N°18     03 mai 2002

La Sainte-Brigide

Le premier dimanche de mai nous ramène le traditionnel " Pèlerinage aux baguettes " en l'honneur de sainte Brigide. Organisée par la Confrérie Saint-Feuillen, en collaboration avec le Service d'Animation du Home Dejaifve et sa " Fête de Printemps " (avec vente de fleurs), cette manifestation réunira à nouveau éleveurs et pèlerins en l'antique chapelle pour la messe à 11 h, avec bénédiction des baguettes et tour processionnel de la chapelle. Puis, sous chapiteau, apéritif musical avec cette année " Les Muchards ", joueurs de cornemuses, qui animeront le dîner et l'après-midi.

Les délégations de la Confrérie SteBrigide d'Ayeneux (au Pays de Herve) et de la Confrérie St-Feuillien du Roeulx honoreront de leur présence cette journée qu'on espère ensoleillée.

Le repas de midi, servi en collaboration avec le Home, comporté : boulettes sauce tomate ou vol au vent, frites ou riz, et dessert, pour 10 euros (4 pour les enfants).

Collaborent aussi à cette journée l'Administration communale, l'Echevinat de la Culture, la Croix Rouge, le Syndicat d’initiative et les Ets agricoles Genin. Et avant la messe, la Royale Philharmonique offrira aux pensionnaires son traditionnel concert.

Fosses à la radio

Une équipe de la RTBF Liège est venue à Fosses, la semaine dernière, pour enregistrer les commentaires d'une visite du centre historique, en suivant la brochure du Syndicat d'Initiative. Cet enregistrement passera ce samedi 4 mai à 13 heures sur la fréquence 102.7, dans l'émission hebdomadaire de Guy Lemaire " Ici et ailleurs ".

Premières communions

Après les communions solennelles de dimanche dernier à Bambois, ce seront les premières communions pour les tout petits, ce jeudi 9 mai (Ascension) qui recevront Jésus pour la première fois

Antoine Boulanger, Justin Depraute, Laura Fonder, Estelle Depraute, Valentine Hanne et Martin Léonet.

Colombophilie

Concours sur Sens, du 28 avril 66 pigeons

1.O. Lenain

2. 6. 7. 8. Rossomme-Minschart

3. 4. Bournonville-Malter

5. G. Marique

9. Wiame-Gravy

10. A. Pitthiger

Il y a 50 ans,

MOIS D'AVRIL 1952

- L'Ecole Saint-Feuillen organise une grande fancy-fair avec, au programme, une soirée dramatique le samedi et le dimanche, cabaret artistique et concours de football de table.

- Après le Laetare, les Chinels se rendent à Maubeuge et de nombreux supporters. On annonce une dizaine de cars de Fossois

- Une tradition perdue à Fosses les étalages du jeudi saint. On signale qu'un nombreux public s'est promené ce soir-là dans les rues de Fosses.

- On signale plusieurs vols à Aisemont : un rouleau de campagne, des barres de fer, un tuyau d'arrosage...

- La Plage de Bambois annonce son ouverture de la saison, avec un bal et aussi ouverture du restaurant.

- Acte de probité. M. J. Leruth, d'Aisemont, s'étant rendu au bureau des Postes a constaté qu'on lui avait remis 1.000 F de trop. II s'est empressé de les remettre à l'employée.

- Les films passés en avril au Cinéma Moderne à Fosses : Envoi de fleurs (Tino Rossi), Le Grand Tourbillon (technicolor), Les Anciens de Saint-Loup (B. Blier, Fr. Perrier), Andalousie (Luis Mariano et Carmen Sevilla).Tarzan et la Déesse verte.

Les Congolais à Bruxelles

Un car et quelques voitures ont emmené, samedi dernier, près de soixante Congolais à Bruxelles et d'emblée on peut dire que ce fut un remarquable succès.

Partis à 8 h 30, ils débarquaient, une bonne heure plus tard, sur la place et, devant un public clairsemé mais curieux, allaient rendre les honneurs et déposer une gerbe au monument des victimes de la guerre au Congo. Puis, moins protocolaire mais très intéressante, la visite du Musée schaerbeekois de la Bière : des milliers de bouteilles et de verres, pour près de 500 marques différentes bières d'abbayes, blanches, trappistes, gueuzes ou ordinaires. Avec des appareils de brasserie, un chariot d'autrefois, transporteur de tonneaux, tiré par deux chevaux (mais eux n'y étaient pas...), des collections de cartons de bière, et bien d'autres choses qui montrent la vitalité de la brasserie chez nous. Le tout bien sûr avec un verre de " schaerbeekoise " ambrée.

Nouveau périple en car dans les rues de Bruxelles pour gagner la place Rouppe, où des tentes étaient dressées pour nous recevoir devant un café et un barbecue : potée aux choux, lard et saucisse, délicieux et à volonté A deux heures, rassemblement cinq policiers, dont une commissaire autoritaire (mais, en fin de journée, particulièrement chaleureuse) nous guident par un dédale de rues souvent piétonnes, pour éviter de gêner le trafic, et plus on approchait de la Grand-place, plus le public était nombreux : Ce furent alors des centaines (des milliers ?) de photographes amateurs, surtout asiatiques, curieux et intéressés, nous regardant défiler inutile de dire que chacun " se rècrèstait " : la tenue fut impeccable, malgré les verres déjà vidés. Un tour d'honneur sur cette prestigieuse Grand-place, bourrée de monde ; entrée solennelle à l'Hôtel de ville, dans la salle " Maximilien d'Autriche ", au premier étage, où le Bourgmestre lui-même, M. Freddy Thielemans, nous accueille, dit sa joie de nous recevoir à nouveau, après dix ans, et nous remercie pour l'honneur que nous rendons au " plus vieux citoyen. de Bruxelles ", Manneken Pis. Le Président, Philippe Leclercq, lui remit une médaille souvenir ainsi qu'au Président du Faro, à celui de l'Amicale de Manneken Pis et à son " habilleur " officiel. Puis un vin d'honneur, au son d'un rigodon bien frappé, dans une ambiance très détendue, car le Bourgmestre a l'art de la parole, de l'allusion et du non-dit humoristiques... Très en verve et très chaleureux, le Bourgmestre nous fit encore l'honneur de nous accompagner dans un nouveau petit tour sur la Grand-place et d'y commander une salve : un privilège très rare ! Mais il faut dire que notre " Congolais de Bruxelles ", Alain Tillière, est de ses amis (et il en a beaucoup !... Il fallait voir, tout au long de cette petite sortie, combien de gens le saluaient ou lui serraient la main !) Toujours enserrés dans une foule extraordinaire, les Congolais reprirent la marche jusqu'au square de Manneken Pis. Les deux sergents, B. Buchet et L. Lamy, montèrent près de la statue tandis que Philippe remplaçait le bonnet de police d'il y a dix ans par un képi, et lui fixait des galons : le voilà monté en grade, comme l'avait dit M. Thielemans, toujours avec nous au milieu des membres de l'Amicale. Un petit comique déguisé en Stroumph se fit copieusement arroser par le jet du Manneken, tandis que du haut de la fontaine Philippe commandait une salve qui impressionna très fort le public masse tout autour...

On se partagea alors pour un verre dans un des bistrots du coin (et là aussi j'ai pu voir la simplicité et la popularité très " conviviale " du Bourgmestre) et on regagna ensuite la place Rouppe pour un autre verre de détente, d'agréables conversations avec les habitués du bistro ou les policiers vraiment conquis :ils ont promis de venir à la prochaine SaintFeuillen... et même avant, en octobre

Oui, vraiment, ce fut une journée particulièrement faste pour la Compagnie royale des Congolais.

Leur prochaine sortie est pour le 23 juin à Liège : messe en l'église Saint-Pholien, procession puis défilé en Outre-Meuse. Une journée qui promet aussi !...

Conseil communal

Un ascenseur pour l'Hôtel de Ville

et la réfection de la collégiale

Est-ce le Collège qui a l'art de ne choisir que des projets évidents pour tous, ou la minorité qui ne trouve plus de critique ? En tout cas, les réunions du Conseil sont, depuis plusieurs mois, empreintes de courtoisie, presque d'amitié générale : nouvelle culture politique !Ici au moins c'est vrai.

Deux excusés dans la majorité

Mme Titeux, victime d'un récent accident, et Ph. Mullier, trois points admis en urgence, et le bourgmestre ouvrait la réunion.

L'AVENIR DU LYCEE.

Au sujet du PV de la dernière réunion, le Bourgmestre rappelle qu'à propos du problème que rencontre le Lycée, il a écrit au Ministre Hazette, comme l'avait souhaité le Conseil ; la réponse n'apporte rien de neuf : le ministre évoque un projet de redistribution des locaux inutilisés, promet de veiller aux meilleures conditions de travail et d'étude et garantit que l'enseignement fondamental, au moins, restera ; il attend des propositions de son Administration à ce sujet. L'échevin B. Meuter annonce qu'il a proposé une réunion des directions d'écoles concernées : il est important de réfléchir au problème et de prendre l'initiative pour maintenir chez nous l'enseignement de la Communauté française.

Divers arrêtés de Police pris par le Bourgmestre sont ratifiés : ils concernent des travaux de voirie, placement de conteneurs, passages du Cinébus, organisation du Télévie, distribution d’œufs de Pâques à Bambois, une pose de câble par Belgacom, un mariage, un jogging, le Grand Feu de Nèvremont.

FINANCES

Des bons de commandes sont aussi admis : 5.976 € pour achat de tuyaux de canalisation ; 2.190 € pour un central téléphonique au Service Incendie et 2.399 € pour la ventilation de la salle L'Orbey.

Le compte 2001 de l'Eglise Protestante Unie de Namur se solde par un excédent de 128.452 francs : Fosses intervient dans ce compte pour 5,94% sur les 14 paroisses concernées.

L'Association Intercommunale de Traitement des Immondices (AITI) présente aussi son compte 2001: actif et passif s'équilibrent à 41.200.778 francs. La part de Fosses est en augmentation de 300.000 francs en raison du plus grand nombre d'avaloirs vidés (auparavant, une partie était assurée par le MET) et par des interventions urgentes demandées en supplément. Un problème : le traitement des boues de dragage et de vidanges; l'AITI cherche un terrain le long de la Sambre, entre Sambreville et Aiseau, pour un dépôt de stockage et de séchage de ces boues : le projet (35 millions de francs) serait une première en Wallonie ; Plusieurs communes y seraient associées.

Au Service Incendie, on prévoit l'achat de 2 moto-pompes : 11.500 €sont prévus au budget.

 

UN ASCENSEUR A L'HOTEL DE VILLE

Depuis longtemps, les personnes âgées ou à mobilité réduite soupiraient vers cette éventualité pour aller au 1er étage l'escalier est long et raide " Mais c'est un bon exercice pour le personnel . " dit en souriant le mayeur. Un projet prévoit deux phases : la construction d'une gaine en blocs béton, depuis le Sous-sol où se trouverait la salle des machines avec cuvette étanche, jusqu'au grenier aux archives (2e étage), soit 20 mètres de haut et 1,70x2,10 m. Ensuite, le placement de l'ascenseur qui aurait une charge utile de 700 kg (8 personnes), avec 3 arrêts sur 14 m. de trajet, à la vitesse de 0,50 m./seconde grâce à une puissance de 14,7 kw.

On a donc renoncé aux travaux d'extension sur les deux petites maisons joignantes de la rue AI Val et on prévoit aussi de nouveaux sanitaires décents et un accès pour voiturettes par une ouverture à l'arrière, côté Place du Chapitre, pour les personnes à mobilité ré

duite. On le réclamait déjà il y a cinquante ans : voici donc ce projet d'ascenseur sur... les rails !

PROJET DE REPECTION DE LA COLLEGIALE

Il en est question depuis près de dix ans (et c'en est la deuxième mouture), voici enfin la concrétisation du projet de restauration de la collégiale, ce monument architectural de haute valeur, dont la tour fissurée et les plafonnages intérieurs réclament intervention urgente.

L'échevin du Patrimoine, M.Charles, en précise l'importance et propose ce contrat d'étude avec l'INASEP pour ce qu'on appelle les techniques spéciales toitures (223.104 € soit 9 millions), maçonneries (357.135 € ou 14, 4 millions) et protection des vitraux (92.637 € ou 3,7 millions de francs). Les autres techniques, de même que la coordination et la surveillance des travaux. Restait au Bureau d'architectes avec Mathurin Smoos, le tout supervisé par la Commission des Monuments et le Service archéologique de Namur. La part de Fosses, hors subsides, représenterait 362.000 soit 15 million . Ce projet de contrat est aussi admis à l'unanimité.

AUTRES PATRIMOINES

L'école communale d'Aisenont est en phase de réaménagement avec regroupement de la section gardienne au sein de la section primaire, ce qui sera plus rationnel et plus sûr. Hélas, les ennuis se multiplient : voici un autre pépin l'entrepreneur est tombé en faillite, d'où nouveaux retards. Sans compter les malfaçons (carrelages non conformes, gaines non placées sous la chape !) Qui créeront des surcoûts inévitables. Enfin, on espère la fin des travaux pour la rentrée de septembre et de plus, l'ancienne maison de l'instituteur, qu'on espérait louer, devra être occupée pour des cours spéciaux (langues, religion, morale, par ex.) Car la population scolaire est en hausse. On a donc prévu le renouvellement partiel du mobilier scolaire : pour les primaires : 34 bancs, 60 chaises, 3 bureaux, 3 sièges dactylo, 9 tables ; pour les maternelles : 3 bancs, 38 chaises, 1 bureau, 1 siège dactylo, 18 tables et un chevalet ; le tout estimé à 13.640 euros.

Dans les locaux de l'ancien Nopri, aux 4-Bras, la maison d'habitation peut procurer un appartement à louer mais il faudrait en achever la restauration et l'équipement (bloc cuisine, tapissage, recouvrement du sol, etc.) pour un montant estimé à 100.000 F. de matériaux et 250.000 de main-d’œuvre. Une candidate locataire, dont les enfants travaillent dans le bâtiment, peut réaliser ces travaux d'achèvement et son loyer serait diminué de ces sommes pendant 3 ans ; il serait de 297,47 € par mois + 49,58 € pour les charges (chauffage, électricité...).

Le véhicule du Service Bâtiments, à14 ans, a rendu l'âme ; en attendant la possibilité d'achat prévu au budget, un véhicule d'occasion sera acheté.

Suite aux pluies abondantes du début d'année, le puni (le la rue du Vivier a connu un certain effondrement et une réparation provisoire d'urgence. Pour la réparation définitive, un cahier des charges et une estimation de 23.789 €sont approuvés

PERSONHEL COMMUNAL

En vertu d'une décision du Ministre les communes de moins de 20.000 habitants sont autorisées à engager ou à détacher un employé à temps plein pour assurer la préparation et l'élaboration des dossiers du Bourgmestre et des échevins ainsi que l'accueil du public 11 s'agit d'un niveau D4 à D6.

Les personnes affectées au nettoyage des locaux communaux ont eu chaud mais on a abandonné l'idée de confier ces tâches à une firme spécialisée Toutefois il est impératif d'y réaliser des économies ; au moins 3 personnes renoncent à poursuivre leur contrat ; un réaménagement des tâches sera organisé, en concertation avec les intéressées. Une dernière réunion définitive aura lieu fier mai.

Le Centre culturel de l'Entité fossoise est en pleine réorganisation également et en passe de devenir Centre culturel reconnu par la Communauté française. Ce qui procurera des subsides directs pour l'animateur-directeur et les frais de fonctionnement (400.000 F. de la Province). Une convention de cet organisme avec la Ville lui procure l'usage des locaux, bureaux, salle de réunion, matériel informatique, mobilier, galerie d'art... On prévoit de valoriser les services par achat de cimaises, d'une sono, de petit matériel. Une autre convention règle l'organisation administrative : 2 représentants de la Province, 2 de la Communauté française et 5 de la Ville : Sont désignés à cet effet : B. Meuter, B. Buchet et Bérangère Bouffioux pour l'U.D. ; Mme Lalière pour le PS et Pascal Vandoren pour le PRL.

EN URGENCE

Le Conseil continue à tout approuver sans discussion l'assemblée générale de Dexia, le 7 mai, ou la Ville a une voix consultative ; Le compte 2001 de la Fabrique d'église St-Feuillen avec un boni de 33.897€ ou 685.216 francs. M. Brachotte intervient tout de même pour s'étonner une fois de plus que la somme perçue pour les quêtes, par exemple, soit juste fa somme prévue au budget : voyance ou opération du Saint Esprit ? La Fabrique sera questionnée à ce sujet. (Nous croyons savoir qu'autrefois, en tout cas, un accord entre Ministère de la ,Justice et l'Evêché permettait de n'inscrire qu'un pourcentage des recettes des quêtes, d'où l'équivalence avec; La prévision budgétaire).

 

 

POUR INGRID BETTENCOURT

L'échevin M. Charles propose une notion en faveur de la libération d'Ingrid Bettencourt, cette candidate aux élections présidentielles de Colombie enlevée par les Forces années révolutionnaires et dont on est sans nouvelles. On pourrait s'étonner de cet intérêt pour un pays lointain, mais il se fait que des Fossois (de Le Roux notamment) ont suggéré cette motion que l'on trouve aussi sur le site Internet de Fosses. Cette personne tentait d'obtenir plus de démocratie et moins de corruption dans son pays, pourri par les producteurs de drogue. Cet élan de solidarité avec une femme méritante sera transmise aux responsables politiques et membres de la Commission Européenne.

A HUIS CLOS

Mme Frédérique Goisse est confirmée jusqu'au 31 mai pour remplacer le secrétaire communal en congé de maladie. Des intérims dans les écoles sont entérinés, ainsi que la déclaration des emplois vacants dans les écoles fossoises 1 maître spécial d'éducation physique pour 10 périodes ; un de religion protestante et un de religion islamique pour 4 périodes ; Une institutrice primaire pour 12 périodes et une pour 24 périodes, ainsi que le titre définitif pour le personnel temporaire répondant aux conditions de la R.W. Enfin, le Conseil a nommé à titre définitif Mme France Ernoux, institutrice maternelle depuis 6 ans, à raison de 6 périodes/semaine.

Deux cuves de produit toxique

découvertes à Le Roux

Deux cuves renfermant du produit toxique ont été découvertes récemment dans le bois de Templemont à Le Roux. La D.P.E. (Police de l'Environnement), ayant à sa tête Olivier Rubbers, a été informé de la chose et, dans un premier temps, accusait les autorités locales de ne pas avoir agi immédiatement, ce qui est inexact. M. Somville, locataire de la zone de chasse dans laquelle se trouvaient les fûts en a informé le bourgmestre en soirée et le lendemain matin, le bourgmestre se rendait sur place pour constater le délit, de même que l'échevin du Patrimoine M. MIchel Charles. Ils avertirent aussitôt la DPE qui se rendit sur place dans l'après-midi

Une première analyse a révélé une importante teneur en soufre. Il s'agirait d'hydrocarbure mélangé à des solvants. Les deux cuves sont très lourdes et ont été certainement déposées par un camion-grue. Le coupable est sans doute un entrepreneur qui veut épargner les frais assez onéreux de mise en décharge et de recyclage par des firmes agréées, de ces déchets toxiques. Il s'agit donc d'un acte hautement incivique, qui risque de causer des dommages à la nature, mais aussi aux personnes et aux

enfants qui jouent parfois dans ce bois, ignorant totalement le danger de ce produit.

La commune a donc fait appel à une société agréée de recyclage du produit. Et lundi, le produit était évacué et mis en sécurité, afin qu'une analyse plus approfondie détermine le mode de recyclage le plus adéquat. Malheureusement, tous les frais de cette opération sont à charge de la commune puisqu'on ne connaît pas l'auteur de cet acte incivique. On estime que les frais d'analyse, de transport et de recyclage pourraient atteindre 10.000 euros, à charge donc de la collectivité ; il y aurait environ 1.000 litres de ce mélange toxique dans ces deux cuves.

En attendant l'évacuation de ces deux cuves, M. Charles s'est chargé de boucher les vannes pour les rendre hermétiques, de façon à ne courir aucun risque.

On espère que l'enquête pourra conduire à trouver le responsable peu scrupuleux de cet acte inqualifiable, et qu'une sévère condamnation puisse dissuader ceux qui, pour des faits de moindre importance peut-être, sont parfois tentés de se défaire à moindre frais de produits toxiques. On retrouve encore trop souvent dans nos fossés, de ces dépôts sauvages, alors qu'il existe un parc à conteneurs où l'on peut déverser tous ses déchets.

Chacun doit se faire un devoir de respecter la nature, et par la même respecter ses semblables.

Blessée

Le mercredi 24 avril, vers 15 heures, Mme Laurence Titeux, échevine des Finances à Fosses-la-Ville, circulait en voiture chaussée de Charleroi à Vitrival, lorsque, voulant éviter une voiture venant de la rue de Falisolle, perdit le contrôle de son véhicule et alla heurter un talus.

Légèrement blessée, la conductrice dut être hospitalisée au Val de Sambre à Auvelais.

Brocante libre

Rappelons que c'est ce samedi 4 mai, de 8 h à 18 h, que le comité de la Marche Saint-Pierre organise sa traditionnelle brocante libre, ouverte à tous. Une petite restauration est prévue sur place et le stand réservé au comité organisateur. La brocante s'étendra rue Bois-des-Mazuis. Installation dès 6 h du matin.

Renseignements (après 18 h) aux

071 77.04.89 (Guy Duret)

071 71.25.63 (Georges Louis).

Vers 11 h aura lieu le traditionnel cassage du verre (premier acte des cérémonies de la 40e sortie de la Marche St-Pierre), qui se déroulera au stand du comité sur la brocante.

Les candidats marcheurs, seront les bienvenus et il sera possible de les intégrer auprès des responsables des pelotons : sapeurs, vivandières, gendarmes, lanciers, grenadiers.

Vitrival Communions solennelles

Ce dimanche 5 mai auront lieu les communions solennelles pour 14 jeunes de la paroisse : Caroline Bérus, Katia Collait, Thomas Demeure, Olivier Dierge, Benjamen et Simon Lambillotte, Julie Legrain, Emile Moiny, Lionel Moray, Emilien Piret, François-Xavier Résimont, Bastien et Hélène Vauthier, Frédéric Vannieuwenhoven.

Collision

Jeudi dernier, vers 17 h 45, une collision s'est produite au carrefour de Le Roux, à l'entrée de la rue Grande. Mme Maes, de Le Roux, roulait sur la chaussée de Charleroi en direction de Namur ; Elle s'apprêtait à tourner à gauche vers le village, lorsqu'elle fut tamponnée à l'arrière par une VW Vento conduite par M. Nonnevelle, de Châtelet. Sous le choc, la Peugeot de Mme Maes fut projetée dans le décor. Les pompiers de Fosses se sont rapidement rendus sur place, ainsi que le VIM d'Auvelais et deux ambulances, car les deux conducteurs étaient blessés. Ils furent transportés, l'un au CHR d'Auvelais, l'autre à l'Hôpital civil de Châtelet.

La Police de Fosses ont procédé aux constatations et réuni les premiers éléments de l'enquête. Les deux véhicules sont probablement hors d'usage.

Au Saint-Laurent

Mercredi 24 avril, vers 15 h 25, au carrefour Victor Dewez à Sart-St-Laurent, Stecy Cassart, 13 ans, habitant le Sari, a été heurtée par un véhicule. Blessée, la fillette a été conduite au centre hospitalier Val de Sambre à Auvelais.

Sart-St-Laurent Communions solennelles

Huit enfants de la paroisse renouvelleront leur promesse de baptême ce dimanche 5 mai. Ce sont

Emilien Bavay, Simon Torrekens, Benjamin Dufaux, Carine François, Kally Lambert, Jean-Baptiste Biot, Cyrille Lovine, Pierre Swennen.

Ces écoliers devenus grands !

Il est des « conservateurs » qui ne jettent que rarement leurs vieux papiers et, après quelques dizaines d'années, ces documents deviennent intéressants. C'est ainsi qu'un lecteur nous a prêté un palmarès de l'Ecole Moyenne de Fosses, de l'année scolaire 1938-1939.

En le parcourant, nous relevons des noms d'écoliers restés à Fosses, d'autres partis à l'étranger, d'autres encore, hélas disparus. Nous avons jugé intéressant de reproduire ces listes d'élèves chez qui bien des souvenirs réapparaîtront. Les voici, par année, en commençant par la 3e année primaire ; car prochainement, nous reproduirons une photo des enfants des 1 re et 2e années, avec leur instituteur M. Delcourt, photo prêtée par ce même lecteur.

Il faut préciser que les sections primaires étaient moins nombreuses parce que beaucoup d'enfants de Fosses fréquentaient tout d'abord l'école communale, ou l'école Saint-Feuillen, avant de poursuivre leurs « moyennes » (ou leurs « latines »), à l'Ecole Moyenne..

3e année primaire :

Robert Genot, Vitrival

Jean Piéfort, Fosses

Roger Mathot, Maison

Roland Goffart, Fosses

Alphonse Gillain, Ht-Vt

André Lambert, Ht-Vt

Walter Warnant, Ht-Vt

Richard Goffart, Fosses

Jean Casimir

Roger Remée

Fr. Degauquier, Névr.

4e année primaire

André Decocq, F.

Noël Parmentier, Névr.

Albert Franceschini, F.

Jean Robert, F.

René Parmentier, Névr.

Jacques Honnay, F.

Maurice Poncelot, Jem.

Jean Biot, Try-al-H.

Albert Biot, Try-al-H.

Max Drèze, F.

Paul Georgery Ht-Vt

Jules Kaisin, Gonoy

Roger Duchêne

André Defleur, Bamb.

Maurice Gosset, F.

André Neubourg, F

Jean Demoulin, F.

Arsène Chabot, F.

5e année primaire

Robert Cornet, F.

Arsène Dufaux, Bamb.

Robert Ponlot, Jemeppe

Jacques Bomal, F.

Marcel Biot, F.

Lucien Degauquier, Névr.

François Dubucq, Maison

Rene Dawagne, Maison

Joseph Defleur, F.

Rene Camus, St-Gér.

Raymond Fauche, F.

André Hautenne (arrivé au 3e trimestre), Vitrival

6e année primaire :

Georges Hautenne, Vitr.

Victor Mélan, Névr.

Emmanuel Drèze, F.

André Patris, F.

Arthur Gérard, F.

André Krahy, F.

Marcel Piret, Mettet

René Rifflart, F.

Gustave Barbier, Vitr.

Maurice Piette, Mettet

Jean Bacq, F.

Henri Colon, F.

Lucien Marichal, F.

Jh Baudry Jemeppe

Roger Cubert, Mettet

Marcel Quertinmont, F.

Willy Soumillon, Mettet

Lucien Thone, Arbre

Oscar Brogniez, Névr.

Victor Borbouse, Aisem.

Ernest Brosteaux, Aisem.

6e latine

Jean Calais, F.

Jean Romain, F.

Jeanne Tasiaux, Névr.

Adelin Goffart, F.

Willy Lamy, Ht-Vent

René Motte, Sart-St-L.

Georges Bodart, Denée

Marius Honnay, Ht-Vt

François Somers, F.

André Lebon, F.

Jules Backelant, Mettet

Willy Pirot, F.

Roger Dosimont, Aisem.

Fernand Baudry, Vitrival

Jenny Winson (pas pris part à tous les examens)

1re hum. modernes

Alice Migeot, F.

Lina Gravy, F.

Renée Siplet, F.

René Noulard, F.

Emile Mazuy, Mettet

M.-José Charlier, Vitrival

René Defleur, F.

Roger Krippeler, F.

Yvonne Demunyck, F.

Rob. Marciat, Le Roux

Louise Modave, F.

Jocelyne Morel, F.

Eug. Landrain, Mettet

Albert Denis, F.

Marcel Wilmot, Mettet

Bernard Comelle, St-G.

Eugène Dumont, St-G.

André Migeot, F.

Marcel Colin, Vitrival

Marcel Lesseigne, F.

2e hum. modernes

Jh Dujardin, Denée

Arthur Gillain, F.

Raymond Piéfort, F.

Arthur Malotteau, F.

Roland Bonzi, F.

José Colon, F.

Aimé Dricot, St-Gér.

Germaine Courtois, F.

Willy Goffart, St-Gér.

Georges Materne, F.

Georges Bertrand, F.

3e hum. modernes

Lucien Mathot, Ht-Vt

Victor Roisin, F.

Cam. Godefroid, Farc.

Rob. Rossomme, Mettet

Richard Bonzi, F.

Georges Hanique, F.

Rob. Parmentier, Mettet

Marcel Servais, Arsim.

M.-José Debrulle, F.

Nelly Despinato, Ht-Vt

Josette Moens, F.

Octave Defleur, F.

Georges Deschamps, F.

René Hanoulle, Mettet

Paul Noël, Arsimont

Emile Galand, Vitrival

Joseph Charlier, Vïtrival

 

L'Ecole Moyenne de Fosses comportait donc, avant la guerre, un peu plus de 150 élèves. C'était aussi la première année que l'on instaurait les « latines », avec M. Bruyr, professeur de latin et grec. Voici, par ailleurs, la liste des professeurs et instituteurs et professeurs de cours spéciaux, et leurs attributions.

Personnel

M. Laude J., directeur (qui habitait sur place).

MM. les abbés Gossiaux et Pesleux, professeurs de religion

M. Verbaert J., régent sc. : mathématiques, sciences physiques et commerce

M. Colon C., régent littéraire : français et sciences naturelles

M. Cobut E., régent littéraire : français, histoire et géographie

M. Croes A., régent germanique : flamand, anglais, allemand

M. Bruyr L., Dr en philosophie et lettres : latin et grec

M. Williot J., instituteur (6e et 5e), régent scientifique

M. Remy F., instituteur (4e et 3e M. Lessire R., instituteur (2e et 1 re), régent littéraire.

Professeurs de cours spéciaux

Mlle J. Bertin, régente : travaux ménagers et éducation physique M. F. Denis, 1er prix conservatoire : musique M. D. Loncin, diplôme spécial pour l'enseignement du dessin M. Verbaert J., diplôme spécial pour l'enseignement de la gymnastique M. F. Remy, diplôme spécial pour l'enseignement des travaux manuels M. E. Cobut, diplôme spécial pour l'enseignement de la sténo-dactylographie.

Chaque année avaient lieu pour la 3e moyenne, des examens de sortie dont le jury était composé de : J. Mingeot, bourgmestre ; Jh Romain, échevin : P. Coulée, directeur honoraire ; E. Radelet, employé SNCB ; l'abbé Pesteux ; le directeur J. Laude et les professeurs : Gossiaux, Verbaert, Colon, Cobut, Croes, Loncin, Denis, Mlle Bertin. Ont obtenu le diplôme de sortie

- Avec le plus grand fruit : Lucien Mathot, Victor Roisin et Camille Godefroid

- Avec grand fruit : Rob. Rossomme, M.-J. Debrulle, Richard Bonzi, Georges Hanique, Marcel Servais, Rob. Parmentier, Nelly Despineto

- Avec fruit : Octave Defleur, Georges Deschamps (longues absences pour maladie), Josette Moens, Roger Hanoulle et Paul Noël.

Lucien Mathot a reçu la médaille de la Ville : 1er prix gén. dans toutes les classes. Alice Migeot (1re moyenne) a reçu une bourse pour ter prix de français et Arthur Gillain (2e moyenne), une bourse pour 1er prix en mathématiques.

Keskidi nous propose...

(à lire avec humour)

Les candidats

Dès qu'un emploi devient vacant et si le poste est intéressant, les candidats se font pressants. Y a pas à dire, de nos jours, les postes de candidats sont très prisés. Ils n'étaient plus que 16 en course, il en reste deux et, comme on dit avant un quelconque combat : que le meilleur gagne.

II en restait 16 connus, mais combien sont restés dans l'anonymat, candidats à n'importe quoi. Prenons le cas de cette darne, Anna-Lise Durine, secrétaire médicale, au poste de femme-candidat.

Caractéristiques : elle est de préférence blonde, brune, rousse, châtain ou chauve. Lorsqu'elle est chauve, le candidat dit que c'est son frère. Si le candidat est une femme, c'est-à-dire une candidate, il est bien entendu qu'elle n'a pas de femme, mais un mari dont nous ne parlerons pas, car tel n'est pas notre propos. Elle aura un tailleur vert, de bon aloi lorsqu'elle inaugure un champ de luzerne. Lorsqu'elle est obligée de suivre, le costume, la cravate et le sourire tenant lieu d'uniforme à son candidat de mari, elle sourit électoralement avec dans la tête l'image de son futur président de mari au saut du lit, en pyjama rayé, cheveux ébouriffés, oeil glauque, rasoir en bandoulière et charantaises sur les oreilles. Elle caresse la tête des enfants des écoles en souriant, celle des enfants du conservatoire de musique en souriant, mais ne caresse pas la tête du directeur parce qu'il a des poux.

Programme. - Le mari de la femme du candidat, n'ayant la plupart du temps pas de programme, le femme du candidat n'en n'ayant pas non plus, mais en réunissant les deux, ils en bâtissent un. Le mari de la femme du candidat puise les éléments de son programme sur l'oreiller de la femme de son concurrent et la femme du candidat puise les éléments du programme de son mari sur le traversin du mari de la femme du concurrent de son mari. Pendant ce temps, la maîtresse du mari de la femme du candidat puise les

détails du programme de Didier Tétique, pharmacien diététicien, son amant, qui n'a pourtant rien à voir dans cette histoire.

Keskidi

Pensée de la semaine

Si la liberté est la plus belle conquête du citoyen, le femme est la plus belle conquête de l'homme conquis par elle.

 

Le renard et le buste

(Proposé cette semaine par Zorro)

Les grands, pour la plupart, sont masques de théâtre

Leur apparence impose au vulgaire idolâtre.

L'âne n'en sait juger que par ce qu'il en voit.

Le renard, au contraire, à fond les examine,

Les tourne de tous sens ; et quand il s'aperçoit

Que leur fait n'est que bonne mine,

Il leur applique un mot qu'un buste de héros

Lui fait dire fort à propos.

C'était un buste creux et plus grand que nature.

Le renard, en louant l'effort de la sculpture,

Belle tête, dit-il, mais de cervelle point.

Combien de grands seigneurs sont buste en ce point.

Jean de la Fontaine

Fête médiévale : une journée hors du temps

La deuxième édition de la Journée médiévale du Centre culturel de l'entité n'a pas connu le soleil estival de l'an passé mais fut tout de même un fort beau succès. Il faut en féliciter les organisateurs responsables : Bernard Michel et Brigitte Romain avec une imposante équipe de 26 bénévoles, tous en très beaux costumes moyenâgeux divers, sans compter les jeunes du Conseil communal des Enfants qui ont apporté une aide très appréciable dans le service.

Pourtant, tous ont eu des sueurs... froides jusque midi, devant un temps vraiment exécrable et désolant : pluie et vent glacial. Dare-dare, il fallut trouver des canons à chaleur et il faut souligner la compréhension et le formidable élan de solidarité des prêteurs : M. Roberti, Thierry Germaux et le comité des Fêtes de Vitrival, qui permirent de casser le froid dans tous les locaux. Mais peu à peu pluie et vent se sont calmés et les craintes se sont estompées car le public arrivait en force, amené depuis le Sart par des minubus vraiment pratiques, aux chauffeurs très serviables.

Le chapiteau-restaurant se remplit bien vite et la " pitance " fut appréciée ; on s'était mis en appétit avec, en apéritif, un Hypocras aux vertus certainement médicinales car personne ne se plaignait de refroidissement le lendemain ; une boisson largement appréciée tout au long de la journée d'ailleurs, que ce vin aromatisé de cannelle et autres ingrédients secrets... mais délectables.

Les Ménestrels de Mordini, comme l'an passé, créèrent d'emblée l'ambiance typique avec leurs chants (en latin, languedoc ou italien/ et leurs instruments spécifiques : vielle, tambourin, flûtes, rebec ou luth... Tantôt sous le chapitea-u, tantôt dans la vaste grange, ils jouaient et chantaient. C'est même grâce à leur insistance qu'on vit apparaître le soleil ! Et ils firent danser et sautiller le public ïntéressé et amusé à la fois. Un vrai régal.

Dans la cour, un enclos de verdure permit à la Compagnie Féodalis d'offrir plusieurs tournois : combats à l'épée courtoise qui " sonnait " sous les coups croisés et les esquives. Ils organisèrent aussi un concours de tir à l'arc, et beaucoup furent étonnés de la difficulté à seulement atteindre la cible... Mais d'autres réussirent de fort beaux essais ; Les premiers de ce concours furent M. de Fonconval et Yvan Tahir. Et puis une surprise : Jean-Gérard Dermine, réalisateur de l'affiche, qui s'était pris d'une soudaine passion pour cette fête, s'était mis en tête d'amener des chevaliers quatre cavaliers aux beaux costumes médiévaux tournoyant en démonstrations d'équitation : Avance latérale, recul, tournants courts, etc. Enfin, du beau spectacle, très apprécié surtout des enfants qui, sortant de leur stand d'animation, arboraient fièrement le costume à blason qu'ils avaient réalisé, avec bouclier et épée de bois qu'ils avaient pu acquérir au marché féodal, sous la grange, où on trouvait aussi des costumes de gentes darnes : cottes et surcots colorés, blouses et foulards, touret orfévré pour la tête, voire des hennins àvoile ; et pour des damoiseaux soignés : chausses colarrtes et poulaines, pourpoints brodés et chaperons ; des bijoux aussi. Et d'autre part, un boulanger local proposait des tartes variées, des pâtisseries et des pains à l'ancienne.

Dans l'espace enfants, outre la confection de costumes armoriés, de dévouées animatrices assuraient grimes et autres activités et loisirs.

Et l'on buvait ici, et l'on dansait là-bas, et on applaudissait les numéros des Globoutz, et on déambulait d'un coin à l'autre...

Jusqu'au soir tombant, car à 18 heures les cars amenaient encore des visiteurs !

Ce fut donc un fort beau succès et les organisateurs tiennent à remercier publiquement M. et Mme Swennen pour leur cordial et souriant accueil ; l'Administration communale et les ouvriers de divers services pour leur dévouement ; tous les bénévoles qui n'ont pas ménagé leurs peines ; les enfants du Conseil communal, Les Pompiers en présence sécurisante ; la Croix Rouge aussi ;

 

Les Ménestrels pour leur ambiance typique ; les chevaliers de Féodalis ; J.-G. Dermine et ses cavaliers, les Globoutz et tous ceux qu'on aurait éventuellement oubliés.

Et aussi bien sûr le public qui a bien répondu à cette invitation.

Et puisque la formule semble rencontrer beaucoup d'intérêt, on remettra ça l'an prochain.

Fête du Point d'Arrêt

Le comité de la Fête du Point d'Arrêt de Bambois a mis au point un programme une fois encore très chargé pour ces festivités annuelles qui se dérouleront du jeudi 9 mai (Ascension) au dimanche 12 mai.

Nous donnons ici le programme les jeudi 9 et vendredi 10 ; le programme des deux autres jours paraîtra dans le prochain Messager.

Jeudi 9 mai (Ascension)

10.30 Dépôt de fleurs au monument

11.30 au chapiteau : APERITIf offert à tous

- RÉCEPTION de deux couples fêtant leurs noces d'or cette année : M. et Mme Ch. Lebrun-Andina et M. et Mme Marcel Dubois-Moutiaux.

- HOMMAGE à notre doyenne d'âge Mme Alina Delbart (93 ans).

15.00 Le Couple 2002 (jeu). Inscription des candidats avant le lundi 6 mai au 071-71.24.15.

20.00 Pour ma première fois à Bambois; l'orchestre « Beverly Pils »et son chanteur Gwenny.

21.00 BAL des années 60, 70 et 80, animé par Euro-Sound et le DJ David (OMG Production).

Vendredi 10 mai

11.00 Dépôt de fleurs au cimetière, en souvenir de tous les défunts.

11.30 Visite à nos jubilaires : M. et Mme René Collin-Sacré.

14.30 Visite à nos plus de 70 ans, malades et handicapés.

15.00 Luttes de balle pelote entre les équipes de Fer à Cheval, Point d'Arrêt (jeunes), Saint-Gérard et Point d'Arrêt (Ciney).

20.30 FETE DE LA BIERE avec la formation Oberbayern « Die Lustige Perlen »

République

Une grand-mère de Bambois, qui a une douzaine de petits-enfants, me disait : « Quand is sont tortos là, c'èst l' rèpublïke ! ».

Je suis d'accord avec elle. Dans son esprit, comme dans le mien d'ailleurs, ce mot évoque le chaos, les coups bas, le reniement, la malhonnêteté impunie.

Mes convictions anti-républicaines viennent de se renforcer à la lumière de ce qui se passe dans une république voisine avec, en prime, la haine de l'autre et les. Manifestations « spontanées organisées » par lesquelles la gauche de la gauche essaie, comme à l'habitude chez les fascistes et les marxistes, de récupérer par la terreur de la rue ce que les urnes ne lui ont pas accordé.

Comme beaucoup, J'ai suivi les péripéties pré et post électorales comme on regarde un match de football La Coruna - Galatasaray, sans être supporter de l'un ou de l'autre.

Le résultat étonnant, non attendu est qu'au deuxième tour, les Français vont devoir choisir entre le choléra et la peste. Ceux qui veulent refouler Le Pen vont élire un président : 1. voleur ; 2. Incivique, qui méprise la justice de son pays en ne se rendant pas aux convocations des juges 3. lâche, qui refuse la confrontation d'idées avec Le Pen. Ce n'est pas reluisant !

Ces trois défauts, on ne peut les reprocher à Le 'l'en, qui déraille quand il propose que son pays sorte de l’U.E. et l'abandon de l'euro pour retourner au franc ! Malgré leurs complexes, les Français ne le peuvent pas. Ils ont dû abandonner leur rêve de dominer l'Europe initié par De Gaulle en face d'Adenauer déforcé et d'y imposer leur langue. Ce sera l'anglais !

Quant à son programme de renvoyer les illégaux, peut-on lui donner tort. C'est amusant d'entendre les critiques de Blair à l'égard de Le Pen, alors que ce même Blair stoppe l'immigration de son pays.

Il est curieux d'entendre Tobback qui, à la TV, découvre tout d'un coup l'insécurité ans notre pays et de voir Léona Detiège, bourgmestre d'Anvers, interdira toute nouvelle manifestation arabe dans sa ville, après que, le 3 avril, une manifestation ait dégénéré en dégradations, vols et attaques de la police ! A propos, avez vous lu cela dans vos journaux ou vu à la TV ? Non, car nos media font de la désinformation, et la désinformation organisée, c'est du fascisme ou du marxisme ; c'est kifkif, et pas de la démocratie !

Quand les partis politiques, dont le mien, refusent au FN belge l'accès à l'antenne, c'est aussi du fascisme ou du marxisme, pas de la démocratie

Quand le rapport commandé par le ministre Verwilghen concernant la délinquance des étrangers n'est pas publié, c'est du fascisme ou du marxisme ! Les Belges ont tout de même le droit de savoir ce qui se passe dans leur pays ! Non ?

Quant à la politique en république, « c'èst dès pûs avou dès lintes ! »

Vîve quand min.me di ièsse en Bèljike !

RAA. VIROUX, amoureux de la liberté

Qui était sainte Brigide

Une tradition est toujours sympathique et Fosses est un pays de tradition. La plus ancienne sans doute est celle du " pèlerinage aux baguettes " en l'honneur de sainte frigide, apportée vraisemblablement par saint Feuillen lui-même, en 657. Le R.P. Jacquet, dans son livre soir la sainte paru en 1665, estimait déjà à plus de mille ans cette tradition qui attire les foules de cultivateurs venant chercher protection pour les hommes et les bêtes.

La fête de sainte frigide, en fait, se situe le ter février, date de sa mort en 523 ou 524. Née au comté de Leinster, en Irlande dot Nord, elle est réputée pour avoir fondé, entre autres, le monastère de Kildare, à 30 km au sud de Dublin, art débat d'une vie toute consacrée à l'évangélisation. Mais par humilité, elle voulut aussi se consacrer aux tâches les plus simples, comme garder les vaches ; c'est pourquoi elle est la patronne des femmes des campagnes et son culte se répandit rapidement après sa mort dans toute l'île, porté ensuite par les moines irlandais en Europe occidentale.

Le nom de Kildare vient de " Cell dara " qui signifie la cellule: Ou l'église du chêne, et cela mous reporte aux Celtes, pour qui le chêne était titi arbre sacré. Brigide fut d'ailleurs assimilée et confondue avec la déesse celtique Birgit ou Brigantia, ou encore Bride, qui était déesse de la fécondité : Déesse mère, elle présidait aux accouchements ; déesse de la prospérité, elle apportait l'abondance au sein des foyers ; déesse de la purification, sa fête se célébrait le jour de la " grande purification ", le 1er février, fête celtique de Imbolc tandis que le 1er mai était la fête de Beltaine, fête de la vie) ; Déesse de la puissance guérisseuse, elle est devenue protectrice du bétail. Il n'est donc pas étonnant que le culte de sainte Brigide se soit aussi largement répandu ; A Ayeneux, les membres de la Confrérie Sainte-Brigicie celèbrent sa fête le ter février mais à Fosses on a préféré le 1er mai, puis le premier dimanche de mai : période de l'essor de la végétation et de la vie de la nature.

Un oratoire à sainte Brigide fut construit sur la colline par tes compagnons de saint Feuillen, VIIeme siècle; une chapelle en pierre le remplaça et une partie de, la tour de la chapelle actuelle remonte au Xe siège, tandis que le corps, avec les deux porches et les chambrettes d'ermites, date de la restauration, par le chanoine Tabollet, en 1656. la Confrérie Saint-Feuillen a relancé ce pèlerinage aux baguettes et la procession autour de la chapelle, en frottant les baguettes d'abord à la statue, selon la coutume Séculaire, puis à l'extérieur, sur la pierre verte"blé portant une croix dans titi cercle, signe celtique irlandais, et remontant sans doute ait VIIIeme siècle.

Les Fossois sont invités à participer largement à cette tradition léguée par nos aïeux.