Gilson, née à Namur le 22-1-1976, habitant rue de Névremont 13 (mariés le 1er février).

Décès

Le 3 février

Andrée Monroy, veuve d'Alfred Linart, née le 28 janvier 1917, domiciliée route de Bambois 38.

Le 12 février

Robert Colson, divorcé de Cléda Meute, né le 27 janvier 1915, chaussée de Charleri 380 à Le Roux.

Le 20 à Namur

Monique Cornil, épouse de Robert Selleslagh, née le 17 juillet 1948, domiciliée route de Tamines 6, à Fosses.

Le 27 février

Frans Beauman, veuf de Léona Noé, né le 26 février 1948, de Ramillies.

Hommage à Léonie

Lors des festivités du 150e anniversaire de la Philharmonique, en 1994, Léonie Jacquet-Sonet, qu nous a quittés la semaine dernière, avait été « épinglée » par le président de la Royale Philharmonique, Daniel Piet. Elle avait reçu cadeaux et médaille d'honneur, car elle était la plus ancienne membre de la Société. Elle était membre de soutien de la Philharmonique depuis 1930 !

La photo nous la montre, recevant sa distinction de Daniel Piet, qu'elle tint dans ses bras quarante ans plus tôt, lorsqu'elle habitait encore place du Marché !

II y a 100 ans

N° 8 du 22 février 1903

Fosses. - Nous apprenons que l'Administration communale demande à l'autorité supérieure d'appliquer au sieur Auguste Patris, négociant en pétrole la prescription du 2e alinéa de l'art. 12 de l'A.R. du 29-1-1863. qui permet de faire fermer un établissement classé. Le Conseil argue que Patris se refuse à fournir les plans prévus à l'art. 2. Nous trouvons étrange cette décision du Conseil communal quand on sait que depuis six ans, le conseiller communal jacquet exerce ce commerce de pétrole en grand, sans être le moins du monde inquiété et que son dépôt n'est pas autorise.

N° 10 du 8 mars 1903

Marché du jeudi : beurre 1,40 fr. le 1 /2 kilo ; neufs : 1,50 les 26.

Vendredi 13 courant : foire aux chevaux, bestiaux et porcs.

ORGANISMES DÉBILITÉS

Les hommes débilités par la maladie, le surmenage ou les excès, les vieillards et les Convalescente, les adolescente au corps maigre et élancé, les jeunes filles pâles, atteintes d'anémie ou de chlorose, les femmes épuisées par des couchés fréquentes ou irrégulières, celles qui sont aux prises avec les si nombreuses et parfois ai graves maladies du retour d'âge, trouveront dans le Vin de Oortez le remède bienfaisant qui leur rendra aux une, la force, l'énergie, une musculature puissante, une nouvelle virilité ; aux autres, un sang riche, un teint haut en couleur ; à tous, un bon estomac, un appétit ouvert, une constitution quine et robuste. Le flacon : 3 fr. 50.

DÉPOTE : Fosses, MASSON ; Tamines, CROUSSE et dans toutes les pharmacies.

Le Vin de Codez, vendu en pharmacie, avait des propriétés bienfaisantes, si l'on en croit cette publicité.

Dimanche 22 courant, à 5 1/2, au local des Ecoles Catholiques, BRILLANTE Soirée,

organisée par l'Harmonie St-Feuillen, avec le concours de MM. Kerkhofs, chanteur de genre, prix d'honneur du Concours de Bruxelles, E. Guillaume, pianiste, premier, prix du Conservatoire de Bruxelles, M. Seumois, clarinettiste, et du Cercle Dramatique Ste: Julienne.

Première partie

I Ouverture par l'Harmonie St-Feuillen.

II Le Sergent Recruteur. Vaudeville en 1 acte.

I Chansonnettes comiques, par M Kerkhofs.

IV Air varié, pour clarinette par M. Seumois

V La voix des chênes, romance par M. E. Libert.

VI Cu qu'in soudart scrit à s'mame, monologue par M. G. Crame.

Deuxième partie

I A la Salle de Police, saynète en un acte.

II Air varié, pour clarinette par M. Seumoie.

III Le chérubin, romance par M. E. Libers

IV Chansonnette comiques, par M. Kerkhofs.

V A l'ouvrier, monologue par M. E. Timsonnet.

VI. On ne passe pas, Vaudeville en un acte.

Keskidi nous propose

(à lire avec humour)

Gogo home, tonton Sam

Tous les pays qui ont été soutenus par les Etats-Unis ont connu des bouleversements politiques importants : Nicaragua, Iran, Afghanistan. Quel pourrait être le sort de ceux qui restent ? C'est ce que, pour une fois, les futuro-politologues ont essayé d'imaginer

Espagne : à la suite d'un désaccord entre les organisateurs et les toreros, 6 torros d'une corrida s'échappent des arènes de Madrid. Ils pénètrent dans le stade de football où le Real est en train de disputer un match important. Semant la pagaille parmi les équipes, lés bêtes favorisent involontairement les adversaires des Madrilènes qui perdent le match. Indignation du public, c'est l'émeute. Barricades, bagarres, le gouvernement démissionne. Aucun parti ne disposant d'une majorité suffisante, les bovidés en profitent pour s'emparer du pouvoir. Ils font aussitôt relâcher tous les taureaux de combat emprisonnés dans les élevages d'Andalousie et d'ailleurs. Plus personne ne se risque dans les rues. L'ordre règne. On assiste à d'atroces exécutions sommaires de matadors, avec passe de cape et pose de banderilles. Et Pablo s'enfuit à Londres.

La semaine prochaine : la GrandeBretagne...

Keskidi

De nouveaux locaux pour le ZIP !

Dans deux précédents articles X24 et 31 janvier), nous avons présente la Zone Inter Police (ZIP) Entre-Sambre -et-Meuse. Rappelons que la réforme de la Police intégrée a réuni dans cette zone formée des communes de Fosses, Mettet, Floreffe et Profondeville, 4 brigades de gendarmerie et 4 corps de police communale. Couvrant un territoire de 27.000 hectares avec une population de 38.000 habitants. Une population précarisée par endroits, proche de la Basse-Sambre et ses dangers, avec aussi une intense activité associative et folklorique.

On ne s'étonnera pas dès lors de l'important effectif policier que cela requiert : 78 fonctionnaires de Police, plus 4 auxiliaires et 12 équivalents temps plein aux services techniques (nettoyage par exemple). Sous la direction d'un Commissaire divisionnaire (M. Galetta), de 5 Commissaires, organisant les divers secteurs d'activité : opérations, patrouilles et interventions (23 agents), bureau d'information, roulage, circulation, ressources humaines et logistiques, secrétariat, et aussi 15 agents « de proximité » restant dans les 4 implantations communales. Précisons encore que dans cet effectif on note 8 malades de longue durée et 7 inspecteurs encore attendus.

A part donc le personnel de proximité, tous les autres ont été rassemblés à la gendarmerie de Fosses, y compris les habitations. On comprend donc qu'ils y soient à l'étroit : deux ou trois bureaux par pièce, parfois fort exiguës. Cette disposition ne répond pas aux normes de travail ni de sécurité, nous dit M. Galetta qui est installé dans... la salle de réunion ! Vestiaires, douches et sanitaires non plus ne répondent plus à des normes acceptables.

DE NOUVEAUX LOCAUX.

Il faut donc chercher de nouveaux locaux. C'est le rôle du «« Conseil de Police »» qui regroupe les bourgmestres et des conseillers communaux des quatre communes. Sur base d'un rapport du commissaire divisionnaire, deux bâtiments scolaires ont été retenus : une partie inoccupée de l'ancien Lycée Roi Baudouin, au bas de la route de Bambois, et l'ancien lycée de Lesve. Le premier est vaste

460 mètres carrés sur trois niveaux, plus annexes et garage de 300 m2, et des caves pouvant servir aux archives et stand de tir ; récent, en bon état et répondant aux normes de sécurité, estimé 1.275.000 € en valeur à neuf, mais 620.000 € en valeur d'acquisition, à quoi il faudrait ajouter 200.000 € de travaux d'aménagements intérieurs. D'autre part, l'ancien Lycée de Lesve, abandonné, est à ossature métallique, de 720 m2 au raz-de-chaussée et à un étage, estimé 828.800 €, mais nécessitant de nombreux travaux : chauffage central, sanitaires et châssis à remplacer.

Si on y ajoute que le site de Fosses est dans le centre, accessible par plusieurs lignes de transports en commun, tandis que celui de Lesve est à l'écart, peu accessible et peu sécurisé, le choix est vite fait. Reste à le concrétiser. Et le président du Conseil de Police, M. Mathieu, mayeur de Mettet, est confiant : malgré les difficultés inhérentes à l'adaptation de la réforme des Polices, la situation financière de la ZIP est assez bonne. Il y a bien sûr des réticences et tiraillements : Profondeville se sent un peu à l'écart et doute de l'efficacité réelle du système. D'autre part, Fosses, qui avait complété son cadre de Police, a fourni du personnel que les autres n'avaient pas et attend donc une restitution financière...

UNE POLICE DE SECURITE.

La fusion gendarmes-policiers n'était pas facile mais s'est faite sans heurt. Ce qui importe à la population, c'est son efficacité et certains doutent encore d'une réelle « proximité » : les communes hors du « centre » regrettent le manque de personnel local et la diminution du contact, tant en rue que l'accès au bureau de police, limité aux heures de bureau : c'est qu'à présent on parle de « fonctionnaires » de police et même sans le sens péjoratif qu'on donne parfois à ce terme, les conditions de travail ont dû s'adapter aux normes de la vie moderne. Il est impensable aujourd'hui de disposer d'un gendarme 24 heures sur 24 sur le terrain, sinon moyennant 8 hommes. Impensable aussi de voir des agents se promener deux par deux dans nos rues comme en ville...

Mais M. Galetta est fier des premiers résultats de sa formation : la criminalité a sensiblement baissé

moins de vols, moins d'agressions, des enquêtes et recherches menées à bonne fin, alors qu'autrefois cela dépendait de la BSR ou de la Police judiciaire. Il reste des problèmes, bien sûr : drogue en maints endroits, roulage à vitesse excessive, stationnements intempestifs et dangereux. A cet effet, les auxiliaires sont 4 depuis ce mois de mars et vont donc... agir

Aussi le Divisionnaire lance un appel au sens civique et moral des conducteurs : prudence car les amendes sont chères... M. Galetta dit aussi sa satisfaction du personnel féminin : 2 femmes policiers, 3 auxiliaires et 12 employées administratives, cela donne un pourcentage acceptable et en tout cas aussi efficace et motivé que les agents masculins.

Il émet aussi deux souhaits : la création d'un site Internet propre à la ZIP, qui permettrait par exemple d'obtenir en direct des formulaires pour détention d'armes, des transactions, des demandes de surveillance des habitations durant les vacances, etc. Et en général, il veut « des policiers heureux u qui trouveront, dans de bonnes conditions de travail, motivation et enthousiasme au boulot ce sera mieux pour tout le monde !

La presse... revue

par Zorro

- Samedi : « Les hommes gros sont plus bêtes... » - Devait sûrement pas être mince celui qui a écrit ça

- Dimanche : « Bientôt la semaine de la langue française en fête _> - Et le 18 mai, journée nationale de la langue de bois...

- Lundi : « Les Américains pour-voyeurs d'emplois... » - Bourreaux, militaires, tyrans...

- Mardi : « Wallons inégaux devant les tarifs du dentiste » - C'est pourtant vrai qui y en a qui ont les dents longues...

- Mercredi : « Ils ne doivent plus dénoncer... » - L'est fini, l' bon temps, Germaine. Enfin, on aura fait not'possible, gratuitement, rien que par méchanceté

- Jeudi : « Miss Belgique, le sens du contact » - Je l'aime, moi non plus...

- Vendredi : « Une centenaire deux fois fêtée... » - Constatant l'erreur, le comité des fêtes s'interdit toute nouvelle manifestation de sympathie jusqu'au prochain centenaire...

Au comité du Souvenir

Le comité du Souvenir de Le Roux tenait son assemblée générale en l'abbaye de Brogne à Saint-Gérard.

Au cours de cette assemblée, le bilan de la première année de fonctionnement du comité recomposé en février 2002 fut présenté aux représentants de l'autorité communale et aux sympathisants de l'association. Cette année 2002 fut riche en événements importants pour le comité du Souvenir et le bilan de nos diverses organisations est largement positif. Les administrateurs sont donc toujours

Président : Daniel Tilmant

Vice-présidents : Francis Borgnet et Cédric Tahir

Secrétaire : Pascal Guilin Trésorier : Luc Charles

Public-relations : Mme Marie-Jeanne Petignot

Porte-drapeau : Pierre Godenne.

Le comité d'honneur reste inchangé et composé de Mme Jules Ernest-Mouyard, résidente d'honneur et de M. l'abbé Franz Genard, aumônier du Souvenir.

L'assemblée générale s'est déroulée en présence de MM. Michel Charles, échevin de Le Roux et Benoît Buchet, échevin en charge des associations patriotiques, représentant tous deux l'autorité communale.

II est heureux de constater que le comité du Souvenir reste dynamique et que les diverses manifestations organisées par celui-ci rencontre un succès croissant. Le Bureau lance un appel à toute personne qui souhaite mettre ses compétences au service de la Mémoire et du Souvenir de nos Anciens Combattants, Prisonniers, Déportés et des événements tragiques qui marquèrent notre région en août 1914. De plus amples renseignements peuvent être obtenus au 071-76.09.56 (Daniel Tilmant) ou au 071-74.46.04 (Cédric Tahir). Le but fixé par le comité fondé en 1977 est de maintenir et perpétuer le souvenir des combats d'août 1914 et la mémoire des officiers, sous-officiers et soldats tombés sur le champ de bataille de notre région. Le comité du Souvenir marque son but de patriotisme dans la protection d'une Belgique unie et sa fidélité au Roi.

Le comité vous donne rendez-vous pour les cérémonies du mois d'août et espère vous y voir nombreux.

Cédric TAHIR

Le grand feu 2003

Rappelons que c'est donc ce samedi 22 mars, vers 20 h, que les derniers mariés du village auront l'honneur de bouter le feu au bûcher dressé dans une prairie, rue du Chaurnia à Le Roux.

Le nouveau comité du Grand Feu organisera ensuite, dans le hall des Sports, le traditionnel bal costumé avec le concours de déguisements. Les groupes de participants pourront s'y inscrire jusque 23 h, après quoi le jury délibérera pour proclamer les résultats à minuit. Là, les masques tomberont et la fête devra battre son plein jusque 4 heures.

Les enfants n'ont pas été oubliés. De 15 à 18 h, c'est à leur intention qu'un bal masqué et un goûter avec animation seront organisés.

Renseignements au secrétariat du Grand Feu, 071-71.37.21 M.-J Petiniot.

Bourse de vêtements de 4 à 18 ans à Saint-Gérard

Dépôt

- Ou ? salle des Fêtes, place de Brogne à Saint-Gérard.

- Quand ? mercredi 26 mars, de 16 h à 19 h 30 et jeudi 27 de 13 à 17 h.

- Quoi ? 15 vêtements par liste, pour enfants et jeunes de 4 à 18 ans ; la liste indiquera les vêtements, leur taille et le prix (des prix ronds 1, 2, 3 euros, etc, mais pas de centimes). Maximum 2 listes par personne présente.

- Prix du dépôt ? Pour les membres de Vie Féminine

1 liste gratuite sur présentation de la carte 2003 ; 2e liste au prix de 5 euros payés lors du dépôt ;

Pour les non-membres : 5 € la liste.

Vêtements impeccables et de mode ; les organisateurs se réservent le droit de retirer de la vente tout article ne correspondant pas aux conditions requises.

Vente

- Où ? salle des fêtes, place de Brogne, à St-Gérard.

- Quand ? samedi 29 mars

De 9 à 11 h uniquement pour les membres (présentation carte 2003)

De 11 à 15 h pour tous. Reprise des invendus uniquement le samedi 29 entre 19 h et 19 h 30. Réclamations à effectuer le jour de la bourse.

Renseignements : 071-72.80.45.

Concert d'Empire

Rappelons le concert organisé dans le cadre des festivités du 40e anniversaire de la Marche Saint-Pierre, en l'église Saint-Pierre de Vitrival ce 21 mars 2003, à 20 heures.

En costume historique et authentique de la fanfare L'Avenir d'Hanzinne, avec la participation de l'ensemble vocal et de la Batterie des Sapeurs et Grenadiers de l'Empire de Thuin. Prix d'entrée : 8 euros.

Souper

Le comité de la Pelote Jeunesse Vitrivaloise a le plaisir de vous inviter à son souper organisé dans les installations situées le long du ballodrome, les vendredi 28 et samedi 29, à partir de 19 h 30.

Menu, au choix - Mousse de saumon (1) ou

- Aumônière de crêpes paysannes (2)

- Rôti de porc mariné, + fruits, + croquettes (3) ou

-Pain de viande provençal + croquettes (4)

- Tarte (1) (2) (3) (4) à préciser à l'inscription

Participation : adultes 15 euros, enfants 8 €, joueurs d'équipes d'âge

gratuit. Réservation urgente chez

Gérard Colin, r. Rauhisse 071 71.13.28

Gérard Crasset, r. du Bout 071 71.30.10

Hervé Spineux, ch. de Charleroi 119, 071 71.19.74.

Feu de broussailles

Samedi dernier, vers 20 h 30, les pompiers de Fosses ont été appelés près du camping Val Tréko pour éteindre un feu de broussailles provoqué par un feu de végétation incomplètement consommé, qui se propagea aux broussailles.

Qwè-ce qui n' va nin ?

Le sport est gangrené, pourri par l'argent. Quand on voit les sommes pharamineuses qu'un tennisman, une tenniswoman ou un boxeur gagnent, on se « pose » des questions.

De même, quand un club de football, de basket-ball ou même de balle pelote qui conclut des transferts qui le ruinent. Le Real Madrid traîne, paraît-il, des millions d'euros de dettes. Beaucoup de nos clubs sportifs en ont, en proportion !

Le Standard ou un autre club « riche » commence mal un championnat. Que faire ? On met quelques millions d'euros sur la table, ou en dessous, et on achète le joueur providentiel en Croatie, en Norvège, en Afrique... Qui fait remonter le club au classement. Maintenant, en plein milieu du championnat, on peut même louer un joueur pour le reste de la saison ! Le résultat, c'est que les clubs à revenus modestes sont écrasés ! Si leur championnat avait bien débuté et qu'ils ne peuvent se renforcer, ils se font dépasser par les riches !

Cela devient ridicule quand on lit : « Les Liégeois ont enfin gagné ». Si l'on lit les noms des joueurs « Liegeois », ce sont Couyovitch, Mac Donald, Kristoffson, Poliakov, Bin Mohammed, Rim-pen-son... ou quelque chose d'approchant. Où sont les Liégeois ? Cherchez bien ! (')

De même, quand au basket, Ostende bat Charleroi, c'est que les Américains d'Ostende ont mieux joué que ceux de Charleroi. Quand un club de football veut vous prendre des joueurs, que vous lui proposez d'en discuter ensemble et qu'il refuse oralement, il peut vous traîner au Tribunal où un juge, ne voyant que la liberté du joueur, e laisse partir, sans tenir compte de ce que sa formation, depuis les Diablotins jusqu'à la première équipe, a coûté au club d origine !

Autrefois, chaque village avait ses joueurs locaux qui jouaient pour l'honneur du village. Maintenant, les équipes sont hétéroclites, les joueurs viennent et s'en vont et ne voient que des primes au match gagné, nul ou perdu ou au simple fait de s'être présenté au terrain.

De « grands » clubs offrent même de l'argent a des gamins ou à leurs parents pour que l'enfant les rejoigne !

Il y a quelques années, un coureur de cross, Sven Nijs, qui représentait la Belgique aux championnats du monde, a laissé la victoire, qu'il n'avait qu'à cueillir, à un coureur hollandais de sa marque. Combien a-t-il touché pour cette lâcheté ? Pour votre gouverne, il faisait encore partie cette année de notre équipe nationale à ces mêmes championnats!

Vous n'êtes pas encore dégoûté du sport, vous ? Moi, je le suis !

R.A.A. VIROUX

(') Récemment, la légion étrangère de Lokeren a battu la légion étrangère du Stabdard

Les matches du week-end

Samedi 22 mars

Réserve, à 15 h

Denée - Fosses

Thy-le-Ch. - Bambois

Bois-de-Vill. - Fal.Aisemont

Espoirs, à 15 h

Bambois - Han-sur-Lesse

Préminimes, à 13 h

Fosses - Couvin (A et B)

Moustier - Fal.Aisemont (A, B)

Bambois - Ham

Diablotins, à 11 h

Flawinne - Fal.Aisemont (A et B)

Fosses - Couvin (A et B)

Bambois - Philippeville

Dimanche 23 mars

Cadets, à 10 h 30

Bambois - Soye-Floreffe

Division 3 provinciale B

Bambois - Treignes

Fal.Aisemont - Surice

Division 4 B

Fosses - Petigny

BAMBOIS - TREIGNES

2 - 0

Après une première occasion signée Guerri, les « Plagistes » forcent des corners et coups francs, qui ne donnent cependant rien.

Après le café, les visités appuient sur l'accélérateur et, à la 70e, Borbouse ouvre le score d'un tir croisé. A la 82e, un heading du même joueur s'écrase sur la latte. Trois minutes plus tard, Piérard lance Marchal, qui corse l'addition. Treignes termine la rencontre à dix, suite à l'exclusion de Guerri.

FAL.AISEMONT - SURICE

7 - 4

Capable du pire comme du meilleur, Falisolle a renoué avec la victoire aux dépens des Suriçois, qui se battent pour leur maintien.

Bien que privés des services de Milquet et Massart, les coalisés mènent les premières offensives et, à la 20e, bénéficient d'un penalty converti par Legrain. Dix minutes plus tard, Mélotte place un heading victorieux.

A la reprise, les Sambriens insistent et Smet creuse l'écart. Peu après, Viscardy rend espoir aux « Fromagers », mais Declercq, en contre, rétablit les distances. Courageusement, Surice se rue à l'assaut du but visité et Demeulemeester ramène le score à 4-2. Declercq, au four et au moulin, plante alors deux buts (6-2). Scieur, sur penalty, réduit encore l'écart, mais Declercq signe son quatrième but de l'après-midi. En fin de rencontre, T. Piraux fixe les chiffres à 7-4.

FOSSES- PETGNY-FRASNES

0 - 5 (arr.)

La domination visiteuse est outrancière mais les nombreuses occasions ne sont pas concrétisées. Toutefois, Thonon et Bellanger trouveront les ressources nécessaires pour placer leur équipe au commandement.

Après la pause, les visités redémarrent en force. La pression est bientôt concrétisée par Thonon et Dubuc. A cinq minutes du terme, un « Chinel » se prend pour Cassius Clay et l'homme en noir n'a d'autre solution que de mettre fin au débat.

Réserve

Thy-le-Ch.- Bambois 5 - 0 fft

Bois-de-Vill. - Fal.Aisemont 1 - 1

Espoirs

Bambois - Han-sur-Lesse 3 - 2

Cadets

Bambois - Soye.Floreffe 9 - 1

Fal.Aisemont - Bohan 2 - 1

Minimes

Fal.Aisemont - Spy 2 - 2

Fosses - JS Tamines 4 - 2

Bossière - Fal.Aisemont 0 - 1

Division 3 provinciale B

Bambois - Treignes 2 - 0

Fal.Aisemont - Surice 7 - 4

Division 4 B

Fosses - Petigny 5- 0 ar