N°23     07 juin 2002

Vol à Aisemont

Dans la nuit du vendredi 31 mai au samedi ter juin, des inconnus se sont introduits par effraction dans une habitation de la rue Haut-Baty à Aisemont, en l'absence des propriétaires. Aucun indice n'a permis, jusqu'à présent, d'identifier l'auteur de ce vol et nous n'avons pas de détail au sujet du préjudice.

Au Saint-Laurent

Rappelons que chaque 2e samedi du mois a lieu un bal musette avec Aimé et Jackie ; le prochain a lieu ce samedi 8 juin, dès 21 h.

Et le dimanche 16 juin, un tournoi de pétanque est organisé, avec inscriptions dès 13 h 30.

Déclaration d'impôt

L'UCP, mouvement social des Aînés / Senior Amitié, organise gratuitement, comme chaque année, dans les locaux de la Mutualité Chrétienne, des séances d'aide à la rédaction de la déclaration fiscale

- les lundis 10 et 16 juin, de 16 à 17 h 30 à Auvelais, pl. Communale 14,

- les vendredis 14 et 21 juin, de 14 à 16 h à Namur, rue du Lombard 8

- les vendredis 7 et 21 juin, de 13 h à 14 h 30, Tamines, r. de la Station 55

- les vendredis 14 et 21 juin, de 14 à16 h à Andenne, rue du Pont 8

- les vendredis 14 (14 à 16 h) et 21 juin (16 à 17 h), à Gembloux, rue Docq.

Les pré-retraités et retraités sont invités à se munir de tous les documents utiles.

Renseignements complémentaires

Secrétariat régional UCP/Senior Amitié : 081-24.48.99, rue du Lombard 8, à Namur.

A Belle-Motte

Comme nous le montre la photo ci-dessous, les travaux de rénovation du cimetière militaire français se poursuivent bien dans les délais prévus. La livraison des nouveaux emblèmes par l'Administration de Paris s'est faite sur 64 palettes : 56 palettes de 20 croix latines, pour un poids total de 5.060 kilos et 8 palettes de 16 emblèmes pour les stèles musulmanes, pour un poids de 608 kilos.

Ce jeudi 30 mai, l'Administration de Paris descendait sur Le Roux pour une réunion de suivi des travaux avec l'Ambassade de France représentée par Eddy Verelst et le Comité du Souvenir, représenté par Daniel Tilmant, qui est le relais entre les différentes instances.

Doyen et doyenne

Le Roux compte 25 personnes de plus de 80 ans. Parmi eux, la doyenne est Mme Madeleine Servais, qui aura 91 ans le mois prochain. Chez les hommes, c'est Ernest Debrulle qui a fêté ses 90 ans le 18 février.

Fête des pères

Le club des Aînés, de Le Roux, organisera ce samedi 8 juin, en la salle des écoles communales, le traditionnel goûter de la fête des Pères, une assemblée qui se déroule toujours dans la meilleure ambiance.

Fosses, centre wallon de la figurine

On l'a dit souvent, les Fossois ne se rendent pas compte de la richesse de leur capital folklorique et architectural, mais aussi culturel. Les activités, il est vrai, s'accumulent à chaque

week-end, mais ce ne semble pas être l'embarras du choix qui fait que (trop) peu de Fossois profitent réellement de ce que des dévoués leur présentent.

C'était le cas encore, samedi et dimanche, avec le 5e Championnat de Wallonie de la Figurine qui se tenait en la salle L'Orbey, avec les tout grands noms de la spécialité : Français, Tchèques et Belges de diverses régions. C'était une organisation du club local « Le Sapeur Belge » présidé par M. Delsipée, avec comme responsable local Jean-Luc Georges dont on s'étonne toujours de la masse herculéenne dotée d'une main toute en sûreté, en finesse et en précision.

Car de la précision et de la finesse, il en faut pour réaliser ces petites merveilles que sont les figurines. Mais il ne s'agit plus des petits soldats de plomb figés au garde-à-vous avec lesquels, enfants, nous organisions des batailles rangées autour d'un château fort en bois. Ici, justement, tout l'art consiste en deux principes de base : l'expression et la couleur. Et, grâce aux explications de Jean-Luc, j'ai pu me rendre compte de nombre d'erreurs d'appréciation. D'abord la taille : plus c'est petit,

plus c'est difficile ? Eh bien non : La plus grande des trois tailles (18 cm) est paraît il plus difficile à rendre car la finesse de l'expression du visage, enta autres, doit être au top. N'allez croire pour autant que les plus petits modèles (3 cm) s'accommodent d'un à-peu-près : eux aussi exigent toute la précision du coup de pinceau (à un poil...) ! Je m'étonnais aussi qu'un soldat isolé ait reçu une médaille d'or, alors qu'un splendide groupe de J.-L. Georges n'avait que le bronze : toujours cette question d'expression. Et aussi de couleur le coup de patte de l'artiste véritable se révèle dans le contraste, les ombres suggérées, l'éclat de la luminosité, voire dans le terne du kaki bien rendu. Et pour vous situer mon admiration, sachez que le kilt d'un soldat écossais de 4 cm de haut (le soldat, pas le kilt !) comportait pas moins de 120 petits carrés de couleurs variées !...Imaginez le travail !

Oui, c'était vraiment là une remarquable exposition. Car ces petits soldats sont, le plus souvent, placés dans une pose expressive et suggestive, un flash d'un moment de combat plein de vie par lui seul, avec parfois un cadre ou un fond : Un arbre mort, un perron, un coin d'auberge. Et dès lors le sujet prend vie, il exprime une scène de bataille ou de repos. M. Delsipée est d'ailleurs formel sur la qualité de cette exposition fossoise. « Celui qui sort d'ici avec un prix peut se présenter n'importe où, il sera apprécié ». C'est dire combien cette présentation de 200 pièces diverses était passionnante, étonnante, admirable. Nous en donnerons un panorama suggestif la semaine prochaine.

Mais comment diable ces artistes arrivent-ils à créer pareilles merveilles miniatures ? Ils sont aidés, il faut le dire, par des créateurs professionnels qui proposent en kits des pièces à assembler et à peindre. Les trois quarts de la salle étaient d'ailleurs occupés par ces vendeurs aux boîtes multicolores et au choix impressionnant de variété, car il n'y a pas que des soldats. Ces modèles pré-fabriqués permettent tout de même la créativité : On peut arranger bras, jambes et corps de telle façon pour créer l'idée et l'image en trois dimensions. Et aussi, bien sûr, composer des groupes vivants et variés. Mais quelques-uns (de plus en plus rares, en raison de la difficulté supplémentaire) sculptent encore eux-mêmes leurs sujets et leur décor. Et à cette taille, c'est à chaque fois un exploit de patience et de minutie : de la sculpture au laser, pratiquement...

Le palmarès ne vous dira rien (sauf si vous êtes déjà un passionné et un j fan de la figurine), car la plupart des j noms primés nous sont inconnus. Disons simplement que notre concitoyen J.L. George a obtenu une médaille de bronze, qui s'ajoute à une collection déjà impressionnante.

Mais encore une fois, si j'ai vu là de réelles merveilles, de stupéfiants trésors de finesse et de beauté, je n'ai vu que bien peu de Fossois. Aussi je leur lance un appel : l'année prochaine, ne ratez surtout pas une visite à cette exposition qui est en même temps un concours international. Une heure passée là vous remplira d'étonnement et vous ravira : pourquoi vous priver d'un tel bonheur ?

 

 

Pharmacies de garde

Jeudi 6 : Chapaux, Biesme

Vendredi 7 : Dubisy

Samedi 8 : Maquille, St-Gérard

Dimanche 9 : Maquille, St-Gérard

Lundi 10 : Dubois, Le Roux

Mardi 11 : Lahaux, Ermeton

Mercredi 12 : Liénard, Mettet

Jeudi 13 : Mahia, Ermeton

Service médical

Le service de garde pour la région, sera assuré au cours de ce week-end par le

Dr BAILLY, tél. 071-71.14.89.

Pour la Braderie

A l'occasion de la Braderie, qui se déroulera du jeudi 20 au dimanche 23 juin, l'association des Commerçants organise une brocante libre. Cette brocante aura lieu le samedi 22 juin, dès 6 h dans les rues de Vitrival (de la BBL aux Ets Clause), du Postil, des Egalots, ruelle des Remparts et place du Marché (triangle en face du S.I.). Les commerçants qui n'ont pas été contactés personnellement et dont le commerce se situe dans ces rues sont priés de le faire savoir aux membres du Bureau pour le 15 juin au plus tard. Leurs réservations seront prioritaires, limitées à 3 mètres, gratuites pour les membres en règle de cotisation 2002 et développées dans le cadre de leur activité commerciale habituelle.

Réabonnement

Les abonnés qui ont payé pour les six premiers mois de l'année 2002 sont invités à renouveler leur abonnement pour le second semestre, en versant la somme de 15 E au CCP 000-0021185-39 de l'Imprimerie Romain, rue des Remparts à Fosses.

A Névremont

Ce samedi 8 juin, à partir de 15 heures, à l'Ecole de Névremont, se déroulera une fancy-fair au cours de laquelle aura lieu un spectacle présenté par les enfants et on y trouvera les stands et divertissements habituels dans ce genre de fête : château gonflable, barbecue et repas, etc.

Au Centre culturel

Du 8 au 27 juin se tiendra à la Maison de la Culture de Fosses une exposition du peintre Gaston Alexander.

Né à Ham-sur-Heure en 1933, le peintre habite la région de Morlanwelz. Dès son plus jeune âge, il est intéressé par la peinture, puisant dans les fibres familiales une bonne partie de son don naturel. II a fréquenté divers ateliers et reçut de nombreuses distinctions nationales et internationales.

En 1981, il fonda le « Cercle artistique de Mariemont » dont on a pu apprécié les œuvres de quelques artistes au mois de mars à Fosses, lors d'une exposition précédente.

Gaston Alexander peint avec autant de plaisir les paysages figuratifs et oeuvres abstraites : paysages de nombreux coins de Wallonie dans un style figuratif, mais aussi peinture interférentielle (interférences lumineuses obtenues par superposition de rayons issus d'une même source, mais ayant subi des chemins différents). A découvrir.

Le vernissage a lieu ce vendredi 7 juin, à 19 h 30. L'exposition sera accessible tous les jours : en semaine, de 9 à 16 h ; le week-end, de 10 à17 heures, au 12, place du Marché àFosses. Contacts : 071-71.46.24.

Conseil communal

Le prochain Conseil communal se tiendra le mardi 11 juin, à 19 h 30, en la salle du Conseil de l'Hôtel de Ville. L'ordre du jour comporte 19 points + 6 points à huis clos. En voici les principaux

-assemblées des différentes intercommunales : IDEFIN, IDEG, INATEL, AIEM, BP, AISBS, INASEP, SIAEE dans lesquelles est impliquée la ville de Fosses ;

-location remise sise rue d'Orbey ;

-amélioration éclairage public à Vitrival et Aisemont ;

-service des finances :modifications budgétaires ;

- plaine de vacances : prix d'accès, condition de recrutement et rémunération du personnel ;

A huis clos

- Service enseignement ; mise en disponibilité pour maladie, d'une enseignante communale

- promotion de grades de plusieurs pompiers ; stage de secrétaire d'un pompier volontaire.

Brocante

C'est devenu une tradition, l'Association des commerçants qui organise la braderie (du 20 au 23 juin) instaure le samedi 22 une grande brocante libre dans les rues du centre. Le programme prévoit aussi un chapiteau, place du Chapitre et diverses animations.

Cercle d'Histoire

Attention, en l'absence du président la semaine prochaine, la réunion du Cercle qu devait se tenir ce jeudi 13 juin est reportée au jeudi 20, à 19 h, au local des Quatre-Bras.

J. Radelet y présentera une recherche sur la toponymie de Nèvremont et les sobriquets des familles de ce hameau ; J. Romain évoquera l'origine des noms de familles et on parlera aussi de la préparation de la prochaine exposition du Cercle du mois de novembre. Avec, s'il n'est pas trop tard, une brève intervention de Fr. Tahir sur une maison « Art nouveau » de Fosses.

Le Petit Chapitre

Beaucoup se posent la question est-il toujours possible de visiter le Musée de poupées folkloriques Le Petit Chapitre ? La réponse est : oui, bien sûr, mais le Musée n'est plus systématiquement ouvert à des heures précises. C'est aujourd'hui le Syndicat d'Initiative de Fosses qui s'occupe des visites qui peuvent avoir lieu pendant les heures de fonctionnement du S.I., c'est-à-dire : en semaine, de 10 à 15 heures et le week-end, entre 10 et 16 heures.

Il faut, au préalable, s'adresser au S.I., 12, place du Marché, pendant ces heures d'ouverture. Les visites peuvent se faire aussi sur rendez-vous pour les groupes.

 

Vol

Récemment, des bacs en pierre qui garnissaient l'habitation de M. François Mouthuy, route de Tamines à Fosses, ont été dérobés. Plainte a été déposée à la Police de Fosses.

REMERCIEMENTS

ISABELLE et FRANCIS

sont profondément émus par les marques de sympathie que vous leur avez témoignées lors du décès de leur fils GEOFFREY.

A vous tous, si nombreux, qui lui avez rendu un dernier hommage par votre présence, vos paroles, votre courrier, vos prières, vos si jolies fleurs, nous vous présentons nos remerciements les plus profonds et sincères.

Geoffrey était aimé de tous, c'était un bon garçon. Il allait bientôt s'épanouir dons la vie active, mois cette grâce lui a été malheureusement refusée.

Ce que l'on soupçonnait le moins est la fraternité, la complicité, l'amitié qui le liait aux outres jeunes de Fosses.

Nous les avons tous vus, ces jeunes, en groupe sur le kiosque, en leiche, aux Tanneries. Nombreux les accusent de tous les maux, de toutes les déviances, finalement de tout ce qui ne va pas. Et pourtant, il suffit de leur parler, d'établir le contact pour comprendre qu'ils sont ce que nous étions à notre époque.

Tous sont venus des jours durant honorer la mémoire de Geoffrey. Nous les rencontrons encore choque jour ou cimetière. Choque époque engendre ses jeunes. Ceux d'aujourd'hui sont aussi bons que ceux d'hier.

Mais, certains parents n'auraient-ils pas changé ? Nous tenons particulièrement à rendre grâce aux jeunes pour leur gronde tolérance.

Merci à tous.

Voyage en Hongrie

des élèves du Collège St-André de Fosses (du 8 au 12 mai)

Après un départ ensoleillé du Collège Saint-André, nous nous sommes rendus au CSA d'Auvelais pour charger les élèves de 5e Générale. Nous avons traversé toute la nuit et une partie de la matinée l'Allemagne et t'Autriche et sommes arrivés en Hongrie où l'on a pu déjeuner.

Après cela, nous avons parcouru

les boucles du Danube et visité la basilique d'Eztergom. Nous avons pu découvrir l'ancienne ville royale de Visegrad et son château. Enfin, l'après-midi, nous avons fait du shopping au cœur du pittoresque bourg de Szentendre (Saint-André). Nous n'avons pu rejoindre l'hôtel qu'en fin de soirée pour un repos bien mérité.

Nous avons passé la journée du vendredi au cœur de la Puszta (vaste plaine des Carpates) où nous avons assisté à un spectacle équestre magyar. Après un repas traditionnel pris dans une ambiance tzigane, nous avons effectué une promenade (un peu courte) en calèche. En fin d'après-midi, sous la pluie malheureusement, nous avons découvert le bastion des Pêcheurs et l'église Matthias de Buda.

Samedi matin, nous avons profité pleinement, et sous le soleil, des célèbres thermes en plein air de Szechenys. L'après-midi, temps libre dans le centre de Pest. Après avoir soupé dans une brasserie où se déroulait un mariage dans une ambiance typique, nous avons repris la route vers la Belgique. Après une nuit difficile dans le car, nous avons pu rejoindre notre pays avec un retard de 3 h 30 causé par l'excès de zèle des douaniers hongrois et autrichiens.

Nous garderons le souvenir de la goulash accompagnée de gnocchi servie fréquemment.

Les élèves de 5e et 6e P Tr. bureau et 5e Générale.

 

 

Keskidi nous propose...

(à lire avec humour)

Saint Basile de Koch

Vous le savez tous, puisque vous ne l'ignorez pas, saint Basile de Koch est le saint titulaire que l'église catholique a attribué au corps médical. Praticien des plus consciencieux, saint Basile de Koch fut le pionnier de la lutte contre la tuberculose. A son image, nos médecins sont avant tout disponibles, efficaces et pétris d'une foule d'autres qualités. II y a au sein de leur profession, des spécialités bien définies.

Citons tout d'abord les médecins généralistes, suivis par les médecins inspecteurs. Les premiers pleins de sollicitude envers leurs patients, prennent un soin méticuleux à les soigner et à les guérir autant que possible. Pour ce qui est des seconds, est-ce la fréquentation d'une ou plusieurs universités qui leur a donné cette folle assurance ; non, ce qui les a grisé, c'est le titre, la fonction et l'importance qu'ils y accordent, ce qui leur donne la pouvoir de vous guérir en moins de deux. Après un examen sommaire, si examen il y a, ils vous déclarent « bon pour le service », un peu comme les médecins des Centres de recrutement de notre ancienne armée

Vient ensuite une pléthore de spécialistes en tout genre, chacun dans sa sphère, nous auscultant de la tête aux pieds, mais en pièces détachées, la reconstitution du puzzle est parfois une autre histoire. N'oublions pas tous ces médecins des salles d'opérations qui, après anesthésie découpent, transforment, réparent, rafistolent et recousent sans vergogne.

En bout de piste, il y a encore les médecins légistes qui ne « soignent »la plupart du temps que les morts. II n'y a pas à dire, il y a de la diversité dans la profession.

Je ne vous ai pas encore parlé des médecins de laboratoire qui, comme leur saint patron, traquent les microbes. L'un d'eux, à qui on demandait si les baisers étaient malsains, répondit par ce poème

II n'est pas de roses sans épines II n'est pas de plaisir sans chagrin

Du bonheur les expressions divines Succèdent aux accents du dédain

Et dans chaque baiser conquis Des bacilles sournois sont tapis.

En général, ils sont tous très gentils et il leur arrive même de faire preuve de désintéressement : vous ayant soigné pour une double pneumonie, ils vous adressent leur note d'honoraires que pour une seule Ça ne les empêche pas d'être prévoyants : j'en ai connu un qui avait installé un petit réfrigérateur dans sa voiture. II y rangeait son stéthoscope avant de se rendre chez un patient qui tardait à lui régler sa note. En revanche, il leur arrive d'être distraits : « Zut, voilà que j'allais rédiger l'ordonnance avec le thermomètre..., mais où, diable, ai-je pu fourrer mon stylo ? »

Mais leurs soins sont si efficaces qu'on leur pardonne tout. Une de mes connaissances, au cours d'une cure d’amaigrissement de trois mois seulement chez un médecin londonien a ainsi perdu plus de 400 livres... sterling évidemment. Parfois le malade meurt, mais qu'importe s'il meurt guéri. Un vieux proverbe anglais dit « qu'une pomme chaque jour éloigne le médecin »... surtout si l'on vise bien.

Pensée de la semaine Keskidi

Pour préserver la forêt, mangez les castors (proverbe canadien).

 

 

La presse revue...

par Zorro

- Samedi : « Belge. donc décalé et apprécié... » - Et c'était écrit dans une gazette de chez nous. C'est même pas une bête blague belge qui sent le cassoulet et le camembert...

- Dimanche : « lin cadeau fiscal malgré tout... » - Pour Céline Dion, un coq wallon en cristal ; pour les autres, une prochaine invitation (à payer, pas à un concert de Céline Dion) du Ministre des Finances en échange d'une enveloppe brune munie de timbres pour une valeur de 0,79 euro...

- Lundi : « Mettre les chômeurs wallons devant un ordinateur... » - Un peu comme à la Foire du Midi. Pour 2 euros, Madame Germaine leur tirera les cartes... de pointage. En comptant bien, ça pourrait rapporter 1 million d'euros. Malheureusement, contrairement au Lotto, tout le monde ne peut pas jouer.

- Mardi : « Des pots pour bébés retirés du commerce... » - C'est encore une fois dans le besoin que l'on rencontrera ses amis. Piétons, faites gaffe aux crottes; parents, munissez-vous de ces fameux sacs noirs avec pince-crotte incorporée...

- Mercredi : « Les singes ont connu l'âge de la pierre... » - Certaines espèces ont même survécu à la bombe H, à Dalida, à Tino Rossi et à Saur Emmanuelle. Les spécialistes craignent beaucoup l'effet Garou...

- Jeudi : « Les Afghans passaient par la Belgique?... » « On les renvoie en masse vers les grandes villes... ». - C'est juste du recopiage, Madame Germaine, deux titres sur le même page du journal...

- Vendredi : « La presse flamande a perdu le Nord... » - Mais elle s'en fout, car de mai à octobre 90% des lecteurs flamands sont dans les Ardennes ou en Espagne...

ZORRO.

Un problème social méconnu

Le logement

de transit ou d'insertion

Parmi les innombrables problèmes sociaux auxquels nous confronte, après les avoir provoqués, la société moderne d'utilitarisme et de consommation, la question du logement est souvent fondamentale

Là où des hommes sont condamnés à vivre dans des conditions dégradantes, les Droits de l'Homme sont bafoués. Les défendre est un devoir sacré », dit en guise de présentation M. Collart, animateur occasionnel d'un colloque sur i( L'avenir du logement de transit et d'insertion » organisé par le groupe fossois « Contact Logement » pour célébrer son dixième anniversaire.

Chacun se rend compte que le logement est une des bases de la vie sociale : pas de vie digne et décente dans un taudis ; c'est le constat de tous les travailleurs sociaux : les conditions de logement influencent tous les aspects de la vie des « bas revenus N : insalubrité, promiscuité, maladies, ghettos, violence... c'est un tragique enchaînement. Or, quand l'offre de logements décents diminue, c'est évidemment la classe des plus pauvres qui est touchée.

CONTACT LOGEMENT.

Les assistantes sociales de Fosses, alertées sur ce problème, mais conscientes de ne pouvoir rien faire d'utile à leur seul niveau, ont créé en novembre 1991 l'ASBL « Contact Logement » pour informer et aider ceux qui recherchent un toit. Pour cela, un groupe s'est formé, animé par Mme Villé, assistante sociale du CPAS de Fosses, avec des représentants des Mutualités (socialiste, chrétienne, libérale), de l'ONE, du Service provincial d'Aide Familiale, de la Saint-Vincent de Paul, du CPAS de Jemeppe (au départ aussi de celui de Floreffe).

Après un long travail de recherches, de mise en place, de recueil de données, il a entamé une phase de réalisations pratiques d'abord dans des aides directes au logement à l'échelon régional, puis dans une recherche de solution à un problème spécifique : Le logement d'urgence.

Yves Debouck (Mutualités libérales/, un des animateurs du groupe, a d'abord présenté cette ASBL, soulignant sa méthode, ses recherches, ses synergies, ses mises en commun dans un bel esprit pluraliste et un grand idéal. Il a aussi dressé le bilan de la situation : la Région Wallonne compte 1.500.000 logements, dont 250.000 sont insalubres ; En dix ans, les loyers ont augmenté de 25% et les ventes d'immeubles de 50%. Les besoins sont énormes : 30.000 logements d'urgence, 45.000 logements sociaux. Dans la précarité fréquente actuellement, on ne compte plus les expulsions pour non-paiement, et quel drame de voir une famille à la rue, meubles, linge, jouets étalés sur un trottoir... Alors qu'il y a tant de bâtiments vides, qu'on laisse tomber en taudis à démolir ! Face à ces drames, quelle sera la politique sociale du logement ?

Sa collègue Lina Stienlet (Mutualités chrétiennes) précise l'historique de Contact Logement, ses partenaires actifs, sa dynamique générale et ce cas particulier, presque une première dans la région : un logement communautaire d'urgence réalisé dans la « Maison Ledoux » à Sart-Saint-Laurent : Elle est destinée au logement d'insertion d'urgence et, après deux ans de travaux subsidiés par la R.W., offre six chambres, plus une cuisine, un salon, un grenier-salle de jeux et un jardin communautaires. De plus, les services sociaux y assurent à tour de rôle une surveillance de gestion et un service social pour une réinsertion dans un logement plus stable car le séjour y est limité à 3 ou 6 mois.

 

UN COLLOQUE.

Pour l'occasion, et à la suite d'une large invitation qui avait drainé quelque 80 personnes, les organisateurs avaient des invités de marque et de qualité : outre M. J.-M. Degraeve, expert pour le Logement au cabinet du ministre Daerden, et M. Paul Hérin, de la Division Logement à la R.W., quatre intervenants pour présenter des expériences spécifiques.

M. Forthomme, directeur de la « Maison Marie-Louise » à Verviers, a présenté cette réalisation, qui date de 30 ans, en faveur des sans-logis de l'Est du pays. Le phénomène « sans-logis ), est une « maladie »» sociale de notre époque ; On a donc cherché à leur procurer un toit dans un accompagnement social suivi : une maison pour une dizaine d'isolés, une autre pour des familles, des centres d'accueil avec ateliers et activités culturelles ; il gère de plus près de 700 logements sociaux vers lesquels on guide les sans-abris provisoirement accueillis.

M. Alain Bruynaert, du CPAS de Mons, présentait une autre expérience en logements d'intégration : 28 maisons uni familiales et 6 appartements, occupables 18 mois renouvelables une fois, avec bail, et précisait les conditions d'un suivi social d'accompagnement.

Mme Alexandra Orban, de la Coordination Logements d'urgence du CPAS de Liège, exposa son service qui compte, selon deux formules un peu différentes, 309 et 218 logements avec suivi psychologique et social de cas particuliers.

Enfin, M Paul Trigalet, de « Solidarités Nouvelles » de Jumet, évoqua avec verve et simplicité ses réalisations de rénovation de logements privés et inoccupés, confiés ensuite à

des familles modestes, avec un loyer modeste, mais à titre précaire et transitoire. Il dit aussi avec émotion ses efforts pour éviter à tout prix les expulsions, toujours dramatiques, et l'énormité de la tâche en ce domaine.

Les participants eurent alors la parole pour exposer des cas précis ou poser des questions : par exemple, que faire si une famille refuse de partir à la fin d'un bail ? La conciliation devant un juge de paix peut avoir des effets. Les spécialistes du ministère et de l'Administration purent répondre à divers problèmes techniques mais il ressortit aussi un manque de communication et une mise en valeur des initiatives « privées » de tous ces groupes pleins de bonne volonté mais pas toujours bien aidés. Avec une suggestion d'un spectateur : pourquoi ne pas utiliser l'outil existant

la revue « Contact Logement » de la Région Wallonne pourrait consacrer chaque fois une ou deux pages aux expériences diverses et pratiques sur le terrain.

ET UN ANNIVERSAIRE.

Après deux grosses heures de travail sérieux et d'interventions diverses, on put aussi célébrer le 10e anniversaire de cette A.S.B.L. fossoise « Contact Logement » : chacun se plut à applaudir cette initiative et à partager le verre d'une sincère amitié ; l'équipe sociale du CPAS et la secrétaire avaient rejoint les organisateurs et les invités dans un climat très détendu. Cette organisation eut l'avantage de faire connaître une réalisation trop ignorée et de mettre en évidence la généralité de ces problèmes de logement, cruciaux pour une bonne partie de la population de notre Région wallonne. Et aussi, ce qui est loin d'être négligeable, le rôle éminemment appréciable des assistantes sociales (et assistants sociaux) qui dans l'ombre mais avec efficacité réalisent là un véritable sacerdoce. Comme le dit un participant : « un des plus beaux métiers du monde » !

Photo rétro

Le Comité de l'Amicale du 3e Age de Névremont

Cette photo rappelle sans doute la création d'un nouveau groupement au hameau de Névremont : l'Amicale du 3e Age, que dirigeait M. Joseph Duriaux, ancien instituteur communal qui a connu le passage de bien des enfants de Fosses dans son école.

La photo date d'octobre 1973. On reconnaît, assises à l'avant-plan, Mesdames Louise Tasiaux, épouse de Victor Michaux et Gilberte Cassart, épouse de Victor Mélan (qui n'avaient pas atteint le troisième âge, précisons-le, mais qui servaient lors des réunions !). Debout, de gauche à droite : Marcel Stavaux (un peu jeune aussi pour faire partie du troisième âge, mais qui était responsable de la salle), Mme Julia Van Mulder, épouse Radelet (qui fut centenaire), Valère Winson, Joseph Duriaux, Mme Espérance Denis (qui fut longtemps la doyenne d'âge de Névremont, X, et Mme Alice Camus, épouse Clause (toutes ces personnes, debout, sont aujourd'hui décédées).

L'Amicale du 3e Age de Névremont, qui n'existe plus aujourd'hui, fonctionna de nombreuses années, avec notamment les concours de jeux de cartes, où venaient participer des aînés de Fosses et d'ailleurs.

Interventions des pompiers

Le 15, vers 22 h 20, appel des pompiers pour un feu dans une voiture, rue Grande à Le Roux.

Le 18 : appel des pompiers pour un nettoyage de route, rue de Soye à Franiere.

Le 21 : appel de l'ambulance et des pompiers pour une fuite de gaz, avenue Albert ter à Fosses.

Le 28 : appel de l'ambulance, suite à un accident sur la RN 90 à Franière.

Le 28 : appel des pompiers pour un renfort citerne pour Sambreville, sur l'auto-route Mons Liège : Camion renversé, chargé de produit dangereux.

Le 29 : appel de l'ambulance et des pompiers suite à un accident sur le RN 90 à Mornimont.

Le 1er juin : appel des pompiers pour retirer deux chiens crevés dans un ruisseau, près du pont de la Spinette à Aisemont.

Le 2 . appel de l'ambulance suite à un accident chaussée de Namur à Sart-Saint-Laurent : 3 blessés conduits au CHR d'Auvelais.

Le 2 : appel des pompiers pour feu de broussailles rue Rauhisse à Vitrival.

Le 3 : pompiers suite au fonctionnement d'une alarme d'incendie au Home St-Jean à Mettet (fausse alerte).

Le 3 : appel de l'ambulance et des pompiers pour forcer une porte, rue des Bergeries à Fosses.

Le 4 : appel des pompiers pour nettoyage de route à Floriffoux (près des Ets Materne).