N°2     11 janvier 2002

Télévie 2002

Cette année, notre Commune compte bien participer à l'Opération « Télévie » dont la soirée de clôture aura lieu le 27 avril 2002 sur les antennes de RTL-TVI.

Pour rester dans l'originalité, je fais appel à toutes les personnes riches d'idées ou disposées à s'engager dans l'organisation de l'une ou l'autre initiative pour l'Opération.

Une assemblée se tiendra le vendredi 18 janvier, à 20 h, dans les locaux de l'ancien Nopri, avenue Albert 1er, n° 2 à Fosses.

Toutes les personnes concernées ou intéressées sont vivement attendues à cette soirée préparatoire. En cas d'empêchement, vous pouvez vous manifester en appelant Mme Tonneau (service communal des Travaux) au 071-71.31.31.

Je reste à votre disposition pour toutes questions possibles.

Benoît BUCHET, échevin.

Gym-santé

La section locale de Vie Féminine organise des cours intitulés Module Corps en mouvement, en 10 séances d'une heure les lundis entre le 4 février et le 6 mai, de 13 h 30 à 14 h 30, au local Ancien Nopri, avenue Albert 1er 2 à Fosses. Les cours sont donnés par Mme Delbascour, de Namur et la responsable locale est Mme Marlies Lallemand-Thomas, tél. 07171.19.49.

Le prix pour les 10 séances est de 12,39 euros pour les membres et de 24,79 euros pour les non-membres.

Attention, un certificat médical est obligatoire pour participer à ces cours (valable pour toute l'année sociale

septembre à juin).

A demander à votre médecin.

Raclette musicale

La société royale " Musique des Volontaires de la Marche Saint-Feuillen " organise, comme chaque année, un souper-raclette le samedi 19 janvier à partir de 19 h. 30, en la salle communale L'Orbey.

La participation de 15 euros offre l'apéritif et UN passage à volonté au buffet raclette (8 euros pour les enfants).

On peut s'inscrire chez

J. Piéfort 071-71.26.97

E. Ducat 071-71.21.47

J.-L. Boulanger 071-71.19.09

J.-M. Piraux 071-71.22.95

C. Barthélemy 071-71.31.524

Marche Adeps

Une rectification s'impose quant à la date de la Marche Adeps annoncée dans le Calendrier du S.I. et du Messager de la semaine dernière. Cette marche ADEPS est organisée le dimanche 20 janvier, à l'Athénée royal Baudouin 1er, de 8 à 18 heures.

Les départs et arrivées se font à partir du restaurant de l'Ecole, rue du Herdal.

Confrérie St-Feuillen

Les membres de la Confrérie se réuniront au presbytère le mardi 15 janvier à 19 h 30. Outre les vœux et la préparation de la prochaine Ste-Brigide (avec aussi le déplacement à Ayeneux, le 3 février, en " hôtes d'honneur " de la Confrérie Sainte -Brigide locale), on y nommera un nouveau président pour 2002.

Darladirladada

Le sonnet d'Arver a eu droit à une réponse. Et pourquoi pas Darladirladada !

Merci cher ami

De penser à moi

Espérant ainsi

Trinquer à deux trois

Reconnaissant là

Votre penchant pour ça !

A Darladirladada...

de M+A

Dîner paroissial

Chaque année, le " Comité économique " qui gère les recettes et dépenses de la paroisse Saint-Feuillen, organise un dîner paroissial où l'on se retrouve en toute convivialité tout en soutenant les besoins matériels de la communauté, notamment les gros travaux réalisés aux locaux de Saint-Martin, dont la salle est mise à la disposition de tous les mouvements.

Ce dîner traditionnel aura lieu le dimanche 20 janvier à midi, en la salle du Collège Saint-André avec

au menu :

Tagliatelle au saumon, sauce basilic.

Cassoulet aux cuisses de canard.

Tarte aux mirabelles.

Le prix de ce menu " de soutien " est de 16 euros pour les adultes, 8 pour les enfants.

On peut encore s'inscrire (mais il est temps) chez

M. Christian Brun, 9, place du Chapitre, tél. 071-71.43.95.

Si vous ne pouvez y assister, vous pouvez apporter un encouragement aux nombreux bénévoles engagés au sein des activités paroissiales par un versement au compte 068212.88.92-60 des OEuvres paroissiales de Fosses-la-Ville.

Ajoutons que le dessin original de l'invitation (réalisé par M. Nulens) représente la carte de l'Europe animée par l'Euro : la " botte italienne " tourne le pédalier et tous les pays sont reliés par une transmission " roulant " sur les différentes pièces de la nouvelle monnaie.

Cercle horticole

La première séance du Cercle horticole aura lieu le lundi 14 janvier, en la salle du Syndicat d'Initiative, place du Marche, a 19h 30 : Thème de la causerie : les chrysanthèmes.

Invitation cordiale à toutes et tous.

Marche Saint-Remy

Le samedi 9 février prochain, dans le cadre du XXVe anniversaire de la Marche Saint-Remy, une journée rétrospective des processions sera organisée à la salle La Baillerie, à partir de 15 heures.

Une exposition de photos des différentes marches, de 1978 à nos jours et des participations à la Marche Saint-Feuillen depuis 1963, ainsi que des projections vidéos, seront montrées au public que nous nous ferons un grand plaisir d'accueillir.

Nous demandons aux marcheurs ayant participé à ces différentes marches, de bien vouloir nous prêter photos ou cassettes vidéo retraçant ces sorties.

Ce matériel est à remettre dès que possible chez

- Pierre Lepinne, rue de Névremont 45

- Victor Michaux, rue de Névremont 46.

Les vœux mayoraux

" Respecter ses engagements ".

Selon une coutume désormais établie, tout le personnel communal a été invité, vendredi 6 janvier, à un repas convivial en la salle L'Orbey, consacré aussi à un échange général des vœux de Nouvel An.

Il y avait donc foule (une centaine de personnes : un peu moins tout de même que l'an passé), dans une ambiance animée et joyeuse de souhaits et d'embrassades. L'apéritif terminé, on se mit à table pour d'abord entendre le message du bourgmestre.

Benoît Spineux a son tour souhaita aussi une très bonne année à tous. " Si tous nos souhaits pouvaient se réaliser, dit-il, notre monde serait la planète idéale et Fosses le paradis sur terre ". Mais la réalité est là et aussi les inévitables difficultés qu'il faudra assumer et résoudre. Le mot d'ordre mayoral : " respecter ses engagements ". Nous avons voulu respecter les nôtres, assure-t-il : d'abord en versant (et Fosses est la première à le faire) notre quote-part dans le déficit de l'Hôpital d'Auvelais : " 63 millions, ce n'est pas rien et cela handicapera notre budget pour des années, mais il s'agit pour nous d'une action de solidarité sociale entre établissements (la clinique d'Auvelais, les homes de Fosses et Biesme) qui emploient une bonne certaine de Fossois.

Fosses a connu des actions de violence : Cela nous rappelle que la sécurité aussi a un prix ; la Zone de Police vient d'être mise en place avec son premier budget, où Fosses intervient pour 20 millions.

Pour le CPAS est prévue une dotation de 33 millions pour faire face à ses devoirs sociaux ; l'enseignement communal aussi bénéficie de notre attention, de même que les Fabriques d'église, le service Incendie, la promotion de la culture...

Tout cela peut marcher très bien si chacun, chaque membre du personnel, tient aussi ses engagements et assume ses responsabilités. Le personnel est au service du public dans la disponibilité, la qualité de son travail, les réponses aux questions. Nous demandons aussi un effort d'économies dans la gestion courante.

Enfin, le mayeur a remercié tout le personnel et en particulier ceux qui bénévolement ont préparé cette petite fête et ceux qui la réalisent ainsi que la Presse qui en assure le relais public. Là-dessus, on put déguster d'excellentes assiettes préparées par des jeunes de l'IMP de Malonne, dans le cadre d'un contrat d'échanges : Des ouvriers communaux aideront l'IMP à réaliser un parking en tarmac, tandis que l'école assure ce repas qui, bien arrosé, se termina à la nuit tombée pour les plus acharnés dans les discussions et les échanges. Bref, une chaleureuse après-midi.

Il y a 50 ans,

MOIS DE DÉCEMBRE 1951

- Un petit coup d’œil sur les publicités de l'époque, qui ce rappellera bien des souvenirs aux anciens

- Le garage Tacheny, de Mettet, annonce une baisse de prix sur les voitures Austin : la 5 CV pour 57.500 F. - Le garage Watrice a Auvelais recommande la 4 CV Renault « qui fait vivre pendant deux mois une famille d'ouvrier belge » ; 4 grandes places et 4 larges portières... et elle atteint 90 km/heure ! Pour 49.500 F.

- Un quart de page pour le charbonnage du Roton qui vend son charbon rendu à domicile entre 1.062,75 F et 1.436,75 F la tonne, mais déjà des schlamms pour 532 F et du poussier à 730 F la tonne.

- Des publicités aussi de : Mme Jacqmain (En Leiche) pour tous transports, de André Libouton (entreprise du bâtiment), René Defoin-Viroux (chauffage central et installations sanitaires) ; les photos Jean Demoulin ; L’établissement horticole et fleuriste Lucien Lebichot-Josse ; le tailleur Georges Brichaux ; La parfumerie Madeleine (rue du Postil) ; les transports Georges Want ; La Maison Bleue, qui n'a jamais lâché sa publicité dans Le Messager ; Arsène Michiels (machines a coudre, à lessiver, essoreuses, TSF et vélos) ; toitures et charpentes Fernand Massinon ; A. Jacquemin (gendarme retraité) et son commerce articles pour la chasse (rue de Vitrival) ; la maison de chaussures Jacquet-Gosselin (rue des Egalots) ; Justin Vervotte, matelassier-garnisseur (route de Bambois)

- A la suite d'une violente tempête, le toit de l'atelier d'Arsène Michiels à Saint-Roch est emporté par le vent.

- M. Alphonse Noël, de Fosses, a abattu au cours d'une battue à Marbehan, 2 cerfs dix bois, de 250 kg.

- A la salle Robert Evrard, la Jeunesse d'Aisemont présente une grande pièce en 5 actes : La Vie de Bohème » + une comédie bouffe.

- Curieux en décembre, Mme Vve Hénuzet, de la ferme de la Laide Basse, a cueilli dans son jardin une assiettée pleine de framboises.

- Après la grand-messe, un groupe d'homme portent une croix jusqu'à la colline Sainte-Brigide, où elle sera dressée, en clôture de l'Année sainte.

Statu quo pour nos plus de 80 ans

Ils étaient 239 l'an dernier, ils sont 240 cette année !

Depuis 1983, nous publions, chaque début d'année, la liste des plus de 80 ans de l'entité et, si l'on a constaté une augmentation progressive depuis lors, il y a eu une chute de près d'une trentaine d'unités qui s'est marquée dès 1999. Cela est dû au fait que les personnes qui étaient âgées d'un peu plus de 80 ans à l'époque étaient nées pendant la première guerre mondiale, durant laquelle on a constaté une chute des naissances. Les choses se sont rétablies par la suite, mais on subit encore un peu cette diminution de nos aînés.

Nous rappelons quelques chiffres : en 1983, on dénombrait 189 personnes de 80 ans et plus dans l'entité ; les chiffres passaient à 194 en 1986, ce qui n'était pas une très forte augmentation. Par contre, en 1989, le nombre total passait à 244, pour connaître un record en 1991 avec 265 personnes. Les chiffres se maintiennent alors plus ou moins pour arriver à 264 en 1996, 261 en 1997, 248 en 1998 et 225 en 1999 (le nombre le plus bas des années 90j.

Nouvelle perte en 2000 avec 221 seulement, puis la reprise s'amorce et on revient à 239 l'an passé, grâce surtout à un nombre plus élevé de « petits

nouveaux » qui s'installent dans la « corporation), des 4x20.

Cette semaine, nous publions la liste des 140 personnes de Fosses centre et hameaux + le Home Dejaifve, où ils sont tout de même assez nombreux. Attention, tous les pensionnaires du Home ne sont pas déclarés comme résidents fossois ; beaucoup, venant de l'extérieur, ont gardé leur ancienne adresse et ne figurent donc pas dans notre liste puisque non inscrits sur les fiches de notre Commune.

Il y a donc 140 fossois et juste 100 pour les villages de l'entité, qui se répartissent comme suit : 18 à Aisemont, 25 à Le Roux, 31 à Vitrival, 17 à Sart-Eustache et 9 à Sart-Saint-Laurent. Nous donnerons ces listes la semaine prochaine.

Quelques personnes, qui ont déjà atteint 80 ans au cours de la première quinzaine de janvier, ne figurent pas sur notre liste. Ils feront partie des 50 octogénaires (pour l'entité/, à s'inscrire, au cours des prochains mois, dans leur nouvelle catégorie, et qui viendront donc se joindre à leurs consœurs et confrères.

Irrémédiablement, les plus anciens disparaissent et, au cours de l'année qui vient de s'écouler, on a constaté les décès de nos deux centenaires du Home Dejaifve (Lucie Dumont et Alexis Philippot, ainsi que de 9 nonagénaires et pas mal non plus d'octogénaires.

Au sujet de la répartition hommes/femmes, il est très curieux de constater que, parmi les 140 de Fosses, on dénombre 101 femmes pour 29 hommes, ce qui donne en pourcentage : 79% de femmes et un peu plus de 20% d'hommes. Par contre, parmi les 100 personnes des villages voisins, on compte 55 femmes et 45 hommes ! Allez comprendre pourquoi ? Ce qui donne ces chiffres étonnants : majorité masculine à Sart-Eustache : 12 hommes pour seulement 5 femmes ! Et à Le Roux: 12 hommes pour 13 femmes.

Messieurs, si vous voulez vivre vieux, allez vous installer à Le Roux, ou mieux encore à Sart-Eustache ; L’air de Fosses convient surtout aux dames !

1 98 ans POULEUR Emilienne Rue du Tisserand, Haut-Vent 15-10-1903

2 97 ans GODFROID Hélène Home Dejaifve 2-1-1905

3 94 ans CHERAMY Alice Route de Mettet 36 26-4-1907

4 94 ans SONNET Léonie Rue Petite Couture 8 5-5-1907

5 93 ans NESKENS Maria Rue de la Plage 3, Bambois 29-3-1908

6 92 ans BANNEUX Alberte Home Dejaifve 19-2-1909

7 92 ans DELBART Alina Rue du Baty, Bambois 11-3-1909

8 92 ans RIGUELLE Alice Home Dejaifve 6-4-1909

9 91 ans DEVOS Joseph Home Dejaifve 3-2-1910

10 91 ans DEFOSSE Camilla Home Dejaifve 26-6-1910

11 90 ans NOULARD Rosalie Home Dejaifve 29-1-1911

12 90 ans BRICHARD Julia Home Dejaifve 14-2-1911

13 90 ans BIOT Madeleine Rue Haut -Vent 28 18-6-1911

14 90 ans WILMET Flore Rue du Gd-Etang, Bambois 26-7-1911

15 90 ans DEREZE Maria Home Dejaifve 20-12-1911

16 90 ans COLARD Aurélie Home Dejaifve 18-1-1912

17 89 ans HAUT Claire Avenue des Combattants 8-3-1912

18 89 ans LAINE Marie Avenue Albert 1er 10-5-1912

19 89 ans BLAVIER Adeline Avenue Champ Stoné 21-6-1912

20 89 ans MIGEOT Jules Rue Delmotte 17 19-7-1912

21 89 ans MARRANT Gustavine Home Dejaifve 14-9-1912

22 89 ans RAUSSIN Emma Rue Tisserand, Haut-Vent 25-10-1912

23 89 ans DE VLIEGHERE Camille Rue d'Orbey 9 14-12-1912

24 88 ans MICHEL Hélène Rue Saint-Roch 67 15-6-1913

25 88 ans ARNOULD Georges Place du Chapitre 2-7-1913

26 88 ans ALBERT Fulda Home Dejaifve 17-7-1913

27 88 ans POCHET Camille Rue Donat Masson 4 31-10-1913

28 88 ans MANNAERT Walter Avenue Albert 1 er 76 17-11-1913

29 88 ans DELVAUX Germaine Ruelle des Remparts 30-12-1913

30 87 ans JACQUET Octave Rue du Tisserand, Haut -Vent 5-3-1914

31 87 ans CAUDRON Marie-Louise Home Dejaifve 14-6-1914

32 87 ans DUPUIS Lucien Rue de Vitrival 46 13-11-1914

33 87 ans Hélène THIANGE Rue des Remparts 4 7-12-1914

34 87 ans LEMIERE Jules Rue Colonry, Haut -Vent 18-12-1914

35 86 ans VANDELOISE Elisabeth Home Dejaifve 18-1-1915

36 86 ans préfère ne pas figurer sur la liste

37 86 ans MONROY Lucie Home Dejaifve 5-5-1915

38 86 ans VAN DE PERRE Maria Route de Bambois 7- 22-5-1915

39 86 ans GODEFROID Augusta Rue Sainte-Brigide 20 10-6-1915

40 86 ans DOUCET Emma Home Dejaifve 12-6-1915

41 86 ans VANDEN BERGHE Rosa Home Dejaifve 26-7-1915

42 86 ans SIMON Irène Home Dejaifve 16-8-1915

43 86 ans JOSEPH Marguerite Home Dejaifve 21-8-1915

44 86 ans PUISSANT Madeleine Avenue des Combattants 6-10-1915

45 86 ans préfère ne pas figurer sur la liste

46 86 ans JAUMOTTE Marie-Thérèse Home Dejaifve 11-1-1916

47 85 ans KOPSINSKA Marie Rue du Baty 27, Bambois 15-2-1916

48 85 ans MAYARD Renée Place de Haut -Vent 2 25-7-1916

49 85 ans GODFROID Georgine Rue Sainte-Brigide 23 6-8-1916

50 85 ans VAN RYSSEL Omer Home Dejaifve 16-8-1916

51 85 ans GUILLAUME Louise Avenue Champ Stoné 24 26-9-1916

52 85 ans DIVE Céline (Sr Adèle-Marie Rue de l'Ecolâtre 21-11-1916

53 85 ans SCHMIRT Simonne Rue Neuve 48, Haut -Vent 27-11-1916

54 85 ans LARDINOIS Marie Rue de l'Abattoir 20 21-12-1916

55 84 ans MONROY Andrée Home Dejaifve 28-1-1917

56 84 ans PAQUET Marie Rue du Benoît 9 4-2-1917

57 84 ans DELVAUX Simone Home Dejaifve 18-2-1917

58 84 ans JOSSE Jeanne Rue d'Orbey 2-4-1917

59 84 ans BERGER Fernand Route de Mettet 66 29-5-1917

60 84 ans GOOSSENS Marcha Route de St-Gérard, Bambois. 24-10-1917

61 84 ans GOFFIN Rosa Rue Donat Masson 19 25-10-1917

62 84 ans BROSTEAUX Anne Home Dejaifve 15-12-1917

63 84 ans SOHY Fernande Rue Neuve 17, Haut -Vent 14-1-1918

64 83 ans DESTREE Martha Rue Cortil-Mozet 5 27-1-1918

65 83 ans DERMINE Alive Avenue des Déportés 1 27-2-1918

66 83 ans COLON Marguerite Rue de Vitrival 42 24-3-1918

67 83 ans ARNOULD Jeanne Place du Chapitre 11 6-4-1918

68 83 ans MAZUIN Emile Route de Mettet 71 27-4-1918

69 83 ans SUIVENG Léonie Ch. de Charleroi 44 26-6-1918

70 83 ans BAUWENS Rachel Route de St-Gérard 28 17-8-1918

71 83 ans ROISIN Fernand Rue de l'Ecolâtre 10 2-9-1918

72 83 ans VAES Louisa Rue de Névremont 59 6-9-1918

73 83 ans MOUYARD Solange Place de Haut -Vent 10 5-10-1918

74 83 ans PREUD'HOMME M.-Thérèse Rue du Gd-Etang, Bambois. 10-10-1918

75 83 ans LAMBERT Reine Avenue Albert 1er 78 7-11-1918

76 83 ans GRANDFILS Auguste Rue de Névremont 3 7-12-1918

77 82 ans GILLAIN Emilie Rue Neuve 16, Haut -Vent 14-2-1919

78 82 ans GALAND Germaine Place de la Gare 2 25-2-1919

79 82 ans préfère ne pas figurer sur la liste

80 82 ans DEPRAUTE Lucienne Rue du Gd-Etang, Bambois 2-4-1919

81 82 ans LINDEKENS René Rue Sainte-Brigide 23 7-4-1919

82 82 ans TOISOUL Germaine Home Dejaifve 2-5-1919

83 82 ans COLON Marcelle Rue de Vitrival 46 6-5-1919

84 82 ans WARNIER Madeleine Route de St-Gérard 22 28-6-1919

85 82 ans ACKX Jeanne Rue de Vitrival 46 26-7-1919

86 82 ans IMPENS Cornélis Rue Rivaustrée, Névremont 3-9-1919

87 82 ans BERNARD Rachelle Route de St-Gérard 40 19-9-1919

88 82 ans DUCHATEAU Louise Home Dejaifve 23-9-1919

89 82 ans CERISIER Gabrielle Rue Delmotte 13 20-10-1919

90 82 ans GOSSET Marie Avenue Albert fer 106 23-10-1919

91 82 ans ACHTERGAEL Nestor Rue Saint-Roch 95 5-11-1919

92 82 ans PARMENTIER Renée Camping Les Viviers 2 7-1-1920

93 82 ans DELBART Denise Rue des Bergeries 10 11-1-1920

94 81 ans WILMOTTE Suzanne Rue du Gd-Etang, Bambois 17-1-1920

95 81 ans DASSUY Ruth Camping Les Viviers 2 21-1-1920

96 81 ans MAUFORT Cécile Rue Pré-Standard 9 20-2-1920

97 81 ans DUCULOT Anna Rue Rivaustrée 13 1-3-1920

98 81 ans HOUGARDY Bertha Rue du Chapitre 6 5-4-1920

99 81 ans JACQMART Joseph Avenue des Déportés 22 13-4-1920

100 81 ans MELAN Nelly Home Dejaifve 25-4-1920

101 81 ans PREUD'HOMME Madeleine Rue Haut -Vent 21 18-5-1920

102 81 ans MASSINON Onésime Avenue Albert 1er 78 30-5-1920

103 81 ans MOLLE Augustine Rue de Stierlinsart 40 21-6-1920

104 81 ans DENIS Denise Rue des Bergeries 23 19-7-1920

105 81 ans WINSON Willy Rue Donat Masson 22 25-7-1920

106 81 ans QUERTINMONT M.-Louise Rue Delmotte 3 18-8-1920

107 81 ans BOULANGER Jeanne Route de St-Gérard 39 26-8-1920

108 81 ans PIRET Georgette Rue de Névremont 41 14-9-1920

109 81 ans LEMIERE Emilie Rue Neuve 30, Haut -Vent 2-10-1920

110 81 ans LEMAIRE Solange Avenue Albert ter 17 31-10-1920

111 81 ans MONTIGNY Léontine Home Dejaifve 5-11-1920

112 81 ans BERTINCHAMPS Emile Rue Haut -Vent 76 13-11-1920

113 81 ans THOMAS Marie-Louise Rue Pinsonhaie 2 30-11-1920

114 81 ans DUMAY Yvonne Home Dejaifve 3-12-1920

115 81 ans GOESSENS Germaine Rue des Egalots 9 15-1-1921

116 80 ans AZZARO Maria Rue des Zolos 31 10-2-1921

117 80 ans GEORGERY Madeleine Avenue Albert 1er 98 25-2-1921

118 80 ans MONTULET Marie Rue AI-Val 20 27-2-1921

119 80 ans BOUCHAT Andrea Route de Mettet 5 8-3-1921

120 80 ans MALOTTEAU Marcelle Rue Sainte-Brigide 25 26-3-1921

121 80 ans TIMMERMANS Irène Rue Sainte-Brigide 17 31-3-1921

122 80 ans DEBRY Marthe Home Dejaifve 5-4-1921

123 80 ans GOFFAUX Jules Place de la Gare 5 17-4-1921

124 80 ans JACQMAIN Roger Rue de Stierlinsart 40 17-5-1921

125 80 ans MALOTTEAU Fernande Rue de Névremont 3 9-6-1921

126 80 ans PENET Irma Avenue Albert 1er 68 16-6-1921

127 80 ans HOYAS Abel Rue Try-al-Hutte 8 19-6-1921

128 80 ans WILMET Louise Rue de Névremont 74 27-6-1921

129 80 ans DREZE Jeanne Home Dejaifve 29-6-1921

130 80 ans VAN RYSSEL Maria Avenue des Déportés 12 6-7-1921

131 80 ans HENRY Théophile Rue Try-al-Hutte 6 21-7-1921

132 80 ans KEST Charles Rue Laide-Basse 10 23-7-1921

133 80 ans BROSTEAU Eveline Rue du Tisserand, Haut -Vent 2-8-1921

134 80 ans VANDAELE Marie-Thérèse Route de St-Gérard 58 7-8-1921

135 80 ans DAMNET Emilie Home Dejaifve 26-9-1921

136 80 ans MARCIPONT Marie-Thérèse Rue Donat Masson 12 23-10-1921

137 80 ans ARENDS Remy Rue Sinton 8 24-10-1921

138 80 ans BERNARD Olga Rue Delmotte 17 14-11-1921

139 80 ans BARTHELEMY Irène Rue du Grand-Gau 4 15-11-1921

140 80 ans DUCAT Fernand Rue de Névremont 68 14-12-1921

La semaine prochaine, la suite avec les personnes des autres sections.

Faits divers

A Jambes.

- Lundi, un maçon nommé Nolet, travaillait à l'école des Sueurs où l'on construit deux nouvelles classes. Soudain, il tomba d'une hauteur de 7 mètres. Mais sa chute fut amortie par une branche d'arbre. Il n'a pas eu de blessure e t a pu reprendre de suite son travail.

Quatre soldats assommés.

- Dimanche soir, deux soldats en garnison à Waelhem entrèrent dans un cabaret où se trouvaient des paysans. L'un des deux prit la mouche et on en vint aux mains. Les soldats décidèrent alors de se venger. Ils retournèrent à la caserne et revinrent avec une quinzaine de camarades. Des empoignades s'ensuivirent et les paysans durent s'enfuir à leur tour, le cabaret fut mis à sac. Les paysans décidèrent à leur tour d en tirer vengeance. A la hâte, ils revinrent armés de fourches, de bêches, de faux et de fléaux. La rencontre fut sanglante. Quatre soldats furent grièvement blessés et transportés à l'hôpital militaire de Malines. Enquête sévère est ouverte.

Fosses-la-Ville,

lauréate du Fonds Belgacom

Une confusion dans la mise en page du " Messager " de la semaine dernière a dispersé les différentes parties de l'article sur l'attribution du " Fonds Belgacom " à la ville de Fosses. Les sous-titres destinés à une meilleure compréhension d'un texte long ont été compris comme représentant des articles différents. Mais l'ordre en a été bouleversé.

Le début : la présentation générale, avec reproduction du diplôme d'attribution du prix, figure en page 4. C'est l'explication de ce qu'est ce Fonds Belgacom et l'exposé du projet de Fosses, initié par l'éco-conseiller M. Ruelle, avec l'appui du Collège échevinal, du SA. (R. Meuter), du Conseil communal des Enfants et du Centre Culturel (Bernard Michel et Br. Romain), et l'aide de " Scripto-Line " de J.P. Romain pour l'élaboration du site Internet.

La 2e partie : l'apport du Conseil communal des Enfants dans leurs idées propres et leurs suggestions (attention : pas question que ce soit un relais de désirs des parents, a précisé l'échevin B. Meuter), figure, lui, en 2e colonne de la page 2. Début de réalisation dans ce projet

une participation dans le Bulletin communal de décembre. Un autre projet est un dialogue entre les jeunes et les personnes du 3e âge.

Et la 3e partie : le site Internet, a été reporté en page 3. II exposait les deux parties de ce site : une pour le public extérieur (géographie, histoire, folklore...) et une pour les Fossois, répartie en 3 chapitres : Les noms des mandataires communaux au Conseil et dans les Commissions ; Un espace administratif (précisions sur les bureaux, les services, et bientôt même on pourra y commander des formulaires administratifs simples comme un extrait de naissance), et un espace " Citoyen " avec la liste des associations sportives, culturelles et autres ; Avec bientôt un calendrier des manifestations régulièrement mis à jour. C'est donc un réel " espace de citoyenneté " qui permettra un véritable dialogue puisque les abonnés au site Internet pourront y poser des questions et faire des suggestions. Cette dernière partie était suivie de la programmation de l'activation du projet et d'une autre bonne nouvelle : autre subside (140.000 F.) dans le même sujet: " Pour le dialogue entre citoyens et autorités locales " où Fosses, décidément, se distingue !

L'ensemble de l'article est ainsi résumé et remis " en place " pour être mieux compris.

L'église et le presbytère de Bambois

La construction de l'église et du presbytère de Bambois datent d'une bonne centaine d'années. Les recherches historiques nous précisent que cet endroit fut tout d'abord occupé par une ferme, qui est mentionnée dans les archives en 1692. La ferme fut ensuite habitée par un peintre renommé, Jacques Baudin, qui en fit un pensionnat en 1784. La propriété passa ensuite au fils de Nicolas Baudin, puis à Grégoire Hanotiaux, puis à Philippe Piron en 1880. Le bien fut ensuite morcelé et une partie appartint à Adèle Jeanmart, rentière à Namur. En 1857, les ruines de la ferme furent démolies.

Mlle Jeanmart décida d'y construire une église, dont les travaux furent financés par elle-même, travaux qui débutèrent en 1898 et durèrent deux ans. L'inauguration eut lieu le 14 février 1900 par Mgr Heylen, évêque de Namur. Cette église porta le nom de Saint-Barthélemy, en souvenir du père de la donatrice, Barthélemy Jeanmart, qui était notaire à Namur.

On se souvient des festivités du centenaire de l'église, organisées il y a bientôt deux ans à Bambois.

Plusieurs vicaires se succédèrent à la paroisse de Bambois : les abbés Jules Fay Joseph Lizin (chapelain), Gilles Delforge, Victor Bernard, le Père Bruno (de Maredsous). L'abbé Cambier fut le premier curé de Bambois, de 1919 à 1953 ; Les anciens se souviennent particulièrement de ce curé au bon coeur, qui se laissait avoir faim pendant la guerre, pour donner aux familles nécessiteuses. Ce fut ensuite l'abbé Pierard (de 1953 à 1964), Lucien Cornet (de 1964 à 1968), Jacques Paquet (de 1968 à 1973), puis le P. Dricot (de l'abbaye de St-Gérard), puis l'abbé Pirmez.

Cette carte postale date d'un peu après la première guerre ; la date du cachet postal porte la mention 1921. L'électricité venait d'être placée à Bambois et le petit bâtiment qui cache partiellement l'entrtée de l'église est sans doute une cabine de la Régie électrique de la ville. Cet endroit a été fortement embelli.

Le presbytère, aujourd'hui inutilisé, a été racheté par la Commune qui en fait des logements sociaux. Entre ces deux bâtiments a été construite la salle paroissiale, à l'époque de l'abbé Pierard.

Les matches de ce week-end

Samedi 12

 

Espoirs, à 14 h 30

Vencimont – Bambois

 

Réserve, à 14 h 30

Bambois - St-Gérard

Fal.Aisemont - Thy-le-Château

 

Dimanche 13

 

Scolaires, à 10 h 30

Fal.Aisemont – Fraire

 

Cadets, à 10 h 30

Onhaye - Bambois

Aische - Fal.Aisemont

 

Div.3 à 14 h 30

Bambois - Denée

Fal.Aisemont - Jambes

Vive la Suisse (suite et fin)

La semaine dernière, j'avais terminé en vous disant : l'hiver est loin d'être terminé. Le beau rêve suisse prenait une tout autre tournure, déjà rien qu'en raison de cet enfoiré de chasse-neige, et ce n'était que le début...

Décembre. - Cette m... blanche est encore tombée toute la nuit. J'ai des ampoules plein les mains à cause de la pelle. Je suis sûr que le chasse-neige est planqué dans le virage et attend que j'aie dégagé le chemin. Le connard.

Décembre. - Joyeux Noël de m... Encore cette saloperie de neige. Si seulement je pouvais mettre la main sur ce fils de p... qui conduit le chasse-neige. Ma parole, je lui fait la peau à ce con. Je me demande pourquoi ils n'ont pas rajouté du sel pour faire fondre cette p... de glace.

Décembre. - Encore cette saloperie blanche la semaine dernière. Je suis resté enfermé trois jours, sauf pour dégager le chemin à chaque passage de chasse-neige. Je ne peux plus aller nulle part. La voiture est enfouie sous un tas de neige. Les gars de la météo ont dit qu'on doit encore s'attendre à 40 cm cette nuit. Vous avez une idée de combien de pelletées cela représente.

Décembre. - Le météorologue à la noix s'est foutu dedans. Cette fois, c'est plus de 50 cm qu'il est tombé. A ce train-là, ça ne fondera pas avant l'été. Le chasse-neige est resté coincé sur la route et le cornichon de voisin est venu frapper à ma porte pour m'emprunter une pelle. Après lui avoir raconté que j'avais déjà bousillé 6 pelles en dégageant la neige qu'il balançait dans mon allée, je lui ai cassé la dernière qui me restait sur sa tronche d'enfoiré.

Janvier. - J'ai quand même pu sortir aujourd'hui. Je suis allé au magasin acheter de la nourriture et sur le chemin du retour, un con de cerf est venu emboutir l'avant de la voiture. Il a fait au moins pour 40.000 F de dégâts. On devrait massacrer ces foutues bestioles. Je croyais que les chasseurs les avaient toutes tuées en novembre.

Mai. - J'ai conduit la voiture au garage. Vous me croirez si vous voulez, la caisse est toute rouillée à cause de cette saloperie de sel qu'ils ont répandu partout sur les routes.

Mai. - Les déménageurs sont là. On retourne au Sénégal. Je n'arrive pas à imaginer que quelqu'un de sain d'esprit puisse avoir envie de vivre dans ce pays paumé.

Keskidi.

Pensée de la semaine

Ce n'est pas en tournant le dos aux choses qu'on leur fait face.

La logique des mots

Une lectrice nous propose quelques pensées insolites et amusantes à la fois. En cette période où les chroniques se font plus rares, nous reproduisons très volontiers ces curiosités surprenantes de la

langue française.

Voyez ces quelques observations

- On remercie une servante quand on n'est pas content de ses services !

- Le pot a des oreilles et l'on dit sourd comme un pot.

- On passe bien souvent des nuits blanches quand on a des idées noires.

- D'un pauvre malheureux ruiné, qui n'a plus d'endroit où se coucher, on dit qu'il est dans de beaux draps...

- Pourquoi dit-on : embarras de voitures, quand il y a trop de voitures et : embarras d'argent quand il n'y a pas assez d'argent ?

- Quand une personne se meurt, on dit qu'elle s'éteint ; quand elle est morte, on l'appelle « feu ».

- Pourquoi parle-t-on des quatre coins du globe, puisque la terre est ronde ?

- Comment peut-on faire pour dormir sur ses deux oreilles ?

- Pourquoi, lorsque l'on veut avoir de l'argent devant soi, faut-il en mettre de côté ?

Le Messager fête ses vingt ans

Si Le Messager fête aujourd'hui ses vingt ans, puisqu'il a réapparu en janvier 1982, il est issu d'un passé plus que centenaire.

Le Messager de Fosses fut ce bébé qui vit le jour fin du XIXe siècle, alors que beaucoup de quotidiens actuels étaient toujours en période de gestation. Nous reprenons en effet dans l'encoche, à droite du titre, la mention : « créé en 1879 ». Cet hebdomadaire local entre donc dans sa cent vingt-quatrième année.

Au cours de sa longue carrière, il a subi trois interruptions : la première lors de la guerre 14-18, la seconde entre 40 et 45 et la troisième fin 1976 où Le Messager, après avoir tout d'abord repris le nom de Courrier de Fosses en 1945 et récupéré son nom quelques années plus tard, faisait ses adieux définitifs à ses lecteurs.

Le temps de subir un bon lifting, pour se réincarner en 1982, imprimé alors par le procédé offset, procédé qui permettait plus aisément la reproduction de photos, avec aujourd'hui l'aide de l'ordinateur, qui permet une composition et une mise en page plus rapides.

Un peu d'histoire

Le Messager actuel succède donc au Messager de Fosses, qui connut un démarrage à une époque où les imprimeries n'étaient pas légion. Et, curieusement, c'est un ancien instituteur, Ignace Maillien, qui créait cet hebdomadaire dont le premier numéro sortit le 12 janvier 1879.

Il eut une curieuse façon de récolter ses abonnements, car on peut lire (en nota bene et en très petits caractères) : « Seront considérées comme abonnées les personnes qui conserveront le journal (sans doute envoyé personnellement sous adresse ?). Celles qui ne veulent pas prendre d'abonnement sont priées de vouloir bien retourner cette feuille à l'éditeur avec la bande d'adresse qui enveloppe ce numéro et être assez bonnes d'affranchir à l'aide d'un timbre d'un centime. •>

Le 21 décembre de la même année 1879, M. Jules Maillien-Jadoul succédait à son père et dirigeait le journal jusqu'en août 1896. C'est M. Célestin Duculot qui poursuivait l'édition à la même adresse, rue Al Chenal (aujourd'hui rue Delmotte). A sa mort, Le Messager de Fosses fut repris par son fils Firmin, qui vint s'installer rue du Postil. Il y eut alors une première suspension durant la première guerre et le journal réapparut en septembre 1919... jusqu'en mai 1940 où survint une seconde suspension en raison

de la guerre. Mais depuis 1932, le journal était réalisé par Joseph Romain, qui avait repris l'atelier de M. Duculot, ce dernier restant néanmoins directeur du journal.

A la reprise en 1945, M. Duculot, qui avait largement dépassé l'âge de la retraite, ne s'occupa plus du journal mais voulut garder le titre ; C’est pourquoi l'hebdomadaire reparut sous le nom de Courrier de Fosses, mais dès 1949 accepta que le journal reprenne son ancien nom. Joseph Romain, qui cumula tout un temps son métier avec la fonction de bourgmestre, fut alors aidé par ses fils, puis par Jean Romain seul, jusqu'en 1976, troisième interruption.

Bénéficiant alors du procédé offset, le journal fut relancé en 1982, après deux numéros de lancement distribués toutes boîtes dans l'entité, afin de faire connaître cette renaissance, après une interruption de six ans.

Nous voudrions ici remercier tous nos lecteurs qui nous ont fait confiance depuis vingt ans déjà, par leur fidélité et aussi leur soutien. Nous remercions aussi nos annonceurs dont la plupart nous sont restés fidèles également et qui ont compris que nos tarifs plus que raisonnables, permettent une meilleure rentabilité.

Car notre tirage, fatalement limité pour un journal local, ne reflète pas exactement le nombre de lecteurs, bien supérieur. Il n'est pas rare que des abonnés nous disent : le journal, quand nous l'avons lu, passe chez mes enfants, ou chez le voisin, ou chez un autre membre de la famille.

Nous remercions aussi nos correspondants, réguliers ou occasionnels. Chaque responsable de la vie associative de notre entité peut disposer de nos colonnes et la plupart l'ont compris. Nous insérons toutes les nouvelles que l'on nous apporte, gratuitement bien sûr. Nous faisons un appel tout particulier aux responsables de nos différentes sections, au sujet desquels nous avons moins souvent l'occasion de parler. En dehors des heures d'ouverture de notre atelier, vous pouvez plus rapidement glisser votre texte dans notre boîte aux lettre, rue des Remparts. Nous reproduisons aussi très volontiers toutes les photos de vos événements et aussi et là nous nous adressons aux particuliers vos photos rétros qui intéressent toujours très vivement nos aînés.

Nous espérons que notre journal répond à votre attente et que vous nous resterez fidèles très longtemps encore.

Vols en série

La Police de Fosses a constaté quatre vols qui ont eu lieu dans l'entité, dans l'après-midi et la soirée du samedi 5 janvier, probablement par le ou les mêmes individus. Deux ont eu lieu à Le Roux et deux à Fosses.

- A 13 h 30, un premier vol a eu lieu à Cocriamont, 53, vers 13 h 30, chez M. et Mme Beltram. Le préjudice n'est pas précisé car l'enquête est en cours.

- A 15 h, c'est chez Bastin, rue Tri-du-Bois, qu'un vol a été commis par effraction.

- Vers 17 h, un vol, toujours par effraction, a été commis rue de Claminforge 21, chez Legrain, où des bijoux ont été emportés.

- Enfin, vers 19 h, en l'absence des propriétaires, l'habitation de M. et Mme Decerf, rue Champ Stoné 6 à Fosses, a été visitée.

Des enquêtes sont en cours pour ces quatre vols par effraction.