N°27     05 juillet 2002

Deux blessés

Jeudi dernier, une collision assez brutale s'est produite chaussée de Charleroi à Le Roux.

Une voiture Land Rover conduite par M. Ledieu, qui était accompagné de Mme Rothelin, tous deux de Malonne, roulait de Fosses vers Châtelet, chaussée de Charleroi sur le territoire de Le Roux. Le conducteur voulut obliquer à gauche et ne vit pas la voiture de M. Chibat, de Ham-sur-Sambre, au volant d'une Rover 2000, qui venait de la direction de Châtelet. Le choc fut assez violent et les deux occupants de la Land Rover furent blessés et emmenés au CHR d'Auvelais par l'ambulance de Fosses.

Les pompiers ont procédé au nettoyage de la chaussée après l'enlèvement des deux véhicules sérieusement accidentés, par deux dépanneuses (Gilberte et fils de Mornimont et Delvigne, de Saint-Gérard).

CONSEIL COMMUNAL

Séance « de vacances » que celle de ce mardi 2 juillet : B. Robaye, B. Meuter et G. Henin, président du CPAS, étaient en vacances et Ph. Moreau absent pour maladie. Le Bourgmestre B. Spineux les excusa ainsi que, pour la forme, Gabriel Vermaut, « le plus fidèle des spectateurs des séances du Conseil ».

FINANCES.

Après avoir admis une quarantaine d'arrêtés de Police pris par le Bourgmestre (travaux, câbles Belgacom, déménagement, placement de conteneurs, échafaudages, Cinébus, Fancy Fair, Fêtes scolaires, kermesse du Point d'Arrêt, Marches de Vitrival et de Le Roux, Braderie...), le Conseil admet un emprunt de 149.000 € en 20 ans pour financer les travaux (terminés) de réfection de la rue du Potage et un autre de 87.823 € en 10 ans pour achat d'un tracteur avec débroussailleuse.

Un projet de modification du prix de l'eau est retiré de l'ordre du jour afin de demander des précisions au service INASEP.

URBANISME

Trois avenants sont admis pour les travaux de l'école d'Aisemont

N° 6 : 1.116 euros pour une cloison à l'escalier de la cave au lieu d'une barre métallique ;

N° 7 : 2.285,46 euros pour un contre-gîtage à la toiture et

N° 8 : 696 euros pour menuiserie autour des vélux. Mais ces suppléments sont compensés par des suppressions, de sorte que le montant global n'est pas modifié.

On envisage d'élargir un petit chemin (le 1er à gauche en sortant de Sart-St-Laurent vers Floreffe) en raison d'un projet de lotissement de 12 lots présenté par M. Jules Toussaint, de Lesve. Ce chemin, qui fait actuellement 2 m 40 de large et ne mène qu'à une seule habitation, serait porté à 5 m et asphalté. La surface nécessaire sera prise sur le terrain du lotisseur qui prend en charge les frais de modification de la voirie (3 millions).

La CCAT a examiné le projet et présenté des remarques que reprend M. Brachotte : on a arraché « de façon sauvage », sans permis, des arbres et une haie. La condition à un accord de principe sur ce projet de lotissement sera donc la replantation d'arbres et des haies en clôture des divers lots. Il reste le danger de sortie sur la grand-route pour 4 lots et le problème des eaux usées. L'enquête publique a donné lieu à 4 réclamations mais le Conseil donne un accord de principe dans le respect des conditions précisées.

Divers travaux d'asphaltage sont prévus cette année : près de la Ferme de Belle-Motte à Le Roux ; Un trottoir près de la Rovelienne (en attendant les barrières de sécurité pour l'école) ; des parties de la rue des Tronces et celle de la Bouverie à Vitrival et autour de la salle St-Joseph à Aisemont.

LE PERSONNEL

Un règlement bien précis est élaboré pour le service de nettoyage des bâtiments communaux : l'Hôtel de ville, le S.I., le Musée, l'Arsenal des Pompiers, le Service des Travaux, la Bibliothèque et toutes les écoles. Après concertations syndicales, un cahier des charges est établi prévoyant le statut pécuniaire des nettoyeuses, les horaires, le contrôle par le secrétaire communal ou son délégué, un rapport sur les anomalies, un carnet à souches pour toutes demandes, des mesures en cas de négligences répétées.

Le statut pécuniaire du Capitaine des pompiers passe, selon circulaire ministérielle, de l'échelle AP 12 à l'échelle AP 14. « Du moment qu'il éteint les incendies avec les bonnes échelles » dit en souriant le mayeur.

Changements aussi pour le statut pécuniaire du personnel administratif et ouvrier (conditions d'accès de D4 à D5) selon les rapports d'évaluation du travail, toujours en concertation syndicale.

Enfin, selon une autre circulaire, un congé de récupération d'un jour est octroyé aux agents communaux pour don de plasma ou de sang et 4 jours pour don de moëlle osseuse ; ainsi qu'un congé parental de 3 mois ou 6 mois en mi-temps.

 

 

LE COMPTE DU CPAS

Le bourgmestre excuse l'absence du Président, en vacances (mais en fait sa présence n'est pas nécessaire pour la présentation d'un compte, seulement pour son budget).

Ainsi le compte 2001 du CPAS présente, dit l'échevine Mme L. Titeux, un boni de 570.847 F. à l'ordinaire et 1.370 F à l'extraordinaire.

Le conseiller PS (et ancien président) J.M. Denis s'étonne : le compte de résultats donne un mali de 6.282.605 F ? Le Receveur J. Lemmens précise : compte budgétaire et compte de résultats sont deux notions comptables différentes non comparables ; Le boni budgétaire ne tient même pas compte de deux millions en fonds de réserve. En résumé, dit le Bourgmestre, nous avons donné au CPAS les moyens de remplir sa mission. M. Denis réagit : juste le strict minimum, pas moyen de développer par exemple une politique de logement. - « Mais il n'y avait pas de projet au budget extraordinaire »répond le mayeur. « Faute de moyens, c'était déjà ainsi de mon temps », reprend M. Denis. Puis l'échevin des affaires sociales Benoît Buchet redit qu'il n'y a rien au Plan triennal. Donc, conclut M. Spineux, on donne ce qu'il faut ; inutile de donner des millions en plus que le CPAS doit ensuite reverser à la commune... On en reste là.

ET LES OGM ?.

La conseillère M.R. Mme Françoise Rochet demande la parole pour évoquer le problème des OGM (organismes génétiquement modifiés) en agriculture : de nombreuses communes (58 ?) ont voté une motion contre ces cultures d'OGM sur leur territoire et une lettre du Ministre Happart évoque aussi le danger de mélanges dans l'alimentation. Et à Fosses, n'a-t-on rien reçu ?

L'échevin Michel Charles se lance alors dans une remarquable étude et mise au point. Oui, on a reçu des courriers à ce sujet, mais c'est un problème fédéral, qui dépasse notre compétence ; Ce qui n'empêche pas qu'on puisse donner son avis. Car il s'agit là de problèmes importants pour la société.

Il faut noter que les spécialistes sont divisés : certains estiment que les OGM, qui procurent aux plantes une sorte d'immunisation contre (les maladies, permet d'éviter l'usage de pesticides et insecticides qui sont aussi des poisons.

D'autres pensent que les OGM, modifiant la nature des plantes, risquent aussi de modifier notre propre organisme humain. Et il va au plus profond du problème philosophique

il s'agit là d'un « principe de précaution » : On n'est pas sûr des conséquences, donc on ne fait rien.

Mais si ce principe avait été toujours appliqué, il n'y aurait eu aucun progrès : ni industriel, ni agricole, ni scientifique. Encore une fois, c'est un problème qui nous dépasse, mais on pourrait toujours en discuter au prochain conseil et émettre une motion il semble que la Ministre Alvoet refuse ces cultures dans les communes qui ont pris une position opposée aux OGM. Et même une conférence-débat avec des spécialistes des deux tendances ?

Mais il est sceptique sur le résultat la population ne répond guère à de telles organisations : le débat sur le problème de la pollution de l'air, pour la région Fosses-Mettet-Sambreville, n'a réuni que 30 personnes et unie seule de Fosses, en dehors des organisateurs !

Même chose pour la présentation du site Internet : le public ne répond pas. Mais on peut en discuter et voter une motion à la prochaine séance du Conseil.

A HUIS CLOS.

Le Conseil nomme M. Yannick Spineux en qualité de sous-lieutenant au Service Incendie.

Il admet des intérims dans les écoles (Aurore Pascottini, d'Aise

mont, Nathalie Stiernet, de Le Roux, et Dominique Tilmant, d'Arsimont) et admet la mise à la retraite de Mme Marie-Thérèse Michaux, institutrice à l'école primaire de Le Roux.

Et reconduit Mme Frédérique Goisse dans le remplacement du secrétaire communal jusqu'au 31 juillet 2002.

Pour une réunion de vacances, elle fut très intéressante.

Comme la chanson...

Les pompiers de Fosses ont été appelés samedi dernier au soir pour un début d'incendie dont un rat fut le premier responsable

Les faits se sont passés chez un habitant du Champ Stoné ; nous l'appellerons Philo. Voyant un rat traverser sa cave et se garer dans un trou, Philo voulut le faire disparaître de la façon la plus radicale : en lui mettant le feu au derrière. II y eut sans doute un retour de flamme qui occasionna un début d'incendie rapidement circonscrit par nos pompiers.

Ce fait divers nous fait penser à la chanson de Madame la Marquise...

« et c'est en ramassant la pelle, qu'il fit tomber toutes les chandelles, ce qui mit l'feu à tout l' château... ». Ici, on peut chanter : « C'est en voyant passer le rat, que des papiers il enflamma, mettant le feu à son garage, vraiment de quoi se mettre en rage... mais à part ça, tout va très bien, tout va très bien ! ». Mais Philo en a ras-lebol : c'est râlant d'avoir raté son rat !

Les Grenadiers à Vitrival

Ce dimanche 30 juin, la XIVe Brigade des Grenadiers de Fosses avait été conviée à participer à la 40e sortie de la Marche Saint-Pierre à Vitrival.

Dès 9 heures, notre délégation se présentait au local Les Dsiettes pour le rassemblement. A 10 heures, nous participions à la messe militaire. La matinée se terminait ensuite par un premier défilé dans les rues de cette charmante bourgade vallonnée où retentissaient déjà les nombreuses salves commandées par les officiels.

Après un repas plantureux et un vin d'honneur offert par les organisateurs, nos grognards se remettaient en marche pour la suite de la procession. Vers 17 heures, un bivouac reconstituant nous attendait à hauteur de la chapelle Bastin. Ensuite, un bataillon carré était organisé dans la pâture Bernard.

Après une parade des drapeaux, c'est en bon ordre que nous escortions la statue de saint Pierre pour sa rentrée à l'église.

Un dernier feu de file en l'honneur du saint patron ponctuait cette journée qui, aux dires de tous, organisateurs et participants, se révélait un plein succès.

Le secrétaire de la XIVe brigade des Grenadiers,

Jean-Claude MATHIEU

 

Plaine de vacances

Rappelons que la plaine de vacances communale sera ouverte du 8 juillet au 2 août et les activités ont lieu à Vitrival, dans les infrastructures des écoles communales.

Cette plaine communale est réservée aux enfants de 5 à 13 ans. Le début des activités a lieu à 9 h (les enfants sont attendus entre 8 et 9 h), pour se terminer à 16 heures (garderie assurée jusque 17 heures).

Le prix de la journée est fixée à1,25 € comprenant une collation à 10 h (jus, grenadine, cacao, biscuits), la soupe à midi et une collation à 15 h. Il est demandé à chaque enfant de se munir de son pique-nique le midi.

Renseignements à la Maison de la Culture et du Tourisme, place du Marché à Fosses,

tél. 071-71.27.01.

Nouvelle tête à Fosses

Depuis une semaine, une nouvelle tête est apparue chez nous. Quand je dis « tête » c'est plutôt toute une famille puisqu'il s'agit de la famille MARION, qui a repris le magasin GB, à la chaussée de Charleroi, remplaçant le sympathique Monsieur Frederiko.

La famille MARION est aussi très sympathique. Ils sont originaires de Lesves, et sont des habitués de la grande distribution puisqu'ils sont dans le métier depuis vingt ans. Ils ont déjà un magasin à Vedrin et un autre à Tamines.

Voulant être agréables avec leur personnel, de commun accord, ils ont décidé que le GB serait fermé le dimanche entier et, en contrepartie, ouvert toute la journée du lundi ; que les clients en prennent compte.

Souhaitons-leur la bienvenue et espérons qu'ils puissent nous servir pendant de longues années.

M. M.

Randonnées pédestres

Découvrir l'Entre- Sambre-et-Meuse, ses paysages, son histoire, sa faune et sa flore, en marchant... C'est ce que vous propose le groupe de randonneurs pédestres TODI SU l'VÔYE. Les randonnées, d'une distance comprise entre 15 et 20 km, conduisent de la Haute-Sambre (région de Thuin) à la Haute-Meuse dinantaise, en traversant des paysages superbes et variés : barrages de l'Eau-d'Heure, vallées de l'Eau-Blanche et du Viroin, la Molignée et Maredsous et bien d'autres coins que sans doute vous ne connaissez pas encore.

Pour nous rejoindre, c'est facile... Un petit coup de fil et nous vous donnerons volontiers les renseignements pratiques que vous souhaitez.

Notre première rando a lieu le samedi 27 juillet. Rendez-vous à Walcourt, sur la Grand-Place (parking aisé) devant la basilique St-Materne, à10h.

Découverte des remparts et ruelles moyenâgeuses de Walcourt, les campagnes vallonnées de Vogenée, Yves-Gomezée, Fraire et Chastrès. Une visite de la basilique peut avoir lieu en fin de parcours. Une balade variée chargée d'histoire et folklore.

Distance : +- 17 km. Prévoir pique-nique et boissons .

Renseignements

M.-Paule Janssens, 071-72.79.62

Primen André, 071-72.97.46.

FESTIVITES HAUVENTOISES 2002

Organisées par Le Comité des Festivités Hauventoises .

Samedi 20 juillet.

14h30: Lutte de BALLE PELOTE entre les équipes Point d'Arrêt ,Haut-Vent ,Fer à Cheval et ...

15h00: DEFILE dans les rues du groupe « Les Vénitiens » avec leur char 16h00: Ouverture des LOGES FORAINES. du BAR WALLON près de la chapelle. 17h00: de la friterie à la salle. 21h00: BAL DES JEUNES animé par la sono « POWER MUSIC (Entrée 3€ )

Dimanche 21juillet.

10h30: Dépôt d'une gerbe aux héros des deux guerres à la chapelle.

11h30: Apéritif offert par le comité. 12h00: BARBECUE animé par Eric CANTAMESSI.

Adulte : 10 €

Enfant de moins de 12 ans : 5€

A partir de 14h00 THE DANSANT à la salle.

16h00: Ouverture des LOGES FORAINES.

18h00: Ouverture de la friterie.

21h00: Soirée animée par « POWER MUSIC » (Entrée gratuite).

23h00: FEU D'ARTIFICE réalisé par « UN, DEUX, TROIS, BOOM »

Lundi 22 juillet.

11h00: MESSE

13h00: DEFILE en musique de « LA LIMOTCHE ».

15h00: Lutte de BALLE PELOTE (Finale) BAR WALLON

16h00: Ouverture des LOGES FORAINES.

17h00 : de la friterie.

17h00 : Distribution gratuite de tickets pour les loges foraines.

19h00: Remise des prix de la balle pelote à la salle.

21h00: Rentrée probable et ACCOUCHEMENT de « LA LIMOTCHE » près du bar wallon.

22h00: Bal de « LA LIMOTCHE » par la sono POWER MUSIC ( Entrée gratuite ).

Mardi 23 juillet.

15h00: Distribution de pâtisseries aux pensionnés de HAUT-VENT.

16h00: Ouverture des LOGES FORAINES et du BAR WALLON.

17h00: de la friterie

21 h00: Bal de clôture animé par la sono « POWER MUSIC » (Entée gratuite).

23h00: BRULAGE de l'AFFICHE.

 

 

Lu et approuvé par le collège des bourgmestre et échevins

Pharmacies de garde

Jeudi 4 : Trigaux, Mettet

Vendredi 5 : Boxus

Samedi 6 : Chapaux, Biesme

Dimanche 7.: Chapaux, Biesme

Lundi 8 : Dubisy

Mardi 9 : Chapaux, Biesme

Mercredi 10 : Dubois, Le Roux

Jeudi 11 : Lahaux, Ermeton

Service médical

Le service de garde pour la région, sera assuré au cours de ce week-end par

le Dr LEONET, tél. 071-79.95.55.

CALOMNIE

Usurpant mes initiales et certains détails de ma vie privée pour- que je sois facilement identifiable, une personne mal intentionnée a fait paraître un article absolument calomnieux et diffamatoire, dans la rubrique Courrier du cœur, d'une revue à grand tirage.

Il faudrait être stupidement masochiste et schizophrène pour publier sur soi-même et ses proches, pareilles élucubrations.

Je nie formellement avoir jamais envoyé quoique ce soit à cette revue

Je n'ai non plus jamais eu l'idée

l'envie, ni surtout l'intérêt de dénigrer de cette façon, ou de dénigrer ceux qui me sont chers.

C'est aussi et surtout une bassesse d'y mêler mon fils que j'adore et qui est ma raison de vivre, et d'y mêler les enfants de mon compagnon qui me sont aussi très chers.

Je tiens à défendre formellement

mon honneur et l'intégrité de ma réputation

B.R Fosses-la-Ville

EXPOSITION

Jeune artiste d'origine fossoise, Frédérique Collignon a entrepris des études d'arts plastiques en humanités et s'est ensuite dirigée vers le graphisme en suivant les cours au « 75 » de Woluwé-St-Lambert. Des études qui lui ont permis de découvrir le modèle vivant, autrement dit le nu.

Sa motivation a été de travailler le corps humain avec des matériaux simples, comme le pastel sec, les craies, le fusain, sur du papier kraft ou de papier presque brut- Le travail d'après modèle vivant est toujours fascinant. Qu'y a-t-il de plus beau, de plus expressif ou de plus touchant que le corps humain dépouillé de ses artifices ? Après les ébauches sur le vif, en pose rapide habituellement, on peut retravailler le croquis, le recomposer, le texturer indéfiniment.

Frédérique vous invite donc à venir voir cette exposition.

Vernissage ce vendredi 5 juillet, à19 h 30 à la Maison de la Culture et du Tourisme, place du Marché.

Exposition du 6 au 25 juillet : en semaine, de 9 à 16 h, le week-end, de 10à17h.

FOSSES PERD UN MUSEE...

Pour les manifestations du 200e anniversaire de la Gendarmerie, en 1996, les gendarmes Eugène Kubjak et Alain Roman avaient monté une petite exposition d'uniformes, armes et documents divers : c'était déjà très intéressant et cela leur donna l'idée d'organiser un musée permanent. Petit à petit, ils récoltèrent dans toute la région de nombreuses pièces permettant retracer l'évolution de l'uniforme depuis 1796, la première installation de gendarmes français à Fosses s ; celle du matériel : Chevaux, vélos, camionnettes ; des armes ; des carnets de PV, des rapports sur divers incidents importants, etc.

En 1999, ils recevaient l'uniforme de l'adjudant Borbouse, malheureusement décédé prématurément, des sabres anciens (un prêt de Mme Y. Libouton d'un sabre du gendarme Van Malder, qui fut à Fosses de 1859 à 1867, des documents du gendarme

Jacqmart; un uniforme de 1832, provenant du Musée de la Gendarmerie à Bruxelles ; Le képi et la veste du l'adjudant Boccart, dont bien des Fossois se souviennent, etc. Au fi! du temps, le petit musée s'agrandit ail point de couvrir une douzaine de vitrines et « d'encombrer » les couloirs...

Ce Musée vraiment intéressant ne recevait malheureusement que peu de visiteurs, mais il était là et présentait un réel atout pour notre ville.

Nouveau coup du sort : la fusion des polices et le regroupement en Zone ramène, dans les locaux de la Gendarmerie, avenue des Déportés, une trentaine d'hommes (et de femmes !) et il fallut, sur ordre supérieur, envisager le déménagement des vitrines... On chercha bien un local, mais rien à trouver à Fosses. Alors, les autorités de Police décidèrent de transférer le tout dans les locaux de l'ancienne gendarmerie de Floreffe, partiellement désaffectée par le regroupement des effectifs.

Ainsi, Fosses a perdu un Musée original et bien fourni, qui aurait pu être une attraction de plus pour notre cité. Quand on pense qu'il y a une trentaine de maisons vides...

Quelle que soit l'issue, il faut féliciter et remercier MM. Roman et Kubjak pour leur initiative et leur travail obstiné. En gardant l'espoir qu'un jour peut-être...

 

Keskidi nous propose...

(A lire avec humour)

Vive les Salons

Ils sont nombreux, mais combien se nourrit on d'illusion à leur propos.

Voyons aujourd'hui celui de l'alimentation. Ayant décidé d'en visiter un par le menu, j'y entrai gratuitement grâce à un billet de faveur obtenu par une grosse légume du régime, qui le tenait lui-même d'une huile du Salon. Cela m'arrangeait bien d'ailleurs, car à l'époque j'étais plutôt gêné. Ainsi, lorsque je présentai ma fraise au guichet, le préposé ne fit aucune salade.

Le Salon se tenait dans un gigantesque bâtiment, précédé d'un parking qui l'était tout autant. II était réparti en pavillons. Je m'attendais à y trouver des monceaux de nourritures propres à faire saliver le visiteur comme une meute de chiens de Pavlov. Or, en dehors de buvettes et d'un snack, rien

Dès l'entrée, les trois pavillons des glucides, des lipides et des protides présentaient au regard émerveillé des grands enfants que nous sommes, des maquettes gigantesques de jolies boules de couleur, reliées entre elles par un entrelacement de tubes en plastique, figuraient les molécules et les atomes de ces substances organiques, base du repas de cantine, comme du gueuleton de la fête de Sainte-Cécile. Des techniciens en blouse blanche, la tête surmontée de la toque du chef proposaient aux visiteurs des examens spéciaux afin de tenter de déterminer la teneur de leur organisme en ces différentes substances.

Le pavillon de l'alimentation en eau se trouvait, lui, consacré aux techniques de pointe en matière de plomberie-robinetterie. En vedette le lavabo à 3 robinets, un pour l'eau chaude, un pour l'eau froide et un pour l'eau chaude ou froide.

Les pavillons jumelés de l'alimentation en gaz et électricité présentaient une gamme complète de tuyaux et de compteurs pour la consommation domestique comme pour l'usage industriel. Le public fit un succès au camping-gaz électrique (marchant sur piles) et à la torche électrique de poche (fonctionnant sur mini bombonne).

Au pavillon de l'Armée, étaient assurées en permanence des démonstrations de l'alimentation en munitions de tous genres. L'exposition montrait aussi comment un astronaute en état d'apesanteur devait s'y prendre pour charger une ogive nucléaire dans un satellite.

Enfin, le pavillon de la culture était consacré aux diverses façons d'alimenter la conversation. On y vendait des bandes magnétiques de formules toutes faites, du genre : « au fait, et vos projets, ou, enfin tout ça s'arrange, y a qu'à voir ce qui s'passe... qui permettent de relancer la discussion.

Non, vraiment, au Salon de l'alimentation, je n'ai vraiment pas été dans mon assiette. Mais je ne vais pas en faire tout un plat.

Keskidi

La pensée de la semaine

Au royaume des sourds, il y a vraiment beaucoup de bruit pour rien

 

 

La presse... revue

- Samedi : « Mathilde. 89 ans, s'est envoyée en l'air » - Le bâton d'berger, brave Germaine, y a pas d'âge pour en manger. Et y paraît même qu'elle lui a mis la main au c., comme de bien entendu...

- Dimanche : « Jacob s'impose au sprint... » - Devant Yaser, gêné par des pierres, Lazare encore souffrant, Jésus qui a trop longtemps porté sa croix et Wilmot, contrôlé positif à la bière...

- Lundi : « La difficulté de parler la même langue » - Allez donc demander aux juifs et aux Palestiniens ce qu'ils pensent des Fourons, y savent même pas que ça existe. Alors, ne nous gonflons pas de nos petites misères.

- Mardi : « Le prochain métro passe dans cinq ans » - Plusieurs groupes Horeca s'arrachent la gestion des salles d'attente..

- Mercredi : « quinze jours de congé pour les papas » - Voilà enfin un dur labeur qui est un peu mieux reconnu. Une dernière revendication : 60 jours de congé pour les maris, compagnons et amants.

- Jeudi : « VDBpeut à nouveau courir... » - C'est pas tellement qu'il s'est pas dopé, c'est simplement que ses juges sportifs ne pouvaient pas le juger. Quant à son chien, il n'a jamais arrêté de faire du vélo...

- Vendredi : « Les Turc acceptent la concurrence » - Un peu comme les Russes qui acceptent la transparence.

ZORRO

 

Interventions des pompiers

Le 11 : appel de l'ambulance suite à un accident, route de Rouillon ; blessé conduit à Auvelais.

Le 11 : appel des pompiers pour une pollution, av. Albert 1er à Fosses.

Le 14 : appel des pompiers pour un nid de guêpes, à la menuiserie Delestrait à Sart-Eustache.

Le 15 : appel des pompiers pour une pollution rue du Grand Gau à Fosses et pour un pompage route de Tamines à Fosses.

Le 18 : fausse alerte d'une alarme d'incendie, rue de la Chapelle à Saint-Gérard.

Le 20 : pompiers suite à une toiture envolée, rue Chaput à Floriffoux.

Le 20 : appel des pompiers pour un pompage à la banque Fortis, rue du Moulin à Fosses et aussi rue du Bout 2 à Vitrival.

Le 21 : appel de pompiers plongeurs pour un noyé dans la Sambre à Sambreville (non retrouvé).

Le 26 : appel des pompiers pour désincarcération sur la RN 922 (près de l'usine Materne) à Floriffoux.

Le 26 : appel de l'ambulance et pompiers suite à un accident chaussée de Charleroi à Le Roux .

Le 27 : pompiers pour destruction d'un nid de guêpes, école de Névremont.

Le 27 : pompiers pour ravitaillement en eau au Centre floral, chaussée de Charleroi à Fosses.

Le 28 : pompiers pour un arbre tombé sur la voie publique à Mettet.

Le 28 : ambulance et pompiers suite à un accident route d'Anthée à Ermeton ; 2 blessés conduits à Dinant.

Le 29 : pompiers pour début d'incendie, avenue Champ Stoné à Fosses .

Le 29 : pompiers pour éteindre un feu de broussailles, rue de Doumont à Fosses.

Sécurité ? - Oui !

Comment peut on se proclamer partisan d'une immigration massive, comme je l'ai entendu dire à la TV par un appelé Cornil

Celle que nous connaissons en ce moment, non massive, mais continue, est déjà excessive. Comme le disait Pim Fortuyn : ~~ Nederland is vol », on pourrait dire : « La Belgique est remplie - België is vol » - « Li Bèljike èst bôkéye » !

Je lis : « Fermer les frontières ne ferait que renforcer la clandestinité des filières ». Il y a pourtant un moyen simple, trop simple : condamner les passeurs à des peines de prisons très renforcées.

Je lis aussi : « Freiner l'immigration mettrait certaines entreprises en difficulté pour des travaux dont les Belges ne veulent pas ». Allons, il y a un chômage important chez les jeunes, alors qu'il y a des emplois non occupés. Il faut des soudeurs, des maçons, des couvreurs, des chauffeurs de camions, des mécaniciens, des informaticiens, des carrossiers... Certains ne veulent pas être chauffeurs '? Bon, qu'on leur donne le choix entre plusieurs options complémentaires organisées par un organisme officiel ou par des entreprises que l'on aiderait financièrement. C'est déjà le cas chez Van Hool, le constructeur de bus à Malines et depuis longtemps chez Philips à Eindhoven.

Avoir 20 ans et émarger au chômage, c'est se sentir inutile, en marge de la société et ça ne doit pas être gai à vivre. Après leur formation obligée, parce qu'il faudrait obligatoirement en choisir une, ils seraient certains d'avoir un emploi stable, ils pourraient fonder une famille et résoudre quelque peu le problème de la dénatalité. Quant aux « travaux lourds », les machines s'en chargent de plus en plus. Le manœuvre de notre époque est celui qui peut se servir d'un engin. Et pourquoi, quelqu'un qui a un diplôme d'humanités ou de l'enseignement supérieur ne pourrait-il pas, de temps en temps, prendre une pelle ou une pioche en mains ? Qu'on les paie mieux, avec l'argent que nous dépensons pour les immigrés.

Nous n'avons plus de charbonnages, notre industrie sidérurgique - qué laïd mot ! - emploie de moins en moins de gens et surtout de gens non qualifiés, de même que les carrières. L'agriculture s'est aussi fortement mécanisée. Voyez-vous encore des femmes aux travaux des champs ?

Oui, l'Europe a connu des migrations par suite des guerres, que l'on pourrait maintenant appeler internes.

Nous avons connu une immigration nécessaire, celle des travailleurs italiens ; on était bien contents de les avoir, OK et ils étaient bien contents de venir parce qu'ils avaient perdu la guerre qu'ils avaient faite contre nous et qu'ils vivaient dans des conditions précaires. Leur maffia les a suivis, mais 99% d'honnêtes gens parmi eux n'y pouvaient rien.

Nous avons maintenant en Belgique une maffia russe, une maffia albanaise, une maffia roumaine et, comme je l'ai appris récemment, une maffia turque et une maffia bulgare ! On arrête récemment 3 Albanais, dont un récidiviste, dans la région de Ciney. Qu'en a-t-on fait ? On les a relâchés ! A Anvers, des tas de proxénètes de différentes maffias ont été découverts. Ont-ils été expulsés ?

Nos prisons sont pleines. Qu'à cela ne tienne ; Qu’on les condamne à de lourdes peines ! Cela va encore remplir davantage les prisons ? Mais non ! Ils quitteront la Belgique et ne s'y aventureront plus !

Tous les autres pays revoient leurs quotas d'immigrés à la baisse, le Danemark, la Grande-Bretagne en tête. La Belgique est, dès lors, une destination toute désignée.

Et la sécurité dans tout cela ? Il a fallu, pour qu'un se rende compte à quelle point elle était menacée, la percée de Le Pen en France, arrêtée par une collusion droite-gauche entre frères ennemis et, aux législatives, par des mesures fascistes, par leur système non proportionnel, qui permet que 12% des électeurs ne soient pas représentés au Parlement !!!

Il a fallu Pim Fortuyn en Hollande, abattu par un bras armé par la presse de gauche et ceux qui profitent d'une main-d’œuvre à bon marché et non déclarée, donc ne bénéficiant pas de la sécurité sociale.

R.A.A. VIROUX

40e sortie des marcheurs

Si des soldats costumés existent à Vitrival depuis trois siècles, les sorties n'étaient qu'occasionnelles et les archives reprennent leur présence notamment lors des septennales en l'honneur de saint Feuillen à Fosses, déjà en 1751. Mais il semble que la troupe sera dissoute en 1907.

Comme dans la plupart des sections de l'entité, c'est en 1963 que les marches devinrent annuelles et à Vitrival, c'est sous l'impulsion de l'ancien bourgmestre André Spineux et de Gabriel Clocheret qu'une marche fut réinstaurée, avec 3 pelotons : sapeurs, grenadiers et voltigeurs.

Et la tradition sera respectée, sans jamais faillir. La Marche Saint-Pierre sort cette année pour la 40e fois et à cette occasion, les responsables ont voulu donner à la fête un peu plus de solennité que les fois précédentes. Suivant la coutume à Vitrival, la première journée est consacrée à la bénédiction des armes avec une première sortie des marcheurs. Elle a eu lieu le dimanche 23 juin.

Dimanche dernier, ce fut la grande sottie avec escorte de la procession religieuse. Pour donner plus d'ampleur, une dizaine de délégations des environs avaient été invitées. II s'agissait des marcheurs Saint-Laurent de Sart-Saint-Laurent, de Notre-Dame d'Aisemont, de Saint-Remy de Névremont, de Sainte-Gertrude de Le Roux, ainsi que des Grenadiers, des Congolais, des Zouaves et des Mameluks de Fosses. Ils étaient ainsi environs 300 marcheurs pour le grand défilé dans les rues du village. La compagnie de Vitrival était formée de sapeurs, gendarmes, lanciers, grenadiers, l'arrière-garde et les toujours charmantes vivandières.

La journée se déroula suivant le programme prévu et l'on sentait davantage de fierté de la part des marcheurs vitrivalois. La statue de saint Pierre était remarquable ; en effet, l'abbé Saint-Hubert avait offert une nouvelle statue qui fut bénie, cérémonie à laquelle prirent part tous les marcheurs réunis.

Après la rentrée de la procession, la journée se clôtura par le traditionnel feu de file devant un public toujours nombreux.

Le lendemain, les marcheurs se rassemblèrent pour la messe et l'après-midi était réservée à la visite des personnalités. La 40e sortie se terminait en apothéose par un magnifique feu d'artifice.