N° 47  7 décembre 2001

Il y a 10 ans déjà...

En complément aux chroniques d'il y a 25, 50 et 100 ans, que nous relatons mois par mois, il nous a semblé intéressant de signaler aussi les principaux faits que nous avons vécus il y a dix ans, plus proche de nous mais déjà loin dans nos mémoires.

Que s'était-il passé en novembre 1991 ?

- Fosses venait de connaître les grandes festivités de la Saint-Feuillen et Le Messager en relate encore quelques échos dans les numéros suivants.

- L'association des commerçants se renouvelle : l'ancien comité (Franz Evrard, Georges Deschamps) passe le relais aux plus jeunes : Marcel Mazuin, Jean-Louis Mathy, auxquels se joignent Gabriel Vermaut et Claude Maudoux , comité qui sera opérationnel pour la Foire St-André.

- Les gendarmes de Fosses interceptent quatre voleurs, pied de biche et butin en mains, revenant d'avoir été dévaliser le l'Etang des Forges.

- Nouveau comité de gestion du Hall des sports à Sart-Saint-Laurent. Philippe Ledoux est président, Robert Dewez secrétaire et Gérard Sarto trésorier + les représentants de différents clubs utilisant le ha11.

- La population de l'entité dépasse le cap des 8.000 habitants et gagne 158 unités par rapport à l'année précédente. Fosses compte au 31-121990 : 8.024 habitants.

- La doyenne d'âge de Vitrival, Mme Alice Spreulets, de la rue Bois-desMazuys, fête ses 95 ans. Elle vit avec sa petite-fille et connaîtra 5 générations après une naissance attendue chez M. et Mme Olivier Mathieu.

- Les Fossois vont aux urnes le dimanche 24 novembre, pour les élections (Chambre, Sénat, Province). Résultats des candidats fossois : Gérard Sarto fait 1.368 voix à la Chambre. A la Province : René Brachotte (PS) fait 1.108 voix, Benoît Spineux (PSC) réalise 1.626 voix, Daniel Piet 150 ; au PRL, Edouard Meuter fait 176 voix.

- Un nouveau produit local est lancé la praline du Chinel, qui sera fabriquée par la boulangerie Drèze qui a acquis le matériel adéquat pour réaliser elle-même la production.

- Le Magasin Nopri, installé depuis de nombreuses années aux Quatre-Bras, déménage et s'installe dans une nouvelle construction, où la surface de vente sera doublée.

- Décès de Jules Puissant, ancien facteur et figure fossoise très connue et appréciée.

L'humour à Bebronae cantores

Nous l'avons dit, une des attractions du souper annuel de la chorale Bebronae Cantores est le discours du chef, toujours attendu avec curiosité car il manie avec adresse et finesse un humour gentiment moqueur.

Vendredi dernier, chaque choriste eut droit à son petit portrait, rattaché cette fois au sport, et ponctué d'une médaille (d'or) au cou. II n'est bien sûr pas possible de tout transcrire ici, et parfois les allusions sont si fines qu'elles demanderaient un long commentaire. Mais en voici quelques-uns qui, avec le nom en finale, sont à la portée de tous. Car ce n'est pas tous les jours qu'on a la possibilité de rire ou au moins de sourire...

- Après les frères De Boer et M'penza, voici les frères Drèze, alias les Seals Brothers (frères-phoques)

artistes du ballon rond, Etienne et Philippe viennent de signer à Bambois pour des sommes avoisinant les... 2 euros 27 cents, soit une chope chacun après le match ! Ils évoluent sous l’œil attentif de leur nouvelle manager, la spice-Denée-girl Valérie.

- Déjà toute jeune, Germaine s'entraînait au 110 m. haies en sautant les clôtures de Taravisée pour rejoindre son Antoine bien-aimé à la ferme voisine. Aujourd'hui, notre sportive retraitée s'est mise au service à la cafetaria des vétérans du Club Dejaifve (Germaine Janssens-Calande).

- Amateur de grosses cylindrées, Géry, orfèvre en mécanique, s'est lancé dans la compétition en catégorie side-car. Annette le suit donc partout et leur slogan est : « Nènètte toujours prête pour la compète «. Ils ont remporté plusieurs grands prix, dont celui de « oy-oy-oy « en Chine et « Vas-y m'chou « en Roumanie. (Géry et Anne Moreau-Cuvelier).

- Edouard Killy et Renelde Goitchell, retraités des Alpes nèvremontoises, continuent à se la glisser douce sur les pistes noires du Giveau, de la Chapelle et du Mur de St-Remy. Sponsorisée par la Brasserie Friart, Renelde se réfugie sous son iglou iglou iglou tandis que son mari slalome entre les croches et les silences de la partition à la recherche des erreurs de son chef de chœur ! (E. et R. Binamé).

- Avec son physique à la Yvo Van Damme, notre coureur de demi-fond Jean-Pierre (Bodart) , véritable marathon-man durant sa carrière professionnelle, est devenu clergy-man à la collégiale où il cumule le chant, la parole, le conte... et brigue de remplacer Gustave pour la collecte !

Reine du fitness, après la séance notre amie Evelyne se désaltère avec... une boîte de petits pois (car des pois des haltères). Elle met ses muscles au service de la Croix-Rouge et du Télé-thon de l'étang des Forges. (Evelyne Migeot-Lachambre).

- Robin des Bois de Sainte-Brigide, Armand décoche ses flèches avec son arc aussi bien que ses notes avec son archet : ch ...armant, cet Armand (Jamotton).

- Les artistes de l'Antiquité devaient nous l'envier, notre Marcellos Nulensakis au profil grec de lanceur de javelot : il manie son projectile aussi bien que son pinceau : avec une précision infinie, et doit aussi s'être essayé au lancer du marteau car on le voit avec un marteau sur l'autel en dinanderie qu'il a réalisé pour la collégiale (Marcel Nulens).

- Si nous ne buvons pas de la tapette ce soir, c'est que nous avons un champion de la palette : Thierry (Lepinne) nous a choisi dans sa palette du vin de qualité. A force de revers, mais aussi de coups droits (et en douce), il a joué la belle... Laurence et maintenant ils se tapent des bals, des bois, des mousses, des tibhar...

- Cousine d'Esther Williams, Colette (Dardenne) est toujours dans l'eau... de vaisselle ou de nettoyage Son sport favori reste le Walter-polo.

- Une nouvelle discipline est née à Nèvremont : le skiff avec barreur et si le shkiff est un aviron monoplace, Pierre (Lepinne) a fait monter sur son embarcation un siège pour Simone qui ainsi a pris le rôle de barreur : celui qui commande sans rien faire... Enfin, tout de même : elle chante aussi, pour éloigner les prédateurs, et tricote des filets de pêche pour prendre des poissons qu'elle ramènera au magasin de sa fille. Pierre, lui, a inventé un nouvel accessoire pour les régates islamistes : la rame à dents...

- Nelly n'est pas une terroriste quand elle pose sa bombe, c'est sur sa tête lors des jumpings ! Elle a cravaché dur dans son officine et tout va bien dans son manège... heu, son ménage : Elle peut dire : « Il est doux-mon Gérard », c'est mon pursang. (Nelly Doumont-Jacqmain).

Enfin, une médaille d'or aussi pour l'épouse du chef : cette entraîneuse sportive toute l'année (elle est prof de gym), a réussi à charmer Marc depuis vingt ans ; maintenant, elle n'a que ce qu'elle mérite : un chauve satirique et quatre enfants tapageurs...

Vous voyez, même si on n'y a pas beaucoup chanté, on ne s'est pas ennuyé à ce souper. Et comme chaque année, chacun se demande: « qu'est ce qu'il va encore bien pouvoir trouver la fois prochaine?... » (lui aussi, d'ailleurs). Avis aux amateurs : on demande encore des voix ; dans une excellente ambiance, chacun donne sa voix dans les décisions et ainsi on trouve sa voie... Tu vois ?

Cannabis... et alors ?

C'était le thème d'un débat présenté a la RTBF mardi soir, depuis l'Institut Saint-Luc à Liège. Sujet brûlant et d'actualité et débat très animé. Paul Germain avait bien varié son public deux médecins (qui ne paraissaient pas être tout à fait sur la même longueur d'onde), des élèves, des enseignants, des parents, des consommateurs (beaucoup trop, dans un local enfumé !... preuve indéniable que la dépendance est déjà là ?), deux politiciens et... des avis contradictoires en clair, des partisans de la légalisation pure et simple et des contre.

Tout le monde voulait prendre la parole, pour sortir, de temps à autre, des énormités. M. Moriau, le bourgmestre attitré des drogués, a même trouvé que le cannabis était bon pour la santé (!), après que le Dr Bogaert eut expliqué les dangers de l'escalade et les suites parfois catastrophiques de ce fléau. Tour a tour, les pour et les contre ont pris la parole, mais, ce qui était frappant et curieux c'est que, rien qu'en voyant le « look » de celui qui prenait le micro, on pouvait, sans risque de se tromper, deviner s'il était ou non un fervent consommateur.

Une maman a expliqué que son fils, qui prend aujourd'hui de l'héroïne, a commencé par le cannabis. Une fumeuse comparait sa dépendance à la cigarette, expliquant que, lorsqu'elle fumait une ou deux cigarettes par jour quand était étudiante, ne pensait jamais en arriver à sa consommation actuelle ; Et elle s'inquiétait pour sa petite-fille de 9 ans... Un autre, a touché jeune au cannabis, ce qui a gâché ses études ; Il a pu heureusement se guérir, mais ne fait pas de distinction entre drogue douce et drogue dure : On en devient très vite dépendant.

A côté de cela, que d'inepties apportées par des originaux (ou marginaux), comme ce prêtre barbu (à l'aspect plutôt répugnant) dont il vaut mieux oublier le nom ; ce dirigeant de maison de jeunes qui laisse fumer au point d'entrer de plain-pied dans l'illégalité, ce chômeur quia besoin de ça avant de commencer à « travailler » (son travail est-il celui de dealer ?). Et ce « marchand d'herbe » ayant pignon sur rue, trouvait là un nouveau créneau pour les agriculteurs en difficulté... afin d'assainir le produit et le marché ! Bien sûr que ce n'est pas (très) dangereux si l'on goûte à un joint de cannabis de temps à autre, mais, comme le disait le Dr Bogaert, il y a d'autres valeurs pour un jeune qui se prépare à la vie et à sa dure réalité. On ne veut plus faire d'effort et à la moindre difficulté, le bon remède : on fume un joint, et la difficulté disparait !

Les « anti-prohibition » veulent-ils une société où tout est permis, sous le couvert du droit de choisir son mode de vie ; on l'admet encore pour un adulte, libre à lui de se détruire, mais il faut penser aux très jeunes, de nature fragile qui, dès l'âge de 10 ou 12 ans, sont déjà confrontés à ce problème dans les écoles ! Si l'on banalise, ne risque-t-on pas de trouver bientôt dans les lettres à St Nicolas, des demandes de quelques doses de cannabis, au lieu de bonbons ! Et puis, pourquoi pas dans les biberons, pour que bébé dorme bien ?

Fin d'année à la pelote

Comme l'an dernier, à l'occasion des fêtes de fin d'année, la Pelote Vitrivaloise organisera une petite fête les samedi 15 et dimanche 16 décembre, à partir de 16 heures, dans le complexe scolaire de Vitrival. On y proposera, pour un prix modique (120 F) une restauration légère à base de brochettes, accompagnées de crudités. En plus des boissons traditionnelles, on pourra déguster les bières spéciales Noël, Saint-Feuillien, Bush, Campbel's, Gordon, etc.

La bonne ambiance sera de rigueur et le comité de la Pelote Vitrivaloise espère y rencontrer un public nombreux.

Fêtes de fin d'année

Rappelons aussi que le Marché de Noël aura lieu cette année le week-end des 15 et 16 décembre, toujours sous chapiteau géant et chauffé, sur la place Jean Tousseul. Nous lançons un appel aux artisans qui désirent participer, faire connaître et partager leur savoir-faire (pour les renseignements, formez le 071-71.12.57 en soirée). Une nouveauté pour cette édition 2001, le vendredi 14 sous chapiteau, les amateurs de cartes pourront jouer les cougnols !

L'équipe du comité des fêtes de Vitrival

Ecole des devoirs

Vu le succès croissant de l'Ecole des devoirs, le Conseil d'administration de l'A.L.E. a décidé d'organiser celle-ci un jour de plus par semaine pour les élèves du primaire. A partir du 1er janvier 2001, l'horaire s'établira donc comme suit

- le lundi et le mardi, de 17 à 18 h pour les primaires

- le jeudi, de 17 h à 18 h pour les Secondaires.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter l'A.L.E. au

071-71.34.36.

S. Legrain et A. Lenoir, responsables A.L.E.

Dans le décor

Dimanche 2 décembre, vers 8 h du matin, M. Luc Piret, de Névremont, descendait la rue de la Station, se dirigeant vers les carrières, lorsque, à la suite d'un dérapage, il perdit le contrôle de son véhicule qui échoua dans le décor. Le conducteur s'en tire sans blessure, mais le véhicule est fortement endommagé et probablement déclassé.

Pauvre bac...

Dimanche 2 décembre au soir, vers 22 h 30, chaussée de Charleroi à Sart-Saint-Laurent, une voiture de passage a heurté malencontreusement un bac à fleurs. L'automobiliste auteur de cet incident a pris la fuite, malgré des dégâts à son véhicule.

Don Quichotte

Les amateurs de théâtre pourront assister à la représentation de Don Quichotte, proposée par le Centre culturel de Fosses, en collaboration avec le Centre culturel d'Aiseau-Presles : le samedi 15 décembre, à 20 h, au Centre culturel d'Aiseau-Presles, place Communale à Presles.

Don qui Shoote, d'après l’œuvre de Cervantès, rêve de devenir chevalier, de conquérir le monde et le cœur d'une princesse... Il cherche alors un écuyer (un aubergiste qui deviendra Sancho Pancha) et une monture. Tous les deux se lanceront à corps perdu dans un univers de batailles et de défis imaginaires. Tout se joue devant le public dès le début, avec un consentement spontané : les changements de costumes, de décors, de chants tziganes, de danses, les querelles entre les comédiens pour savoir qui dans la prochaine scène va incarner Don qui Shoote. Et le public participe à l'action aussi : Il bat la mesure, il accueille les artistes, il fait le mouton... Un spectacle où l'imagination débordante de la compagnie sublime le budget modeste de la production. Un spectacle plein de surprise, assurément tout public.

Entrée :

adultes 300 F (250 F en prévente au Centre culturel,

12, place du Marché à Fosses) ;

moins de douze ans : 150 F ou 100 F en prévente.

Renseignements : B. Michel, tél. 07171.46.24.

Pharmacies de garde

Jeudi 6 : Boxus, Fosses

Vendredi 7 : Chapaux, Biesme

Samedi 8 : Dubisy

Dimanche 9 : Dubisy

Lundi 10 : Dubois, Le Roux

Mardi 11 : Dubisy

Mercredi 12 : Lahaut, Ermeton

Jeudi 13 : Liénard, Mettet

Service médical

Le service de garde sera assuré au cours de ce week-end par le

Dr BAILLY, tél. 071-71.14.89.

St Nicolas et la Foire

A l'occasion de la Foire St-André, saint Nicolas est venu rendre visite ce samedi à ses amis les enfants. Ils étaient quelque trois cents à venir ainsi livrer leur petite confidence au grand Saint, affirmant tous, bien sûr et comme il se doit, qu'ils étaient les enfants les plus gentils et obéissants du monde ; Leur saint patron n'avait dès lors d'autre initiative que de leur remettre un sachet de friandises bien mérité... en attendant probablement mieux chez eux. Saint Nicolas, accompagné de son ami Père Fouettard, a d'abord déambulé dans les rues de Fosses, encadré des groupes de l'entité Les Clowns en Folie et Les Disclimbwagnes, que l'association remercie chaleureusement de leur présence.

Durant l'après-midi, de nombreux enfants ont été grimés par Mlle Vinciane Genard et son équipe, à qui nous adressons également nos chaleureux remerciements : léopards, souris, chats, papillons étaient au rendez-vous.

Nos remerciements vont également aux Ets Mazuin Frères et à tous les bénévoles qui ont permis la réussite de cette après-midi récréative destinée principalement aux enfants.

Volée et retrouvée

Le samedi 1er décembre, une voiture Opel Corsa, stationnée dans le parking de l'arsenal des pompiers et appartenant à Jean-Christophe Colot, était signalée disparue. Elle était retrouvée le lendemain, ruelle du Château, mais légèrement accidentée. On ne dispose guère d'indice concernant ce vol.

St Nicolas à Névremont

Samedi dernier, saint Nicolas avait été invité par le comité des fêtes de Névremont pour sa tournée habituelle dans les rues du hameau. La tournée, qui avait tout d'abord été prévue ce samedi 8, a été avancée et les habitants de Névremont ont donc eu l'heureuse surprise de cette visite toujours agréable pour les enfants, mais aussi pour les grands enfants que sont parfois restés les adultes.

Bravo à ce dévoué comité.

St Nicolas à Haut-Vent

Depuis quelques années déjà, le comité des festivités hautventoises se montre très généreux pour les habitants du hameau. Début décembre, c'est saint Nicolas qui distribue ses cadeaux aux enfants et, quelques jours plus tard, c'est le Père Noël qui prend le relais avec sa distribution de cougnous. Et, cette année, la population a été avertie par un papier que les habitants ont trouvé dans leur boîte aux lettres, un avis que nous nous plaisons à reproduire en raison de son originalité :

Mes chers petits amis,

 

L'hiver arrive à grands pas

Mais, un p'tit peu avant cela

Devinez qui sera là

Moi, le Grand Saint Nicolas

Ce dimanche 9 décembre

Dans les rues du hameau

Tiens-toi prêt à m'attendre

J'apporterai des cadeaux.

Un peu plus tard dans le mois

Le 22 décembre dès treize heures

C'est mon copain que tu verras

Père Noël offrira des douceurs.

Tous deux nous nous réjouissons

de vous voir et en attendant,

bonne journée ou bonsoir.

Sécurité

A l'occasion des fêtes de fin d'année et en collaboration avec les différentes instances concernées, l'Association des Commerçants de Fosses veillera à votre sécurité les 22, 23, 24, 29, 30 et 31 décembre. Pour ce faire, elle a fait appel à une société de gardiennage et ses maîtres chiens : deux personnes accompagnées de leur chien, circuleront en effet dans les rues de Fosses.

Nous avons besoin de votre collaboration à tous, commerçants ou non ; parlez-en dans votre entourage afin de dissuader les personnes mal intentionnées d'exercer leurs activités malveillantes.

Au Cercle d'Histoire

La prochaine réunion du Cercle se tiendra le jeudi 13 décembre, en la salle de l'hôtel de ville, car on y attend un peu plus de monde qu'à l'habitude. En effet, Pierre Mélan, passionné de la période napoléonienne, présentera les campagnes et l'époque impériale, en suite de la présentation par Jean Radelet de lettres d'un Nèvremontois de sa famille, Pierre-Joseph Demanet, écrites de divers coins d'Europe au fil de ses pérégrinations comme conscrit.

Comme d'habitude, ces réunions du Cercle sont ouvertes à tous mais il est probable que le sujet intéressera particulièrement les fans de la Grande Armée et notamment les Grenadiers. Tous sont cordialement invités à cette soirée qui promet d'être exceptionnelle.

Les petits formats

C'est le thème des oeuvres miniaturisées que l'association des Artistes de l'entité propose du samedi 8 au jeudi 27 décembre, à la Maison de la Culture et du Tourisme, place du Marché à Fosses.

De l'aquarelle à la céramique, les différentes techniques ont dû s'adapter à cette nouvelle échelle. Une exposition qui sort de l'ordinaire. Le vernissage a lieu ce samedi soir.

Avec des oeuvres de P. Godenne, J.-L. Halloin, M. et Mme Ingels-Malnoury, J.-P. Legrain, M. Nulens, D. Populaire, S. Scohier et D. Vandenbroecke.

L'exposition est accessible gratuitement :

en semaine, de 9 à 16 h et le week-end, de 10 à 17 h.

Renseignements: B. Michel, 071-71.46.24.

La Saint-Eloi

Si les conditions de vie changent -et rapidement - les traditions demeurent ; diminuées peut-être, mais toujours bien vivaces. Celle de la Confrérie Saint-Eloi est du nombre, même si elle ne fait pas beaucoup parler d'elle.

Samedi à 10 heures, une bonne trentaine de membres se retrouvaient pour la messe annuelle en l'honneur du saint patron des cultivateurs et des métiers du fer. M. le doyen, à l'homélie, évoqua précisément la vie de cet évêque de Noyon-Tournai, orfèvre et trésorier du roi mérovingien Dagobert, mort vers 660, célèbre pour son intégrité et son zèle apostolique en des temps bien troublés.

Après la messe, les membres se sont retrouvés comme d'habitude au Clos St-Feuillen pour la réunion annuelle où le secrétaire-à-tout-faire, Camille, perçut les cotisations. La St-Feuillen aidant (remarquez le i quand il s'agit de la bière du Roeulx), l'ambiance fut vite très joyeuse et animée ; Mais les traditionnels pistolets de la fidèle et dévouée Armande permirent à, tous de tenir le coup durant quelques heures bien sympathiques.

La Confrérie Saint-Eloi de Fosses (centre, car il y en a d'autres dans l'entité) compte près de 50 membres cotisants : Une majorité de cultivateurs, mais aussi des garagistes, mécaniciens agricoles, directeur d'école technique et bien sûr notre artiste dinandier qui avait prêté sa statue de S. Eloi car celle de la paroisse, datant du XVe siècle, vient de partir pour une exposition de sculptures du Moyen Age à Namur.

Nous serions heureux de recevoir des informations sur les autres Confréries, de Saint Eloi ou de Sainte Barbe, auxquelles nous souhaitons longue vie.

Avis aux utilisateurs ALE

Dans le cadre des mesures prises pour faciliter l'introduction de l'euro dans le système ALE, Sodexho Pass conseille vivement aux utilisateurs ALE dé ne pas effectuer de commande'~de chèques ALE pendant la période du 24 au 31 décembre 2001.

L. LENOIR, agent ALE

Remise de trophées

Une séance spéciale du Conseil communal aura lieu le lundi 10 décembre, en la salle L'Orbey, à partir de 19 h 30. A l'ordre du jour

- Remise du Trophée du Mérite sportif de la Ville et de la médaille de Reconnaissance de la Ville.

- Manifestation de sympathie envers le personnel employé au service Incendie : ancienneté de 25 ans de MM. Ph. Scieur et Fredy Leclercq.

Aux commerçants

Dès le début de l'an prochain et après une année sabbatique, les membres de l'Association se présenteront dans tous les commerces de l'entité pour le renouvellement de votre cotisation annuelle. Le montant de cette cotisation reste inchangé mais converti en euros, soit 50 €. Cette cotisation donne droit à l'attribution de 10 sacs-poubelles à retirer les premiers lundis de chaque mois, dès 20 heures, au local de réunion situé 2, avenue Albert 1er, réunions auxquelles vous êtes tous cordialement invités.

Nous vous remercions déjà du bon accueil que vous réserverez aux membres de notre comité. N'hésitez pas à leur faire part de vos doléances et souhaits.

Nous tenons également à vous informer de notre intention de développer, courant 2002, un site Internet reprenant tous les commerçants de

Keskidi nous propose...

(à lire avec humour)

Passe à ton voisin

L'incompréhension naît du silence et de l'incompréhension naissent les conflits. Ce qui vaut pour les nations vaut pour toute société. Ne répétez que ce qui a été dit, mot pour mot, sans interpréter. En modifiant une nouvelle un tant soit peu, vous en arriveriez à de drôles de situations. Jugez plutôt !

Un jour, le directeur d'une grande agence bancaire dit à son chef de personnel

- Demain à 9 heures, vous rassemblerez tout le monde dans la salle de réunions. Je ferai un exposé sur les coffres-forts, les portefeuilles, les Sicav et l'étranger. Surtout, que tout le monde soit à l'heure, je n'en aurai pas pour longtemps. Si certains ont des questions à me poser, qu'ils n'hésitent pas, j'y répondrai.

Le chef du personnel convoque les chefs de service et leur dit

- Demain, tout le monde à la salle de réunion à partir de 9 heures avec vos portefeuilles. Le patron vous parlera des coffres-forts, des Sicav et de l'étranger. Tâchez d'être à l'heure, sinon, c'est moi qui en prendrai. Vous pouvez poser des questions, mais il n'est pas sûr qu'il y réponde.

Un des chefs de service rassemble son personnel

- Demain, tous à 9 heures à la salle de réunion, avec vos portefeuilles. Le patron vous parlera de sa cave à l'étranger et de ses coffres-forts. Je vous recommande de ne pas poser de questions ; il y a du boulot qui vous attend.

Les employés entre eux

- II paraît que demain on fait une descente à la cave avec le patron, pour vider les coffres-forts, remplir vos portefeuilles et partir à l'étranger. Ne posons pas de questions, après tout, c'est lui qui commande.

Keskidi

Pensées de la semaine

Seul un tunnel percé dans le Mont-Blanc peut permettre de faire passer un chameau par le trou d'une aiguille du Midi.

Avez-vous remarqué que l'on entend mieux le murmure de la tentation que l'appel retentissant du devoir.

A méditer

Avoir la vie facile est un but difficile à atteindre.

Il est temps de réagir

Depuis quelques années, la Monarchie est l'objet de critiques et d'attaques souvent déplacées, parfois même calomnieuses. Le Palais bien sûr ne réagit que prudemment alors que ses détracteurs, eux, ont moins de scrupules.

Une personne me demandait récemment de dénoncer cette façon d'agir qui semble bien émaner de milieux flamingants : toutes les attaques en effet viennent de journalistes ou d'écrivains flamands. On pourrait donc penser à une action systématique et combinée pour, en diminuant l'influence du Roi à petits coups d'épingle, arriver à imposer une « république flamande ».

Il est vrai que si des changements constitutionnels s'avéraient utiles, voire nécessaires, l'action politique flamande a été particulièrement hypocrite. Avec l'aide de politiciens wallons qui n'attendaient que cela, ils ont lancé l'idée du fédéralisme des régions. En jurant leurs grands dieux, il n'y a pas si longtemps encore, qu'il n'était pas question de « confédéralisme ». Mais peu à peu, ils ont grignoté les prérogatives de l'Etat national, devenu fédéral sans que la population s'en rende bien compte, par des « transferts de compétences » de plus en plus nombreux au profit des régions. Ma foi, si ça marche, tant mieux : La cohabitation entre idéologies linguistiques devenait trop tendue (par qui , une fois encore ?). Jusqu'il y a peu, les politiciens flamingants critiquaient la Wallonie « à la traîne », économiquement pauvre et sans idée, boulet financier ;Ils en avaient assez, disaient-ils pour justifier leur action, « que les flamands paient pour les Wallons ». On en revient un peu car il s'avère que la Wallonie, avec ses petites entreprises dynamiques, se redresse manifestement, peut revendiquer une culture réelle et un standing satisfaisant. Et dans le domaine de la santé, entre autres, on apprend que les assertions flamandes d'une population wallonne « malade et donc coûteuse » ne sont pas fondées ; On vient de lire par exemple que la vieillesse coûte beaucoup plus cher en Flandre où beaucoup de personnes âgées passent leur fin de vie en clinique, davantage qu'en Wallonie.

Mais trêve d'ergotage, revenons-en à notre sujet : Nos dirigeants flamands parlent à présent ouvertement d'en arriver bientôt à un « confédéralisme », c'est-à-dire une plus grande scission encore entre nos régions ; Et voilà que les germanophones s'y mettent à leur tour en revendiquant aussi davantage de compétences.

Si donc je ne m'abuse et que l'objectif caché de tout cela soit de supprimer la Monarchie au profit d'une république d'un « Etat flamand » en tout cas ou tout au moins, comme il en est clairement question, de la réduire à un rôle purement protocolaire, il est temps de réagir. Et d'abord de refuser ces attaques honteusement déplacées, ce manque de respect envers une autorité morale qui n'est peut-être pas sans erreur mais qui vaut bien, comme on le disait ici la semaine dernière, la plupart des présidents de républiques du monde.

Puissions-nous garder longtemps encore nos principes fondamentaux : « Le roi, la loi, la liberté » et notre devise : « L'union fait la force ».

J. R.

St-Nicolas à Le Roux

Le samedi 24 novembre, pour la 15e année consécutive, l'asbl La Rovelienne, le comité du Souvenir, ainsi que la Marche Sainte-Gertrude ont invité saint Nicolas à venir visiter les petits Roveliens et organiser cette magnifique journée dédiée aux enfants. Au point de vue financement, ces trois comités ont été aidés par l'Exclesior et les commerçants de Le Roux. Tous les efforts ainsi réunis ont permis aux organisateurs d'offrir à leurs petits amis 151 colis remplis de fruits, de biscuits et de pâtisseries diverses, ainsi que des chocolats et de conduire saint Nicolas dans près d'une centaine de maisons.

A cette occcasion, le président de l'asbl La Rovelienne, Freddy Delzant avait glissé dans chaque colis un mot à l'intention des parents. Ce billet avait pour but de présenter l'asbl et de rappeler ses rôles et objectifs. En voici un extrait : « L'asbl La Rovelienne est un lieu de ralliement et de rencontres pour la population rovelienne. Elle est constituée par les présidents des différents comités que compte notre village et donc, de ce fait, pluridisciplinaire (sportive, culturelle, folklorique, patriotique...). L'asbl gère les bâtiments mis à sa disposition par l'Administration communale et planifie leur occupation ; Paie les assurances, taxes réglementaires et autres dépenses obligatoires concernant la cafeteria qu'elle entretient ; rénove quand c'est nécessaire et en renouvelle le mobilier ; vient en aide aux comités en difficulté financière ; Veille à l'installation des nouveaux comités et pourvoit à ses frais de premier fonctionnement. Enfin, outre à sa participation financière à la Saint-Nicolas des enfants de Le Roux, c'est l'asbl qui, à elle seule, offre un cadeau de fin d'année à tous les Roveliens âgés de 60 ans et plus ».Le Président termine son billet informatif en soulignant que l'asbl n'a qu'une seule source de financement la kermesse annuelle du mois d'août. Enfin, il est important de savoir que la cafeteria est également à la disposition du public pour différentes petites manifestations privées et autres.

Samedi 8 décembre 2001

 

Diablotins, à 11 h

Soye-Floreffe - Fal.Aisemont

Bambois - UBS Auvelais

Fal.Aisemont B - Rhisnes

 

Préminimes, à 13 h

Fal.Aisemont - Biesme

 

Minimes, à 13 h

Soye-Floreffe - Fal.Aisemont

Bambois : bye

 

Espoirs, à 14 h 30

Ent. Mosane - Bambois

 

Réserve, à 14 h 30

Bambois - Fal.Aisemont

 

Dimanche 9 décembre 2001

Div. 3

Bambois - Fal.Aisemont

 

 

 

Espoirs

Ent. Mosane - Bambois 1 - 4

 

Réserve

Bambois - Fal.Aisemont 0 - 4

 

Dimanche 9 décembre 2001

Div. 3

Bambois - Fal.Aisemont 1 - 1

BAMBOIS - FAL.AISEMONT 1 - 1

Sur un terrain rendu glissant par le gel, les deux équipes démarrent prudemment. A la 6e, Declercq, d'un tir soudain des vingt mètres, trompe Seront, gêné par le soleil (0-1). Un quart d'heure plus tard, Laurent Wauthelet est accroché dans le rectangle. Pierrard se charge de la concrétisation et remet les équipes à égalité. Cinq minutes plus tard, Deproot est stoppé fautivement et les visiteurs héritent d'un penalty. Poncelet y va d'un tir puissant au ras du poteau, mais Seront détourne l'envoi. Celui-ci est aussitôt repris par Deproot, puis par Poncelet, mais à chaque fois le cuir est dévié par le portier visité.

Dès fa reprise, Bambois croit au but, mais lè tir de Foret est trop croisé. A la 70e, Pacorus est prié de rejoindre les vestiaires pour abus de cartes jaunes. Dans les dix dernières minutes, Janssens, seul devant les buts, place, à côté. . .