N° 45  23 novembre 2001

Il y a 100 ans

N° 38 du 22 septembre 1901

FETES COMMUNALES

Dimanche 29 septembre

A 3 h, place de fa Briqueterie : grande fête acrobatique

A 5 h. 1/2 : grande illumination de la place du Marché

A 6 h, concert extraordinaire donné par la Symphonie communale de Namur.

A 8 h, place du Chapitre : grande illumination et bal populaire.

Lundi 30 septembre

De 2 à 4 h, faubourg Saint-Roch : concert par la Société Philharmonique de Fosses.

A 4 h 1/2, place de la Station, réception, par les sociétés de la ville, de la musique du ler Régiment des Chasseurs à pied de Charleroi

A 5 h, à l'hôtel de ville, réception de la dite musique par les autorités communales et le comité des fêtes.

A 5 h 1/2 : illumination de la place des Quatre-Bras

A 6 h : brillant concert donné par le 1er Régiment des Chasseurs à pied

A 8 h : place du Chapitre : illumination et bal populaire.

Mardi 1er octobre

A 1 h précise: faubourg de Lège: grand jeu de petit balle au tamis entre les deux plus fortes parties dit pays : Charleroi la Royale (Lemaître) contre Bruxelles Sablon (Marin).

A 8 h, place du Chapitre, illumination et bal.

N° 40 du 6 octobre 1901

incendie. - Mardi vers 8 h du matin, en l'absence des époux Brosteaux, un incendie s'est déclaré dans leur maison située non loin du Point d'Arrêt. Le feu s'est rapidement communiqué à la maison voisine, occupée par M. Colin. Les bâtiments étaient de construction récente ; il ne reste que les murs calcinés. On a sauvé quelques meubles.

N° 41 du 13 octobre 1901

Dimanche dernier, un terrible cyclone s'est abattu sur tout le pays et a fait d'énormes dégâts. Depuis longtemps, on n'avait plus vu pareille tempête. A Bambois, une maison en construction appartenant à M. Charles Wiame a été détruite ; il ne reste plus que le mur de façade. Toutes les lignes de télégraphe ont été plus ou moins détraquées. Nous ne parlerons pas des cheminées renversées, des pannes enlevées, des arbres arrachés. Partout lundi matin, le sol était jonché de débris de toutes sortes. On nous dit que, dans un verger, sur 40 arbres, trois seulement sont restés debout.

VOL. - Dans fa nuit de jeudi, des malfaiteurs ont escaladé les clôtures du parc de M. de Kerkhoce d'Exaerde à Taravisée. Pénétrant dans la faisanderie, ils ont fait main-basse sur 20 faisans. Le matin, on trouva la volière vide. La gendarmerie a ouvert une enquête.

Il ya50ans

Mois d'octobre 1951

- Bénédiction de deux nouvelles cloches à l'église de Le Roux (pour remplacer celles enlevées par les Allemands). Les parrains sont : MM. Xavier Besombe et Oscar Michaux et les marraines : Mmes Honorine Defosse et M.-Th. Mouyard.

- Troisème place pour le Fossois Eugène Evrard dans une course pour non-licenciés lors de la fête de Fosses.

- Lors du gymkhana de la même fête, on note les belles prestations des frères Lebichot (René et Lucien), et du jeune Lucien Preudhomme.

- Décès du pharmacien Hector Mainil, le grand-père de l'actuel.

- La jeunesse Rurale de Sart-SaintLaurent organise une soirée dramatique en la salle du Patronage : Attaque de Nuit (drame militaire) et une comédie : Un artiste dans le pétrin.

- La fête communale de Le Roux se déroule du 20 au 23 octobre. Le comité organisateur est composé de Egeur, E. Clause, A. Viel, J. Marchal.

- Une cérémonie rend hommage aux membres de la Croix-Rouge de Fosses ; nous en rappelons quelques noms : Marie Guillaume, Lucy Verbaert, Jeanne Defer, Lucienne Colot, Virginie Vandersmissen, Hélène Debehogne, Anna Devos, Marguerite Duculot, Henriette Mainil, M.-José Boxus, Maria Hénuset Jeanne Morialmé, Lucienne Gérard, M.-José Votion, Jenny Winson, MM. Kelner, Thiran et Votion, sans oublier les dirigeants : M. et Mme Loix, le chanoine Piérard et Mme Moriamé.

- Au Cinéma Moderne, voici les films présentés : Le Trésor de la forêt vierge (avec J. Weissmuller); C'est arrivé dans la 5e Avenue ; Volpone ou l'amour de l'Or (Louis Jouvet) ; l'Affaire du collier de la Reine (Vivane Romance); Casimir (Fernandel).

Appel aux sociétés

le Syndicat d'Initiative prépare l'agenda des manifestations de l'année 2002. Nous rappelons à toutes les sociétés qui n'ont pas encore renvoyé leur fiche de renseignements qu'il est impératif de nous le faire parvenir au plus vite. Toutes les personnes qui n'ont pas été contactées peuvent s'adresser au secrétariat du S.I (permanences au Musée du Petit Chapitre au mois de novembre.

Tél. 071-71.12.02.

Serons-nous tous de bons eurologues ?

dans un bon mois, nous allons passer à l'euro et nous deviendrons des eurologues, spécialistes de l'euro. Ca veut aussi dire que les francs vont dis paraître définitivement.

Le mot « franc » ne sera donc plus utilisé et beaucoup de livres vont devoir subir de nouvelles éditions. Ainsi, les livres d'histoire, qui ne nous raconteront plus que les Francs ont envahi la Gaule, mais bien que les Euros nous ont envahis. On ne dira plus : avoir son franc-parler, mais bien, avoir son euro-parler ; il n'y .aura plus de francs-macons, mais des euros-macons ! Plus de francs-tireurs non plus, mais des euros-tireurs.

Parlerons-nous le français, ou l'euroçais ? Les flamands resteront flamands, mais les francophones deviendront des europhones !

N'allez quand même pas commandez chez. votre boulanger une tarte à l’eurogipane, pour une frangipane, pensant qu'elle sera 40 fois meilleure !

Franchement ou plutôt, eurochement ils vont nous perturber ces euros ! Nous devrons faire travailler davantage nos eurones !

Mais quelle variété, avec 8 pièces et 7 billets ! Nous aurons des pièces d’un neuro, de 2 zeuros et aussi des billets de 5 keuros, de 20 ou 100 teuros. Mais si vous en avez 80, ne dites pas comme entendu à la TV : quatre-vingts teuros !

Rassurez-vous, qu'ils soient neuro, zeuros, ou teuros, ils vaudront toujours un peu plus de 40 francs.

La Saint-Eloi

Le comité de la Confrérie Saint-Eloi

de Le Roux organise son premier buffet de ce troisième millénaire, à l'approche de la date de la fête du saint patron des orfèvres, plus très nombreux aujourd'hui, mais aussi de tous les travailleurs du fer et les cultivateurs...

Rappelons le programme établi par la Confrérie

Samedi 24 novembre

9.00 Ouverture de la salle des écoles et accueil des sympathisants et joueurs de cartes.

12 00 Début de l'animation musicale et accueil des participants au buffet.

12.45 Mot de bienvenue de la présidente et apéritif

13.00 Ouverture du buffet froid.

Dimanche 25 novembre

9.30 Ouverture du bar au restaurant des écoles.

Accueil des sympathisants et joueurs de cartes.

Samedi 1er décembre

9.00 Bar La Rovelienne : accueil des sympathisants

9.30 Messe de la Saint-Eloi en l'église paroissiale Sainte-Gertrude de Le Roux,

célébrée par l'abbé Lambiotte.

10.30 Bar La Rovelienne : verre de l'amitié, offert par la Confrérie aux personnes présentes à la messe.

Contacts : Mme Magda Dejonghe,

rue de la Maladrie 8, Le Roux, tél. 071-71.22.99.

W.-E. chez l'artisan

L'atelier de céramique Ingels-Malnoury vous accueille rue Saint-Pierre 18 à Vitrival, à l'occasion du « Week-end chez l'artisan ». Portes ouvertes les 24 et 25 novembre 2001, de 10 à 18 h, démonstration de tournage.

Entrée libre. Les fêtes approchent, pensez-y !

Pharmacies de garde

Jeudi 22 : Chapaux, Biesme

Vendredi 23 : Dubisy, Fosses

Samedi 24 : Boxus, Fosses

Dimanche 25 : Boxus, Fosses

Lundi 26 : Dubois, Le Roux

Mardi 27 : Lahaut, Ermeton

Mercredi 28 : Liénard, Mettet

Jeudi 29 : Mahia, Ermeton

Service médical

Le service de garde sera assuré au cours de ce week-end par le docteur

TAORMINA, tél. 071-77.43.88.

La garde des médecins et des pharmaciens

Rappelons, pour être précis, que la garde du week-end, pour les médecins, débute le vendredi à 20 h et se prolonge jusqu'au lundi à 8 heures du matin. Mais cela n'empêche pas, pour une bonne continuité des soins en cours, de faire appel au médecin habituel, si vous jugez que celui-ci peut se mettre à votre disposition et est éventuellement disponible pour vous recevoir. Quand il y a moyen d'éviter les visites du week-end, c'est aussi dans votre intérêt financier.

Pour les pharmaciens, la garde annoncée un jour débute vers 19 h (lors de la fermeture des autres officines) jusqu'au lendemain à l'ouverture. Rappelons aussi que toutes les pharmacies sont ouvertes le samedi matin et que la garde du week-end débute donc le samedi midi, jusqu'au lundi à l'ouverture des officines.

Vols en série

Au cours du dernier week-end, les nuits de vendredi à samedi et à dimanche, plusieurs vols de remorques ont été constatés dans la région. Chez nous, une remorque a disparu chez M. Bernard Bastin, à Vitrival et une autre chez M. Beck, ferme de la Laide-Basse à Fosses.

Les polices de Fosses et de Mettet procèdent à l'enquête d'usage.

A la Philharmonique

C’est donc ce samedi 24 novembre que la Philharmonique organise son banquet annuel. Rappelons le programme de cette soirée

18.30 en la collégiale Saint-Feuillen

Messe, au cours de laquelle la Royale Philharmonique interprétera un concert spirituel.

19.30 en la salle du Collège Saint-André :

banquet annuel, avec animation musicale assurée par Léopold Oogwitt.

Communiqué

de la Croix-Rouge locale

Vous cherchez un petit cadeau original et inédit et en plus, vous aimeriez faire une bonne oeuvre ? Alors, venez nous rendre visite au Home Dejaifve, à partir du vendredi 7 décembre après-midi (et jusqu'au lundi 10 décembre)... Nos bénévoles ont mis tout leur art et leur patience pour vous présenter des réalisations uniques. Le bénéfice intégral de la vente servira à gâter les pensionnaires et malades.

Merci d'avance de votre sympathique passage !

Confrérie St-Feuillen

Les membres de la Confrérie se réuniront ce mardi 27 novembre, à 19 h 30. Ils feront notamment l'évaluation de la fête du 28 octobre, puis entendront rapport de la commission pour le spectacle de la St-Feuillen 2005 et de la construction d'un oratoire irlandais à Sainte-Brigide. Une rencontre avec les confrères du Roeulx est aussi envisagée.

Fost-Plus

- Le prochain ramassage des papiers et cartons aura lieu le mardi 27 pour les sections de Bambois, Fosses et Sart-St-Laurent et le jeudi 29 pour toutes les autres sections.

- Le prochain ramassage des PMC (sacs bleus) aura lieu le mercredi 28 novembre, pour toutes les sections de l'entité.

Je suis seul, il n'y a rien pour moi: pas de travail, pas d'argent, pas de chauffage, pas un sourire. Ce qu'il me faut, c'est une personne pour m'aider.

Afin que nous puissions mener à bien notre oeuvre, nous avons besoin de vous. Un seul n° de compte : 0882191652-29.

Merci pour votre soutien.

Les membres de la

Saint-Vinvent-de-Paul de Fosses

Fête du Roi

Comme le rappela M. le doyen à la fin de la grand-messe, les autorités publiques ne sont plus tenues de participer aux habituels Te Deum pour la fête du Roi : on a vu à la TV qu'une manifestation non-confessionnelle a eu lieu à Bruxelles et ailleurs. Mais chez nous, lorsqu'il posa la question au Bourgmestre, B. Spineux répondit « A Fosses, on est vieux jeu, nous maintiendrons les traditions «. Et en effet, une belle délégation du Conseil communal assistait (et certains déjà à la messe) à cette prière pour nos souverains : Outre B. Spineux, les échevins Charles, Titeux et Buchet ; Les conseillers communaux Moreau et F. Rochet ; Le président G. Henin et deux membres du CPAS ; G. Sarto, conseiller provincial. Les sociétés patriotiques aussi : M. Dufrasne, président, D. Tilmant, du Comité du Souvenir, D. Chaussée, de la 101 e Airborne ; 7 drapeaux de sociétés patriotiques, et une dizaine de jeunes du Conseil communal des enfants, une première et une belle initiative.

Avant le chant du « Jubilate Domino », parla chorale paroissiale, M. le doyen rappela l’œuvre de notre dynastie au service du Pays, et la cérémonie se clôtura par la Brabançonne, aux orgues.

Oui, à Fosses, on tient toujours aux traditions.

Sainte-Cécile

Petite jeune fille romaine, Cécile fut donnée en mariage au patricien Valérien ; Mais elle avait fait vœu de se consacrer au Seigneur ; elle réussit à convaincre son fiancé de la grandeur de son vœu et il se fit baptiser ainsi que son frère Tiburce. Tous trois furent dénoncés comme chrétiens et décapités. On dit de Cécile « qu'elle unissait souvent à sa voix la musique instrumentale pour chanter les louanges de Dieu «, ce qui en fit la patronne des musiciens ; On la fête le 22 novembre.

Partout dans le monde, musiciens et choristes célèbrent sainte Cécile. A Fosses aussi

Ce vendredi 23, la chorale Bebronae Cantores lui dédiera son souper annuel, cette fois en la salle de Sart-St-Laurent, dès 18 heures. On y attend le « discours « humoristique du chef et, bien sûr, des chants au cours de la soirée.

Samedi 24, c'est la Royale Philharmonique qui la fêtera, d'abord en participant à la messe e 18 heures 30 avec plusieurs morceaux de choix, puis avec le banquet habituel en la salle du Collège St-André.

Enfin pour la chorale St-Martin de Senior Amitié, ce sera ce dimanche 25 par la réunion annuelle des trois chorales de Namur, Auvelais, Fosses et cette fois, c'est Auvelais qui reçoit

la messe sera chantée en commun à 11 h en I église St-Victor et suivie du dîner des' chorales

Opération 11.11.11

Cette Opération sera confiée aux élèves du degré supérieur des écoles communales et des écoles libres.

Le thème et la campagne de cette année : manifester haut et fort notre volonté que soit « effacée » la dette du Tiers Monde (déjà remboursée six fois). A la gomme est jointe une carte de pétition ; vous pouvez la renvoyer ou venir la déposer au Magasin du Monde Oxfam de Fosses (rue des Egalots). Merci.

Heures de consultations

des docteurs de Fosses

On nous demande de réinsérer les heures de consultations des médecins,

avec les quelques petites modifications nécessaires

Dr ALLEN, av. Champ Stoné 65 071.71.20.66

Lundi, mardi, jeudi, vendredi, 9 à 10 h

Lundi, mercredi., vendredi, de 18 à 19 h

Dr BAILLY, av. Albert 1er 100 071.71.14.89

Tous les jours de 8.30 à 10 h

Lundi, mardi, mercredi de 16.30 à 18 h.

Le samedi sur rendez-vous

Dr CHARLES, rue Cotelle, Le Roux 071.71.23.98

Lundi, mercredi, vendredi, de 8.30 à 10 h

Lundi, mardi, jeudi, vendredi, de 17 à 18 h 30.

Dr COBUT, rue des Remparts 12 071.71.30.73

Tous les jours de 8 à 9 h 30

Lundi, mercredi, vendredi, de 18 à 19 h

Dr CRESPEIGNE, place Leiche 1 071.71.18.67

Tous les jours de 8.30 à 9.30

Lundi, mercredi, vendredi, de 18 à 19 h.

Dr DE BILDERLING, r Vitrival 071.71.45.00

Lundi, mardi, jeudi, de 9 à 10 h

et tous les jours de 17 à 18 h 30.

Le samedi sur rendez-vous.

Dr MASSIN, ch. Charleroi 18 071.71.19.86

Mardi, mercredi et vendredi, de 9 à 10 h

Lundi, mardi, jeudi, vendredi, de 18 à 19 h.

Dr POTOR, rue Franceschini 18 071.71.10.02

Lundi, mardi, vendredi, de 9 à 10 h.

Tous les jours de 18 à 19 heures.

Dr SEPULCHRE, route St-Gérard 14 071.71.39.49

Lundi, mardi, jeudi, vendredi, de 9 à 10 h et de 18 à 19 h.

Mercredi, de 15 à 16 h.

Dr TAORMINA, Haut-Baty 33, Aisemont 071.77.43.88

Mardi, vendredi, de 7.30 à 9 h 30

Lundi, mercredi, jeudi, de 17 à 19 h.

Dr WILLEM, rue Ste-Brigide 30 071.71.31.24

Sera absent et indisponible jusqu'au début février 2002.

Je m'étonne (encore)

Comme beaucoup de nos lecteurs sans doute, plusieurs « petits » faits récents ont forcé mon étonnement.

La verrière du Parlement Wallon à l'ancien Hospice Saint-Gilles à Namur est enfin fermée

elle permettra à nos députés de traverser la cour au sec, quand il pleut. Tout de même, à 100 millions (et des poussières...) cela fait beaucoup, de parapluies... Par contre, le ministre « compétent » refuse un Pet-scan de plus : 70 millions, d'accord, mais il y va d'un moyen performant pour le dépistage du cancer.

Puisqu'on parle de millions, on ne peut s'empêcher de relever le « salaire » de M. Rombouts, patron de La Poste : 30 millions par an (+ d'autres avantages), c'est du gâteau ! Et les 7 directeurs touchent entre 8 et 18 millions chacun. En brut, rétorquent les intéressés. Cela fait quand même un beau paquet, quand on pense que des économies sont nécessaires et « justifient » la suppression de 400 petits bureaux de postes : où est donc la notion de service public. Etonnants aussi les pouvoirs de ce chef de La Poste : il peut conclure, tout seul, des contrats pour 1 milliard de francs par an. C'est vrai, c'est un homme à grosses responsabilités. Encore heureux qu'il ne soit pas soupçonné de toucher des pourcentages sur tout ça. Mais la confiance règne.

Pareil aux Chemins de fer : je ne parlerai pas du salaire du grand patron, mais de la filiale ABX pour le transport des colis la SNCB a déjà investi 620 millions d'euros et il en faudrait encore 250, soit quelque 35 milliards... Le comble, c'est que cette filiale est en bénéfice en Belgique, mais en gros déficit en Allemagne ! Et aussi que dans ses nouveaux investissements (300 millions), ABX s'écarte des gares pour se rapprocher des autoroutes : sans vergogne, cette société qui pompe les sous du chemin de fer préfère les camions ! Drogue : le rapport de l'Observatoire européen de la Santé est « alarmant », tant sur l'usage accru des drogues que sur les effets sur la santé (et leur coût). Mais Madame Alvoet la visionnaire, libéralise l'usage des drogues « douces », qui ne sont souvent pourtant qu'un premier pas vers du plus corsé...

Enfin, une bonne surprise RTL a tout de même décidé de retirer de son programme la diffusion du film « Scream 2 » : pour les gens de Gerpinnes et beaucoup d'autres - c'aurait été d'une indécence inqualifiable ! Et je répété mon idée : L’auteur de ce film devrait être poursuivi en justice pour incitation au meurtre. Mais pourquoi aussi, les programmateurs de chaînes ont ils plaisir à choisir ces films de violence totalement anti-éducatifs. Si eux les refusaient, les metteurs en scène seraient moins tentés d'exploiter cette déformation malsaine d'un certain public.

Keskidi nous propose...

(à lire avec humour)

Top secret

Nous sommes, en cette période de l'année où l'on fête, selon les uns, l'Armistice et pour d'autres la victoire de 1918. Simple question de point de vue, mon verre est encore à moitié plein, ou peut-être à moitié vide, à chacun sa façon de voir les choses. Et, malgré les « plus jamais ça » des guerres, il en existe encore et, tant que le profit guidera le monde, il y aura des pauvres plaies qui souffriront pour garantir les revenus financiers de quelques planqués. Et, croyez-moi, ce n'est pas le pauvre Keskidi qui va changer tout ça. Guerres sur le terrain, guerres des communiqués, intoxication, information, désinformation, appels à Dieu de toutes parts, le pauvre y perd d'ailleurs son latin. Monsieur Buels interdit aux chaînes de télévision de son pays de retransmettre les émissions venant des pays arabes de crainte que des messages codés, destinés à des agents terroristes, ne soient glissés dans les commentaires. Tout cela me rappelle mon enfance, la période 40/45 où, dans le plus grand secret, en cachette de l'occupant, dans le noir peut-être, je ne sais plus très bien, on écoutait la BBC. Ça toussait, ça crachotait, l'occupant brouillait les émissions et à grand peine on entendait : « Ici Londres, les Français parlent aux Français... ces informations censées rendre le moral aux uns, galvaniser les autres, ou bien le contraire, étaient suivies d'une série de messages codés destinés à la résistance et autres saboteurs patentés. Le plus célèbre, celui qui annonçait l'imminence du débarquement : « les sanglots longs, des violons de l'automne, bercent mon cœur d'une langueur monotone ». Il y en eut beaucoup d'autres ; En voici quelques-uns en pagaille. Essayez de vous y retrouver ou de comprendre ; moi, je n'y saisis rien du tout : le pifomètre est au beau fixe, le contraceptif est sous le paillasson, la main du masseur est dans la capote d'un slave, le camembert est dans la barbe du sapeur, la parole est à la dépense, le miroir ne renvoie pas l'image, salut les tapins, le kilo de sucre ne fait pas le poids, la chaîne d'arpenteur est extensible, les chevaux de frise aiment le terrain lourd, l'épicier est hypermétrope et le pharmacien hyper son froc, l'alexandrin a mal aux pieds, le prix Nobel est stabilisé, les biscuits secs refusent de se mouiller, le pédéraste a de quoi se retourner, le fromage blanc est dans le cirage, le coup de chapeau ne pardonne pas, toutes les routes du monde aboutissent dans l'autre, la Seine coule à Paris, le brie coule à Melun.

Assez, je m'arrête... la fatigue sans doute.

Keskidi

Pensée de la semaine

Les poissons intelligents ne se fient pas aux appâts rances !

Un de mes amis a cessé d'un seul coup de fumer, de boire, de faire bonne chair et de courir le jupon. Ce fut un bel enterrement.

A méditer

Avez-vous remarqué que le seul homme qui manifeste un grand enthousiasme pour le travail est justement votre patron ?

Comment peut-on être

Belge et républicain ?

lI y a, dans notre pays, une petite minorité de gens qui se disent républicains !

En même temps - simple coïncidence - un appelé Nicolas, habitué d'avoir affaire à la Justice, s'efforce de salir notre Roi par la publication, par un éditeur français - simple coïncidence ? - d'abjectes calomnies. Pourtant, qu'observe-t-on dans le chef de présidents de république de notre temps ?

Aux Philippines, le président Marcos confondait les caisses de l'Etat avec la sienne. Madame Marcos avait, paraît-il, 3.000 robes et 2.000 paires de souliers, alors que des millions de Philippins croupissaient dans la misère. En Indonésie, le président Habibie s'enrichissait de la corruption.

Vous me direz : ça se passe au bout du monde. Voyons alors plus près de chez nous !

En France, par exemple.

1. - De Gaulle, dont on n'a soin de ne citer que son « appel du 18 juin », a fait, le 9 mai 1945, massacrer par' les troupes françaises et leurs collaborateurs, les Harkis, 10.000 (dix mille !) civils, hommes, femmes et enfants, à Sétif, en Algérie (émission de Arte). C'est aussi sous sa présidence que, en Algérie encore, les généraux français Aussaresses, Bigaerd, Graziani et Massu, non contents de tolérer la torture ni même de l'ordonner, la pratiquaient eux-mêmes, par exemple sur la résistante Louisette Ighilariz, capturée en 1957 par l'armée française

Massu, « brutal, infect » ; Bigeard « qui n'était pas mieux » ; et Graziani, « le pire » (La Libre Belgique, 2411-2000, p. 12). Le général Aussaresses vient même de publier aux Editions Perrin un livre intitulé « Services spéciaux », Algérie 1955-1957, dans lequel il raconte, sans le moindre remords : « Parmi les opérations qui nous revenaient et auxquelles je participais, la plupart amenaient à des interrogatoires, d'autres aboutissaient à des liquidations pures et simples qui se faisaient sur place (p. 146) et « C'était dans le secteur de Fossey-François. Nous ne prîmes pas la peine de procéder aux interrogatoires et les hommes furent exécutés sur le champ » (p. 146) et « Le cas de ceux qui entraient aux Tourelles, une villa en dehors d'Alger, étaient considéré comme assez grave pour qu'ils n'en sortent pas vivants » (p. 146) et « Aux Tourelles, comme dans les régiments responsables de secteurs, la torture était systématiquement utilisée..., (p. 147) et « la plupart du temps, mes hommes partaient à une vingtaine de kilomètres d'Alger, dans les maquis lointains et les suspects étaient abattus d'une rafale de mitraillette, puis enterrés » (p. 147).

Vous avez bien lu, « les suspects » ! Donc même pas « les coupables » !

« Quant à l'utilisation de la torture, elle était tolérée, sinon recommandée. François Mitterrand, le ministre de la Justice, avait, de fait, un émissaire auprès de Massu en la personne du juge Jean Bérard qui nous couvrait et qui avait une exacte connaissance de ce qui se passait la nuit » (p. 155). « Lorsque j'ai compris qu'il ne voulait pas parler, j'ai décidé d'avoir recours à l'eau et j'ai fait signe à mes hommes : ils lui lièrent les mains derrière le dos et lui enfoncèrent le tuyau dans la bouche. L'homme suffoqua et se débattit. Il ne voulait toujours pas parler... On lui met le mouchoir ? Mettez-lui le mouchoir... Un sous-officier lui mit le tissu sur le visage. Un autre l'arrosa avec de l'eau pour empêcher l'air de passer. Ils attendirent quelques secondes. Quand on retira le mouchoir, l'homme était mort » (p. 159).

De deux choses l'une : ou De Gaulle ne savait pas et c'était un président d'opérette, ou il savait et était complice ! Il savait.

Il est allé un jour à Moruroa pour faire éclater une bombe atomique ; comme ses ingénieurs lui déconseillaient de le faire, les nuages étant bas, allaient recueillir les poussières atomiques, le fall-out, qui allait retomber dans la pluie sur les populations des îles du Pacifique, il attendit. Le lendemain, les conditions atmosphériques n'avaient pas changé, mais il n'attendit plus, il fit sauter « sa » bombe, semant sur les populations des îles, maladies de la peau et des voies respiratoires (émission Arte).

2. - Giscard d'Estaing, qui fit payer par son pays les grandioses fêtes du couronnement de l'« empereur » cannibale du Centre Afrique Bokassa, qui lui en ristourna une partie en diamants.

3. - Mitterrand, dont on vient déjà de parler et qui fit mettre 200 opposants à ses idées sur tables d'écoute et favorisa le commerce d'armes de son fils avec l'Afrique.

4. - Chirac, qui a trempé dans les affaires louches de construction et d'attributions de logements sociaux, qui faisait payer par la ville de Paris 200 personnes travaillant uniquement pour lui et son parti, qui faisaient de somptueux voyages aux frais du peuple français, qui refuse de se présenter aux convocations de la justice et qui est intouchable.

Figurez-vous que nous ayons comme président de république un des protagonistes de l'affaire Agusta ou un des commanditaires de l'assassinat de Cools !

Vive la monarchie!

R.A.A. VIROUX, Fosses

A Senior Amitié

En accueillant une centaine de membres pour le traditionnel « Goûter du Grand Age «, Mme Mazuin, présidente de la section locale, se réjouit de rappeler que c'en était la 40e édition : C’est en effet, dans cette même salle, qu'en novembre 1961 le président de l'époque, Aimé Massinon organisait pour la première fois ce genre de rencontre ; Il était assisté de Firmin Moucheron, secrétaire, et Arth. Hanique, trésorier; l'aumônier était alors le chanoine Aubry. On y accueillait un seul couple jubilaire : M. et Mme Krippeler, de Nèvremont.

Ce mercredi, deux couples célébrant cette année leurs Noces d'or étaient à l'honneur : M. et Mme Olivier Ancion-Bacq, de Sart-St-Laurent ; M. et Mme W. Lamy-Piéfort, de Fosses et 8 membres ayant cette année 80 ans : Maria Azzaro, Marcelle Malotteau, Mlle Marcipont, Qlga Migeo-tBernard (qui avait 80 ans le jour même), Mme Simon-Henin, de Vitrival, et, seul élément masculin, M. Kest ; Mme Urbain n'a pu venir pour raison de santé. Toutes et tous reçoivent fleurs et cadeaux et sont applaudis.

La Présidente rappelle ensuite les activités prochaines : jeux de cartes deux fois par mois, le 24 novembre à Liège, le Congrès de l'Union chrétienne des Pensionnés, pour quelques membres du comité ; le 25, la fête de sainte Cécile avec les 3 chorales de Namur, Auvelais et Fosses, cette année à Auvelais

(messe et banquet) ; le 5 décembre, Il rassemblement des 23 Amicales à Erpent, comme chaque année, pour une après-midi festive ; Le 19 décembre, le dîner de Noël de l'Amicale, dans cette même salle, précédée d'une messe chantée avec la chorale St-Martin et la célébration du 40e anniversaire de l'Amicale.

Enfin, le programme du jour d'abord, trois chants par la chorale, puis une belle animation par M. et Mme Rousseau, spécialistes de ce genre de rencontre, le goûter et la tombola habituelle. « Les petits vieux », de Botrel ; « Voulez-vous danser, grand-mère » et « Deux grands yeux d'enfant » furent interprétés avec sentiment et finesse, puis Jeanine Patiny, nouvelle choriste, dédia aux jubilaires le beau chant « Les anneaux d'or ». M. et Mme Rousseau, durant près de deux heures, enchantèrent et firent chanter l'assistance avec une formidable revue d'airs d'il y a 50 ans, dans une chaleureuse ambiance. Les tartes puis la tombola achevèrent de faire de cette après-midi une belle et joyeuse rencontre dans l'amitié et le partage.

Signalons que le samedi 22 décembre à 17 heures aura lieu le Goûter du 3e Age de Bambois.

A.L.E. fermée

Les bureaux de l'Agence Locale pour l'Emploi seront exceptionnellement fermés, pour raison d'examens de promotion, du vendredi 23 novembre, au lundi 3 décembre inclus.

Èwoù 'nnalans nes ?

Ni nos mostrez pupont d'èfants

Qui n'ont qu' leû pia su leûs-ouchas !

Ni nos mostrez pupont d'èfants

Pwârteûs d' fisiks, rotant au pas !

Ni boûriatez pus nos consyinces !

C'est nosse jènèrâcion qu' l'a v'lu,

Qu'a mwinrné dès guêres à nonsyince.

Qu'handicape dèdjà ç' qu'è-st-à v'nu !

Po l' cia qu' fait l' guère aus maladïyes,

Gn-a onk qu'è cossème à plaîji !

On distrût, on flaye, on stropîye

Au nom d'on die ou d'onant'cri !

« Allahou akbar ! » à tos vints :

I faut touwer lès infidèles

Lès bouddhisses, lès djwifs, lès crètyins !

C'est l' sûr moyin d'aler au ciel !

Li boussole ni mostère pus l' Nôrd !

Èle toûne su l'Asîye, l'Amèrike.

Nosse vîye è-st-au tiradje au sôrt,

Foû do pssé, dès romantikes !

Dji m' racwèti è l' powèzîye,

Dji rêve à l'aube qui dj' vou planter,

Qu'on-z-è frè do papi, quékefîye,

Po scrîre « Amoûr », èt « Libêrté » !

R,A.A. Viroux lli 9 di nôvimbe 20071

Allahou akbar ! = Allah èst grand (priiyére dès musulmans)

Les matches de ce week-end

Samedi 24 novembre 2001

 

Diablotins, à 11 h

J. Tamines – Fal.Aisemont A

Bambois - Jemeppe

Fal.Aisemont B – Bossière

 

Préminimes, à 13 h

Fal.Aisemont - J. Tamines

 

Minimes, à 13 h

Bambois - Morialmé

Fal.Aisemont – Somzée

 

Espoirs, à 14 h 30

Bambois – Havelange

 

Réserve, à 14 h 30

Saint-Gérard - Fal.Aisemont

Bambois : bye

 

Dimanche 25 novembre 2001

 

Cadets, à 10 h 30

Fal.Aisemont - Bambois

 

Scolaires, à 10 h 30

Spy - Fal.Aisemont

 

Div. 3 :

Bois-de-Villets - Bambois

Mazy - Fal.Aisemont

Attention matches à 14 h 30

 

 

 

 

Minimes

Bambois - Morialmé 0 - 14

Fal.Aisemont - Somzée 2 - 7

Et.Tamines - Fal.Aisemont 1 - 1

Espoirs

Bambois - Havelange 2 - 4

 

Réserve

Saint-Gérard - Fal.Aisemont 2 - 6

Cadets

Fal.Aisemont - Bambois 0 - 5

 

Div. 3 :

Bois-de-Villets - Bambois 0 - 6

Mazy - Fal.Aisemont 3 - 2

 

 

BOIS-DE-VILLERS - BAMBOIS

0 - 6

Le score était déjà acquis à la mi-temps. Durant ce premier acte, Olivier Gillet, le gardien visité, est passé complètement à côté. D'entrée de jeu, c'est Janssens qui ouvrit la marque, bientôt suivi par Libert. Graulus se mit deux fois en évidence, avant que Janssens ne clôture la série.

Après la pause, le moral semblait revenu dans le camp visité, les joueurs se montrant plus combatifs. Olivier Gillet se racheta en arrêtant un penalty. Très bon arbitrage de M. Degeimbre.

MAZY - FAL.AISEMONT

3 - 2

Les Mazyciens se montrent les plus entreprenants et trouvent l'ouverture sur un penalty concrétisé par Tanasse. Ils doublent même leur avance par le même joueur, bien servi par De Gomrée. juste avant les citrons, les visiteurs héritent d'un penalty contesté. Poncelet ne se fait pas prier pour l'envoyer au fond des ficelles.

A la reprise, Mazy se montre plus offensif. A la 61e, Mourchid sert Tanasse, qui se débarrasse du dernier défenseur et inscrit le numéro trois. Les visiteurs se doivent de réagir. Declercq s'infiltre dans la défense, dribble le gardien et rend espoir aux siens. Dans les longs arrêts de jeu, Falisolle met tout devant, mais le score reste figé.