N° 8  23 février 2001

Etat civil

Mois de janvier 2001

Naissances

Le 7 : Romain Richelle, fils de Yves et de Carine Tamburini, d'Aisemont.

Le 9 : Savanah Van Hauwe, fille de Philippe et de Carine Pans, Vitrival.

Le 9 : Jonathan Godart, fils de Sylvie, de Fosses.

Le 10 : Marine Delcroix, fille de Thomas et de Delphine Fivet, d'Aisemont.

Le 22 : Thomas Fissette, fils de Geoffroy et de Christine Godfroid, de Haut-Vent.

Le 26 : Emma Herchy, fille de Emmanuel et de Sandrine Taminiaux, de Vitrival.

Le 30 : Marjorie Fauche, fille de Michel et de Marianne Thireur, de SartSaint-Laurent.

Mariage

Le 27 : Denis Damblon, 26 ans, de Charleroi et Sylvie Wouters, 26 ans, de Fosses.

Décès

Le 30-12-2000 à Sambreville : Alice Gillot, épouse de Omer Van Ryssel,

née à Nevoy (France) le 31-8-1917, de Fosses.

Le 3 au Home : Richard Delaire, époux de Gabrielle Poulain,

née à Lonzée le 15-11-1934, Sambreville.

Le 3 à Vitrival : Georges Colinet, époux de Louise Galand,

né à Vitrival le 9-1-1919, de Vitrival.

Le 7 à Aiseau-Presles :Ida Constant, veuve de Pascal Sevrin,

née à Namur le 19-8-1913, de Névremont.

Le 12 au Home : Georgette Dumont, épouse de Alphonse Lorand,

née à Wanfercée-Baulet le 28-4-1932, de Sambreville.

Le 14 à Aisemont : Anita Martin, épouse de Baudouin Lempereur,

née à Aisemont le 20-5-1932, Sambreville.

Le 14 à Namur : Suzanne Debaer, célibataire,

née à Bois-de-Villers le 23-9-1932, du Home Dejaifve.

Le 15 à Charleroi : Jeanne Thyse, veuve de François Laplanche,

née à Mont-sur-Marchienne le 28-12-1910, de Fosses.

Le 17 au Home : Simone Boes, veuve de Louis Antoine,

née à Louvroil (France) le 26-12-1923, de Jemeppe.

Le 19 au Home : Rita Radelet, veuve de Jozef De Beleyr,

né à Saint-Denis le 5-12-1943, de Jemeppe.

Le 21 à Châtelet : Emilienne Frickx, épouse de Englebert Damanet,

née à Bruxelles le 24-9-1922, Sart-Eustache.

Le 22 au Home : Paul Kempeneers, époux de Germaine Dubois,

né à Namur le 28-2-1910, de Namur.

Le 22 à Charleroi : Catherine Tahir, veuve de Edgard Parmentier,

née à Montluçon le 19-4-1915, de Le Roux.

Le 24 au Home : Arylle Notte, veuf de Denise François,

né à Arbre le 23-51911, de Profondeville.

Le 24 à Bambois : Marcel Bourcy, époux de Gaby Mercier,

né à Wardin le 13-9-1931, de Bambois.

Le 27 au Home : Raoul Sterck, époux de Arlette Lahaye,

née à Auvelais le 1-5-1930, d'Auvelais.

Le 27 au Home : Lucie Dumont, veuve de Emile Guillaume,

née à Vonèche le 5-2-1897, Home Dejaifve.

Le 29 à Sambreville : Marguerite Pirson, veuve d'André Libouton,

née à Fosses le 25-1-1907, de Fosses.

Le 30 au Gonoy : Irène Renier, veuve de Emile Genin,

née à Braine-leComte le 1-5-1911, rue de la Levée.

Le 30 à Charleroi : Léopold Deprez, célibataire,

né à Le Roux le 20-81931, de Le Roux.

 

Conseil communal

Un budget peu contesté Taxes peu modifiées

Examen d'entrée réussi pour la nouvelle échevine des Finances Laurence Titeux. Une présentation claire et concise de son budget, sur les traces de son prédécesseur Louis Lamy, de sorte que la critique fut presque inconsistante. Elle avait utilisé un rapport justificatif charpenté pour présenter, sur écran, ses tableaux de recettes et dépenses. Un budget étriqué pourtant, dans la difficile conjoncture actuelle des communes qui fut approuvé, comme prévu, majorité contre opposition, devant un public toujours nombreux et assidu. La séance avait débuté par une minute de recueillement pour Jean-Luc Charue, sapeur-pompier volontaire depuis 1976, décédé ce lundi à l'âge de 43 ans.

Les commissions

Après les critiques de la minorité sur la représentativité des groupes dans les commissions au sein du Conseil la fois passée, la majorité a admis de porter à 7 le nombre de membres, soit 4 UD, 2 PS, 1 PRL. On a ainsi

-pour la 1 re (travaux, état civil, police, incendie, personnel cimetières)

B. Spineux, A. Borbouse, J. Lallemand, Ph. Mullier, W. Piret, J.-L. Pacorus, Ph. Moreau;

- pour la 2e (culture, tourisme, jeunesse, sports, bibliothèque, académie, folklore et relations internationales) : B. Meuter, B. Robaye, Et. Drèze, B. Buchet, P. Jacqmain, N. Mottard, Fr. Rochet ;

- pour la 3e (patrimoine, urbanisme, environnement, agriculture, contentieux) : M. Charles, Ph. Mullier, J. Lallemand, B. Spineux, N. Mottard, J.-L. Pacorus, Fr. Rochet ;

- pour la 4e (citoyenneté, affaires sociales, logement, famille, emploi, associations patriotiques, noces, d'or, 3e Age et fêtes) : B. Buchet, B. Robaye, J. Lallemand, L. Titeux, P. Jacqmain, J.-M. Denis, Fr. Rochet;

- pour la 5e (finances, fabriques d'églises, laïcité, enseignement communal, affaires économiques, commerce, informatique) : L. Titeux, Et. Drèze, Et. Piette, B. Robaye, W. Piret, J.-M. Denis, Ph. Moreau.

Chaque commission est présidée par l'échevin, premier cité.

Dans les Intercommunales

Encore des désignations de représentants de la ville ;

- INASEP : B. Spineux (suppl. M. Charles)

- Aide médicale urgente de la Basse Sambre : Ph. Scieur, Cdt des pompiers) au Conseil d'administration) ; B. Robaye, aux assemblées générales

- Agence immobilière des cantons de Gembloux et Fosses : M. Charles et B. Buchet au C.A. ; Fr. Piette et Ph. Moreau aux A.G.

-SMAP : J.-L. Boulanger (assurances incendie), G. Parent (accidents de travail), Joël Lemmens (accidents droit commun)

- Dexia Banque: L. Titeux

-Immobilière « Propriété du Namurois » : B. Buchet

- Comité de gérance du lac de Bambois : B. Meuter, J.-L. Pacorus

- Union des Villes et Communes de Wallonie: B. Spineux

-Union des Villes belges : M. Charles.

Travaux

- Des travaux forestiers au bois de Vitrival (plantation d'épicéas sur 43 ares) sont prévus pour 108.520 F avec subsides.

- L'ancien hall des travaux est loué pour trois ans (bail renouvelable) à la société New MAM pour 25.000 F par mois.

- A la rue du Tisserand, des travaux adjugés pour 8.088.000 F, laissant un solde d'emprunt, il est décidé de les compléter sur 260 m et d'ajouter des chambres de visite.

Et divers

- Déchets : la convention entre la Ville, la Région Wallonne et l'Intercommunale Namuroise, est reconduite, mais pour un an seulement, le ministre Foret prévoyant des changements aux conditions de subsides pour les collectes sélectives.

- Prix de l'eau : le déficit d'INASEP pour ce service (3 millions 220.000 F nécessite une adaptation des tarifs. On paiera donc 1.200 F de redevance d'abonnement, 27 F le m3 jusque 20 et 60 F (au lieu de 57 F) au-delà. Le tarif de l'AIEM (Molignée) pour Vitrival, Le Roux et Sart-Eustache est un peu inférieur. Le projet de la R.W. est d'arriver à l'uniformiser.

- Des ordonnances de police pour travaux divers (câbles Belgacom), Cinebus et Infobus TEC, sont entérinées, de même que le rapport annuel sur la gestion communale en 2000, dont nous reparlerons ultérieurement.

Taxes

Trente-huit taxes communales ont été renouvelées, avec un peu de changements et une seule, celle rela-

tive aux immondices, n'a obtenu que 11 oui, 6 non (PS) et 2 abstentions (PRL), les autres étant admises à

l'unanimité et pour un an (les deux dernières, pour 5 et 6 ans).

1. additionnels au précompte immobilier (foncier) : 2.600.

2. taxe à l'impôt des personnes physiques : 7,5%

3. taxe sur les agences de paris aux courses de chevaux (2.500 F par par mois)

4. taxe sur la délivrance de documents administratifs (divers taux inchangés)

5. taxe sur les véhicules isolés abandonnés (10.000 F)

6. taxe sur dépôts de mitraille et véhicules usagés (5 F/m2)

7. taxe sur dépôt de véhicules non immatriculés sur la voie publique (10.000 F par véhicule)

8. taxe sur les mines et carrières (2,75 F la tonne)

9. taxe sur la force motrice (900 F/kW)

10. taxe sur les établissements bancaires (5.000 F par guichet)

11. taxe sur les décharges contrôlées (30 F/tonne au lieu de 20 F (elle ne touche pas les Fossois et la société en a encore pour 1 an et demi).

12. taxe sur inhumation (5.000 F et 2.500 F pour moins de 12 ans)

13. taxe sur les terrains de camping en fonction superficie de la parcelle (750 à 1.500 F)

14. taxe de séjour (20 F par personne majeure et par nuit)

15. taxe sur la distribution à domicile de feuilles et de cartes publicitaires, catalogues et journaux (2 F/ex. si une seule feuille et moins de 12 fois par an ; et 3 F pour les autres). On étudie la gratuité pour la première distribution.

16. taxe sur les secondes résidences (5.000 F pour caravane, 8.000 F par chalet, maison)

17. taxe sur le colportage : 500 F/jour, 2.250 F/semaine, 7.500 F/mois, 15.000 F/an.

18. taxe sur enlèvement des immondices : 1.600 F (au lieu de 1.300) pour personne seule ; 2.000 F pour deux personnes et plus (au lieu de 1.600), 2.000 F par commerce et indépendant si l'exploitant n'habite pas le même immeuble, 2.000 F pour une seconde résidence. Approuvé par la majorité seule.

19. taxé sur les pylônes (100.000 F)

20. taxe sur les spectacles et divertissements : le Collège songeait surtout aux entrées au lac de Bambois où les non-Fossois représentent 75% de la fréquentation et qui causent des nuisances pour les riverains (stationnement en pagaille) et les investissements prévus pour un parking. Mais Mme Lalière-Mottard s'insurge : 20 F par ticket, cela peut faire doubler le prix de l'entrée, mieux vaudrait un pourcentage ; M. Brachotte s'inquiète : et les sociétés sportives ? Le règlement d'application étant jugé trop flou, il sera revu.

21. redevance sur l'emploi des sacs-poubelles (20 F et 40 F le sac)

22. sur l'emploi de sacs Fost (5 F le sac).

23. redevance sur les exhumations (taux horaire selon travail)

24. redevance pour l'utilisation d'un caveau d'attente : 600 F par mois.

25. redevance pour concession de sépulture : 4.000 F/m2 pour un habitant de Fosses ; 8.000 F si

non-Fossois.

26. redevance pour concession en columbarium (10.000 F si habitant la Commune ou 20.000 F si pas.

27. redevance pour ouverture de caveau (forfait de 2.500 F + taxe de 500 F).

28. redevance pour la recherche, la confection et la délivrance de renseignements administratifs (120 F par renseignement ou 600 F par heure de travail.

29. redevance pour l'enlèvement des versements sauvages (taux divers selon les frais de ramassage et transport).

30. redevance pour affichage par afficheur communal (120 F par affiche).

31. portions affouagères, section de Vitrival (200 F par portion)

32. redevance pour interventions en matière d'incendie : hors les 24 interventions obligatoires (comme incendie, accidents...) : pour l'officier 1.000 F/heure ; véhicules

1.500 F/h pour auto-pompe et camion citerne ; 750 F par motopompe; 75 F/km de déplacement des camions et 25 F pour les camionnettes. Pour le préventionniste (demandé par d'autres communes) : 750 F de dossier; 2.000 F/h pour l'officier, 650 F/h pour la dactylographie du dossier ; 2.000 F/h de déplacement.

33. transport d'urgence par ambulance, application du tarif unifié par la Région Wallonne.

34. prêt de livres à la bibliothèque (5 F par livre par quinzaine).

35. redevance pour utilisation du site Internet à la bibliothèque communale : 50 F/heure par enfant ; 100 F/heure par adulte ; moitié prix le samedi et gratuité pour les écoles.

36. la gratuité de sacs poubelles communaux pour les enfants de moins de 2 1/2 ans et les personnes incontinentes.

Pour les exercices 2001 à 2006

- exonération de la taxe sur la force motrice en faveur des industries nouvelles.

- exonération de l'impôt foncier communal pour les logements sociaux.

A huis clos

Le Conseil nomme, à titre définitif, deux employés D4 : Mme Dominique Goisse (de Haut-Vent), aux Travaux et Mme Brigitte Absilis (rue de l'Abattoir) aux Finances.

II a aussi approuvé des intérims dans les écoles et la désignation de maîtres spéciaux de religion.

(à suivre: le budget 2001)

Taxes en pagaille

Lors de la présentation de la liste des taxes préparées pour l'ordre du jour du Conseil, dans notre numéro de la semaine dernière (que nous (re)présentons par ailleurs après leur approbation), certains lecteurs ont été impressionnés par leur nombre. Or, il ne s'agit que d'une liste et de chiffres à peu près identiques à l'an dernier ; simplement, la taxe sur les immondices est en augmentation de 400 F par ménage. Beaucoup de taxes ne concernent d'ailleurs qu'occasionnellement, ou pas du tout, la plupart d'entre nous.

Mais ce qui est assez cocasse à la lecture de celles-ci, c'est le désordre dans lequel elles sont présentées. Par exemple, la taxe sur les inhumations, vient s'intercaler un peu après les dépôts de mitrailles et véhicules abandonnés... et juste avant la taxe de séjour (un séjour prolongé, exempt de taxe, enfin !). Ce qui est plus juste par contre, c'est la taxe sur les exhumations qui vient directement après la redevance sur les sacs-poubelles ; on peut dire, là, que l'ordre est respecté ! Mais, à propos de respect, soyons tout de même un peu plus respectueux pour nos défunts dont nous ferons un jour partie, hélas ! Mais si vous tenez réellement à alimenter le budget communal (il s'agit d'une boutade, bien sûr), vous pouvez, au choix

- laisser à l'abandon un vieux véhicule (10.000 F), de préférence non immatriculé (+10.000 F) ;

- Installez-vous dans une seconde résidence (8.000 F + 2.000 F pour les immondices) ;

- installez-y un haut pylône (100.000 F) pour y pratiquer à votre guise le mât de cocagne par exemple ;

- allez déposer ça et là dans les fossés, des sacs où vous y aurez incorporé des documents qui permettront de vous identifier aisément ;

- parquez-vous le plus souvent en infraction, après avoir eu soin de détruire quelques potelets bien placés (ça ne manque pas dans l'entité et ils sont nettement plus nombreux que les emplacements de parking) ;

- faites une blague aux pompiers en les faisant venir avec tout leur matériel, autos pompes, etc., pour un feu de broussailles dont les fumées incommoderont au maximum vos voisins et puis vous les faites revenir le lendemain (les pompiers) pour leur

payer un verre (mission non payante, mais peut-être sanctionnée !) ;

- vous simulez aussi un malaise qui nécessite un transport en ambulance (ne fût ce que pour aller dire un petit bonjour aux infirmières de Sambreville) ;

- et surtout, préparez-vous une belle sépulture de 100 m2 (4.000 F/le m2 = 400.000 F), de préférence après avoir quitté la Commune (tarif double).

Vous aurez alors prouvé que vous avez été un bon citoyen fossois et que vous aurez participé au maximum aux taxes qui, rassurrez-vous, ne sont pas plus élevées qu'autre part.

 

 

Pharmaciens de garde

Jeudi 22 : Lahaut, Ermeton

Vendredi 23 : Liénard, Mettet

Samedi 24 : Maquille, St-Gérard

Dimanche 25 : Maquille, St-Gérard

Lundi 26 : Mahia, Ermeton

Mardi 27 : Mainil

Mercredi 28 : Maquille, St-Gérard

Jeudi 1er mars : Trigaux, Mettet

Service médical

Le service de garde sera assuré au cours de ce week-end par le Dr POTOR, tél. 071-71.10.02.

Souper louisianais

Le comité de jumelage Fosses-laVille - Washington (Louisiane) vous convie à son premier souper louisianais le samedi 10 mars, à 19 h 30, en la salle L'Orbey.

Le prix du repas est fixé à 500 F pour les adultes et comporte l'apéritif, la Jambalaya et un dessert, le tout typiquement local.

Le repas enfant est fixé à 300 F et comporte le même apéritif (mais non alcoolisé), poulet sauce tomate et purée et un dessert.

Les réservations doivent être adressées pour le jeudi 8 mars au plus tard à la Maison du Tourisme et de la Culture, place du Marché 12 à Fosses, au S.I. (071-71.27.01 le jour) ou à Rob. Meuter (071-71.16.94 (en soirée). Le paiement peut aussi être effectué au 068-2128905-73 avant le 6 mars.

Mardi gras

Le mardi 27 février, la Confrérie du Mardi Gras effectuera sa tournée traditionnelle dans les rues du Centre, pour récolter des veufs (et du numéraire) qui serviront à l'omelette géante et gratuite, en la salle L'Orbey.

Cours de modiste

Des cours de modiste (chapeaux) sont organisés par Vie Féminine. Ils reprendront le lundi 5 mars, de 20 à 22 h. Ils se donneront à la Maison de la Culture et du Tourisme, place du Marché. Le cours comportera 10 leçons : les 5, 12 et 19 mars, les 2, 9, 23 et 30 avril et les 7, 14 et 21 mai.

Membres: 1.300 F Non-membres: 1.900 F. Inscriptions pour le ier mars chez

- Mme Marylise Lallemand 71.019.49 - M- Jocelyne Baivier (Ma Bouille) au

71.25.15 (entre 18 et 20 h).

Malchance

Lundi, les pompiers de Fosses ont été appelés à la friterie Patou, place du Marché à Fosses, pour éteindre un incendie qui s'était déclaré dans la friteuse, dont l'huile s'est largement répandue et dont les flammes menaçaient les conduites d'alimentation de gaz. Leur intervention, en nombre, a pu éviter un plus dangereux sinistre dans ce type de commerce très exposé à ce genre de catastrophe (on se souvient que cette maison avait complètement brûlé lorsque la friterie était tenue par Mony, il y a une bonne trentaine d'années). On sait que la friterie a été reprise il y a trois mois, par un jeune Fossois, David Gilson, qui avait déjà dû fermer l'établissement pour sécuriser certains éléments défectueux (notamment la hotte). A présent, c'est l'entièreté de cette friteuse professionnelle qui doit être remplacée, ce qui nécessite encore une fermeture de plusieurs jours avec un important manque à gagner. On sait aussi que le démarrage dans le commerce n'est pas aisé pour un jeune, confronté aux investissements importants que pareille reprise nécessite. II y a bien assurance, mais la vétusté du matériel ne permettra pas de compenser le coût d'une remise à neuf. Ce jeune gérant nous demande donc, par le biais de notre journal, d'expliquer à sa clientèle fossoise la raison de cette fermeture ; car ce sinistre n'a aucune apparence extérieure et le public pourrait alors se poser des questions sur cette fermeture prolongée. On souhaite en tout cas que les choses s'arrangeront au mieux pour ce jeune et sympathique Fossois confronté à tant de problèmes au départ d'une profession déjà exigeante.

Hommage

Selon la vénérable coutume, les groupements patriotiques de Fosses ont rendu hommage au Roi Albert, samedi, à l'occasion du 66e anniversaire de sa mort.

Emmenés par le président des A.C., 8 drapeaux, le bourgmestre et trois échevins, plusieurs représentants de sociétés patriotiques et anciens combattants ou militaires, le commissaire de police et autres sympathisants, se sont rendus au monument, maintenant au square Chabot. Dépôt de fleurs, sonnerie Aux Champs, Brabançonne, puis quelques mots de remerciement de la part du président, Freddy Dufrasne et un mot aussi du nouvel échevin des sociétés patriotiques, Benoît Buchet, sur le sens de cette manifestation de fidélité dans le souvenir d'un grand roi.

Remerciements

Après le concert de la Saint-Valentin, le comité de la Royale Philharmonique remercie tous ceux et celles qui ont oeuvré à la réussite de cette manifestation. Un grand merci au Centre communautaire, à l'Echevinat de la Culture, à nos généreux mécènes, aux dévoués qui ont apporté leur temps libre et leur aide. Merci aux musiciennes et musiciens d'avoir répondu présent pour ce concert ; merci aussi à l'Ecole de tambours, à M. Dirickx et sa classe de clarinettes du Conservatoire d'Auvelais, à l'Harmonie L'Avenir de Mettet.

Mais le plus grand des mercis est à vous, public, que nous l'adressons ; merci d'avoir répondu nombreux à notre invitation. Rien n'eut été succès sans votre présence et vos encouragements. C'est à vous que nous devons la réussite de notre concert.

Le profite de cet article pour rappeler que notre Ecole de musique ne s'ouvre pas seulement aux enfants, mais que les adultes y sont également les bienvenus. II n'y a pas d'âge pour apprendre : notre élève le plus âgé a dépassé la septantaine, pardon, je devrais dire soixante-dix et qu'il a déjà rejoint les rangs de la Philharmonique. Pour le Comité: C.B.

Pompiers en deuil

Les pompiers de Fosses ont perdu l'un de leurs membres, Jean-Luc Charue, 43 ans, décédé à Sambreville le 19 février, après une pénible maladie. II était le fils de Michel Charue et de Nicole Haut, qui tenaient à l'époque le café des Quatre-Bras. II avait un frère, deux sœurs et avait deux enfants à la suite de son mariage avec Béatrice Arnould. II était entré chez les pompiers en 1976. Ses funérailles ont eu lieu ce jeudi

Concours de belote

Un concours de belote est organisé ce vendredi 23 février, en la salle communale L'Orbey, par l'Amicale des Pompiers de Fosses.

Ce concours qui débutera à 20 heures (inscriptions à partir de 19 h 30) comportera 8 tours. Le prix de l'inscription est de 500 F avec 8 boissons comprises. Les prix seront déterminés suivant l'importance des inscriptions. Invitation à toutes et à tous.

Grand Feu

Rappelons que c'est ce samedi que sera allumé le grand feu de Fosses, le 1er de la série des grands feux dans l'entité. Le bûcher a été monté comme les années précédentes, dans la prairie Lebichot, rue de l'Abattoir. II est organisé par la Compagnie des Congolais de Fosses. Le soir, les masqués et le public seront invités à la salle L'Orbey pour une soirée dansante qui clôturera cette journée de tradition bien de chez nous.

12 h. à l'Djote

Ce sera au même endroit (salle de Haut-Vent) et à la même date que l'an passé : le 31 mars que les Débridés organisent leur 10e repas, de 11 à 23 h. Réservations

- Michel Vandeloise 071-71.12.40

- Jean-Louis Pacorus 071-71.33.00

- Patrick Collard 0477-77.92.85

- Le Fer à Cheval 071-71.19.38

- Claudy Van Ryssel 071-71.44.48

 

Promenade

C'est ce dimanche 25 février, à partir de 9 h, que vous pourrez parcourir 5, 8,5 ou 12 km au choix, dans les alentours de Sart-Eustache. Ces belles promenades vous sont proposées par l'asbl sartoise « Droits et Respect à la Nature ».

A votre retour, un repas campagnard (à volonté) sera présenté. Adultes 300 F, enfants 200 F. Pour plus de facilité, une réservation serait souhaitable : au 071-38.45.37 ou au 071-38.44.62.

Concert

Le samedi 24 février, à 19 h 30, en l'église du Sart : concert de la Chorale La Sartoise et le Petit Chœur, (dir.Véronique Henrard.) Avec la participation de la Société royale Chorale mixte « Les Bardes de la Meuse », sous la direction de Jean-Pierre Massart. Entrée :150 F.

Dîner du Volley-club

Le 25 février, à partir de 12 h, en la salle des écoles de Le Roux, le Volley Club de Le Roux organise un Dîner Super Raclette. Prix 500 F pour et 250 F pour les enfants. Inscriptions chez M. Dargent, tél. 071-71.20.20.

Madagascar

Ce samedi 24 février, après un office en l'église d'Aisemont, le Père Randianasolo, président de Caritas et directeur de l'enseignement catholique de Madagascar, évoquera la situation sociale de cette île grande comme la France et la Belgique réunies, peuplée de 12 millions d'habitants qui tentent, à travers divers réseaux de formation et d'organisation de projets pratiques, de sortir de leur état de pauvreté. La dévaluation a atteint là-bas 300% depuis 1987 et la dette publique atteint 130 milliards de FB. Caritas Antsirabé lance des projets d'exploitation agricoles et de reboisement.

Dîner au Bambois

Dans le cadre de l'anniversaire du centenaire de l'église de Bambois, un dîner est organisé en la salle Le Bambois le dimanche 11 mars, à 12 h. Au menu - Apéro

- Saumon en Belle-Vue, source verte - Rôti de porc à l'Ardennaise, pommes croquettes

- Gâteau.

Prix : 650 F (enfants 300 F).

Inscriptions avant le 4 mars chez F. Casimir (071-71.13.35 ou Micheline Michaux (071-71.12.79)

.

Chez les grenadiers suisses

Bref historique

Le Troisième régiment suisse est issu de la capitulation conclue le 27 septembre 1803 entre la France et la Suisse pour la levée de 4 régiments de 4.000 hommes chacun. II fut fondé en septembre 1806 et placé sous le commandement du colonel Louis Demay. II est tout d'abord cantonné dans les Flandres.

En décembre 1807, son effectif est d'à peine 3.000 hommes ; c'est cette même année qu'il reçoit son aigle. Le 3e Régiment a participé à la meurtrière campagne d'Espagne et en 1808, il capitule à Baylen avec l'armée du général Dupont. En 1811, notre régiment se dirige sur Magdebourg, pour se joindre aux trois autres régiments suisses et former une division du corps d'armée du maréchal Oudimont.

Vainqueur en août, vaincu en novembre, la fin de 1812 voit le beau régiment écarlate et noir descendre vers la Bérézina où l'attend un lamentable spectacle. Affecté à la division Merle, le 3e attend que les ponts soient terminés pour franchir la rivière et s'établir sur la rive droite dans la forêt de Stachowa. Par un froid polaire, les Suisses résistent à tous les assauts, protégeant la retraite de la Grande Armée. Sur les 7.000 Suisses ayant passé le Niémen cinq mois plus tôt, trois cent à peine en reviennent.

La Révolution de 1830 mettra fin à la présence des troupes suisses au service de la France

Excursion

Nous organisons le samedi 31 mars 2001 une excursion ayant pour thème : « Regard sur le passé militaire ». Deux visites guidées seront proclamées au cours de cette journée.

La première visite aura lieu au Musée de la ferme du Caillou à Vieux Genappe : Napoléon ter et son étatmajor passèrent la nuit du 17 juin 1815 dans l'ancienne ferme du Caillou à Vieux-Genappe. L'Empereur y établit le matin du 18 juin les plans de la Bataille de Waterloo ; ce musée est le seul musée napoléonien en Belgique. II présente de précieux souvenirs personnels de Napoléon ainsi que des armes et collections diverses relatives à la Bataille et à l'Empire. Les collections sont réparties sur 5 salles. Nous irons admirer les lances françaises et les fusils français et étrangers provenant du champ de bataille ; la salle dite de l'Empereur, où Napoléon passa la nuit du 17 au 18 juin 1815, la salle à manger où se trouvent la table et le tapis sur lesquels Napoléon étala ses cartes avant la bataille, etc. Cette visite s'effectuera avec un « guide 1815 ». Après avoir visité le Musée, nous nous rendrons avec le guide sur le champ de bataille.

Ensuite nous partirons à Bruxelles au Musée royal de l'Armée et d'Histoire où nous prendrons le repas de midi (Bavarois d'écrevisses sauce crème, blanc de poularde Sainte-Catherine, mousse cascade). Après le repas, nous aurons une visite guidée du musée.

Le Musée de l'Armée est situé dans le parc du Cinquantenaire. Au XIXe siècle, ce parc était la plaine de manœuvres de la garde civique. A l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance de la Belgique, Léopold II demanda à l'architecte Gédéon Bordiau de construire des palais d'exposition dans un parc aménagé à l'emplacement de l'ancien terrain d'exercice. Le Musée de l'Armée se distingue des autres musées militaires (tels Paris ou Londres) par trois caractéristiques. La première porte sur la diversité des collections. Si l'amateur d'armes y trouve son bonheur, les avions, les tanks, les tableaux, l'histoire des deux guerres mondiales combleront le grand public. Le musée se distingue aussi par les pays traités qui ne se limitent pas à la Belgique. Enfin, les collections balayent dix siècles d'histoire, du Moyen Age aux conflits contemporains. Le musée est divisé en différentes salles ; chacune traite d'une période de l'histoire militaire.

Le prix de l'excursion est fixé à 1.300 F par personne. Ce prix comprend : la location du car, l'entrée du Musée de la Ferme du Caillou, des guides et des deux musées, ainsi que le repas de midi (boissons non comprises). A noter que l'entrée du Musée de l'Armée est gratuite. Départ de Fosses (place du Centenaire) à 8h30.

Si vous êtes intéressé par cette journée, vous pouvez vous inscrire chez le président J.-P. Fauche (07178.34..95), ou chez le trésorier Ch. Wellin (0497-11.63.98) avant le samedi 24 mars. Bienvenue à tous !

Comment va le football fossois ? ...

Un autre point de vue

Commentaires de Daniel PIET, ex-secrétaire de la R.U.S. Fosses, à propos de la situation actuelle et de la position du bourgmestre (La Nouvelle Gazette) sur les « sommes folles accordées aux mercenaires ».

Pour mieux comprendre ces commentaires, nous reproduisons l'article de La Nouvelle Gazette du 14 février et titré : « Un messie sans apôtres. »

L'avenir de la RUS Fosses, tout comme le retour du président Viaene, restent plus qu'incertains

S'il est bel et bien envisagé, le retour aux affaires de Léon Viaene est loin d'être acquis ; invité à reprendre la présidence du club, le chef d'entreprise fossois est d'accord. A une condition toutefois, c'est là qu'est le hic...

« Baudouin Janssens, qui évolue avec l'équipe réserve du club mais est aussi président de l'Union Démocratique, m'a demandé de revenir, assure Léon Viaene : après tout ce que tu as fait pour le Club, tu ne peux pas le laisser tomber » m'a-t-il dit. Moi je veux bien, mais à une seule condition que la commune intervienne dans les frais de fonctionnement: eau, mazout, électricité ».

Une clause qui ne rencontre pas vraiment l'aval du pouvoir communal à Fosses... Et M. Viaene d'étayer son point de vue : « En dix ans, j'ai mis dix millions dans le club, c'est bon comme ça ! En plus, en un an, on trouve le moyen de mettre le club par terre. Et pas pour des raisons financières puisque les seules dettes contractées par la RUS Fosses, elles le sont envers moi et je les laisse amortir en sponsoring. Alors que j'ai le plus aidé le club, c'est moi qui reçois le plus de coups de gueule et de coups de bâton... A 71 ans, je ne vais tout de même pas tout recommencer comme avant. Je ne reviendrai que si la Commune aide le club, tout comme elle doit le faire avec Bambois. Là-bas, on ose même plus allumer une ampoule... La Commune au niveau sportif, c'est zéro! »

Un avis pour le moins tranché qui n'aplanira probablement pas les divergences de vue entre les deux parties.

« Je n'ai pas rencontré M. Viaene dernièrement, signale d'emblée le bourgmestre. J'entends dire qu'il veut me voir et aimerait que l'Administration communale efface l'ardoise laissée par le club. Mais ces quelque 400.000 F de dettes pour l'eau et l'électricité, le collège échevinal ne peut pas les laisser tomber. Ce serait favoriser une association par rapport à d'autres qui n'ont pas plus d'aide ».

Le bourgmestre de Fosses refuse d'endosser la responsabilité des difficultés rencontrées par la RUS Fosses : « Contrairement à ce que d'aucuns disent, nous ne voulons pas la mort du club. Toutefois, l'administration communale n'est pas responsable d'une gestion ayant laissé des factures impayées. Et puis, je connais le monde du football et je sais ce que certains joueurs ont touché ; je ne veux pas que les gens de Fosses payent pour les sommes folles accordées par le club à des mercenaires... »

Le problème de la survie de la RUS Fosses reste donc entier et plus que jamais lié à l'hypothétique venue (ou retour) d'un messie pour le moment dépourvu d'apôtres.

(s) J.-L. Papart (Nouvelle Gazette)

A cela, M. Piet apporte un élément sans doute moins connu.

En accédant à la Première provinciale, certains joueurs ont pensé qu'ils avaient le droit d'être exigeants et sont, en partie, à la base de la déroute de l'équipe.

Comme le disait récemment le président d'honneur du club, Emile Damanet : « Aujourd'hui, on ne joue plus pour rien, hélas... ».

En mai 2000, à l'époque des transferts, le Comité, dont je faisais encore partie, a pris ses responsabilités. Certains joueurs, pour rester à Fosses, posaient comme condition d'obtenir, soit une double prime de victoire, soit une prime par but marqué (heureusement que celui-là n'en marquait pas plus de 5 par saison !), soit 4 paires de chaussures pour le championnat, soit des primes en coupe de la Province, soit une assurance-incapacité, comme dans les clubs professionnels

Devant le refus du Comité, qui tentait vainement de faire comprendre à ces joueurs qu'on ne pouvait décemment pas accepter que les dépenses soient supérieures aux recettes, ils ont dès lors décidé de quitter la RUS Fosses et sont partis à Sambreville, à Arquet, à Auvelais et à Gembloux. C'est ainsi qu'on a perdu une demi équipe de bons joueurs : E. Lorand, Y. Dambroise, Anciaux, Malhaise, Gillard et Thys.

Depuis, les nouveaux venus : Delcorps (Walhain), Concas (Châtelet), Bertin (J. Tamines) et M'bo Babota (Ligny) ont déserté l'équipe. Quant à Vandy (J. Tamines), il a abandonné ses équipiers en cours de saison (en fait, il a joué en septembre et octobre) et joue actuellement en salle avec Floreffe ! Les Espoirs fossois, armés de courage et secondés par quelques

t, anciens, comme les frères Lorand et Renaux, font ce qu'ils peuvent, mais sont incapables de soutenir le rythme de la première provinciale.

Espérons que tous ces jeunes puissent nous valoir une bonne saison l'an prochain en P 2 et que le club retrouve un président, un trésorier et un secrétaire, afin de tenir le gouvernail qui, aujourd'hui, ballote au gré des vents...

Daniel PIET, ex-secrétaire de la RUS Fosses

Entre-temps, les joueurs et quelques dévoués restés fidèles au club organisaient un souper samedi dernier, qui a obtenu un succès complet. Ce qui prouve que le club veut sortir de l'impasse et que les sympathisants sont nombreux. Un grand bravo à toutes ces bonnes volontés.

Nous reprendrons pour le compte du club fossois, les paroles du PDG de la Sabena en parlant de sa société en difficulté. « La RUS Fosses est sortie des urgences, mais elle est encore malade ». Reste à trouver le médecin et ses assistants qui, après avoir effectué le bon diagnostic, lui prescriront les médicaments appropriés.

 

A la R.U.S. Fosses

Ce samedi 17 février, les joueurs restés fidèles à l'équipe première et l'équipe Espoirs (sans qui on devait baisser pavillon), ont voulu se serrer les coudes en plus de leur total volontariat au sein du club, afin de maintenir celui-ci en vie. Ils ont eu l'idée d'organiser un petit souper démocratique : apéro, boulettes sauce lotale et frites, dessert et tombola.

Le souper a réuni 180 personnes ! C'est en voyant cette foule et les généreux donateurs que l'on a pu juger de la volonté générale de garder en vie un club qui existe depuis 1926.

Citons ces donateurs qui sont

- Les Débridés de Bambois, présidés par Claude Van Ryssel qui a offert la viande pour les boulettes

- Régalgel de Fosses (M. et Mme Drèze) qui ont offert les frites

- Un membre du club a offert les ingrédients pour la sauce tomate

- Les nombreux lots de la tombola ont été offerts par les commerçants suivants : AD Delhaize, Au Petit Jardin, Benada, Boutique 2000, Centre Floral, Cham pion-Mestdagh Garage Citroën Thierry Populaire, Esso Rasetta, Faco, Fortis Banque, GB, le Pot aux Roses, Marcel Mazuin, Vers l'Avenir.

Un tout grand merci à ces donateurs et tout particulièrement à notre joueur-traiteur Pierre-Emmanuel Lorand qui nous a préparé ce repas, assisté en cuisine et en salle par M. et Mme Marcel Thoron, Armand Simonie, les joueurs ; Christine et Lucia à la tombola ; les joueurs au bar ; Eric et Christian aux tickets ; avec le soutien de Pol et Maguy et pour l'organisation générale Marcel Thoron.

Fossois et Fossoises, lors de l'organisation de vos banquets, pensez aux commerce fossois.

Les supporters et dirigeants souhaitent un très prompt rétablissement à notre joueur très estimé Jean-François Lorand qui s'est cassé le péroné lors de la rencontre Bioul-Fosses la semaine passée.

Christian CARPENTIER

HAN FOSSES 6 - 1

En effet l'addition n'est pas exagérée car sans un grand keeping de P. E. Lorand, la note aurait sans aucun doute été beaucoup plus corsée.

Si en première période à Han, Struvay, Demoulin et Dujeux donnèrent l'impression d'être dans leur élément, par contre à Fosses, seul Rasetta parvint à tirer son épingle du jeu. . Le premier but tomba à la 28' quand sur une combinaison entre Demoulin et Struvay, la reprise de Hautot rencontra le poteau. A l'affût, Willem devait s'y reprendre à deux reprises pour ouvrir le score. Toutefois, après que Rasetta ait vu son tir lécher le poteau sur une des très rares offensives visiteuses, Renaux profita d'une mêlée pour en extirper le cuir victorieusement. Cette égalisation émoustillait les Hayets car sur la remise en jeu, Struvay était fauché et Demoulin transformait le pénalty (2-1).

La seconde période fut à sens unique. Et il fallut du superbe Lorand entre les perches pour détourner des essais de Struvay, Hautot, Willem et Demoulin ou encore remporter ses duels avec les Henin, Willem et B. Herman et pour retarder l'échéance du troisième but qui tomba à la 68' quand Struvay arrachait la balle des pieds de Tasiaux et centrait pour Claude. 3-1. Dès lors, les carottes étaient cuites et furent vite carbonisées quand sur corner de Struvay, la reprise de Demoulin faisait mouche. Puis, sur un service de Demoulin, B. Herman partait seul battre le gardien. Ensuite, après que des envois de Struvay et Hautot eurent caressé la base des poteaux, Struvay d'un centre tir, lobait le gardien à qui Fosses doit une fameuse chandelle.

Mi-temps: 2 -1

Arbitre: M. Letellier

Buts: Willem (28' 1-0), Renaux (30' 1-1), Demoulin (32',pén. 2-1),Claude (68' 3-1), Demoulin (75' 4-1), B. Herman (77' 6-1), Struvay (82' 6-1).

HAN : Leclercq, R. Herman, Henrotin, Dujeux, Hayon, Demoulin, Claude, Struvay (85'Franchimont), Hautot, Denis (60' Henin), Willem (58' B.Herman).

FOSSES : P.E. Lorand, J. F. Simonis (70'Gilson), Van de Put, Falque, Laurent, G. Simonis ( 82' C.Jaumotte), Rasetta, Tasiaux, M. Jaumotte, Renaux, Chariot

 

FLOREFFE- FALISOLLE.AIS 2 - 5

A la 10e, les Fossois ouvraient la marque par Montési (0-1). A la 18e, Legrain inscrivit le numéro deux. A la demi-heure, Sizaire ratait la conversion d'un pénalty. A la 37e, Legrain inscrivait le numéro trois. Dès la reprise, le même joueur ajoutait un quatrième but sur pénalty. A l'heure de jeu, un auto goal de Decourtray donnait au score une allure de forfait. Aux 62e et 631, les Floreffois étaient réduits à neuf suite aux exclusions de Boulanger et Parmentier. A la 84e, Tholet réduisait la marque à 1-5. Trois minutes plus tard, Lambiotte d'une reprise de volée fixait la marque définitive à 2-5.

 

BAMBOIS - SOMME 2 - 1

Au quart d'heure, Migeot mettait les « Plagistes » sur orbite (1-0). A la demi-heure, les Somzéens répliquaient mais le jeune keeper Dimitri Seront était vigilant. Peu avant la pause, les visités se créaient deux occasions par Frédéric Libert et Marchal mais le score ne bougera plus jusqu'à la pause. En seconde période, à la 56e, Marchal fit 2-0 suite à une passe de Sébastien Wauthelet. En toute fin de rencontre, Walter Bauduin fit 2-1 mais c'était trop tard. A noter l'excellent match de Dimitri Seront.