N°13     29 mars 2002

Le jogging des Chinels

Ils furent 212 adultes à se lancer de la place du Marché, pour un parcours de 11 km 400, après un départ donné par notre ancien champion de Belgique Hector Gosset, qui se retrouvait ainsi dans son élément, lui qui a parcouru des kilomètres au cours de ses entraînements, non pas comme joggeur, mais comme sprinter, mais il était là aussi comme Chinel, car pour bien danser le Chinel, il faut aussi avoir de la souplesse et Hector l'a conservée malgré ses trois quarts de siècles, toujours au four et au moulin... ou en MG.

La course a été gagnée par le Liégeois Lhonneux en 36' 58", devant Mairesse (38' 13"). Avant cela 58 enfants - et de très jeunes - avaient aussi revêtus les dossards pour effectuer des distances à leur portée. Un temps idéal aussi pour ce genre de sport.

MM. Lindekens et Delatte, chevilles ouvrières de cette manifestation, remercient la ville de Fosses, les autorités communales, le service des travaux, le comité des Chinels, la musique, les sponsors et les bénévoles pour leur collaboration au premier Jogging du Chinel samedi dernier.

Au niveau participations : 212 adultes et 58 enfants se sont lancés sur les parcours prévus.

Merci aussi pour la compréhension des commerçants et riverains en raison des routes bloquées entre 13 et 16 heures.

 

Mariage... en chemin

Ils s'étaient rencontrés dans les clubs de marche. Après avoir fait quelque temps route ensemble, Bernard et Martine ont décidé de se marier. La cérémonie, samedi dernier, fut simple et belle : ils avaient choisi tout un programme de chants appropriés : à l'entrée, le chant de P. Bachelet « Tu es là » ; « J'en ai fait du chemin pour aller jusqu'à toi », puis « La route est courte... J'ai longtemps marché avec les yeux sur mes souliers... ». A l'alléluia : « Chemin de vie ». L'évangile était : « L'épisode des pèlerins sur la route d'Emmaüs » et à la communion, Marc interpréta en sourdine « Sur le chemin des Andes ». Une paire de basket trônait près de l'autel : tout un symbole

Tout ce thème du chemin dans l'émouvant souvenir d'une autre « petite grande » marcheuse et la chorale voulut honorer ainsi son ancienne soprano regrettée.

Bonne route à Bernard et Martine !

Avis

- La permanence du bourgmestre est fermée pendant quinze jours, en raison des vacances de Pâques.

- De même, la permanence de la Mutuelle chrétienne de Vitrival sera fermée le 3 avril.

Aux commerçants

En raison du lundi de Pâques qui tombe le 11, avril, la réunion mensuelle de l'Association des Commerçants est reportée au lundi suivant, soit le 8 avril, aux lieu et heure habituels.

Photographies

Une exposition regroupant de nombreuses photographies de Luc Cheffert sera présentée du 6 au 25 avril, à la Maison de la Culture et du Tourisme de Fosses, place du Marché.

Exposition de photographies sur les Marches Saint-Feuillen de 1991 et 1998. Luc Cheffert est un artiste namurois qui a découvert un peu par hasard notre patrimoine historique et folklorique. Témoin d'un événement, il a fixé sur la pellicule à la fois la tradition septennale qui se perpétue au gré des générations, le mélange de divers côtés : religieux, païen, militaire et festif, mais surtout ce côté « fourmilière » où chacun trouve sa place au bon moment pour former ce cortège de 2.500 marcheurs parmi la foule des curieux. A nous, Fossois, de venir découvrir comment un artiste namurois peut ressentir notre belle marche Saint-Feuillen.

Le vernissage aura lieu le vendredi 5 avril à 19 h 30. On peut visite en semaine, de 9 à 16 h et le week-end, de 10à17h.

Contacts : B. Michel, 071-71.46.24.

 

Des chiffres

Des statistiques officielles nous apprennent qu'à Fosses, il y avait au 30-6-2000 :18,9 % de chômeurs contre une moyenne de 16,2 % pour la Wallonie. On apprend également que 26 % de la population fossoise a moins de 20 ans, contre 24,7 % en Wallonie ; 19,2 % ont plus de 60 ans contre 21,6 % en Wallonie. La durée de vie était de 70,4 ans pour les hommes et 77,5 pour les femmes contre 71,9 et 79,1 en Wallonie.

 

Interventions des pompiers

Le 10 : appel des pompiers et ambulance pour un accident de la circulation, rue du Stampia à St-Gérard ; blessés conduits à Mont-Godinne.

Le 10 : appel des pompiers pour un feu de voiture dans le garage, rue du 8e Dragons à Saint-Gérard.

Le 11 : appel des pompiers pour éteindre un feu de broussailles, route Industrielle à Aisemont.

Le 12 : appel des pompiers pour effectuer un pompage, rue du Criptia à Sart-Eustache.

Le 17 : appel des pompiers, place de Devant-les-Bois pour colmater une porte de garage, après que la voiture l'ai percuté.

Le 17 : appel des pompiers pour un nettoyage de route, rue du Postil.

Le 20 : appel des pompiers pour une pollution au lac de Bambois.

Le 20 : pompiers pour un feu de cheminée, rue Belle-Vue 26 à Biesme.

Le 21 : appel des pompiers pour du mazout répandu sur la chaussée, route de Mettet à Fosses.

Le 21 : vidange d'une cave, rue de Rome à Fosses.

Le 22 : appel des pompiers à la rue des Tronces à Vitrival : camion en feu .

Le 22 : appel des plongeurs pour une intervention rue des Viviers à Sart-Eustache : le niveau de l'étang des Viviers a débordé et endommagé une partie de la route.

Le 23 : pompiers pour effectuer un pompage rue de la Carrière à Vitrival.

Le 24 : fausse alerte pour... incendie.

Le 24 : feu de cheminée, rue des Déportés à Floreffe et, étant sur place, les pompiers sont intervenus pour une voiture en feu 200 m plus loin.

Le 25 : appel des pompiers pour un important incendie dans un poulailler à Biesme.

Il y a 100 ans,

 

N°9 du 2 mars 1902

Dimanche 2 Mars prochain à 5 heures, en la salle de l'école St Feuillen, Brillante Soirée organisée par l'Harmonie St Feuillen, avec le concours du Cercle Ste Julienne de Fosses et du Cercle Ste Marie de Liège.

PROGRAMME

1. Marche, par l'Harmonie

2. Fantaisie hongroise, par l'Harmonie

3. Polka pour deux pistons par l'Harmonie

4. Monsieur Gavroche comédie en 2 actes.

5. Quartier à louer, comédie en 1 acte (en wallon liégois)

6. Un mort sous les Seellés, vaudeville en un acte.

INTERMEDES

1. Les treus Nicaise, chansonnette.

2. Sérénade à Mélanie, chansonnette.

a. La pièce Militaire chansonnette.

4. Si j’étais Tambour magique, chansonnette.

5. Çoula n' sorte nin, chansonnette.

6. O voyège à Congo, chansonnette.

7. Madame Barbe-blue, chansonnette.

8. En revenant de Surène, chansonnette.

9. Les fleurs de l'hiver, romance.

10. Drame du Carnaval, monologue.

11. L'Héritège, chansonnette.

12. Cocher en buse, chansonnette.

13. Les Passants, chansonnette.

14. La Musique chansonnette.

15. Conseil guerre - la Défense de l'accusé monologue.

On nous prie de faire remarquer que la séance commencera à 5 heures très précises, les Liégois devant reprendre le train de 10 heures.

Dans ce même numéro, une petite poésie qui indique le mépris qui existait alors vis-à-vis des

« gratte-papiers »

Les ronds de cuir

Au ministère, est un bureau

Où peinent quatre z'employés.

Ils arrivent en grand chapeau,

Sous de gros dossiers tout ployés.

Le premier d'eux n'a rien à faire

Naturellement, il ne fait rien.

Le s'cond s'occup' de la même affaire,

Paraît qu'il s'en acquitte fort bien.

Le troisième attend qu'on sorte

Ça n'fatiqu' pas beaucoup l' papier.

L' dernier attend qu'on lui apporte,

C'que font les aut' pour le classer.

Quand c'est l'heur' de fermer l' bureau,

Ensemble les quatr' z employés,

S'en vont avec leur grand chapeau

Sous leurs dossiers toujours ployés.

Pèlerin

Pensons à nos aînés

Vont fêter leur anniversaire au cours du mois d'avril

Le 2 : Lucienne Depraute, R. Grd-Etang, Bambois 83 ans

Le 2 : Jeanne Josse, Rue d'Orbey, Fosses 85 ans

Le 2 : Emilie Hernette, Rue des Remparts 80 ans

Le 3 : Marcel Collart, Rue du Sartia, Sart-Eust. 80 ans

Le 5 : Marthe Debry, Home Dejaifve 81 ans

Le 5 : Bertha Hougardy, Rue du Chapitre 82 ans

Le 6 : Jeanne Amould, Place du Chapitre 84 ans

Le 6 : Alice Riguelle, Home Dejaifve 93 ans

Le 6 : Hélène Bourguignon, Rue Brasserie, Vitrival 91 ans

Le 7 : Jeanne Damien, R. de la Levée, Sart-St-L. 82 ans

Le 7 : René Lindekens, Rue Ste-Brigide 83 ans

Le 11 : Thérèse Mouyard, Rue Grande, Le Roux 82 ans

Le 13 : Joseph Jacqmart, Av. des Déportés 82 ans

Le 21 : Rose Dacosse, Rue Longtry, Le Roux 88 ans

Le 25 : Nelly Mélan, Home Dejaifve 82 ans

Le 25 : André Baire, Rue du Sartia, Sari-Eust. 80 ans

Le 25 : Henriette Louis, Rue Station, Aisemont 80 ans

Le 26 : Alice Cheramy, Route de Mettet 95 ans

Le 27 : Emile Mazuin, Route de Mettet 84 ans

Le 30 : Irma Mathot, R. de la Giloterie, Vitrival 96 ans

Appel aux Chinels

Dans le cadre de la « 100e Cavalcade d'Auvelais », le comité a donné son accord pour ce court déplacement. Alors, si vous voulez grossir les rangs de la société, vous êtes invités à venir nous rejoindre, soit à 13 h 30, salle Ledoux (en-dessous de l'Administration communale), soit vers 14 h 15 rue Terne Moreau pour le départ.

Il est bien entendu que vous devrez vous soumettre au règlement du comité des fêtes et des Chinels.

Le président: Ph. Leclercq

Concours de belote

Le vendredi 8 mars dernier, un concours de belote était organisé par Yvette et Georges, de la Taverne Les Dsiettes à Vitrival. Quarante-huit joueurs s'étaient inscrits pour ce premier challenge. Voici les 4 premières équipes.

1.Fd Jacqmain et Yves Delbart total 650

2. Dominique Prinssen et Ph. Spineux total 648

3. Jacques Ducarme et Alain Mabille total 639

4. J.-Jacques VDV et Noël Ponchaut total 623

Ce fut une soirée passée dans une bonne ambiance et pour remercier cette participation généreuse, les patrons des Dsiettes projettent déjà un autre concours dont la date vous sera communiquée en temps utile.

G. DURET

Regrets ?

Un Vitrivalois s'est étonné, comme beaucoup d'autres sans doute, de ne plus recevoir le journal publicitaire Le Messager (de Châtelet) et a écrit au journal pour en demander la raison. En réponse, un fax explique qu'il n'est plus possible de le distribuer sur l'entité fossoise étant donné que la commune demande une taxe toujours plus élevée qui atteint aujourd'hui 0,08 € (plus de 3 F) par exemplaire.

Camion en feu

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, vers minuit trente, les pompiers de Fosses sont été appelés à Le Roux : un camion à bétail chargé de paille et appartenant à Thierry Deterville, stationné derrière la ferme de M. Pascal Vanlaten, au 135, rue des Tronces (au carrefour avec la rue de Walcourt) était en train de brûler. Les pompiers sont arrivés rapidement sur place mais n'ont pas pu éviter la destruction totale du véhicule.

La police de Fosses procède à une enquête assez compliquée, qui décèlerait certains soupçons.

Commerce de chez nous

La boulangerie-pâtisserie fait partie des commerces typiquement locaux et qui s'intègrent aussi entièrement à la vie locale.

Ainsi, la boulangerie Ernoux à Sart-Saint-Laurent, qui annonce des journées de réouverture après transformations, du 28 mars au 1 er avril.

C'est en 1956 que Léon Ernoux crée son commerce de boulangerie, rue Joseph Godefroid 53 à SartSaint-Laurent. Entreprise familiale par excellence, son fils Jacques poursuit le commerce dès 1972, aidé depuis plusieurs mois déjà par le petit-fils Philippe. En plus du magasin, ils effectuent des livraisons à domicile dans toutes les localités et hameaux de la région : Fosses, Vitrival, Bambois, Haut-Vent, Maison, SaintGérard, Bossière, Sart-St-Laurent bien sûr, Lesve, Bois-de-Villers, Arbre, Besinnes, Floreffe, Floriffoux, Malonne, Buzet, Sovimont. La clientèle est donc large et apprécie la qualité de leur marchandise.

A l'occasion de ces journées d'ouverture, Delphine, Philippe et leur équipe... et Gauthier (encore tout petit mais on espère qu'il poursuivra l'entreprise...) invitent leur clientèle à venir goûter, déguster et savourer leurs tartes, desserts, pralines, glaces et pains spéciaux. Ils remercient leurs clients, fidèles depuis 1956 et tous ceux qui les ont rejoints.

A chaque génération sa nouveauté, la boulangerie Ernoux n'y échappe pas ! Tél. 071-71.11.82.

Autres nouvelles

Lieu de passage intense, Sart-SaintLaurent ne manque pas d'initiatives commerciales

- Sur cette page, on annonce la réouverture de la « Frite Saint-Laurent ». Un jeune couple sartois a repris cet établissement. Nous leur souhaitons pleine réussite dans leur entreprise.

- On nous demande aussi d'annoncer, à la Taverne Saint-Laurent, une « soirée années 80 » ce vendredi 29 mars et samedi, une super-soirée avec ambiance assurée. L'entée pour ces deux soirées est gratuite.

Fin de championnat

Après une période hivernale perturbée surtout par la pluie, plusieurs journées du championnat ont été reportées en bloc, ce qui a entraîné des modifications de calendrier.

Ce week-end, le championnat sera encore en attente, en raison des fêtes pascales et de tournois organisés par certains clubs. Il reste trois journées pour la Provinciale 3-B dont voici les rencontres de nos deux clubs locaux

le 7 avril

Et. Tamines - Bambois

Soye-Floreffe - Fal.Aisemont

le 14 avril

Malonne - Bambois

US Auvelais - Fal.Aisemont

le 21 avril

Bambois - US Auvelais

Fal.Aisemont - Bois-de-Villers

Des matches à la portée de nos équipes et qui peut permettre à Bambois notamment de terminer à la seconde place du classement final.

Keskidi nous propose...

(à lire avec humour)

Question de tempérament

Si la comtesse de Ségur était encore de ce monde, elle nous ferait un nouveau « best » en racontant les malheurs de Stéphanie.

Voici quelques années, tout être quelque peu sensible avait peine à retenir ses larmes en apprenant l'heureuse nouvelle : la chanteuse-princesse, ou le contraire, convolait avec Jean Raymond qui, de son côté, en faisait de même. Le conte de fée était alors entier : une princesse se donnait en toute légalité, et pas pour son argent, à un sympathique homme d'affaires.

Voici quelques temps déjà, tout être quelque peu sensible avait peine à sécher ses larmes après avoir appris la triste nouvelle : la princesse déconvolait de Jean Raymond qui, de son côté, était obligé de faire de même. Une fois l'effet de surprise passé, les commentaires allèrent bon train (de banlieu d'abord, comme le Thalys ensuite). N'avait-on pas découvert que le soir après son travail... non, je ne vous dis pas ! Enfin, n'était-il pas honteux pour une femme de bonne souche (de carnet de chèque), de voir son mari ....

N’insistez pas, je passe ces détails.

Mais ne sanglotez point, cœurs sensibles et maîtrisez vos spasmes, la princesse se remaria. Une fois remise de ses épousailles poussiéreuses, la princesse épousa Daniel, son garde de corps. N'y voyez là rien de malsain, le garde du corps beau, grand, sportif, exerçant suivant les circonstances une protection parfois très rapprochée ; vous aussi, Madame, peut-être... Mais, déformation professionnelle, Daniel a tendance à protéger d'autres corps et ça, la pauvre princesse ne peut le tolérer et le rêve s'écroule.

Mais à 36 ans, une fois encore, elle fait table rase de son passé, le temps de faire un 3e petit moutard avec un autre garde de corps, puis relève un nouveau défi, celui de l'amour, avec Franco, un dompteur d'éléphants (qui trompe énormément). Hélas, le bonheur sera une fois encore de courte durée. Comment supporter longtemps un homme qui voue une passion à ses énormes bestioles, imposant à sa douce et tendre moitié la présence de pachydermes dans la chambre conjugale.

Mais ne pleurez point, elle épousera encore une noble cause (oui, celle... enfin, compris ?), Mais cette union n'étant pas légale, elle ne durera pas.

Après avoir épousé un Russe, elle vivra une nouvelle lune de miel avec un anonyme apiculteur du Tenesee de la famille d'un célèbre astronaute. Ça collera un moment, puis, elle redescendra sur terre, pour rompre de nouveau. Obstinée, elle se remariera avec une équipe de rugbymen. Fort féconde, elle se retrouvera enceinte (à chacun son tour de porter le ballon).

A la vue de son ventre ovale, le médecin conseillera une IGV et l'essai ne sera pas transformé.

Dépitée, déçue de ses tentatives manquées, la princesse tirera une croix définitive sur l'institution mariage et commencera à faire la noce.

Keskidi

Pensée de la semaine

La météorologie, c'est l'art de prévoir ce qui change tout le temps.

 

la presse revue.:.

par Zorro

- Samedi : « Fonction publique. Faire bouger les fonctionnaires ». . Toi, fais gaffe à ta gueule si t'en, fais une pareille. Le dernier qui a essayé, l'est mort depuis 25 ans...

- Dimanche : « Seul à en mourir... Ce tombeau creusé pour garder des souvenirs abrite notre avenir »... II n'aura pas connu Pâques 2002... Les chrétiens célèbrent à l'occasion de cette fête le passage vers une réalité nouvelle :les Juifs célèbrent la fête de Pessah, une fête de la liberté et de la transmission de la mémoire... Bon vent, camarade Vanderbist...

- Lundi : « Le Belge a beaucoup d'insomnies... » même s'il est généralement reconnu que les fonctionnaires dorment au moins leurs huit heures...

- Mardi : « Le japonais sera la 5e langue... » Ils ont bien fait, nos hommes politiques, de choisir une langue de l'Europe ;Ils sont gentils nos hommes politiques, mais ils ne connaissent pas la géographie. Enfin, quand ils parient en voyage de travail, ça les arrange bien nos hommes politiques. Et puis, comme c'est pas le moment de choisir entre l'arabe et l'hébreu, valait mieux prendre le japonais que le chinois. Les droits de (homme sont sauvés, pour cette fois-ci...

- Mercredi : « 90 minutes pour sauver le Standard »... 162 minutes pour le soldat Ryan, une journée pour le cancer, un week-end à la mer, trois minutes pour le dire, une semaine en Espagne, les 5 dernières minutes, le week-end du Télévie, la 25e heure, les 12 heures de la Chinelle, la seconde de vérité, l'instant crucial... le temps passe, les temps changent...

- Jeudi : « Les voyageurs bientôt mieux protégés »... Remplacer le ticket par une capote, c'est génial .... Faudra tout de même prevenir le poinçonneur des Lilas et il sera dur à réveiller, celui-là...

- Vendredi : « Milquet se livre en avant-première »... Faudrait tout de même confondre forêt de Soignes et bois de Boulogne...

ZORRO

Evoqué au Conseil communal

Quel avenir pour le Lycée de Fosses

Séance ultra-rapide, ce lundi : 30 minutes à peine pour examiner une dizaine de points essentiellement administratifs et sans discussion. Mais une question de R. Brachotte a été admise en urgence : Quel est l'avenir du Lycée de la Communauté française de Fosses ? Il est question de fermeture. Emotion...

Après approbation du P.V. de la réunion du 25 février, le Conseil a entériné quelques arrêtés de Police pris en urgence par le bourgmestre pour travaux, déménagement, Laetare, grands feux et autres festivités de ce début d'année. Puis il a marqué son accord pour céder à M. et Mme Van den Bosch Defreyne, d'Aisemont, une parcelle de terrain communal de 22 ares, derrière leur habitation, pour le prix de l'estimation soit 551,52 €.

Pour le Service Incendie , il a admis un avenant au lot Electricité pour les travaux d'extension de l'Arsenal (1278 €) ; Une modification du Règlement organique du Corps (passage à l'eu pour les traitements et dépenses, suppression d'articles devenus inutiles, précisions pour d'autres, notamment les conditions d'engagement, etc.) ; et aussi nomination de membres du jury pour l'examen de recrutement d'un sous-lieutenant : un officier des Pompiers de Couvin, un professeur d'éducation physique, un ingénieur, Ph. Scieur, chef de corps de Fosses, et pour le Conseil : le bourgmestre B. Spineux et les conseillers J.M. Denis (PS) et Fr. Rochet (PRL) ; on y adjoindra les représentants des trois organisations syndicales. Pas de problème non plus pour le remplacement des châssis de fenêtres aux écoles de Le Roux et SartEustache : ces châssis en PVC coûteront 37.500 et 17.360 €, subsidiés à 75%. Même accord pour la réfection de la route du Rabot (après Taravisée), en mitoyenneté avec la commune de Floreffe ; la part de chacun est de 7.500 €. (prévus au budget).

Enfin, pour l'ASBL Maison du Tourisme de Namur, qui regropupe 10 S.I., le représentant de Fosses sera B. Michel, responsable du Service culturel, avec l'échevin Bernard Meuter.

L'AVENIR DU LYCÉE.

Un article récent dans la presse et des rumeurs persistantes ont ému le conseiller René Brachotte qui pose la question de manière officielle : Quel est réellement l 'avenir du Lycée de Fosses ? Il est fortement question de fermeture pure et simple !

Mais on en parlait déjà en 1995, dira le bourgmestre, et ce fut alors la fusion avec Jemeppe, dont la préfète est chargée de la direction du Lycée de Fosses.

Le bourgmestre a écrit jeudi au Ministre Hazette en posant exactement la question et soulignant le danger de ne plus avoir de pluralisme dans l'enseignement pour la région.

La réponse n'est pas encore parvenue mais il semble bien qu'on ne fermera pas le Lycée ; en tout cas, le maternel et les classes primaires resteront ; mais le secondaire, avec les trois sections professsionnelles : menuiserie, coiffure et sciences sociales, pourraient partir à Jemeppe et, après réorganisation, les locaux libres seraient occupés par un enseignement spécial pour handicapés d'Auvelais. M. Brachotte fait état d'une réunion à Jemeppe où on a en effet évoqué le transfert des classes du secondaire de Fosses à Jemeppe. Mais il restera des bâtiments libres : qu'en fera-t-on ? Qui les entretiendra ? Il demande donc que le Conseil décide d'écrire au Ministre pour exprimer les regrets de cette disparition du secondaire (le seul qui restait dans le canton!) et ses inquiétudes pour les bâtiments inoccupés. Ph. Moreau explique que le PRL aussi s'est ému de l'affaire et se proposait d'écrire au ministre.

En conclusion, une motion collective et unanime, avec signature des trois chefs de groupes du Conseil, sera adressée au ministre responsable.

A HUIS CLOS.

Le Conseil a ratifié la décision du Collège de désigner Mme Frédérique Goisse comme secrétaire communale intérimaire jusqu'au 31 mars, ainsi que des intérims dans les écoles. Enfin, il a ratifié aussi une délibération du CPAS relative à une modification du temps de travail d'une assistante sociale.

Concoûrs dé l'Mârlagne

Ci-t-anéye-ci, lés Walons Scrîjeûs d'après l' Banbwès ôrganisenut on « Concoûrs dé l' Mârlagne » à paurt,

avou 250 eûros d' pris : chake pârticipant dwèt èvoyî 10 (dîs) gaîyès fauves Walon po l' 15 di sètimbe à

l'adrèsse

Roger Viroux

reuwe do Grand Vévî 17

B-5070 Li Banbwès

1. En-ôtografîye Feller ostant qu' possible.

2. È 7 (sèt') ègzimplaîres - N.B. - On pout mète di pus d'one fauve su l'min.me fouye.

3. Li scrîjeûs(se) mètrè su chake fouye on nombe di 5 chifes èt saquants mots è Walon.

4.I mètrè l' min.me nombe è lés min.mes mots su one envèlope sèréye. Didins l'envèlope, i mètrè on papî avou s ' nom, si-t-adrèsse ès'numèrô d' tèlèfone.

5. Su ç'papî-là, i scrîrè/èle sicrîrè

« Dji so d'acôrd po qu' lés Walons Scrîjeûs imprimenuche à leû compte lés fauves qui dj'a èvoyî, sins rin m' dieu » è siner.

6. Lès décisions do juri, qui sès mimbes ni sont nin mimbes dès Walons Scrîjeûs d'après l' Banbwès, n' polenut nin ièsse discutéyes.

7. Lès pris sèront rindus di mwès d'octôbe.

Boune tchance Po lés Wasab, li pèneü : R. Viroux

Statistiques de notre parc à conteneurs

Le parc à conteneurs de Fosses compte parmi les mieux classés des 25 de la Province, tant pour la fréquentation que pour son entretien et sa tenue générale : Tout à l'honneur des deux responsables, Thierry Durant et Dimitri Pacorus.

Voici quelques chiffres statistiques intéressants.

Fréquentation : le Parc est passé de 37.133 utilisations en 2000, à37.687 en 2001. On a noté

- 2428 visites en janvier,

- 2292 en février - 2252 en mars - 3114 en avril - 5151 en mai

- 3304 en juin - 3729 en juillet

- 4180 en août - 2829 septembre - 4246 en octobre - 2367 novembre - 1795 en décembre.

Au nombre de fréquentations, Fosses se classe 6e des 25 parcs de la Province, derrière ceux de la périphérie de Namur : 1. Naninne 66.300 visites ; 2. Malonne 65.812 ; 3. Champion 62.180 ; 4. Andenne 56.381 ; 5. Sambreville 39.168 ; suivent Fosses 37.687: 7. Gembloux 37.240 ; 8. Couvin 34.783 ; 9. Jemeppe 33.781 ; 10. Anhée-Yvoir 28.386. On est donc bien avant des localités plus peuplées comme Ciney (26.560), Dinant (26.315), Mettet (27.300) ou Florennes (24.916).

Tonnages par matières(en kg)

en 2000: en 2001

Encombrants: 745.910 319.240

Inertes: 1.991.550 2.566.500

Déchets verts : 806.340 693.520

Bois 180.110 256.490

Métaux 127.810 127.510

Verres : 116.826 96.158

Papiers-cartons : 258.060 280.340

Déch. spéciaux: 19.292 22.467

Huiles végétales : 5.953 8.138

Huiles moteurs : 4.014 5.935

Plastiques mixtes 17.515 18.691

Métaux mixtes : 9.052 7.587

Cartons boissons 3.597 4.041

Totaux : 4.286.031 4.406.617

Soit une moyenne de 117 kg par utilisateur.

A cela il faut ajouter les appareils électriques, que l'on peut déposer au Parc depuis juillet 2001 : il y en eut 162 gros (frigos...), 214 TV et 19 autres.

Les encombrants sont en baisse de 57 % et c'est heureux car c'est ce qui coûte le plus à l'enlèvement et ne peut guère être recyclé. Cela résulte d'une application plus stricte du règlement : on n'accepte plus que les déchets trop volumineux que pour entrer dans les sacs-poubelles, et à l'exception des déchets de construction. C'est aussi le fait d'une meilleure compréhension du public qui réserve ces déchets pour le camion spécial qui passe 4 fois par an (mars, juin, septembre et décembre).

Quelques nouveautés.

Depuis juillet 2001 donc, on peut déposer au Parc à conteneurs les appareils électriques et électroniques

frigos, congélateurs, lessiveuses, essoreuses, cuisinières, appareils TV et ordinateurs, matériel HIFI, vidéo, aspirateurs, etc... Ceux-ci peuvent être apportés par des particuliers et aussi de petits indépendants, mais limités à4 gros appareils et 50 kg d'autres déchets électriques par semaine.

Ces appareils sont repris par la société RECUPEL, une ASBL financée par les fabricants et importateurs d'appareils électriques. Au lieu de les jeter dans un centre d'enfouissement comme auparavant, l'ASBL les démonte et les recycle par matière. Les gaz de frigos, les tubes cathodiques de TV, l'amiante, le mercure, les piles, etc... sont traités séparément. Les métaux sont recyclés de même que les plastiques (transformés en granulés, ils sont réutilisés dans l'industrie automobile et la fabrication de meubles. Une petite taxe est d'ailleurs instaurée à présent à l'achat de ce type d'appareils, en vue de ce travail.

Autre nouveauté : la frigolite.

Une nouvelle société installée à Assesse valorise désormais le polystyrène expansé, plus communément appelé " frigolite ". Broyée, cette matière est incorporée à un ciment pour en faire un mortier aux propriétés d'isolation acoustique et thermique remarquables.

Afin de diminuer les coûts d'exploitation des parcs à conteneurs, on peut maintenant y déposer cette frigolite, amenée par des particuliers exclusivement et fragmentée en petits morceaux. Il s'agit de la frigolite provenant des électroménagers (TV, frigos, cuisinières, matériel HIFI, etc.), les panneaux d'isolation blancs, propres (sans étiquette ni peinture).

Ne sont PAS REPRIS : Les barquettes ayant contenu de la nourriture (viande, poisson...) ; Les boîtes d’œufs ; les chips de calage d'emballage ; la frigolite mouillée ou souillée, les rouleaux de frigolite servant d'isolation des murs.

Renseignements pratiques.

ATTENTION : à partir du ter avril, horaire d'été au Parc de Vitrival : du mardi au samedi : de 10 à 18 heures ; on n'accepte pas les entrées après 17 heures 45.

Prière de vous munir de vos propres outils : brosses, pelles, fourches, etc pour décharger les matières (inertes, vertes) car trop souvent les utilisateurs partaient avec le matériel du Parc !...

VENTE DE COMPOST: 23 € le m3. Ou 0,50 € le sac de 15 litres (un seul par semaine) servant de caution pour le sac. Prière de se munir de monnaie (le compte juste si possible) car le personnel ne dispose pas d'une caisse importante.

RAPPEL : on n'accepte qu'un m3 de déchets inertes par jour.

Téléphone: 071-71.30.56.

Nous donnerons la semaine prochaine d'autres précisions sur ce service, très important pour notre environnement, avec l'aide du civisme de nos habitants.

Photo rétro

Les Fossois à Orbey

Cette photo du groupe des Tchôs-Tchôs date de 1973 : c'était le samedi 22 septembre, lors de la première visite des Fossois à Orbey dans le cadre du jumelage signé en mai à Fosses ; On voit que la rue est largement ornée de drapeaux belges et français. Devant se trouvait un groupe de Grenadiers et les Dans' todi. Le cortège, avec en tête les autorités et délégations patriotiques, descend la rue Charles de Gaulle après l'accueil au lieu-dit Bethléem, pour se rendre au parc Lefébure, où eut lieu la première manifestation

discours d'accueil, réponse du bourgmestre de Fosses, salve par les marcheurs et vin d'honneur.

A l'avant on reconnaît Jules Durant, Jean-Marie Boccart à la grosse caisse, les trompettistes Gérard Adam (qui joua avec l'orchestre Herbert von Karajan) et Jean Jaumotte ; les officiers : Camille Lainé et René Lindekens et, de dos, les cantinières dont Marie-Thérèse Deviez. A l'arrière on devine un groupe d'Alsaciennes.

Ce fut une journée fantastique les Fossois avaient fait le déplacement avec trois autocars et la population d'Orbey avait assisté en masse aux manifestations de ces deux journées.