N° 44  16 novembre 2001

Etat civil

MOIS D'OCTOBRE

Naissances

Le 1 er à Namur :

Juliette Sevrin, fille de Benoît et de Geneviève Gobert, rue Jules-Demeuse 10 à Sart-Saint-Laurent.

Le 2 à Sambreville :

Mélissa Durand, fille de Michaël et de Murielle Delvaux, rue Saint-Roch 9, à Fosses.

Le 4 à Namur:

Florine et Elisa Wéry, filles de Eric et de Vinciane Leroux, rue Rauhisse 39, à Vitrival.

Le 8 à Namur :

Audric Hucorne, fils de Eric et de Linda Jamar, rue de l'Abattoir 18 à Fosses.

Le 16 à Montignies-sur-Sambre :

Macolm Ndiaye, fille de Malic et de Bénédicte Lecomte, rue du Gd-Etang 32, à Fosses.

Le 23 à Montignies-sur-Sambre :

Valentine Mazuin, fille de Pascal et de Fabienne Loockx, rue de la Bouverie, à Vitrival.

Le 30 à Montigny-le-Tilleul :

Alexia Lemière, fille de Jacques et de Isabelle Haegeman, rue Neuve 18, à Haut-Vent Fosses.

Le 30 à Nivelles :

Alexandre Mathy, fils de Eric et de Nathalie Huart, rue Jh-Boccart 6, Sart-Saint-Laurent.

Mariages

-Jean-Luc Bolle, 48 ans, né à Berchem-Sainte-Agathe et Marie-Paule Ravoisin, 31 ans,

née à Lobbes, tous deux habitant rue du Sartia 31 à Sart-Eustache (mariage le 6 octobre).

-Luc Fosséprez, 36 ans, né à Namur, et Yvette Crucifix, 36 ans,

née à Namur, tous deux habitant rue M.Warnier 28 à Sart-Saint-Laurent (mariage le 19 octobre).

-Stéphane Putteman, 32 ans, né à Mettet, rue de Prumont 7 à Mettet, et Valérie Goffart, 31 ans,

née à Charleroi, habitant chaussée de Charleroi à Le Roux (mariage le 27 octobre).

-Yvan Deville, 32 ans, né à Aiseau et habitant rue de l'S à Presles, et Christelle Picavet, 28 ans,

née à Namur et habitant route de Tamines 49 à Aisemont (mariage le 27 octobre).

- Stéphane Lefèbvre, 25 ans, né à Chênée et habitant à Liège, et Sophie Lambert, 26 ans, née à Namur et habitant rue Haute 7, à Vitrival (mariage le 27 octobre).

-David Chaussée, 42 ans, né à Namur et Pascale Pirsoul, 38 ans,

née à Liège, habitant tous deux place de Sart-St-Laurent (mariage le 27 oct.).

Décès

Le 17 septembre à Sambreville :

Renée Bouillon, épouse d'Octave Jaminet, née le 14 octobre 1919, rue de Claminforge 12A, Le Roux.

Le 26 septembre à Sambreville :

Odile Furnémont, veuve de Marcel Demanet, née le 21 décembre 1909, Home Dejaifve.

Le 4 octobre :Adam Louise, veuve de Szmul Skovron et de Alfred Debrulle,

née le 18 février 1907, Home Dejaifve.

Le 4 :

Marie-Thérèse Philippot, veuve de Arthur Verheggen, née le 9 novembre 1905, Home Dejaifve.

Le 4 au Home :

Elise Franc, veuve de François Halloy, née le 16 décembre 1921, d'Aiseau-Presles.

Le 5 au Home :

Alex Roger, époux de Chantal Mélotte, né le 5 octobre 1945, de Sambreville.

Le 9 octobre :

Renée Gilot, veuve de Raymond Coignet, née le 10 octobre 1940, rue Lt-Cotelle 29, Le Roux.

Le 14 octobre à Fosses :

Feuillen Parmentier, époux de Anna Noël, né le 10 avril 1924, rue du Cheslon 11 A à Fosses.

Le 18 octobre au Home :

Jean Libouton, époux de Joséphine Bertrand, né le 29 juin 1922, avenue des Combattants à Fosses.

Appel aux sociétés

Le Syndicat d'Initiative prépare l'agenda des manifestations de l'année 2002. Nous rappelons à toutes les sociétés qui n'ont pas encore renvoyé leur fiche de renseignements qu'il est impératif de nous le faire parvenir au plus vite. Toutes les personnes qui n'ont pas été contactées peuvent s'adresser au secrétariat du S.I. (permanences au Musée du Petit Chapitre au mois de novembre. Tél. 071-71.12.02.

St-Vincent-de-Paul

La permanence de St-Vincent-de-Paul aura lieu le samedi 24 novembre, de 10 à 11 h au local Saint-Martin, place du Marché.

Les membres de Saint-Vincent-de-Paul remercient les généreux donateurs.

Parachutisme

Les mercredi 21 et jeudi 22 novembre prochains, à 13 heures, la Bataillon des paras-commandos de Flawinne exécutera des sauts sur la zone de largage de Bambois (entre les maisons solaires et le lac). Avis à la population pour qu'aucun obstacle n'obstrue la zone.

Attention : les horaires peuvent être contrariés par la météo.

Le Bourgmestre

Record non battu

Le comité des Débridés de Bambois remercie toutes les personnes qui ont participé et aidé à l'organisation du sixième Grand Prix du Vin chaud. Nous rappelons que le record avait été battu en 1999 avec 152 litres de vin vendus et cette année, on a frôlé ce record puisque 151 litres ont été bus par les participants à cette journée ; Il restait un litre dans la casserole ! Toutes les personnes présentes ont promis de faire régime l'an prochain, le samedi 9 novembre, afin de battre ce record.

Les deux coupes (meilleur livreur de courtes) ont été gagnées par Jean Thys, de Fosses et l'autre par Fabian Milis, de Saint-Gérard.

Classements des équipes :

1.Le Point d'Arrêt (Ciney) : la plus petite coupe ;

2.Le Fer à Cheval

3. Fosses

4. St-Gérard (la plus grosse coupe).

Encore un grand merci à tous et rendez-vous pour notre prochaine activité : le samedi 16 mars 2002, pour les « Douze Heures à l' Djote ».

Pour les Débridés: Cl. Van Ryssel

Opération 11.11.11

Cette Opération sera confiée aux élèves du degré supérieur des écoles communales et des écoles libres.

Le thème et la campagne de cette année : manifester haut et fort notre volonté que soit « effacée » la dette du Tiers Monde (déjà remboursée six fois). A la gomme est jointe une carte de pétition ; vous pouvez la renvoyer ou venir la déposer au Magasin du Monde Oxfam de Fosses (rue des Egalots). Merci.

Concours de belote

Ce vendredi 16 novembre, un concours de belote est organisé par le groupe folklorique fossois des Disclimbwages, en la salle L'Orbey.

Le concours se joue en 8 tours et l'inscription est fixée à 600 F avec 8 boissons gratuites.

Inscriptions dès 19 h, début du concours à 20 h.

Souper aux moules

L'Union des Anciens Elèves du Lycée de Fosses-la-Ville organise son traditionnel souper aux moules le vendredi 23 novembre 2001, à partir de 19 heures, dans le restaurant scolaire de l'Athénée Baudouin ter, rue du Herdal.

Au menu

Moules (adultes) : 500 F

Moules (enfants) : 300 F

Boulettes (adultes) : 350 F

Boulettes (enfants) : 200 F

Ambiance musicale assurée.

Réservation souhaitée au

071-71.13.19 avant le 20 novembre.

Chez les A.C.

Pour la journée du 11 novembre, l'ordre du jour a été modifié du fait que la messe du dimanche était trop matinale pour nos membres venant de l'extérieur ; nous les avons réunis à 11 heures sur le porche de l'église. L'échevin Benoît Buchet a déposé, au nom de l'Administration communale, une gerbe à la plaque commémorative, en présence du conseiller provincial Gérard Sarto et du conseiller du CPAS Daniel Populaire.

Nous nous sommes alors rendus au cimetière où notre drapeau s'est incliné sur la pelouse d'honneur et sur les tombes de nos camarades disparus lors des deux guerres.

Accompagnés par une jeep et quatre membres de la 101 e Air Born en uniforme, nous sommes allés déposer une gerbe au monument aux aviateurs alliés en écoutant l'hymne américain et la Brabançonne. Le responsable David Chaussée a donné quelques explications sur les circonstances de la chute des avions, puis l'échevin a prononcé quelques paroles encourageantes pour ceux qui continuent à commémorer cette journée du Souvenir.

A midi, nous nous sommes retrouvés au restaurant Le Fin Bec, avec tous nos effectifs et sympathisants, soit plus de 70 personnes, auxquels sont venus se joindre Mme Françoise Sarto, conseillère communale et M. Lucien Boigelot, ancien bourgmestre, membre de notre groupement.

Au cours de l'apéritif, le président a remercié tous les amis qui ont répondu aussi nombreux à l'invitation. Il a bien compris et excusé la jeune génération qui ne participe presque plus aux cérémonies patriotiques, étant confrontée aux immenses problèmes d'un monde qui se transforme à une vitesse vertigineuse. Il leur conseille de rester vigilants cependant car si nous avons pu bénéficier d'un demi siècle de paix, de nombreux conflits surgissent depuis une dizaine d'années. En Afghanistan par exemple, malgré les protestations de petits groupes insignifiants qui ne représentent qu'un très faible pourcentage de la population et auxquels la presse et les médias accordent beaucoup trop d'audience, le Président se déclare très favorable aux frappes américaines qui devraient même être plus dures et plus rapides sinon on risque d'aller à l'enlisement et à l'échec, ce qui serait une catastrophe sans précédent pour notre civilisation occidentale. Il félicite les jeunes de la 101e Air Born qui sont parmi nous et qui, à leur façon, maintiennent le souvenir et la reconnaissance envers ceux qui nous ont libérés en 1944.

C'est avec beaucoup d'émotion que l'assistance, debout, écoute l'hymne américain puis la Brabançonne avec une pensée pour nos disparus et les malades qui n'ont pu nous rejoindre.

Le Président: R.D.

P.-S. - Nos prochaines retrouvailles le jeudi 10 janvier, à 16 heures, en la salle paroissiale, pour l'assemblée générale et la réception de nouvel an avec le verre de l'amitié et la projection de la cassette de notre dernier voyage dans le Jura.

Malgré le poids des ans, notre groupement se porte bien.

Fêtes de fin d'année

L'équipe du comité des Fêtes vous annonce qu'il a invité Saint Nicolas à venir rendre visite aux enfants du village le samedi 1er et le dimanche 2 décembre.

La samedi, le grand saint sillonnera les rues du patelin, de 10 à 15 heures. Dès 16 h, il recevra tous les enfants à la salle Patria où le goûter sera offert. Séances de photos, maquillages et sculpture de ballons seront aussi au rendez-vous !

Venez tous nombreux, les parents et les grands-parents sont les bienvenus, l'entrée est gratuite.

Saint Nicolas se tient également à la disposition des familles qui désirent le contacter afin de le recevoir en leur demeure pendant la journée du dimanche (contacts : tél. 07171.12.57).

Nous vous informons aussi que le Marché de Noël aura lieu cette année le week-end des 15 et 16 décembre, toujours sous chapiteau géant et chauffé, sur la place Jean Tousseul. Nous lançons un appel aux artisans qui désirent participer, faire connaître et partager leur savoir-faire (pour les renseignements, formez le 07171.12.57 en soirée). Une nouveauté pour cette édition 2001, le vendredi 14 décembre, sous chapiteau, les amateurs de cartes pourront jouer les cougnols !

Notre comité est ouvert à tous ! Vos suggestions sont les bienvenues. A bientôt !

L'équipe du comité des têtes de Vitrival

Deux tentatives de vol

Deux tentatives de vol ont été constatées le vendredi 9 novembre dernier, sur le territoire de Sart-Saint-Laurent.

- Tout d'abord, vers 19 heures, à la limite de Fosses et du Sart, aux Ets Palate, chaussée de Namur, des inconnus ont fracturé la porte d'entrée de la partie habitation, en l'absence des propriétaires. Heureusement, l'alarme a fonctionné, ce qui a mis les voleurs en fuite. D'importantes dégradations ont été constatées à la porte d'entrée.

- Le même jour, vers 23 heures, des voyous - qui pourraient être les mêmes - ont aussi profité de l'absence des propriétaires pour tenter de s'introduire avec effraction par la porte arrière de l'habitation de M. Rudy Falque, rue J.-Boccart à Sart-Saint-Laurent. Là aussi l'alarme a fonctionné et a mis ces individus en fuite.

Souper à l'Djote

Le comité de la Marche Notre-Dame d'Aisemont organise ce samedi 17 novembre, à partir de 19 h, en la salle Saint-Joseph, un souper dénommé « A l'Djote », avec potage, dessert et café. On annonce déjà 120 couverts mais les retardataires peuvent toujours s'y rendre, il y en aura en suffisance. La soirée sera aussi agrémentée par une belle tombola.

Anniversaire de l'Armistice

Les années passent mais, heureusement, sans qu'on laisse l'oubli s'installer. Ce n'est bien sûr qu'un symbole puisque le 11 novembre 1918 ne connaît plus qu'un seul survivant des militaires belges de l'époque et qu'il y eut cet autre conflit mondial de 40-45. L'essentiel est que les générations actuelles et futures sachent vraiment ce que représente ce 11 novembre, pour éviter de renouveler ces monstrueuses erreurs.

Comme en beaucoup de localités, Fosses a connu ce dimanche 11 novembre les cérémonies traditionnelles. D'abord une messe à la mémoire des victimes des guerres : elle fut célébrée par le P. Michel et marquée par la sonnerie Aux Champs à l'élévation et la Brabançonne à la fin de l'office, exécutées par Marc Buchet aux orgues. On y notait la présence des échevins Meuter et Buchet, des conseillers E.Drèze et J.-M. Denis, du président des A.C. A. Dufrasne, d'anciens prisonniers, résistants, de drapeaux de plusieurs associations patriotiques, des commissions de police fédérale, et aussi d'une belle assistance.

A noter que d'autres cérémonies pareilles se déroulaient dans les villages de l'entité : à Sart-Eustache, Vitrival, Le Roux et Sart-Saint-Laurent, avec d'autres personnalités.

Les participants se rendirent ensuite à l'hôtel de ville où le président des A.C., puis l'échevin B. Buchet rappelèrent le sens de cette journée du Souvenir, bien nécessaire en ces temps encore troublés par de nombreux conflits dans le monde. Après un vin d'honneur, des gerbes furent déposées au Mémorial de l'Hôtel de Ville, puis aux monuments du Roi Albert et d'Edmond Chabot, avec chaque fois la sonnerie Aux Champs et la Brabançonne, tandis que s'inclinaient les drapeaux. Après quoi les délégations patriotiques s'en furent au cimetière Saint-Roch pour les mêmes gestes pieux.

Simple mais parlante, cette cérémonie a le grand mérite de la fidélité et d'un effort pour faire réfléchir quelque peu sur le sens de la solidarité et de la compréhension, de manière à éviter de nouvelles erreurs. On a noté, par contre, à Floreffe, une journée d'un impact plus direct encore avec les enfants du degré supérieur des écoles de la localité et le témoignage de deux anciens prisonniers de guerre : là vraiment, la leçon semble avoir marqué les jeunes cerveaux. Un bel exemple.

Etrange pousse-café!

Histoire vécue

Ma cousine me téléphone pour me dire qu'à cause de son pousse-café, elle marchait difficilement et craignait ne pas pouvoir nous accompagner au restaurant comme prévu. (A-t-elle donc abusé d'alcool ? Ce n'est pourtant pas son habitude). Et elle ajoute qu'elle a néanmoins trouvé des souliers qui lui permettront de venir. Donc, elle sera là ! Mais quel rapport a-t-il entre le pousse-café et ses souliers ? Bon, soit. Comme elle dépasse les 70 ans, je me dis qu'Alhzeimer commence à se manifester...

Ma femme rentre d'une course et je lui raconte le coup de téléphone, lui expliquant que notre cousine pourra venir au restaurant, mais qu'elle m'avait raconté une histoire baroque : que son pousse-café (dont elle avait abusé empêchait de marcher, mais quelle avait trouvé les souliers adéquats ! Serait-elle en train de perdre la tête ?

En lui téléphonant, nous avons eu l'explication : le matin, elle avait re u un gros bois sur le pied et avait pouce cassé ! Il ne s'agissait donc nullement de pousse-café !

Serait-ce mon tympan qui, à son tour, serait cassé, ou est-ce le nouveau dentier de ma cousine qui l'empêche de prononcer distinctement ?

Un 3,5 x 20

Pharmacies de garde

Jeudi 15 : Mainil, Fosses

Vendredi 16 : Maquille, St-Gérard

Samedi 17 : Trigaux, Mettet

Dimanche 18 : Trigaux, Mettet

Lundi 19 : Nysten, Bioul

Mardi 20 : Trigaux, Mettet

Mercredi 21 : Boxus

Jeudi 22 : Chapaux, Biesme

Service médical

Le service de garde sera assuré au cours de ce week-end par le docteur

BAILLY, tél. 071-71.14.89.

Braqueurs déterminés à Sart-Saint-Laurent et à Fosses

Une bande de braqueurs a sévit le week-end dernier dans la région. On apprenait en effet que, samedi, deux restaurants de la Basse-Sambre avaient été visités par des individus armés qui ont été jusqu'à exiger les portefeuilles des consommateurs.

Chez nous, c'est dimanche en soirée que sans doute les mêmes auteurs ont semé la panique chez un habitant de Sart-St-Laurent, et un peu après, nouveau restaurant chinois des Trois-Bras, le New Mondial.

Dimanche denier donc, vers 19 h 30, trois individus encagoulés et munis de fusils de guerre, pénètrent chez M. Albert Carmanne, rue de Marlagne à Sart-Saint-Laurent où se trouvent aussi son épouse et sa fille âgée d'une quinzaine d'années. Deux des trois agresseurs obligent le père à les accompagner au distributeur de billets de plus proche, tandis que le troisième tient la maman et la fille en otages. Revenus sur place, les agresseurs s'emparent encore d'un GSM, des cartes bancaires et d'une somme de 100.000 F. Avant leur départ, ils s'approprient d'une moto, une Ducati de grosse cylindrée. Le préjudice total avoisinerait le quart de million. On imagine l'émotion de cette famille ainsi dépouillée par des braqueurs aussi audacieux.

Un quart d'heure plus tard, on peut supposer que ce sont les mêmes individus, mais ils étaient deux à pénétrer dans le restaurant New Mondial (anciennement Relais de la Marlagne), où se trouvaient une vingtaine de convives dont quelques Fossois. Encagoulés et armés de kalachnikov, l'un d'eux exigea l'argent de la caisse, tandis que l'autre tenait les clients en respect, pas trop menaçant cependant, dirigeant son arme vers le haut. Celui-ci justifia même son geste en disant aux consommateurs que ce n'est pas avec 21.000 F du chômage qu'il pouvait vivre ! Ici, ils n'exigèrent rien de la part des consommateurs qui eurent l'appétit coupé, on le comprend ! Les individus prirent alors la fuite dans la direction de Vitrival.

Ces terroristes d'un autre genre font sans doute partie d'une bande dont les acteurs n'hésiteraient pas à utiliser leurs armes de guerre si quelqu'un leur résiste ; ils abusent ainsi de leur audace pour parvenir à leurs fins.

Un rapprochement

heureux dans l'intérêt de la Commune

Mardi, une conférence de presse avait pour but de faire connaître au public le rapprochement de l'échevin UD Bernard Meuter, avec son parti, le PRL. M. Lomba, président de la section PRL locale et Bernard Meuter ont très bien expliqué les raisons de cette « réconciliation ».

Entendons-nous, il ne s'agit en aucune façon, de la part de l'échevin, de retourner au sein du groupe de l'opposition, mais au contraire de renouer des contacts dans le but de pouvoir travailler ensemble pour le bien de la Commune, dans un esprit constructif donc, mais sans jamais faillir au respect de ses engagements vis-à-vis de l'Union Démocratique.

En somme, Bernard Meuter n'a jamais caché son appartenance au PRL, mais fut contacté pour entrer au sein de l'U.D., un groupe pluraliste qui rassemble des personnes de différentes mouvances. On se souvient aussi des critiques de désapprobation qui avaient été émises à son égard lors de la période électorale, par le nouveau président de la section locale M. Lomba.

Aujourd'hui donc, ces petits différends sont aplanis. L'échevin tenait à le faire savoir au public, un rapprochement qui ne peut qu'être bénéfique à la gestion de la Commune et aura pour but de rallier les forces et apporter des idées, dans un but uniquement constructif.

Certes, comme le disent les deux intéressés, on ne tombera pas toujours d'accord sur tous les points, mais au moins, le dialogue sera plus clair, plus transparent, et puis chacun par la suite suivra les décisions de son groupe.

Pour un meilleur climat dans les discussions, pour un meilleur éclairage dans la présentation des différents dossiers, cette mise au point est la bienvenue car, comme il l'a été rappelé, la Commune et Fosses n'est pas la seule dans une situation financière difficile (CPAS, Hôpital d'Auvelais...) et il est bon de rallier les forces pour essayer de trouver ensemble les meilleurs solutions.

Signalons aussi que ce rapprochement ne provoque aucun malaise au sein de l'U.D., restant en accord parfait avec la décision de son échevin.

Décès

Dans l'annonce de décès, parue la semaine dernière, nous avons omis de signaler celui de Madame Flore Godfroid, épouse de Jules Lemière, de Haut-Vent, à l'âge de 85 ans. Ce couple venait de fêter ses 60 années de mariage et on avait cité, lors de la réception des jubilaires où ils étaient présents, la particularité qu'ils s'étaient mariés en vélo, du fait de la

guerre. Issus tous deux de grosses familles hautventoises, ils totalisaient ensemble 171 ans, la troisième place sur la liste des plus vieux couples de l'entité.

Pollution

Dimanche dernier, les pompiers sont intervenus place du Marché, à la suite d'une forte d'odeur de mazout, venant des égouts.

Début d'incendie

Vendredi dernier, vers 19 h, un début d'incendie s'est déclaré chez M. Lemmens, rue Chabot à Bambois. Grâce à la rapidité de l'intervention des pompiers de Fosses, les dégâts furent assez limités.

Nouveau conseil des enfants

Un nouveau Conseil communal pour les enfants a été créé et les nouveaux élus l'ont été pour deux ans. Trois commissions ont été formées : le sport, la sécurité et l'environnement. Quelques projets ont été élaborés, sous l'égide du bourgmestre et de quelques échevins et conseillers. On parla notamment de sentiers pédestres avec le projet de rallier Bambois à Fosses par l'ancienne voie de chemin de fer.

Parmi ce groupe de travail des jeunes, trois anciens sont restés qui sont : Steve Barthélemy, Noémie Chapelle et Maïté Lapaglia. Et les nouveaux sont : Jérôme Dricot, Lara Glise, Arnaud Marique, Barbara Paris, Terry Populaire, Sébastien Toussaint, Jules Biot, Eléonore Defreyne, Joris Gilson, Juliette Joissains, Gwendoline Lion, Mathilde Minaric, Emilien Piret, Amaury Rossini et Sébastien Tschmil.

Souper annulé

Le souper aux moules du comité des fêtes de Névremont, annoncé en début d'année et figurant dans le calendrier publié par le Syndicat d'Initiative, qui devait se dérouler ce samedi, n'aura pas lieu cette année.

A.L.E. fermée

Les bureaux de l'Agence Locale pour l'Emploi seront exceptionnellement fermés, pour raison d'examens de promotion, du vendredi 23 novembre, au lundi 3 décembre inclus.

Je m'interroge

Parmi les nombreuses nouvelles de mon journal habituel, plusieurs m'interpellent. Je pourrais évoquer la faillite de la Sabena et ses dramatiques conséquences sociales pour des milliers de familles. Mais tant de faillites de plus petites sociétés ont causé les mêmes ravages sans qu'on en parle... Cela rentrerait bien dans le sens de mon article de la semaine dernière sur la question de la croissance sans fin. Je pourrais évoquer cette nouvelle catastrophe aéronautique à New York et ses nombreux morts : une malheureuse « loi des séries »» ? Nous avons tous eu une pensée émue pour ces victimes et leurs familles. Ou encore les 750 victimes des inondations en Algérie. Mais je voudrais plutôt retenir trois articles, de sujets différents.

D'abord l'Afghanistan : après avoir longtemps piétiné, voici les troupes de l'Alliance du Nord qui foncent vers le Sud, après avoir pris Kaboul. Nous manquons d'informations précises (malgré la mort de 3 journalistes sur le terrain, mais ce qui me fait un peu peur, c'est la réaction de ces troupes fort tentées de représailles, exécutions sommaires, recherche de suspects. Et même des conditions de vie dans les territoires libérés des taliban : le sort des populations y sera-t-il meilleur ? Déjà des habitants de Kaboul s'inquiètent de revoir des combats de rues, avec combien de victimes prises au piège ? Et une femme médecin qui estime que la situation des femmes afghanes n'est guère meilleure avec des nouveaux maîtres imprégnés aussi de cette mentalité où la femme est un être inférieur ! Et quel gouvernement, si (mais quand et à quel prix ?) le régime des taliban est remplacé : Ce malheureux pays est depuis trop longtemps ravagé par la guerre e les rivalités ethniques. Peut-on même imaginé que l'esprit taliban soit un jour extirpé ? Quand on voit ce qu'il reste de nazisme en Europe, après cinquante ans !

Autre sujet de surprise et d'indignation : le sommet de Marrakech où les délégués de 170 pays du monde, étudiant les mesures à prendre pour assainir notre atmosphère et éviter les effets de serre qui sont en train de bouleverser les conditions climatiques (avec de catastrophiques inondations comme celle d'Algérie), n'ont rien trouvé de mieux que d'instaurer un nouveau marché : acheter le droit de polluer. Les pays fort industrialisés pourraient « acheter » aux pays en développement, qui ne polluent pas, le droit compensatoire de continuer à produire du CO2. D'accord, globalement, la production de gaz carbonique sera la même sur le globe et on pourra comptabiliser ces pays non-polluants dans les quotas généraux pour arriver à la diminution prévue de 5%. Et cela parce qu'il est moins cher de construire une nouvelle industrie « propre » dans un pays en développement que d'adapter

celles qui existent dans les pays développés. Question de fric une fois encore. Même si cela apporte un développement industriel dans ces pays, il est tout de même étrange que des gens chargés de dépolluer la planète imaginent de vendre un droit de polluer

Enfin, chez nous à Gerpinnes, ce drame affreux d'un jeune homme qui se travestit en « Scream » pour tuer de 30 coups de couteau sa jeune voisine, puis imagine cette horrible mise en scène de l'étendre sur son lit, une rose à la main... Comme moi sans doute, vous vous serez demandé ce que c'est ce « Scream ». On l'a su dans les articles : c'est un film américain qui montre ces meurtres répétés dans le même scénario. On dénonce bien souvent la violence dans les films et à la TV, mais rien ne change, au contraire, elle s'installe de plus en plus et se banalise tout en suscitant des imitateurs. Il y a dix ans, le car-jacking n'existait pas, que je sache ; il a fallu qu'on voie cela a la TV. Alors, je m'interroge : si ce film « Scream » a déjà fait des émules et inspiré des crimes à Paris en 2000, à Los Angeles en 1999, à Birmingham en 1998 et même au Japon en 1997, si je ne m'abuse, l'auteur de ce film, Wes Craven, devrait être poursuivi en justice pour « incitation au meurtre » ! Si la Justice condamnait de temps à autre un auteur de film de ce genre, je crois que l'on verrait moins de violence sur nos grands et petits écrans. Hélas, les gens aiment ça ! Et les films montrant de bons exemples, de bons sentiments, sont de suite qualifiés de « gnan-gnan ».. Ma remarque aura donc le même effet qu'un petit caillou dans la mer...

Il reste encore beaucoup à faire pour améliorer la race humaine, cette faune sauvage !

J. R.

Keskidi nous propose...

(à lire avec humour)

Le beaujolais est mort, vive le beaujolais.

Le troisième jeudi de novembre, cette année le 15, c'est à dire aujourd'hui, quelques personnes handicapées de la mémoire, à l'esprit embué, au bord de l'amnésie partielle, s'obstineront à fêter avec 4 jours de retard, la victoire de 1918. Les gens sensés, ceux qui ne regrettent le passé qu'en se remémorant au pire les bons moments de la veille, savent qu'ils sont dans l'erreur. Pour eux, ce 15 novembre est à marquer d'une pierre rouge, car le rouge est la couleur chaude d'un liquide qui se boit frais, le « beaujolais nouveau », un breuvage vivifiant qui débarque à point nommé à l'aube de ce 15 novembre, pour réveiller en fanfare, aux approches de l'hiver, les organismes engourdis des citoyens blafards.

Sur le beaujolais nouveau, il serait certes vain de prétendre à mieux discourir que ne l'ont fait certains œnologues de renom, dans des pages forcément inoubliables, puisqu'on ne se lassera jamais de les relire. Aussi, modestement, je vais vous parler d'un sujet qu'ils n'ont pas encore traité : le départ du beaujolais ancien.

Traditionnellement, il a lieu la veille ; cette année, ce sera donc le 14 novembre, un jour où quelques persécutés de la cafetière, au bord de l'amnésie totale, s'obstineront à fêter, avec six mois et six jours de retard, la victoire de 1945. Les gens sensés, ceux pour qui avant-hier est systématiquement oublié le lendemain, savent qu'ils se trompent lamentablement. Pour eux, ce 14 novembre, on fête le départ du beaujolais ancien.

Oui, ce liquide tonifiant qui, durant des mois, se trouve là à point nommé pour soutenir vaillamment les ardeurs défaillantes des citoyens pâlots. L'hommage est général, ils sont venus, ils sont tous la, elle va mourir la mama (non, je me trompe de chanson), agglutinés, afin de veiller jusqu'au bout l'ami des mauvais jours, comme le vieux compagnon des instants d'exception. Les verres se remplissent, les bras se tendent, les coudes se lèvent, l'arôme du vénérable projette ses dernières forces. II n'est jamais bien drôle de mourir jeune. Le beaujolais ancien part toujours à un an. Aux abords de minuit, les dernières lampées envoyées dans les glottes saluent avec dignité les culs tristement secs des toutes dernières bouteilles.

Minuit sonne. Dès le premier coup, un bruit de moteur commence à se faire entendre... lointain d'abord, puis se rapprochant très vite. Au douzième coup, l'espoir renaît, le bruit s'arrête, une portière claque, la porte du bistrot s'ouvre et un homme apparaît. Il tient dans ses bras puissants un tonneau bien ventru, le beaujolais nouveau est arrivé

La boucle est bouclée, tout peut recommencer.

Keskidi.

Pensée de la semaine

Si le zèbre blanc a des rayures noires, c'est pour qu'on ne le confonde pas avec le zèbre noir à rayures blanches.

A méditer

Deviens un honnête homme, alors tu seras sûr qu'il y a un coquin de moins sur la terre.

Fosses - La Gare

La gare de Fosses fut construite un peu avant 1879 et l'inauguration de la première ligne qui ralliait Tamines à Mettet, en passant par Fosses, eut lieu le 9 septembre 1879. La ligne se prolongea par la suite jusque Dinant.

En 1938, le bâtiment connut quelques aménagements intérieurs. En 1968, la Gare et la maisonnette près du passage à niveau furent vendues car déjà les trains étaient remplacés par des bus.

Le parc à conteneurs

Depuis sa création, le parc à conteneurs de Fosses-la-Ville connaît une fréquentation de plus en plus importante. Les usagers se rendent à présent compte, tout d'abord de son aspect civique, qui invite la population à trier ses déchets dans le but d'une récupération des matières premières et qui permet à chacun de diminuer le volume de ses poubelles. II est aussi très utile pour tous de pouvoir ainsi de se décharger, quand on le désire, de ses déchets de jardin, pelouse, de ses pierrailles ou qui, de plus en plus, nous encombrent et dont on ne sait que faire.

Mais le citoyen a parfois besoin d'être informé de nouvelles dispositions qui sont prises ; c'est la raison pour laquelle les responsables du li parc nous demandent de publier la liste des matières acceptées afin de respecter une certaine réglementation indispensable au bon fonctionnement de tous les parcs.

Le parc est ouvert aux particuliers n'habitant pas l'entité ; également aux commerçants, artisans, PME ou agriculteurs pour l'apport de leurs matières recyclables : papiers et cartons, verre (bouteilles), flacons plastiques, emballages métalliques, métaux, déchets d'équipements électriques électroniques (maximum 4 grosse pièces).

Mais il est bon aussi que chacun relise liste des déchets acceptés et leur classement, car quelques petites modifications sont à signaler

1. Déchets inertes

1 m3 max. par jour : pierrailles, briquaillons, déchets de construction, porcelaine, faïence, ciment, sable, terre, tarmac, etc.

2. Encombrants ménagers

1 m3 max. par jour : déchets non organiques, trop volumineux pour entrer dans un sac poubelle, meubles, chaises, tables, fauteuils, divans, châssis, portes, treillis, seaux, matelas, tapis, moquettes, plaques d'isolation, mobilier (pour autant qu'il soit constitué de moins de 80% de bois ; le mobilier de plus de 80% de bois ira dans le conteneur « bois ».

Attention : pas de déchets ménagers en sacs, pas de sacs poubelles.

3. Déchets verts

1 m3 max. par jour : tontes de pelouses, tailles de haies, feuilles, branchages d'un diamètre inférieur à 16 cm.

4. Déchets de bois

1 m3 max. par jour : objets constitués d'au moins 80% de bois, chevrons, planches, meubles, châssis sans vitre, chaises, tables, divans, panneaux en agglomérés.

5. Papiers et cartons

1 m3 max. par jour Magazines et journaux, dépliants (sans plastique), livres, annuaires téléphoniques, papiers ordinateurs, emballages en papiers ou cartons, sacs papier (non souillés), boîtes en carton (dépliées)...

Attention : sont refusés : papiers souillés ou gras (emballages pain ou gâteau), papier aluminium, papier cellophane, papiers peints, films, emballages plastique, langes d'enfants et déchets de cuisine).

6. Verre

Bouteilles, flacons et bocaux en verre bien vidés sans couvercles ni bouchons (pas de verre plat). Déposer dans des bulles différentes le verre clair et le verre coloré.

Attention : pas de faïence, assiettes cassées, porcelaine, pots en grès, tubes néon, miroirs, pyrex, opaline, ampoules électriques...

7. Bouteilles et flacons en plastique

Eau, limonade, lait, produits lessive et adoucissants, jus de fruits, produits de bain et douches, produits vaisselle et d'entretien. Vidés et sans reste dans les flacons ; peuvent être écrasés avec leur bouchons.

8. Emballages métalliques

Canettes, boîtes de conserve, couvercles et capsules de bocaux et bouteilles, boîtes et bidons, plats, raviers et barquettes en aluminium, aérosols cosmétiques et alimentaires. Bien vidés et sans reste.

9. Cartons à boissons

Emballages de type Tetra Brik vides, de préférence rincés et aplatis.

7, 8., et 9. sont les emballages PMC que l'on met dans les sacs bleus ramassés deux fois par mois.

10. Textiles

Vieux vêtements conditionnés en sacs fermés.

11. Métaux ferreux ou non ferreux

Sommier métallique, vieille cuisinière au gaz, cuves, vélos, radiateurs, vieux poêles, buses...

12. Equipements électriques et électroniques

Frigos, congélateurs, machines à laver, aspirateurs, cireuses, fours micro-ondes, postes de radio, chaînes Hi-fi, télévisions, ordinateurs, GSM, brosse à dents électriques, percolateurs, photocopieuses, etc. Ces appareils sont à présents mis à part et plus dans les objets encombrants ou métaux.

Seront aussi mis à part (près de la maisonnette)

- Piles : alcalines, au mercure...

- Huiles : minérales de vidange (20 litres maximum)

-Huiles et graisses végétales (conditionnements inf. à 10 litres)

- Déchets spéciaux des ménages médicaments, fonds de peintures, aérosols dangereux, pesticides, tubes néons, ampoules électriques, produits d'entretien, produits chimiques, radiographies, extincteurs, seringues (conditionnées dans bouteilles), batteries...

Rappelons que le parc est ouvert (jusqu'au 31 mars, heures d'hiver)

de 9 h à 17 h sans interruption (arriver avant 16 h 45). Fermé le lundi.

Tél. 071-71.30.56.

A l'Etat-Major de la Marche

L'Etat-Major de la Marche Saint-Feuillen a tenu jeudi dernier son assemblée statutaire annuelle : 33 officiers y assistaient ce qui, pour une période assez loin de la septennale prochaine, est un fait réconfortant, souligné par le président Em. Damanet dans son introduction d'accueil.

II a ensuite présenté la lettre de démission du secrétaire Jean Romain

en raison de la nomination de Louis Lamy comme trésorier le 4 octobre, deux officiers de la même compagnie ne pouvaient normalement rester au Bureau ; de plus, un rajeunissement du cadre était prévu. Le président a fait l'éloge du secrétaire sortant, rappelant son ancienneté dans la Marche (1935), ses connaissances des traditions, son grand dévouement, son sens de l'organisation ; Il a proposé de lui marquer la reconnaissance de l'Etat-Major lors d'un souper qui sera prochainement organisé avec le fruit de la cagnotte des cotisations des officiers (à la fin de la réunion, la date du 11 mai 2002 a été retenue).

Une seule candidature était parvenue, celle de Benoît Collard, jeune officier, secrétaire et adjudant des Tirailleurs Algériens, dont on sait aussi l'attachement à notre Marche, le sérieux et la compétence. Il fut donc nommé à l'unanimité et aux applaudissements.

Le nouveau trésorier a présenté la situation financière et ses projets de réorganisation de la comptabilité, en simplification informatique. E. Damanet a rappelé l'importance de l'aspect financier pour la préparation de la prochaine Saint-Feuillen, espérant pouvoir disposer d'autant de sponsors et de subsides qu'en 1998 pour qu'ils soit aussi belle et imposante. Deux vérificateurs aux comptes ont été désignés : Salvator Alcamisi et Gérard Doumont, de la Musique.

Le poste d'adjudant-major général, en remplacement du regretté Michel Defleur, par contre, n'a connu aucune candidature ; il est vrai que c'est une fonction ingrate, qui exige une présence continuelle le jour de la Marche et pas mal de mouvement ; après insistance, la Musique a bien proposé, mais sous réserve, le nom de Hugues Drèze ; il sera mis à l'essai lors d'une sortie qui devrait avoir lieu en 2002, à la demande de la Confrérie Saint-Feuillen, à l'occasion du 2e centenaire de la châsse de notre patron. Marcel Scieur a demandé aussi à être remplacé dans sa fonction de trésorier de la cagnotte des officiers

Olivier Leclercq a accepté de reprendre cette charge.

La candidature d'une compagnie de Grenadiers suisses, par J.-P. Fauche, ex-officier des Grenadiers, a suscité beaucoup de commentaires danger de voir d'autres scissions provoquer d'autres nouveautés, malaise de ces scissions, désorganisation de la tradition, place dans le cortège, etc. Mais finalement, la nouvelle compagnie sera acceptée dans notre Marche, lors de la Saint-Feuillen de 2005 et on verra à ce moment l'opportunité d'introduire ses officiers au sein de l'Etat-Major.

Il fut encore question du rafraîchissement du Monument aux marcheurs, place du Chapitre : une firme cinacienne propose de faire revenir l'état primitif de la pierre de France, sans ses couleurs qui s'écaillent sans cesse.

Ce fut donc une bonne réunion, sérieuse et constructive, ce dont se réjouit le président en la clôturant.

 

Samedi 17 novembre 2001

 

Diablotins, à 11 h

UR Namur - Fal.Aisemont A

Fal.Aisemont B - Jemeppe

Temploux - Bambois

 

Préminimes, à 13 h

Bambois - Clermont

Fal.Aisemont - Molignée-Stave

Walcourt - Fal.Aisemont

 

Minimes, à 13 h

Soye-Floreffe - Fal.Aisemont

Bambois : bye

 

Espoirs, à 14 h 30

Han-sur-Lesse - Bambois

 

Réserve, à 14 h 30

Bambois - Morialmé

Fal.Aisemont : bye

 

Dimanche 18 novembre 2001

 

Cadets, à 10 h 30

Clermont - Bambois

Tarcienne - Fal.Aisemont

 

Scolaires, à 10 h 30

Fal.Aisemont - J. Tamines

 

Div. 3 :

Fal.Aisemont - US Auvelais

Bambois - Malonne

Attention :les matches débutent à 14 h 30.

 

Minimes

Fal.Aisemont - JS Tamines 1 - 1

Soye.Flor - Fal.Aisemont 1 - 0

Espoirs

Han-sur-Lesse - Bambois 4 - 1

 

Réserve

Bambois - Morialmé 2 - 3

Cadets

Clermont - Bambois 2 - 5

Tarcienne - Fal.Aisemont 3 - 3

 

Scolaires

Fal.Aisemont - J. Tamines 0 - 2

 

Div. 3

Fal.Aisemont - US Auvelais 4 - 0

Bambois - Malonne 0 - 0

 

 

BAMBOIS - MALONNE

0 - 0

Les changements promis par R. Dogot suivent puisque dès le départ, il participe au jeu. Malgré la domination des visités, il faut toute l'attention de Lebichot pour sauver une lucarne. Après le time, Bambois met la pression, mais ni Wauthelet ni Pierrard n'arriveront à trouer les filets adverses. Les Malonnois ne seront dangereux qu'une seule fois sur cette deuxième mi-temps.

FAL.AISEMONT - AUVELAIS

4 - 0

Match pas folichon. Si les jeunes du club ont pu assister aux loupés de Pozza et Thiry, ils ne doivent pas être fiers. Juste avant la pause, Declercq ouvre enfin la marque.

En seconde période, Pozza se rachète et d'un superbe coup franc double l'avantage. Deproot et Declercq se chargeront de clôturer les débats.