N°17     26 avril 2002

La Sainte-Brigide

Comme nous l'avions annoncé, la Confrérie Saint-Feuillen organise les festivités de la Sainte-Brigide. Après la messe, le pèlerinage et le concert de la Philharmonique, la fête se poursuit par un repas, pour lequel il est souhaitable de réserver. Nous rappelons le menu et la liste des personnes chez qui on peut s'inscrire. N'oublions pas non plus la « Fête de printemps » avec vente de fleurs, par le Service d'Animation du Home.

Boulettes sauce tomate ou vol au vent, frites ou riz, et dessert, pour 10 € (4 € pour les enfants. Il est prudent de s'y inscrire chez

Communions solennelles

Sept enfants de la paroisse de Bambois renouvelleront les vœux de leur baptême par la profession de foi., ce dimanche 28 avril, au cours de la messe de 10 heures, en l'église de Bambois. Ce sont : Jérôme et Laura Defleur, Mathilde De Bast, Marie Depraute, Maxime Puissant, Céline Delvaux et Simon Léonet.

Conseil communal .

Prochaine réunion du Conseil, ce lundi 29 avril, à 19 h 30. Nous avons donné la semaine dernière les principaux points ; une réunion de moindre importance.

Souper

Les membres du corps d'office de la Marche Saint-Remy de Névremont organisent leur souper du 25e anniversaire en la salle La Baillerie le samedi 27 avril. Rappelons le menu

- Apéritif offert par le comité - Terrine de saumon

- Dindonneau façon Corinthe avec croquettes

- Dessert Participation : 12 € - Menu junior 6 €

Congé

La librairie Press-Shop, rue du Postil, sera fermée du dimanche 28 avril au dimanche 5 mai inclus. Réouverture le lundi 6.

Les lecteurs du Messager devront s'adresser, pour se procurer leur prochain numéro, à la librairie Linard, rue de Vitrival, qui sera approvisionnée en conséquence.

Les Congolais à Bruxelles

Comme voici dix ans, la Compagnie des Congolais se rendra donc à Bruxelles, ce samedi 27 avril, pour remettre officiellement un uniforme de sous-officier à Manneken-Pis, " le premier citoyen bruxellois ". Ils partiront en car du parking de l'Ecole Moyenne à 8 heures, défileront sur la Grand-Place et seront reçus à l'Hôtel de Ville, comme en 92. Puis ils dîneront juste à côté, au local de la Compagnie du Faro et visiteront ensuite le Musée de la Bière. Le coût de cette sortie est fixé à 10 €, repas et 2 boissons compris, et à 15 € pour les accompagnants.

Cette manifestation prestigieuse est l’œuvre du "Congolais de Bruxelles ", Alain Tillière, membre de la Compagnie du Faro et des Amis de Manneken-Pis, ami aussi du bourgmestre de Bruxelles. Elle a été minutieusement préparée par le jeune et dynamique comité des Congolais que préside Ph. Leclercq.

D'autres sorties de la Compagnie sont prévues cette année : Le 23 juin à Liège (fêtes d'Outre Meuse) ; Le 14 juillet à Virelles (Marche locale) et le 27 octobre à Fosses pour les festivités du 2e centenaire de la châsse de saint Feuillen.

 

Journée médiévale

La Journée médiévale se tiendra donc en la Ferme de Marlagne à Sart-Saint-Laurent ce 28 avril.

Encouragés par le succès d'une telle entreprise l'an passé (plus de 800 entrées), Bernard Michel et Brigitte Romain, les deux « chevilles ouvrières » de cette journée, et un groupe de bénévoles, veulent refaire cette intéressante journée de découverte familiale de l'époque médiévale.

Les « Ménestrels de Mordini »chanteurs et musiciens avec instruments et répertoire moyenâgeux, enchanteront le public et le feront danser. Les chevaliers de la « Compagnie Féodalis » s'opposeront à l'épée, bardés et gantés de fer, ils échangeront des coups d'épées sonnantes ; ils prévoient aussi d'initier le public à des tirs à l'arc, tandis que les bouffons Globout sèmeront la gaieté. Les organisateurs annoncent aussi de nombreuses animations pour les enfants dans la vaste grange et un chapiteau, un marché artisanal et des métiers d'époque et, à l'Auberge, des repas simples : potée liégeoise et jambon à l'os, si appréciés l'an passé. Avec en prime « l'Hypocras » une boisson médiévale recréée spécialement pour cette occasion.

Tout cela promet une journée bien intéressante. Pour éviter tout embouteillage, le parking sera organisé devant le hall omnisports et sur la place du Sart, avec navettes gratuites et permanentes vers la ferme, ainsi que pour le retour. L'entrée générale est fixée à 3 € (gratuite pour les enfants de moins de 12 ans).

 

Au tennis club

La semaine dernière, nous signalons la construction d'un troisième terrain de tennis au club fossois, route de Mettet. A ce propos, nous devons aussi signaler l'aide précieuse de la Commune de Fosses qui a offert la main-d’œuvre pour effectuer le terrassement, l'empierrement et l'arrangement des abords. Des membres du club ont aussi apporté leur aide, pour enfin, bénéficier d'une structure qui permettra le développement d'un sport qui s'est, depuis longtemps démocratisé. Le comité du TC Fosses

Concours de belote

Fosses Avenir Pelote organise le vendredi 26 avril, un concours de belote, à la buvette de la place du Centenaire, à 20 h 30. Inscriptions à partir de 19 h 30.

Le concours se déroulera en 6 tours. Le prix de l'inscription est fixé à15 € (avec 6 boissons ordinaires comprises). Prix selon inscriptions.

Invitation à tous les amateurs de cartes ; venez, grâce à votre présence, soutenir notre Club.

Le Comité.

Colombophilie

Voici les derniers résultats de la société « La Liberté » à Bambois. Concours sur Troyes, du 21 avril Vieux: 120 pigeons

1.F. Parmentier

2. 6. et 9 : O. Lenain

3., 7., 10. Rossomme-Minchaert

4., 5. Molle-Fallay

8. A. Debrulle

1 an : 74 pigeons

1., 2., 7., 9. Bournonville-Malter

3. Ph. Van Wezer

4., 6., 10. Molle-Fallay

5.Bernard Yvan

8. Wiame-Gravy

Amis de Lourdes

Le tirage annuel des voyages à Lourdes a été effectué le jeudi 18 avril, à Bois-de-Villers, sous la présidence de M. l'abbé Michel Vannoorenberghe, doyen de Fosses, assisté de M. Jean-Luc Boulanger, secrétaire-trésorier des Amis de Lourdes.

Voici les gagnants de cette année

1.Malades

Hélène Patiny, Lesve

Marcelle Walry, Home Dejaifve

Marie-José Delieu, Aisemont

Joseph Dawagne, Lesve

Bernadette Fadeur, Bois-de-Villers

Maria Domagala, Fosses-la-Ville

2. Zélateurs-Zélatrices

Denise Wiame-Jacquemin, Fosses

Suzanne Juwé-Crepin, Bois-de-Vill.

Jacques Van Haeren, Sart-St-Laurent

3.Membres

Bernard Tarte, Lesve

André Massin, Lesve

Katia Collard, Vitrival

Eloy Defosse, Bois-de-Villers

Josiane Servais, Bois-de-Villers

Geneviève Jacques, Malonne

(liste de Vitrival)

Roger Demeuse, Bois-de-Villers

Viviane Grandfils, Fosses-la-Ville

Maria Degendt, Fosses-la-Ville

Maurice Gustin, Sart-St-Laurent

Marguerite Clause, Névremont

(liste d'Aisemont)

André Debuisson, Fosses-la-Ville

Alfred Palarnin, Le Roux.

Pensons à nos aînés

Fêteront leur anniversaire au cours

du mois de mai

Le 5 : Lucie Monroy, Home Dejaifve 87 ans

Le 6 : Marcelle Colon, Rue de Vitrival 83 ans

Le 7 : Louise Gigot, Rue Longtry, Le Roux 80 ans

Le 10 : Albert Coppers, Rue Grande, Le Roux 80 ans

Le 10 : Marthe Buffet, Rue Tri-du-Bois 80 ans

Le 10 : Yvonne Jacqmain, Rue de la Station, Aisemont 80 ans

Le 17 : Roger Jacqmain, Rue de Stierlinsart 81 ans

Le 18 : Madeleine Preud'homme, Place de Haut-Vent 82 ans

Le 18 : Julia Van Lierde, Ch. Charleroi, Le Roux 89 ans

Le 19 : Raoul Robiolle, Rue Delmotte 80 ans

Le 22 : Adeline Houba, Rue Haut-Vent 80 ans

Le 22 : Maria Van de Perre, Route de Bambois 87 ans

Le 23 : Jules Lempereur, Rue Leclercq, Vitrival 80 ans

Le 26 : Lucienne De Geest, Rue Grande, Le Roux 80 ans

Le 27 : Marie Biot, Bois-des-Mazuys, Vitrival 82 ans

Le 29 : Fernand Berger, Route de Mettet 85 ans

Le 30 : Onésime Massinon, Av. Albert ter 82 ans

Le 30 : Léa Defosse, Rte de Tamines, Aisemont 88 ans

Chez les Débridés

Le comité des Débridés tient à remercier tous ses sympathisants qui ont assisté à leur souper du 20 avril, « Les 12 Heures à l' Djote » et à leur générosité en achetant des billets de tombola, dont nous donnons plus bas la liste des gagnants.

En espérant pouvoir vous retrouver tous fidèles au poste au prochain rendez-vous, nous vous souhaitons beaucoup de bonheur pour le reste de l'an 2002. Avec notre affectueuse reconnaissance.

Pour le comité: Cl. Van Ryssel

Tombola de midi

- Gagnent un voyage en Espagne, 7 jours pour 2 personnes

1. Joseph Leruth, Fosses-la-Ville

2. Georges Gosset, Devant-les-Bois

- Gagnent un jambon d'Ardenne

1.André François, Bambois

2. Désirée Wiame Bambois

3. Joseph Leruth, Fosses-la-Ville

4. André François, Bambois

- Gagnent un panier de Maredsous

1. Dominique Salmon, Châtelet

2. Yvan De Smet, Falisolle

3. Edmond Toisoul, Fosses-la-Ville

4. Jeanne Blampain, Fosses-la-Ville

+ 100 petits lots

Tombola de la prévente

- Gagnent un voyage en Espagne,7 jours pour 2 personnes

1. Nancy Lecluselle, Couillet

2. Chantal Pierret, Florennes

3. Gervaise Denis, Bambois

4. Victoire François, Bambois

5. R. Collard, Fosses-la-Ville

6. Cédric Graulus, Scry

7. Mélanie Graux, Florennes

- Gagnent un jambon d'Ardenne

1.Nicolas Gosset, Bambois

2. David Blavier, Andenne

3. Marie-Thérèse Buchet, Bioul

Tombola du soir

- Gagnent un voyage en Espagne, de 7 jours pour 2 personnes

1.Madame Mantaire, Lesve

2. Madame Mantaire, Lesve

3. Madame Gérard

4. Madame Duchâteau, Bambois

5. Madame Paulène

- Gagnent un panier de Maredsous

1. M. Dardenne, de Bossière

2. Jean-Jacques Bacq Fosses-la-Ville

3. Philippe Leclercq, Falisolle

4. Jean-Jacques Bacq, Fosses-la-Ville

5. Daniel Jaumotte, de Bambois

- Gagnent un jambon d’Ardenne

1. Laurent Lindekens, Maison-St-Gérard.

2. Patrick Michel, Fosses-la-Ville

3. Nathalie Depasse, Haut-Vent

4. Madame Daffe, Vitrival

5. M. Godfroid, Fosses-la-Ville

6. Madame Piette, Mettet

- Gagnent un radio-cassette

1. Madame Vigneron, Vitrival

2. M. Jaumotte, Bambois.

Renversée

Récemment, Mme Lucienne Dulier, avenue Albert ter à Fosses, roulait en moto rue D. Masson, lorsqu'elle fut renversée par un camion qui a poursuivi sa route. Mme Dulier fut sérieusement blessée à la jambe, mais a échappé de peu à de plus graves conséquences. Sa moto est complètement hors d'usage.

 

Interventions des pompiers et de l'ambulance

Le 11 : appel des pompiers à Biesme, pour un nettoyage de route après un accident.

Le 14 : pompiers pour un incendie, rue Arthur Patiny à Floreffe.

Le 15 : pompiers et ambulance suite à un incendie dans une cuisine à Aisemont (relaté la semaine dernière).

Le 15 : appel des pompiers pour un incendie dans un chauffe-eau, aux Cuisines Fossoises, en Leiche.

Le 16 : pompiers et les deux ambulances, suite à un accident route de Florennes à Mettet, face à la Station Esso : 4 blessés, dont 2 gravement.

Le 18 : appel des pompiers pour nettoyage de la route sur le circuit de Mettet, en prévision des courses.

Le 18 : appel des pompiers pour un incendie rue du Centenaire à Maison Saint-Gérard.

Le 19 : ambulance, pour un blessé sur la voie publique à Franière.

Le 20 : appel des pompiers pour une lampe d'éclairage public qui brûlait, rue St-Roch à Fosses, face au n° 35.

Le 23 : appel des pompiers rue de Falisolle à Aisemont, au parc à conteneurs

Exposition

Les céramistes Ingels-Malnoury vous invitent au cocktail qu'ils offrent le vendredi 26 avril, à partir de 19 h 30, à l'occasion du vernissage de leur exposition, rue St-Pierre 18, à Vitrival.

L'exposition de leurs travaux sera ouverte les samedis et dimanches, du 27 avril au ter septembre, de 11 à19 h et sur rendez-vous (71.20.98). Entrée libre.

Brocante libre

Le samedi 4 mai, de 8 h à 18 h, le comité de la Marche Saint-Pierre organise sa traditionnelle brocante libre, ouverte à tous. Une petite restauration est prévue sur place et le stand réservé au comité organisateur. La brocante s'étendra rue Bois-des-Mazuis. Installation dès 6 h du matin. Renseignements (après 18 h) aux 071-77.04.89 (Guy Duret)

ou 071-71.25.63 (Georges Louis).

Vers 11 h aura lieu l'immanquable cassage du verre (premier acte des cérémonies de la 40e sortie de la Marche Saint-Pierre, qui se déroulera au stand du comité, sur la brocante.

Quant aux candidats marcheurs, ils seront les bienvenus et il sera possible de les intégrer auprès des responsables des pelotons : sapeurs, vivandières, gendarmes, lanciers, grenadiers. Cette année, la Marche StPierre se déroulera les 23 et 30 juin et le 1er juillet.

 

Au Saint-Laurent

On nous demande d'annoncer les prochaines soirées dans cet établis-

sement de la place du Sart

- Le samedi 4 mai, dès 20 h 30, la chanteuse Marie (Radio Chevauchoir)

- Le samedi 11 mai : bal musette avec Aimé et Jackie.

- Le dimanche 19 mai : un concours de pétanque (inscriptions à 13 h 30).

Perte de contrôle

Samedi dernier, vers 1 h 50 du matin, rue de Claminforge, une voiture a fait un tonneau, rue de Claminforge à Le Roux. La conductrice, Ariane Grosjean, 26 ans, de Sart-Eustache, a été blessée et transportée au centre hospitalier Val de Sambre à Auvelais.

Vol et incendie

Dans la nuit de lundi à mardi, des individus se sont introduits avec effraction dans le local du parc à conteneurs, rue de Falisolle à Aisemont. La porte a été forcée, les armoires ont été fouillées et une somme de 185 € (près de 7.500 F) a disparu. Il s'agissait de l'argent provenant de la vente de terreau sur le site.

On suppose que ce sont ces mêmes inconnus qui ont alors mis le feu à deux conteneurs, l'un contenant du bois et l'autre des bouteilles en plastique. Les pompiers de Fosses, sous les ordres du commandant Philippe Scieur, se sont rendus sur place vers 3 h 10 du matin et ont rapidement maîtrisé les flammes, à l'aide de deux mitraillettes. Les dégâts seraient tout de même évalués à10.000 €. La police de Fosses s'est rendue également sur place pour effectuer son enquête.

Nos « vieux »...

C'est ainsi qu'on appelait les personnes âgées, que l'on nomme aujourd'hui, par respect, les seniors.

Il y a 50 ans déjà, Le Messager reproduisait la liste des plus de 80 ans. Dans un numéro de mars 1952, on peut ainsi lire la liste des plus âgés, de Fosses (bien sûr, avant la fusion des communes). Ils et surtout elles étaient 67, pour une population de 3.619 habitants.

La doyenne d'âge était Mme Célinie Lainé, veuve Radut, âgée de 93 ans ; devançant Pauline Mathot, veuve Herpeignies, 90 ans. Le troisième était un homme

Aimé Jacqmain, 89 ans. Il y avait 40 femmes pour 27 hommes.

Il n'y avait donc que deux nonagénaires. Après ce groupe de tête (93, 90 et 89 ans) venaient 6 personnes de 86 ans, puis 6 de 85 ans, 4 de 84 ans, 5 de 83 ans, 19 de 82 ans, 12 de 81 ans et 12 de 80 ans.

Et le Proche-Orient

Les élections françaises ont quelque peu occulté l'évolution des événements de Palestine. On a eu pourtant la satisfaction de voir les blindés de Sharon se retirer quelque peu de plusieurs villes palestiniennes. On a vu avec espoir l'admission d'un émissaire américain chez Arafat, celle d'un délégué des Nations Unies dans les villes dévastées et celle de journalistes dans certaines zones de combats enfin presque arrêtés.

Après plusieurs messages de félicitations pour mes articles sur ce sujet, où j'ai tenté de mon mieux de rester impartial mais réaliste, j'ai eu vendredi un avis contraire : Une dame me reprochant de ne pas voir clairement la situation intenable des Israéliens menacés chez eux par ces kamikazes, de ne pas reconnaître assez le courage de ce peuple israélien travailleur et entreprenant, (qui, en 1948, a acheté les terres où ils s'implantaient), face à " ces arabes paresseux, qui ne vivent que du soutien des autres nations ", qui ne songent qu'à détruire Israël, et qui se cachent derrière leurs enfants en les incitant à lancer les pierres sur les soldats... Elle s'insurgeait aussi contre les sommes énormes investies par la Belgique et les pays européens au profit de ces terroristes et disait avec assurance que les médias ont grossi la situation et déformé la vérité. Lisez le Coran, disait-elle enfin, vous n'y trouverez qu'anathèmes et appels à la violence...

Je respecte beaucoup cette personne et elle a le droit d'avoir son avis. Mais je crois que la découverte des ruines accumulées par les troupes israéliennes sous le couvert de recherche des terroristes était, comme je lui ai dit, tout à fait disproportionnée et que l'obstination de Sharon à vouloir détruire Arafat (politiquement, sinon physiquement) vise aussi à garantir les implantations juives dans les territoires palestiniens. Je crois avoir dit clairement mon opposition à tout acte de terrorisme ou de violence. C'est cela que j'ai voulu dénoncer, car la violence n'appelle que la violence. Et j'applaudis donc aux tentatives belges de rapprochement entre communautés diverses afin de ne pas importer chez nous cette guerre entre deux peuples qui sont pourtant condamnés à vivre côte à côte, comme l'ont compris certains groupes pacifistes, de part et d'autre, entre Jourdain et Méditerranée.

Mais le conflit n'est pas terminé, les ruines se découvrent avec leurs cadavres cachés, le malheur n'a pas fini de frapper... Il faudra je crois des générations pour établir là une paix durable. Ce qui hélas laisse supposer encore pas mal d'efforts, de palabres, de compréhension et de pleurs de mères...

JR.

Les matches de ce week-end

Samedi 27 avril 2002

Préminime :

Nismes - Fal.Aisemont

Fal.Aisemont - Ent. Mosane

Bambois - Anhée

Minimes :

Velaine - Fal.Aisemont

Fal.Aisemont - Malonne

Soye - Bambois

Espoirs:

Bambois - Méan

Dimanche 28 avril 2002

Cadets:

Bambois - Somzée

Keskidi nous propose...

(à lire avec humour)

Ça fait problème

L'autre jour, chez mon grainetier, une cliente perplexe consultait l'homme de l'art sur un point délicat : quelle nourriture offrir à sa tourterelle ? L'oiseau refusait obstinément de manger.

« C'est une bête qui a des problèmes, expliquait la brave dame, depuis que, quand elle était petite, la pauvre, elle a été plumée complètement par mon faisan » ; oh, l'affreux Jojo !

C'est donc par cette histoire, ô combien touchante, que j'appris la chose.

En ce début de XXIe siècle, la problématique galopante et la déprime a fini par gagner nos chers oiseaux. Voici peut-être un nouveau débouché pour nos étudiants sanctionnés par un « numerus closus » ou pour les trop nombreux candidats kinés : psy pour tourterelle. Devant l'extension du fléau, comment ne pas s'étonner d'une contradiction qui saute à l'esprit quand on rapproche l'expression : « Y a pas de problème ! » de tout ce qui fait problème et des fameux « problèmes de notre temps » dont on nous farcit les oreilles.

Dans tout ce qui s'imprime, dans toutes les télés, il n'est question que d'eux. On les ramasse à la pelle, comme des feuilles mortes. Et le mal n'épargne même pas les tourterelles.

II faut voir des problèmes partout, c'est à la mode et nous sommes tous concernés - et même cernés - de toute part par les problèmes. Echangez-vous des tendresses avec l'homme, ou la femme, de votre vie ; n'oubliez surtout pas, ce serait inconvenant, de glisser entre deux effusions, un dialogue, ou mieux un débat, sur la sécurité dans le monde ou sur la pollution.

Les problèmes, ils existent, mais notre grand-papa Cromagnon avait lui aussi les problèmes de son temps et nos petits-fils auront ceux de leur temps.

Ne pas se cacher la tête, sous l'aile déplumée de la tourterelle et tâcher de les résoudre, rien de plus naturel. Mais trop, c'est trop ; les gens, les braves gens en ont par dessus la tête des problèmes. Les vivre, c'est déjà beaucoup, les retrouver à haute dose, débattus, disséqués à l'heure de la détente ou du potage, quelle épreuve ! C'est le plat de résistance le plus coriace, le plus dur à avaler que je connaisse.

Voilà pourquoi sans doute, par un salutaire phénomène de rejet, tout le monde s'est mis à saupoudrer les conversations d'une affirmation en forme de négation : « Ya pas de problème ».

Keskidi

Pensée de la semaine

Travailler dur n'a jamais tué personne, mais pourquoi en prendre le risque ?

 

par zorro

Nous avons donné, la semaine dernière, la revue des samedi, dimanche et lundi ; voici la suite de la semaine

- Mardi : « Rivières transformées en poubelles : ras-le-bol..-» - Cher journaliste, tu peux toujours t'adresser au groupe de discussion de Fosses-la-Ville ; j'y ai même lu quelques idées intéressantes...

- Mercredi : « En enfer pour la centième fois ». . - Ben oui, ma bon' dame. Du paradis, on n'a jamais de nouvelles, même not' brave doyen, y connaît personne qui en est revenu. Faut croire qu'ils y sont bien. Mais l'enfer, c'est aut'chose, ma brave Germaine, paraît même que Satan l'habite. Mais de là à y retourner cent fois, faut être bête... ou cycliste...

- Jeudi : « Aujourd’hui, c'est le premiers jour du reste de votre vie... » -Et celui qui a écrit cela, il est encore plus malin qu'un journaliste ou que deux hommes politiques. Ce doit être un publicitaire.

- Vendredi : « Massacres à huis clos »Cher JR., et si nous, gens libres de Fosses, tentions d'écrire aux gens de ces régions toute notre désolation ; juste comme ça pour qu'ils le sachent.

Communiqués

Louisiane

Echange de jeunes 2002

La Communauté française recevra au début de cet été de jeunes Louisianais. En échange, la Louisiane accepte de recevoir une vingtaine de jeunes Wallons et Bruxellois de nos communes jumelées en « éclaireurs »et ce, du 18 juillet au 5 août 2002.

Nous sommes invités, d'ores et déjà, à soumettre les candidatures de jeunes intéressés. A cet effet, programme Louisiane 2002 et fiche d'inscription sont à votre disposition au service de la Culture à Fosses.

Durant ce séjour, les jeunes seront accueillis dans une famille louisianaise et pourront découvrir tant la vie quotidienne de vos hôtes que celle de leur municipalité. Ce sera l'occasion de pratiquer un échange linguistique et culturel, tout en visitant différents lieux historiques, économiques, typiques de la région.

Le voyage coutera 800 €. Les jeunes qui désirent autofinancer une partie du coût peuvent contacter La Besace qui leur soumettra une proposition ; la personne responsable du projet vers la Louisiane est Mme Nathalie Schaar

stl.besace @ skynet. be

tél. et fax 02/511.29.49.

La confirmation de l'inscription doit être rentrée pour le 8 mai 2002 au plus tard.

1001 conseils pour voyager en santé

La 11 e édition du « Passeport question santé » s'offre son propre site internet : www.passeportsanté.org.

Vous pouvez télécharger le tableau des vaccinations et des traitements préventifs sur ce site. Au sommaire

- liste des centres de vaccination autorisés à délivrer un certificat international de vaccination

- des recommandations utiles relatives à certaines maladies (malaria, diphtérie, tétanos, hépatites A, B...)

- des conseils pratiques pour voyager en santé

- traitements préventifs conseillés ou exigés pour quelque 180 destinations.

Asbl Question Santé

02-512.41.74

B. Meuter, Service de la Culture,

pl. du Marché, tél. 071-71.27.01

Séisme sur la France

Lundi matin, chaque journal cherchait les superlatifs pour exprimer la surprise générale de l'arrivée de Le Pen et son Front National au second tour des présidentielles, avec l'éviction du socialiste Jospin.

Séisme, effet de souffle, ouragan, explosion nucléaire, sous le choc, abasourdi... On a tout entendu.

Surprise de taille en effet : personne parmi les vénérables politologues et experts en sondages n'avait vu venir ce " séisme " ; personne, jusqu'à dix minutes avant la fin des votes, n'imaginait que le socialisme français, qui tout de même représente près de la moitié de l'électorat, pourrait ainsi se voir exclu du 2e tour.

Et puis, chacun y allait de son explication et de sa critique. La gauche française était fort divisée ; mais la droite aussi, ce qui explique le faible pourcentage de Chirac. Les candidats était trop nombreux : c'est vrai, 16, cela frisait le ridicule. Mais c'est symptomatique de la situation si Chirac n'obtient qu'à peine 20 %, le plus faible résultat pour un président sortant, Jospin, premier ministre sortant, n'en obtient que 16,5 (contre 23,2 en 1995), un contre score jamais atteint non plus. Ce qui veut dire que les Français ont voulu marquer un coup de semonce à leurs dirigeants : une volonté de voir une autre politique. C'est aussi ce qui a fait le succès de Le Pen : il est plus facile de rassembler tous les mécontents et d'ameuter les classes faibles en surajoutant aux problèmes de l'insécurité, du chômage (" les étrangers prennent les places des Français ") et des difficultés à faire l'Europe.

Malgré des débuts de réformes et un assez bon travail (mars en politique, cela ne paie pas nécessairement face à la démagogie, Jospin n'était pas un candidat emballant. Intelligent, certes, courageux aussi ; mais une figure de triste " vendredi ", alors que le " menhir " du FN est toujours rayonnant et plein d'enthousiasme (étroitement nationaliste, mais cela aussi cela titille le chauvinisme des Français). De plus, Jospin s'est porté nettement vers le centre, où creuse aussi d'habitude Chirac et la droite moyenne ; pour les socialistes, face au chômage, aux délocalisations et aux dangers des multinationales, ce socialisme embourgeoisé ne dit rien ; il aurait dû tenter de rassembler sa gauche traditionnelle en affirmant sa réelle identité socialiste. Ce que le PS va devoir faire pour les prochaines législatives.

Autre explication de la surprise le taux d'abstention (28,4 %), significatif aussi d'un mécontentement certain. Encore faut il y ajouter que sur 40.802.591 inscrits, 29.347.136 seulement ont voté. Trop d'électeurs socialistes, certains que le 2e tour

opposerait comme prévu Chirac et Jospin, ont négligé de se présenter pour profiter du beau temps, comptant se racheter au second vote où ils espéraient sinon une victoire du moins un coude à coude JospinChirac. Déception !...

Le comble, c'est qu'une bonne partie des socialistes français s'apprête à voter au second tour pour celui qu'ils voulaient combattre. Car ils sont confrontés à ce dilemme : ne pas voter pour l'ennemi d'hier, c'est ouvrir la voie à l'extrême droite. Et cela, un vaste mouvement de foule s'y est spontanément opposé. C'était un moyen, pour les socialistes frustrés, d'expulser leur colère. Ils ont donc rejoint dans la rue les chiraquiens fêtant leur succès (mitigé) et exprimant aussi leur crainte.

Tous contre Le Pen, à présent. Ce résultat électoral agit comme un électro-choc : " pour l'honneur de la France ", il faut que le F N soit " écrasé ", ridiculisé par un énorme écart entre Chirac et Le Pen. Car si près d'un électeur français sur 5 a voté " fasciste ", c'est réellement inquiétant.

Est-il donc si dangereux, ce Le Pen souriant et sûr de lui ? " Socialement à gauche, (mais châtelain millionnaire !), économiquement à droite, plus que jamais nationalement Français ", dit-il de lui en une belle formule : il ratisse large ! Mais on ne peut envisager de faire un Président de la France de cet homme qui considère les chambres à gaz comme " un détail de l'histoire ", qui affirme " l'inégalité des races " (" ces-Nord-Africains sont inférieurs "), qui veut empêcher " le métissage " culturel et social et qui n'hésite pas à faire le coup de poing contre une élue socialiste. Une grande gueule déjà durant ses études, au sourire carnassier, à la gouaille féroce et cinglante. " Le Pen n'a aucune conscience, aucune morale, aucun scrupule ; pour lui, seul son propre intérêt compte ", a dit de lui un ancien collaborateur. Et surtout, qui veut retirer la France de l'Union Européenne. Quand il interpelle les agriculteurs en difficulté et les chômeurs des usines délocalisées, ses arguments portent facilement. Mais on ne peut passer sous silence que si l'Europe est en train d'accoucher dans certaines douleurs et difficultés, elle est tout de même garante d'une paix internationale qui n'a pas de prix. On ne peut plus faire marche arrière et un pays qui se referme sur lui-même est condamné à péricliter. Enfin, le programme qu'il propose est absolument irréaliste et démagogique.

En attendant, le voilà sur la première marche de l'Élysée... Il en basculera, c'est sûr, mais la France et les Français mettront du temps à s'en remettre...

J.R.

Volley

Le Roux champion de 1 re provinciale

L'équipe première de volley de Le Roux a conquis le titre de champion en P1, après une « belle » dans les play-off, contre Jemeppe, rencontre très acharnée et qui n'a donné son verdict qu'après le tie-break du 5e set. Les supporters ont été tenus en haleine jusqu'au bout et Le Roux méritait largement son titre, car finalement, il a battu son rival 4 fois sur 5 confrontations. Reste à préparer la prochaine saison.

Un grand bravo, au coach d'abord, Michel Stas et à ses équipiers : Alain Scagno, Pascal Hénuset, Michel Matteoti, Laurent Parmentier, Bruno Delval, Renaud Lens, Manu Sacré, Manu Fiorello, Ludovic Coppers, Benoît Dumont et Alain Decoux.

Deux siècles de gendarmerie

M. Eugène Kubjak, membre de la Brigade de Gendarmerie de Fosses depuis 1977 mais aussi membre du Cercle d'Histoire locale, s'est attaché à écrire l'histoire de la Gendarmerie en notre ville. Pour cela, il n'a pas ménagé ses peines, recherché des archives jusqu'à Paris, fouillé celles du Corps à Bruxelles et à Namur, compulsé les registres de population de Fosses, les collections du " Messager ", retrouvé d'anciens témoins. Cette idée lui est venue, je crois, du fait que lors du 2e centenaire de la Gendarmerie, en 1996, il avait été chargé d'organiser une exposition évoquant ces deux siècles d'activités à Fosses ; avec son collègue Alain Roman et le soutien de plusieurs officiers supérieurs, il a même monté un véritable musée richement doté de pièces uniques, armes, uniformes, objets divers et documents, présentés dans plusieurs vitrines au siège de la Gendarmerie, chaussée de Charleroi.

Après bien des efforts et des retards, son livre vient de voir le jour. Fort de 224 pages, il est bourré de photos, de documents, d'anecdotes, de précisions et de détails parfois pittoresques. II retrace la vie des gendarmes à Fosses depuis l'installation, rue de Vitrival, le 21 décembre 1795, d'une brigade française composée du lieutenant Bajolet, du brigadier Halme et des gendarmas Papin et Delattre. Puis leur installation place du Chapitre, l'évolution des effectifs et des locaux, des précisions sur les armes et les uniformes, des relations d'activités, des événements locaux une émeute, des réquisitions, la Saint-Feuillen de 1816, des enquêtes, des surveillances... Car le territoire couvert par cette brigade était vaste : 12 communes, d'Auvelais à Mettet. Puis, c'est la période hollandaise, la révolution de 1830, la nouvelle organisation en Etat belge. Avec toujours des relations d'activités de nos gendarmes, des documents, des détails de la vie courante. C'est passionnant.

Ce livre révèle une tranche de notre histoire locale avec celle de centaines de gendarmes qui sont passés chez nous, prenant souvent une part active dans notre vie fossoise. Un seul regret : il est pratiquement limité au nombre de souscriptions demandées l'an dernier. Ce qui donne d'autant plus de valeur aux heureux propriétaires d'un ouvrage de référence.

Un brin d'amertume marque la fin la fusion de la Gendarmerie avec la Police est ressentie comme une cassure car la Gendarmerie est " supprimée " au profit de la Police fédérale et il faut faire cohabiter deux cultures différentes, bien que depuis des années les rapports entre les deux corps étaient très amicaux.

Tout cela est noté avec un incroyable souci du détail et une précision... de gendarme!

Nous félicitons encore très chaleureusement M. Kubjak pour cette oeuvre d'une documentation exceptionnelle, un apport appréciable à notre histoire locale.

 

 

PHOTO RETRO

Cette seconde photo d'un dîner de Sainte-Cécile de l'Harmonie royale Saint-Feuillen doit dater de 1950 ou 51. On y reconnaît, de gauche à droite : Marcel Cuvelier (boulanger) ; X ; Pol Verbaert qui s'est mis une serviette sur la tête et devant lui le petit Pierre Lorand ; Jules Gemine, d'Aisemont : Jérôme Janssens ; Pierre Mazuin ; Eugène Dumont, Omer Laurent ; Henri Poskin et Jean Romain. Derrière cette table on croit avoir reconnu Roger Vandeloise (le 2e) et Roger Pector (le 4e) qui devait décéder deux ans plus tard.

Ces agapes annuelles se tenaient, à l'époque, en la salle Jaumotte, puis Maurice Bruges, local de l'Harmonie dont un groupe de jeunes donna une ou deux séances théâtrales, dont " Li p'tit mitan ". On voit sur la scène la photo de Donat Poulet on venait de lui offrir ce portrait pour marquer son accession, en 1949, à la présidence de la société. A côté, un autre portrait celui de M. Oscar Genart, brasseur de la rue Victor Roisin, conseiller communal, homme d’œuvres et notamment président de l'Harmonie Saint-Feuillen durant plus de cinquante ans ; il mourut à 77 ans en mai 1932. " Sa vie fut toute entière un bel exemple de dévouement à la chose publique ", dit de lui le bourgmestre Franceschini. L'Harmonie St-Feuillen s'éteignit en 1956, mais les souvenirs à ce sujet sont fort brumeux et les archives la concernant ont disparu. Beaucoup de ses musiciens ont alors rejoint la Philharmonique qui, sous la présidence de Constantin Burton, n'était plus " la rivale " mais plus ouverte à une collaboration confraternelle.