N°34   06 septembre 2002

Fosses - Hôtel de ville

Au verso de cette carte, on peut déchiffrer le cachet postal de 1907. Et aussi la mention imprimée « Côté réservé à l'adresse » : ce qui explique pourquoi le correspondant a choisi d'écrire son message au recto de la carte.

Le texte de la carte dit : « Fossel (?) n'a pas supporté le froid plus vif de la campagne sans gagner un rhume qui l'a fait bien tousser. Il boit du thé et nous avons une bouteille du pharmacien. Salutations distinguées. »

La photo a sans doute été prise un jeudi jour de marché), entre mai (avant la Sainte-Brigide) et octobre (fête de Fosses), période pendant laquelle on montait le kiosque en bois, qui était ensuite démonté et remisé pour l'hiver, dans les caves de l'Hôtel de Ville.

On distingue la toile d'une échoppe, la structure métallique d'une autre et l'étal ambulant (de construction assez rudimentaire) d'un troisième camelot qui vient de dételer son cheval (ou qui va l'atteler) ; On distingue difficilement ce qui pend : salaisons ? cravates ou ceintures ?, poissons séchés ? Guère de monde pour un jour de marché!

L'Hôtel de Ville a été construit en 1895, d'après les plans d'un architecte bruxellois, Van-Langendonck ; la construction a coûté 76.800 F. Le bâtiment fut construit sur l'emplacement des anciennes halles et de deux petites maisons, appartenant aux sieurs Hardy et hermine.

Nous sommes avant l'installation électrique (1912) : on distingue en effet un réverbère, au coin, à l'entrée de la rue Al Val. Un autre réverbère, peu visible, pend au coin' du commerce d'alimentation « A la Vierge Noire » (aujourd'hui Le Crousti). Derrière le kiosque on distingue une inscription

« Café du Tribunal », puisque les séances du tribunal se tenaient à l'Hôtel de Ville, où était implantée la justice de Paix.

Sur les marches de l'hôtel de ville, deux dames longuement vêtues.

Nous sommes tous des « gros gâtés »

Voilà un titre qui étonne. Et pourtant, c'est vrai, nous sommes tous des gros gâtés ; mais le féminin est aussi très vrai, vous êtes toutes, Mesdames, des grosses gâtées !

Et pourquoi, ça ? Parce que nous vivons, nous, dans nos pays favorisés, une période où l'abondance transpire de toute part et dans tous les domaines. Et pourtant, on ne cesse de répéter que la vie est difficile, que le chômage est impossible à résoudre, qu'un Belge sur 5 vit constamment dans l'endettement, que les affaires vont mal. Oui, il y a du vrai, mais chaque époque a eu ses problèmes, et parfois bien plus pénibles. Regardons autour de nous, dans tous ces pays où la guerre et les combats ne cessent d'empoisonner l'existence des pauvres gens qui y habitent. Rappelons-nous les images de cette vie pénible de ces pauvres afghans et de ces femmes brimées ; ces combats et destructions incessantes en Palestine ; ces pays affamés d'Afrique et d'ailleurs, qui subissent au surplus les épidémies importantes du sida. Et nous, qui vivons une période de paix depuis plus d'un demi-siècle, on parvient à se créer des problèmes linguistiques de la plus haute fantaisie. A part qu'il nous manque souvent le soleil, de quoi avons-nous à nous plaindre ? Ne parlons pas de problèmes de santé ou de malheurs comme la perte d'un proche ; là, on se trouve impuissant et les biens matériels n'ont plus rien à voir. Mais pour le reste... Les magasins regorgent de tout, la concurrence a fait baisser les prix prenons seulement l'exemple d'une simple TV couleur. Il y a 25 ans, elles coûtaient au minimum 30.000 F ; aujourd'hui, on peut s'en procurer pour moins de 10.000 F et la plupart des foyers en possèdent deux, parfois trois ! Vous aimez la musique ? Les CD sont à la portée de tous, et vous disposez, si vous le voulez, d'un graveur qui vous permettra de les multiplier pour un prix dérisoire. Il existe des foyers où les CD et les cassettes regorgent dans les armoires ! Je me souviens qu'un 78 tours, avec deux chansons (un au recto et l'autre au verso, coûtait 49 F... En 1950 ! Quand vous passez aux caisses d'une grande surface, avez-vous déjà vu l'ampleur des caddies et le volume des marchandises que l'on consomme ? Le parc à conteneurs est là pour prouver le gaspillage des ménages. Que ce soit en produits consommables, en appareils ménagers de toutes sortes, en mobilier, en vêtements, c'est la débauche !Alors, ne sommes-nous pas de gros gâtés, qui, à force de vivre dans l'abondance, ne savons plus apprécier tous ces bienfaits qui nous tombent du ciel sans trop d'effort pour les acquérir.Et pourtant, il y a des endettés à vie, qui ont difficile de gérer cette profusion qui vous ouvre les bras. Des endettés qui disposent pourtant de tout ce bien-être : GSM, voiture/s/, appareils de toutes sortes, qui vont régulièrement au restaurant... des choses impensables à l'époque de nos parents. Le chômage est une plaie : retirez le bon million de femmes qui travaillent (et qui restaient au foyer il y a 50 ans) et vous n'avez plus de chômage. Evidemment, on ne peut pas retourner en arrière et le travail de la femme est devenu une « nécessité pour permettre de vivre de la façon dont on vit aujourd'hui !  Il y a 50 ans, tout le monde, ou presque, cultivait son jardin. Une tradition héritée des précédentes générations. Un jardin, c'était dans la logique des choses et celui qui laissait pousser les mauvaises herbes sur son petit lopin de terre sans le cultiver passait pour un « fade » ! Ou un autre mot commençant pas la même lettre.

Aujourd'hui, vous connaissez encore beaucoup de jeunes ménages qui cultivent un jardin ? Le jardin était une nécessité vitale : on cultivait ses légumes, ce qui permettait de limiter les dépenses de nourriture. On comprend très bien qu'aujourd'hui, cela ne vaut plus guère la peine, et pourtant, on ne cesse de répéter que les légumes sont chers. Nous sommes des « gros » gâtés ! Oui, nous suivons, avec quelques années de retard, la façon de vivre des Américains où l'obésité est devenue courante. Encore une fois, inspectons ce qui sort de nos caddies : biscuits, chocolats, charcuterie... On a là l'explication ! Les revues (surtout féminines) donnent régulièrement des méthodes d'amaigrissement ; on devient gros parce qu'on mange trop ; un problème que les habitants des pays africains ne rencontrent pas. L'abondance dans laquelle nous nageons ne se marque pas seulement dans la nourriture, mais dans tous les autres bienfaits qui sont à notre disposition. Quand une femme est invitée à une fête quelconque, généralement, elle n'a « rien à se mettre ». Les garde-robes débordent pourtant de tenues qui n'ont été mises qu'une ou deux fois ; mais on ne doit pas revêtir la même robe qu'il y a six mois... alors, on achète du nouveau. Ne sont-elles pas de grosses gâtées, ces femmes comblées qui ne s'en rendent plus compte ? Partir en Tunisie n'est plus un luxe. Cela revient parfois moins cher que d'aller passer quinze jours à la côte belge. Je me souviens d'un oncle qui était parti à la Côte d'Azur... quel veinard, de pouvoir se payer pareilles vacances ! Est-ce un luxe aujourd'hui ? On reçoit la facture de Belgacom ! Elle frise les 150 euros ! Pourtant, avant, elles dépassaient rarement les 3.000 F. Ça fait le double... et pourtant les tarifs ont été revus à la baisse chez Belgacom qui savait ce qu'il faisait : on téléphone pour tout et pour rien, sans s'inquiéter du temps que l'on reste et, les GSM viennent insidieusement relever la note.

Alors, comment faire face à ces fins de mois ? Difficile problème pour certains, mais qui n'est que la conséquence d'un mode de vie dans lequel on s'est laissé glisser, souvent, pour t faire comme le voisin. Cela est humain, normal, mais avouons-le nous sommes tous de « gros gâtés ».

 

Cours de wallon

Les cours de langue wallonne reprendront le vendredi 13, à 17 h 30. Les cours se donnent tous les vendredis, de 17 h 30 à 19 h à l'ancienne école de Bambois, près de l'église. Ils sont gratuits. Il y a un parking gratuit sur la place de Bambois.

Des cours de wallon, donnés par les Walons Scrijeûs se donnent sur Radio Chevauchoir (105.5 FM) le mardi à 19 h et le samedi à 12 h 30.

Confrérie Saint-Feuillen

Les membres de la Confrérie se réuniront au presbytère le mardi 24 septembre à 19 h 45. Il y sera question notamment de la préparation active de la grande journée du 27 octobre marquant le bi-centenaire de la châsse de saint Feuillen qui vient d'être restaurée. Ce sera une occasion de sortie pour les compagnies de la Marche en l'honneur de notre saint patron.

One boune novèle

Chefs amis du théâtre wallon,

« Li Soce dès Comédyins fosswès », malgré la perte de son metteur en scène Jules Goffaux, a décidé de continuer ses activités et vous met rendez-vous pour ses prochaines prestations les 23 et 24 novembre, afin de fêter son 10e anniversaire.

A bientôt.

Gym et détente

Etre en forme physique est un bienfait qui s'étend généralement au moral et se prolonge dans l'ouverture de l'esprit, l'accueil et les bonnes relations. La section Vie Féminine de Fosses organise une série de 10 séances d exercices simples pour rester en forme et qui sont une véritable thérapeutique contre le vieillissement. Les avantages de ces exercices de gymnastique douce et d'entretien sont la détente et le bien-être.

Durée : une heure tous les lundis, de 14 à 15 h, les 16 et 23 septembre, les 7, 14 et 21 octobre, les 4, 18 et 25 novembre, les 2 et 9 décembre.

Ces cours ont lieu dans l'Ancien Nopri, avenue Albert 1er 2 à Fosses.

Prix : 12,39 € pour les membres de Vie Féminine, ou 24,79 € pour non membres. Il est conseillé aux participantes de porter des vêtements amples et confortables pour se mouvoir aisément. Un petit tapis est utile pour les exercices au sol. Un certificat médicat d'aptitude à pratiquer ce cours est indispensable. Celui-ci sera valable de septembre 2002 à fin juin 2003.

Renseignements et inscriptions auprès de :

Mme Marylise Lallemand-Thomas, rue Pinsonhaie 2 à Fosses, tél. 071-71.19.49.

Série de vols

Dimanche dernier, trois vols ont été commis dans des caravanes situées au camping du Lac à BamboisFosses. Les individus se sont introduits dans les caravanes par effraction et ont emporté divers objets.

Ecole de musique

Les nouvelles inscriptions pour l'Ecole de Musique se feront le mercredi 11 septembre, de 17 à 20 h, salle L'Orbey à Fosses

- Pour les tambours : Jean Piéfort, tél. 071-71.26.97 ;

- Pour les autres instruments : Pierre Lorand, tél. 071-71.30.89 ou Claude Barthélemy, tél. 071-71.31.54.

Assemblée paroissiale

- En une assemblée qui se tiendra dans les locaux de Saint-Martin ce lundi 9 septembre à 20 heures, la paroisse veut faire le point: sur la situation actuelle, sur les activités paroissiales, et recevoir des suggestions pour construire l'année 2002-2003 dans un souci missionnaire du message chrétien porteur d'espérance et aussi du souci des pauvres et délaissés de notre communauté. Tous les paroissiens y sont cordialement invités : il n'est pas nécessaire d'avoir des idées nouvelles, mais il est important de " participer ".

- Pour rappel, les inscriptions au catéchisme préparatoire à la Profession de Foi se feront ce dimanche 8 septembre, de 10 à 11 heures, au presbytère. Conditions : avoir 10 ans, suivre le cours de religion à l'école et s'engager à participer fidèlement aux rencontres de catéchisme et à la messe dominicale.

- Pèlerinage. - Le mardi 10 septembre, la paroisse fêtera la nativité de Marie par une messe à la petite chapelle de Haut-Vent. On se rendra ensuite en procession à la potale de la rue du Tisserand.

Le hall des sports

Les grands travaux de transformation du hall des sports de Sart-Saint-Laurent sont réalisés en trois phases. La première phase qui comporte l'aménagement intérieur de la grande salle se termine et le hall sera bientôt opérationnel.

Viendra ensuite la seconde phase des travaux qui verra l'aménagement extérieur : terrain de football, terrain de pétanque et parking. Cette seconde phase a été votée et le budget est estimé à 215.775 euros, avec subsides de 60%.

La troisième phase verra la construction d'un bâtiment indépendant du premier qui sera équipé d'une salle de musculation, bancs solaires, etc., pour un coût total estimatif de 307.729 euros, travaux qui ne débuteront probablement pas avant l'an prochain.

La première phase, avait été évaluée à plus de 680.000 euros. Les travaux consistaient tout d'abord en une suppression des grandes vitres et rebouchage, car le mélange de lumière naturelle et artificielle ne convient pas. La partie avant comportant la salle de ping-pong sera aménagée de tout le confort pour sports collectifs. A l'arrière, l'ancienne annexe a été démolie et la nouvelle bâtisse comportera des vestiaires pour joueurs et arbitres, ainsi que des douches. Il y aura aussi une nouvelle cuisine, salle de réception, une cafeteria et une réserve pour remiser le matériel.

Le coût total avoisinera les 50 millions, mais la part communale est estimée à 18 millions.

Plus tard, un comité assurera la gestion de l'ensemble ; un concierge sera présent sur place et il faudra aussi prévoir un personnel d'entretien et de maintenance.

La population fossoise disposera enfin d'une infrastructure impeccable et répondant aux exigences actuelles. Elle sera mise à la disposition des sportifs et des clubs, tout en donnant la priorité aux clubs fossois. Racheté par la ville au moment de la fusion des communes, cet ancien atelier de fabrication de remorques avait été utilisé par les clubs, mais ne répondait plus aux besoins et aux exigences des fédérations sportives. L'éclairage avait été amélioré mais encore insuffisant pour certaines disciplines, la surface avait été peinte mais restait glissante en raison de la condensation. Des manifestations (expositions de petits élevage, fêtes de Télévie) s'y déroulaient ce qui démontrait qu'un hall digne de ce nom devenait indispensable à Fosses, alors que la plupart des autres entités disposent déjà d'infrastructures acceptables.

Espérons que cette construction permettra aux jeunes fossois de pratiquer non loin de chez eux, leur sport favori.

 

Ce dimanche 8 septembre

Journée du Patrimoine « Au fil du labeur »

Après "Au fil de l'eau",, puis "Au fil des idées", cette année le thème des Journées du Patrimoine sera "Au fil du labeur". Elles veulent mettre l'accent sur cet aspect de notre patrimoine historique architectural wallon et la mémoire collective un labeur, une conscience du travail bien fait, un savoir-faire qui a suscité la richesse de nos régions et dont nos ancêtres ont bénéficié car la plupart de ces métiers ont disparu, mais ces hommes entreprenants nous ont légué des bâtiments, des sites, des toponymes très évocateurs de ces activités prospères. Dans le cadre de la sauvegarde et de la valorisation de ce patrimoine, la part de main-d’œuvre qualifiée est particulièrement plus importante que dans l'industrie. Nos métiers artisanaux avaient leurs maîtres et leurs disciples et les bâtiments, les lieux où ils ont exercé constituent un facteur prépondérant pour la remise en valeur de ces professions d'autrefois. Fosses ne possède plus guère de ces métiers ni même des bâtiments dans lesquels ils étaient pratiqués. Pourtant, il a semblé important au Syndicat d'Initiative d'organiser une recherche et une mise en évidence de ces artisans en organisant, ce dimanche 8 septembre, une série d'activités à la fois ludiques et instructives. Car c'est bien le sens de ces Journées du Patrimoine de donner à tous, et en particulier aux nouvelles générations, l'occasion de réfléchir à l'avenir au contact des leçons concrètes que nous livre le passé par l'entremise du patrimoine.

DES ACTIVITES DIVERSES.

A Fosses, l'artisanat sera mis à l'honneur place du Marché: de nombreux artisans-artistes y feront démonstration de leurs talents: Batteur de cuivre, potier-céramiste, tourneur en bois, verrier travailleront sous vos yeux.

Vous pourrez également apprécier une série de produits artisanaux: gaufres, vins de fruits, bières, pèket, fromages, miel (avec une ruche en activité, sous verre)...

Pour agrémenter le tout, un orchestre de cornemuses, guitare et accordéon assurera une animation musicale sur le beau kiosque classé récemment. Et un petit orchestre champêtre parcourra les rues du centre pour aussi y semer joie et animation.

Enfin, à 15 heures (et éventuellement encore à 17 heures), un guide du Syndicat d'Initiative vous emmènera dans un parcours historique faisant revivre les métiers d'autrefois: de la rue des Tanneries, qui rappelle que plusieurs tanneurs y exerçaient le long du cours de la Biesme, à présent couvert, le circuit pédestre vous mènera par la place du Chapitre (en admirant au passage l'art des constructeur du Xle siècle dans la Tour de la collégiale), puis la ruelle des Brasseurs: Trois Brasseries y avaient leur sortie arrière: la brasserie Devillers (dont les ateliers sont à présent plusieurs maisons de la rue Delmotte), la brasserie de l'Empereur et celle de l'Homme sauvage, à la rue Victor Roisin: que de choses à apprendre! Puis la place du Marché avec le Vieux Moulin et une évocation de cette importante activité meunière en notre ville: celui-ci était dit "Moulin du Prince" car il fut bâti à l'initiative du Prince-Evêque Henri de Leez (dit de Leyen), vers 1150 et rebâti en 1551 par un autre évêque de Liège, Georges d'Autriche, qui y a marqué ses armoiries sur la façade qui a conservé un portail mouluré en plein cintre et, au pignon, on peut encore voir une niche avec une statuette de sainte Catherine, patronne des meuniers, et une ancienne meule. Enfin, deux enseignes: "Au lion d'or" et "A la Tête d'or' rappellent les nombreuses auberges que nécessitaient autrefois les importantes activités commerciales de Fosses et les pèlerinages à saint Feuillen.

Ainsi, en un court périple, le visiteur pourra presque "toucher" bien des aspects disparus de la vie de nos aïeux et de notre cité qui fut une des 22 "Bonnes Villes" de la Principauté de Liège.

PRATIQUE.

Organisation: Syndicat d'Initiative de Fosses.

Démonstrations artisanales et animations musicales: de 11 à 18 h.

Départ du circuit pédestre: 15 heures (17 h. si demandes).

Renseignements: 071-71.46.24. -E-mail: si.fossesapsng.be.

Il y a 100 ans

N° 35 du 31 août 1902

AUDACIEUX FILOU. - Mercredi après-midi, un inconnu se présentait chez M. Depraute, fabricant de bicyclette et lui demanda à acheter une machine. Après avoir fait son choix, il demanda a l'essayer mais une fois enfourchée la bécane, notre homme s'éloigna et il n'a plus réapparu. L'audacieux filou semble âgé de 22 à23 ans. Il est borgne de l’œil gauche et il a l'extérieur d'un touriste.

FOSSES. - L'Harmonie Saint-Feuillen se rendra à la procession de Namur. Elle prendre le train de 9 h 30. Les membres honoraires sont priés d'accompagner la Société.

N° 36 du 7 septembre 1902

FOSSES. - Marché du jeudi: beurre, 1,20 le 1 /2 kilo - oeufs 2,20 fr les 26. - Samedi 13 courant, foire aux bestiaux, aux chevaux et aux porcs.

FOSSES. - M. l'abbé Prosper Arnould, prêtre de la dernière ordination, est nommé vicaire à Fosses.

N° 37 du 14 septembre 1902.

- La société L'Epervier, établie chez M. Désiré Kaisin à Fosses (Quatre-Bras) annonce qu'à l'occasion de la fête, elle organisera un concours de pigeons voyageurs dont le départ sera donné à Noyon.

Falisolle. - Une véritable catastrophe a failli se produire. Le train de 9 h du matin se trouvait à 200 m de la station et arrivait à allure réglementaire quand un tombereau contenant 5 personnes s'engagea sur le passage à niveau. A la vue du convoi le conducteur du tombereau fouetta énergiquement le cheval, mais celui-ci qui avait le pied dans un rail fit un mouvement brusque et s'abattit. Quatre enfants avaient pris place dans le tombereau. Voyant le train s'avancer à toute vitesse, ils lancèrent des cris d'effroi qu'entendit le chef de station. Celui-ci saisit un drapeau rouge qui se trouvait à portée de sa main et l'agita devant le train. Le mécanicien aperçut le signal et serra les freins à fond, renversa la vapeur et la locomotive vint s'arrêter à trois mètres à peine de l'obstacle.

- Au concours hippique d'Ermeton-sur-Biert, M. Devos, de Fosses, s'est distingué dans plusieurs concours. Au concours d'attelage pour voiture à deux roues, il obtient le 3e prix. 11 est 3e aussi au concours pour chevaux montés. A la course de gymkhana aux oeufs il est 1er et gagne une pendule de fantaisie. Au carrousel, il est 7e et gagne une paire d'éperons.

Ecole des devoirs

L'Agence Locale pour l'Emploi a créé l'Ecole des Devoirs, pour le rattrapage scolaire des élèves

- le lundi et le mardi, de 17 à 18 h pour les primaires

- le jeudi, de 17 h à 18 h pour les Secondaires.

Les cours de rattrapage gratuits sont donnés par des enseignants, en la salle du Conseil de l'Hôtel de Ville de Fosses (rez-de-chaussée). Renseignements

A.L.E., rue V. Roisin 9D (1er étage), tél. 071-71.34.36.

La presse... revue

par Zorro

Zorro est dans une période prolifique ; il a de nouveau doublé sa production cette semaine

- Samedi : « Les Baka décollent ce samedi » - Germaine, si tu vas faire des courses, n'oublie pas de mettre ton casque...

- Dimanche : « Pour uriner chic, allez à Tournai... » - Si vous ne tenez pas jusque-là, évitez les aires de repos le long des autoroutes, c'est vraiment dégueu. Et un jour prochain, nous reparlerons du fameux système individuel d'épuration...

- Dimanche : « Une autre façon d'aider les pygmées... » - C'est très simple, il faut commencer par mettre des escabeaux devant les guichets de l'office des étrangers...

- Lundi : « 80% des Flamands sont des propriétaires » - .. des plus belles maisons de nos Ardennes.

- Lundi : « Les pieds dans l'eau » -Avant, le fier coq wallon chantait les pieds dans la m...e. Ce fier gallinacé serait-il devenu une poule mouillée.?

- Mardi : « Le détecteur de mensonges portable » - D'un coût abordable et d'un dessin réussi, cet appareil vient toutefois d'être interdit dans toutes les assemblées politiques. Son seul défaut : beaucoup trop sensible...

- Mardi : « Concours européen des premiers soins » - Les gagnants ont sauvé un grand nombre de personnes. Les perdants en ont raté tout autant...

- Mercredi : « Testez vos connaissances en langues » - Dans ma rue, c'est au n° 7 qu'il y a la plus grande. Le 11 est également bien fourni, de même que le 5.

- Mercredi : « La lucidité du~prophète » - Fortement sollicités par les bleus, les jaunes, les verts et les rouges, il a gardé la tête froide et les pieds sur terre : juif avec les juifs, arabe avec les arabes, chrétien parmi les chrétiens, bouddhiste avec les bouddhistes et américain avec les autres.

-Jeudi : « Les points noirs de la terre... » - A en croire mes voisins qui sont pleins de bon sens, les plus noirs, ce sont les Sénégalais, suivis de près par les Congolais, les Tchadiens et ceux du Cameroun...

- Jeudi : « La Wallonie a cessé d'avancer à reculons » - C'était politiquement écrit : le recul de l'avancée est au bout du chemin. Germaine, si t'as compris, téléphone-moi s.v.p.

- Vendredi : « Boire ou vieillir, il faut choisir... » « Place aux 'eut nes » - Ce n'est pas la devise d'une célèbre marque de bière mais simplement le strict recopiage de deux titres différents lus sur la même première page de votre gazette préférée.

Vendredi : « II y a tellement de choses à faire » - Mais qu'est-ce qu'on est bien dans son lit. Et pourquoi faire aujourd'hui ce qu'un autre fera pour nous demain ?

Photo rétro

Ecole Moyenne de Fosses vers 1930

Cette photographie regroupe probablement les trois années moyennes de l'Ecole Moyenne de Fosses. Nous en avons reconnu quelques-uns, mais nos lecteurs pourront peut-être en reconnaître d'autres.

Il faut dire aussi qu'à cette époque, beaucoup d'élèves venant des localités avoisinantes fréquentaient l'Ecole Moyenne de Fosses.

Au premier rang, vers le milieu de la rangée, la première fille à gauche est Madeleine Hue.

Dans la seconde rangée, le 4e en commençant par la gauche serait Désiré Preud'homme, de Bambois. Au centre, le directeur M. Depester et l'abbé Anoulle.

Troisième rangée : M. Timmerman, professeur de langues, puis, de gauche à droite, Yvonne Eugène, Georges Arnould ; puis le 7e après G. Arnould, il nous semble reconnaître Marcel Bert, de Bambois, au bout Nelly Annicq et M. Maurice Colon, professeur de français et de sciences.

Dernière rangée, le second serait Camille Remacle, le 4e avec col ouvert est Albert Haguinet.

 

Keskidi nous propose...

(A lire avec humour)

Je reviendrai...

Dans moins d'un an, les élections. Et déjà certains jouent des coudes pour figurer, pour se faire « une place au soleil ». II en est des obstinés que rien ne rebute et dont les paroles passeront à la postérité. Tout comme César lançant son fameux « aléa jacta est » en se préparant à franchir le Rubicon ; le célèbre « Nuts » prononcé à Bastogne et bien d'autres. Un homme politique de chez nous disait, après maints démêlés politico-financiers : « Je reviendrai ». Eh bien oui, les dés sont jetés et tète de liste j'étais, et tête de liste je veux rester. De nos jours, c'est la réalité : il est encore des Louis XIV, des Rois Soleil, dont la devise était « Nec pluribus impar », c'est-à-dire, en gros, au-dessus du reste des hommes. L'orgueil, péché chrétien, est une vertu païenne et on peut se donner une vertu à peu de frais ; une âme supérieure n'est pas celle qui pardonne, mais celle qui n'a pas besoin de pardon. Vous savez, ma brave Germaine, disait Zorro, « là où il y a de la gêne... ». Et tout compte fait, pourquoi les hommes politiques ne profiteraient-ils pas des dysfonctionnements des lois qui profitent aux voyous.

Je repense à cet humoriste, brocardant un de nos politiciens qui revenait d'un voyage en Asie, où il avait rencontré Madame Gandhi. II demandait à la maquilleuse de service de lui dessiner un petit rond foncé au milieu du front, avant d'affronter les caméras du plateau, parce que Madame Gandhi lui avait dit

« Monsieur le Ministre, vous êtes un homme tenace, persévérant », puis se pointant l'index au milieu du front, ajouta « mais il vous manque quelque chose là... ». Ils sont nombreux à vouloir s'attribuer les gants de la gloire et de se féliciter eux-mêmes d'en avoir eu l'idée. Fort heureusement, il nous reste les comiques, ceux qui ne doutent de rien et candidats à n'importe quoi, après on verra. Voyons ce candidat

Caractéristiques : bel homme, charmeur, possède une taille fine mais des idées fortes, au contraire de ses adversaires - hommes politiques se caractérisant par des idées fines et une taille forte. D'un esprit aussi fin que sa taille, il avoue avoir été mannequin chez « Carte d'or de Ola », mais y avoir rapidement renoncé car ce n'était pas une mince affaire. Effectue toutes ses démarches rapidement et sans frais.

Programme. - S'il est élu, voici ses premières mesures : tour de taille 78, tour de hanches 85, tour de poitrine 97. S'engage, quoi qu'il arrive ou survienne, à mettre la vérité à nu et pas seulement la vérité en certaines circonstances. Transformera le défilé du 21 juillet en défilé de mode où !es seules armes auxquelles on pourra se référer seront le charme, la distinction et réciproquement. Je me presse de rire de tout de crainte d'être obligé d'en pleurer.

Keskidi

Pensée de la semaine

Un excédent de blé, c'est une hémorragie céréale.

A méditer

Ce dont j'ai le plus peur, c'est des gens qui croient que, du jour au lendemain, on peut prendre la société, lui tordre le cou et en faire une autre.

La kermesse

Grâce à un comité de fêtes toujours très actif, la fête de septembre à Vitrival se déroulera avec un pro-gramme très complet et varié, dont voici les détails.

Vendredi 13 septembre

17.00 Ouverture pies loges foraines au stand Super des Fagnes

20.00 Grand Karaoke Show dansant, animé par Manu et la sono DM

Samedi 14 septembre

10.00 Sortie du cortège de la Limotche et de sa suite ; rentrée vers 22 h 30.

13.00 Ouverture des loges foraines et du stand Super des Fagnes. En permanence ce jour : Jeu le

Juste Poids ?

14.30 Grand tournoi de pétanque (de nombreux lots à remporter. Inscriptions dès 13 h 30.

15.30 Concert d'accordéon par le club des accordéonistes de Bouffioulx

16.00 Goûter des 3 x 20. Invitation cordiale à tous les 3x20.

17.00 Grand jeu des Z'Amours. Inscription dès maintenant au 0494-62.42.30.

19.30 Podium d'artistes, pour la 3e fois à Vitrival... venez revivre une soirée exceptionnelle avec

Christelle, Patricia Bataille, Pascal Page, Claude, Greg Nashvil, Valérie, Isabelle, Vinciane, Katia et Franky.

Dimanche 15 septembre

Durant les journées de dimanche et

lundi : le juste prix ?

11.00 Dépôt d'une gerbe au monument

11.30 Apéritif offert par le comité au stand Super des Fagnes. Invitation cordiale à tous.

12.00 Dîner (2 menus, renseignements au 0494-62.42.30).

14.00 Thé-dansant, avec l'orchestre « The Family ». Musique pour tous... à découvrir... jusque 19 h. Ouverture des loges foraines.

15.00 Course de brouettes.

20.30 Soirée des années 80... animée par la sono DM

Lundi 16 septembre

17.00 Ouverture des loges foraines et du stand Super des Fagnes

18.00 Distribution de tickets et jetons aux enfants

20.00 Résultat de notre jeu

20.30 Soirée de clôture avec la sono DM ; amusement pour toutes les générations.

En permanence : barbecue géant et

petite restauration.

Toutes nos entrées sont gratuites.

Accident mortel

Vendredi dernier, vers 14 h 30, une voiture conduite par Mme Laurence Biot, 30 ans, de Tamines, accompagnée de son fils Kevin, 9 ans, circulait route de Tamines à Aisemont.

Elle fut surprise par une dame qui traversait la chaussée, après être passée derrière la camionnette de son époux qui était stationnée à cet endroit. La conductrice ne put éviter la piétonne qui fut renversée et tuée sur le coup. Il s'agissait de Mme Brigitte Leerin, de Sambreville, âgée de 39 ans. Elle était maman de 5 enfants.

A la suite de l'impact, la voiture effectua quelques tonneaux avant de s'immobiliser hors de la chaussée. Les deux occupants étaient immobilisés dans leur véhicule et ce sont les pompiers de Fosses qui les ont sortis avec leur matériel de désincarcération. Les deux occupants, légèrement blessés et contusionnés, furent conduits au centre hospitalier Val de Sambre à Auvelais.

Un médecin venu sur place n'a pu que constater le décès de la malheureuse victime. La police locale a procédé aux constatations, le Parquet de Namur a été avisé et un expert déterminera les causes exactes de l'accident qui a malheureusement fait 5 petits orphelins.

Caisse à savon

La course de caisses à savon mis au programme de la fête d'Aisemont, le samedi, a été très apprécié par les jeunes émules de Schumacher

Menus propos d'il y a un siècle

On peut lire dans Le Messager de Fosses de 1902 quelques menus propos qui situent l'époque.

Statistiques. - Si l'on admet que la population totale de la terre est de 1 milliard 400 millions d'habitants et une vie moyenne de 39 ans, il meurt chaque année 33.135.000 individus ; ou 90.720 par jour ; ou 3.780 par heure ; ou 63 chaque minute ; ou un peu plus d' 1 par seconde.

Jambes croisées. - Un médecin réputé atteste que s'asseoir avec une jambe au-dessus de l'autre est très néfaste pour la santé et serait la cause de constipation, varices, appendicite !

Le baiser défendu. - Un hygiéniste de New York certifie que le baiser est dangereux au point de vue contagion de maladies ; il compte déposer une loi interdisant de s'embrasser à tout moment, à moins que d'être porteur d'un certificat médical attestant n'être atteint d'aucune maladie contagieuse.

Fervents de la gaule. - Il y a eu en Belgique l'an passé (190) 61.305 pêcheurs à la ligne. C'est le nombre de permis délivrés par l'administration des postes.