N°22     31 mai 2002

Il y a 100 ans,

 

N° 25 du 22juin 1902

BAMBOIS.

- En quinze jours, trois incendies se sont déclares dans des habitations de cette section de Fosses. Deux n'ont occasionné due des dégâts aux toitures; le troisième a réduit complètement en cendres la maison de M. Fidèle Piette, avec tout ce qu'elle contenait.

FOSSES.

- Dimanche dernier, le jeune garçon des époux Moucheron-Hardy s'est cassé le bras à deux places en tombant d'un piquet en bois autour duquel il grimpait.

N° 26 du 29 juin 1902

FOSSES.

- Demain dimanche, à 3 heures après-midi, se jouera la Grande Décision du concours de jeu de balle, au Faubourg de France. La valeur des parties en présence attirera certainement un grand nombre d'amateurs vers le joli faubourg de notre ville.

AISEMONT.

- Samedi matin, M. Charlier avait envoyé son fils Emile aider ses frères qui travaillaient dans les champs. Peu après l'heure du dîner, comme M. Charlier conduisait son attelage vers Claminforge, il découvrit avec stupeur le cadavre de son fils baignant dans une marre de sang. Il avait succombé à une hémorragie.

 

 

Pensons à nos aînés

Ils et elles fêteront leur anniversaire au cours du mois de juin, le mois le plus fourni dans ce domaine car ce sont 29 anniversaires qui égayeront le groupe de nos aînés

 

Le 6 : Charles Berwart, Ch. de Namur 81 ans

Le 8 : Joséphine Bertrand, Av. des Combattants 80 ans

Le 10 : Augusta Godefroid, Rue Sainte-Brigide 87 ans

Le 10 : Maurice Goffaux, Ferme Wimbosteck, S.-St-L. (doyen de l'entité) 95 ans

Le 11 : Michaël Tschmil, R. de la Station, Aisemont 81 ans

Le 12 : Rose Larivière, Home Dejaifve 80 ans

Le 12 : Emma Doucet, Home Dejaifve 87 ans

Le 14 : Marie-Louise Caudron, Home Dejaifve 88 ans

Le 15 : Hélène Michel, Rue Saint-Roch 89 ans

Le 15 : Léopold Mathelart, Ch .Charleroi, Le Roux 87 ans

Le 15 : Marie-Louise Parmentier, Route Tamines, Fosses 80 ans

Le 15 : Elisa Nulens, Home Dejaifve 80 ans

Le 16 : Irma Penet, Avenue Albert ter 81 ans

Le 18 : Marguerite Jassogne, Rue des Tronces, Vitrival 80 ans

Le 18 : René Gillain, Rue du Fays, Aisemont 82 ans

Le 19 : Abel Hoyas, Rue Try-al-Hutte 81 ans

Le 20 : Robert Molitor, Rue du Sartia, Sart-Eust. 82 ans

Le 21 : Adeline Blavier, Avenue Champ Stoné 90 ans

Le 21 : Augustine Molle, Rue de Stierlinsart 82 ans

Le 22 : Reine Miche, Rue du Bout, Vitrival 83 ans

Le 22 : Jules Patris, Rue des Tronces, Viirival 81 ans

Le 26 : Camilla Defosse, Home Dejaifve 92 ans

Le 26 : Léonie Suiveng, Ch. de Charleroi 84 ans

Le 27 : Louise Wilmet, Rue de Névremont 81 ans

Le 27 : Joséphine Parent, Rue Jean Dor, Vitrival 84 ans

Le 27 : Marie-Louise Remacle, Rue du Potage, Névr. 80 ans

Le 28 : Madeleine Warnier, Route de Saint-Gérard 83 ans

Le 29 : Jeanne Drèze, Home Dejaifve 81 ans

Communiqué de l'A L.E.

Avis à tous les employeurs

(indépendants, PME, adm. publiques)

Votre entreprise a peut-être besoin de main-d’œuvre supplémentaire (ouvriers-employés), mais les charges considérables constituent un obstacle majeur pour vous.

Le Plan Activa va alors, sans aucun doute, vous intéresser puisqu'il vous permettra d'engager une personne (minimum mi-temps) puis faire n'importe quelle activité, et ce à des conditions financières extrêmement intéressantes pour vous (intervention salariale de l'Onem allant de 250 à 500 euros nets par mois, ainsi que des réductions des charges patronales allant de 50 à 100%).

Vous pouvez obtenir une documentation complète à

L'ALE, rue V. Roisin 9D

5070 Fosses-La-Ville

tél. 071-71.34.36.

L'ALE peut également se rendre à votre domicile sur rendez-vous afin de vous expliquer le projet dans ses moindres détails.

Alain LENOIR, Sylvie LEGRAIN, agents onem

Choix politique

Nos ministres voyagent décidément beaucoup : pour le ministre des Affaires étrangères, cela se comprend, encore qu'il a dû reconnaître en faire un peu trop... Le ministre de la Défense profite de toutes les occasions pour s'offrir des voyages en avion... militaire. Le ministre des Affaires économiques multiplie lui aussi les déplacements, du Canada en Asie. Et voilà que deux de nos ministres wallons vont aller à Johannesburg au Sommet mondial du Développement, fin août.

Et je ne parle pas des autres...

Ces voyages aux frais de la " princesse ", même s'ils peuvent trouver justification, ne sont pas du goût de tout le monde. Même dans l'arc-en-ciel qui nous dirige, des voix critiquent : que va donc faire notre petite Wallonie à ce Sommet mondial ? JCVC (lisez : Jean-Claude Van Cau...) s'estime assez bien à sa place et répond à la question d'Ecolo par une liste d'actions locales et régionales sur le sujet. Bon, on sait qu'il est rarement à court d'arguments, même s'ils ne sont pas toujours convaincants.

Mais voilà que s'ouvre une autre brèche dans les couleurs de l'arc-en-ciel : comme la Flandre, mieux logée que nous question finances, a supprimé la taxe TV, nos ministres wallons penchaient la nuit dernière sur la question, ou plutôt - car la Wallonie ne peut pas se permettre le luxe de laisser tomber une taxe au moment où elle cherche 3 milliards pour boucler son budget - un moyen de' l'alléger : En la fusionnant avec la taxe sur... les déchets. La TV serait elle à ce point proche des immondices ? Il est vrai que le " Loft story " n'est pas " propre " à relever le niveau intellectuel ni moral de ce moyen de communication. Quand on pense au prix de revient d'une heure de télévision (c'est en tout cas ce qu'on dit quand on demande un reportage régional, une messe télévisée ou une émission culturelle, on peut dire que c'est là un épouvantable gaspillage.

Mais voilà, des millions de voyeurs aiment ça, parait-il...

Donc, l'idée d'une diminution de la taxe TV est en l'air. Mais il faut quand même boucler le budget, donc trouver des recettes nouvelles et voir comment les dépenser : pour le MR, il faut aider les entreprises dans leurs investissements et diminuer les droits de succession ; Pour le PS, il y a encore tant à faire dans le social et on pourrait augmenter les droits d'enregistrement sur les maisons de valeur, ce qui hérisse le MR ; Ecolo embraie sur le même thème que le PS et le ministre du budget dit se sentir " fort isolé " devant une décision pratiquement prise... sans lui !

Il s'agit donc bien ici d'un débat de fond sur des options politiques divergentes. L'arc-en-ciel en voit... de toutes les couleurs ! Mais, on le sait, un arc-en-ciel annonce le retour du soleil de la sérénité.

J.R.

Un beau concert pour une belle oeuvre

La Chorale " La Lucante ", formée de membres du personnel de la Clinique Saint-Luc de Woluwe, a donné samedi en la collégiale un fort beau concert au profit de l'action de leur ancienne collègue et notre concitoyenne Bernadette Glisse.

Cette chorale est née à partir d'un petit groupe qui voulait animer la messe de la Saint-Luc au mois d'octobre ; elle s'est un peu étoffée et a participé déjà à deux rassemblements de chorales " hospitalières "à Rouen en 1999 et à Rennes en 2000. Elle est dirigée avec beaucoup de compétence par Victor Gilmar, aussi chef de chœur de la chorale " Cantabile " de Bruxelles.

Le programme comporta trois parties : d'abord un choix d’œuvres variées : " Aimer ", de P . Moors, un Salve Regina de Haendel, un chant irlando-celtique, puis une suite de chants populaires français : de Léo Ferré à Jacques Brel (" Quand on n'a que l'amour "). Puis deux interprétations d'un talentueux jeune baryton, O. Berten : un chant israélien et un extrait d'un oratorio de Paul McCartney. Avec déjà de chaleureux applaudissements.

Bernadette a ensuite présenté son action au Cambodge, où elle travaille depuis près de vingt ans, dans ce pays ravagé par les Khmers rouges et une effroyable répression de Pol Pot. Une population appauvrie, affamée durant des années, et qui souffre maintenant de tuberculose et du sida.

Avec de fort belles dias, elle nous a expliqué ce pays qu'elle aime comme une seconde patrie : 4 fois la Belgique, 11 millions d'habitants, un pays plat avec au centre un immense lac de 150 km de long et de nombreuses rivières. Un pays rural et agricole à95 %, vivant surtout de la culture du riz. On a pu admirer par ses vues le célèbre et merveilleux temple d'Angkor, des villages, des paillotes, des routes en (très) mauvais état et même des régions où le déminage n'est pas terminé, avec les victimes qu'on imagine: des milliers d'amputés...

Bernadette travaille au nord du pays, dans 7 centres de santé qui ne sont pas des cliniques mais des dispensaires plutôt, où l'on procède aux accouchements, aux consultations de malades, aux soins primaires pour lesquels les malades paient une petite participation, mais les plus pauvres

ne peuvent même pas payer ; c'est Caritas Cambodge qui subsidie. On note une forte mortalité enfantine.

Le fléau le plus répandu est la tuberculose, due à une grave malnutrition ; Il faut 8 mois de soins suivis pour la guérir mais souvent, faute d'argent pour leur nourriture (les médicaments sont gratuits), le malade arrête le traitement... et fait une rechute. II faut donc lui procurer un supplément alimentaire riche en protéines : viande, poisson, légumes. Et pour cela, l'action sanitaire se double d'un travail social : un agronome français développe avec la population des villages l'établissement de jardins, au moins pour la famille, parfois même pour la vente de légumes au marché. Le sida fait aussi énormément de ravages : souvent le père meurt très jeune et la mère se retrouve séropositive avec des enfants à élever ; aux soucis financiers s'ajoutent l'angoisse du lendemain.

Pour aider encore la population, on lui propose de travailler à la réfection des routes, et ils sont payés en riz ou en poisson. Les dias nous ont montré des exemples lamentables : une famille dont la maison a brûlé, logée sous un arbre ; Le père, atteint du sida, ne peut plus travailler ; on a vu les enfants manger de la terre ! Un autre, plus réconfortant : un jeune homme de 23 ans, tuberculeux, ne pesait plus que 25 kg ; il s'est soigné avec persévérance au dispensaire et au bout d'un an pouvait travailler. Une petite fille de trois ans, atteinte de tuberculose des os, ne pouvait plus marcher ; bien soignée, elle a fait ses premiers pas...

Il faut tout faire, s'occuper de tous les problèmes et pour cela, l'équipe de Bernadette forme des femmes guéries qui vont dans leur village instruire, informer la population des précautions et des soins élémentaires. Pour les aider, on leur fournit un vélo l'équivalent de 30 euros. On a vu aussi la joie de dizaines de familles qui recevaient une houe, pour travailler un jardin.

C'est dire combien Bernadette était heureuse de l'aide apportée par ses concitoyens. Très simplement, très humblement, elle a évoqué son action qui est admirable de dévouement désintéressé.

La troisième partie débuta par un récital d'orgue par Ghislaine Crespin

des oeuvres plaisantes de Clarembault, Bach, Mendelssohn et G. Fauré. Puis à nouveau deux interprétations du talentueux baryton Olivier Berten. Enfin, la chorale reprit le podium pour un Alléluia orthodoxe exécuté avec une finesse de nuances et une expression remarquables, puis une nouvelle suite de chansons françaises ; Les copains d'abord, Les trois cloches, Prendre en enfant par la main et d'autres. Un régal.

Les artistes furent à nouveau chaleureusement applaudis et même le public réclama un bis qui fut un chant très vivant à la gloire... du chant. Une bien belle soirée, pour une oeuvre caritative admirable. Merci à Bernadette pour ce chaleureux témoignage, et tous nos vœux pour la continuation de ce merveilleux travail pour une population martyre.

 

Robert Cogoi à Falisolle

Le samedi 1er juin, à partir de 15 h, Magali et Charles, de Radio Angelica (Falisolle) recevront dans leur émission un chanteur bien connu : Robert Cogoi, qui viendra présenter son dernier CD « L'Essentiel », 21 succès inoubliables avec lesquels il a atteint le Disque d'Or. A l'achat de ce CD, vous recevrez gratuitement un poster dédicacé. Robert Cogoi qui, rappelons-le, a représenté la Belgique à l'Eurovision de la Chanson, à Copenhague avec sa chanson « Près de ma rivière » .

Bienvenue à tous et à toutes (entrée libre), le samedi 1er juin, dés 15 h, dans les locaux de

Radio Angélica

place Albert 1er 6,

à Falisolle,

071-77.43.13.

Et surtout, une bonne écoute sur la 103.8 FM

Magali, Charles, Thibaut.

A Fosses, en 1885-86 :

un bourgmestre très contesté...

(suite de la semaine dernière)

M. Thonissen

Le bourgmestre de Fosses prête serment ; il est installé et administre très bien sa commune. Il donne sa démission le 24 juillet, mais comme il n'y a aucune urgence, le gouverneur n'a pas cru devoir se presser pour donner son avis

(exclamations à gauche) S'il y a réellement urgence, je nommerai un nouveau bourgmestre ; mais je ne veux pas me plier à des sommations

(Très bien, à droite).

M. Rolin-Jacquemyns

Dans les explications de l'honorable ministre de l'Intérieur, on ne sait ce qu'il faut admirer le plus : de l'audace du gouverneur ou de la simplicité du ministre.

Le Conseil communal homogène demande le renouvellement du mandat de l'ancien bourgmestre.

M.Arnould le demande comme ses collègues et il proteste contre sa propre nomination en donnant sa démission. II est vrai que, deux jours après, à Namur, dans des circonstances inexpliquées, il prête serment au gouverneur provincial alors qu'il avait déclaré aller à Namur pour protester contre sa nomination. Il est constaté qu'il a une seconde fois donné sa démission et que la commune n'est plus administrée. M. le Gouverneur trompe le Gouvernement ou se trompe.

On voit encore le bourgmestre protester lui-même en septembre contre la situation et réclamer la nomination d'un autre bourgmestre. La déclaration du gouverneur est donc fausse et mensongère (bruits à droite)

Mais il y a de la politique au fond de cette question : le Gouvernement ne veut pas nommer... un homme des plus honorablement connu, M. Franceschini, et cela sur l'instigation du gouverneur de Namur, subordonné au conseiller provincial qui ne veut pas de M. Franceschini ! Et ce conseiller est lui-même subordonné au curé de Fosses !

(rires à droite)

M. Thonissen

Je ne veux pas prolonger ce débat (rires à gauche), mais je dois protester contre ce qui a été dit au sujet de l'honorable gouverneur de la province de Namur qui est connu de nous tous...

M. Frère-Orban

II est très impartial, en effet.

(On rit à gauche). M. Thonissen

Sa loyauté ne peut être suspectée et il administre la province... avec tout le zèle et le respect de la loi, ce dont il est capable.

Si je ne m'abuse, le gouverneur de la province était M. Charles de Montpellier. Qui était le conseiller provincial incriminé ? On pourrait penser à M. Ultain Coppée, industriel à Fosses. A moins que... Quant au curé de Fosses, c'était l'abbé Constant Cartiaux, qui fut curé-doyen de 1881 à 1890.

Le 3 avril 1886, Auguste Arnould signa son dernier acte administratif en bonne et due forme, en qualité de bourgmestre

Dans Le Messager de Fosses du 9 mai 1886, on put lire ce qui suit

« Par A.R. du ter mai 1886, MM. Bouillot et Moreaux sont nommés échevins de la ville de Fosses. Un A.R. du ter accepte la démission offerte par M. Arnould, de ses fonctions de bourgmestre de Rosses ».

La charge mayorale échut alors à l'échevin Charles Moreaux, lequel, à partir du 17 mai 1886, signa - fort curieusement - tous les actes administratifs en tant que « faisant fonction de bourgmestre ».

EPILOGUE

Le Dr Arnould redevint et resta quelques temps encore conseiller communal. En effet, il est cité comme tel le lundi 7 février 1887, lors des funérailles de M. Ad. Houdret, instituteur en chef à l'Ecole communale des garçons... mais il avait abandonné tout mandat bien avant les élections partielles du 16 octobre 1887.

Le 20 novembre 1887, Le Messager signalait ceci : « Le mandat de bourgmestre de la ville de Fosses, dont était investi M. Amould Auguste, a expiré le 16 du présent mois. »

Sans commentaires...

Recueilli et adapté par R.A.

Sources

- Le Messager de Fosses de 1885 à 1887.

- Le Dictionnaire des Belges - Paul Legrain, s.d. aux pp. 215, 435 et 485.

 

 

 

Pharmacies de garde

Jeudi 30 : Mainil

Vendredi 31 : Maquille, St-Gérard

Samedi 1er juin : Mainil

Dimanche 2 : Mainil

Lundi 3 : Nysten, Bioul

Mardi 4 : Trigaux, Mettet

Mercredi 5 : Boxus

Jeudi 6 : Chapaux, Biesme

Service médical

Le service de garde pour la région, sera assuré au cours de ce week-end par le

Dr CHARLES, tél. 71.23.98.

 

Au Lac de Bambois

Le week-end dernier au Lac de Bambois, la fête des Jardins et de la Poésie marquait plus officiellement le lancement de la saison, bien que l'infrastructure du Lac ait été ouverte depuis le 1er mai.

Le temps ne fut pas aux côtés des organisateurs qui avaient pourtant très bien fait les choses. II y eut tout de même un millier d'entrée pour les deux jours.

Les jeunes comédiens, musiciens et récitants de l'Académie Jean Lenain d'Auvelais ont charmé le public, au milieu de la nature, des fleurs, ce qui apportait beaucoup de fraîcheur.

Il y avait aussi beaucoup d'activité et de distractions pour les enfants, venus en nombre et entre-temps, il était possible de se restaurer à la maison du Pêcheur où des truites fumées et des crêpes étaient au menu.

La fête des Jardins et de la Poésie en est à sa 4e édition, mais le visiteur trouvera, lors de ses promenades, un site renouvelé, des plantes et des fleurs et aussi un décor qui a changé.

Pour une après-midi reposante, le Lac de Bambois est l'endroit idéal. Le site est ouvert tous les jours, jusqu'au 31 septembre, de 11 h à 18 h 30.

A la Poste

Tous les foyers ont reçu dans leur boîte un avis de la Poste signalant la fermeture des bureaux depuis mercredi midi et cela jusqu'au samedi 1er juin, pour effectuer des travaux d'installation d'une infrastructure informatique. Le courrier sera normalement acheminé, mais les guichets ne seront pas accessible.

La clientèle est donc invitée, pour les diverses opérations, à se rendre au bureau de Tamines, rue Saint-Martin 1 (tél. 071-26.00.50). Dès ce lundi 3 à 9 h, les guichets de Fosses seront donc réouverts, permettant un service plus adéquat et plus adapté aux techniques modernes.

Fancy-fair

Les écoles libres de Fosses (Ecole Saint-Feuillen et Collège Saint-André) organisent leur fancy-Pair annuelle les samedi 1er et dimanche 2 juin.

Dès 14 h, spectacle présenté par les classes maternelles et primaires sur le thème : « Le Tour du monde ».

Samedi, à 21 h : animation musicale au garage. Les deux jours : fête foraine, bar wallon, pâtisserie, restaurant réputé, friterie, pizzeria, bodega, bar sous chapiteau, jeux dans le gal rage, démonstration gymnique.

Le championnat de Wallonie

de figurines à Fosses

Nous l'avons signalé la semaine dernière, le Cercle local de figurines organise ce week-end le championnat de Wallonie de figurines. Le championnat qui s'intitule « de Wallonie » ne veut pas dire qu'il n'y a que des Wallons qui exposent. La compétition est ouverte à tous et ils viennent de Belgique, mais aussi de partout en Europe. Il faut donc s'attendre à découvrir des pièces de qualité exceptionnelle.

Pendant les deux jours (samedi 1er et dimanche 2 juin), cette manifestation, qui a lieu dans la salle communale, rue d'Orbey, ouvrira ses portes dès 10 heures et se clôture à 18 h. L'entrée est libre et donc gratuite.

Les passionnés pourront trouver une série de commerçants spécialisés, ainsi qu'une vitrine retraçant la carrière d'un figuriniste français qui est souvent primé, M. Serge Franzoia. Une vitrine garnie de pièces venant de toute l'Europe ayant reçu les plus hautes distinctions dans les plus grands concours internationaux et en particulier des pièces de M. Philippe Gengembre.

Les membres du staff seront à votre disposition pour répondre aux questions sur leur passion et autres détails techniques.

 

Il avait vingt ans

La semaine dernière, les Fossois apprenaient la pénible nouvelle du décès inopiné d'un jeune de chez nous.

Geoffrey Crahaux était décédé dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 mai à son domicile.

C'est mardi matin, ne le voyant pas se lever pour se rendre à son travail, que sa maman, Madame Isabelle Liedel, a eu l'effroyable surprise de le découvrir sans vie.

Que s'était-il donc passé ? L'autopsie révéla une anomalie cardiaque, ignorée bien sûr, qui devait mettre un terme à son existence. C'est donc dans son sommeil que ce jeune et sympathique garçon devait s'éteindre.

On devine la peine de sa maman qui n'avait que ce fils et qui le voit disparaître de façon si tragique. Il habitait rue du Moulin, dans la maison construite par Louis Massinon voici quelques dizaines d'années, avec un étang devant l'habitation.

Les funérailles ont eu lieu lundi en la collégiale de Fosses. Un grand nombre de fossois avaient tenu à manifester leur sympathie envers la famille, dans cet ultime voyage, et envers sa maman, on le devine, anéantie par la peine. On voit rarement autant de jeunes dans pareille circonstance, preuve de la grande estime que chacun portait pour Geoffrey.

Il faudra beaucoup de courage à ses proches pour supporter cette cruelle disparition.

Le Messager présente à la maman, à ses proches et à sa famille, ses plus sincères condoléances.

 

Plan wallon de l'air

Un Plan wallon de l'air a été élaboré et est soumis jusqu'au 30 juin à une enquête publique : vous en avez reçu un résumé en toutes-boites en mai ; vous pouvez le consulter à l'Administration communale. Il est aussi consultable sur le site

www.airwallonie.be/rw-enquete.pdf.

Pour aller plus loin et donner un point d'ancrage très concret à cette enquête publique, une conférence débat sera organisée le 21 juin, à 20 h, à l'Hôtel de Ville de Fosses. Pour ouvrir le débat, un thème bien concret : l'incinération des déchets domestiques. Vous pourrez donner votre avis (avant le 30 juin), la qualité de l'air, c'est vital

Les orateurs seront

- Th. Osay qui parlera des « Réseaux de mesure de la qualité de l'air »

- Professeur J. Kummer : « Le Plan wallon de l'air et notre santé ».

Suivi d'un débat public, une soirée organisée conjointement par les communes de Floreffe, Fosses, Profondeville, Sambreville et Sombreffe.

 

Keskidi nous propose...

(à lire avec humour)

Et il en fut ainsi

Ce n'est pas moi qui l'ai inventé, c'est écrit en toutes lettres dans l'édition originale de l'Ancien Testament.

« Et ils virent qu'ils étaient nus... ». « Ils » ce sont Adam et Eve, le couple libre du début des temps que tout le monde connaît. Et c'est en ces termes que fut décrite leur première réaction après qu'ils eurent été chassés du Paradis terrestre. Sur la suite des événements, le notaire qui a rédigé l'Ancien Testament passe pudiquement. Et pourtant, ce n'est pas difficile d'imaginer ce qui a pu se produire.

Reportons-nous bien des années en arrière. La porte du Paradis s'ouvre sur un terrain vague, laissant débouler deux créatures nues, sous la violente poussée du pied divin dont on a à peine le temps d'entrevoir la plante dans l'embrasure. Seul le formidable écho de la voix terrifiante continue à résonner à travers la muraille une fois la porte fermée : « Fou le camp, femme sans cervelle, et emmène ton mec avec ».

« Et ils virent qu'ils étaient nus ». C'est là que tout commence ; la boîte de Pandore a été ouverte, les Biens et les Maux s'en sont échappés, il ne reste au fond que l'espérance. Eve se trouva stupéfaite de voir son ami se livrer à de drôles de grimaces, tordant son nez dans tous les sens, écartant les narines, puis, après avoir relevé la tête en arrière, la rabaisser brutalement en faisant un formidable bruit dont le souffle fit voler la feuille de vigne. L'étonnant manège se répéta trois fois avant qu'une chose encore plus incroyable se produise : des yeux d'Adam sortirent des gouttes d'eau. Quant au ventre d'Eve, il se contracta subitement, tandis que ses yeux s'écarquillèrent jusqu'à vouloir sortir de leurs orbites. Eve attrapa son abdomen à deux mains, ses yeux se plissèrent jusqu'à devenir deux fentes par lesquelles son regard affolé sembla chercher quelque chose. Puis elle se plia en deux et, se tenant toujours le ventre, fonça se cacher derrière un tas de vieux pneus. Pendant cette course insensée qui ne dura que quelques secondes, Adam intrigué entendit un bruit bizarre s'échapper du corps de son amie, une sorte de hurlement qui cessa lorsqu'elle disparut de sa vue, mais qui céda immédiatement la place à un autre bruit, plus familier celui-là, puisqu'il lui rappelait celui de la cascade sur le toit de leur grotte pendant les crues de printemps.

La faute originelle fut ainsi sanctionnée. A vivre toujours nu, Adam qui était de constitution fragile s'était enrhumé, tandis que Eve, qui avait trop mangé de pommes vertes, avait la diarrhée. Nos ancêtres découvraient ainsi la maladie.

Keskidi

Pensée de la semaine

Pour vivre au jour le jour, mangez des dattes.

 

 

La presse revue...

par Zorro

- Samedi : « Simoni à la maison... » Vous connaissez la dernière histoire italienne ? C'est l'histoire d'un mec qui, souffrant d'une rage de dent, va chez son dentiste. Piqûre de cocaïne. Il remonte sur son vélo, passe chez sa tante. Une bonne rasade d'infusion à la cocaïne. Il remonte sur sa bécane, se fait arrêter pour excès de vitesse... Les gendarmes, on les croit.

- Dimanche : « On reprendrait petit à petit le travail dans les prisons... » -C'est vrai que le gravier se fait rare alors qu'il y a tant de cons à casser (le lecteur jugera en toute indépendance de l'opportunité du rire)...

- Lundi : « Difficile de faire la première démarche... » - Le premier pas, j'aimerais qu'elle fasse de premier pas...

- Mardi : « Un prof homosexuel sur cinq n'en parle pas... » « Ils parlent avec les mains » - Ben oui, ma brave Germaine. Pas sur la même page, mais dans la même gazette.

- Mercredi : « Des voleurs de bacs en pierre pris en flagrant délit... » -Madame Bricolage, la caissière de la grande surface dont je tairai le nom les a repéré à la caisse : ils n'avaient pas signalé les trois bacs en pierre qui se trouvaient dans leurs sacoches. Bien joué Mme Bricolage.

- Jeudi : « Eurovision. La Belgique seconde en chants... d'oiseaux » -Je certifie l'authenticité de cette information recopiée de ce fameux quotidien namurois qui ne relate pas uniquement l'essentiel. C'est cela aussi la culture populaire...

- Vendredi : « La musée de poupées et la collégiale de Fosses... »; 45e épisode de cette saga d'enfer. Qui c'est qui va gagner entre J.R., celui qui dit une vérité et A.-M. L., celle qui voit bien mais ne sait pas tout... Suite au prochain numéro. Quel suspens !

ZORRO.

Souper-dansant

Rappelons le souper-dansant, organisé par le comité des fêtes, ce samedi ter juin, dès 1-9 h, à la salle Patria ; animation par la sono DM. Le menu (15 €) : menu enfant 8 €.

 

Miss St-Laurent

Ce samedi 1 er juin, la Taverne Saint-Laurent organise dès 20 h 30, son deuxième concours Miss SaintLaurent.

L'inscription au concours 7,5 €

- à gagner : un bouquet de fleurs + le total du montant des inscriptions). Ce concours est ouvert à toutes. Pour de plus amples renseignements, téléphoner au 071-71.48.16.

Rappelons aussi que chaque 2e samedi du mois a lieu un bal musette avec Aimé et Jackie ; le prochain a lieu le samedi 8 juin, dès 21 h.

Et le dimanche 16 juin, un tournoi de pétanque est organisé, avec inscriptions dès 13 h 30.

Photo rétro

Cette photo a été prise le 30 juillet 1933 au cours d'une fancy-fair organisée au profit du football de Fosses dans le parc de l'Hospice Dejaifve. La Royale Dramatique Fossoise y présentait une pièce en wallon : « En fiant l'awousse ». Ce sont ici les acteurs de cette pièce dirigée par Herman Haut.

Sur la photo, de gauche à droite : Robert Hainaut, Herman Haut, Léonie Sonnet, Joseph Drèze, Fernand Collard, Yvonne Lauvaux, Alexandre Eymael, Henri Roger et Jules Goffaux (qui jouait sa seconde pièce). A l'avant : Louis Drèze (père de Joseph et grand-père de Guy).

Le soja très bon pour la santé

Trouver du soja n'est plus un problème. Les nouveaux produits disponibles dans les supermarchés permettent de trouver une gamme de ce produit adaptés aux différents plats.

II a été prouvé que le soja peut, dans le cadre d'un régime pauvre en graisses, réduire le risque des maladies coronariennes en maintenant le taux de cholestérol bas.

La plupart des études ont montré que ses bienfaits viennent de la protéine du soja. Selon une étude réalisée en 1995, des personnes avec un taux de cholestérol élevé ont consommé en moyenne 47 grammes de soja par jour, ont vu leur taux de cholestérol global baisser de 9% et leur taux de cholestérol LDL (le mauvais) de 13%.

Même si votre taux de cholestérol est normal, ajouter du soja à vos menus ne peut qu'aider à le stabiliser, affirme un professeur de médecine et de nutrition de l'Université de Toronto.

En Chine et au Japon, où le soja constitue un élément de base de l'alimentation, le pourcentage de décès consécutifs au cancer du sein ou de la prostate est bien inférieur à ce qu'il est dans d'autres pays comme aux Etats-Unis et en Europe. Les scientifiques ne sont pas certains que cela soit dû au soja, car les menus asiatiques diffèrent des nôtres de bien des façons. Toutefois, en comparant 1.200 femmes atteintes du cancer du sein à 23.000 volontaires saines, des chercheurs japonais ont remarqué le phénomène suivant : les femmes qui, en période de pré ménopause, mangeaient du soja au moins trois fois par semaine présentaient nettement moins de risque de développer un tel cancer. Tant que les résultats ne sont pas décisifs, les chercheurs conviennent que le sujet mérite des études plus approfondies.

Certaines études ont démontré que le soja peut atténuer les désagréments de la ménopause, ce qui est logique puisque les isoflavones de soja sont des phyto-œstrogènes. En période de ménopause, ces composants peuvent aider à enrayer la baisse du taux d’œstrogènes. En 1999 des chercheurs américains ont réalisé une étude portant sur un groupe de femmes ménopausées ayant ajouté, deux fois par jour, 10 grammes de soja à leurs repas. Ce régime a fait diminuer les bouffées de chaleur et de sueur nocturnes.

L'action du soja contre le cholestérol et la forte probabilité selon laquelle il peut diminuer les risques de cancer constituent des raisons suffisantes pour l'inviter régulièrement à votre table.

Si votre taux de cholestérol est un peu trop élevé et que vous voulez éviter de prendre des médicaments, essayez de consommer régulièrement des protéines de soja ; mais demandez auparavant l'avis de votre médecin. Il n'est pas nécessaire d'en abuser, mais sachez que 100

grammes de soja fournissent 4 à 20 grammes de protéine de soja.

En Belgique on trouve de nombreux produits à base de soja dans les rayons diététiques des supermarchés et dans les magasins spécialisés. Contrairement à la réglementation en vigueur aux Etats-Unis, les fabricants ne sont pas autorisés à mentionner sur les étiquettes les bienfaits du soja. On peut seulement lire parfois : 100% végétal, 0°/a cholestérol, 0% de lactose ». C'est par exemple le cas du tonyu, jus de soja improprement appelé « lait de soja ». Conditionné en briques longue conservation, ou en bouteilles, il en existe plusieurs versions : nature, aromatisé (vanille, chocolat, caramel...), mélangé avec du jus de fruits ou enrichi en vitamines et en minéraux. Le tonyu contient 36 grammes de protéine de soja par litre.

Quant au tofu, obtenu par la coagulation du tonyu avec des sels de calcium ou de magnésium, il a une saveur douce et relativement neutre. Ses caractéristiques plastiques permettent de l'utiliser dans certaines préparations dont il est le composant principal : totu frit, croquettes de tofu

ou de l'incorporer dans des recettes traditionnelles telles que quiches, quenelles et saucisses. Egalement au menu des supermarchés : desserts fermentés, ou encore entremets au chocolat, vanille, moka... au soja. A vous de choisir, selon vos goûts.

La fête du Volley à Le Roux

Le Volley Club de Le Roux organisait samedi, une grande fête du Volley qui réunissait à la salle La Rovelienne, un peu exiguë pour la circonstance, tout le gratin du volley provincial et même national.

Au programme figuraient des rencontres entre l'équipe masculine de Le Roux, championne de division 1 et qui évoluera en Nationale 3 la saison prochaine, opposée au « Six de la saison »réunissant les meilleurs éléments de différents clubs namurois ; Egalement l'équipe championne en P 1 dames de Gembloux et une sélection « Six de la saison », idem donc chez les dames. Il y eut aussi une rencontre d'ouverture entre le Naja et Ottignies.

Au niveau des résultats

- Naja bat Ottignies 2-1

- Le Roux bat le Six de la saison 2-0

Chez les dames, Gembloux s'incline devant le Six de la saison : 2-1.

Le Roux a toujours été un fief important au niveau du volley. Son équipe masculine, qui rejoint l'échelon national la saison prochaine, a déjà évolué par le passé à ce niveau. En volley féminin, les ex-Chippies, devenues Roveliennes, se sont très bien comportées en Nationale 3 la saison passée.

C'est un club où l'ambiance y est familiale et les joueurs qui y viennent y sont pour des bails assez longs. La gestion est saine et les dirigeants gardent les pieds sur terre et cherchent à évoluer avec des éléments qui forment un tout bien homogène. Un seul transfert est prévu pour l'an prochain. Rappelons les joueurs qui formaient l'équipe : Stas, Parmentier, Lens, Coppers, Matteti, Fiorello, Ramelot, Henuset.

 

Li djoli mwès d' maîy !

Li grand lîve de l' natûre est cor on côps douviè

Su l' prétimps qui s'agrance su l' flori blan muguet.

Il est bin là qui toketéye à l'uche di nosse keûr

Rabiazi dès-amoûrs aus riyantès coleûrs.

 

Tot spitant di s' frisse èt s' novèle vikaîrîye,

Li djoli mwès d' maîy nos r' tchante si bèle mèlodîye.

Et po l' plaîji d' nos ouys, i r' gladi dins les-aîrs.

Van Gogh, majike pinte rènandant li clér' lumiére.

 

Bleuw, come li bleuw stwèlî, li timide viyolète,

Si marîye sins ratenauche avou l' blanke paqueurète,

Minâbe cadau dins l'onète mwin d'on p'tit-èfant,

Mins si grand trésôr dins l' flauwant keûr d'one moman.

 

Alans-è tos les deûs à l' pikète d'one djoûrnéye,

Come deûs amoureûs, coude li novèle tchambarèye.

Nos nos achîderans su li r'lûjant dé l' vète ièbe,

Èwoù-ce qui dj' vos tchanterè li pus bèle dès ariètes.

 

Nos nos dîrans tot bas dès doûs sèrmints d'amoûr,

Qui f'ront rodji vosse front come li rodje di vosse bloûse,

Tot en nos bètchotant à rèwèyî l'èko,

Èt rinde djalous totes les Juliètes èt Roméos.

 

O nature ! Twè, li pus bia di tos les bias lîves

Avou l' djoli mwès d' maîy ti faîs riv'nu l' djaûrnon,

Dins tos les keûrs, dès invîyes et dès sopîrs,

Ou li sclat d'on bleuw ouy qui m' faît piède li raîson...

Georges MICHEL li 28-5-2002.