N°49    20 décembre 2002

Etat civil

MOIS DE NOVEMBRE 2002

Naissances

Le 4 à Charleroi : Julie Valentin, rue de la Bruyère 40, à Vitrival.

Le 4 à Sambreville : Madison Gilles, rue de la Station 26, à Aisemont.

Le 6 à Namur : Louna Carrobio, avenue Albert 1er 61 b, Fosses.

Le 7 à Sambreville : Laurine Vigneron, rue des Bas-Sart 50, à Sart-Eustache.

Le 14 à Namur : Clément Ringoot, rue Jh Boccart 15, à Sart-Saint-Laurent.

Le 18 à Sambreville : Corentin Verdonck, rue du Bôlia 33 à Vitrival.

Le 21 à Namur: Camille Piccinin, rue H. Brosteaux 14, à Sart-Saint-Laurent.

Le 22 à Namur : Léa Brignon, rue J. Demeuse 1, à Sart-Saint-Laurent.

Le 22 à Sambreville : Adeline Collard, rue des Tanneries 9, à Fosses.

Le 26 à Sambreville : Manon Hody, rue de Claminforge 213a, Le Roux.

Le 28 à Charleroi : Luca Brachotte, rue de Cocriamont 41, à Le Roux.

Publication de mariage

Samuel Collet, 23 ans, et Bouchra Chahlal, 24 ans, tous deux domiciliés camping Les Viviers 2, route de Mettet à Fosses.

Mariages

Michel Gauthier, 55 ans et Christiane Fossoul, 47 ans, tous deux domiciliés rue Froidebise 82a, à Sart-Saint-Laurent. (mariage le 9 novembre)

Christian Dehoubert, 49 ans, rue des Bergeries 18 à Fosses et Dilbar Shakirova (mariage le 9 novembre).

David Castermans, 24 ans et Virginie Vincent, 23 ans, tous deux domiciliés rue AI Val 6 à Fosses (mariage le 16 novembre).

Décès:

- Le 12 novembre : Bertha Hiernaux, née le 17 février 1931, route de Tamines 211 à Aisemont.

- Le 17 novembre : Axel Debroux, né le 4 juillet 1997, chaussée de Charleroi 102, à Vitrival.

- Le 18 novembre : Irma Mathot, veuve d'Edouard Michel, née à Fosses le 30 avril 1906, décédée à Floreffe.

- Le 21 : Christiane Seynhaeve, née le 21 juin 1953, rue J. Dor 2, Vitrival.

- Le 29 novembre : Jean-Pierre Bozet, né le 22 mai 1953, domicilié camping Les Viviers 2, à Fosses.

Fosses : un modèle de démocratie

urbaine au Moyen Age

Le terme de démocratie est, de nos jours, dénaturé et galvaudé, assure Jean Lecomte, juge de Paix honoraire et passionné de notre histoire locale. Un libéral et un marxiste ont, de la notion aussi bien que la paternité de la démocratie actuelle des opinions fort différentes et, de toute façon, rares sont les états qui jouissent encore d'une authentique démocratie : On doit plutôt parler de particratie. En effet, le sens étymologique du mot est l'exercice du pouvoir parle peuple et presque toujours le pouvoir est délégué à des représentants du peuple, non exercé par le peuple lui-même.

C'est pourtant ce qui existait à Fosses voici 700 ans. Pas rien que chez nous, bien sûr. Mais si Godefroid Kurth pouvait dire que " la Principauté de Liège fut la première démocratie du moderne ", Jean Lecomte ne craint pas d'affirmer que les Fossois jouissaient de plus de libertés que les Liégeois eux-mêmes.

C'est ce qu'il démontre brillamment dans le 3e tome de son histoire de Fosses. Les deux premiers, intitulés " Introduction à 1 histoire de Fosses-la-Ville " couvraient " des origines à l'an mil " pour le premier et les XIe et XIIe s. pour le second. Le dernier-né, qui vient de paraître, porte le titre " L'éveil de la démocratie à Fosses-la-Ville aux Xllle et XIVe siècles "

Et la démonstration est à la fois lumineuse, précise et fouillée. Prenons-en deux exemples.

La direction de la commune était confiée au " magistrat ", le conseil communal de l'époque (et il faut bien se rappeler que les termes ont totalement changé de sens avec la fin de l'Ancien Régime et la Révolution française : le Magistrat s'occupait de la gestion communale, par deux bourgmestres et 10 jurés, tandis que l'échevinage était chargé de la justice par un maire ou mayeur et 7 échevins/. Les membres du Magistrat étaient nommés par l'assemblée générale des chefs de famille, chaque année à la Pentecôte : deux bourgmestres pour éviter les abus personnels, pour un an pour se garantir contre une mauvaise gestion. C'est donc l'assemblée et non les conseillers qui, par exemple, décidaient des taxes nécessaires ! De la compétence du Magistrat étaient le maintien de l'ordre et des règlements urbains, l'organisation du guet aux remparts, les dépenses courantes, la gestion du patrimoine, l'entretien de la voirie et des bâtiments publics, l'administration de la Maladrerie et de la Table des Pauvres. Et tout cela donc, par une démocratie directe en dehors de toute pression des chanoines ni même de l'évêque.

D'autre part, en matière de justice, dès 1234 les Fossois étaient jugés par leurs pairs : 7 bourgeois locaux nommés à vie par le Prince-Evêque, comme le mayeur qui était "sa créature" mais n'avait pas voix délibérative. En outre, et ceci est spécial à Fosses, les chanoines avaient une juridiction à eux : la disposition locale en deux "villes": celle du Chapitre et celle des bourgeois, avec leurs remparts propres, permettait de vivre " chacun chez soi ". Il y eut pourtant des litiges, notamment en 1302, qui aboutirent à la "Lettre del Paix" de 1318 qui nous est conservée et nous donne l'état des libertés locales, un modèle du genre au niveau des droits et libertés.

L'adage liégeois " Pauvre homme en sa maison est roi " était d'application à Fosses : inviolabilité du domicile, liberté personnelle, égalité pour tous devant la loi et les droits d'usage (affouage, pâturage en forêt, parcours, approvisionnement en eau...). Et cela malgré les différences de classes sociales bourgeois, manants ou afforains (habitant hors, " fors " les murs), encore que les bourgeois avaient des droits particuliers : voter et être élu, chasser et pêcher, exemption du tonlieu (impôt sur !i l'importation de marchandises.

Dans sa brillante démonstration, Jean Lecomte ne peut s'empêcher de conclure par " un cocorico pour les Fossois ": parmi les privilèges qu'ils avaient arrachés au pouvoir suprême de l'Evëque, (car ce ne fut pas toujours facile, notons : primo, une juridiction mixte pour les clercs (religieux/ en cas de litige avec des bourgeois ; secundo, pas de dictature des corps de métiers comme à Dinant par exemple ; tertio, l'acquisition du titre de bourgeois dépendait du conseil communal uniquement, donc de l'assemblée du peuple ; et quarto, le mode de désignation du bourgmestre était propre à Fosses. Cette émancipation de la tutelle des chanoines ou des métiers était aussi une preuve de la vraie démocratie fossoise, plus large que dans la plupart des autres " villes " de la Principauté, bien plus encore que dans les comtés et duchés du pays, teintés de vestiges de la féodalité ; à Fosses, pas de seigneur ni de château ! Le nouveau livre de Jean Lecomte fourmille de bien d'autres détails passionnants : la construction de halles pour un marché couvert (1267), la Table des Pauvres (1235), préfiguration de nos CPAS, la frappe de monnaie locale (1298), les révoltes et participation des Fossois aux guerres de la Principauté, le mode de vie de nos aïeux : maisons, jardins, nourriture, artisanat, agriculture, religion, pèlerinages, jeux aussi voici 7 siècles, on jouait déjà à la balle, aux cartes, au tir à l'arc, aux quilles...

Ce 3e tome est donc un livre extrêmement intéressant par sa documentation précise et sa variété. Si la vie à Fosses ne fut pas toujours paisible en ces XIIIe et XIVe siècles, notre communauté a pourtant joui de la plus authentique démocratie urbaine qui ait jamais existé.

PRATIQUE.

Ce 3e tome de notre histoire, " L'éveil de la démocratie à Fosses-la-Ville aux XIIIe et XIVe siècles " (270 pages) est en vente au prix démocratique de 8 euros au Syndicat d'Initiative, dans les deux librairies de Fosses et dans des librairies spécialisées de Namur.

La semaine prochaine, nous poursuivrons la présentation de ce livre par quelques questions à l'auteur.

Daniel DUCARME et Philippe BUSQUIN

à Fosses-la-Ville

Présence et Actions culturelles (PAC), association présidée par Daniel PIET, vient de réussir à attirer à Fosses deux gros bras de la politique pour deux rencontres débats hors du commun.

Après José Happart et Anne-Marie Lizin les années précédentes, c'est Daniel Ducarme, président du M.R. (ancien PRL) qui sera la vedette d'une rencontre-débats qui aura lieu à la salle communale L'Orbey le vendredi 21 février à 19 h 45, en collaboration avec le Centre communautaire et culturel de Fosses. Le thème du débat ne manquera pas de tourner autour de l'intégration des étrangers, de la double peine, des pouvoirs du Roi, etc. La soirée sera orchestrée par un journaliste.

Daniel Ducarme parlera pendant 20 minutes et ensuite, répondra aux questions du public.

Quant à Philippe Busquin, ancien président du PS, docteur en sciences physiques et commissaire européen à la Recherche, PAC l'accueillera entre le 2 et le 15 mai. La date sera fixée ultérieurement mais l'accord de M. Busquin est formel.

Il sera question de la Recherche scientifique (« la recherche, c'est la vie », écrit le professeur belge Christian de Duve, prix Nobel de Médecine en 1974, qui vient de sortir un livre remarquable « Poussière de vie » aux éditions Fayard), mais aussi de l'élargissement de l'Europe, l'Europe des 25, cette Europe qui gonfle jusqu'à la Turquie, jusqu'à la Russie ? Avec quelles conséquences ? Nous aurons l'occasion d en reparler.

Environnement

Ramassage spécial sapins de Noël

Un ramassage des sapins de Noël sera effectué en janvier par les services communaux. Le bulletin communal annonçait le passage entre le 6 et le 10 janvier. M. Lallemand nous donne plus de précisions à ce sujet

- Lundi 6 janvier et mardi 7 : centre de Fosses et Bambois

- Mercredi 8 et jeudi 9 janvier : Sart-St-Laurent, Aisemont et Névremont

- Vendredi 10 et lundi 13 janvier : Vitrival, Sart-Eustache et Le Roux.

Pour des raisons d'organisation du travail dans nos services, il n'y aura aucun ramassage en dehors des dates ci-dessus. Nous vous remercions de votre compréhension.

Selon les recommandations de la Fédération belge contre le cancer, ces déchets verts seront compostés de préférence à l'incinération qui est une source en partie évitable de dissémination des dioxines dans notre environnement.

Renseignements complémentaires au service des Travaux, 71.31.31.

Mon équipe et moi-même vous souhaitons d ores et déjà de joyeuses fêtes de fin d'année et nos meilleurs vœux de bonheur à vous et vos proches.

Pour l'Environnement : Jules Lallemand

Les encombrants

C'est aussi le dernier ramassage de l'année pour les encombrants : le mardi 23 décembre, pour toutes les sections de l'entité.

Tombola de Fosses Avenir Pelote

Voici les résultats de la tombola de Fosses Avenir Pelote, qui a eu lieu le

14 décembre.

Une TV couleurs N° 2343

Un lecteur DVD N° 229

Les autres lots, les numéros

1 21 58 85 184 245 360 408 474 561 682 683 746 871 924 943 1013 1118 1404 1418 1534 1600 1776 1889 1978 2021 2125 2222 2301 2451 2478.

Les lots sont à réclamer jusqu'au 15 février 2003 à l'Etang des Forges, 25, rue des Forges, Fosses-la-Ville, tél. 071-71.41.13. Ouvert tous les jours de 9 à 20 h. Fermé le jeudi.

Au M.R. de Fosses

Le 27 novembre dernier a eu lieu l'assemblée générale extraordinaire de la section locale du M.R., afin d'élire le nouveau Bureau exécutif.

Sont élus au poste de

- Président : Joseph Michaux, rue du Bijard 17, Sart-Saint-Laurent, tél. 071-71.10.96.

- 1 er vice-président : Bernard Meuter, route de Bambois 14, Fosses, tél. 071-71.16.94.

- 2e vice-président : Serge Tihon, rue de l'Ecole Moyenne 11, Fosses, tél. 071-71.45.34.

- Secrétaire politique : Bernard Dufrasne, rue H. Brosteaux 3, Sart-Saint-Laurent, tél. 071-71.16.33.

- Secrétaire-administratif : Michèle AIbert-Meuter, rue du Fays 20, Aisemont, tél. 071-71.28.73.

- Secrétaire-adm. adjoint : Thierry Gillain, rue des Bergeries 27, Fosses, tél. 071-71.10.50.

- Trésorier : Edouard Meuter, rue du Fays, Aisemont, tél. 071-71.28.73.

- Trésorier adjoint : Mme Véronique Henrard, rue H. Brosteaux 3 Sart-Saint-Laurent, tél. 071-71.16.33.

L'échevin Bernard Meuter, le conseiller communal et chef de file du MR, Philippe Moreau, la conseillère communale Françoyse Rochet, la conseillère du CPAS Marie-Jeanne Burton et tous les membres du Bureau sont à votre disposition pour toutes actions qui peuvent vous aider dans l'élaboration de vos dossiers et toutes interventions auprès des instances pour l'aboutissement de ceuxci. Les permanences de la section locale sont assurées par l'échevin Bernard Meuter à son domicile tous les mercredis, de 17 h à 18 h 30.

Nous rappelons à tous nos affiliés qu'il existe une mutualité libérale dont les permanences sont assurées par Mme Brigitte Moreau-Scieur, tous les jeudis, de 15 h à 18 h, au 44, avenue Albert 1er, Fosses-la-Ville, tél. 071-71 .15.84.

B. DUFRASNE, secrétaire politique

Expo Petits formats

Nous vous proposons de venir admirer les talents de nos artistes locaux, jusqu'au dimanche 29 décembre, à la Maison de la Culture et du Tourisme, place du Marché 12.

En semaine, de 9 à 16 h ; le week-end, de 10 à 17 h.

Père Noël à Haut-Vent

Le Père Noël visitera les foyers de Haut-Vent, pour une distribution de cougnous, ce samedi 21 décembre. Il est spécialement invité par le comité des festivités hautventoises.

Projet de Céline au Brésil

Le 23 septembre 2002, Céline Debuisson, de Fosses-la-Ville, s'envole pour le Nord-Est du Brésil. Elle compte y accomplir un travail humanitaire. Elle s'installe finalement dans l'immense ville de Recife qui compte, avec son agglomération 3 millions d'habitants. C'est une région très pauvre. La pauvreté qui y règne n'a rien à voir avec celle que nous trouvons ici en Europe. Céline se fixe dans un Institut pour aveugles, enfants et adultes.

Céline voudrait aider une paroisse de la banlieue qui attend son église depuis longtemps. Celle-ci est en construction, mais, faute de moyens financiers, les travaux n'avancent pas. La population attend avec impatience car elle doit se déplacer à pied, fort loin, pour trouver une église.

Céline souhaite solliciter votre générosité afin de contribuer à l'avancement du chantier. Les collectes aux messes de Noël seront faites au profit du projet de Céline.

Si vous souhaitez faire un don à Céline, vous pouvez verser au compte : 068-2128925-93 avec la mention « Soutien à Céline ».

Avis O.N.E.

L'O.N.E., installé rue V. Roisin 9 D, informe la population des changements d'horaire des consultations qui ont désormais lieu chaque mardi, de 17 h à 18 h 30. En cas de 5e mardi du mois, il n'y a pas de consultation.

Souper raclette

La société royale Musique des Volontaires de la Marche Saint-Feuillen vous convie à son souper traditionnel « Raclette », qui sera servi le samedi 18 janvier prochain à la salle L'Orbey, à19h30.

En toute convivialité, venez vous détendre dans une bonne ambiance musicale et chaleureuse. Réservations pour le 15 janvier chez

- Jean Piéfort 071-71.26.97

- Emile Ducat 071-71.21.47

- Jea-Luc Boulanger 0496-35.88.19

- Jean-Marie Piraux 071-71.22.95

- Claude Barthélemy 071-71.31.54

Conseil communal

Une réunion du Conseil communal a lieu ce jeudi 18 décembre à 19 h 30.

L'ordre du jour comporte 23 points dont la plupart sont d'ordre administratif. II sera aussi question de la taxe sur dépôt de mitrailles et véhicules usagers, renouvellement d'adhésion aux collectes Fost-Plus, contrat de sécurité 2003 (zone de police), rapport 2002 sur l'administration.

A huis clos : désignation d'un secrétaire communal intérimaire, recrutement d'un sous-lieutenant volontaire au Service Incendie.

St-Vincent de Paul

La permanence de St-Vincent de Paul aura lieu le lundi 23 décembre, de 11 hà12h.

Les membres vous souhaitent un joyeux Noël et une bonne année 2003.

Vol

Récemment, un vol a été commis rue du Try-al-Hutte, dans une habitation dont la porte arrière était restée ouverte. Le préjudice n'est pas très important, des jeux vidéos ont disparu.

La Police signale toutefois de nombreux vols en dehors de notre entité, probablement par des gitans de passage et conseille de bien fermer les portes quand on quitte, même momentanément, son habitation.

Vaches en liberté

Des vaches étaient en liberté dernièrement sur la route de Mettet, une présence très risquée pour les automobilistes. Le fermier concerné a été prévenu après signalement à la zone de Police de Fosses.

Concert de Noël

Après celui des élèves de l'Académie d'Auvelais, ce mercredi en la collégiale, c'est la Philharmonique, avec la chorale Bebronae Cantores et la chorale des enfants qui présenteront, ce samedi à 19 heures 30, en la salle L'Orbey, un beau concert de Noël, varié à souhait. L'entrée est de 4 € ou 3 € en prévente (hâtez-vous...)

Noël en paroisse

Cette année, c'est en l'église de Bambois que sera chantée la messe de minuit pour les trois paroisses du secteur : Fosses, Bambois et Sart-Saint-Laurent. Il n'y aura donc pas de messe le 25, à 11 heures, mais seulement une le soir en la chapelle de Nèvremont et à 10 h 30 à Sart-StLaurent. Une messe de Noël sera spécialement consacrée aux enfants le mardi 24, à 17 h 30.

Noël de Liberté - 2002

Vous qui cherchez, mais en vain, l'Espérance

Dans la haine éternelle de ce monde en folie

Abaissez un instant votre condescendance

Sur cette crèche où l'amour vous supplie.

Que cette étoile qui brille au firmament

Eclaire vos élans si souvent repoussés.

Que ce berger qui chante dans les temps

Soit pour vous amour et fraternité.

Pour ce monde malheureux gémissant de souffrance

Ployant sous le poids de notre indifférence

Pour ces cœurs meurtris, broyés, déchirés,

Que l'Enfant de Noël soit enfin Liberté...

Georges MICHEL

Keskidi nous propose

(à lire avec humour)

Pour ou contre

12 h 15 : panne d'électricité. La cata, pas moyen de réchauffer ma bouffe au four micro-onde. II n'y a pas de quoi en faire un plat : une boite de sardines, une tartine, voilà de quoi patienter, mais l'ouvre-boîte est électrique ! Quel avenir pour nos centrales. Dans la rue waouh, la crise. J'veux bien, mais y a quand même des sujets sur lesquels il vaudrait mieux ne pas trop plaisanter, parce qu'on risque fort de ne pas toujours rigoler. Il faut dire que nous, Belges, on est réputé à l'étranger pour notre insouciance et notre sens de la fête. On n'a pas de pétrole, qu'à cela ne tienne Etienne, on ne va pas avoir des idées noires pour autant. Prenons exemple sur nos voisins Français, cette nation sage qui a jeté sans problème sur les fontaines publiques les bases de l'éducation sexuelle de ses enfants. Qu'ont fait les Français ? Ils n'ont pas plus de pétrole que nous (sauf parfois sur leurs plages), mais ils ont décidé de construire des centrales solaires. Bien sûr, elle ne fonctionnent que lorsqu'il y a du vent... ne persiflons pas, on ne peut pas tout réussir du premier coup. Et, comme ils disent là-bas « respire bien mieux celui qui ne manque pas d'air », traduction imagée de notre proverbe wallon « Li chance sorit sovint aus francs purdeûs ».

Mais, revenons à nos moutons ; il est vrai qu'une grande partie de leur population en fait grande consommation, quoique chez nous, certaines communes dites à facilité, Néerlandais, Arabes ne sont pas en reste (ceci est une parenthèse). Revenons donc à l'ovin qui ne s'est pas tiré, sinon il faudrait le boire.

Les Français ont donc, entre deux marées noires, peu de pétrole, mais ils ont décidé de pallier (entre deux étages) aux insuffisances de cette inestimable matière première. C'est ainsi qu'ils utilisent le dessus des chaudières à mazout des grands immeubles publics comme gondoleurs de chips. De plus, ils ont installé de petites roues à aube (appelées ainsi parce qu'elles ne fonctionnent que lot le matin), dans tous les caniveaux de leurs villes, afin de fournir l'électricité de l'éclairage public. Ils ont, en même temps, installé une éolienne à l'Assemblée nationale, à destination des hommes politiques ayant la réputation de faire du vent (pas bête du tout, ça mérite réflexion). Ce sont eux qui se sont eux qui se sont aperçus les premiers qu'en poussant sa voiture pour aller chercher des cigarettes au bar-tabac du coin, on dépensait moins d'essence (d'autres pays se seraient contentés d'interdire à leurs concitoyens de fumer). Après l'interdiction du Gouvernement de chauffer à plus de 19 degrés les édifices publics, la consommation des boissons fortement alcoolisées a brusquement augmenté (boni pour les accises).

Enfin, il est à l'honneur de certains politiques d'avoir eu le courage de lancer un gigantesque plan à long terme de désertification d'une partie du pays. Ils savent en effet que c'est sous le sable que l'on a le plus de chance de trouver du pétrole...

Keskidi

Pensée de la semaine

Ceux qui se bouffent le nez ne peuvent pas se sentir.

La presse... revue

par Zorro

- Samedi : « Les agences matrimoniales ne font pas que des heureux » - Le mariage ne fait pas que des mâles heureux...

- Dimanche : « Ils décideront de la paix ou de la guerre » - Réunion au sommet : Dieu, Bouddha, Yhwh, Jésus, Muhammad et Louis Michel...

- Lundi : « Gai gai marions-nous » -Gay, gay, marions-les...

- Mardi : « Les feux du ciel se sont éteints » - Allô, Monsieur le Doyen, vous auriez pas des néons de rechange ?...

- Mercredi : « La tension monte d'un cran » - C'est pas comme les taux des bons de caisse chez Dexia...

- Jeudi : « Namur polyglotte : les langues de façon créative et dynamique... » - Langue de vipère, langue de belle-mère, langue de bois, langue chargée...

- Vendredi : « Il se tue contre un arbre... » - D'après les premiers devoirs d'enquête, l'arbre ne serait pas en tort ; il est juste à la même place depuis trente-cinq ans.

UN SPECIAL GERMAINE

Le Petit Larousse : Germaine (sainte) née à Pribac (près de Toulouse) (1579-1601). Fête le 15 janvier.

- Samedi : « Se méfier de l'Allemagne » - Tu vois, Germaine, jamais deux sans trois...

- Dimanche: « Dénonciation illégale » - Ben Germaine, en v'là aut'chose. De notre temps, on était même payé pour dénoncer. Ah, si le brave Maréchal revenait...

- Lundi : « Fosses-la-Ville, deux mille ans d'histoire » - Salle 1, vitrine 2

la première dent de Germaine ; salle 8, vitrine 11, sa dernière encore attachée au dentier ; dans le couloir sur la corde à linge, ses dessous les plus sexy. N'oubliez pas le guide.

- Mardi : « Contre le diesel » - Avec ton vélo, Germaine, tu te fouts de tout ce bazar...

- Mercredi : « Drogues et toxi-dépendances » - Germaine, ton opium, c'est ton parfum enivrant.

- Jeudi : « Les sirènes sèment la panicule » - C'est vraiment comme toi, Germaine : avant tu séduisais tous les hommes, maintenant, tu sèmes...

- Vendredi : « A la recherche de vos ancêtres » - Pour Germaine : côté féminin, on a déjà identifié Sr Emmanuelle, Jeanne Calmant, la Joconde et la femme de Spy. Côté masculin

une filiation de l'abbé Pierre est soupçonnée, l'alcootest montre des traces de saint Feuillen, tandis que l'ange Gabriel aurait été révélé par l'ADN.

ZORRO

Eléphantino...

« ELEPHANTINO »: un cadeau de qualité du Centre Culturel aux tout-petits. Eléphantino, c'est un bébé éléphant, artiste de cirque, qui doit partir vers sa patrie d'origine, l'Afrique, partir vers l'inconnu, suite à la fermeture du cirque, sa seule famille jusque là.

Eléphantino, c'est le tout dernier spectacle, la création du Théâtre des Zigomars que tous les enfants des clases maternelles de l'entité ont pu découvrir en avant-première, avant même sa présentation en public à Namur fin décembre.

Elephantino, ce fut le très beau cadeau de Noël du Centre Communautaire et Culturel de Fosses, car ce spectacle de très grande qualité est promis à tourner dans toutes les grandes villes de Wallonie et Bruxelles. Cadeau préparé de longue date par l'animatrice, car les premiers contacts avec les Zygomars ont été pris dès le mois d'août, prévoyant d'abord des " scènes de test " dans les écoles de Fosses (et mis au point avec ces enfants), un travail de classe sur les éléphants avec les institutrices, puis trois représentations devant caque fois une centaine d'enfants émerveillés, cette semaine.

Pour les trois comédiens de la troupe, il s'agissait d'un véritable " examen de fin d'année ", devant un jury de petites têtes blondes qui a apprécié à sa juste valeur le travail de manipulation de marionnettes, les jeux d'ombres ou de comédie. Les enfants ont été conquis : oui, Elephantino fera partie de leurs rêves...

Mais les plus grands ne furent pas oubliés puisque les 1 re, 2e et 3e primaires avaient déjà pu, la semaine passée, bénéficier d'un autre spectacle de qualité : ° J'irai pas ", par le Théâtre de la Colline, et que ceux des 4e, 5e et 6e primaires ont, ce vendredi, un autre spectacle du Théâtre de la Colline : ° Et moi ? ", spectacle auquel ils pourront emmener leurs parents pour le découvrir en famille au Centre Culturel d'Aiseau-Presles, partenaire de celui de Fosses (et qui dispose d'une vraie belle salle).

On peut dire que, cette année, Noël rimait avec Théâtre pour le Centre Culturel et pour les enfants fossois !

Il y a 100 ans

N° 41 du 12 octobre 1902

LE ROUX. - Dimanche matin, un des fils de M. Xavier Gillain, rentrait à l'écurie un taureau à peine âgé de deux ans, quand son frère vint sur la porte. Le taureau, qui en veut à ce dernier, se mit à beugler et devint furieux. Rentré à l'écurie il se lança sur le fils qui le tenait en laisse ; Celui-ci se sauva dans le atelier. M. Gillain, qui était accouru au secours de son ils, fut terrassé et piétiné par la bête en furie. On couru chercher un voisin, M. Defosse, pour abattre le taureau à coup de fusil. Entre-temps, Mme Gillain, aidée de sa fille, parvint à traîner son mari hors de l'écurie et à en fermer la porte. MM. Gillain ont reçu des blessures peu raves : Le père à l'épaule et à la poitrine, le fils aux jambes. Ils ont reçu les soins de M. le docteur Rolin de Fosses. Quant au taureau, il a été attiré avec du fourrage prés d'une lucarne ; là, on parvint à le relier.

VITRIVAL. - Lundi, M. Wautelet, receveur communal à Le Roux, passait à Vitrival avec une charretée de fagots, lorsque ceux-ci accrochèrent les fils de fer auxquels étaient attachées des lampes vénitiennes pour la kermesse flamande. Pour se débarrasser des fils, M. Wautelet monta sur son chariot, mais fit un faux mouvement et alla s'abattre sur le sol. Dans sa chute, il se fractura 1’épaule et se fit des blessures importantes à la tête.

Vol dans friterie

La friterie de la rue du Gay à Aisemont a été visitée. A l'aide d'une barre de fer, des inconnus ont forcé les tôles de la toiture. Ils ont volé quelques ustensiles, un tue-mouches, un ventilateur. Des dégradations importantes sont à déplorer.

Carreaux cassés

Le bourgmestre a été prévenu de ce que des carreaux avaient été cassés à l'ancienne salle communale de Sart-Eustache. Il s'agit probablement d'actes de vandalisme gratuits. Le bourgmestre a demandé à la police d'effectuer des patrouilles dans cette section de l'entité, habituellement très calme.

Interventions des pompiers

Le 4 : appel des pompiers pour un feu de cheminée au 127, chaussée de Charleroi à Vitrival.

Le 5 : pompiers, pour un feu de cheminée rue Saint-Roch à Floreffe.

Le 5 : appel des pompiers pour un nettoyage de route, En Leiche, débris laisses suite à une collision.

Le 9 : appel des pompiers pour un feu de cheminée, place Saint-Martin 58 à Biesme.

Le 9 : ambulances (2) et pompiers, à la suite d'un accident au carrefour de Denée ; deux blessés conduits à Mont-Godinne.

Le 10 : ambulance pour venir en aide au chauffeur d'un camion qui avait versé sur le côté de la route, à Bambois et renfort des pompiers.

Le 11 : pompiers pour un nettoyage de route, suite à un accident sur la RN 90 à Franière.

Le 12 : appel des pompiers pour un feu de cheminée, rue Fond des Vaux à Biesme.

Le 14 : appel des deux ambulances et des pompiers, suite à un accident rue de Mornimont à Franière. Deux blessés conduits à la clinique Ste-Elisabeth à Namur.

Le 14 : pompiers pour un nettoyage de route (boue chemin des fermes à Maison-Saint-Gérard.

Le 15 : début d'incendie d'une maison, rue du Planois à Biesme. Un sinistre rapidement maîtrisé.

Le 15 : appel des pompiers chez M. Vandeloise, rue du Baty à Bambois début d'incendie provoqué par un feu de cheminée. Dégâts limités.

Le 17 : fausse alerte suite au déclenchement d'un détecteur d'incendie, rue du Téléphone à Saint-Gérard.