N°4     25 janvier 2002

 

Conseil communal

La prochaine séance du Conseil aura lieu le lundi 28 janvier, à 19 h 30, en la salle de l'Hôtel de Ville.

Voici les principaux points de l'ordre du jour

Missions particulières d'étude avec INASEP (Grand Gau et rue de l'Eglise à Sart-Eustache).

Recrutement d'un sous-lieutenant volontaire au Service Incendie (conditions de recrutement).

Projets de conventions entre la ville et le CPAS et avec les Fabriques d'églises pour fournitures de gasoil de chauffage, pour véhicules...

A huis clos : Ratifications concernant la désignation de secrétaire communal intérimaire.

Ratification concernant le licenciement de deux ouvriers communaux. Service Incendie : sanction disciplinaire envers deux sapeurs pompiers volontaires.

Ratifications concernant divers remplacements du personnel communal enseignant. '

Marche Saint-Remy

Le samedi 9 février prochain, dans le cadre du XXVe anniversaire de la Marche St-Remy, une journée rétrospective des processions sera organisée à la salle La Baillerie, dès 15 h.

Une exposition de photos des différentes marches, de 1978 à nos jours et des participations à la St-Feuillen depuis 1963, ainsi que des projections vidéos, seront présentées.

Nous demandons aux marcheurs ayant participé à ces marches, de nous prêter photos ou cassettes de ces sorties. Ce matériel est à remettre dès que possible chez

- P. Lepinne, rue de Névremont 45

- V. Michaux, rue de Névremont 46.

Prochains spectacles

- Le vendredi 22 février 2002, dès 22 h 30, au Clos Saint-Feuiller à Fosses : récital de jazz dans le cadre du Festival Nam' in Jazz : le Anne Wolf Trio : Anne Wolf (claviers), Cédric Waterschoot (basse), Chris Joris (percussions). Entrée gratuite.

Le Clos Saint-Feuillen, en association avec le Centre culturel et communautaire de Fosses, sera heureux de vous accueillir ce vendredi 22 février, dès 20 h 30, pour entendre le trio d'Anne Wolf. D'emblée, vous serez envoûtés par les lignes mélodiques, claires et chantantes ; Vous vous laisserez entraîner par les rythmes sud-américains ou plus jazzy, de standards bien connus. Avec Chris Joris aux percussions et Cédric Wtaerschoot à la basse, le trio vous emmènera pour un fabuleux voyage vers la chaleur latino du Brésil, vers le rythme, la mélodie, le plaisir et l'instinct...

- Concert de Christian MERVEILLE, le vendredi 1er mars à 19 h, en la collégiale Saint-Feuillen. Un spectacle de chansons et de musiques qui bondissent et rejaillissent. Entre les instruments un peu bizarres et des objets qui le deviennent sans le savoir.. Christian Merveille jongle avec la langue française et les notes, pour donner vie aux rêves des enfants.

Tarif : Adultes : 7,5 e (prévente 6 e)

Enfants : 4 e (prévente 3 e) que l'on peut se procurer au Centre culturel, place du Marché 12.

En collaboration avec la Ligue des Familles et avec le soutien de la Province de Namur.

Aux indépendants

Sur le thème. « 80% des problèmes que rencontrent l’indépendants sont identiques », l'Association des Commerçants de Fosses a le plaisir d'inviter toutes les personnes concernées à sa première réunion d'information trimestrielle qu'elle organisera sur le thème : les taxes communales, provinciales et régionales sur la distribution de dépliants publicitaires et toutes-boîtes, sur la force motrice, sur les immondices, sur les panneaux et enseignes publicitaires.

Madame Laurence Titeux, échevin du commerce de l'entité, rehaussera cette première réunion de sa présence et se tiendra à votre disposition pour toute question utile en ces matières parfois bien complexes.

La réunion aura lieu le lundi 4 février prochain à 20 heures, dans le local habituel, situé avenue Albert 1 er (ancien magasin Nopri).

En espérant vous y rencontrer nombreux.

Souper de la Palette

Le club de tennis de table fossois « La Palette Club Fossoise » organise son souper annuel le samedi 16 février, à 20 h. Celui-ci aura lieu à la salle L'Hauventoise à Haut-Vent. La soirée sera animée par Fabrice et Power Music. Au menu

- Assiette charcutière

- Potage

- Rôti de porc poivre vert, croquettes

- Gâteau

Animation assurée et karaoké.

Prix :

- Adultes 15 euros

- Enfants jusque 12 ans : 8,50 euros.

Réservation pour le 10 février au

0475-21.17.78 de Rudy

047494.11.45 de Roberte.

Souper du PRL

Rappelons le souper des sections PRL, JRL et FL de Fosses, organisé à la salle L'Orbey à Fosses-la-Ville ce samedi 26 janvier, à 19 h 30. Rappelons aussi le menu

- Mises en bouche Délices et Saveurs Régalgel

- Trio de la Mer

- Filet de ferme sauce Sambre et Meu,se Molignard, Petites croquantes

- Parfait caramel glacé

Grand Feu à Haut-Vent

Cette année, le Grand Feu aura lieu le 23 février. Vous pouvez dès à présent déposer votre bois au terrain de la rue du Château d'Eau.

Merci d'avance.

Le comité des festivités hautventoises fait également appel aux bonnes volontés pour ses prochaines activités, ceci afin de garder son animation au quartier. Vous pouvez vous faire connaître auprès de B. Cousin au 071-71.35-96.

Gym-santé

La section locale de Vie Féminine organise des cours intitulés Module Corps en mouvement, en 10 séances d'une heure les lundis entre le 4 février et le 6 mai, de 13 h 30 à 14 h 30, au local Ancien Nopri, avenue Albert 1er 2 à Fosses. Les cours sont donnés par Mme Delbascour, de Namur et la responsable locale est Mme Lallemand-Thomas, tél. 071-71.19.49.

Le prix pour les 10 séances est de 12,39 euros pour les membres et de 24,79 euros pour les non-membres.

Accidenté ?

Vous avez été accidenté ? Vous subissez un handicap, momentané ou de plus longue durée ? Le service de prêt de matériel sanitaire de la section locale de la Croix-Rouge de Fosses-la-Ville peut vous aider.

Voici le matériel disponible, mais qui connaît néanmoins une grande mouvance, vu les demandes

Matériel de literie

- 8 lits, dont 3 traditionnels, 3 semi électriques et 2 électriques

- 10 barrières de lit - 5 perroquets - 7 matelas

- 3 dossiers de lits - 2 tables de nuit.

Matériel de déplacement

- 9 chaises roulantes

- 8 cadres de marche (sur pieds)

- 6 cadres de marche pliables (à roulettes)

-20 paires de béquilles réglables pour adultes

- 7 paires de béquilles réglables pour enfants

Matériel divers

- 8 chaises percées - 3 porte-sérum

- 1 table desserte - 1 vélo d'appartement.

Renseignements, location et prix : M. Paul De Cuyper, tél. 071-71.26.70.

Peintures

Une exposition de peintures se tiendra au Centre culturel, 12, place du Marché à Fosses, du 2 au 21 février ; elle est intitulée : « Eau, terre et feu », avec les artistes : JM. Bocket, Annie Cimino, Simone Scohier et Angela Sigismondi.

Nous en reparlerons plus en détail la semaine prochaine.

Formation informatique

Une formation de base en informatique est proposée par l'A.L.E. de Fosses aux demandeurs d'emploi. Elle consiste en : une initiation (10 périodes), système windows (40 périodes), Word (traitement de texte, 40 périodes), et Exel (tableur, 40 périodes). En tout : 130 périodes.

Les cours se donnent à l'Ecole Industrielle et Commerciale d'Auvelais, où le matériel informatique est mis à la disposition des élèves. Dates et horaires à convenir.

Possibilité de poursuivre cette formation dans le cadre des études de technicien en utilisation de l'informatique, dispensé auprès de l'établissement formateur à Auvelais.

Renseignements à l'A.L.E. de Fosses, rue V. Roisin 9D, tél. 07171.34.36 ou Fax 071-71.47.95, avant le 15 mars.

MOIS DE JANVIER 1982

- C'est en novembre 1981, puis en décembre qu'est annoncée la reparution du Messager (par deux numéros de lancement), après une éclipse de cinq ans.

- Une interview de notre doyen d'âge d'alors, M. Arsène Leloup, 96 ans (et qui vivra jusque 104 ans) y est largement consacrée.

-ans le premier numéro de janvier, c'est un pénible drame que le journal annonce : la veille de la St- Sylvestre : Mme Robert Denis est abattue par un voisin, M. Emile Pochet, 72 ans

- Le Messager de 1952 publie une chronique « il y a 20 ans » et annonce (nous sommes alors en 1932), la mise sur pied d'un service d'autobus de Fosses à Namur: 3 voyages de Fosses à Namur et 2 de Fosses à Malonne. Le trajet pour Namur permet de s'y rendre en 55 minutes!

- Cérémonie d'adieu à trois Sœurs franciscaines du Home Dejaifve, dont Sœur Berchmans, présente à Fosses depuis 1948.

- Départ de M. Englebert, directeur de l'Institut Ste-Marie, remplacé par M. Warnon.

- La Malle-Poste, restaurant de l'avenue des Déportés, change de nom et s'appelle « A l'As de Pique ».

- En raison de travaux danse bâtiment de la rue Delmotte, l'Enregisrement et la TVA s'installent provisoirement dans les anciens bureaux de l'Usine Decoux.

- Décès à l'âge de 81 ans de l'abbé Kaisin, ancien professeur de religion à l'Ecole Moyenne. Il était né à Vitrival et fut ordonné prêtre en 1925.

- Fosses possède un club de Cibistes, très actif et présidé par Alfred Coomans.On se souvient club à cette époque, ce hobby prit un développement assez vaste.

- Le Studio Demoulin fête son centenaire : il y a cent ans en effet (donc en 1882), que s'installait à Fosses le photographe M. Emile Pochet, qui était aussi artiste peintre. Il eut comme apprentie Mme Emma Hayot, qui épousa Jean Demoulin, qui apporta le nom à cette maison (qui se trouve aujourd'hui vide et sans successeur).

- Décès du doyen d'âge de Sart-Saint-Laurent, M. Camille Mathieu, à l'âge de 97 ans. Il avait épousé en secondes noces Mme Marcelle Defrace et était ainsi devenu Sartois.

- Le basket féminin se porte bien à Fosses, sous les conseils de leur entraîneur J.-P. Romdenne. On retrouve les noms de: Françoise Georgery, Catherine et Florence Effinier, Muriel Charue, Savina Maffeis, Sylvie Masson, Anne-Laurence Michel et Véronique Mathy.

Bientôt et déjà 80 ans, cette année !

Si on leur avait posé la question quand ils étaient jeunes, ils auraient répondu : « 80 ans ? Si j'y arrive... », et cela avec peu de conviction et persuadés qu'ils n'y arriveraient probablement jamais. Et pourtant, ils vont y être, ils y sont déjà, pour quelques-uns et on est étonné de les voir encore si alertes. La chose n'est plus exceptionnelle aujourd'hui et si on a la chance d'avoir une santé qui ne fait pas trop défaut, on peut espérer bénéficier pleinement aujourd'hui d'une retraite prolongée.

En tout cas, cette année, ils sont juste 50 pour l'entité à être inscrits sur la liste des candidats « octo » (laissons de côté la suite du mot qui n'a pas une terminaison tellement mélodique ! On ne « génère » d'ailleurs plus à cet âge). Voici donc ces braves qui sont partis pour une nouvelle tranche de vie, dans la sérénité et la bonne santé, ce que nous leur souhaitons à tous.

FOSSES

1. COLIN Alphonse, ép. Pirson Place de la Gare 4 né le 11-01-1922

2. BEECKMANS Marie-José, ép. Dewolf Rue Petite Couture 4 14-01-1922

3. VERVOTTE Raymond, vf Sérusiaux Rue des Remparts 21 23-01-1922

4. ROMDENNE Aril, ép. Guerry Avenue Albert ter, 48 31-01-1922

5. BIOT Alfreda, vve Malotteau Place de Haut-Vent 6 18-02-1922

6. HERNETTE Emilie Rue des Remparts iC 02-04-1922

7. BUFFET Marthe, vve P. Migeot Rue Tri-du-Bois 6 10-05-1922

8. ROBIOLLE Raoul, ép. Stamps Rue Delmotte 2 19-05-1922

9. HOUBA Adeline, vve Bacq Rue des Bergeries 36 22-05-1922

10. BERTRAND Joséphine, vve Libouton Avenue des Combattants 08-06-1922

11. LARIVIERE Rose, veuve Stépan Home Dejaifve 12-06-1922

12. PARMENTIER M.-Louise, vve Nicolas Route de Tamines 11 15-06-1922

13. NULENS Elisa, célibataire Home Dejaifve 15-06-1922

14. VAN RYSSEL Gérard, ép. Wiame Rue du Grand-Etang 103 13-08-1922

15. BOCCART Jean, ép. Verbaert Rue d'Orbey, 24 14-09-1922

16. WIAME Désirée, ép. Van Ryssel Rue du Grand-Etang 103 20-09-1922

17. MASSINON Fernande, vve Brosteaux Rue Saint-Roch 20 11-10-1922

18. THIRY Suzanne, vve Sépulchre Rue de Vitrival 21 13-10-1922

19. GRAVY Georgine, vve Vandeloise Rue du Baty, Bambois 22-11-1922

20. MAERTEN Armande, vve Lamarche Rue du Grand-Etang 41 15-12-1922

21. Décédé cette semaine: TAXHET Théophile, ép. Clause, rte Tamines 14-7-1922

LE ROUX

1. LEGRAIN Solange, vve Pleinevaux Rue du Long Try 25 23-01-1922

2. GIGOT Louise Rue du Long Try 11 07-05-1922

3. COPPERS Albert Rue Grande 16 10-05-1922

4. DE GEEST Lucienne Rue Grande 40 26-05-1922

5. PONCELET Georges Rue de la Maladrie 9 01-11-0922

6. BEKAERT Lucien Ch. de Charleroi 316 07-12-1922

SART-EUSTACHE

1. CAPRARO Constantina Rue Criptia 116 11-01-1922

2. GUYAUX Roger, ép. Philips Rue Les Ruelles 75 04-03-1922

3. COLLART Marcel, ép. Michaux Rue du Sartia 65 03-04-1922

4. BAIRE André, ép. Verlaine Rue du Sartia 63 25-04-1922

5. SIMONART Simonne, ép. Molitor Rue du Sartia 178 30-08-1922

6. HAVELANGE Louisa Rue du Sartia 18 06-10-1922

7. LELEU Fernande Rue du Sartia 126 11-10-1922

8. VANDERMEULENRaoul, ép. Splingard Rue Génicot 1 23-10-1922

SART-SAINT-LAURENT

1. SAUTOIS Marie-Louise Ch. de Namur 91 19-09-1922

VITRIVAL

1. PRETER Sidonie, ép. Willems Ch. de Charleroi 148 22-01-1922

2. BASTIN Jules, ép. Bernard Rue Leclercq 1 28-02-1922

3. LEMPEREUR Jules Rue Leclercq 5 23-05-1922

4. JASSOGNE Marguerite, ép. Patris Rue des Tro,ces 1 18-16-1922

5. EVRARD Fernand, ép. Cobut Rue du Bolia 21 07-07-1922

6. DEMANET Marie, veuve Parent Ch. de Charleroi 123 16-10-1922

7. MICHAUX Paul, ép. Thome Rue Bois-des-Mazuis 47 03-11-1922

8. DUPIRE Camille, ép. Hautenne Rue Rauhisse 26 22-12-1922

AISEMONT

1. LOUIS Henriette, vve Migeot Rue de la Station 107 25-04-1922

2. JACQMAIN Yvonne, ép. Guerry Rue de la Station 113 10-05-1922

3. REMACLE Marie-Louise, ép. Clause Rue du Potage 2 27-06-1922

4. POCHET Gilberte, ép; Turcry Rue de la Station 57 17-07-1922

5. MIGEOT Roger, ép. Burton Route de Tamines 215 10-09-1922

6. SALINGROS Marcel, vil Molle Rue de la Station 55 26-10-1922

Aperçu imaginaire sur notre histoire locale

(suite)

L'abondance de matière nous a obligé à suspendre quelques semaines ce récit de notre histoire locale au cours des siècles.

Nous précisons qu'il s'agit d'un récit souvent imaginaire et fantaisiste, qui démystifie un peu la rigidité des récits habituels sur la vie de l'époque, mais basé néanmoins sur des faits se rapprochant le plus possible de la réalité historique.

On reproche souvent au Messager d'être trop sérieux ou trop ennuyeux ; essayons donc de nous dérider un peu.

Feuillen et Ultain morts, Charlemagne va arriver !

Nous étions arrivé à l'assassinat de S. Feuillen et de ses trois compagnons. Redevenons sérieux : les corps furent enterrés et on ne connaîtra jamais, bien sûr, les auteurs de ce quadruple meurtre.

A Fosses, où Feuillen avait conquis la sympathie des habitants, on s'inquiétait, d'autant plus qu'il avait annoncé son retour pour la Saint-Nicolas, promettant peut-être quelques friandises aux enfants. Il y avait bien quelques compagnons, restés chez nous, mais il était anormal de ne pas le voir revenir. Quelques hommes se décidèrent alors à partir à sa recherche. Ils empruntèrent un chemin tracé à travers les broussailles. Délurés, Feuillen et ses compagnons avaient convenu qu'ils marqueraient leur passage par des couronnes de branchages autour de certains gros arbres, tous les mille pas, à peu près, imitant en cela ce qu'avait fait le Petit Poucet avec ses cailloux. Ils arrivèrent ainsi à Nivelles où Gertrude leur expliqua qu'ils étaient repartis fin octobre, mais qu'ils ne savaient pas s'ils feraient un crochet par Péronnes ou s'ils repartiraient directement vers Fosses ; La marche à pied ne leur faisait pas peur ! Après de longues battues, on découvrit, dans la forêt, un endroit où la terre avait été remuée, près d'une vieille hutte. En creusant un peu, ils retrouvèrent 4 corps, les reconnurent et les ramenèrent à Nivelles. Pas très marrant de porter ainsi, des cadavres à moitié décomposés ! Mais, pour se donner du courage, il firent la route en chantant des louanges et hymnes religieux.

Ils effectuèrent alors le macabre travail de triage des restes et déposèrent dans une caisse, les os supposés de Feuillen qui furent ainsi ramenés à Fosses, ou se fit une distribution des reliques de leur bienfaiteur, chacun ornant ainsi sa demeure. Les corps des trois compagnons restèrent à Nivelles.

Avec la disparition de Feuillen, c'est son frère Ultain qui reprit la direction du monastère, Ultain l'ermite, qui retournait toujours volontiers dans sa cabane de Sinton, qu'il appelait avec amour « ma cabane aux canadas », car il y cultivait là aussi des sortes de patates à peu près semblables à nos pommes de terre d'aujourd'hui.

Quelques années plus tard, Ultain, qui n'avait pas un caractère facile et qui était moins bien apprécié par les Fossois que Feuillen, retourna au monastère de Péronnes, après s'être disputé avec quelques-uns de ses compagnons. Il fut remplacé par Subne († 688) et Cellan († 706). Ultain, lui, serait mort en 685 du miserere, en chantant sa prière favorite.

Après le passage chez nous de ces deux frangins irlandais, notre petite localité va mettre en pratique les bonnes paroles et les bons conseils de Feuillen. La vie reprendra son cours, mais progressivement, la réputation d'hommes primaires qu'endossaient les Fossois, s'atténua ; Quelques bonnes âmes ont pu poursuivre le travail de ces évangélisateurs venus d'Irlande.

On allait ensuite vivre sous la domination de différents maîtres : les Pépins : Pépin de Landen, Pépin de Herstal et Pépin le Bref.

Mais pourquoi « pépin » ? : on ne nous en a jamais soufflé un mot à l'école, lors des cours d'histoire... Rien à voir avec les graines de fruits ; Pépin est le nom familier de « parapluie » et ce sont ces rois qui, par snobisme, se sont fait fabriquer des parapluies, engins inconnus jusqu'alors ; Ils sortaient ainsi avec leur « pépin» quand il pleuvait. Ce n'était pas rien de fabriquer un tel appareil

le premier l'a fait faire chez un artisan qui habitait Landen (d'où son surnom Pépin de Landen) ; Son petit-fils, lui, a voulu imiter son grandpapa et a trouvé à Herstal un bricoleur qui a pu lui en fabriquer un, plus solide. Lors d'un grand vent, le parapluie s'est quand même démantibulé. Plus tard, Pépin de Herstal engendra un gamin qu'il appela Charles, un sale gosse qui n'arrêtait pas de faire du bruit en tapant sur tout, avec le parapluie abîmé de son père ; On le surnomma Charles martèle (ou Martel).

Il devint plus raisonnable en grandissant. Il eut un fils, qu'on surnomma : Pépin le Bref. Pas très courtois il parlait sec et bref quand il s'adressait à ses sujets. Il se servait du parapluie de son grand-père pour corriger ses deux gamins : Carloman et Charlemagne. Carloman était plus espiègle, tandis que Charlemagne, né en 742, eut une enfance chétive (nous en avons déjà parlé, rappelez vous : allez Charles, magne : une insistance de sa nourrice pour le faire manger !) Il prenait encore, parait-il, le biberon à 9 ans ! D'une nature studieuse, il jugea que chaque gosse devait acquérir un minimum de connaissance et instaura les écoles et par la même occasion, les vacances.

Avec lui débuta la période qu'on appela carolingienne. Nous en parlerons la prochaine fois.

(à suivre)

Calme plat

Un journal se doit de relater tous les faits divers, accidents vols, nouvelles de sociétés qui se passent dans chaque localité. Notre hebdomadaire local est aussi à la recherche de ces nouvelles locales pour en faire part aux lecteurs. Mais il est des semaines où rien, à ou à peu près rien ne se passe. Il est vrai en effet que nos chroniques de la page 5 est à court de nouvelles depuis pas mal de semaines. Mais nous avons beau consulter la Police, les pompiers, les quotidiens, rien ne se passe à Fosses et dans les environs, si ce ne sont que des soupers par-ci par-là, ou, malheureusement, des décès à annoncer.

Afin d'alimenter quelque feu nos colonnes, nous faisons appel aux lecteurs qui auraient des choses intéressantes à dire, aux représentants de sociétés, qui voudraient parler des activités de leur mouvement, des lecteurs aussi qui, en mettant de l'ordre dans les tiroirs, auraient retrouvé quelques vieilles photos qui rappellent des souvenirs, sur lesquelles des personnages chevelus se retrouvent aujourd'hui le crane dégarni.

Et pourtant, nos policiers ne sont pas sans devoir intervenir, la plupart du temps, pour des histoires familiales. Dans ce domaine, il y aurait beaucoup de choses à raconter, paraît-il. Alors, devrions nous devenir journal à sensation, avec des titres accrocheurs : On lirait dans « Voici Fosses » : Un docteur fossois avoue avoir réalisé une dizaine d'avortement ; Harcèlement sexuel au bureau des Contributions ; mariage entre nonagénaires au Home Dejaifve ; il oblige son épouse à accepter sa maîtresse ; Actes de pédophilie dans les écoles fossoises ; des seringues à gogo sur le parking des Tanneries ; Il volait ses parents qui vivaient dans la misère... En voilà des titres !

C'est vrai que la TV ne se prive parfois pas de ces faits divers sensationnels dont un certain public raffole.

En attendant, on aurait déjà qu'un record de carotte de 750 gr ou un veuf de 130 gr à annoncer, ou, un distrait qui a glissé sur une peau de banane et a entraîné sa voisine dans sa chute, ou encore une belle histoire de dentier parti dans les égouts après avoir tiré la chasse... cela remplirait déjà une demi colonne.

Merci d'y penser et de nous le faire savoir

Carnaval à Vitrival

Contrairement à la date publiée dans le Calendrier du Syndicat d'Initiative, les festivités du Carnaval se dérouleront les 15 et 16 février. En voici le programme

Vendredi 15

- Dès 14 h : ramassage des veufs et du lard dans le village.

- A 14 h 30 : pour les enfants, promenade carnavalesque dans les rues du village. Un char sera prévu pour les plus petits et l'encadrement assuré par des adultes. Les parents sont les bienvenus... A vos déguisements !

- En fin d'après-midi, un goûter sera offert aux enfants.

- Dès 18 h : grande fricassée.

Tout au long de nos festivités, vous pourrez déguster nos omelettes. Eh oui, nous remettrons cela le samedi aussi.

- Toujours le vendredi, à 20 h : grand BAL MASQUÉ avec remise de prix en espèces (PAF : 2,5 euros).

Ceci afin de permettre aux masqués de profiter de la soirée du samedi et de rendre visite dans le village.

Le samedi 16...

Comme certaines maisons dans le village, notre porte sera, elle aussi, grande ouverte dès 18 h. Avec une animation musicale et ambiance de carnaval garantie pour les masqués qui viendront nous rendre visite.

Et toujours nos délicieuses omelettes.

L'équipe du comité espère vous retrouver très nombreux sous son chapiteau place Jean Tousseul. Alors, dès maintenant, mettez-vous à l'ouvrage afin de nous présenter des tenues des plus originales.

Extrait du rapport administratif communal

Pour son bon fonctionnement, la Commune de Fosses emploie plus de 200 personnes, si l'on ajoute au personnel communal, la Police, les services d'entretien, des travaux, les pompiers, l'enseignement communal, le CPAS, et tous les services divers.

Voyons tout d'abord quels sont les rôles de chacun au sein de l'Administration, des services techniques , au CPAS et à l'ALE.

Services administratifs

- Parent Gérard, secrétaire

- Lemmens Joël, receveur

- Boulanger J.-Luc, employé cab. du bourgm.

- Bernard A.M., employée à la Culture

- Vendredi Joëlle, employée à la Culture

- Devaux Monique, enseign. (congé maladie)

- Haut Lucy, chef serv. état civil, population

- Bodart Yvette, employée idem

- Migeot Christine, employée, idem

- Blanchard Paulette, chef serv. Finances

- Godfroid Martine, employée, idem

- Absilis Brigitte, employée, idem

- Benoît J.-Luc, chef serv. Patrimoine Urban.

- Brans Brigitte, employée, idem

- Molle Maryline, employée

- Bertinchamps Isabelle, employée

- Amould Frédérique, employée serv. travaux

- Goisse Frédérique, employée, idem

- Tonneau Francette, employée, idem

- Defoin Lucia, empl., permis cond. passep.

- Viatour Géraldine, employée idem

- Decamps André, bibliothécaire

- Romain Brigitte, employée bibl 3/4

- Sturbois Léa, assistante (ALE)

Services techniques

- Casimir Raymond, agent technique

- Durant Jules, brigadier bâtiments

- Crasset Fabian, ouvrier bâtiments

- Doumont Philippe, ouvr. quai. serv. travaux

- Ferin Dominique, idem

- Gillain Jacques, idem

- Ghiotto Sylvain, idem

- Lejeune Tvan, idem

- Parent Alain, ouvr man.

- Plapied Sylvain, idem

- Depraute Jean-Luc, ouvr. quai. cimetières

- Demeure Roland, ouvr. cimetières

- Damanet Etienne, sports-environnement

- Tahir Ludovic, idem,(emploi Smet)

- De Cuyper Luc, idem (emploi Smet)

Voirie

- Deguillaume Michel, ouvrier manoeuvre

- Deproot Claudy, ouvrier qualifié

- Gillain Laurent, ouvrier manoeuvre

- Lemmens Fabien, ouvrier manoeuvre

- Lison Rudy, ouvrier manœuvre

- Maniscalco Rudy, ouvrier manœuvre

- Piret Didier, ouvrier manœuvre

- Preter Jean, ouvrier qualifié

- Saelens Fabian, ouvrier qualifié

Nettoyages locaux:

- Boiteux M.-Hélène : hôtel de ville

- Gosset Maryline : bibliothèque

- Delobe Colette : locaux communux et scol.

- Demoulin Jacqueline, idem

- Egeur Carine, idem

- Gérard Emilia, idem

- Gillain Colette, idem

- Lallemand Arlette, idem

- Lenain Raymonde, idem

- Magusiak Marguerite, idem

- Parent Annette, idem

- Pierre Véronique, idem

- Dekyvere Catherine, idem

- Reumont M.-Christine : hall voirie

Service Police

Nous avons publié, la semaine dernière, les noms du personnel de police : 10 + une employée et une assistante sociale.(t. partiel).

Personnel CPAS

- Dusenne Claudine, secrétaire

- Lemmens Joël, receveur

- Barthélemy Sylviane, employée

- Becquevort Thierry, commis

- Ponchelet Erika, employée

- Debacker Elian, ouvrier formateur

- Lambot Stéphanie, ouvrière

Au service social

- Brasseur Kathy, ass. sociale, mi-temps

- Caruso Giuseppina, ass. sociale,

- Leal Iglesias Carmen, ass. sociale

- Martin Danielle, ass. sociale (mi-temps)

- Ville Martine, ass. sociale (mi-temps)

- Albert Martine, médiatrice de dettes.

Article 60

- Claes Michaël, Delaire Patricia, Peeraerts Marie-Rose, Quairia Nadine, Stepan Joël, tous ouvriers polyvalents et Thone Claudine, aux. de soins.

Agence Locale pour l’Emploi

- Lenoir Alain, agent technique

- Legrain Sylvie, agent technique

Ce service est supervisé par son président Philippe Mullier. Le Conseil d'administration est composé de 14 membres qui se réunissent une fois tous les deux mois.

Lors de sa création en 1995, l'ALE

comptait 25 utilisateurs et 20 chômeurs mis au travail. Aujourd'hui, l'ALE compte 326 utilisateurs, 411 chômeurs inscrits dont 105 sont continuellement occupés. Les activités principales sont l'aide à domicile et l'aide au jardinage. Plusieurs écoles, asbl et aussi l'Administration communale occupent les chômeurs ALE. Sur les 411 occupés, il y a 60% de femmes et 40% d'hommes. A ce jour, 8 minimexés sont inscrits et travaillent régulièrement.

La semaine prochaine, nous verrons plus en détails les activités et la liste du personnel du Service Incendie et de l'enseignement communal.

 

 

Samedi 26 janvier 2002

Espoirs, à 15 h

Bambois - Mettet

Réserve, à 15 h

Sommière - Fal.Aisemont

Bambois : bye

Dimanche 27 janvier 2002

Cadets, à 10 h 30

Bambois - Couvin-Mariemb.

Belgrade - Fal.Aisemont

Scolaires, à 10 h 30

Fal.Aisemont - Taviers

Div.3,à15h

Bambois - Ham

Fal.Aisemont - Biesmerée

INVITATION

Madame(s), Monsieur(s),

La Régionale d'Horticulture de Namur.

Section: FOSSES-LA-VILLE

A le grand plaisir de vous inviter à sa conférence horticole, le lundi 04 février 2002, â 19 H. 30

Salle du conseil communal de l’HOTEL DE V1LLE.

Place du Marché, 1 5070 FOSSES-LA-VILLE

Parkings:

Place. du Marché..

Place du Chapitre et des Tanneries.

ORDRE DU JOUR

1- Accueil par G. VERMAUT, délégué du cercle horticole.

2-Conférence horticole: Les dahlias (+ dias) Par Monsieur Robert DALOZE

3- Tombola

Accessible au grand public et entrée gratuite.

Avec la collaboration du Ministère de l'Agriculture et de la Communauté Française

G. VERMAUT 6, rue du Postil, 5070 FOSSES-LA-VILLE Tel et Fax : 071-71.18.10

M. THIBAUT 19, rue de Tamines, 5070 FOSSES-LA-VILLE Tel; 071-71.33.68

Cl. HOUGARDY 22, rue Sinton, 5070 FOSSES-LA-VILLE Tel: 071-71.17.84

Cl. MIGNON 64, rue de Haut -Vent, 5070 FOSSES-LA-VILLE Tel: 071-71.29.07

Je m'interroge... (une fois de plus)

En novembre dernier, j'avais déjà posé quelques questions ou remarques de problèmes qui m'interpellent et que je ne comprends pas.

L'actualité se charge bien sûr de continuer à en poser, chez nous ou dans le monde.

Affaire De Decker (je préfère ne pas trop parler de Dutroux. Voilà un monsieur qui profite de sa position de sénateur (qui lui donne le droit de visiter un prisonnier, pour introduire auprès de celui que certains ont déjà nommé " l'ennemi public n° 1 " une personne-paravent et un journaliste dont il se garde bien de dévoiler la véritable profession. Il commet donc là, à mon sens, plus qu'un abus de confiance : une véritable escroquerie, un usage de faux... par omission, si l'on peut dire. Qu'en récolte-t-il ? D'une part une vaste publicité ; de l'autre, tout juste un petit blâme de son parti. Un peu léger, non ? On reporte bien sûr la faute (haro sur le baudet, dirais-je, si je ne craignais de laisser planer une once de mépris) sur ce malheureux directeur de prison, qui a peut-être été léger dans la vérification des identités mais qui a juste appliqué son règlement. Haro aussi sur le ministre Verwilgen qui avait, pour des faits un peu semblables en 1998, exigé la démission de son prédécesseur Stéphane De Clerc. Cette provocation en restera-t-elle là ? La politique, je le crains, éteindra l'affaire.

Essayez donc un jour de taper sur un gendarme pardon, maintenant on doit dire : un policier. Vous serez traduit en justice et avant d'avoir pu dire deux mots, vous serez condamné au prorata de l'injure. Quand on s'appelle D'Orazio et qu'on a avec soi une bande de casseurs particulièrement " énergiques ", il suffit de se justifier par une situation malheureuse pour toute une usine et une région pour paraître avoir raison. Ils ont cassé des combis et des camions de gendarmes à coups de bulldozer, cassé la figure de gendarmes à coups de barres de fer, cassé le nez, en public, à un curateur dans l'exercice de ses fonctions, tout cela, pour eux, c'est " normal ". Et ils s'étonnent des mesures de précaution prises autour d'eux pour l'entrée au Palais de Justice ?

Ils s'étonnent aussi de la lenteur de la Justice !... " Le délai raisonnable est largement dépassé pour juger cette affaire "... Alors que ce sont eux et leurs avocats qui, à coups de récusations, de finasseries de procédure, ont fait remettre et remettre encore la conclusion : 7 jugements contestés, 3 arrêts de Cour d'Appel, 3 arrêts de Cassation... Et ils osent parler de " harcèlement judiciaire " ! Il y a des avocats qui ne manquent pas de toupet !

Les kinés seront moins payés et les séances remboursées par les Mutuelles sont limitées à 18 au lieu de 60 ! On imagine facilement que des traitements de soins de récupération seront interrompus car seuls ceux " qui ont les moyens " pourront se payer la suite des séances. Une santé à deux vitesses, donc. Est-ce là la politique sociale promise par l'Arc-en-ciel ?

Attention ! Grande mutation dans les règles de la circulation. Sur les routes normales, la vitesse était limitée à 90 Km-heure, mais réduite endeça là où existait un danger particulier. Dorénavant, on change tout (enfin...) : la vitesse sera limitée partout à 70 km-heure... sauf là où une vitesse supérieure le permet. Vous voyez la différence ? Moi pas. Il est vrai que je ne suis pas ministre...

Pauvre Moyen-Orient ! Peu à peu, c'est la vraie guerre qui s'installe entre Israël et Palestine. Mais, (mis à part l'inacceptable des attentats terroristes, et je comprends la nécessité d'une réponse, est-il normal qu'un état use de sa force militaire pour entrer dans le pays voisin, y capturer des gens (soupçonnés bien sûr de préparer un attentat, occuper avec des tanks des villes entières, bombarder des bâtiments administratifs (payés en partie par la Communauté européenne !). Poussés à bout, les Palestiniens semblent ne plus rien avoir à perdre et tombent dans le piège en se disant décidés à " la guerre totale " : les malheureux, ils vont se faire massacrer et perdre le peu qu'ils étaient sur le point d'obtenir voici un an et bien davantage ! Et l'ONU ne réagit pas !

Décidément, il y a bien des choses que je ne comprends pas...

Keskidi nous propose...

(à lire avec humour)

Voyage voyage !

Et le mirage a eu lieu ! Tout comme à l'époque où France Gall chantait pour une marque de voiture qui produisait les 4 L « Moi, je construis des camionnettes, avec de la ficelle et du papier », les deux papys de la finance belge, Maurice Looping et Etienne Lavion ont sorti de leur chapeau une nouvelle compagnie aérienne, la société Vatf-air. Voici retracée l'expérience d'un premier vol.

Le commandant Damien lfrajour et son équipage vous souhaitent la bienvenue à bord. Nous devons, en principe, tenter d'atterrir quelque part dans un sacré bout de temps, vu la lamentable médiocrité de notre vitesse de croisière. La température extérieure est de - 30° C ; la température intérieure sera à peu près la même car nous n'avons pas pu remplacer les trois hublots cassés faute de crédits. La compagnie Vatf-air a édité une brochure à votre intention, destinée à vous informer du règlement intérieur. Votre hôtesse vous la remettra en même temps que le pliant que vous louerez si vous ne voulez pas voyager debout. Nous rappelons qu'il est interdit de voyager debout.

Après cet annonce, je louai donc un pliant et m'installai confortablement près du poêle à charbon assurant la climatisation à bord et j'entamai la lecture du règlement intérieur de la compagnie Vatt-air

Art. 1 - La Cie Vatf-air décline toute responsabilité en cas de non-fonctionnement de ses appareils au décollage, à l'atterrissage et en vol.

Art. 2. - Nos appareils n'étant pas équipés de ceintures de sécurité, nos hôtesses sont habilitées à plâtrer les passagers sur leurs pliants.

Art. 3. - La Cie Vatt-air est seule juge du nombre d'ailes nécessaires au bon fonctionnement de ses appareils.

Art. 4. - Malgré l'excellente qualité de nos moteurs et l'excellente solidité du plastique composant le fuselage, nous rappelons qu'il est interdit de fumer quoi que ce soit à bord.

Art. 5. - Les places numérotées sont réservées par priorité à la famille et aux amis des dirigeants; rappellons que toutes les places sont numérotées.

Art. 6. - La Cie ayant constaté de regrettables méprises, rappelle que les toilettes sont à l'arrière de l'appareil. A l'avant, c'est le poste de pelotage (pardon, de pilotage) et le monsieur en casquette n'est pas une Madame Pipi, mais le commandant.

La Cie Vatf-air vous souhaite malgré tout bon voyage et espère vous y retrouver, si elle en a encore.

Pensée de la semaine Keskidi Celui qui a inventé le pneu increvable ne manque pas d'air.

Les vœux du Collège

La tradition, toujours elle, veut que le Collège échevinal présente ses vœux à une série de personnalités locales. Au Palais de Bruxelles, le Roi reçoit aussi chaque année les ambassadeurs, membres des hautes administrations et de la justice pourquoi pas de même à notre échelon ?

Ce lundi, donc, quelques dizaines de personnes se trouvaient réunies en la salle du Conseil et le Bourgmestre Benoît Spineux, au nom du Collège et de l'Administration communale, remerciait ainsi tous ceux et celles qui contribuent au développement de la cité : responsables de l'administration, de l'enseignement, de la Justice, de la sécurité, les autorités civiles et religieuses, les présidents des associations sociales, caritatives et culturelles.

Il rappela que Fosses est un centre administratif important. La justice de Paix, les Finances (Contributions, Enregistrement et TVA), les trois réseaux d'enseignement (communal, officiel et libre), un centre de secours (Pompiers et Service 100), et désormais le centre de la Zone de Police. A tout cela on pourrait ajouter la mutation des services commerciaux qui restent attractifs et rayonnants.

Le Bourgmestre remercia donc toutes ces personnes, professionnels ou bénévoles, qui assurent ainsi la vitalité fossoise. Cette rencontre se veut surtout conviviale, l'occasion d'une rencontre cordiale, où l'on peut échanger des idées. Et en terminant, il renouvela à tous ses vœux de bonheur et de santé pour cette année nouvelle. Ensuite... " A votre santé ! ". Le service était impeccable et assidu.

Rue Laide-Basse

Cette rue qui démarre de l'embranchement des rues du Chêne et Pré-Standard, passe en-dessous d'un ont de l'ancienne voie ferrée et se poursuit jusqu'à la ferme aujourd'hui exploitée par les frères Beck, dont on voit les bâtiments derrière et autour du gros arbre. A droite, la maison où habitait la famille Domagala (d'origine polonaise). Le chemin, qui n'est plus guère carrossable après la ferme, se poursuit jusqu'à la rue du Bout à Vitrival (ancien chemin dit de Walcourt). C'est par là que l'on se rendait anciennement de Fosses à Vitrival avant la construction de la route de Châtelet. (auj. chaussée de Charleroi).