N° 48  14 décembre 2001

Il y a 50 ans

MOIS DE NOVEMBRE 1956

- Les Combattants organisent leur traditionnel banquet du 11 novembre, salle de l'Hôtel de Ville.

- Une canalisation de la Rosière s'effectue par des gros tuyaux de béton, depuis le bas de la rue Sinton jusqu'à la rue du Cortinez, ce qui supprimera le ravin en face de l'Ecole StFeuillen, un réel danger pour les enfants.

- Bal à la salle Lambert à Haut-Vent, organisé par la société cycliste La Pédale Hautventoise.

- Trois cas de cocotte chez des cultivateurs de Fosses, un autre cas à Vitrival et à Sart-Saint-Laurent.

- Fameuse récolte de carottes dans le jardin de M. Joseph Drapier. La plus grosse pèse 945 gr avec une circonférence au collet de 29 cm.

- La Foire St-André, offre cette année aux clients des billets de tombola avec de très nombreux et beaux lots.

- On fête la Ste-Cécile un peu partout. A Le Roux, la Philharmonie Les Amis Réunis font un tour dans les rues après la messe et puis banquet au local Edmond Bouchat.

- Au Cinéma Moderne, on présente : Horizons en Flammes (Gary Cooper), Vagabonds du Rêve (A. Claveau), Mlle Josette ma Femme (Fd Gravey), Une femme sans amour (Glenn Ford),

MOIS DE DÉCEMBRE

- Décembre est l'époque des soirées dramatiques : un peu partout, à Fosses et aux alentours, des cercles dramatiques, annoncent leurs soirées.

- La XIVe Brigade des Grenadiers de Fosses annoncent sa soirée de réveillon, salle Mairy, avenue Albert ter.

- Mme Jaumotte annonce dans sa salle de la place du Chapitre, le grand bal de Nouvel An avec l'orchestre The Gold Stars. Entrée 10 fr.

- Recrudescence de l'épidémie de cocotte à Fosses, où 2 nouveaux cas s'ajoutent aux 3 cas déjà annoncés.

- M. Georges Burton a trouvé dans son poulailler un oeuf de 113 gr.

- Au Cinéma Moderne, on passe : M. Belvédère au Collège (avec Shirley Temple), Cartouche, Plus de vacances pour le Bon Doeu (Pierre Larquey), Suspense Fatalité (film musical), Le Clochard milliardaire (R. Souplex).

Il y a 100 ans

N° 45 du 10 novembre 1901

- A la suite de la pétition de la Ligue des Commerçants de Fosses eues démarches quelle a faites, le Conseil communal s'est rallié au projet de chemin de fer vicinal Lesves-Fosses par Sart-Saint-Laurent et a voté les frais d'études pour cette ligne. C'est là un premier pas.

- Le 1er courant, vers 10 heures du soir, les nommés Draye et Dupuis, de Névremont, qui retournaient paisiblement après avoir fait une partie de cartes à l'estaminet Genart, furent attaqués par deux Flamands qui les avaient vus jouer et savaient que Draye était en possession d'une somme d'argent. Celui-ci eut sa montre enlevée et une somme de 6 fr. Ils ont été arrêtés par la Gendarmerie et le Parquet de Namur les a fait mettre sous mandat d'arrêt.

- Dimanche, une querelle a éclaté dans une maison de logement, tenu par Constant Bourg. Un des clients nommé Castiaux a été assailli par les nommés Macka et Cartiaux. Le premier lui a porte des coups de

bûche et le second le frappait à coups de pied; Ils le laissèrent pour mort, puis les deux individus se sont battus entre eux. L'état de la victime est assez grave.

N° 46 du 17 novembre1901

- Dimanche, M. Lempereur, de Haut-Vent, amateur colombophile, constata la disparition de 7 de ses volatiles. Ayant quelques soupçons, Lempereur se rendit alors au marché de Châtelet. Il retrouva ses pigeons dans un panier d'une marchande de Fosses. Celle-ci soutint que les pigeons lui appartenaient ; ils étaient déjà vendus à un rabatteur de Charleroi auquel Lempereur les racheta. Lempereur les remit en liberté et peu de temps après, ils avaient regagné leur colombier. D'autres vols ont été commis à Fosses dans la même nuit chez Mme Le Borne, on a volé des serins, chez Lainé L., deux lapins adultes, chez Mme Wiame-Crepin 10 poules et il y a une quinzaine de jours, des serins chez Madame Bouillot.

- On a volé une quantité assez considérable de treillis en fil de fer formant clôture dans le bois de

Taravisée, appartenant à Mme de Kerchove-d'Exaerde.

- Le Roux. - Le garde-chasse Servais a constaté que l'on s'était introduit, par fracture, dans une maisonnette qui lui sert d'abri dans le bois Chaumont et que l'on a pris une pioche et un piège à renards.

Pensons à nos aînés

Au cours du dernier mois de l'année, une bonne vingtaine parmi nos aînés fêteront leur anniversaire.

Le 3 : Yvonne Dumay, Home Dejaifve 81 ans

Le 4 : Aline Fauconnier, Rue Ramée, Sart-Eust. 87 ans

Le 5 : Joseph Dargent, Rue Maladrie, Le Roux 88 ans

Le 7 : Hélène Thiange, Rue des Remparts 87 ans

Le 7 : Auguste Grandfils, Rue de Névremont 83 ans

Le 11 : André Huynen, Rue du Sartia, Sart-Eust. 82 ans

Le 12 : Lucienne Michaux. Rue de Falisolle, Le Roux 88 ans

Le 12 : Marie-Louise Bastin, Rue du Fays, Aisemont 80 ans

Le 14 : Germaine Dave, Rue de Cocriamont, Le Roux. 81 ans

Le 14 : Camille De Vlieghere, Rue d'Orbey, Fosses 89 ans

Le 14 : Fernand Ducat, Rue de Névremont 80 ans

Le 15 : Anne Brosteaux, Home Dejaifve 84 ans

Le 18 : Jules Lemière, Rue Colonry, Haut-Vent 87 ans

Le 20 : Georges Servais, Rue Ermitage, Sart-Eust; 82 ans

Le 20 : Maria Derèse, Home Dejaifve 90 ans

Le 21 : Marie Lardinois, Rue de l'Abattoir 85 ans

Le 22 : Rosa Legrain, Rue du Fays, Aisemont 80 ans

Le 23 : Arthur Berger, Bois-des-Mazuys, Vitrival 81 ans

Le 24 : Pauline Vaneuken, Rte St-Gérard, Bambois 80 ans

Le 27 : Constant Michiels, Route Tamines, Aisemont 86 ans (doyen masculin d'Aisemont)

Le 27 : Odile Servais, Ch. Charleroi, Vitrival 80 ans

Le 29 : Georges Collin, Rue Rauhisse, Vitrival 82 ans

Le 30 : Germaine Delvaux, Ruelle des Remparts 88 ans

Le 31 : Oswald Foriez, Rue de Cocriamont 86 ans

Le 31 : Françoise d'Orjo, Bas-Sart, Sart-Eustache 81 ans

Prochainement, nous publierons, la liste des futurs 4x20 de l'entité qui aurons 80 ans au cours de l'année 2002) et la liste remise à jour de nos 4x20, section par section,

La collégiale Saint-Feuillen il y a 100 ans

Il s'agit ici d'une photo de la série du pharmacien Jossart, qui date d'une centaine d'années.

La collégiale est encore entourée de ses « bailles » (qui signifie en ancien français : palissade, enceinte).

Il existe une photo de la collégiale entourée de « bailles », qui étaient alors en moellons ; nous avons déjà publié cette photo prise vers 1880 ; c'est un peu plus tard, entre 1880 et 1890 que cet ancien mur d'enceinte fut démoli, pour y construire, au même endroit, le mur que nous voyons ici, en briques et en pierres de taille, divisé en panneaux. Ce ne fut pas pour bien longtemps puisque ce mur fut démoli vers 1910. Notre vieille collégiale a subi plusieurs incendies au cours des siècles. La ville fut souvent pillée et ruinée par le passage de troupes espagnoles, françaises et autrichiennes.

La tour et la crypte sont les plus anciens témoins qui datent du Xlle siècle. La flèche actuelle date de

1708, le chœur fut réédifié en 1721 et les nefs vers 1723-24. Mais il y eut encore d'autres aménagements plus tard. On remarque sur cette photo que l'avant-dernière annexe, pourvue d'une longue cheminée, fut plus récemment surbaissée et se présente aujourd'hui sous un autre aspect.

Si le développement de la photo avait été meilleur (il y a 100 ans, c'était déjà un exploit de réaliser de telles photos sans l'aide d'un professionnel), on verrait que le clocher ne comporte qu'un seul cadran, qui ne fonctionnait plus depuis très longtemps. Il fut enlevé en 1937 et remplacé par les 4 cadrans offerts en même temps que le carillon, par Madame Delmotte. Tout récemment, nous avons hérité de 4 nouveaux cadrans beaucoup plus visibles.

Dans le bas de la photo, à gauche, on remarque que le grillage qui entourait la maison du poissonier Decocq (à l'époque) est encore en place. Lui aussi fut enlevé au début du siècle dernier.

Idée de cadeau

On est parfois à court d'idée pour offrir un cadeau en cette fin d'année. Le livre « 77 rues de Fosses » pourra sans doute plaire. Il est en vente à la Maison du Tourisme de Fosses (place du Marché) ou chez l'auteur, Jean Romain, av. des Combattants 17.

Stage de tennis

Un stage de tennis et multisports sera organisé du 24 au 28 décembre (sauf le 25) pour les enfants de 4 à 14 ans. Les activités ont lieu au Hall Omnisports de Sart-Saint-Laurent, de 9 h 30 à 15 h 30 (garderie gratuite dès 8 h et jusque 17 h). Ces stages se font par moniteurs agréés avec matériel fourni par l'organisation.

Le stage sera suivi, pour les plus « mordus » par des cours de tennis hebdomadaires, à partir de janvier (10 x 1 heure).

Renseignements :

asbl Tennis Club de Fosses

Michel Romain : 049540.67.57 ou 071-71.14.18

Eric Boogaerts 071-61.59.87

Ph. Cassagrande 0475-92.37.35

Fin d'année à la pelote

Comme l'an dernier, à l'occasion des fêtes de fin d'année, la Pelote Vitrivaloise organisera une petite fête les samedi 15 et dimanche 16 décembre, à partir de 16 heures, dans le complexe scolaire de Vitrival. On y proposera, pour un prix modique (120 F) une restauration légère à base de brochettes, accompagnées de crudités. En plus des boissons traditionnelles, on pourra déguster les bières spéciales Noël, Saint-Feuillen, Bush, Campbel's, Gordon, etc.

La bonne ambiance sera de rigueur et le comité de la Pelote Vitrivaloise espère y rencontrer un public nombreux.

Fêtes de fin d'année

Rappelons que le Marché de Noël a lieu ce week-end, sous chapiteau géant et chauffé, sur la place Jean Tousseul. Une nouveauté pour cette édition 2001, le vendredi 14 sous chapiteau, les amateurs de cartes pourront jouer les cougnols

L'équipe du comité des fêtes de Vitrival

Vive sainte Barbe

Chaude et chaleureuse ambiance, animée par une sincère camaraderie à Le Roux ce 4 décembre, en la cafeteria de l'asbl La Rovelienne, pour fêter la Sainte-Barbe.

Dès 9 h, les premiers sympathisants de la sainte patronne ont été accueillis et, d'emblée, les joueurs de carte se sont mis à l’œuvre ; d'autres sont arrivés après l'office dédié à sainte Barbe, célébré en l'église d'Aisemont, suivis enfin par les habituels joueurs de cartes du dimanche matin. Dès midi et jusque bien tard dans la nuit, « grosse soupe à l'ancienne » et pistolets fourrés ont été servis. Vu le succès (fin de la manifestation à 2 heures du matin) remporté auprès des Roveliens, heureux de se retrouver tous ensemble réunis dans la plus simple convivialité, une troisième édition est d'ores et déjà planifiée pour le 4 décembre 2002.

Vive sainte Barbe et vive l'esprit et l'entente roveliens.

Vol dans une voiture

Samedi dernier, vers 17 heures, un vol a été constaté dans une voiture stationnée près du bâtiment La Rovelienne, rue Grande à Le Roux, appartenant à Gregory Mainjot, rue SaintOger à Florennes. La serrure du coffre a été forcée et permit le vol de deux hauts-parleurs, un ampli, d'une valeur approximative de 15.000 F.

Une réunion d'Etat-Major il y a dix ans

Le 15 novembre 1991, après la Saint-Feuillen, une assemblée générale de l'Etat-Major avait lieu dans la salle du Relais de la Marlagne et ces deux photos qui regroupent pas mal de dirigeants de compagnies, rappellera bien des souvenirs. Et, malheureusement aussi, le souvenir de bien des disparus...

Ci-contre, les « casseurs de verre » et le Bureau de l'Etat-Major. De gauche à droite, debout : Armand Beguin (Tirailleurs Algériens), André Gillard (Mamelucks), Stéphane Lainé (Mamelucks), Tony Wilmot (Mamelucks), Robert Regnier (Zouaves), Etienne Burton (Mamelucks). Derrière, debout : Jean-Yves Giet (Tirailleurs Algériens) et Serge Delpire (Tirailleurs Algériens). Assis, à la table

Jean Romain( secrétaire de l'Etat-Major), Emile Damanet (président), Jules Crabeek (trésorier). A l'avant-plan Georges Biot.

Photo du bas : au cours de cette même assemblée, on reconnaît ceux qui sont à l'avant. A gauche : Georges Biot (Musique des Volontaires), Philippe Moreau (Grenadiers), Claude François (Grenadiers), Jacques Steinier (Grenadiers), Jean Van der Elst (Grenadiers). A droite

Fernand Jacqmain !'Musique des Volontaires), un ancien de l'Etat-Major et le plus âgé des marcheurs, 87 ans ; il cache X, puis, Michel Defleur, qui assura les fonctions de trésorier après Jules Crabeek. Parmi ceux-ci, plusieurs décès : Georges Biot, Fernand Jacqmain, Jacques Steinier, Robert Regnier, Michel Defleur.

Pharmacies de garde

Jeudi 13 : Liénard, Mettet

Vendredi 14 : Mahia, Ermeton

Samedi 15 : Dubois, Le Roux

Dimanche 16 : Dubois, Le Roux

Lundi 17 : Mainil

Mardi 18 : Maquille, Saint-Gérard

Mercredi 19 : Nysten, Bioul

Jeudi 20 : Trigaux, Mettet

Service médical

Le service de garde sera assuré au cours de ce week-end par le docteur

LEONET, Saint-Gérard, tél. 071 79.95.55.

Noël à Senior Amitié

Le comité de Senior Amitié invite tous ses membres à fêter à la fois la fête toute proche de Noël et le 40e anniversaire de la fondation de cette amicale. Et cela au cours d'une rencontre exceptionnelle qui aura lieu en la salle du Collège St-André ce mercredi 19 décembre.

Dès 10 h 30, les responsables percevront à l'entrée la cotisation pour 2002 (inchangée à 500 F.) On peut aussi, pour alléger le temps de perception, verser préalablement au compte

360-1021090-74 de Senior Amitié, 17, Campagne du Chêne à Fosses-la-Ville.

A 11 heures, dans la salle, nous assisterons à une célébration eucharistique en mémoire des défunts de l'Amicale ; l'office sera animé par la chorale Saint-Martin.

Puis viendra le dîner avec au menu (pour 500 F, boissons comprises)

Apéritif et sa suite ; Pâté de marcassin et confit d'oignons ; Filet St-Pierre aux petits légumes ; Mignonnette de porc aux raisins avec pommes duchesse ; gâteau du 40e anniversaire et café.

Au cours de l'après-midi, M. Lahaye, gérant de la BBL, parlera un peu de cet « Euro « qui nous arrive et répondra aux éventuelles questions. Un fond de musique douce agrémentera le repas et la chorale présentera des chants de circonstance sous la direction de Jean Boccart.

Une après-midi à ne pas manquer

Souper raclette

Ce sera le premier souper de l'année en euros. Le comité de la Société royale Musique des Volontaires de la Marche St-Feuillen est heureux de vous y inviter.

Dans l'ambiance amicale de chaque année, après l'apéro, le buffet raclette vous sera ouvert, et aux refrains de Léopold et son synthé, vous retrouverez les plaisirs de la danse et du divertissement.

Rendez-vous le samedi 19 janvier, à 19 h 30, salle L'Orbey.

Adultes : 15 euros, enfants 8 euros.

Au Banbwès

Li coûrs di Walon s'done, à paurti d'asteûre, li sèmedi au matin, di 10 à

11.30" eû.

Conseil communal

La prochaine réunion du Conseil aura lieu le lundi 17 décembre, à 19 h 30. Voici les principaux points de l'ordre du jour

- CPAS : budget 2002.

- Diverses décisions et approbations d'Intercommunales

- Intercommunale AIEM : tarification distribution d'eau

- Tarif de location et modalités d'occupation de la salle communale L'Orbey, de locaux à l'ancien Nopri, Quatre-Bras.

- Travaux forestiers 2002.

-Taxes et redevances pour 2002

2600 cent. additionnels au précompte immobilier, taxe de 7,5 à l'impôt, taxe sur les mines et carrières.

- Taxes pour les exercices de 2002 à 2006, chiffres revus en euros, p. ex.

sur les immondices : 48 € pour 1 personne, 72 € pour ? personnes et plus, pour commerces et indépendants, et 2e résidence. Les sacs se vendront 1 € (40,34 F) et 0,5 € les petits. Les sacs bleus se vendront 0,13 € (5,24 F).Toutes autres taxes sont ainsi fixées en euros.

- Budget communal 2002.

A huis clos : engagement de deux sapeurs-pompiers volontaires, arrêt de la liste des portions d'affouage, désignation d'un enseignant de religion islamique, désignation de deux secrétaires communaux intérimaires.

Similitude de vols

Dimanche dernier, deux vols ont été commis, l'un à Bambois, l'autre à Névremont, à une demi-heure d'intervalle, suivant un processus à peu près identique.

- Vers 18 h 30, chez M. Sylvano Ugolini, rue du Grand-Etang 85, à Bambois, les voleurs se sont introduits dans l'habitation par effraction, par l'avant de la maison, sans doute avec un pied de biche, en l'absence du propriétaire ; ils ont emporté une mini-chaîne d'une valeur de ± 10.000 F, un PC d'une valeur de 100.000 F et des bijoux. Ils ont quitté la maison par l'arrière.

- Vers 19 h, probablement les mêmes individus se sont introduits dans l'habitation de M. Michel Mouthuy, rue Rivaustrée 18 à Névremont, en l'absence des occupants. Ils ont emporté une chaîne Hi-Fi, un compact-disc et une carte Visa. Là aussi, ils sont sortis par l'arrière.

Les enquêtes sont menées par les gendarmeries de Floreffe, pour le ter vol et de Mettet pour le second.

Accrochage

Vendredi dernier, vers 19 h 45, deux cyclomotoristes se sont accrochés, rue de Vitrival à Fosses. Tous deux se sont relevés avec des contusions. Les policiers fédéraux de Mettet se sont rendus sur les lieux pour effectuer les constatations d'usage.

Avis aux utilisateurs ALE

Dans le cadre des mesures prises pour faciliter l'introduction de l'euro dans le système ALE, Sodexho Pass conseille vivement aux utilisateurs ALE de ne pas effectuer de commandes de chèques ALE pendant la période du 24 au 31 décembre 2001.

L. LENOIR, agent ALE

Les petits formats

C'est le thème des oeuvres miniaturisées que l'association des Artistes de l'entité propose jusqu'au jeudi 27 décembre, à la Maison de la Culture et du Tourisme, à Fosses.

De l'aquarelle à la céramique, les différentes techniques ont dû s'adapter à cette nouvelle échelle. Une exposition qui sort de l'ordinaire. Le vernissage a lieu ce samedi soir.

Avec des oeuvres de P. Godenne, J.-L. Halloin, M. et Mme Ingels-Malnoury, J.-P. Legrain, M. Nulens, D. Populaire, S. Scohier et D. Vandenbroecke.

L'exposition est accessible gratuitement : en semaine, de 9 à 16 h et le week-end, de 10 à 17 h.

Renseignements : B. Michel, 071-71.46.24.

Keskidi nous propose...

(à lire avec humour)

Les jeunes fument des pétards

L'autre soir, depuis une école liégeoise, la télé nous a présenté une émission, ou plutôt une réflexion sur les drogues. Manu Delporte et Paul Germain animaient les débats. Qu'avons-nous appris ?

Première mise au point. Qu'est-ce qu'un pétard ? Pour les gens de mon époque, un pétard était un petit cylindre en carton, fermé aux deux extrémités, contenant un mélange détonnant et muni d'une mèche de mise à feu. Pour ceux qui n'en connaîtraient pas le maniement, à ne pas fumer sans fume-cigarette et lunettes de protection ! .Les pétards actuels n'explosent plus, mais sont tout aussi dangereux.

Mais revenons à nos moutons, car il est vrai que ce placide ovin reste encore et toujours le symbole du rêve éveillé. Et de rêve, c'est de cela qu'il s'agit. Lorsque l'un d'entre nous en arrive quelque part où, l'on ne souhaite à aucun de nos semblables d'y parvenir un jour, nous nous posons la question : « Mais comment en est-il arrivé là ? ». Tels sont les cas des actuels enseignants et des drogués. Pour les lecteurs de ce journal qui voudraient devenir enseignants, ils peuvent s'adresser auprès des ministres de tutelle des différents réseaux, ou auprès d'un psychiatre attitré. Mais, passons, c'est sans intérêt.

Revenons à nos drogués. Première constatation : pour devenir drogué, il faut d'abord ne pas l'être. On ne naît pas drogué, car si tel était le cas, l'interaction permanente entre la mère et le fœtus, amène à la conclusion logique que la mère elle-même serait droguée... et quand la mère se drogue... enfin, passons sur ce douloureux détail.

L'itinéraire-type du drogué est effrayant. Cela commence dès les premières minutes après la naissance, lorsque le nouveau-né écarte les narines pour la première fois, auprès de la table à roulettes où sont disposées des rangées de flacons. Puis le bébé fait des caprices pour être nourri au biberon plutôt qu'au sein, prenant ensuite un plaisir non dissimulé à consommer du lait tourné, ou à moitié caillé, yaourt, petit fromage, etc. A la maternelle, cela va continuer avec un stade anal particulièrement prononcé qui poussera l'enfant à concrétiser à sa façon, d'où l'expression précoce « prendre un pot ». J'en retiens toujours l'humour de cette jolie institutrice, Madame M.-P.: « sur son pot, le petit s'efforçait ; Moralité, le petit poussait ». A l'école primaire, le drogué se retrouvera dans les toilettes à humer profondément et en cachette, les encriers. Pendant les vacances, à la campagne, chez Mémé, il fumera des épis de maïs. L'adolescence arrive vite, et son enthousiasme à donner son sang ne cachera qu'un entraînement accéléré aux piqûres ou, la révélation d'une joie naissante à la fréquentation des seringues.

Et le jour, Madame, le jour, Monsieur, et même le jour, Mademoiselle, où votre enfant vous demandera un petit bout de jardin ou des bacs du balcon pour faire sa p'tite culture, sa chez que si, alors, vous aviez été

aveugle, il est grand temps d'éviter le pire !

Keskidi.

Pensée de la semaine

Ce qu'il y a de bien dans l'apathie, c'est qu'on n'a pas besoin de se forcer pour montrer que l'on est sincère.

A méditer

Ce qu'on peut dire en faveur des régimes, c'est qu'ils améliorent l'appétit.

Des médailles en pagaille:

honneur aux bénévoles

Comme chaque année désormais, l'Administration communale a organisé lundi une séance spéciale du Conseil pour la remise de médailles et prix divers. Elle s'est tenue en la salle L'Orbey et les conseillers, comme l'a souligné le bourgmestre dans son mot d'accueil, ne sont pas placés selon les groupes politiques, pour bien marquer la différence avec les séances ordinaires, mais l'amitié et l'unité dans les hommages rendus..

Il n'y eut pas cette année de Trophée du Mérite sportif, aucun club n'ayant présenté des résultats exceptionnels qui auraient pu justifier ce titre. Mais le Prix spécial de la Ville a été attribué à des clubs de jeunes méritants, et aussi une belle brochette de médailles de la reconnaissance de la Ville quia voulu cette fois, expliqua l'échevin de la Culture Bernard Meuter, honorer les BENEVOLES, cette race de gens humbles et dévoués, qui travaillent souvent dans l'ombre mais sans qui la vie de nos sociétés locales ne serait pas possible, dans les domaines sportif, folklorique, culturel ou de sécurité.

EN PÉTANQUE étaient ainsi mis à l'honneur: le « Marius de Sainte-Brigide », Francis Migeot qui, voici six ans, a créé ce petit coin à la Provençale à l'orée du bois, créant ainsi des liens entre les habitants du quartier rebaptisé « le Saint-Tropez fossois ». Et à Sart-Saint-Laurent, André Larivière a fait de même pour de nombreux adeptes qui se disputent une coupe mais surtout partagent le verre de l'amitié : ceux du « Cassis du Sart rencontrent parfois ceux du St-Trop fossois et le pastis bien sûr y coule à flots. Les épouses étaient associées à cet hommage par un très joli bouquet, comme ensuite pour les autres médaillés..

LA BALLE PELOTE est vivante chez nous. Plusieurs dévoués de Fosses-Avenir ont été médaillés.

Robert Manque, l'actuel président, est joueur depuis 45 ans, a évolué jusqu'en Nationale, remporté de nombreux championnats et une quarantaine de grands prix, fut capitaine d'équipe à Tamines, dirigea les jeunes de Bambois, revint jouer avec Fosses jusqu'à l'âge de 56 ans et fut sacré meilleur joueur une vingtaine de fois. Il a formé une équipe avec ses 3 petits-fils: c'est dire s'il est « mordu »

Freddy Ladrille, mieux connu sous le nom de « Copiche », est l'homme des ouvertures et des fermetures (de la buvette, des pompés et des vestiaires) : c'est l'homme de l'ombre indispensable et au dévouement total et inconditionnel.

Philippe Molle lui aussi arpente les ballodromes depuis quarante ans; si son équipe perd, il se frotte la barbe avec les mains; si elle gagne, il la noie dans une chope... pour cacher sa joie. Chargé de l'administration, c'est aussi un maillon indispensable et sa précision est bien utile.

Dans l'équipe de Vitrival, Gérard Colin est lui aussi toujours au four et au moulin : il sert des chopes, (en

boit aussi, veille aux enfants des supporters aussi bien qu'aux travaux au ballodrome, représente son club à la Fédération : un homme précieux.

Et à Bambois, le dévouement est incarné par Paul Denis : président depuis deux ans, il fut joueur puis entraîneur des jeunes et s'active aussi à la Fédération. Son plus grand bonheur est d'avoir constitué une équipe de 5 Denis, ses enfants et neveux un beau fleuron !

Si LE VOLLEY existe et est bien vivant à Le Roux, c'est à Michel Dargent qu'on le doit : Cet éducateur-né a voulu éduquer les jeunes du lieu par le sport ; En 1973 il a lancé ce club qu'il présida de 79 à 86, organisant même chaque année un Tournoi francophone de mini-volley avec parfois jusqu'à 40 équipes participantes ; Il lança le club des « Chipies » qui officient fort honorablement, et s'occupe d'un peu tout, fusionna les deux clubs et les préside ; Il fut aussi à la base de la construction du hall des sports de Le Roux.

En FOOTBALL, Willy Defoin est l'homme de Bambois-Sport : avec son épouse Paulette, ils sont pratiquement tous les jours au terrain : c'est dire leur dévouement. Il tond et marque ce terrain, construit clôtures ou abris, pave le local, entretient les ballons, fonctionne commme délégué, voire comme arbitre ; grâce à lui le club se porte bien.

A Aisemont, c'est Paul Heyvaert le show-business man : joueur en cadets, puis junior et équipe première, il est aussi bien stoppeur, attaquant ou libero ; A plus de 40 ans il est reconnu meilleur buteur. La fusion de son club avec celui de Falisolle lui donne l'occasion de poursuivre son dévouement au foot.

LE TENNIS aussi est vivant à Fosses grâce, entre autres, à Hugues Romain, secrétaire du club depuis sa fondation en 1961 ; il a débuté ce sport à 32 ans et n'a arrêté la compétition que voici peu, à 71 ans, avec brève interruption pour hernie discale ! Il s'occupe toujours de l'organisation des tournois et a même aménagé un court derrière son jardin...

Autre dévoué pour le sport, bien que n'appartenant à aucune discipline : Georges Mouthuy est chargé de la gestion du hall omnisports de Sart-Saint-Laurent où il veille à tout

contrats, clés, nettoyage, entretien. Sept clubs occupent le hall : badminton, 3 de mini-foot, 2 de tennis de table et 1 de pétanque. Il se réjouit particulièrement que le projet d'amélioration vienne d'être approuvé et subsidié.

Mais il n'y a pas que le sport. Pour la MARCHE SAINT-FEUILLEN, le président de l'État-Major Emile Damanet est chargé de faire l'éloge du secrétaire sortant Jean Romain : entré à la Compagnie des Congolais en 1935, il entra au comité et la relança en 1949, puis en fut adjudant ; Il reçut les médailles pour 7, 8, 9 et 10 septennales. Entré à l'Etat-Major en 1977, il en devint le secrétaire en 84. Avec beaucoup d'éloquence, E. Damanet dit les mérites de ce passionné de notre folklore, son dévouement inlassable et son attachement aux traditions, oubliant fatigues, soucis et responsabilités.

Un hommage est aussi rendu à titre posthume à Michel Defleur, qui assurait avec beaucoup de méticulosité le poste de trésorier de l'Etat--Major ; Son épouse fut appelé pour recevoir une médaille bien méritée.

Autre passionné « sortant » : André Godefroid président des CHINELS de 1990 à cette année ; il était entré dans ce groupe lors du voyage en Angleterre en 1970, fut trésorier en 87 et participa à toutes les sorties à l'étranger Espagne, Italie, France, mais pas au Japon, aussi bien qu'à Fosses. Son dévouement lui vaut le titre de Président d'honneur.

LA MUSIQUE n'est pas non plus oubliée : en la personne de Claude Barthélemy, incontournable en ce domaine, « un des meubles de notre ville », dont la simplicité et l'humour complètent son attachement à toute animation musicale, aussi bien avec la Philharmonique qu'à la musique de la Marche St-Feuillen, après celle des Chinels et autres fêtes de la bière ou grands feux... Trompette, bugla ou tuba, il ne manque pas de pistons...

Dans un domaine plus sérieux, André GILOT est aussi mis à l'honneur cet ancien comptable de la Coopérative agricole, maintenant commerçant, fut, ce que peu savaient, juge consulaire au Tribunal de Commerce de Charleroi et fut à ce titre nommé récemment Chevalier de l'Ordre de Léopold. Il est aussi honoré par notre cité.

Enfin, deux membres du corps des POMPIERS reçoivent une médaille (de plus) : Le commandant Philippe Scieur, entré au corps en 1976, titulaire du brevet A de prévention en matière d'incendie, a accédé au grade d'adjudant en 1980, sous-lieutrenant en 1986 et est promu capitaine-chef de corps en 1992 et, le 3 avril 2002, est nommé à titre définitif Capitaine professionnel. Fredy Leclercq est aussi entré en service en 76 avec un brevet d'ambulancier obtenu déjà en 71 ; depuis 1985 il se consacre exclusivement au service ambulance, assure les permanences tous les jours et même la nuit et les week-ends pendant ses temps de récupération ! Pour 25 années de dévouement au Service, ces deux dévoués sont aussi mis à l'honneur.

ET ON EN REVIENT AUX SPORTS.

Il n'y a donc pas de Trophée du Mérite sportif mais divers Prix de la Ville, avec coupes et objets d'art.

Patrick Debroux, champion de moto-cross, était absent pour cause de maladie ; mais il présente un palmarès éloquent dans diverses épreuves nationales et internationales.

Luc Gillard, lui, s'est distingué en rallye automobile : plus de 500 courses depuis 1964 avec des titres de champion provincial en 1980 et champion de Belgique en 1983 ; il pratiqua aussi le football avec Fosses et Bambois, de 10 à 41 ans, et du cross avec Solvay de 1972 à 1977 ; Tout cela 4( grâce à une bonne santé et... une pinte de temps en temps « !

Dans la même discipline, le jeune Eddy Marique présente aussi un beau palmarès dans divers rallyes et en championnat namurois (3e) et interprovincial (5e) avec l'Ecurie Les Aigles.

Le Receveur communal Joël Lemmens est un célèbre joueur de balle pelote ; Il a tout gagne avec Somzée... sauf contre Bambois, où il jouera la saison prochaine ! Il reçoit le Prix spécial de la Ville.

L'équipe des Pupilles de Bambois Pelote a remporté 28 victoires sur 28 rencontres durant le dernier championnat; ils ont aussi remporté le Challenge de l'Effort : ces petits joueurs prometteurs reçoivent chacun la médaille de la Ville.

Il en est de même pour les Minimes de Vitrival qui ont terminé seconds dans un championnat de 10 équipes. Précisons que la Pelote Vitrivaloise aligne 6 équipes !

Et de tout jeunes : des pré-pupilles de Fosses-Avenir, pour leur première année, ont terminé Ses du championnat et remporté 2 grands prix sur 3 une médaille (joyeusement accueillie) les encouragera.

Et cette longue série se clôtura par une démonstration de FITTNESS où le Chris Power Gym de Fosses peut se targuer de compter parmi ses adeptes des champions de Belgique, d'Europe, et même du monde ! On put ainsi admirer la musculature exceptionnelle de Fred Landine, 2 fois champion de Belgique, vice-champion d'Europe, 3e au championnat du monde à Paris ; Clarence Devis, junior, champion de Belgique et d'Europe, 4e au championnat du monde en Italie ; et Michal Goffin, senior, 2 fois champion de Belgique, 4e au championnat du monde en Italie. Une conseillère communale s'essaya même, entre deux, à participer à cette démonstration...

En conclusion, dit le bourgmestre, cette cérémonie simple et amicale démontre la vitalité de nos sociétés sportives et associatives ; il remercia encore les bénévoles, si précieux, et annonça l'ouverture du bar pour une dégustation dans une fraternité bien fossoise.

Samedi 15 décembre

Diablotins, à 11 h

Fal-Aisemont - Temploux

Moustier - Bambois

Fal-Aisemont B – Meux

 

Préminimes, à 13 h

Onhaye - Fal-Aisemont

 

Minimes, à 13 h

Soye-Floreffe - Fal-Aisemont

Bambois : bye

 

Dimanche 16 décembre

 

Div.3:

Fal-Aisemont Denée

Moustier - Barnbois