N° 5  2 février 2001

Il y a 25 ans,

- Le garde particulier Hubert Lempereur à Vitrival, a tué 78 renards en cinq ans. Son dernier pesait 17 kilos.

- Une statuette en bois, de grande valeur, a été volée dans une chapelle de la rue du Long Try à Le Roux.

- Un concours de couyon organisé par la Balle Pelote de Névremont a réuni 144 joueurs. Nicolas Want est vainqueur, devant Constance Remy et Emile Boigelot.

- La population de Sart-Saint-Laurent était, au 31 décembre 1975, de 465 habitants (227 hommes et 238 femmes. L'année précédente, il y avait exactement 464 habitants (226 hommes et 238 femmes : un homme en plus !).

- Pénible accident à Fosses : la petite Sophie Hannevart, 11 ans, est renversée par une voiture en emmenée en clinique dans un état grave. Elle succombera à ses blessures.

- Un individu, la tête cachée dans un bonnet de laine, s'est introduit dans le magasin de chaussures Cendrillon, à Fosses et s'est fait remettre le contenu de la caisse.

- Décès à 52 ans de Roger Falque, de Sart-Saint-Laurent, qui avait créé un chantier de démolition de voitures. II était père de 12 enfants.

- Décès aussi à 47 ans, d'un ouvrier communal et pompiers à Fosses

Fernand Briot, victime d'une crise cardiaque.

- Le Conseil communal propose aux habitants concernés de donner leur avis sur le construction d'une route reliant la Grosse-Haie à la route de Mettet. Le plan leur est présenté au cours d'une réunion publique.

Quelques extraits parus dans Le Messager de Fosses en 1901

Nous poursuivons la reproduction de petits articles parus dans Le Messager de Fosses d'il y a 100 ans, parus sous la rubrique « Menus propos ».

- Jeu de bonneteau. - L'Administration des chemins de fer a adressé au personnel des trains et des gares, de nouvelles recommandations au sujet de la surveillance à exercer à l'égard des joueurs de bonneteau (jeu de cartes prohibé.

- Nouvelle taxe. - Une taxe sur les automobiles sera dorénavant instaurée. Elle sera de 50 fr. pour les personnes qui posséderaient une ou plusieurs voitures dont la force ne dépasse pas 6 chevaux-vapeur. Pour une automobile de force supplémentaire, elle sera de 10 fr. par cheval vapeur

- Dégénérescence. - Sur 13.000 jeunes gens qui ont pris un mauvais numéro dans l'urne en 1900 et qui auraient dû être incorporés, 7.640 ont été exemptés pour défauts physiques. Si ces chiffres sont exacts, ils sont lamentables. Mais d'où viendrait pareille situation ? A notre avis, l'alcoolisme doit être le principal coupable. Et cela ne suffirait il donc pas pour qu'on prennent des dispositions radicales contre cet empoisonnement.

- Le public se plaint. - de l'état d'usure de certaines pièces en argent, notamment celles de 50 centimes. Certaines ne portent plus aucun trait de nature à les reconnaître ; ce sont de simples rondelles d'argent. Dans un grand nombre d'établissements, ces pièces sont refusées. Nous venons d'apprendre que le Ministère des finances vient d'ordonner le retrait au fur et à mesure de leur rentrée, les pièces portant le millésime de 1866 à 1868. Mais comment les reconnaître quand elles sont usées ?

- Gare aux chenilles. - On constate un peu partout une invasion extraordinaire de chenilles. Sur certains arbres, il ne reste plus aucune feuille. Des mesures énergiques s'imposent.

- Monnaie de nickel. - On annonce qu'il sera prochainement frappé des monnaies de nickel avec un trou au centre. Les pièces seront de 5 et de 10 centimes avec deux L surmontés d'une couronne royale.

- Grève. - La grève s'installe dans le bassin houiller liégeois : 300 à Tilleur, 290 à Jemeppe, 600 à Herstal. A Saint-Nicolas, des grévistes ont essayé d'empêcher certains de se rendre à leur travail, mais les gendarmes ont refoulé les agresseurs. La police a arrêté un houilleur porteur d'un revolver chargé de 6 balles.

- Danger. - Le pétrole fait chaque jour des victimes, principalement en

raison de la déplorable habitude qu'ont les ménagères de verser ce produit pour raviver leur feu. Il existe un moyen plus efficace et sans danger. Il suffit de jeter un petit morceau de colophane. Cette résine se répand sur le charbon et s'enflamme immédiatement.

- La chasse aux emplois. - La chasse aux emplois de l'Etat est plus âpre que jamais. Pour 120 places de commis des chemins de fer, 1.400 candidats se sont présentés à l'examen et 1.800 jeunes sollicitaient 150 places de garde convoi.

Chauffage des trains. - Des appareils de chauffage appelés wagonsvapeurs, dans les trains vont être mis à l'essai. Ce sera une bonne chose pour les personnes qui font de longs trajets.

- Aux Amériques. - Une loi de l'Etat de New York considère comme un délit, de la part d'un homme marié, de se faire passer pour célibataire. Une loi obligera dorénavant les hommes mariés à porter un signe distinctif, sous peine d'amende.

- Les grèves. - s'étendent dans les mines de la région de Charleroi. Les ouvriers protestent contre l'annonce d'une réduction de 7 pour cent de leur salaire.

- Bonne nouvelle pour nos soldats. - Une circulaire de ministre de la guerre prescrit que la viande de mouton sera introduite dans l'alimentation de la troupe, deux fois par semaine au lieu d'une.

- De la houille dans le Limbourg. -Trois des sondages entrepris dans le Limbourg ont montré l'existence de couches de houille exploitables dans j le Limbourg.

- Les grâces. - Le nombre de grâces accordées par S.M. le Roi, à l'occasion de la naissance du Prince Léopold, s'élève à 750.

- Chasser les souris. - Un savant vient de découvrir que les souris avaient horreur de l'huile de menthe et qu'il suffisait d'en déposer près de leur trou pour les chasser. Cette découverte peut rendre de grands services.

- Les victimes du chemin de fer. -Le croirait on : depuis l'origine des chemins de fer en Belgique, soit depuis 1835, il n'y a eu que 149 personnes tuées dans des déraillements ou collisions de trains, soit 78 voyageurs et 71 agents de l'administration. Quant aux tués dans les gares ou en pleine voie, par inattention ou imprudence, on compte 1.202 personnes et 2.241 agents de l'administration. Il n'est pas question ici des blessés, qui seraient morts par la suite, ni des accidents pour cause d'ivresse ou de suicides. En soixante-cinq années, cela fait bien peu.

Pensons à nos Aînés

Au cours de février, une vingtaine parmi nos aînés fêteront leur anniversaire. Ce sont

Le 3 : Joseph Devos, Home Dejaifve 91 ans

Le 4 : Paquet Marie, Rue du Benoît 84 ans

Le 6 : Alexis Philippot, Home Dejaifve 100 ans

Le 9 : Joseph Danloy, Rue Grande, Le Roux 80 ans

Le 10 : Maria Azzaro, Rue des Zolos, Fosses 80 ans

Le 11 : Gilberte Jacqmain, R. de la Station, Aisem. 81 ans

Le 13 : Ernoux Léon, R. Godefroid, Sart-St-L. 81 ans

Le 14 : Emilie Gillain, Rue Neuve, Haut-Vent 82 ans

Le 14 : Van Cackenberg Stéphanie, Rue Grande, Le Roux 88 ans

Le 15 : Kopsinska Marie, Rue du Baty, Bambois 85 ans

Le 18 : Ernest Debrulle, Rue Grande, Le Roux 89 ans

Le 18 : Louise Adam, Home Dejaifve 94 ans

Le 19 : Claire Blondiaux, R. Eglise, Sart-Eustache 80 ans

Le 19 : Maria Michel, Home Dejaifve 88 ans

Le 19 : Alberte Banneux, Home Dejaifve 92 ans

Le 20 : Marie Stas, R. Claminforge, Le Roux 80 ans

Le 20 : Cécile Maufort, Rue Pré-Standard 81 ans

Le 23 : Chauvin Camille, Les Ruelles, Sart-Eust. 82 ans

Le 25 : Germaine Galand, Place de la Gare 82 ans

Le 25 : Madeleine Georgery, Av. Albert ter, Fosses 80 ans

Le 27 : Marie Montulet, Rue AI Val, Fosses 80 ans

Le 27 : Dermine Alice, Avenue des Déportés 83 ans

Concert

Le samedi 24 février, à 19 h 30, en l'église de Sart-Saint-Laurent concert de la Chorale La Sartoise et le Petit Chœur, sous la direction de Véronique Henrard.

Avec la participation de la Société royale Chorale mixte « Les Bardes de la Meuse », sous la direction de Jean-Pierre Massart.

Entrée : 150 F.

Confrérie St-Feuillen

Les membres ont tenu mardi leur assemblée statutaire annuelle. Le président sortant, Jean Romain, a remercié tous ses confrères pour leur collaboration dans les nombreuses réalisations de cette année : la Ste Brigide, l'exposition du patrimoine religieux mais aussi une série de petites actions : protection des tableaux du chœur, confection de brancarts pour le buste et la châsse, notices et guides pour les visites de la collégiale, protection des couvres d'art et des projets comme un vitrail de sainte Gertrude et une statue de St Lambert pour la crypte. L'élection d'un nouveau président pour 2001 a vu la désignation de Bernard Cousin ; puis Ch. Wellin (secrétaire) et L. Lamy (trésorier) ont présenté aussi leur rapport annuel. On a fêté tout cela avec un verre de... Saint-Feuillen bien sûr, puis continué les études en cours car plusieurs des réalisations citées plus haut n'ont pas encore vu leur aboutissement.

L'architecte Mathurin Smoos a évoqué la (lente) progression de l'étude du dossier de restauration de la collégiale. Un comité d'accompagnement Région Wallonne, Commune, commission des monuments) étudie point par point les réparations nécessaires, puis on établira l'évaluation des coûts.

La Confrérie participera au pèlerinage à Ste Brigide à Ayeneux le dimanche 4 février, à une exposition de châsses en juillet, à la Sainte-Brigide et au grand Chapitre de la Confrérie du Roeulx, puis à la fête de St Feuillen en octobre, avec intronisation de nouveaux membres. Sont ainsi présentés en stage cette année Jacques Godfroid, Albert Laurent, Isabelle Devillers et J.-Luc Georges.

Tous se sont réjouis de la vitalité et du dynamisme de cette Confrérie qui s'attache au développement du culte de St Feuillen, à la recherche de nos origines et à la promotion de notre si riche patrimoine culturel et artistique.

Cousins, cousines

Ce matin là, Fonse se leva à l'heure coutumière, vers les sept heures, mais franchement, du pied gauche. Son épouse, la Justine, vit de suite la figure renfrognée de son mari dans le reflet de la psyché, un bien beau cadeau de leur lointain mariage. Elle ne pipa donc mot, elle qui, habituellement, a le babil facile dès l'ouverture des paupières.

Un peu plus tard, à la table du petit déjeuner, Fonse en était toujours au silence radio, le mine aussi rébarbative qu'un poing révolutionnaire tendu vers on ne sait trop quel objectif. Lui qui, d'ordinaire, commente la journée naissante devant son bol de café au lait et ses tartines généreusement beurrées, restait toujours aussi muet que les carpes que, parfois, il ramenait de la partie de pêche.

Prenant son courage à deux mains, Justine décida de rompre la glace de ce pesant silence

- Mais Fonse, tu ne vas tout de même pas rester ainsi l'air fâché et aussi bavard qu'un tombeau, toute la journée ? Tantôt, les cousins vont arriver, que vont ils penser ?

- Je me fous bin du cousin et de la cousine ! C'est les tiens, pas les miens. Faudrait même, ma fwè, bin chercher waut dans l'arbre gé... génycologique, pour trouver si font partie de ta parentèle ! Moi je dis que c'est des cousins de la main gauche et de bons mougneurs sur le pouf

- Ça fait quand même longtemps qu'on ne les a plus vus.

- Ah oui, mais je me rattendais bin à c'qu'y arrivent un de ces jours !

- Tu vois...

- Bin sûr que j'vois et sans bèzicles. Y savenut bin quand gna dans l' jardin et dans l'pachi. Y savent-nu bin qui r'tourneront en ville avec leur n-auto toutes plaines de bonnes-affaires pas chères.

- Nous en avons de trop pour nous deux

- Bin sûr, mais c'est Fons qui s'fait suwer pour les faire venir ! Tins, j'les donnerais plusse volontiers à des ceusses plus reconnaissants !

- Ah mais pourtant, ils nous disent bien merci chaque fois !

- Bin n'manquerait pus qu'ça ! Mais y z'ont toujours l'air de s'foute de nous, qu'on est des attardés, des paysans. Comme dans la chanson d'l'aute jour au posse. Je n'sais pus bin les paroles, mais j'ai entendu

qu'lès ceusses de la ville, y riaient des ceusses du Loire qu'est Chère, qui n'sont bon qu'à pesteler dans la berdouille.

- Alphonse, tout de même !

- Tu n'les entends pas quand y sont là ; y font pèter leur langue sur tout !... Vous n'avez pas encore de salle de bain. Passeque nous, on fait encore not' samedi dans la grande bassine, au mitan de la cuisine. Eusses, comme y disenut, y-zont une baignoire et core une douche, tout ça dans la même pièce, pou s'relaver. Faut-y croire que dans les bureaux où c'est qu'y travaillenut, y sont bin sales. Et quand y doivenut aller au p'tit coin, au d'bout du jardin, y font comme on dit « la fine bouche » ! Tins, la cousine, avec toutes ses lèvres clapées de rouche, elle essaie de faire le même cœur que celui de la porte du trône !

- Mais Fonse, tu es démonté, je ne t'ai jamais vu ainsi

- Fait bin que j'dise tout. L'aute fois, y-z'ont même trouvé à dire d'sus note vieux docteur qui vous a bin r'fait d'vote pulmonie. A la ville, y z'ont des spécialisses, avec des noms qui finissenut tous par loque !

- Mais non, Fonse, par logue, comme cardiologue ! Enfin, Fonse, je ne t'ai jamais vu ainsi quand les cousins viennent. J'espère bien que tout à l'heure tu feras une autre figure. Pourquoi es-tu fâché ainsi ?

- Passeque aujourd'hui, j'devais aller pêcher avec Oscar. Est qu'à cause du cousin et d'la cousine, je n'sais pas-z'y aller. Passeque j'vais encore devoir me nipper avec mon trente et un, un jour de semaine. Que j'vais d'voir faire attintion à ne pas spocher le français et faire chènance que j' sais bin c'que c'est qu'un nordi... un nordi... chose.

- Un ordinateur

- C'est ça. Mais ne t' tracasse pas, Justine, je s'rais comme à l'habitude. Ah, y m'auront espéché d'aller à l'pêche !

Sur ces paroles, Fonse ayant retrouvé sa figure bon enfant se leva de table et s'en fut donner la grenaille aux poules et l'affenage aux lapins. Pour sa part, Justine vêtit son grand tablier fleuri et s'affaira à la marmite, les casseroles et l'intendance.

Ce jour là, cousin Arthur et cousine Jacqueline furent reçus comme des princes. Et ils firent grand cas de la savoureuse et généreuse cuisine de

la Justine

(à suivre)

Fost-Plus

Le prochain ramassage des emballages PMC (sacs bleus) se fera ce mercredi 7 février, pour toutes les sections de l'entité.

Décès de la doyenne

Nous avons appris le décès, au Home Dejaifve, de Madame Lucie Dumont, doyenne d'âge de Fosses, dont on allait fêter tout prochainement les 104 ans.

En effet, Madame Dumont, entrée au Home en décembre 1998, était née à Vonèche le 5 février 1897, au sein d'une famille de 12 enfants dont elle était la dixième. Veuve depuis 1985, elle perdit son fils unique dans un accident d'aviation. Elle a alors quitté Flawinne où elle tenait une épicerie, pour s'installer à Franière. Elle est décédée samedi dernier, à 5 h du matin et fut enterrée ce mardi.

C'est Mme Emilienne Pouleur, de Haut-Vent, 97 ans, qui devient la nouvelle doyenne de l'entité.

Un autre centenaire réside au Home Dejaifve : il s'agit de M. Alexis Philippot, né à Robersart (Franière) le 6 février 1900. Une petite fête devait réunir ces deux centenaires, comme ce fut le cas l'an dernier, mais de son côté, M. Philippot n'est pas en très bonne forme pour l'instant. II atteindra 101 ans mardi prochain et son anniversaire sera fêté dès que son état de santé le permettra.

C'est en tout cas le seul citoyen de chez nous encore né au 19e siècle (en 1900, dernière année du 19e siècle) et dont la vie se sera échelonnée sur trois siècles !

Des panneaux

A la suite du vœu émis lors du Conseil des enfants, une vingtaine de panneaux vont être placés aux abords des écoles de l'entité, ces panneaux ayant trait à la sécurité.

Dessin et texte ont été choisis lors d'une réunion de ce Conseil, à la suite d'un concours effectué dans les écoles. C'est le travail présenté par Céline Jean qui a été retenu ; il portera l'inscription : « Sur la lune, ayez les pieds sur terre et sur terre, ne soyez pas dans la lune ». Les endroits ont été choisis par les enfants en concertation avec le commissaire de police Simonini. Voici les endroits choisis

- deux panneaux chaussée de Charleroi à Vitrival

- deux panneaux rue de Burnot à Sart-Saint-Laurent

- deux panneaux à la rue de Claminforge, à Le Roux

- deux panneaux à la rue des Ruelles à Sart-Eustache

- deux panneaux rue du Fays et un rue Cortil-Curé à Aisemont

- deux rue de Névremont et un rue Rivaustrée à Névremont

- deux panneaux rue de l'Ecole Moyenne, face à l'école

- deux rue des Zolos et deux rue Sainte-Brigide à Fosses.

Citoyen si tu le veux

Sur ce thème de la citoyenneté, la Province, l'Administration communale et le Conseil communal des enfants de Fosses ont organisé une splendide exposition en la salle L'Orbey, « métamorphosée » disait un des enfants visiteurs. Car elle était destinée aux élèves de nos trois réseaux d'enseignement

communal, communautaire et libre et ils furent plus de 300 à la visiter avec grand intérêt.

Des panneaux didactiques d'information, une « ville » en maquettes de bois, des jeux, des questions, des ateliers, une participation bien réelle, l'évolution de la citoyenneté depuis 1830. Ils ont appris ainsi comment se prépare et se vote une loi, ce qu'est l'hôtel de ville, le CPAS, etc.

Une petite réception était organisée vendredi, pour la clôture, avec les représentants de la Province, de la Commune et de la commission « Citoyen » du Conseil des enfants. Après le souhait de bienvenue de l'échevin Meuter, excusant le bourgmestre alité, M. Robert Joly a rappelé l'importance de la démocratie. C'est le peuple lui-même qui choisit ceux qui organiseront la vie de la cité. Mais les institutions ne suffisent pas, il faut qu'elles mènent au dialogue, au respect des autres et des minorités dans un enrichissement mutuel. Et cela, dès l'enfance.

Puis l'échevin de la citoyenneté Benoît Buchet souligne l'importance de la vie en société, la lutte contre l'égoïsme et l'intolérance, mais aussi de la citoyenneté responsable. Et de remercier les enseignants qui ont bien collaboré à ce projet éducatif. La parole est alors donnée aux visiteurs : Mlle Ficart, institutrice de St Feuillen, fit un constat très positif de sa visite. La directrice des écoles communales, Mme Mancini, exprime aussi la grande satisfaction des enseignants. II aurait même fallu un peu plus de temps de visite. Puis les membres du Conseil communal des enfants se présentent dans une élection fictive, en trois groupe : le parti « on veut... » a mis à son programme la parité hommes femmes au pouvoir et une caisse d'entraide solidaire entre élèves. Le parti « Oui, mais » souhaite abaisser à 14 ans le droit de vote, le bilinguisme dans les classes primaires et un meilleur cadre touristique. Enfin, le parti « En direct » voudrait l'initiation politique dès 10 ans et le choix de l'école la plus proche pour éviter les déplacements, les participants à cette soirée durent donc voter, donnant 13 voix au parti « On veut », 10 à « Oui mais » et 9 à « En direct ». Et le tout se termina dans de nombreux colloques et commentaires, le verre de l'amitié... citoyenne à la main.

La Saint valentin

La Royale Philharmonique et son école de Musique, en collaboration avec l'Echevinat de la Culture et le Centre communautaire invitent les Fossois au Concert de la Saint-Valentin, à la salle L'Orbey, le samedi 10 février, dès 19 h 30. Entrée 120 F ou 100 F en pré vente (cartes disponibles au Centre communautaire).

Rappelons en le programme

- Parade par les percussions de l'Ecole de Musique

- La Philharmonique de Fosses

- Quatuor de clarinettes de l'Académie d'Auvelais

- L'Harmonie L'Avenir, de Mettet - Léopold Oogwit et son piano

Bar, tombola, ambiance assurée ; avec la généreuse participation du Garage Goffart, de Le Roux.

Cercle d'horticulture

La section fossoise d'horticulture vous invite à une conférence qui se tiendra ce lundi 5 février, à 19 h 30, en la salle du Conseil de l'Hôtel de Ville. Le sujet traité (avec dias) sera

les bégonias, par M. François Augustines. II y aura aussi distribution des graines pour les membres qui ont effectué leur commande.

Précisons que cette conférence est ouverte à tous et l'entrée est bien sûr gratuite.

Perte de contrôle

Samedi dernier, route de St-Gérard dans le haut de la côté, une voiture a dérapé et heurté un poteau électrique qui s'est brisé. Les pompiers de Fosses sont intervenus, mais avant leur arrivée, la voiture, qui avait pourtant subi d'importants dégâts, était repartie. Electrabel vint remplacer les fils électriques ainsi que le poteau.

Jean-Luc et Pouchy

Une exposition sur un film d'animation, qui se tiendra à la Maison de la Culture de Fosses du 2 au 22 février. Lors du vernissage, le 2 février, Dario Neri et Claudy Leclercq présenteront l'élaboration de ce film d'animation. L'histoire repose sur l'association de deux êtres sensibilisés par des comportements différents, pouvant dissocier deux techniques différentes d'animation dans un même contexte

pâte à modeler et image de synthèse. Oui sont ces deux jeunes créateurs

- Dario Neri, alias Jean-Luc : cinéma d'animation à l'Académie des BeauxArts (distinction pour la réalisation d'un film d'animation en image de synthèse), réalisation d'un film touristique pour la ville de Fosses ;

- Claudy Leclercq, alias Pouchy : détenteur d'un graduat en illustration BD, auteur d'un court métrage d'animation et reportages divers.

Derniers vœux

C'est aussi devenu une tradition les responsables communaux reçoivent, pour les vœux de Nouvel An, les représentants des administrations, services et mouvements associatifs de la Commune. Ainsi, les échevins Meuter, Charles, Buchet, et MI' Titeux accueillaient pour un apéritif le secrétaire, le receveur communal, Mme Lalière, conseiller, les président(e)s du CPAS, Croix-Rouge, S.I., Centre communautaire, du comité de Jumelage, du Cercle d'Histoire, les directeurs des trois réseaux d'enseignement, le Cdt des pompiers, de la Gendarmerie, le percepteur des Postes, le P. Eusèble (clergé), les directeurs des banques locales... Excusant le bourgmestre alité, l'échevin Meuter souhaita la bienvenue à tous, les remerciant pour les services rendus à la population dans les mouvements associatifs et autres et souhaitant une fructueuse année.

Pour notre folklore

Dans le cadre d'une prochaine émission télévisée sur le folklore, l'animateur Guy Lemaire, de la RTBF, est venu à Fosses et a interviewé quelques petits Chinels.

II faut donc s'attendre prochainement à ce qu'une séquence soit réservée à notre folklore.

Pour le grand feu

Les responsables du grand feu de Fosses centre, membres de la compagnie des Congolais, remercient les personnes qui ont offert leurs bois pour le grand feu.

Dorénavant, ils demandent de ne plus déposer de bois sur la place du Centenaire. En ayant suffisamment, ceux qui détiennent des bois pouvant convenir peuvent les proposer pour d'autres grands feux, ou contacter le 071-74.16.16 ou un membre du comité des Congolais.

Souper du foot

Si vous voulez aider les quelques dévoués décidés à sauver le football à Fosses et les quelques responsables qui restent..., inscrivez vous au souper que les joueurs de Fosses, ont décidé d'organiser le samedi 17 février, à 19 heures 30, en la salle L'Orbey. Au menu

- apéritif - boulettes-tomates et frites.

Participation : 300 F (enfants moins de 12 ans: 200 F).

Réservation chez P.-E. Lorand (0495-71.56.69) ou Maguy (07171.31.92).

Au PRL de Fosses

Le mardi 31 janvier a eu lieu l'élection du nouveau Bureau de l'Association communale PRL de Fosses. Le bureau se compose comme suit

- Président : A.-M. Lomba, 178, rue Gazelle, Sart-Eustache, tél.71.92.27.

- 1er vice-président : Joseph Michaux, 17, rue Bijart à Sart-Saint-Laurent, tél. 071-71.10.96.

- 2e vice-président : Francis Fosseur, 58, rue du Sartia, Sart-Eustache, tél. 071-38.45.37.

- Secrétaire politique : Bernard Dufrasne, 3, rue H. Brosteaux, Sart-Saint-Laurent, tél. 071-71.16.33.

Nos conseillers communaux

- Philippe Moreau, 44, av. Albert ter, Fosses, tél. 071-71.15.84.

- Françoyse Rochet, 47, rue du Sartia à Sart-Eustache, tél. 071-38.44.62.

Et notre conseillère CPAS : MarieJeanne Burton, 43, rue du Baty, Bambois, tél. 071-71.15.72.

Ces personnes restent à votre en-

tière disposition pour vous aider dans vos démarches administratives et autres. Nous élaborerons prochainement un calendrier de permanences dans toute l'entité, où vous pourrez rencontrer nos mandataires.

Avis aux minimexés

Pour rappel, nous signalons aux minimexés qu'ils peuvent s'inscrire librement à l'Agence Locale pour l'Emploi. En effectuant certaines activités, ils peuvent de cette manière ajouter 6.750 F nets à leur minimex. Pour renseignements, n'hésitez pas à contacter l'A.L.E. au 071-71.34.36.

Legrain Sylvie et Alain Lenoir, responsables ALE.

A la paroisse

La paroisse St-Feuillen vivra ce dimanche 4 février (c'était autrefois le dernier dimanche de janvier) la fête de l'Adoration. II s'agit d'une coutume déjà très ancienne, qui attribue à chaque paroisse un jour de vénération particulière au Saint-Sacrement, de façon à assurer une adoration perpétuelle sur l'année. Et Fosses a une double motivation de le faire, puisque cette vénération remonte à sainte Julienne de Cornillon, morte à Fosses le 5 avril 1258 et que c'est en notre collégiale que l'office du St Sacrement, écrit par elle et son rieur, fut chantée pour la première lois à la demande de l'évêque de Thourotte le 15-10-1246. L'horaire des offices est quelque peu modifié.

A 11 h : prière d'ouverture et exposition du Saint Sacrement. Prière silencieuse et vénération tout l'après-midi. A 17 h, Eucharistie festive avec participation de nombreux prêtres des environs et des chorales paroissiales réunies (Fosses, Bambois, Sart-St-Laurent).

Notez qu'il n'y aura pas de messe à 11 h, ni a 18 h 30 à Névremont, mais la messe du samedi soir à 18 h 30 à Fosses est maintenue.

Rappelons aussi que le 10 février est le jour de la fête du Bx Hugues de Fosses, né chez nous vers 1093, membre du chapitre de St-Feuillen, puis secrétaire de l'évêque de Cambrai. C'est là qu'il rencontra le futur saint Norbert avec qui il fonda l'ordre de Prémontré. Hugues sera à la base de la fondation d'une vingtaine d'abbayes dont Le Roeulx, Leffe, Averbode... II mourut le 10 février 1163.

Cours d'apiculture

Dans le but de former de nouveaux apiculteurs, un cours débutera à Namur ce samedi 5 février, à l'initiative de l'Union royale des Ruchers wallons. Par une alternance de cours théoriques et pratiques, une formation de base sera rapidement acquise. Les cours se donnent à la Haute Ecole Alb. Jacqmard, pl. St-Aubain, 1, 5000 Namur. La clôture de la session est prévue le 26 août après plus de 36 h d'initiation. Un diplôme reconnu par la Communauté française sera attribué aux candidats qui auront satisfait au contrôle de fin d'études.

Tous les renseignements peuvent être obtenus auprès de

- Claude Barthélemy, 071-71.31.54 . - Jules Dubois, 071-71.20.78

-Philippe Roberti, 071- 71.29.67 ou GSM 0476 -36.29.67.

Dîner du Volley-club

Le 25 février, à partir de 12 h, en la salle des écoles de Le Roux, le Volley Club de Le Roux organise un Dîner Super Raclette. Le prix est fixé à 500 F pour les adultes et 250 F pour les enfants. Inscriptions chez M. Dargent, tél. 071-71.20.20.

Promenade

Amateurs de grand air et de promenades, retenez dès à présent la date du 24 février. A partir de 9 h, vous pourrez parcourir 5, 8,5 ou 12 km au choix, dans les bois. Ces belles promenades vous sont proposées par l'asbl sartoise « Droits et Respect à la Nature ».

A votre retour, un repas campagnard (à volonté) sera présenté. Adultes 300 F, enfants 200 F. Pour plus de facilité, une réservation serait souhaitable : au 071-38.45.37.

Crêpes.

Les samedi 3 et dimanche 4 février, en la salle paroissiale, place de l'Eglise, à l'occasion de la fête de la Chandeleur, le comité paroissial vous invite à venir déguster les crêpes : le samedi 3 à partir de 18 h ou le dimanche 4 à partir de 15 h 30. II y aura choix entre les crêpes au Grand Marnier, champignons, etc.

Si vous avez une demi-heure au cours de votre week-end, ne manquez pas cette occasion, et dans une ambiance toujours très conviviale.

Théâtre wallon

Li Saut à l' Stache, la troupe de

théâtre wallon de Sart-Eustache vous présente, pour son dixième anniversaire

- Viyès rosses, de Françoise Honnay

- Ni vos fioz pon d' mwé song, de Françoise Honnay et Claudine Franceschini

- Li Coq di sôte èt l' Coquia, de Michel Meurée.

En deuxième partie

- Pôve blanc, drame en 1 acte d'Auguste Mignon.

En troisième partie

- Ey, Fernand, bache Il rideau, comédie gaie en 1 acte de Pol Bossait.

- Vendredi 16 février, à 20 h

- Samedi 17 février, à 20 h

- Dimanche 18 février, à 16 h.

En la salle communale de Sart-Eustache. Retenez ces dates.

Réservations vivement souhaitées (07171.26.65).

Souper country

Le comité des fêtes de Sart-Saint-Laurent organise le vendredi 9 février, à 20 heures, dans le Hall Omnisports, un grand Souper Country.

Au menu - Apéritif - Cassoulet, pain, ou

Steak haché-frites-salade - Dessert

Prix : 450 F (300 F pour les enfants). Réservations avant le 6 février à M. Lambert au 071-71.36.56.

Les Nashville Country Dancers et la sono Double Team animeront la soirée sur des rythmes country et actuels.

GARDES

Pharmaciens de garde

Jeudi 1er février : Boxus

Vendredi 2 : Chapaux, Biesme

Samedi 3 : Nysten, Bioul

Dimanche 4 : Nysten, Bioul

Lundi 5 : Dubisy

Mardi 6 : Dubois, Le Roux

Mercredi 7 : Lahaut, Ermeton

Jeudi 8 : Liénard, Mettet

Service médical

Le service de garde sera assuré au cours de ce week-end par le

Dr LEONET, tél. 071-79.95.55.

Théâtre wallon

Les samedi 3 février (à 20 h) et dimanche 4 février (à 16 h), en la salle de l'Athénée Roi Baudouin à Fosses, li « Soce dès Comédyins fosswès », présente

« LES FOUFOUYES » , une comédie en 3 actes d'après « De doux dingues », dans une adaptation wallonne de Jacques Barry.

Résumé : Sofîye vient de se marier, ou plutôt de se remarier, pour la trois... non ! pour la quatrième fois. Son nouveau mari, Michel, est comblé... Jusqu'au jour où il apprend que sa délicieuse épouse, un peu tête en l'air, a oublié de lui signaler qu'elle est déjà maman de trois grands enfants. Dès leur retour de voyage de noces, Michel est accueilli par Pière, Mariye èt Colète.

Distribution (par ordre d'entrée en scène):

Paul, ancyin ome da Sofîye : Pierre Lorand

Pière, gamin da Sofîye : Maxime Lara

Colète, fèye da Sofîye : M. Chr. Reumont

Marîye, fèye da Sofîye : Brigitte Romain

Sofîye, maîtr. di maujone : Paule Piéfort

Michel, ome da Sofîye : Luc Beaufay

Georges, ome da Colète : Patrick Lambert

Arturo, on-italyin : Xavier Beaufay

Matante Anna : Françoise Honnay

La mise en scène : Jules Goffaux.

En première partie : « Li P'tit Soce » une troupe locale de jeunes enfants présentera une saynète de Françoise Honnay : « En sin.ne ».

Madame(s), Monsieur(s),

La Régionale d'Horticulture de Namur.

Section : FOSSES-LA-VILLE. A le grand plaisir de vous inviter à sa conférence horticole,

le lundi 5 février 2001 à 19h30

A la salle du conseil communal de L’HOTEL DE VILLE.

 

Place du Marché, 1 5070 FOSSES-L.A VILLE

Parking: Place du Marché

Place du chapitre et des tanneries.

ORDRE DU JOUR

Accueil par G. VERMAUT, délégué. du cercle horticole.

2-Conférence horticole: Les bégonias (Dias) . Par Mon:François AUGUSTINUS.

3- DISTRIBUTION IDES GRAINES + Tombola

Accessible au grand public et ENTREE GRATUITE

Avec la collaboration du Ministère de l'Agriculture et de la, Communauté Française

Rue des Zolos

II est difficile de donner une signification plausible à cette appellation, mais Maurice Chapelle démontre que ce nom déformé pourrait trouver son origine dans une plantation d'aulnes. En 1726, on cite « les Olaux » ; en 1866 « les Zolos ». Cette appellation pourrait venir des orthographes successives : olnays, oulneaux, olaux (du latin alnus (aulne) : une aulnaie. L'école Saint-Feuillen toute proche a souvent été appelée , li scole aus-Ûlaus. Cette photographie, qui fut reproduite en carte postale, a probablement été prise au début du siècle. On ne distingue aucune présence de fils électriques et une pompe-fontaine publique qui exista à la pointe du triangle formé par les haies (à droite en avant-plan) n'est pas encore présente alors que la distribution d'eau fut placée vers 1905.

La grosse maison dont on voit le large pignon était un café et appartenait au maréchal-ferrant Edmond Blampain, qui exerçait son métier dans le petit bâtiment de gauche , on y voit quelques charrettes garées. Contre cette habitation, fut construite une petite maison basse, encore absente sur la photo. En remontant la route, on longe un long mur qui cachait un jardin et qui a fait place aujourd'hui à la construction du garage Populaire. Plus loin, la maison avec avant cour grillagée était la maison du tanneur Emile Dufaux et ce fut ensuite la forge de M. Piot, puis le garage Dalne. On distingue ensuite la maison du doyen du Chapitre, appelée aussi château Destrée, aujourd'hui propriété de la famille Arnould. A gauche, un long mur qui existe toujours, puis une annexe disparue collée à la maison qui appartenait à Constantin Burton, qui y créa sa scierie. Ce fut avant lui la maison « du p'tit cinsî », Anciaux, qui était marchand de bestiaux.

Photo rétro

Un groupe de Tchôs-Tchôs avec leur canon lors de la St-Feuillen de 1949 ; et on reconnaît la fidèle cantinière Léonie Jacquet

La Sainte-Brigide du 1er février

Si Brigida de Cell-dara (Kildare) est après St Patrick, la sainte la plus populaire d'Irlande, elle est aussi, après St Feuillen, la protectrice de Fosses. Sur les saints irlandais du VIIe siècle, on n'a que très peu de renseignements précis et surs : l'invasion danoise en Irlande fit disparaître la plupart des monastères et leurs écrits, semant la confusion. On sait toutefois qu'on attribue à Brigide la fondation du monastère de Kildare, en tout cas qu'elle y fut enterrée. Elle obtint une grande renommée et appartient au petit nombre des saints irlandais dont les annales authentiques mentionnent les dates de naissance et de décès. Pour Brigide, elles placent sa mort à 70 ans, en 524 ; environ 60 à 70 ans avant la naissance de St Feuillen. En Irlande, on fête la sainte de Kildare le ter février, date de sa mort. Chez nous, à Fosses, cette date s'est un peu estompée par celle de son pèlerinage du 1er mai, ou premier dimanche de mai.

Pourquoi ces deux dates ?

On peut y voir une influence celtique des moines scots. Les Celtes chrétiens aimaient honorer les saints personnages. Selon un ouvrage écrit en 807, la célébration du « natale » (naissance spirituelle, entrée au ciel après la mort) de St Patrice, Columba et Ste Brigide était d'usage courant. Mais les survivances de culte païen celtique se remarquent dans les débuts de la christianisation, amenant certaines confusions. Ainsi, Brigide de Kildare fut parfois assimilée à l'ancienne déesse celtique Briganti, en irlandais Brigit. Et les moines irlandais sont allés jus u'à appeler Brigide « la mère de Jésus ». Non pas qu'ils la considéraient comme telle en réalité, mais dans leur ferveur excessive, ils voulaient dire que Brigide peut mener à jésus. I1 y a aussi l'adaptation des grandes dates du calendrier celtique au christianisme, ou l'inverse. Cela explique ces dates importantes des fêtes celtiques et notamment celle du 1er février (qui correspondait à la mort de sainte Brigide) et du 1er mai (fête du renouveau de la nature) et du bétail (d'où ces pèlerinages aux baguettes qui furent autrefois très nombreux chez nous et en France ; en Bretagne et en Alsace notamment, visités par les moines irlandais). Fosses, apparemment, est le seul pèlerinage qui ait subsisté, franchissant treize siècles. Jusqu'à la dernière guerre, la fête de sainte Brigide le 1er février était célébrée (bien que plus modestement qu'au 1er mai), par une messe avec bénédiction de baguettes. On le voit encore dans le bulletin paroissial « Les cloches de saint Feuillen » que le doyen Crépin publia de 1923 à 1926, car il fut un grand admirateur de nos saints irlandais. Notons aussi que le culte de sainte Brigide fut aussi très vivant et très vivace au pays de Herve, pays herbager par excellence. C'est ainsi que la délégation de la Confrérie Saint-Feuillen se rendra ce dimanche au pèlerinage organisé par la Confrérie Sainte-Brigide à Ayeneux. On y organise une messe en français, wallon et latin, suivie de la bénédiction et distribution de l'eau de sainte Brigide, qui est donnée au bétail, remplaçant donc nos fameuses baguettes.

J. R.

COUVIN-MARIEMBOURG - FOSSES

6 - 0

C'est difficilement que les Fagnards ont débuté ce match au point que ce sont les Fossois qui ont ouvert la marque, mais le buteur (Vandeput) était signalé hors jeu, ce qui amena l'annulation. A ce moment, Couvin s'emballe et accélère le jeu, se créant ainsi d'avantage d'occasions. Il faudra tout de même patienter pendant 33 minutes pour voir Houche récupérer une balle dans le rectangle et ouvrir le score en faveur des Bleus. (1-0). Ensuite, rien ne va plus et les joueurs de Marcel Thoron encaissent deux autres buts dans les dix minutes qui suivent! En effet, après Simon à la 39e, Bourgeois vient de l'arrière, balle au pied, passe à Hallouche qui se trouve au coin droit du grand rectangle, idéalement placé pour donner à Maistriaux qui terminait l'action (3-0 à la 43e).

Pour la deuxième période, Jean-Michel Coenen effectue ses premier changements. (Cervantes relaie Masset). Du côté De Fosses on fait de même Jaunotte monte au jeu et Simonis le quitte. Cela n'empêchera cependant pas Maistriaux de faire avancer le score en inscrivant son deuxième but et le quatrième de la partie (4-0) à nouveau avec l'aide de Simon. Une nouvelle vague de changement, Devlieghere retourne sur le banc au profit de Falque ; Viguié à la place de Simonis ; Jaunotte. C remplace Renaux. A Mariembourg, c'est Bourgeois qui cède sa place à Belle et Lorsque L'entraîneur Couvinois remplace Simon par Dromelet, il ignore encore qu'un cinquième goal lui sera offert par ce dernier à la 87e (5-0). Maistriaux viendra enfoncer le clou pour la dernière fois de la partie. le score se termine donc par un 6-0 en faveur des Fagnards.

Un match amorcé par des Fossois très volontaires mais récupéré par des Mariembourgeois offrant un collectif irréprochable !

Arbitre: M. Lecler.

COUVIN : Focan, Houche, Masset, Hallouche, Bouzidi, Diacre, Pire, Bourgeois, Maistriaux, Degueldre, Simon.

FOSSES : Lorand, Lorand, Simonis, Vandeput, Colinet, Laurent, Simonis, Rasetta, Tasiaux, Devlieghere, Renaux..

 

BIESMEREE – FALISOLLE.AISEMONT 1 – 4

Dés la 5e les Biesmeréens étaient réduits à dix suite à l’exclusion du keeper Secchi remplacé par Van Langenhove. Au quart d’heure les visités se créaient une première occasion par Servais. A la 20e les visités se retrouvèrent à 9 après l’exclusion de Marchand. Cela devenait pratiquement mission impossible pour les gars de Marc Marion.

En seconde période, la tache de Falisolle devenait plus facile et à la 47e, Pozza ouvrait la marque(0-1)A l'heure de jeu, le même Pozza doublait les chiffres avant de compléter son hat-trick cinq minutes plus tard. A la 70e, les exclusions s'accumulèrent dans les rangs biesmeréens, réduits à huit après le renvoi aux vestiaires de Hoc. A la 80e, Patinet sauvait l'honneur (1-3). Dans les arrêts de jeu, Detelle fixait le score à 1-4.

BAMBOIS – FLOREFFE

remis